LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /homez.52/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homez.52/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /homez.52/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homez.52/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • SNCB: menace de grève générale - 18/04/2014

      Une grève générale sur le rail couve, selon la CGSP Cheminots. Le mécontentement croît quant au manque de personnel, précise-t-on. La CSC Transcom temporise. La menace résulte d'un dialogue interne au sein du syndicat socialiste. Une rencontre avec la direction du rail est prévue la semaine prochaine. Si le dialogue devait mener à la grève, celle-ci interviendrait "début mai", précise la CGSP. La CSC confirme qu'il manque du personnel dans certains secteurs, notamment parmi les accompagnateurs et les signaleurs. "La direction a fait une première proposition d'augmentation de personnel", indique-t-on. Une deuxième vague de recrutement pourrait intervenir en fonction du nombre d'examens réussis. Le syndicat chrétien écarte pour l'instant l'éventualité d'une grève.       







    • Elio Di Rupo après une nuit blanche: "Bon apétit, hein!" (vidéo) - 18/04/2014

      Dans le cadre de sa campagne électorale, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS)  a passé la nuit de jeudi à vendredi aux côtés des travailleurs de nuit. "Il y a environ 500.000 personnes qui travaillent partiellement ou totalement la nuit dans notre pays", a souligné le Premier ministre. "C'est 12% de l'ensemble des travailleurs." Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a soutenu l'initiative: "Ce sont des travailleurs essentiels dont on parle peu et qui sont souvent dans des missions d'urgence." Au cours du contrôle routier mené par la police de Bruxelles-Ixelles à De Brouckère, vers 22h30, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour voir le Premier ministre.

       

      "Nécessaires et dangereuses"

      A Laeken, les policiers ont contrôlé un café rue Fransman, à l'intérieur duquel ils ont rapidement trouvé du haschich derrière le bar. Elio Di Rupo a avancé que la question des drogues est un problème global, mais que le trafic et la criminalité qu'il engendre devaient être réprimés. "Ce sont des opérations qui demeurent à la fois nécessaires et dangereuses. Mais pour sécuriser des quartiers, il faut faire respecter la législation", a-t-il dit lors de cette nuit blanche. A la sortie, la popularité du Premier ministre auprès des jeunes lui a valu de nombreuses salutations en rue.

       

      Fin de nuit blanche dans une boulangerie

      Le Premier ministre est ensuite allé à la rencontre du personnel soignant de l'Universitair Ziekenhuis Brussel de Jette, puis des travailleurs de l'imprimerie du groupe Rossel à Nivelles et de l'entreprise AkzoNobel à Ghlin. Il a aussi accompagné les agents de propreté d'Hygea à Cuesmes avant de terminer la nuit à 6 heures du matin dans la boulangerie-pâtisserie Thirion à Ressaix.







    • Elio Di Rupo après sa nuit blanche: "Bon apétit, hein!" (vidéo) - 18/04/2014

      Dans le cadre de sa campagne électorale, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS)  a passé la nuit de jeudi à vendredi aux côtés des travailleurs de nuit. "Il y a environ 500.000 personnes qui travaillent partiellement ou totalement la nuit dans notre pays", a souligné le Premier ministre. "C'est 12% de l'ensemble des travailleurs." Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a soutenu l'initiative: "Ce sont des travailleurs essentiels dont on parle peu et qui sont souvent dans des missions d'urgence." Au cours du contrôle routier mené par la police de Bruxelles-Ixelles à De Brouckère, vers 22h30, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour voir le Premier ministre.

       

      "Nécessaires et dangereuses"

      A Laeken, les policiers ont contrôlé un café rue Fransman, à l'intérieur duquel ils ont rapidement trouvé du haschich derrière le bar. Elio Di Rupo a avancé que la question des drogues est un problème global, mais que le trafic et la criminalité qu'il engendre devaient être réprimés. "Ce sont des opérations qui demeurent à la fois nécessaires et dangereuses. Mais pour sécuriser des quartiers, il faut faire respecter la législation", a-t-il dit lors de cette nuit blanche. A la sortie, la popularité du Premier ministre auprès des jeunes lui a valu de nombreuses salutations en rue.

       

      Fin de nuit blanche dans une boulangerie

      Le Premier ministre est ensuite allé à la rencontre du personnel soignant de l'Universitair Ziekenhuis Brussel de Jette, puis des travailleurs de l'imprimerie du groupe Rossel à Nivelles et de l'entreprise AkzoNobel à Ghlin. Il a aussi accompagné les agents de propreté d'Hygea à Cuesmes avant de terminer la nuit à 6 heures du matin dans la boulangerie-pâtisserie Thirion à Ressaix.







    • Enfer du vol Bruxelles-Lourdes, ce matin: passagers bloqués pendant 10h à l'aéroport - 18/04/2014

      "Nous voici en direct de Brussels Airport. En partance pour Lourdes ou pas. En effet, nous étions censés décoller à 6h du matin. Mais manque de chance, avion annulé sans aucune information. Solution miracle: un avion en provenance de Paris va nous amener à destination. Mais encore une fois, cet avion est mystérieusement bloqué à Paris", nous écrivait Maria, , vers 11h15. Vous l'aurez compris, les nombreux passagers du vol JAF5727 entre Bruxelles et Lourdes ont vécu une matinée particulièrement désagréable, bloqués à l'aéroport. Nous avons contacté le porte-parole de Jetair qui a confirmé la mésaventure. L'avion de Jetairfly n'a pas pu s'envoler comme prévu à 6h du matin suite à un problème technique. S'en est suivi une longue attente. "Nous avons cherché un avion de remplacement, c'était très compliqué", a expliqué le porte-parole. Finalement, l'avion de remplacement est arrivé et a redécollé vers Lourdes à 13h20. Les passagers, arrivés à l'aéroport vers 4h du matin, y seront donc restés plus de 10 heures. La condition et l'âge des passagers n'a pas facilité l'attente. "Il faut aussi savoir que pour une destination comme Lourdes, la clientèle est essentiellement composée de personnes âgées, voire handicapées physiques ou mentales", a témoigné Marina. 

       

    • Enfer du vol Bruxelles-Lourdes, ce matin: passagers bloqués pendant 7h à l'aéroport - 18/04/2014

      "Nous voici en direct de Brussels Airport. En partance pour Lourdes ou pas. En effet, nous étions censés décoller à 6h du matin. Mais manque de chance, avion annulé sans aucune information. Solution miracle: un avion en provenance de Paris va nous amener à destination. Mais encore une fois, cet avion est mystérieusement bloqué à Paris", nous écrivait Maria, , vers 11h15. Vous l'aurez compris, les nombreux passagers du vol JAF5727 entre Bruxelles et Lourdes ont vécu une matinée particulièrement désagréable, bloqués à l'aéroport. Nous avons contacté le porte-parole de Jetair qui a confirmé la mésaventure. L'avion de Jetairfly n'a pas pu s'envoler comme prévu à 6h du matin suite à un problème technique. S'en est suivi une longue attente. "Nous avons cherché un avion de remplacement, c'était très compliqué", a expliqué le porte-parole. Finalement, l'avion de remplacement est arrivé et a redécollé vers Lourdes à 13h20. Les passagers seront donc restés à l'aéroport plus de 7 heures. La condition et l'âge des passagers n'a pas facilité l'attente. "Il faut aussi savoir que pour une destination comme Lourdes, la clientèle est essentiellement composée de personnes âgées, voire handicapées physiques ou mentales", a témoigné Marina. 

       







    • Reynders satisfait de l'accord sur l'Ukraine - 18/04/2014
      Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders s'est réjoui, vendredi dans un communiqué, de l'accord trouvé hier à Genève entre l'UE, l'Ukraine, les Etats-Unis et la Russie.
      "Les parties doivent maintenant mettre en oeuvre leurs engagements. Ceci implique une poursuite de la désescalade et le désarmement des divers groupes armés. Les prochaines élections prévues le 25 mai pourront ainsi être préparées", souligne-t-il. "Le dialogue national et la révision de la constitution représentent aussi des éléments importants pour garantir la stabilité en Ukraine". M. Reynders "promet l'appui de la Belgique au sein de l'UE et de l'OSCE en vue de la mise en oeuvre de cet accord". "Toutes les parties concernées, tant en Ukraine qu'à l'extérieur, doivent user de leur influence pour exécuter cet accord", ajoute le ministre. "Il doit être mis fin immédiatement aux actes insurrectionnels, à l'exercice d'influences extérieures, à la violence armée et aux occupations de bâtiments publics", conclut-il. (Belga)






    • Trois propositions de Milquet sur le survol de Bruxelles: le PS va-t-il suivre? - 18/04/2014

      Fabrice Grosfilley recevait le président de la Chambre André Flahaut ce matin dans le studio de Bel RTL. Il a évoqué avec lui la problématique du survol de Bruxelles. Extraits de l'interview.

       

      Un mot sur les déclarations de Milquet Qui annoncent hier une série de textes au conseil des ministres sur le survol de Bruxelles. Est-ce que le PS va la soutenir?

      André Flahaut: Je dirais qu'il ne faut pas improviser dans ce dossier. Il y a des décisions qui ont été prises et qui doivent être exécutées en ce compris l'observatoire su survol.

       

      Donc l'organisme de contrôle.

      André Flahaut: Pour le reste s'il y a possibilité de corriger dès à présent, par exemple, en allongeant la nuit ou en réduisant certaines nuisances sur certains appareils, pourquoi pas. Mais improviser maintenant en cette période suspecte où tout le monde dit tout et son contraire dans le même mouvement, c'est créer une incertitude supplémentaire. Et moi je suis pour la stabilité et la sécurité.

       

      Ce que vous venez de me dire, c'est que le PS va la soutenir pour l'organisme de contrôle et pour l'extension de la nuit, mais par contre sa nouvelle route Zoulou vous n'y croyez pas.

      André Flahaut: Le PS va être correct par rapport à ce qui est dans la déclaration gouvernementale-à savoir l'organisme de contrôle- et l'autre élément, si on peut trouver des dispositions techniques qui en mettent pas en péril la sécurité des pilotes aussi. Parce qu'on n'en parle jamais des pilotes qui doivent atterrir à un certain moment à Bruxelles, et bien il faut trouver ce point d'équilibre. Ce qui est réaliste peut être fait dans le respect des accords qui ont été passés. Improviser de nouveaux accords en ce moment, c'est pas sérieux.







    • Prévisions météo: jusqu'à 18 degrés la semaine prochaine, mais avant cela... - 18/04/2014

      Aujourd'hui, le temps sera variable et sensiblement plus frais avec un vent désagréable. Eclaircies et passages nuageux se partageront le ciel et quelques averses pourront se produire par endroits, surtout sur l'est du pays. Les températures ne dépasseront pas 7 ou 8 degrés sur les hauts plateaux de l'Ardenne et 11 ou 12 degrés sur le centre et l'ouest du pays. Le vent sera modéré de nord et renforcera encore l'impression de fraîcheur. Le long du littoral, il sera parfois assez fort.

       

       

      Ce soir et la nuit prochaine, le temps sera d'abord sec avec quelques éclaircies. Les nuages reviendront ensuite à partir de l'Allemagne et des Pays-Bas avec un peu de pluie ou quelques averses. Les températures redescendront entre 0 et 3 degrés en Ardenne, et entre 4 et 7 degrés dans les autres régions. Le vent sera modéré, voire encore temporairement assez fort le long du littoral. Il viendra du nord puis du nord à nord-est.

       

      Un temps variable

      Demain samedi, le temps sera variable avec quelques éclaircies, mais surtout des passages nuageux parfois porteurs d'averses. Les températures seront comprises entre 10 et 12 degrés en Ardenne, proches de 12 degrés à la côte, et varieront entre 13 et 15 degrés ailleurs. Le vent sera modéré de secteur est à nord-est. Durant la nuit de samedi à dimanche, la tendance aux averses se renforcera.

       

      Des averses intenses

      De dimanche à jeudi, les conditions météorologiques resteront instables. La nébulosité sera variable à abondante avec encore des averses. Ces averses pourront parfois être intenses, et éventuellement accompagnées d'un coup de tonnerre. La tendance aux averses pourrait toutefois diminuer en milieu de semaine prochaine. Il fera, par contre, progressivement plus doux et les maxima pourront atteindre 18 degrés dans le centre du pays en milieu de semaine.







    • Edito: "J'ai découvert un autre parti très intéressant: le "Rassemblement Wallonie-Dubaï" - 18/04/2014

      Je vous disais mercredi que la campagne électorale était d'une incroyable pauvreté. Eh bien, j'avais tort ! D'abord, maintenant, on sent bien que le tout gros enjeu pour la Belgique du futur, c'est le survol de Bruxelles par les avions qui décollent de Zaventem. C'est clair : c'est ça qui va faire baisser le chômage et la fiscalité...

      Et puis, il se passe beaucoup d'autres choses ! Par exemple, mardi, Francis Cabrel se produisait au Palais 12 du Heysel. Et soudain, qui est apparu sur scène pour remettre au chanteur une décoration d'officier de l'Ordre de la Couronne ? Didier Reynders ! La tête de liste du MR bruxellois à la Chambre comptait logiquement faire un triomphe.  Sauf que, cette petite récupération n'a pas été appréciée à sa juste valeur. Les 6.000 fans de Francis Cabrel ont copieusement hué et sifflé le ministre MR, qui a donc vécu le premier gros bide de campagne. C'est déjà ça...

      Dans cette campagne, il se passe aussi des choses tout au fond des listes, où la ténacité de certains "petits" candidats force le respect. Je m'en voudrais donc de ne pas signaler la présence de Mariem Bouselmati à la 32ème place de la liste CDH en Région bruxelloise. Cette dame de Molenbeek en est déjà à sa quatrième élection, mais ! sur les listes de quatre partis différents : Ecolo d'abord, puis le MR, puis le PS et donc le CDH. Comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, je suppose que Madame Bouselmati aura l'intelligence de tester les listes FDF aux communales de 2018, puis celles du PTB aux législatives de 2019.

      A moins que ! Grâce à Facebook, j'ai découvert un autre parti très intéressant: le "Rassemblement Wallonie-Dubaï".  Ce parti veut rattacher la Wallonie au petit Emirat arabe. Et ce, pour trois raisons. D'abord parce qu'à Dubaï, il fait toujours beau : 32° en moyenne. Le RWD promet donc de tout faire pour importer le climat de Dubaï en Wallonie, ceci afin d'économiser de l'énergie. Deuxième raison: à Dubaï, le taux de chômage n'est que de 2%. Le "Rassemblement Wallonie-Dubaï" veut donc délocaliser Seraing à Dubaï, ainsi que d'autres villes wallonnes gravement touchées par le chômage. Enfin, puisque le riche Emirat construit des îles artificielles en mer, le RWD se propose de faire la même chose sur les Lacs de l'Eau d'Heure...
      Vous voyez, finalement, quand on cherche un peu, il se passe plein de choses dans cette campagne électorale !







    • Météo - Un temps variable pour le week-end de Pâques - 18/04/2014
      Le soleil brillera épisodiquement vendredi après-midi mais quelques averses sont également attendues. Il soufflera un vent modéré et frais de secteur nord, qui se renforcera à la Côte. Les maxima oscilleront entre 8 et 13 degrés.
      Le temps sera sec vendredi soir et durant une partie de la nuit, avant le retour des nuages et de la pluie. Les minima ne dépasseront pas 2 degrés en Ardenne et 7 degrés à la Côte. Le soleil sera plus présent samedi malgré quelques averses en matinée. Il soufflera un vent faible à modéré de secteur est à nord-est. Les maxima seront compris entre 12 et 16 degrés. Les nuages et les averses inaugureront la journée de dimanche avant le retour des éclaircies dans l'après-midi. Les températures diurnes atteindront environ 18 degrés. Des périodes ensoleillées mais également quelques averses sont prévues de lundi à jeudi, avec des températures avoisinant les 20 degrés. (Belga)






    • La dégressivité des allocations de chômage mène à la pauvreté - 18/04/2014
      La dégressivité des allocations de chômage pèse réellement sur le pouvoir d'achat des demandes d'emploi selon une étude menée par le Conseil central de l'Economie, peut-on lire vendredi dans La Libre Belgique. Alors que le risque de pauvreté, pour le chômeur et sa famille, passait, avant la réforme, de 16,2% après 13 mois de chômage à 21,5% après 61 mois, l'augmentation s'accroît bien plus après. A l'issue de la période envisagée, le risque de pauvreté est supérieur de presque un tiers puisqu'il est de 28% et non plus 21,5%. Selon l'étude, la mesure de dégressivité des allocations de chômage a clairement renforcé l'intérêt, pour le chômeur, à reprendre un travail rapidement. Ainsi, avant la réforme, un chômeur complet qui reprenait un emploi après 61 mois de chômage voyait ses revenus nets augmenter en moyenne de 64,3% alors qu'après la réforme, la plus value moyenne passe à 74%.  






    • Gare aux tablettes: elles freineraient le développement social et physique de votre enfant - 18/04/2014

      Smartphones et tablettes tactiles font désormais partie des jouets préférés des tout-petits. En 2013, c'est d'ailleurs une tablette qui était le jouet le plus vendu en France. Souvent loués pour leurs capacités d'apprentissage, ces objets peuvent pourtant représenter un danger. Développement social, physique, manipulation d'objets en 3D: les enfants accros aux objets high tech présentent des lacunes sur des fondamentaux.

       

      Cela freinerait lefreinerait le développement social et physique de l'enfant

      Selon une étude anglaise, une surexposition aux tablettes et autres smartphones freinerait le développement social et physique de l'enfant. Le passage du virtuel au réel ne s'opère plus. Habitués à jouer sur des écrans, les enfants ne sont plus capables de manipuler des objets en 3D comme des cubes de construction. Les professeurs remarquent aussi des difficultés pour l'apprentissage de l'écriture.



      Pas du matin au soir

      Pour des spécialistes, tout n'est pas à jeter dans les appareils high tech, mais il faut modérer leur utilisation et surtout, veiller à ce que les enfants ne jouent pas exclusivement avec cet outil. Il faut surtout veiller à ce que les enfants développent leur imagination. Pour ça, il ne faut pas qu'ils soient occupés en continu, par exemple en ayant toujours une tablette à portée de main.




    • Découvrez comment la ministre Onkelinx va vous faire aller chez le dentiste - 18/04/2014

      La ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx (PS) présente vendredi, dans La Dernière Heure, un Plan bucco-dentaire qui devrait être mis en place au cours de la prochaine législature. L'objectif du plan est d'améliorer la santé dentaire des Belges en les incitant à consulter un dentiste et en aidant les professionnels du secteur. "De nombreux Belges ne vont pas chez le dentiste. Ils ont une peur irrationnelle du mal physique ou une peur du coût de la consultation et des soins", déplore Laurette Onkelinx (PS). "Il y a urgence. Les chiffres sont alarmants. Selon une étude, 14% des Bruxellois ne sont jamais allés chez le dentiste, malgré la gratuité des consultations jusqu'à 18 ans." Parmi les mesures prévues par ce plan, figure notamment le remboursement de certaines prestations, notamment en intégrant les tickets modérateurs dans le compteur "Maximum à facturer".

       

      Le suivi du patient

      La ministre souhaite aussi l'entrée des dentistes dans les maisons médicales, où les soins dentaires seraient ainsi intégrés dans le forfait payé par les patients. Afin d'améliorer le suivi du patient et assurer la transparence des soins de santé, Laurette Onkelinx prépare également la mise en place du Dossier dentaire généralisé (DDG). La création d'un nouveau statut, celui d'hygiéniste bucco-dentaire, figure aussi au programme de la ministre.     

       

      Pour les femmes enceintes

      Pour les enfants, le plan prévoit, entre autres, des examens bucco-dentaires lors des visites médicales scolaires et le remboursement intégral des soins orthodontiques jusqu'à l'âge de 12 ans. Le plan intégrerait aussi des mesures spécifiques pour les femmes enceintes (examen gratuit à partir du quatrième mois de grossesse), les personnes en très grande précarité (prothèses amovibles gratuites dès 40 ans), les personnes âgées (visites d'un hygiéniste bucco-dentaire dans les maisons de soins et de repos), etc. La mise en place de ce plan nécessiterait un budget d'environ 200 millions d'euros.







    • "Les tests physiques pour les candidats policiers sont trop faciles" - 18/04/2014
      Le test physique que les candidats policiers doivent passer est selon la CSC beaucoup trop facile. "Un test plus difficile et séparé pour les hommes et les femmes s'impose", estime vendredi le syndicat dans Het Nieuwsblad et De Standaard.
      Les recrues ont actuellement trois minutes et trente secondes pour effectuer le parcours. Le taux de réussite est de 97% chez les hommes et de 65% chez les femmes. Ceux qui échouent à ce test doivent attendre deux mois avant de retenter leur chance. Catherine De Bolle, patronne de la police fédérale, est au courant du problème et a déjà lancé l'élaboration d'un projet de révision de ce test. Si une analyse est en cours, aucune décision concrète n'a pour l'instant été prise sur le futur test physique. L'objectif ne serait cependant pas de le rendre plus facile pour les femmes mais de relever le degré de difficulté pour les candidats masculins. (Belga)






    • Suicide: hommes, divorcés et seniors à risque - 18/04/2014
      En 2011, 2.086 personnes se sont suicidées en Belgique, un nombre en légère augmentation par rapport aux années précédentes, rapporte vendredi L'Avenir sur base des dernières statistiques disponibles. Le plus jeune Belge enregistré pour un suicide en 2011 avait 11 ans. La moyenne des personnes qui se suicident se situe autour des 51 ans. Mais il apparaît que les personnes âgées sont plus vulnérables, surtout chez les hommes: 48 hommes pour 100.000 se suicident ainsi entre 75 et 84 ans et 74 pour 100.000 au-delà de 84 ans. Entre 71 et 72% des personnes qui se suicident en Belgique sont des hommes. Les personnes mariées représentaient 1.459 des 2.086 personnes qui s'étaient suicidées. Mais proportionnellement, ce sont les divorcés qui connaissent le plus fort taux de suicide: 20% alors qu'ils en représentent que 8% de la population. En termes de situation sociale, les personnes actives sur le marché de l'emploi représentaient 50% des personnes enregistrées pour un suicide. (Belga)






    • Soins dentaires: le plan de la ministre Onkelinx - 18/04/2014
      La ministre de la Santé publique Laurette Onklinx (PS) présente vendredi, dans La Dernière Heure, un Plan bucco-dentaire qui devrait être mis en place au cours de la prochaine législature. L'objectif du plan est d'améliorer la santé dentaire des Belges en les incitant à consulter un dentiste et en aidant les professionnels du secteur.
      "De nombreux Belges ne vont pas chez le dentiste. Ils ont une peur irrationnelle du mal physique ou une peur du coût de la consultation et des soins", déplore Laurette Onkelinx (PS). "Il y a urgence. Les chiffres sont alarmants. Selon une étude, 14% des Bruxellois ne sont jamais allés chez le dentiste, malgré la gratuité des consultations jusqu'à 18 ans." Parmi les mesures prévues par ce plan, figure notamment le remboursement de certaines prestations, notamment en intégrant les tickets modérateurs dans le compteur "Maximum à facturer". La ministre souhaite aussi l'entrée des dentistes dans les maisons médicales, où les soins dentaires seraient ainsi intégrés dans le forfait payé par les patients. Afin d'améliorer le suivi du patient et assurer la transparence des soins de santé, Laurette Onkelinx prépare également la mise en place du Dossier dentaire généralisé (DDG). La création d'un nouveau statut, celui d'hygiéniste bucco-dentaire, figure aussi au programme de la ministre. Pour les enfants, le plan prévoit, entre autres, des examens bucco-dentaires lors des visites médicales scolaires et le remboursement intégral des soins orthodontiques jusqu'à l'âge de 12 ans. Le plan intégrerait aussi des mesures spécifiques pour les femmes enceintes (examen gratuit à partir du quatrième mois de grossesse), les personnes en très grande précarité (prothèses amovibles gratuites dès 40 ans), les personnes âgées (visites d'un hygiéniste bucco-dentaire dans les maisons de soins et de repos), etc. La mise en place de ce plan nécessiterait un budget d'environ 200 millions d'euros. (Belga)






    • Erreur médicale: dans combien de cas le médecin la reconnaît-il spontanément? - 18/04/2014
      Selon l'association Test-Achats, 75% des victimes ayant introduit une plainte sont dans l'attente d'un verdict, et 20% sont dans cette situation depuis plus de 5 ans. D'après Sudpresse, dans 34% des litiges, la plainte concerne un chirurgien. Les médecins généralistes sont impliqués dans 19% des dossiers, et les chirurgiens orthopédistes dans 13% des dossiers.      Moins de 10% des médecins reconnaissent spontanément avoir commis une erreur.              






    • Entrer à la police: le test physique serait "trop facile" - 18/04/2014

      Le test physique que les candidats policiers doivent passer est selon la CSC beaucoup trop facile. "Un test plus difficile et séparé pour les hommes et les femmes s'impose", estime vendredi le syndicat dans Het Nieuwsblad et De Standaard. Les recrues ont actuellement trois minutes et trente secondes pour effectuer le parcours. Le taux de réussite est de 97% chez les hommes et de 65% chez les femmes. Ceux qui échouent à ce test doivent attendre deux mois avant de retenter leur chance.

       

      Relever le degré de difficulté pour les hommes

      Catherine De Bolle, patronne de la police fédérale, est au courant du problème et a déjà lancé l'élaboration d'un projet de révision de ce test. Si une analyse est en cours, aucune décision concrète n'a pour l'instant été prise sur le futur test physique. L'objectif ne serait cependant pas de le rendre plus facile pour les femmes mais de relever le degré de difficulté pour les candidats masculins.     







    • Standard - Lokeren: suivez le score en direct - 18/04/2014
      Les Liégeois reçoivent Lokeren, jeudi, en clôture de cette quatrième journée des playoffs. Rejoints en tête du classement par le FC Bruges, mercredi, les Rouches n'ont pas droit à l'erreur face à Lokeren.






    • D'importants embarras à prévoir pour commencer ce long week-end de Pâques: voici où cela devrait coincer dès aujourd'hui - 18/04/2014

      Des ralentissements sont à prévoir sur la E411 autour d'Arlon ce vendredi en raison du Vendredi Saint, qui est un jour férié en Allemagne, avertit la police fédérale dans un communiqué. D'importants embarras sont attendus à la frontière avec le Grand-Duché du Luxembourg à Sterpenich. Les transports lourds de plus de 7,5 tonnes seront interdits sur le territoire allemand et au Luxembourg en direction de l'Allemagne.
       
      La police fédérale conseille donc aux automobilistes dont la destination est la France et qui transitent habituellement par le Luxembourg de quitter la E411 à Daussoulx via la E42, à Recogne via la N89 ou à Weyler via la N81.

      Les conducteurs de poids lourds sont invités à s'arrêter réglementairement sur le territoire belge dans l'attente de l'ouverture de la frontière luxembourgeoise à leur charroi à 22h00. Il est conseillé aux poids lourds qui se rendent en France ou vers le Sud de ne pas transiter par le Grand-Duché de Luxembourg et d'entrer en France via Bouillon, Longwy, Rocroi ou Valenciennes.  

    • D'important embarras à prévoir pour commencer ce long week-end de Pâques: voici où cela devrait coincer dès aujourd'hui - 18/04/2014

      Des ralentissements sont à prévoir sur la E411 autour d'Arlon ce vendredi en raison du Vendredi Saint, qui est un jour férié en Allemagne, avertit la police fédérale dans un communiqué. D'importants embarras sont attendus à la frontière avec le Grand-Duché du Luxembourg à Sterpenich. Les transports lourds de plus de 7,5 tonnes seront interdits sur le territoire allemand et au Luxembourg en direction de l'Allemagne.
       
      La police fédérale conseille donc aux automobilistes dont la destination est la France et qui transitent habituellement par le Luxembourg de quitter la E411 à Daussoulx via la E42, à Recogne via la N89 ou à Weyler via la N81.

      Les conducteurs de poids lourds sont invités à s'arrêter réglementairement sur le territoire belge dans l'attente de l'ouverture de la frontière luxembourgeoise à leur charroi à 22h00. Il est conseillé aux poids lourds qui se rendent en France ou vers le Sud de ne pas transiter par le Grand-Duché de Luxembourg et d'entrer en France via Bouillon, Longwy, Rocroi ou Valenciennes.  

    • Fin de la journée de sécurité routière contre la vitesse excessive - 18/04/2014
      La journée de sécurité routière contre la vitesse excessive a pris fin vendredi à 6h. La police fédérale et 131 zones de police ont participé à cette opération de 24 heures en flashant les excès de vitesse au moyen de radars fixes et mobiles. Entre 800 et 1.000 points de contrôle avaient été mis en place durant ces 24 heures, soit cinq fois plus qu'habituellement.
      Ce marathon contre la vitesse excessive avait débuté jeudi à 6h sur les autoroutes et l'ensemble du réseau secondaire. Il s'agissait de la première opération d'une telle envergure en Belgique. Au total, 131 zones de police locale sur 195 ont déployé des effectifs spécifiquement orientés vers la sécurité routière et les contrôles radar. Quelque 150 policiers fédéraux ont également été mobilisés. Les forces de police se joignaient ainsi à la campagne de l'IBSR, et en particulier à son action "jeflasheaussi.be", qui permettait aux citoyens de signaler les tronçons routiers où la vitesse est fréquemment dépassée. Le site avait enregistré plus de 50.000 suggestions de lieux de contrôle, notamment motivées par la présence d'une école ou d'une plaine de jeu. Les demandes citoyennes avaient été croisées avec les analyses géostratégiques des zones de police. Les points convergents ont donc fait l'objet de contrôles lors de l'opération ou seront prochainement contrôlés. Les résultats de cette journée de sécurité routière seront diffusés par la police vendredi vers 18h00. (Belga)
    • Elections14 - Elio Di Rupo passe une nuit blanche aux côtés des travailleurs de nuit - 18/04/2014
      Dans le cadre de sa campagne électorale, le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) passe la nuit de jeudi à vendredi aux côtés des travailleurs de nuit.
      "Il y a environ 500.000 personnes qui travaillent partiellement ou totalement la nuit dans notre pays", a souligné le Premier ministre. "C'est 12% de l'ensemble des travailleurs." Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a soutenu l'initiative : "Ce sont des travailleurs essentiels dont on parle peu et qui sont souvent dans des missions d'urgence." Au cours du contrôle routier mené par la police de Bruxelles-Ixelles à De Brouckère, vers 22h30, de nombreuses personnes se sont rassemblées pour voir le Premier ministre. Il s'est entretenu avec un sans papiers qui lui a fait part de sa volonté de travailler en Belgique. A Laeken, les policiers ont contrôlé un café rue Fransman, à l'intérieur duquel ils ont rapidement trouvé du haschich derrière le bar. Elio Di Rupo a avancé que la question des drogues est un problème global, mais que le trafic et la criminalité qu'il engendre devaient être réprimés. "Ce sont des opérations qui demeurent à la fois nécessaires et dangereuses. Mais pour sécuriser des quartiers, il faut faire respecter la législation", a-t-il dit. A la sortie, la popularité du Premier ministre auprès des jeunes lui a valu de nombreuses salutations en rue. Le Premier ministre est ensuite allé à la rencontre du personnel soignant de l'Universitair Ziekenhuis Brussel de Jette, puis des travailleurs de l'imprimerie du groupe Rossel à Nivelles et de l'entreprise AkzoNobel à Ghlin. Il doit aussi accompagner les agents de propreté d'Hygea à Cuesmes avant de terminer la nuit à 6 heures du matin dans la boulangerie-pâtisserie Thirion à Ressaix. (Belga)






    • Trois personnes intoxiquées lors d'un incendie dans un appartement à Waremme - 17/04/2014
      Un incendie s'est déclaré jeudi après-midi dans un appartement de Waremme (province de Liège), a-t-on appris auprès des pompiers locaux qui précisent que trois personnes ont été intoxiquées par les fumées dégagées lors du sinistre.
      Le feu a pris jeudi peu avant 13H00 dans un studio situé au troisième étage d'un immeuble de la rue des Fabriques. Trois personnes ont été intoxiquées, mais leurs jours ne sont pas en danger. L'origine du sinistre reste à déterminer précisément, mais il se pourrait que l'une des victimes ait bouté le feu à l'appartement. (Belga)






    • Un couple originaire de Herent renvoyé devant les assises pour torture et assassinat - 17/04/2014
      La chambre des mises en accusation de Bruxelles a décidé jeudi du renvoi devant la cour d'assises d'un homme et d'une femme originaires de Herent (Brabant flamand). Le couple devra y répondre de mauvais traitements, pendant plusieurs mois, à l'encontre de la mère de la femme et de l'assassinat de celle-ci, le 29 août 2012. La date du procès, qui se déroulera à Louvain, n'est pas encore connue.
      Le couple vivait depuis plusieurs années chez la mère de la femme, à Herent. La cohabitation n'avait toutefois rien d'un long fleuve tranquille en raison des problèmes financiers et d'alcool du couple mais aussi en raison de récents problèmes de démence de la dame âgée. Le couple n'a pu faire face à cette situation et s'était mis, quelques semaines avant sa mort, à maltraiter de manière régulière la dame âgée. C'est le 29 août que l'irréparable s'est produit lorsque l'homme est entré dans le chambre de sa belle-mère et a voulu l'étouffer. La fille a toutefois pu intervenir à temps mais le scénario s'est reproduit quelques heures plus tard sans, cette fois, que la fille ne veuille ou ne puisse intervenir. Le couple avait envisagé d'enterrer la dame âgée dans le jardin mais avait finalement prévenu les services de secours. Ceux-ci ont immédiatement remarqué que la femme était décédée d'une mort violente et ont alerté la police. La fille et son compagnon ont été placés sous mandats d'arrêt et inculpés de torture et assassinat. (Belga)










    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Un bébé de 4 mois et demi enlevé à Nancy - 18/04/2014

      Un bébé de de 4 mois et demi a été enlevé jeudi vers 23 heures au Centre maternel de Nancy, selon le ministère de l'Intérieur qui a déclenché vendredi l'alerte enlèvement.

      L'enfant, une petite fille prénommée Miah, portait un pyjama. De santé fragile, elle a été enlevée à sa mère, âgée de 36 ans et déficiente mentale, a précisé le ministère.







    • L'"indestructible" Nokia 3310 est de retour - 18/04/2014
      Le nokia 3310, qui a eu un succès fou au début des années 2000, revient aujourd'hui en force. Réputé pour sa résistance (), le modèle est à nouveau commercialisé, notamment par la société Lëkki, spécialisée dans la "réhabilitation" de produits électroniques vintage.






    • La Russie va réarmer les Kouriles, son "avant-poste" dans le Pacifique - 18/04/2014
      La Russie a annoncé vendredi qu'elle allait mettre en oeuvre d'ici à 2016 un plan de réarmement des îles Kouriles, toujours réclamées par le Japon, alors que les tensions internationales causées par la crise ukrainienne ont été jusqu'à la zone Pacifique.
      Le ministre japonais des affaires étrangères, Fumio Kishida, dont le pays s'est aligné sur ses alliés occidentaux en condamnant la politique de Moscou en Ukraine, a ainsi fait savoir jeudi qu'il reportait une visite en Russie. Les Etats-Unis ont de leur côté jugé nécessaire de réaffirmer au début du mois leur soutien militaire au Japon. Le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi l'adoption d'un plan détaillé de construction d'infrastructures militaires sur les îles Kouriles du sud, revendiquées par le Japon depuis leur annexion par l'URSS en 1945. "D'ici à 2016, toutes les infrastructures principales, et il y en a plus de 150, seront construites", a déclaré le commandant militaire de la région Est, le général Sergueï Sourovikine, cité par les agences. "Les décisions pour la construction d'implantations militaires sur les îles d'Itouroup et Kounachir ont été validées", a-t-il ajouté. Le général a indiqué que le développement des infrastructures militaires de l'île de Sakhaline, dans la même région, était également prévu d'ici à 2020. "Le choix de la région est conscient. L'accent est mis par la direction du pays et de l'armée sur le développement de l'Extrême-Orient, et en particulier de Sakhaline et des Kouriles - les avant-postes orientaux de la Russie", a-t-il déclaré. L'annonce en 2011 par la Russie d'un plan de réarmement des Kouriles avait suscité la colère du Japon. Le différend territorial, qui porte sur 4 îles au total, empêche depuis plus 65 ans la signature d'un traité de paix entre les deux pays. (Belga)






    • Mariage: la loi Taubira a chamboulé la vie d'homosexuels, surtout ceux voulant adopter - 18/04/2014

      "Avant on disait +mon amie+ mais on n'aimait pas ça, maintenant on saisit la moindre occasion pour dire +mon épouse+". Jennifer a épousé Corinne grâce à la loi Taubira. Comme des milliers de couples homosexuels ravis d'en finir avec leur condition de "sous-citoyens".

      Il y a un an, à l'issue d'un débat électrique et de manifestations géantes, la loi sur le "mariage pour tous" est votée. Elle est adoptée le 23 avril 2013, promulguée le 18 mai. Ses opposants déplorent un "changement de civilisation qui va bouleverser la famille".

      Onze jours après, Vincent et Bruno sont les premiers gays à se dire "oui". Puis viennent les premières filles, les célébrités... Avant que les projecteurs des médias ne se détournent de ces unions et de leur nouvelle routine fêtée sur les perrons d'hôtels de ville.

      Jennifer Roger, 35 ans, et Corinne Bellanger, 31 ans, sont passées devant le maire le 3 août 2013. En robe blanche et couronne de fleurs, elles se marient sur la musique du "Jour qui se rêve" de M Pokora, à Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne).

      "On attendait ça depuis longtemps, ça faisait treize ans qu'on était ensemble. Dès que la loi a été promulguée, on a foncé à la mairie", se souvient Jennifer.

      Le mariage permet d'entamer une procédure d'adoption pour Evaelle, née il y a dix ans grâce à un donneur. Une autre procédure sera lancée pour le petit garçon en gestation dans le ventre tout rond qui pointe sous la robe blanche de Corinne.

      -'Tata Taubira'-

      Pour Nathalie Allain-Djerrah, la présidente de l'association "Les enfants d'arc-en-ciel" qui accompagne les couples homosexuels dans leur projet parental, beaucoup d'unions sont liées à l'envie d'adopter.

      "Pour pouvoir adopter l'enfant du conjoint, et donc sécuriser sa situation, les couples homosexuels sont obligés de se marier, ce qui n'est pas le cas des couples hétérosexuels, donc il est certain que beaucoup se marient pour ça", dit-elle.

      Mais pour Corinne et Jennifer, l'affaire n'est pas qu'administrative, "c'est aussi une affaire de fierté". "Maintenant on marche la tête haute dans la rue. Nous avons les mêmes droits que nos voisins, nos parents, nos frères et soeurs", explique Jennifer.

      "Nous étions des sous-citoyens, maintenant nous sommes comme les autres", tranche-t-elle. Elle le met au crédit de Christiane Taubira. "Depuis qu'on est mariées, on a souvent une petite pensée pour tata Taubira, si on avait eu une fille, son deuxième prénom aurait été Christiane".

      D'autres mariages sont plus compliqués. A celui de Maud et Isabelle, dans l'ouest de la France, les familles, qui battent le pavé contre le mariage gay, manquent à l'appel. Et le maire UMP qui célèbre sa première union homosexuelle leur glisse: "je suis content de commencer avec des filles, avec des hommes ce serait plus difficile".

      - 3% des unions en France -

      En 2013, environ 7.000 mariages ont été célébrés entre des personnes de même sexe , selon les derniers chiffres diffusés par l'Institut national de la statistique (Insee) qui publiera de nouvelles données après l'été. Cela représente 3% des 238.000 unions en France.

      De fait, la loi Taubira n'a pas enrayé la chute du nombre des mariages en France, en baisse quasi continue depuis le début des années 1970.

      "L'égalité n'est pas une valeur comptable", répond Nicolas Rividi, porte-parole de l'Inter-LGBT, qui représente les lesbiennes, gays, bi et transsexuels. "Même s'il n'y avait eu que cinq mariages de couples de même sexe, il aurait fallu faire cette loi, pour que les homosexuels cessent d'être des citoyens de seconde zone", dit-il à l'AFP.

      La mairie de Paris propose des chiffres plus frais. Un total de 298 couples de même sexe (sur 1.673 couples) se sont mariés entre le 1er janvier et le 31 mars 2014, ce qui laisse penser que le rythme est le même qu'en 2013, aux premiers mois de l'application de la loi.

      Le 4e arrondissement de Paris, avec son Marais, décroche la couronne: les couples homosexuels y représentent 40% des unions contre 7% dans le très chic 7e, celui où, en proportion, on marie le moins d'homosexuels.

      Toujours trop pour nombre de militants opposés à la loi Taubira. Tous les soirs ou presque, une poignée d'entre eux continuent de se retrouver dans le silence, droit comme un "i", place Vendôme, devant le ministère de le justice pour dire leur courroux au garde des Sceaux.

      Et le fer de lance de la contestation de la loi Taubira, la Manif pour tous, continue de mobiliser à tout-va. Dans la charte de principes qu'elle a adressée aux candidats aux élections européennes, elle précise que le "mariage" est un "engagement" pris "entre un homme et une femme".

      "Cette loi a provoqué un changement majeur car depuis, des enfants ont été adoptés", estime Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous. "Deux hommes, aussi aimants soient-ils, ne remplaceront jamais une mère et deux femmes ne remplaceront jamais un père", dit-elle à l'AFP.

      L'un des porte-parole de La Manif pour tous, Lionel Lumbroso, reconnaît néanmoins: "La loi Taubira n'a pas provoqué de bouleversement énorme effectivement". "Mais c'est l'idéologie qui la sous-tend que nous combattons", dit-il.

    • GB: les obsèques de Peaches Geldof célébrées lundi - 18/04/2014

      Les obsèques de la fille de Bob Geldof, Peaches, morte subitement à l'âge de 25 ans, auront lieu lundi dans la même église où furent célébrées celles de sa mère Paula Yates il y a quatorze ans, a annoncé la famille vendredi.

      C'est aussi dans cette église de Kent, dans le sud-ouest de l'Angleterre, que la jeune femme blonde et diaphane avait épousé en deuxième noces en 2012 le chanteur de rock Tom Cohen, père de ses deux jeunes enfants.

      Le couple avait alors imité les parents de Peaches, mariés au même endroit en 1986. La cérémonie funèbre de Paula Yates, une présentatrice de télévision morte à l'âge de 41 ans d'une overdose d'héroïne, y avait ensuite été célébrée en 2000.

      Peaches Geldof, journaliste et présentatrice, a été retrouvée morte lundi 7 avril dans sa maison du Kent.

      Son décès a été qualifié de "non suspect, inexpliqué et soudain" par la police.

      L'autopsie de son corps s'est révélée non concluante et les enquêteurs attendent désormais les résultats d'analyses toxicologiques, un travail pouvant prendre plusieurs semaines.

    • Plan d'économies de 50 milliards: vote à l'Assemblée le 29 avril - 18/04/2014

      Le vote consultatif à l'Assemblée nationale sur le "programme de stabilité" du gouvernement prévoyant 50 milliards d'euros d'économies aura lieu le mardi 29 avril, a annoncé vendredi à l'AFP l'entourage de Manuel Valls.

      "Le vote aura lieu le 29 avril" et non pas le 30 comme initialement prévu, a-t-on précisé dans l'entourage du Premier ministre.





    • Le festival de Cannes promet des stars, des auteurs et une "certaine audace" - 18/04/2014

      Des stars comme Hilary Swank, Nicole Kidman et Marion Cotillard, des auteurs déjà couronnés comme Ken Loach, les frères Dardenne, et même Jean-Luc Godard!: le cru 2014 du festival de Cannes allie glamour, exigence et "une certaine audace", selon la sélection dévoilée jeudi.

      Pour cette 67e édition du 14 au 25 mai, une cinquantaine de films venant du monde entier ont été retenus par le délégué général du Festival Thierry Frémaux sur quelque 1.800 films proposés.

      Parmi eux 18 sont en compétition "pour l'instant", a-t-il dit. En 2013, il étaient 20.

      Le film de clôture du Festival, plus grand rendez-vous mondial du 7e art, sera annoncé plus tard.

      D'autres films pourront encore rejoindre la sélection "peut-être un en compétition, à Un certain regard et en séances spéciales", a précisé M. Frémaux à l'AFP.

      Comme le "Welcome to New York" d'Abel Ferrara inspiré de l'affaire DSK avec Gérard Depardieu ? "Le comité de sélection pourrait revoir la version finale du film", a-t-il répondu sans autre précision.

      Thierry Frémaux a estimé devant la presse que cette sélection était marquée par "une certaine audace, des films eux-mêmes et de ceux qui les ont réalisés", et que "le classicisme" y côtoyait "la modernité".

      Il s'est ainsi dit "très fier" d'accueillir en compétition le Franco-suisse Jean-Luc Godard, 83 ans, un homme "qui fait un cinéma toujours singulier", avec "Adieu au langage".

      La compétition 2014 sera marquée par une forte présence canadienne à commencer par David Cronenberg "Maps to the stars", féroce critique d'Hollywood avec Robert Pattinson et Julianne Moore, mais aussi Atom Egoyan pour "Captives" et Xavier Dolan pour la première fois en compétition avec "Mommy", un film qualifié de "baroque audacieux".

      Seront aussi en lice les Français Olivier Assayas et son "Sils Maria" avec Juliette Binoche et Kristen Stewart (ex "Twilight"), Michel Hazanavicius avec "The search", qui change de registre après "The artist" avec un film sur la guerre en Tchétchénie et à l'affiche Bérénice Bejo et Annette Benning. Enfin Bertrand Bonello présentera son "Saint Laurent", deuxième film de l'année consacré au couturier disparu avec Gaspard Ulliel dans le rôle titre.

      Les Américains seront représentés par Tommy Lee Jones et "The homesman" avec également Hilary Swank et Meryl Streep, mais aussi Bennett Miller (auteur de "Truman Capote") qui viendra avec "The foxcatcher".

      Les Britanniques Ken Loach, déjà Palme d'or en 2006, avec "Jimmy's hall", et Mike Leigh avec "M. Turner", font aussi partie du voyage.

      Les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, déjà double Palme d'or, tenteront de battre un record en accrochant un historique troisième trophée, avec "Deux jours, une nuit" et à l'affiche Marion Cotillard.

      Entre cinéastes déjà venus sur la Croisette et nouvelles pousses, la compétition accueillera encore le Turc Nuri Bidge Ceylan, la Japonaise Naomi Kawase, le Russe Andrei Zvyagintsev, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, l'Argentin Damián Szifron et l'Italienne Alice Rohrwacher.



      - 'Grace de Monaco' version de l'auteur -

      La sélection Un certain regard, qui réunit cinéaste confirmés et jeunes talents, accueillera les débuts derrière la caméra de l'acteur Ryan Gosling, mais aussi les Français confirmés Pascale Ferran et Mathieu Amalric.

      Seront encore en lice le dernier Lisandro Alonso avec Viggo Mortensen ou des premiers longs métrages dont ceux de l'actrice Asia Argento ou de l'Ivoirien Philippe Lacôte.

      Wim Wenders présentera un documentaire sur le photographe brésilien Sebastiao Salgado.

      De nombreux films présentés en séances spéciales évoqueront des conflits meurtriers, de l'Ukraine à la Syrie.

      Le festival débutera par un film déjà polémique, "Grace de Monaco", un biopic du Français Olivier Dahan avec Nicole Kidman.

      Thierry Frémaux a précisé qu'il serait projeté dans la version voulue par son réalisateur, "la seule version qui existe".

      Le long métrage fait l'objet d'un conflit artistique entre le réalisateur et le producteur américain Harvey Weinstein. La famille monégasque a aussi marqué ses distances depuis longtemps avec ce projet.

      Thierry Frémaux a enfin rendu un hommage appuyé au président du festival, Gilles Jacob, qui, à 83 ans, va quitter ses fonctions à l'issue du prochain Festival.

      La présidente du jury cette année est la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion, seule femme à avoir obtenu la Palme d'or en 1993 avec "La leçon de piano". Les membres de son jury seront connus la semaine prochaine.

    • La Russie va réarmer les Kouriles, son "avant-poste" dans le Pacifique - 18/04/2014

      La Russie a annoncé vendredi qu'elle allait mettre en oeuvre d'ici à 2016 un plan de réarmement des îles Kouriles, toujours réclamées par le Japon, alors que les tensions internationales causées par la crise ukrainienne ont été jusqu'à la zone Pacifique.

      Le ministre japonais des affaires étrangères, Fumio Kishida, dont le pays s'est aligné sur ses alliés occidentaux en condamnant la politique de Moscou en Ukraine, a ainsi fait savoir jeudi qu'il reportait une visite en Russie. Les Etats-Unis ont de leur côté jugé nécessaire de réaffirmer au début du mois leur soutien militaire au Japon.

      Le ministère russe de la Défense a annoncé vendredi l'adoption d'un plan détaillé de construction d'infrastructures militaires sur les îles Kouriles du sud, revendiquées par le Japon depuis leur annexion par l'URSS en 1945.

      "D'ici à 2016, toutes les infrastructures principales, et il y en a plus de 150, seront construites", a déclaré le commandant militaire de la région Est, le général Sergueï Sourovikine, cité par les agences.

      "Les décisions pour la construction d'implantations militaires sur les îles d'Itouroup et Kounachir ont été validées", a-t-il ajouté.

      Le général a indiqué que le développement des infrastructures militaires de l'île de Sakhaline, dans la même région, était également prévu d'ici à 2020.

      "Le choix de la région est conscient. L'accent est mis par la direction du pays et de l'armée sur le développement de l'Extrême-Orient, et en particulier de Sakhaline et des Kouriles - les avant-postes orientaux de la Russie", a-t-il déclaré.

      L'annonce en 2011 par la Russie d'un plan de réarmement des Kouriles avait suscité la colère du Japon.

      Le différend territorial, qui porte sur 4 îles au total, empêche depuis plus 65 ans la signature d'un traité de paix entre les deux pays.







    • Il a survécu mais pas ses élèves dans le naufrage du ferry coréen: Kang Min-Kyu s'est pendu - 18/04/2014
      Le corps de Kang Min-Kyu, 52 ans, adjoint au directeur d'un lycée qui se trouvait avec de nombreux élèves sur le ferry coréen qui a fait naufrage mercredi matin, a été retrouvé mort pendu près du gymnase où sont regroupés les proches des victimes et des 268 disparus, sur l'île de Jindo (sud), à proximité du lieu du drame. "La cause de la mort reste à déterminer", a déclaré la police à l'AFP. L'agence sud-coréenne Yonhap cite la police indiquant que le corps a été retrouvé pendu à un arbre, dans ce qui semble être un suicide. Le responsable scolaire était un des 179 rescapés du naufrage, qui s'est produit mercredi matin, au large de la côte sud de la Corée. Sur les 475 personnes à bord du ferry, 352 étaient des lycéens fréquentant l'établissement Danwon à Ansan, au sud de Séoul, en voyage scolaire.






    • 25 ans de réclusion requis contre "la veuve noire de l'Isère" - 18/04/2014

      Pas de "preuve", mais des "éléments" et un passé troublants: 25 ans de réclusion ont été requis vendredi devant les assises de l'Isère à l'encontre de Manuela Gonzalez, 53 ans, accusée d'avoir tué son dernier mari et surnommée "la veuve noire".

      "J'en appelle à votre raison et à votre intime conviction, il y a des éléments lourds, précis et concordants qui me permettent de vous demander d'entrer en voie de condamnation", a lancé l'avocat général, Pierre-Marie Cuny, à l'issue d'un réquisitoire de près de deux heures.

      "Je suis intimement convaincu que Mme Gonzalez, après avoir échoué une première fois, a tout mis en oeuvre pour tuer Daniel Cano", a-t-il martelé, ajoutant: "il y a contre elle, si ce n'est des preuves évidentes, un faisceau d'éléments, un enchaînement de faits, de constatations, qui me permettent de vous demander une décision de culpabilité".

      Le corps de ce chaudronnier de 58 ans, avait été retrouvé le 31 octobre 2008 à l'arrière de son véhicule incendié, non loin de sa maison de Villard-Bonnot (Isère) dans la vallée du Grésivaudan. Rapidement l'enquête avait conclu à un incendie volontaire et les analyses toxicologiques avaient révélé la présence de trois somnifères différents dans le sang de la victime.

      Avant lui, quatre autres compagnons de l'accusée depuis les années 1980 avaient subi des intoxications, dont deux avaient péri de mort violente.

      Durant les cinq jours de procès, l'accusée n'a cessé de clamer son innocence. Tout comme ses proches venus témoigner en sa faveur, à l'exception de son beau-fils, Nicolas Cano. Très ému, ce trentenaire a détaillé jeudi à la barre les "doutes" qui l'ont conduit dès 2009 à penser sa belle-mère coupable.



      - 'Le noir vous va très bien' -



      "On est en présence d'une personne qui a prémédité au fil des mois la descente aux enfers de Daniel Cano en se rendant compte de l'impasse dans laquelle elle se trouvait", a asséné l'avocat général évoquant les nombreuses dettes de cette ancienne monitrice d'auto-école.

      Avant et après la mort de son mari, l'accusée qui fréquentait les casinos et avait contracté un emprunt sans lui dire, avait détourné sur ses propres comptes plusieurs dizaines de milliers d'euros lui appartenant.

      Déroulant la chronologie des faits, l'avocat général a souligné "des enchaînements troublants" et une "élaboration aboutie", en dénonçant les "explications farfelues" de l'accusée, ses "mensonges" et ceux de "sa famille".

      "A l'évidence, on est en présence d'une solidarité très étroite, qui s'illustre à l'occasion de magouilles", a-t-il ironisé à propos des témoignages de sa fille et de sa soeur.

      L'accusée "a agi de façon déterminée et de façon péremptoire", a-t-il assuré, avant de lui lancer, en la regardant droit dans les yeux: "C'est vrai Mme Gonzalez, le noir vous va très bien".

      "Daniel Cano n'a jamais quitté son domicile, le 30 octobre au soir, car il était à l'arrière de la voiture assommé par les médicaments", a affirmé le magistrat, expliquant comment l'accusée qui avait "décidé de passer à l'acte à cette occasion, avec une perspective de réussite", avait conduit le véhicule sur "ce chemin de terre, derrière la butte".

      Quant à l'incendie survenu un mois avant le drame dans la chambre conjugale, qui avait déjà failli coûter la vie à Daniel Cano, le magistrat a assuré qu'il "ne s'agissait pas d'un élément fortuit: Manuela Gonzalez avait résolu d'appliquer aux grands maux les grands remèdes", a-t-il conclu.

      Le verdict est attendu dans la soirée après la plaidoirie de la défense.

    • Afrique du Sud: les géants du platine font une offre pour mettre fin à la grève - 18/04/2014

      Les trois principaux producteurs mondiaux de platine ont fait une nouvelle offre pour mettre fin à la grève qui affecte fortement leurs opérations sud-africaines depuis 12 semaines, a indiqué une porte-parole vendredi.

      "L'offre a été faite par les trois producteurs. (...) Lonmin va publier un communiqué à l'ouverture de la Bourse de Londres mardi matin", a indiqué la porte-parole Charmane Russel à l'AFP, alors qu'Anglo American Platinum (Amplats) et Impala Platinum (Implats) avaient déjà fait part de leur offre jeudi soir.

      Le salaire minimum touché par les mineurs de fond, primes de logement et congés payés compris, devrait ainsi passer à 12.500 rands (860 euros) d'ici juillet 2017, selon les trois groupes, soit une augmentation moyenne de 7,5% à 10% par an (nettement supérieure à l'inflation, d'environ 6% en Afrique du Sud).

      Le syndicat radical Amcu, qui a lancé la grève le 23 janvier, réclame un salaire de base de 12.500 rands mensuels, hors primes, ce qui selon les patrons correspondrait à une augmentation moyenne de 30% par an pendant quatre ans.

      Les négociations entre le syndicat et le patronat doivent reprendre mardi.

    • Donetsk: les séparatistes ne sont pas prêts à déposer les armes! - 18/04/2014

      Les séparatistes de Donetsk, grande ville industrielle à l'Est de l'Ukraine en proie à une insurrection pro-russe ont déclaré vendredi ne pas avoir l'intention de désarmer au lendemain d'un accord international de Genève dans ce sens."C'est Kiev qui doit d'abord désarmer Pravy Sektor (mouvement nationaliste paramilitaire, ndlr), la Garde nationale (récemment créée pour intégrer les unités d'autodéfense du Maïdan) et les autres formations illégales et après éventuellement nous rendrons les armes", a déclaré à l'AFP Kirill Roudenko, un des porte-parole des insurgés.

       

      Premières négociations à Genève

      Il a également dénoncé le fait que les représentants du Donbass, bassin minier dans l'Est, n'aient pas été invités à Genève où se sont déroulées jeudi les premières négociations internationales sur la crise ukrainienne entre la Russie, l'Ukraine, les Etats-Unis et l'Union européenne.

       

      Accord conclu pour apaiser les tensions

      Les Occidentaux, Kiev et Moscou y ont conclu un accord pour une désescalade rapide des tensions en Ukraine au bord de l'éclatement. L'accord prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés dont fait partie l'administration régionale de Donetsk.







    • Donetsk: es séparatistes ne sont pas prêts à déposer les armes! - 18/04/2014

      Les séparatistes de Donetsk, grande ville industrielle à l'Est de l'Ukraine en proie à une insurrection pro-russe ont déclaré vendredi ne pas avoir l'intention de désarmer au lendemain d'un accord international de Genève dans ce sens."C'est Kiev qui doit d'abord désarmer Pravy Sektor (mouvement nationaliste paramilitaire, ndlr), la Garde nationale (récemment créée pour intégrer les unités d'autodéfense du Maïdan) et les autres formations illégales et après éventuellement nous rendrons les armes", a déclaré à l'AFP Kirill Roudenko, un des porte-parole des insurgés.

       

      Premières négociations à Genève

      Il a également dénoncé le fait que les représentants du Donbass, bassin minier dans l'Est, n'aient pas été invités à Genève où se sont déroulées jeudi les premières négociations internationales sur la crise ukrainienne entre la Russie, l'Ukraine, les Etats-Unis et l'Union européenne.

       

      Accord conclu pour apaiser les tensions

      Les Occidentaux, Kiev et Moscou y ont conclu un accord pour une désescalade rapide des tensions en Ukraine au bord de l'éclatement. L'accord prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés dont fait partie l'administration régionale de Donetsk.







    • Damien Castelain (SE) succède à Martine Aubry à la tête de Lille-Métropole - 18/04/2014

      Damien Castelain (sans étiquette) a été élu vendredi au premier tour à la présidence de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) mettant fin à près d'un demi-siècle de domination socialiste, et ce avec le soutien de son prédécesseur Martine Aubry et des élus de gauche.

      Maire de Péronne-en-Mélentois -900 habitants-, le président d'un groupe d'élus de petites communes a devancé avec 108 voix sur 175 exprimées le candidat de la droite et du centre, l'UMP Bernard Gérard (62 voix), et Eric Dillies (FN, 5 voix).

      La maire socialiste de Lille, Martine Aubry, comme elle l'avait laissé entendre après la perte par le PS aux municipales de villes clés comme Roubaix et Tourcoing qui compromettait sa réélection à la tête de la communauté urbaine, ne s'est pas présentée. Et parmi les 63 conseillers communautaires de gauche et écologiste, personne ne s'est porté candidat pour un baroud d'honneur.

      La quatrième agglomération de France a donc changé de mains après 47 années de domination socialiste. Mais le PS aura au moins réussi à barrer la route à l'UMP Bernard Gérard, député-maire de Marc-en-Baroeul, en accordant son soutien à M. Castelain, parce que le jugeant à la tête d'un "groupe qui se réclame de l'indépendance et qui peut rassembler autour d'un projet".

      M. Castelain, premier-vice-président sortant chargé de l'écologie urbaine, et qui avait travaillé en bonne intelligence avec Mme Aubry lors de ce qui aura été l'unique mandat de celle-ci à la présidence de LMCU, bénéficiait de ce fait d'un préjugé favorable des formations de gauche et écologiste.

      Le conseil communautaire de Lille Métropole, qui compte 179 membres, représente 85 communes.

    • Du porc dans la boîte aux lettres: plainte de la mosquée de Mantes-la-Ville - 18/04/2014

      La mosquée de Mantes-la-Ville (Yvelines) a déposé plainte contre X après avoir découvert du pâté de porc dans sa boîte aux lettres et reçu une lettre comparant les musulmans à des "cafards", révélateurs d'un "climat inquiétant" dans la ville FN, indique-t-elle dans un communiqué vendredi.

      L'association des musulmans de Mantes-sud, gestionnaire de la mosquée, a déposé plainte mercredi au commissariat de Mantes-la-Jolie après avoir découvert le jour-même "une douzaine de tranches de pâté de porc moisi" dans sa boîte aux lettres, selon son président Abdelaziz El Jaouhari.

      "C?est indéniablement un acte raciste et provocateur. C?est la première fois en douze années d?existence de la mosquée qu?elle fait l?objet d?une telle attaque raciste", dénonce l'association cultuelle dans son communiqué.

      Jeudi, elle a déposé une deuxième plainte pour "provocation à la haine ou à la discrimination religieuse" après avoir reçu une lettre anonyme accusant l'islam d'être "criminogène". "Nous souhaitons bon corage (sic) au maire car il va avoir beaucoup de travail pour faire un bon nettoyage en particulier sur la race musulmane", peut-on lire dans ce courrier dactylographié.

      "Ces actes sont d?autant plus préoccupants qu?ils interviennent dans un contexte social et politique dégradé sur la Ville", s'alarme l'association dans son communiqué, en faisant référence à l'arrivée du frontiste Cyril Nauth à la tête de cette commune de 19.000 habitants.

      Le seul maire FN en Ile-de-France, élu le 30 mars avec 30,26% des voix, envisage de retoquer le projet d'une nouvelle mosquée, devant remplacer l'actuelle, un sujet qui avait divisé pendant la campagne des municipales.

      "Ce changement politique légitime certains groupes ou personnes pour commettre l'indéfendable", estime M. El Jaouhari.

      L'enquête est confiée au commissariat de Mantes-la-Jolie.

    • Nigeria: la plupart des lycéennes enlevées toujours portées disparues s sont toujours portées disparues - 18/04/2014

      Le ministère de la Défense du Nigeria a reconnu vendredi que la plupart des 129 lycéennes enlevées en début de semaine par les islamistes de Boko Haram dans le nord-est du pays étaient toujours portées disparues.

      Par ailleurs, devant l'impuissance des autorités à retrouver les jeunes filles enlevées lundi, des familles des victimes ont entrepris d'organiser elles-mêmes des recherches.

      L'armée avait prétendu mercredi que seulement huit des lycéennes kidnappées étaient encore retenues et que les 121 autres avaient pu s'échapper. Mais cette affirmation avait été contredite jeudi par la directrice du lycée et des autorités régionales.

      "A la lumière du démenti de la directrice du lycée, le quartier général de la Défense souhaite s'en remettre aux déclarations de la directrice et du gouverneur (de l'Etat de Borno où a eu lieu l'enlèvement) sur le nombre de lycéennes toujours portées disparues et retirer cet élément d'une déclaration précédente", a déclaré le général Chris Olukolade, porte-parole des armées dans un communiqué.

      Selon la directrice du lycée public pour filles de Chibok, où s'est produit le raid de Boko Haram, 14 lycéennes ont retrouvé la liberté.

      Jeudi soir, le responsable de l'éducation de l'Etat de Borno avait indiqué que 20 jeunes filles avaient pu s'échapper.

      Le porte-parole de l'armée a regretté la controverse qu'il a lui-même provoquée, disant avoir agi de bonne foi et sans intention de tromper le public sur une affaire qui a suscité une vive émotion au Nigeria et à l'étranger.

      Le même jour que cet rapt massif, un attentat attribué également à Boko Haram a fait 75 morts et 141 blessés à Abuja, l'attaque la plus meurtrière jamais lancée dans la capitale fédérale nigériane par le groupe islamiste radical.

      Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché" en langue haoussa, a souvent pris pour cible des écoles et des université depuis le début, en 2009, d'une insurrection qui a fait des milliers de morts.

      Des étudiants ont été massacrés dans leur sommeil, lors de l'attaque de leur dortoir, et des attentats à la bombe ont eu lieu dans des campus d'université, notamment, mais aucun enlèvement massif visant des jeunes filles n'avait été observé dans le passé.



      Le général Olukolade a indiqué que les recherches se poursuivaient avec l'aide de milices pro-gouvernementales et de chasseurs. De leur côté, des familles des lycéennes voulant tout faire pour retrouver leurs enfants ont décidé de fouiller la région du rapt.

      "Certains de nos parents vont jusqu'à ratisser la brousse", a dit la directrice du lycée de Chibok, Mme Asabe Kwambura, ajoutant que des familles se sont cotisées pour acheter du carburant pour des motos et autres véhicules participant aux recherches. Le gouverneur de l'Etat de Borno a déjà offert 50 millions de nairas (215.000 euros) à toute personne pouvant donner des informations permettant la libération des victimes encore prisonnières.

      Le président Goodluck Jonathan a rencontré jeudi ses responsables de la sécurité pour faire le point sur l'affaire et une autre réunion est prévue pour la semaine prochaine.

      Le dirigeant nigérian est déjà l'objet de critiques devant la poursuite des violences de Boko Haram malgré une vaste offensive militaire dans ses fiefs du nord-est en cours depuis près d'un an.

      Les attaques de Boko Haram, qui revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria à majorité musulmane, ont déjà fait plus de 1.500 morts rien que cette année selon Amnesty International.



    • Peillon: la réforme de l'Education n'est pas l'action d'un seul homme - 18/04/2014

      Vincent Peillon a estimé vendredi que son départ du ministère de l'Education nationale, début avril à l'occasion du remaniement, était nécessaire pour que les réformes ne soient pas inscrites "seulement dans l'action d'un homme".

      "Il y a eu beaucoup de conflits sur les rythmes scolaires ou d'autres sujets, alors même que par exemple sur les rythmes, la droite avait préparé" la réforme, a déclaré M. Peillon sur RTL, précisant que "les parlementaires de droite venaient (le) voir en disant :+c'est exactement ce qu'il faut faire+".

      "Je suis allé vite, c'est vrai, j'ai fait plus de réformes en 22 mois qu'il n'y en a jamais eu dans l'Education nationale, parce que je pensais qu'il fallait +cranter+ ces réformes de fond (rythmes, formation des professeurs, nouveaux programmes, numérique, NDLR) pour réussir le Pisa français", a-t-il poursuivi, en référence à l'enquête de l'OCDE sur le niveau des élèves.

      Relancé sur son départ du gouvernement, M. Peillon a reconnu qu'il n'avait pas été décidé "dans ces termes-là: la responsabilité politique n'est pas celle-là, j'avais envisagé un autre moment", mais a aussi affirmé avoir voulu "se consacrer à la campagne européenne".

      "Je suis content des orientations décidées par Benoît Hamon, par exemple les postes maintenus, et du travail qu'a effectué celui qui m'a succédé qui a pris conscience de la nécessité de défendre l'école dans un monde qui ne comprend pas toujours ses valeurs", a-t-il indiqué.



    • Cacher son moi, exhiber ses formes: le monde dérangeant des "zentaï" - 18/04/2014

      Être quelqu'un sans être personne, être regardé sans être vu: c'est le rêve et le fantasme de certains Japonais et Japonaises qui, après le boulot, revêtent une combinaison lycra ou satin intégrale qui cache tout, y compris le visage. Mais surtout pas les formes.

      Le jour, c'est une jeune employée de bureau bien ordinaire, bien rangée. Juste ce qu'il faut de maquillage discret et une coiffure très sage. Passe-partout.

      Mais quand la nuit enveloppe Tokyo, elle se glisse dans une combinaison ultra moulante d'où n'émergent pas même ses yeux. Et alors "Hokkyoku Nigo", littéralement "Pôle nord n°2", va s'asseoir dans des bars. Seule et libérée du regard des autres. Du moins le pense-t-elle.

      Car ces combinaisons "zentaï", mot japonais compressé autant que les corps qu'elles recouvrent et qui signifie "collant pour le corps entier", cachent l'être mais pas les formes de l'être, bien au contraire.

      Ce plaisir étonnant, voire dérangeant, est peut-être aussi le reflet d'une société dans laquelle certaines personnes ne trouvent pas leur place, vivent un "mal de vivre", à en croire le professeur Ikuo Daibo, de l'Université Tokyo Mirai.

      "Ici, au Japon, beaucoup de gens se sentent perdus, incapables de trouver leur rôle et leur place dans la société", explique-t-il pour tenter de décrire ce phénomène, mélange d'esthétisme et de fétichisme, né il y a une trentaine d'année et qui a son "pape": "Marcy Anarchy", un photographe dont on ne connait que le pseudonyme et dont personne n'a jamais vu le visage.

      A la différence du "cosplay", autre mode japonaise extravagante et ludique qui consiste à revêtir des costumes et déguisements pour s'identifier à des héros de mangas (bandes dessinées), le "zentaï" empreinte une autre voie: effacer totalement son vrai moi, devenir neutre, pour "mieux" communiquer en abolissant les regards scrutateurs.

      "Toute ma vie, j'ai toujours été préoccupée par ce que les autres pensent de moi. Il y en a qui disent que je suis mignonne, d'autres puérile, ou naïve", raconte "Pôle Nord n°2". Et tandis que cette jeune femme d'une vingtaine d'années explique sa double vie, le lycra violet scintillant qui moule sa tête remue au gré de sa respiration.

      "Je suffoque, mais en "zentaï" je suis une personne".

      Les adeptes de la fibre textile intégrale chercheraient une libération, par la sublimation du corps, dessiné, suggéré et suggestif, moulé par le tissu dans ses moindres détails.



      - Une pratique sexuellement connotée -



      Les fans de ce que certains associent à une simple perversion se retrouvent sur internet ou se réunissent dans des clubs, tel le Tokyo Zentai où tous les mois se réunissent une dizaine de pratiquants pour passer une soirée loin des conventions et codes vestimentaires.

      "Nous portons des habits. Le jour, les hommes ont une sorte d'uniforme: costume-cravate. Une fois à la maison, ils se mettent à l'aise. Bref, nous changeons de vêtements en fonction de la situation. Les gens "zentaï" sont eux totalement libérés de tous les rôles sociaux. Il n'y a plus que la communication physique directe, et c'est comme ça qu'ils se sentent libres", avance le professeur Daibo.

      Reste qu'enfiler un "zentaï" pour la première fois ne semble pas aisé, tant cette pratique est connotée sexuellement, notamment dans les milieux gays comme en attestent des sites internet qui vendent ce genre de tenues.

      Hanaka, une jeune femme de 22 ans, raconte ses premiers pas: "quand j'étais petite, j'étais fascinée par les costumes de héros. A 13 ou 14 ans, j'ai essayé de me fabriquer ma propre combinaison en cousant des bas ensemble, mais j'ai tout arrêté, en me disant que j'étais en train de faire quelque chose de bizarre".

      Finalement, c'est Popo, son petit copain de 25 ans qui l'a entrainée au Tokyo Zentai Club.

      "Et puis, j'ai été vraiment heureuse de découvrir sur internet qu'il y avait des gens comme moi".

      Univers caché et très limité, le "zentaï" fait tout de même parfois des incursions dans la culture populaire.

      La presse a récemment révélé qu'un "zentaï" venait souvent traîner devant une bouche de métro pour, tel un super-héros, aider les mamans à descendre la poussette d'enfant dans les escaliers.

      Ça, c'est la version "Bisounours". Pour d'autres, la "zentaï attitude" a bel et bien à voir avec le sexe.

      "J'aime toucher, caresser les autres, être touchée et caressée", confie Nezumiko, une enseignante de 36 ans. Elle se défend d'être lesbienne, mais confie que... "le zentaï procure une sensation qui n'a rien à voir avec le sexe hétéro".

      Les amoureux du zentaï "essayent d'exposer leur moi le plus profond en cachant leur apparence réelle. C'est une forme de communication intéressante", juge le professeur Daibo.

      "Exposer son moi ?": Alice Omori, la quarantaine dont 20 de zentaï, gère un site internet de combinaisons intégrales, et il ne semble pas trop se poser la question. "Emballé" dans son costume, ce qu'il expose est plus prosaique.

    • Suicide d'Amanda Todd: un suspect interpellé aux Pays-Bas - 18/04/2014

      Un homme de 35 ans soupçonné d'être lié au suicide de l'adolescente canadienne Amanda Todd, qui s'était donné la mort après avoir été harcelée sur internet, a été interpellé aux Pays-Bas, a-t-on appris vendredi auprès du parquet néerlandais.

      Le Canada a l'intention de déposer d'ici peu une demande d'extradition "afin qu'il comparaisse devant un tribunal en lien avec l'affaire Amanda Todd", a indiqué à l'AFP Paul van der Zanden, un porte-parole du parquet néerlandais.

      Le suspect avait été interpellé en janvier à Tilburg (sud). Il est soupçonné d'avoir forcé des "dizaines" de jeunes filles, notamment aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, à réaliser des actes sexuels devant leurs webcams.

      Si elles refusaient de tourner de nouvelles vidéos, il les menaçait de publier les anciennes vidéos qu'il avait d'elles. Il est actuellement détenu aux Pays-Bas, notamment pour production et diffusion de pornographie infantile, fraude et possession de drogues.

      Selon M. van der Zanden, le Canada a relié le suspect au suicide d'Amanda Todd, 15 ans, en octobre 2012. Ce suicide avait provoqué un immense émoi au Canada et lancé un débat sur les dangers de la cyber-intimidation, dont la jeune fille était la cible.

      En manque d'amis, Amanda en cherche via des sites de chat dès l'âge de douze ans. Elle tombe sur un prédateur qui la persuade d'abord de lui montrer ses seins via une webcam, puis la fait chanter pour qu'elle lui "fasse un show". Elle refuse et il se venge en affichant sa photo sur internet.

      Amanda Todd était la cible aussi de messages d'intimidation sur Facebook venant apparemment de ses camarades d'école.

      L'incident de la photo a provoqué chez Amanda Todd des crises de panique et de dépression. Sa famille a déménagé, mais cela n'a pas suffi pour empêcher son passé de la rattraper via les médias sociaux. Elle a cherché refuge dans la drogue et l'alcool.

      Elle décide finalement de mettre fin à son calvaire à l'âge de 15 ans après avoir publié sur YouTube un court film en noir et blanc dans lequel elle affiche une série de cartons décrivant en quelques mots les mauvais traitements subis. Ce film a depuis été vu des millions de fois.



    • Syrie: un jeune Britannique tué dans des circonstances indéterminées - 18/04/2014

      Un adolescent britannique de 18 ans, neveu d'un ancien détenu de Guantanamo, a été tué lors du conflit en Syrie dans des circonstances restant à élucider, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

       

      Le papa du jeune homme ne savait pas que son fils était en Syrie

      Le père d'Abdullah Deghayes, installé à Brighton dans le sud de l'Angleterre, a confirmé la mort de son fils au journal local The Argus. Il a déclaré qu'il n'était même pas au courant du départ de l'adolescent en Syrie. La police locale a, elle, indiqué avoir "reçu le lundi 14 avril l'information qu'un résident de Brighton âgé de 18 ans ait récemment été tué en Syrie", précisant que "les circonstances de sa mort restent incertaines". Les enquêteurs estiment qu'il a été tué au mois d'avril.

       

      Arrestation des personnes parties se battre en Syrie

      Abdullah Deghayes est le neveu d'Omar Deghayes qui, après son arrestation au Pakistan, a été détenu par les Etats-Unis dans la prison de Guantanamo entre 2002 et 2007. Les autorités britanniques ont multiplié ces derniers mois les arrestations de personnes soupçonnées d'être parties se battre en Syrie.

       

      Une vingtaine de combattants morts en Syrie

      Le Royaume-Uni estime à 400 le nombre de ces combattants, dont une vingtaine seraient morts pendant le conflit. Des hauts représentants de Scotland Yard et des services de renseignements ont mis en avant le danger que représenteraient certains de ces Britanniques rentrés au pays après avoir acquis des compétences dans le domaine de la guérilla ou du terrorisme auprès de combattants d'Al-Qaïda.        







    • La "culture café" arrive en France - 18/04/2014

      Le café a la cote: pas le jus de chaussette, pas non plus celui que l'on avale en grimaçant tellement il est amer, mais celui de baristas ou de torréfacteurs, ces professionnels amoureux du petit noir qui sont de plus en plus nombreux en France.

      Pas question de commander simplement "un café" si vous allez dans un de ces coffee shops qui ouvrent à Paris et dans les grandes villes de France. A la carte de ces lieux à l'ambiance "cool", plus d'une dizaine de propositions café. Le barista, un sommelier du café, est là pour vous aider. Et pour des cours de perfectionnement, vous pourrez pousser la porte d'un atelier de dégustation.

      Cette "culture du café" arrive des pays du nord de l'Europe ainsi que de l'Australie et des Etats-Unis. Aleaume Paturle, qui est à la tête de Lomi, un lieu incontournable du café à Paris, s'est lancé après avoir travaillé dans un coffee shop à San Diego, en Californie. "C'était génial. Je me suis dit qu'il fallait faire pareil en France", raconte-t-il.

      Dans l'hexagone, on part de loin à en croire les spécialistes. "Je rêve d'aller dans un resto et de ne pas avoir peur de commander un café", lâche M. Paturle. Dans les brasseries parisiennes? "C'est dégueulasse", dit-il. "Il y a une culture du café en France, mais à l'opposé de la distinction", ose Hippolyte Courty de l'Arbre à café, torréfacteur chouchou du milieu de la gastronomie.

      Pour ce dernier, le palais des Français a été formé (ou plutôt déformé) par la chicorée, "un ersatz de café". L'amertume du Robusta, qui venait de nos colonies, et l'action des grands groupes de l'agroalimentaire auprès des brasseurs n'ont rien arrangé.



      - Un bouillon à base de café -



      Mais les choses changent, peu à peu. La chaîne américaine Starbucks et surtout la célèbre capsule Nespresso y ont contribué. "Les Français ont compris qu'un café ne vaut pas un autre café, qu'ils préféraient la capsule rouge, à la bleue ou à l'orange", estime Hippolyte Courty.

      L'Arbre à café et Lomi fournissent restaurants étoilés, stars de la bistronomie, coffee shops etc. Ils forment ces professionnels, afin de leur faire comprendre comment travailler le café.

      Mais les particuliers ne sont pas en reste. Hippolyte Courty vend ses "cafés d'exception", qui portent le nom de la dizaine de producteurs avec lesquels il travaille, dans sa boutique du quartier parisien du Sentier. Il ouvrira son atelier au grand public à partir de mai.

      Le café Lomi, dans le 18ème arrondissement, ne désemplit pas. A la carte, il y a une vingtaine de références: l'espresso du jour, le café mocha, mais aussi des cafés d'origine (Brésil, Ethiopie, Indonésie...) servis dans une cafetière "Chemex", et encore un café milkshake et, "pour s'amuser", un café fromage (Espresso et bleu d'Auvergne). Les prix vont de 2,20 à 13 euros.

      Hippolyte Courty regrette "un mimétisme des modes nordiques et anglo-saxonnes". "On importe au lieu d'inventer notre propre café", déplore-t-il.

      "Cette vague de café nordique ne répond pas aux besoins français. Il nous faudrait un café plus rond, chocolaté, plus sur l'amertume que sur l'acidité", estime Aleaume Paturle.

      Mais pour lui, un pas a été franchi dans la qualité. Et bientôt, espère-t-il, les brasseurs serviront un meilleur café. "Le jour, quand le consommateur dira: + Marre de ton café +, il s'y mettront!".

      Des chefs ont adopté le café pour leur plat et M. Paturle parle avec délice d'un thon cuit avec des légumes dans un bouillon à base de café.

    • La dépouille de Justin-Marie Bomboko, un des pères de l'indépendance congolaise, rapatriée samedi - 18/04/2014

      Une messe en mémoire de M. Bomboko, l'un des d'un père de l'indépendance et le premier Congolais diplômé de l'Université libre de Bruxelles (ULB), avec une licence en sciences politiques et administratives obtenue en 1959 a été célébrée mercredi en la cathédrale Saint Michel et Gudule de Bruxelles. L'office religieux a été marqué par les témoignages de plusieurs personnalités qui ont mis en exergue les qualités intellectuelles du disparu. Prenant le premier la parole, le ministre d'Etat belge Herman De Croo, un "ami de 58 ans" de M. Bomboko, qui l'avait rencontré pour la dernière fois la veille de son décès, a rappelé quelques souvenirs communs. Paule Bouvier, professeur émérite à l'ULB et ex-conseillère du premier Premier ministre congolais Patrice Emery Lumumba, a souligné l'esprit de liberté et de paix de l'homme politique, selon l'ACP (officielle).

       

      Le rôle joué par l'illustre disparu

      L'ambassadeur de RDC en Belgique et auprès de l'Union européenne, Henri Mova Sakanyi, a insisté sur le rôle qu'a joué par l'illustre disparu dans l'histoire de son pays, tandis que le deuxième vice-président du Sénat congolais, Mario Cardoso, a évoqué quelques événements vécus avant et après l'accession du Congo à l'indépendance, en soulignant l'action de M. Bomboko, qui a créé le ministère des Affaires étrangères. Il est décédé jeudi dernier des suites d'une longue maladie aux Cliniques universitaires Saint-Luc de Bruxelles, à l'âge de 86 ans. 







    • Hongrie: Pécs, 120.000 habitants, se chauffe à la paille - 18/04/2014

      A Pécs, 120.000 habitants au sud de la Hongrie, toute l'électricité et le chauffage sont produits par une centrale fonctionnant au bois et à la paille, un exemple d'une ampleur unique en Europe.

      La ville, distinguée par le label de capitale culturelle européenne en 2011, profite d'une énergie à moindre coût et d'une pollution réduite.

      Sa centrale thermique, la plus grande d'Europe dans son genre, est gérée par le groupe Dalkia, filiale spécialisée dans les services énergétiques des français Veolia et EDF. Après 80 millions d'euros de travaux réalisés entre fin 2010 et l'été 2013, elle a remplacé un équipement construit à l'époque communiste, et qui était déjà novateur en son temps.

      "La centrale avait déjà pour combustible 50% de bois et 50% de gaz. Le projet consistait à remplacer intégralement la consommation de gaz par de la paille", explique Renaud Capris, le directeur général de Dalkia Energia.

      Le bénéfice est d'abord environnemental. Selon l'opérateur, "cette consommation de paille permet l'économie de 150.000 tonnes d?émission de CO2". Sur un plan économique, le coût de production n'est dorénavant plus dépendant des fluctuations du prix du gaz, voire d'interruptions de fourniture.

      L'usine de Pécs est une centrale de "cogénération", c'est-à-dire qu'elle produit à la fois de l'électricité et du chauffage à partir d'un combustible unique, en l'occurrence la biomasse. Elle se présente sous l'aspect d'un gigantesque bâtiment de briques noirci, avec une rangée de cheminées. Au lieu de l'odeur habituelle de gaz, c'est l'odeur de la paille qui prédomine autour du bâtiment. Il n'y a pas de rejet de poussières polluantes.

      La centrale utilise 400.000 tonnes de copeaux de bois et quelques 200.000 tonnes de paille par an. "La vapeur issue de la combustion de la paille, qui a déjà servi pour produire l'électricité, est réutilisée pour chauffer la ville de Pécs", explique Ferenc Marton, le directeur de la communication de l'usine.

      Le maire de Pécs, Zsolt Pava, se dit "fier" que "la pollution ait disparu" dans sa ville. Il souligne en outre que le bois utilisé est issu d'une production soutenable.

      Pour les exploitants agricoles et forestiers de la zone de collecte, un périmètre de 100 km autour de Pécs, la centrale est une manne. Une centaine de petits agriculteurs de la région ont ainsi signé un contrat de fourniture de paille.

      Janos Dietrich, de Dravasztara (60 km au sud de Pécs), a signé pour dix ans. Il a multiplié par dix le chiffre d'affaires de sa ferme.

      "C'est de ce contrat que provient la majorité de nos recettes", explique-t-il.

      En France, la cogénération représente environ 5% de la production d'électricité.

    • Vendredi Saint aux Philippines : un homme cloué sur la croix - 18/04/2014

      Comme chaque Vendredi Saint aux Philippines, une foule fervente se pressait pour voir des catholiques, dont un Danois, rejouer les dernières heures de Jésus Christ, cloués sur la croix ou en se flagellant, une dévotion poussée à l'extrême et réprouvée par l'Eglise du pays.

       

      Rituels qui se déroulent chaque année

      Ces rituels se déroulent chaque année dans l'archipel, bastion du catholicisme en Asie, héritage d'une longue colonisation espagnole. Ils n'attirent plus seulement les fidèles mais aussi les touristes, en quête de sensations fortes.

       

      Les étrangers ne sont pas autorisés à être crucifiés

      La participation cette année d'un Danois de 48 ans, identifié par les autorités sous le nom de Lasse Spang Olsen, a surpris les Philippins car les étrangers ne sont plus autorisés à être crucifiés, après une série d'incidents gênants.

       

      " Formidable expérience "

      Olsen, une petite caméra accrochée au corps, a enduré l'épreuve sans faiblir: clous plantés dans la paume des mains et dans les pieds, puis dix minutes sur la croix. Il n'a pas souhaité s'exprimer après coup mais des voisins l'ont entendu commenter d'un sobre "formidable expérience".

       

      Huit Philippins ont enduré l'épreuve

      Huit Philippins ont également subi le crucifiement, à San Fernando, haut lieu de ces scènes sanglantes de la Passion du Christ, à 90 minutes de route de Manille. Ailleurs dans la ville, des hommes la tête recouverte d'une cagoule se sont flagellés avec des morceaux de bambou noués par des cordes, en pénitence de leurs pêchés, projetant des gouttes de sang sur les spectateurs qui bordent les rues.

       

      40 000 touristes viennent chaque année voir le crucifiement

      La police estime le nombre de touristes à plus de 40.000, dont 5% d'étrangers. Ching Pangilinan, en charge du tourisme de la ville, a indiqué que le Danois avait été autorisé par les responsables des quartiers à participer aux crucifiements.

       

      Images utilisées dans un film porno

      Les étrangers sont en général interdits, depuis quelques années. Un Britannique avait renoncé au dernier moment en 2008, un Japonais avait traversé l'épreuve mais révélé ensuite que les images étaient utilisées dans un film pornographique et un Australien s'était avéré être un comédien de télévision.







    • Vendredi Saint aux Philippines: un Danois cette année aux traditionnelles crucifixions - 18/04/2014

      Comme chaque Vendredi Saint aux Philippines, une foule fervente se pressait pour voir des catholiques, dont un Danois, rejouer les dernières heures de Jésus Christ, cloués sur la croix ou en se flagellant, une dévotion poussée à l'extrême et réprouvée par l'Eglise du pays.

      Ces rituels se déroulent chaque année dans l'archipel, bastion du catholicisme en Asie, héritage d'une longue colonisation espagnole.

      Ils n'attirent plus seulement les fidèles mais aussi les touristes, en quête de sensations fortes.

      La participation cette année d'un Danois de 48 ans, identifié par les autorités sous le nom de Lasse Spang Olsen, a surpris les Philippins car les étrangers ne sont plus autorisés à être crucifiés, après une série d'incidents gênants.

      Olsen, une petite caméra accrochée au corps, a enduré l'épreuve sans faiblir: clous plantés dans la paume des mains et dans les pieds, puis dix minutes sur la croix.

      Il n'a pas souhaité s'exprimer après coup mais des voisins l'ont entendu commenter d'un sobre "formidable expérience".

      Huit Philippins ont également subi le crucifiement, à San Fernando, haut lieu de ces scènes sanglantes de la Passion du Christ, à 90 minutes de route de Manille.

      Ailleurs dans la ville, des hommes la tête recouverte d'une cagoule se sont flagellés avec des morceaux de bambou noués par des cordes, en pénitence de leurs pêchés, projetant des gouttes de sang sur les spectateurs qui bordent les rues.

      La police estime le nombre de touristes à plus de 40.000, dont 5% d'étrangers.

      Ching Pangilinan, en charge du tourisme de la ville, a indiqué que le Danois avait été autorisé par les responsables des quartiers à participer aux crucifiements.

      Les étrangers sont en général interdits, depuis quelques années. Un Britannique avait renoncé au dernier moment en 2008, un Japonais avait traversé l'épreuve mais révélé ensuite que les images étaient utilisées dans un film pornographique et un Australien s'était avéré être un comédien de télévision.





    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Menace de grève générale sur le rail, avertit la CGSP - 18/04/2014
      Une grève générale sur le rail couve, selon la CGSP Cheminots. Le mécontentement croît quant au manque de personnel, précise-t-on. La CSC Transcom temporise.
      La menace résulte d'un dialogue interne au sein du syndicat socialiste. Une rencontre avec la direction du rail est prévue la semaine prochaine. Si le dialogue devait mener à la grève, celle-ci interviendrait "début mai", précise la CGSP. La CSC confirme qu'il manque du personnel dans certains secteurs, notamment parmi les accompagnateurs et les signaleurs. "La direction a fait une première proposition d'augmentation de personnel", indique-t-on. Une deuxième vague de recrutement pourrait intervenir en fonction du nombre d'examens réussis. Le syndicat chrétien écarte pour l'instant l'éventualité d'une grève. (Belga)






    • Qui a dit que l'immobilier allait s'effondrer ? Les prix des maisons et appartements ont encore augmenté - 18/04/2014

      Les maisons d'habitation ordinaires ont augmenté de 2,1%, à un prix moyen de 197.616 euros, les appartements de 2,8% à 207.886 euros et les villas de 0,8% à 332.603 euros. Les prix des terrains à bâtir ne cessent de grimper, avec une hausse de 5,5% en 2013 à 110,9 euros par mètre carré. En Région wallonne, il fallait débourser en moyenne 147.816 euros pour acquérir une maison d'habitation ordinaire. Une villa affichait un prix moyen de 265.773 euros et un appartement de 168.577 euros. Le prix des terrains à bâtir se chiffrait en moyenne à 51,1 euros/m2.

      En ce qui concerne les maisons d'habitation ordinaires, le Hainaut était la province wallonne la moins chère avec un prix moyen de 124.497 euros. La province la plus chère était le Brabant wallon, où l'on enregistrait un prix moyen de 243.691 euros. La commune la plus chère était Lasne (393.868 euros), tandis que Colfontaine constituait la commune la moins chère, avec un prix moyen de 90.753 euros pour une maison d'habitation.

      En Région de Bruxelles-Capitale, une maison d'habitation ordinaire coûtait en moyenne 368.941 euros. Une villa affichait un prix moyen de 919.398 euros et un appartement de 225.895 euros. Le prix des terrains à bâtir atteignait en moyenne 585,8 euros/m2. La commune la moins chère était Molenbeek-Saint-Jean, où une maison d'habitation ordinaire coûtait 245.642 euros en moyenne. Ixelles était la commune la plus chère, avec une moyenne de 541.991 euros.   

         







    • Perturbations confirmées sur le rail le 22 avril à Charleroi - 18/04/2014
      La CGSP Cheminots confirme que le trafic ferroviaire sera perturbé mardi dans la région de Charleroi, au terme du préavis de grève qui avait été déposé le 4 avril.
      Dans un communiqué, le syndicat rappelle la réunion de conciliation qui s'est tenue le 4 avril dernier, à propos de la rétribution d'une partie du personnel de la SNCB. Des agents ont vu leur salaire diminué sensiblement sans appel, alors que les cheminots attendent une convention collective depuis 2010, indique la CGSP. Les perturbations annoncées débuteront aux premières heures et devraient concerner le trafic ferroviaire de toute la région de Charleroi, et particulièrement la gare de Charleroi-Sud. (Belga)






    • Raffinerie de LyondellBasell: Sotragem veut poursuivre les discussions - 18/04/2014

      La société monégasque Sotragem, dont l'offre de reprise de la raffinerie LyondellBasell de Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône) a été rejetée par le groupe américain, a fait part vendredi de son souhait de poursuivre les discussions.

      "Aucune explication n'a été fournie par LyondellBasell pour justifier cette décision", qualifiée de "brutale", d'arrêter les négociations, "alors même que Sotragem a amélioré à plusieurs reprises son offre engageante ces dernières semaines", affirme l'entreprise dans un communiqué transmis à l'AFP.

      "Nous réitérons", poursuit-elle, "notre volonté de discuter et négocier - de bonne foi - les termes d'un accord, qui permettrait le redémarrage de la raffinerie de Berre et la création de plusieurs centaines d?emplois, directs et indirects".

      La raffinerie a été mise "sous cocon" début 2012, prête à redémarrer en cas de reprise, et compte désormais moins de 20 salariés, les autres (350 environ) étant déjà partis dans le cadre d'un plan social. Mais les syndicats craignent que sa fermeture "mette en péril" l'ensemble du complexe pétrochimique de LyondellBasell, où travaillent 900 personnes au total.

      Sotragem dénonce en outre la "présentation biaisée" de l'offre qui a été faite, selon la société monégasque, aux salariés du site, "ce qui est inacceptable".

      Après l'annonce de l'arrêt des négociations par LyondellBasell, les syndicats se sont divisés sur les suites à donner au mouvement. L'intersyndicale a même été dissoute, FO, CFDT, Sud et CFE-CGC ayant décidé de ne pas s'associer aux "actions futures" annoncées par la CGT.

      Sotragem, spécialisée dans le transport et le négoce de produits pétroliers, avait fait part de son intérêt pour l'usine à l'automne dernier.

      "Après une analyse rigoureuse", l'offre de la compagnie monégasque "ne présente pas de conditions commerciales acceptables et ne présente aucune garantie pour un redémarrage effectif de la raffinerie et une reprise viable de ses activités", avait estimé mercredi LyondellBasell, mettant ainsi fin au processus de recherche de repreneurs entamé en juin 2011.

    • Dans le sillage de Free, le succès du fabricant sino-marseillais de smartphones Wiko - 18/04/2014

      Deux millions de smartphones vendus en 2013 pour une entreprise qui n'existait pas début 2011: le succès de Wiko, une entreprise aux capitaux majoritairement chinois installée à Marseille, doit beaucoup au bouleversement du secteur de la téléphonie après l'arrivée de Free.

      Des locaux marseillais de Wiko, se dégage l'impression d'une entreprise qui a grossi un peu vite. Les lieux investis en septembre, qui semblent encore précaires et marqués par l'esprit "start up" avec une table de ping-pong dans un coin et une cuisine aménagée au fond d'un open-space, sont déjà un peu étroits pour les quelque 90 personnes qui y travaillent.

      "On est en train d'aménager l'étage du dessus", explique le directeur général, Michel Assadourian. "On s'adapte, on essaie de recruter, d'augmenter nos ressources", renchérit la directrice marketing, Virginie Barbier, qui affirme que l'entreprise "sait gérer", désormais, cette croissance rapide.

      Inconnue il y a deux ans, Wiko se revendique comme le n°3 sur le marché des smartphones en France en 2013, citant des chiffres de l'institut GfK, avec 2 millions de portables vendus.

      Pour réaliser cette percée, le fondateur, Laurent Dahan, a fait le pari de se positionner, un peu avant les gros constructeurs, sur le créneau des smartphones d'entrée et de moyenne gamme, dont le développement a été fulgurant après l'arrivée de Free sur le marché des opérateurs.

      Avec ses abonnements à prix cassés, sur lesquels se sont en partie alignés les concurrents, Free a en effet mis fin à la domination écrasante des abonnements avec téléphone "subventionné" par l'opérateur. En 2013, 30% des téléphones étaient vendus sans carte Sim selon GfK. Résultat: les clients, qui doivent acheter eux-mêmes leur smartphone, cherchent des prix plus attractifs.

      Près d'un smartphone sur deux est vendu à moins de 150 euros dans l'Hexagone, confirme GfK.

      - "Accessible", pas "bas de gamme" -

      "Nous ne sommes pas une marque +Low Cost+, on ne fait pas du bas de gamme", tempère Mme Barbier, qui assume un positionnement de produits "accessibles", mais de qualité. "Nous n'avons pas une stratégie agressive de prix", jure-t-elle.

      Wiko bénéficie d'un "très bon positionnement stratégique" et ses produits sont d'un "bon rapport qualité/prix", juge Mathieu Drida, le PDG du site de comparaison meilleurmobile.com, qui souligne "le bon bouche à oreille" sur cette marque.

      Pour obtenir ce rapport qualité-prix, le fondateur s'est adossé très rapidement à un gros constructeur chinois, Tinno. Détenteur de l'essentiel du capital, il fabrique et conçoit les téléphones Wiko. "L'avantage de travailler avec eux, c'est de disposer de leur puissance industrielle, des économies d'échelle et de leur puissance de production", détaille-t-elle. "En revanche, tout ce qui concerne le choix et le développement produit est fait par Wiko", insiste la responsable.

      L'entreprise marseillaise ne possède cependant qu'une petite équipe de développeurs à Marseille et a une "cellule" sur place, en Chine. L'essentiel des effectifs est dédié aux autres fonctions: marketing, design, service commercial et service client.

      Wiko s'apprête désormais à prendre le virage essentiel de la 4G avec une sortie "imminente", même si l'entreprise "ne va pas arrêter les produits 3G" et ne compte pas trop monter au-delà du milieu de gamme: "on ne fera jamais du 600-700 euros, on perdrait notre ADN", explique Mme Barbier.

      Car après un petit retard à l'allumage sur le segment d'entrée et de moyenne gamme, "tout le monde est en train de s'y mettre", concède Mme Barbier, citant la stratégie de marque comme Samsung, qui communique "sur des modèles très, très haut de gamme" pour entretenir son image mais pratique "des prix extrêmement agressifs" sur de nombreux autres modèles.

      L'entreprise se développe également à l'étranger, un vrai "relais de croissance pour Wiko", même si les ventes ne sont pas encore significatives: en Europe, où d'autres marchés se convertissent aux offres de téléphones "non subventionnés", mais aussi en Afrique du Nord et de l'Ouest, et en Indonésie.

    • Valls a promis aux agriculteurs une réduction de charges de 3% - 18/04/2014

      Le Premier ministre Manuel Valls a promis au président de la FNSEA, Xavier Beulin, une réduction de 3% de leurs charges sociales dès 2015, représentant un gain de 700 millions d'euros par an pour le secteur.

      "Sur les bas salaires, en agriculture, il y avait déjà un certain nombres d'exonérations, donc il faut donner un coup de pouce supplémentaire. Il nous propose de prendre 3% de charges sociales à partir de 2015", a expliqué le président du principal syndicat agricole français vendredi sur Europe 1.

      "On a fait une estimation, sur une année, c'est à peu près 700 millions d'euros de réductions de charges", a-t-il ajouté.

      Manuel Valls a poursuivi jeudi ses consultations syndicales sur le pacte de responsabilité, recevant notamment la FNSEA et Coop de France (coopératives agricoles).

      Lors de cet entretien, la FNSEA s'est engagée à jouer le jeu de ce pacte, rappelant qu'il y avait 9.000 emplois non pourvus dans le secteur agricole et qu'elle ferait tout pour qu'ils soient pourvus.

      Lors de son discours de politique générale devant les députés le 8 avril, le Premier ministre a promis une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros d'ici à 2016, qui passera notamment par une suppression des charges pour l'employeur d'un salarié payé au Smic au 1er janvier 2015.







    • Hollande arrivé en Auvergne, dans l'ombre de l'affaire Morelle - 18/04/2014

      François Hollande est arrivé vendredi à Clermont-Ferrand où il entend renouer le contact avec les Français après la gifle des municipales, une démarche que pourraient cependant perturber les accusations de conflit d'intérêts visant l'un de ses proches conseillers, Aquilino Morelle.

      Le chef de l'Etat, qui a atterri peu avant 09h00 à l'aéroport de Clermont-Aulnat, est arrivé sur le site du géant français du pneumatique Michelin où il doit se faire présenter différentes innovations, visiter des sites de production et de recherche et participer à une table ronde sur l'avenir de la filière automobile française avant de déjeuner avec des salariés.

      "Il s'agit pour le président de retrouver le terrain et de renouer le contact avec les Français à travers une entreprise française historique qui figure au c?ur de notre patrimoine industriel", soulignait jeudi son entourage.

      Mais jeudi également, le site d'information Mediapart a publié un long article accusant le conseiller politique du président, Aquilino Morelle, d'avoir "travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques" quand il était inspecteur général des affaires sociales et épinglant son train de vie à l'Elysée.

      Sur sa page Facebook, Aquilino Morelle s'est défendu de tout "conflit d'intérêts" mais l'affaire a semé le trouble jusque dans l'entourage du président.

      Vendredi matin, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déclaré sur i>TELE qu'il ne voyait pas comment M. Morelle "pourrait rester" conseiller du chef de l'Etat si les accusations de Mediapart étaient "vérifiées."

      Quoi qu'il en soit, le président Hollande doit évoquer aussi à Clermont-Ferrand son pacte de responsabilité au cours d'un "échange libre avec les salariés", selon son entourage.

      "L'idée est de reprendre un rythme soutenu et régulier de déplacements sur le terrain après deux mois d'interruption, du fait d'un agenda international surchargé et des élections municipales", a-t-on précisé encore de même source.

      Ce déplacement intervient aussi alors que l'impopularité de François Hollande atteint un niveau sans précédent et contraste singulièrement avec la popularité de son nouveau Premier ministre, Manuel Valls.

      Selon le baromètre mensuel Ifop-JDD, la cote de popularité du président, en chute de cinq points à 18% en avril, se situe 40 points derrière celle de Manuel Valls: un écart d'une ampleur inédite entre les deux têtes de l'exécutif sous la Ve République, hors périodes de cohabitation.







    • Etats-Unis: début d'année sans éclat des banques mais pas de catastrophe - 18/04/2014

      Litiges, coup de mou du courtage, moins d'impayés: le premier trimestre a été sans éclat pour les grandes banques américaines, alors que se mettent en place les nouvelles règles pour éviter une nouvelle crise.

      Les bénéfices cumulés des six grosses banques américaines s'élèvent à un peu plus de 18,1 milliards sur les trois premiers mois de l'année, en baisse de 13,8% sur un an.

      Contrairement à la même période l'an dernier où le secteur avait réalisé un sans-faute, un établissement financier, Bank of America, est tombé dans le rouge avec une perte de 276 millions de dollars.

      "Les banques ont envoyé des messages différents", résume pour l'AFP Erik Oja, analyste chez S&P Capital.

      - Immobilier et provisions -

      Il y a celles comme JPMorgan Chase, Bank of America (BofA) et Citigroup, dont les activités englobent aussi bien la banque de détail que la banque d'affaires et qui trainent encore le lourd héritage de la crise financière.

      Pour elles, "le son de cloche reste identique: l'immobilier et les provisions liées aux pertes de crédits", développe M. Oja.

      Pas étonnant donc de voir que leurs performances trimestrielles ont été limitées par l'atonie du marché dit de refinancement des prêts. En gros, un emprunt qui remplace un prêt plus ancien avec des conditions plus favorables.

      Les contentieux liés aux prêts immobiliers toxiques "subprime" coûtent toujours aussi cher: BofA a inscrit une charge de 6 milliards de dollars, après avoir accepté de verser 9,3 milliards de dollars aux organismes de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac pour solder un litige remontant à la crise financière.

      Les pures banques d'affaires, Goldman Sachs et Morgan Stanley, résistent encore aux incertitudes règlementaires sur le courtage, qui a été le principal moteur de leurs bénéfices ces dernières années.

      Seule Wells Fargo est toute tournée vers son marché intérieur: son activité principale est de prêter de l'argent aux entreprises et aux ménages. Elle semble protégée des affaires légales qui menacent ses rivales.

      La banque de San Francisco conserve son titre de grande banque américaine la plus rentable (5,6 milliards de dollars de bénéfice trimestriel net), devant JPMorgan (5,3 milliards) à qui elle avait ravi le titre l'an dernier.

      - Revanche de Main Street sur Wall Street -

      La trajectoire de ces deux banques fait dire aux critiques du secteur que la montée en puissance de Wells Fargo symbolise la revanche de "Main Street" (les gens ordinaires) sur "Wall Street" (la finance).

      Wells Fargo continue à prêter, mais le PDG de JPMorgan Jamie Dimon a récemment averti que sa banque risquait de ne plus octroyer de crédit aux ménages pauvres.

      Pour le courtage, moteur des bénéfices des banques américaines depuis la crise, les incertitudes restent nombreuses au moment où les gros établissements s'adaptent aux règlementations plus dures, notamment en matière de liquidités

      Comme attendu, les revenus des activités obligataires, de changes et de matières premières appelées "Revenus fixes", qui offrent des rendements parmi les meilleurs, ont ralenti au cours du trimestre.

      Hormis Morgan Stanley, qui a vu les revenus des activités obligataires, des marchés des changes et des matières premières augmenter de 13%, le plongeon est généralisé: ces revenus ont baissé de 2% chez Bank of America, 11% chez Goldman Sachs, 18% chez Citigroup et 21% chez JPMorgan.

      - Goldman Sachs gagnante ? -

      Ces nouvelles règles pourraient redessiner le paysage au détriment de JPMorgan, selon Richard Bove, analyste de Rafferty Capital Markets.

      Pour s'y conformer, l'ex-élève modèle de Wall Street a ainsi dû céder son unité de négoces de matières premières physiques et pourrait procéder à d'autres actifs jugés moins rentables.

      Goldman Sachs pourrait être la grande gagnante au vu du niveau de sa rentabilité financière (RoE), indicateur clé dans le secteur, établie à 10,9%, bien supérieure aux 10% de JPMorgan ou encore aux 8,3% de Morgan Stanley.

      Le deuxième trimestre pourrait réserver de belles surprises, conviennent Richard Bove et Erik Oja, car, selon eux, le printemps est traditionnellement une période propice aux achats immobiliers.

      De plus, les banques auront une idée plus claire sur la règlementation et les litiges qui restent à solder.







    • La richesse des Belges bat tous les records: voici la moyenne par habitant - 18/04/2014

      La bonne performance des Bourses a gonflé les portefeuilles de 27 milliards d'euros, selon L'Echo. En ce qui concerne l'épargne, les Belges ont apporté 21,4 milliards et se sont endettés pour 7,6 milliards, écrit Le Soir. Les Belges ont donc apporté en épargne nette pas moins de 13,8 milliards d'euros, une solde identique à l'année précédente. L'épargne brute a cependant diminué, tant sur le marché des obligations que sur celui des comptes d'épargne. Ces derniers ont toutefois toujours autant de succès, avec un apport de 11,3 milliards (contre 13,7 entre 2011 et 2012) pour un total de 265,6 milliards de dépôts.

       

      Près de 180 milliards d'euros de crédits hypothécaires

      Du côté du passif, les engagements financiers des ménages atteignaient 220,4 milliards d'euros fin 2013, dont près de 180 milliards d'euros de crédits hypothécaires. Après déduction des dettes, le patrimoine financier net atteignait 864,5 milliards d'euros à la fin de l'an dernier.

       

      70% des ménages disposent d'un patrimoine inférieur à la moyenne

      D'après L'Echo, en ajoutant le patrimoine immobilier au patrimoine financier net, le patrimoine des Belges atteignait 1.991 milliards d'euros, en hausse de 63 milliards sur un an. Cela représente un patrimoine moyen de 178.400 euros par habitant et de 417.400 euros par ménage. Cependant, 70% des ménages disposent d'un patrimoine inférieur à la moyenne.







    • Hollande attendu en Auvergne, dans l'ombre de l'affaire Morelle - 18/04/2014

      François Hollande est attendu vendredi à Clermont-Ferrand où il entend renouer le contact avec les Français après la gifle des municipales, une démarche que pourrait cependant peerurber les accusations de conflit d'intérêts visanr l'un de ses proches conseillers, Aquilino Morelle.

      Le chef de l'Etat doit arriver vers 09H00 sur le site du géant français du pneumatique Michelin où il se fera présenter différentes innovations, visitera des sites de production et de recherche et participera à une table ronde sur l'avenir de la filière automobile française avant de déjeuner avec des salariés.

      "Il s'agit pour le président de retrouver le terrain et de renouer le contact avec les Français à travers une entreprise française historique qui figure au c?ur de notre patrimoine industriel", soulignait jeudi son entourage.

      Mais jeudi également, le site d'information Mediapart a publié un long article accusant le conseiller politique du président, Aquilino Morelle, d'avoir "travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques" quand il était inspecteur général des affaires sociales et épinglant son train de vie à l'Elysée.

      Sur sa page Facebook, Aquilino Morelle s'est défendu de tout "conflit d'intérêts" mais l'affaire a semé le trouble jusque dans l'entourage du président.

      Quoi qu'il en soit, le président Hollande doit évoquer aussi à Clermont-Ferrand son pacte de responsabilité au cours d'un "échange libre avec les salariés", selon son entourage.

      "L'idée est de reprendre un rythme soutenu et régulier de déplacements sur le terrain après deux mois d'interruption, du fait d'un agenda international surchargé et des élections municipales", a-t-on précisé encore de même source.

      Ce déplacement intervient aussi alors que l'impopularité de François Hollande atteint un niveau sans précédent et contraste singulièrement avec la popularité de son nouveau Premier ministre, Manuel Valls.

      Selon le baromètre mensuel Ifop-JDD, la cote de popularité du président, en chute de cinq points à 18% en avril, se situe 40 points derrière celle de Manuel Valls: un écart d'une ampleur inédite entre les deux têtes de l'exécutif sous la Ve République, hors périodes de cohabitation.

    • Le patrimoine financier des Belges bat tous les records - 18/04/2014
      A la fin de l'année 2013, le patrimoine financier des Belges atteignait le record de 1.084,9 milliards d'euros, rapportent vendredi plusieurs journaux sur base de chiffres de la Banque nationale de Belgique (BNB)
      La bonne performance des Bourses a gonflé les portefeuilles de 27 milliards d'euros, selon L'Echo. En ce qui concerne l'épargne, les Belges ont apporté 21,4 milliards et se sont endettés pour 7,6 milliards, écrit Le Soir. Les Belges ont donc apporté en épargne nette pas moins de 13,8 milliards d'euros, une solde identique à l'année précédente. L'épargne brute a cependant diminué, tant sur le marché des obligations que sur celui des comptes d'épargne. Ces derniers ont toutefois toujours autant de succès, avec un apport de 11,3 milliards (contre 13,7 entre 2011 et 2012) pour un total de 265,6 milliards de dépôts. Du côté du passif, les engagements financiers des ménages atteignaient 220,4 milliards d'euros fin 2013, dont près de 180 milliards d'euros de crédits hypothécaires. Après déduction des dettes, le patrimoine financier net atteignait 864,5 milliards d'euros à la fin de l'an dernier. D'après L'Echo, en ajoutant le patrimoine immobilier au patrimoine financier net, le patrimoine des Belges atteignait 1.991 milliards d'euros, en hausse de 63 milliards sur un an. Cela représente un patrimoine moyen de 178.400 euros par habitant et de 417.400 euros par ménage. Cependant, 70% des ménages disposent d'un patrimoine inférieur à la moyenne. (Belga)






    • USA: Wall Street termine sur une note hésitante après des résultats mitigés - 17/04/2014
      La Bourse de New York a terminé la semaine sur une note contrastée jeudi, restant prudente après une série de résultats d'entreprises contrastés: le Dow Jones a cédé 0,10% tandis que le Nasdaq a grappillé 0,23%.
      Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a reculé de 16,31 points à 16.408,54 points, mettant ainsi fin à trois séances de hausse consécutives, et le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 9,29 points à 4.095,52 points. Le Standard & Poor's 500 s'est apprécié de 0,14% ou 2,54 points à 1.864,85 points. "On est arrivés ce matin en pensant que les résultats décevants (de Google et IBM) dévoilés après la clôture mercredi allaient inciter les courtiers à rester sur la défensive" avant le long week-end de trois jours, a observé Art Hogan de Wunderlich Securities. "Mais on est parvenus à se défaire de cet état d'esprit" en cours de séance, notamment grâce aux comptes positifs des banques d'affaires Goldman Sachs et Morgan Stanley. "Dans son ensemble, même si quelques grands noms de la cote comme JPMorgan ou IBM ont déçu, la saison des résultats se révèle meilleure que prévu", commente-t-il. "On a aussi échappé au scénario du pire en Ukraine, où on semble laisser sa chance à la diplomatie", remarque-t-il. A l'issue d'une journée de négociations, un accord a été conclu jeudi à Genève entre les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'Ukraine pour une désescalade rapide des tensions dans ce pays. (Belga)






    • Le trafic d'Eurostar suspendu après un enchaînement d'incidents - 17/04/2014

      Le trafic des trains Eurostar entre Londres et Lille a été suspendu jeudi soir après un enchaînement d'incidents qui a entraîné le blocage du tunnel pendant cinq heures.

      Dans un message envoyé à 19H00 GMT (21H00 heure de Paris) sur son compte Twitter, le transporteur a informé que "le service d'Eurostar est arrêté maintenant". Il précise que les personnes qui prévoient de voyager vendredi devront se faire enregistrer comme d'habitude.

      Plus de 130.000 passagers devraient prendre l'Eurostar à l'occasion du week-end pascal, le plus chargé de l'année.

      Plus tôt dans la journée Eurostar avait prévenu ses clients, sur le réseau social, que "suite à un incident ce matin, et une défaillance électrique dans le tunnel, nous accusons des retards de 3h environ".

      Tout a commencé vers 8H15, au sud de Lille, quand une personne s'est suicidée sur la ligne à grande vitesse en s'allongeant sur la voie, provoquant l'arrêt du TERGV reliant Arras à Lille et l'interruption du trafic pendant environ deux heures.

      Cette interruption a retardé les TGV, Eurostar et Thalys. La SNCF avait annoncé que le retour à la normale du trafic grande vitesse était prévu en début d'après-midi.

      Puis une "défaillance technique" est survenue dans le tunnel sous la Manche, accentuant le retard des Eurostar.

      Un problème de locomotive a immobilisé dans le tunnel un train de passagers Eurotunnel, selon un porte-parole du groupe, pendant environ deux heures, dans le sens France-Angleterre.

      Par répercussion, un train de marchandises a été bloqué dans le tunnel et plusieurs Eurostar immobilisés "en amont", selon le porte-parole.

    • Eolien terrestre: le gendarme de l'énergie préconise de revoir le soutien à la filière - 17/04/2014

      Le régulateur de l'énergie préconise dans un rapport publié jeudi de revoir le soutien public à la filière éolienne terrestre en France, une énergie "mature" qui génère une rentabilité parfois significative, voire excessive.

      "La filière éolienne terrestre est une filière mature, présentant de bonnes conditions de concurrence entre les acteurs", estime la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans son rapport sur les coûts et la rentabilité des énergies renouvelables dans l'Hexagone.

      "Les parcs éoliens à terre sont majoritairement financés via un financement de projet classique, avec un effet de levier qui peut parfois conduire à des rentabilités très significatives pour les actionnaires", voire "excessives" pour ceux qui bénéficient des meilleures conditions de vent, ajoute la CRE.

      Afin de soutenir le développement de la filière éolienne terrestre, la France a mis en place un dispositif qui oblige les fournisseurs historiques comme EDF à racheter l'électricité éolienne à un tarif supérieur au prix du marché, fixé par arrêté ministériel et garanti sur 15-20 ans.

      Le surcoût de cette aide est ensuite répercuté au consommateur final d'électricité via la Contribution au service public de l'électricité (CSPE), une taxe prélevée sur les factures d'électricité.

      Pour 2014, le soutien aux énergies renouvelables (éolienne, solaire et biomasse) devrait totaliser 3,19 milliards d'euros sur une CSPE totale de 6,186 milliards, selon la CRE.

      Le coût d'investissement, très largement prédominant dans le coût de production de l'électricité éolienne, est composé aux trois quarts du prix des éoliennes. Or, celui-ci suit actuellement une tendance à la baisse qui devrait se poursuivre, selon la CRE, grâce à "une technologie éprouvée qui fait l'objet d'améliorations continues".

      Afin de maîtriser l'évolution des charges de service public de l'électricité, le régulateur recommande de préférer les appels d'offres au tarif d'achat d'unique. Il convient aussi, selon lui, de revoir la structure de ce dernier et de réviser régulièrement son niveau "afin de refléter le niveau des coûts".

      De son côté, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), principale organisation professionnelle du secteur, a tenu à nuancer. Il a indiqué dans un communiqué que l'analyse de la CRE portait sur les parcs éoliens mis en service avant 2013, et que "contrairement à ce qui était pressenti, les coûts d'investissement ne diminuent pas dans un futur proche, et ce malgré une augmentation de la taille et de la puissance des machines et une stabilisation du coût des éoliennes".

      En effet, ajoute-t-il, "une hausse des coûts d'investissements est observée pour le futur proche (2014-2016)", en raison d'un renchérissement des coûts de raccordement et d'une fiscalité "relativement lourde et croissante", qu'il souhaiterait voir diminuer.

      Pour ce qui est de la filière solaire photovoltaïque, elle a également connu "une baisse significative de ses coûts d'investissement et d'exploitation depuis 2010, principalement due à la diminution du prix des modules, qui représente à lui seul près de la moitié des dépenses d'investissement", souligne le rapport de la CRE.

      Mais contrairement à l'éolien, ses taux de rentabilité ont nettement diminué depuis le moratoire imposé au secteur fin 2010, suivi par "la mise en oeuvre d'une tarification dynamique (évolution trimestrielle à la baisse en fonction du nombre de raccordements) et de procédures d'appel d'offres récurrentes".

      La CRE préconise dès lors de généraliser les appels d'offres à l'ensemble des filières photovoltaïques matures et de maintenir la révision périodique des tarifs d'achat.

      Le ministère de l'Ecologie et de l'Energie avait lancé en décembre 2013 une réflexion sur les mécanismes de soutien aux énergies renouvelables.







    • Veolia Eau: les syndicats dénoncent la "rémunération scandaleuse" de leur patron - 17/04/2014

      Les syndicats de Veolia Eau ont dénoncé jeudi la "rémunération scandaleuse" de leur nouveau patron, Alain Franchi, alors que cette branche de Veolia Environnement est engagée dans un plan de suppressions de plus de 10% des effectifs.

      Veolia Eau, qui compte 15.000 salariés, avait confirmé à la fin de l'année un plan de suppression de 1.600 postes en France via un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

      Les élus du personnel, réunis en comité central d'entreprise (CCE), "ont décidé de quitter la séance pour protester contre la rémunération scandaleuse du mercenaire liquidateur Alain Franchi", affirme un communiqué commun des syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT et FO.

      Le nouveau patron, nommé en juillet, s'est "en effet octroyé un million d'euros", indique le communiqué qui précise que le PDG de Veolia Environnement, Antoine Frérot, s'est augmenté "de plus de 13%", soit "1,79 million d'euros".

      Hervé Deroubaix, délégué central CFDT a expliqué à l'AFP que pour les syndicats M. Franchi était un "mercenaire liquidateur" puisqu'il "n'est pas salarié chez Veolia et a été mandaté pour détruire des emplois".

      "Nous lui avons dit ce matin que son salaire correspondait à trente emplois. Il n'y avait pas discussion possible, lui essayait de nous convaincre qu'il fallait licencier des gens alors qu'il nous démontre que nous n'évoluons pas dans le même monde", a affirmé à l'AFP Franck Leroux, délégué central CGT, premier syndicat chez Veolia Eau.

      Les discussions sur la réorganisation ont officiellement débuté mi-février. Syndicats et direction ont quatre mois pour tenter de parvenir à un accord sur le plan.

      "Alain Franchi n'est pas un liquidateur, il a pour mission d'assurer un avenir pérenne à Veolia Eau en France, que Veolia Environnement n'a aucunement l'intention de céder", a réagi un porte-parole de l'entreprise qui précise que M. Franchi "est rémunéré par Veolia Eau 933.000 euros bruts par an".

      Ce salaire, a-t-il ajouté est "établi en accord avec les pratiques du marché pour des dirigeants d'entreprises de taille, revenus et enjeux comparables".

      Le porte-parole de Veolia a également indiqué à l'AFP que le nouveau patron de la branche Eau "est mandaté pour mener à bien, de façon structurante, solide et durable, le ré-engineering d'une entreprise de 15.000 salariés qui (..) nécessite de se transformer profondément compte tenu des évolutions fortes de son marché".

      Veolia est leader dans l'eau en France devant son grand rival Suez Environnement (ex-Lyonnaise des Eaux), avec un chiffre d'affaires annuel de 3,4 milliards d'euros, soit 11,5% du total du groupe.

      Mais, depuis plusieurs années, l'activité Eau en France souffre de la perte de contrats importants au profit de régies publiques et voit ses marges se réduire, les communes négociant à la baisse le renouvellement de leur contrat.







    • Etam améliore fortement son bénéfice net en 2013 - 17/04/2014

      Le groupe français de distribution textile Etam Développement a annoncé jeudi avoir amélioré de 72,4% son bénéfice net en 2013, grâce à des gains de rentabilité en Europe qui ont compensé ses difficultés en Chine, et malgré l'impact négatif des changes.

      Le bénéfice net du groupe s'établit à 21,2 millions d'euros, contre 12,3 millions l'an dernier.

      Le résultat opérationnel progresse de 38% à 45 millions d'euros, tiré notamment par l'Europe qui a "fortement amélioré sa rentabilité avec un résultat opérationnel courant de 58,8 millions d'euros contre 39,6 millions en 2012, soit une progression de 48,6%", indique le groupe dans un communiqué.

      Cette bonne performance a été notamment soutenue par la marque Etam "qui a travaillé à la fois l'attractivité de ses collections et la rationalisation de ses coûts", indique le groupe.

      "Le travail que nous avions entamé il y a deux ans a payé", s'est réjoui jeudi Laurent Milchior, directeur général du groupe.

      Le dirigeant espère que ces mêmes efforts finiront par porter leurs fruits également en Chine, où la situation reste encore difficile.

      Le chiffre d'affaires dans ce pays, déjà publié, recule de 4,3% sur l'année, et le "résultat a fortement chuté", avec des pertes opérationnelles courantes de -9,8 millions d'euros, contre +1,5 millions en 2012.

      Sur l'année, les ventes hors taxes du groupe dans son ensemble reculent de 0,1% à 1,21 milliards d'euros, en raison d'un effet de change défavorable. A surface et périmètres comparables, elles ressortent toutefois en progression de 1,4%.

      Le premier trimestre 2014 voit le chiffre d'affaires évoluer sensiblement selon les mêmes tendances. La dépréciation du yuan par rapport à l'euro continue de peser sur l'activité, qui se replie de 2,1% en publié, mais progresse de 0,6% en comparable, à 326,7 millions d'euros.

      L'Europe continue d'afficher un chiffre d'affaires en progression de 7,3%, dont +7,6% pour la France. La Chine poursuit sa dégringolade à -15,2% sur le trimestre, même si "mars a été positif (à surfaces et changes constants, ndlr), ce qui marque une vraie rupture", a souligné M. Milchior.

      Par marques, Etam progresse de 9,2% sur les trois premiers mois de l'année, tandis que 1.2.3 ralentit à +0,2%.

      Dans un contexte général qui reste "difficile", le groupe se montre prudent et ne donne pas de perspectives pour le reste de l'année. Malgré tout, "les choses vont dans la bonne direction" même si "nous avons encore des marges de progression", a estimé Laurent Milchior.







    • Les résultats de General Electric subissent le contre coup de son recentrage - 17/04/2014

      Le conglomérat General Electric, baromètre de l'industrie américaine, a enregistré au premier trimestre un recul de ses performances en l'absence de gains exceptionnels comme l'an dernier et de sa stratégie de recentrage sur ses activités industrielles.

      Il a ainsi annoncé jeudi dans un communiqué un résultat net en repli de 15% sur les trois premiers mois de cette année à 3 milliards de dollars, contre 3,52 milliards un an plus tôt.

      Le résultat opérationnel ajusté par action, indicateur privilégié par les investisseurs américains, ressort à 33 cents contre 39 cents un an plus tôt. C'est légèrement mieux que les 32 cents qui étaient attendus en moyenne par les analystes.

      En excluant la plus-value exceptionnelle générée par la cession de sa participation de 49% dans le groupe de télévision NBCUniversal pour 18,1 milliards et l'impact des charges de restructuration, le résultat opérationnel ajusté par action a progressé de 9% sur les trois premiers mois de 2014.

      "Nous avons dégagé des résultats solides sur la plupart de nos marchés", a relevé le PDG Jeff Immelt, cité dans le communiqué.

      "L'environnement a été positif d'une manière générale, et nous avons mis en oeuvre nos priorités opérationnelles avec une forte croissance organique, un accroissement des marges et une production solide de trésorerie", a-t-il relevé.

      A l'ouverture de la Bourse de New York, le titre GE progressait de 1,55% à 26,53 dollars tandis que le Nasdaq cédait 0,19%.

      Le chiffre d'affaires s'est replié de 2% à 34,2 milliards de dollars, contre 34,9 milliards un an plus tôt. C'est légèrement inférieur aux prévisions des analystes, qui tablaient en moyenne sur 34,36 milliards.

      Il a été affecté par la réduction de voilure voulue par le groupe dans les services financiers (GE Capital), qui se sont inscrits en retrait de 8% à 10,5 milliards de dollars. Les ventes des activités industrielles (aéronautique, production d'électricité, équipements pour le bâtiment, santé) ont, elles, progressé de 8% à 24,5 milliards. Ces chiffres s'entendent avant déduction des opérations intragroupe.

      L'objectif de GE, ont rappelé ses dirigeants lors d'une conférence téléphonique, est d'afficher une croissance organique de 4 à 7% pour l'industriel sur l'ensemble de l'année.

      Selon le directeur financier Jeff Bornstein, General Electric devrait supporter entre 1 et 1,5 milliard de charges de restructuration en 2014 (dont 60% au premier semestre) dans sa branche industrielle. Et le groupe entend réaliser pour au moins 4 milliards de dollars de cessions cette année.

      "Nous continuons à gérer notre portefeuille avec détermination et nous devrions être un peu plus actifs sur le front des cessions cette année que l'an dernier", a-t-il dit, précisant que GE "travaille actuellement sur une transaction portant sur un actif non stratégique" dans l'industrie.

      "Cela pourrait se traduire par une petite plus-value au deuxième, voire peut-être au troisième trimestre", a-t-il indiqué sans autre précision.



      - "Une tendance positive" -



      Le groupe a engrangé pour 23,7 milliards de commandes de matériels au premier trimestre, un chiffre stable sur un an. Son carnet de commandes, indicateur de son activité future, atteignait 245 milliards à fin mars contre 216 milliards un an plus tôt.

      "Nous avons pris un bon départ en ce début d'année, et notre projection pour 2014 reste inchangée. L'environnement correspond à nos prévisions, avec une tendance positive", a souligné M. Immelt.

      Le groupe a indiqué qu'il atteindrait son objectif de réduction de ses coûts de structure d'au moins un milliard de dollars cette année.

      Il a aussi confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année et indiqué, sans autre précision, qu'il se trouvait toujours sur la trajectoire prévue en ce qui concerne la mise en Bourse de sa banque de détail en Amérique du nord.

      Le conglomérat, qui est basé à Fairfield dans le Connecticut (nord-est), a lancé mi-mars un projet de cotation de cette activité, baptisée Synchrony Financial, afin d'accélérer son recentrage sur ses activités industrielles. Dans un premier temps, 20% du capital pourrait être coté d'ici la fin de l'année.

      General Electric est également présent dans les ampoules électriques, l'électroménager, les moteurs d'avions, les infrastructures pour le secteur de l'énergie.

      Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a restitué 3,4 milliards de dollars à ses actionnaires, dont 2,2 milliards sous forme de dividende et 1,2 milliard sous forme de rachat de ses propres actions. Et il a réalisé pour deux milliards d'acquisitions.









    • Guerre des dosettes: Nespresso France s'engage à modifier ses pratiques - 17/04/2014

      Nespresso s'est engagé auprès de l'Autorité de la concurrence à modifier ses pratiques pour permettre une plus grande ouverture du marché français des dosettes de café, sur lequel les fabricants se livrent une guerre depuis plusieurs années.

      La filiale française du groupe suisse Nestlé s'est engagée à communiquer "au moins trois mois à l'avance" à ses concurrents les modifications techniques apportées à ses machines qui les rendraient incompatibles avec d'autres capsules.

      Elle a également promis de ne plus dissuader les consommateurs d'utiliser les capsules de ses concurrents, que ce soit par voie de presse, sur ses emballages ou dans ses boutiques, et à modifier les conditions de garanties de ses machines.

      L'Autorité de la Concurrence va mettre en place un "test de marché" jusqu'au 19 mai, dont les conclusions seront rendues en juillet, pour voir si ces engagements "sont suffisants et pertinents" pour permettre de lever les obstacles à l'entrée et au développement des autres fabricants de capsules fonctionnant avec ses machines à café, a-t-elle indiqué.

      Dans le cas contraire, l'instance se réserve le droit d'engager une procédure contentieuse pour abus de position dominante.

      Les amendes possiblement encourues par Nestlé pourraient alors atteindre 10% de son chiffre d'affaires annuel. "Mais nous n'en sommes pas là pour le moment", a souligné le président de l'Autorité, Bruno Lasserre.

      "C'est une première mondiale de voir ainsi un groupe mondial s'engager ainsi de manière négociée à modifier ses pratiques sur un de ses principaux marchés", s'est-il réjoui.

      La France représente environ 25% des ventes mondiales de dosettes pour Nespresso, célèbre pour ses publicités mettant en scène l'acteur George Clooney.

      Concrètement, "cela ne veut pas dire que les machines Nespresso seront rendues compatibles avec les capsules des concurrents, mais il s'agit plutôt de donner les moyens à ces derniers de pouvoir s'adapter", a expliqué M. Lasserre.

      "Nous ne privons pas Nespresso de sa capacité d'innovation, mais nous voulons ainsi élargir le choix offert aux consommateurs", a-t-il ajouté.

      - Actions en justice -

      Depuis 2010, plusieurs fabricants de dosettes pour machines à café ont accusé Nespresso d'entraves à la concurrence.

      Parallèlement à des procédures de saisie-contrefaçon et des contentieux autour des brevets, la société suisse Ethical Coffee Company (ECC) avait saisi dès 2011 l'Autorité de la Concurrence.

      D'autres groupes, comme le géant néerlandais D.E Masters Blenders (DEMB, filiale du groupe allemand Joh. A Benckiser), qui détient notamment les marques Maison du Café et Senseo, ou le géant américain Mondelez (Carte noire), peinent aussi à rivaliser avec le géant suisse sur ce créneau juteux.

      Des actions en justice ont également été engagées à l'étranger (Allemagne, Suisse) aussi bien par Nestlé que par ses concurrents.

      Jean-Paul Gaillard, le président d'Ethical Coffee Company SA, s'est félicité de la décision de l'Autorité de la concurrence.

      "Pour nous, c'est excellent. (...) Cela prépare les conditions qui permettent à chacun de développer sa position", a-t-il déclaré à l'AFP.

      DEMB s'est en revanche montré plus mesuré. "Nous avons (...) l'impression que les engagements proposés permettent encore à Nestlé de restreindre le libre choix des consommateurs", a indiqué le groupe dans un communiqué, ajoutant qu'il informerait l'Autorité "dans les prochaines semaines, des conclusions de (son) analyse et des demandes d'amélioration des engagements nécessaires".

      L'autorité française avait entamé des discussions avec Nestlé à l'automne, lui faisant part d'un certain nombre de préoccupations.

      "Nous avions constaté qu'à partir de 2009, Nespresso avait mis en ?uvre un certain nombre de modifications techniques sur ses machines - par exemple en ajoutant des nervures et des crochets à ses dosettes ou en modifiant leur système de perforation - qui, de fait, les rendaient incompatibles avec les dosettes de ses concurrents", a rappelé M. Lasserre.

      Il a jugé "troublant" le fait que ces changements "aient coïncidé avec l'arrivée possible d'un nouveau concurrent".

      Nespresso France a souhaité répondre aux questions du gardien de la Concurrence en prenant différents engagements, qui s'ils sont validés par les Sages, seront alors rendus obligatoires pour une durée de sept ans.

      Le groupe a spécifié jeudi dans un communiqué qu'il comptait "poursuivre sa collaboration" avec l'Autorité afin "de clôturer le dossier".

      "Ces engagements ne valent, ni n'impliquent, une quelconque reconnaissance [de notre part] du bien-fondé des préoccupations de concurrence exprimées", a souligné le groupe.

      "Il est important de noter que l'évaluation préliminaire de l'Autorité de la concurrence ne constitue pas un constat d'irrégularité de nos pratiques commerciales", a-t-il ajouté.

      En signe de bonne volonté, Nespresso assure avoir déjà appliqué "de manière anticipée" les engagements pris sur son nouveau modèle de machine "Inissia", commercialisé depuis mars.







    • Accusé de liens avec les labos: Aquilino Morelle, proche conseiller de Hollande, dément - 17/04/2014

      Le conseiller politique de François Hollande, Aquilino Morelle, a démenti jeudi tout "conflit d'intérêts", mis en cause par le site d'information Mediapart sur ses liens avec les laboratoires pharmaceutiques alors qu'il était inspecteur à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

      "A aucun moment je n?ai été en situation de conflit d?intérêts", a déclaré Aquilino Morelle dans un long droit de réponse à Mediapart publié sur sa page Facebook.







    • Les chips Lays et Doritos donnent un coup de fouet à PepsiCo - 17/04/2014

      Le géant américain des boissons sans alcool PepsiCo continue à vendre plus de snacks et un peu moins de boissons, un équilibre qui lui a permis de dépasser les attentes au premier trimestre.

      Le fabricant de Pepsi-Cola et des jus de fruits Tropicana indique que ses ventes de snacks ont augmenté de 2% en volume sur un an, alors que les sodas sont stables au moment où les consommateurs commencent à délaisser les boissons gazeuses au profit de produits plus sains dans les pays occidentaux.

      En Amérique du nord, la région la plus regardée puisqu'elle est de loin son premier marché, PepsiCo a vu ses ventes se stabiliser en volume, les autres boissons ayant compensé le déclin continu des sodas (-1% sur un an). Les analystes s'attendaient à un recul plus prononcé à -2,7%.

      "Cette stabilisation des volumes des sodas en Amérique du nord est un signe que cette division ne sera pas autant un boulet qu'on le craignait", estime Amit Sharma, analyste chez BMO Capital Markets.

      Le rival Coca-Cola a aussi fait état mardi d'une hausse de 2% de ses volumes de ventes.

      L'action PepsiCo prenait 0,35% à 85,07 dollars dans les premiers échanges à Wall Street, alors que le groupe va aussi distribuer 8,7 milliards de dollars à ses actionnaires à travers un dividende (3,7 milliards) et un rachat de ses propres actions (5 milliards).



      - La scission s'éloigne -



      Cette performance donne une bouffée d'oxygène à la direction, qui livre actuellement un bras de fer avec l'investisseur activiste américain Nelson Peltz.

      Très écouté à Wall Street, M. Peltz, qui détient avec son fonds Trian pour environ 1,2 milliard de dollars d'actions PepsiCo, fait pression depuis l'été pour que le groupe se sépare de sa branche de boissons gazeuses, à la peine, et se transforme à la place en géant des snacks en mariant ses chips Lays et Doritos aux biscuits Lu et aux chocolats Côte d'Or et Toblerone du groupe Mondelez (ex-Kraft Foods).

      PepsiCo dispose d'un portefeuille de marques et de produits "solide et équilibré" qui génère de "bons résultats", a souligné jeudi la PDG Indra Nooyi.

      Pour les analystes de Deutsche Bank, "au vu de ces résultats, la scission devient très peu probable (...) car l'entreprise devrait générer plus de bénéfices et accélérer ses réductions de coûts".



      - Economies d'échelle -



      Comme Coca-Cola, PepsiCo navigue entre des économies d'échelle et l'investissement dans ses marques phare. Il veut ainsi économiser 1 milliard de dollars par an jusqu'en 2019 auquel, après un programme de réductions de coûts de 3 milliards de dollars entre 2012 et 2014.

      Cette stratégie semble en effet porter ses fruits puisque sur les trois premiers mois de l'année, le bénéfice net (part du groupe) a augmenté de 13% sur un an, à 1,21 milliard de dollars.

      Rapporté par action, indicateur clé des investisseurs américains, le bénéfice hors éléments exceptionnels ressort à 83 cents, soit mieux que les 75 cents sur lesquels tablaient les analystes.

      Le chiffre d'affaires a, lui, légèrement progressé de 0,33% à 12,62 milliards de dollars, faisant également mieux que les prévisions du marché (12,40 milliards).

      Dans le détail, les ventes des snacks dans les Amériques ont progressé de 1% à 5,19 milliards de dollars, tandis que les boissons sont stables à 4,42 milliards. L'Europe a progressé de 1% à 1,9 milliard, alors que le reste du monde a reculé de 5% à 1,04 milliard.

      Par ailleurs, le producteur des thés Lipton a confirmé s'attendre à une croissance des ventes annuelles à un chiffre hors acquisition et effets de change et une progression de 7% de son bénéfice par action, ce qui se traduit par un résultat à 4,50 dollars, contre 4,53 dollars attendus.

      Déplorant ces prévisions "prudentes", M. Sharma estime que PepsiCo va "probablement" dépasser ces objectifs.









    • Wall Street ouvre dans le rouge - 17/04/2014

      La Bourse de New York évolue dans le rouge jeudi à l'ouverture, dans le sillage d'une salve de résultats d'entreprises mitigés et d'un indicateur sur l'emploi meilleur que prévu: le Dow Jones cédait 0,13% et le Nasdaq 0,21%.

      Wall Street avait fini mercredi en nette hausse pour la troisième séance consécutive, aidée par les chiffres de Yahoo! et le rebond du Nasdaq qui s'était adjugé 1,29% à 4.086,22 points tandis que le Dow Jones s'était apprécié de 1,00% à 16.424,85 points.













    • La sûreté nucléaire notée entre 12 et 13 sur 20 par le président de l'ASN - 17/04/2014

      Si l'appréciation de la situation de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France devait se traduire en note, celle-ci se situerait entre 12 et 13 sur 20, a laissé entendre jeudi le président de l'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN).

      Dans son rapport annuel pour 2013, présenté mardi au Parlement, l'ASN a jugé cette situation "globalement assez satisfaisante".

      Son président, Pierre-Franck Chevet, a été interpellé jeudi sur ce sujet par la députée socialiste de l'Ariège, Frédérique Massat, lors d'une audition devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la filière nucléaire.

      La députée a interrogé M. Chevet sur le sens de ses propos, selon lesquels il n?aurait pas aimé avoir une telle appréciation sur son bulletin de notes.

      M. Chevet a expliqué que ce commentaire remontait en fait à la présentation du rapport 2012, qui portait "à peu près la même appréciation" que le rapport 2013.

      "Pour être clair, pour traduire ce jugement en note, c'est entre 12 et 13 sur 20", a dit M. Chevet. "Et, à vrai dire, j'ai personnellement été plutôt habitué à des meilleures notes", a-t-il ajouté.

      Selon M. Chevet, le jugement de l'ASN "est un jugement plutôt positif, mais évidemment nuancé".







    • Maïs OGM: Le Foll ne changera pas d'avis et dit non ! - 17/04/2014

      Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, accusé par les producteurs de maïs d'avoir une "position doctrinale" sur les OGM, a réaffirmé jeudi à l'AFP qu'il ne changerait pas d'avis sur la question.

      "J'ai peut-être une position doctrinale, mais c'est une position constante et de conviction. On m'a toujours dit que les OGM, en particulier le MON810 et le Pioneer (le TC1507 de Pioneer-Dupont, ndlr), présentaient un avantage économique énorme. Je dis non, il y a peut être un avantage sur les premières années mais pas à moyen terme", a-t-il répondu à l'AFP.

      "S'il y avait un tel avantage, l'Espagne (qui cultive du MON810, ndlr) se mettrait à produire dix fois plus de maïs que nous. Là dessus, je ne changerai pas", a affirmé le ministre.

      Les producteurs de maïs de la FNSEA (AGPM) et les semenciers français (UFS) avaient dénoncé mercredi la "position doctrinale" du gouvernement après l'adoption mardi par les députés d'un projet de loi soutenu par le gouvernement interdisant tous les maïs transgéniques en France.

      Par ailleurs, le ministre a redit qu'il était ouvert aux OGM de seconde génération, prenant l'exemple du riz doré, enrichi en vitamine A, qui pourrait être moyen de lutter contre les problèmes de cécité dans les pays en développement.

      "Cet OGM a été proposé gratuitement par deux chercheurs suisses: on n'est plus dans la grande industrie qui donne au monde des choix qu'elle fait elle-même", a expliqué Stéphane Le Foll.

      Interrogé pour savoir s'il connaissait la positon de Manuel Valls sur les OGM, le nouveau porte-parole du gouvernement a répondu qu'il était "prêt à en discuter avec lui" alors que certains anti-OGM s'inquiètent de la position du nouveau Premier ministre sur le sujet.

      Car, lors de la campagne pour les primaires socialistes en 2011, le candidat Manuel Valls se montrait plutôt ouvert.

      "Il est grand temps d'abandonner les invectives pour créer les conditions d'un dialogue intelligent, honnête, sérieux et sans tabou", disait-il à la lettre "O" de son "Abécédaire de l'optimisme", toujours disponible sur Dailymotion.

      "Si les dangers supposés des OGM sont sérieux, ils attendent toujours d'être démontrés. En revanche, les bénéfices espérés sont eux largement reconnus", ajoutait-il.







    • L'Oréal: les actionnaires approuvent à 99,4% le rachat d'actions de Nestlé - 17/04/2014

      Les actionnaires du leader mondial des cosmétiques L'Oréal ont massivement approuvé jeudi, à 99,4% des voix, l'acquisition de 8% de son capital détenu par son grand partenaire suisse Nestlé, lors de leur assemblée générale à Paris.

      "Il s'agit d'un accord gagnant pour toutes parties et en premier lieu pour les actionnaires", a affirmé le PDG Jean-Paul Agon, qui dirige le groupe depuis 2011 et dont le mandat a été reconduit pour quatre ans par l'assemblée.

      Les actionnaires ont également approuvé à 94,22% des voix le salaire du patron du groupe, qui s'est élevée à 3,93 millions d'euros pour l'an dernier, soit 2,1 millions de rémunération fixe et 1,83 million pour la partie variable, laquelle pouvait atteindre un maximum de 2,1 millions. Pour 2014, la partie fixe sera portée à 2,2 millions, tout comme le maximum de la partie variable.

      Les conseils d'administration de L'Oréal et de Nestlé avaient approuvé à l'unanimité début février le projet "stratégique" de rachat par L'Oréal de 48,5 millions de titres détenus jusqu'ici par le groupe suisse.

      L'opération sera financée par la cession de la part de L'Oréal de 50% dans Galderma, la société commune formée avec Nestlé dans la dermatologie (dont les fonds propres sont valorisés 2,6 milliards d'euros) et par une soulte en numéraire de 3,4 milliards d'euros. Les actionnaires ont également soutenu à plus de 99% cette opération.

      A l'assemblée générale, l'un d'eux a d'ailleurs rappelé lors des questions que L'Oréal a réalisé "une belle plus-value de 2,2 milliards d'euros" dans l'opération.

      Les deux parties ont retenu dans leurs calculs un prix de l'action L'Oréal correspondant à la moyenne des cours de clôture entre le 11 novembre et le 10 février, soit 124,48 euros.

      L'opération de rachat d'actions s'élève ainsi à peu plus de 6 milliards d'euros pour L'Oréal. Les actions rachetées seront annulées, ce qui aura un impact relutif de 5% en année pleine sur le bénéfice par action de L'Oréal, et fera monter la participation de la famille fondatrice, les Bettencourt, de 30,6% à 33,31%.

      Pour les actionnaires, cette opération se traduira par une majoration de 5% du bénéfice net par action sur une année pleine. Ils sont tout particulièrement soignés par le groupe qui a augmenté de 8,7% leur dividende à 2,75 euros pour l'exercice 2013.

      En revanche, la part de Nestlé descendra de 29,4% à 23,29%, ce qui entraînera la réduction de sa représentation au conseil d'administration de L'Oréal de 3 à 2 membres. Les deux parties espèrent boucler la transaction avant la fin du premier semestre.







    • Le village de Laguiole en appelle à la solidarité des 36.000 communes de France - 17/04/2014

      Le village aveyronnais de Laguiole, dépossédé de l'usage commercial de son nom et condamné à verser 100.000 euros à son adversaire, a appelé jeudi toutes les communes de France à la rescousse, en se disant victime d'une catastrophe "surnaturelle".

      "Nous lançons un appel à solidarité auprès des 36.000 communes de France. Les collectivités s'entraident quand il y a des catastrophes naturelles. Nous, nous sommes victimes d'une catastrophe surnaturelle!", a déclaré à l'AFP Vincent Alazard, maire DVD de Laguiole et conseiller général, en marge d'une conférence de presse.

      Le chef français trois étoiles Michel Bras était présent, ainsi que de nombreux agriculteurs, commerçants, fromagers, couteliers et élus du territoire, a-t-il relevé.

      "Nous sommes en état de rébellion même si nous respectons les institutions", a dit le maire qui avait écrit lundi au président de la République pour lui demander son aide, après une nouvelle décision de justice empêchant Laguiole de retrouver l'usage commercial de son nom.

      Le 4 avril, la cour d'appel de Paris a débouté la commune de 1.300 habitants qui souhaitait voir la justice reconnaître "une spoliation", une pratique commerciale "trompeuse" et une "atteinte à son nom, à son image et à sa renommée". Un habitant du Val-de-Marne, Gilbert Szajner, a déposé dès 1993 la marque Laguiole et la commercialise actuellement pour vendre des couteaux importés et d'autres produits fabriqués en Chine ou au Pakistan.

      "Si un entrepreneur de Laguiole souhaite fabriquer un plateau de fromages avec le nom de Laguiole, il se retrouve en contrefaçon d'un produit chinois!", a dit le maire. "Et, maintenant, nouvelle aberration, nous voilà condamnés à payer 100.000 euros de frais de justice - soit presque 10% de notre budget - à ce monsieur qui gagne de l'argent avec notre nom!", a-t-il protesté, tout en précisant que la commune entendait prendre "le temps de la réflexion" avant de déposer un éventuel pourvoi en cassation.











    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Le Bayern Munich sur la piste d'un grand espoir français - 18/04/2014

      Ce n'est pas le plus connu des espoirs français et pourtant, Aymeric Laporte s'est fait un nom cette saison en Liga espagnole. Le gaucher a en effet disputé 30 rencontres de championnat avec les Basques. Un total très satisfaisant pour un si jeune joueur qui a l'avantage de pouvoir évoluer dans l'axe et sur les côtés. Une polyvalence qui a attiré le regard de l'entraîneur du Bayern, Pep Guardiola.

      Mais l'Athletic Bilbao a senti l'intérêt venir et a blindé son joyau. Le Français a signé récemment un contrat jusqu'en 2018 et sa clause libératoire a été fixée à 36 millions d'euros. Un sacré montant...
       










    • Le président du Barça a un plan pour reconstruire le club, le voici - 18/04/2014

      Le Barça, eliminé en Ligue des Champions, défait en finale de Coupe du Roi, et relégué à la 3e place de la Liga, n'est pas au mieux en cette fin d'année. Pour ne pas arranger les choses, Messi est fantomatique. Invisible en demi-finale de Ligue des Champions, très discret en finale de Coupe du Roi, Messi n'est plus Messi. Certains disent qu'ils se préservent pour la Coupe du Monde, d'autres parlent d'une envie de départ...

      De ce fait, le président du Barça, Josep Bartomeu, a du boulot, et doit reconstruire le club, voilà son plan :

       

      Trouver une faille à l'interdiction de recrutement

      Récemment, la FIFA a interdit le FC Barcelone de recrutement pour les deux prochains mercatos. Pour cause, le club catalan a transféré des joueurs mineurs. Toutefois, le Barça compte bien annuler cette sanction, quitte à reconnaitre cette faute, et payer une compensation. Ainsi, la sanction pourrait être annulée. La clé pour résoudre ce problème réside dans les dates d'interdiction de recrutement qui laisseraient 15 jours cet été au FC Barcelone pour effectuer des transferts.

       

      Trouver un entraineur de renommée

      Après le règne de Pep Guardiola, le Barça n'y arrive plus. L'année dernière le Barça a tout de même remporté la Liga. Mais cette année, avec Gerardo Martino aux commandes, l'équipe Blaugrana n'y est plus. Eliminé de la Ligue des Champions et défait en Coupe de Roi, il ne reste que la Liga pour le club Catalan, mais ils sont relégués à la 3e position, à 4 points du leader, à 4 journées de la fin du championnat. Autant dire que les barcelonais vont finir sur une saison blanche. De ce fait, Martino devrait faire ses bagages, et un nouvel entraineur devrait arriver. Mais qui ? On parle de Jürgen Klopp, qui pourrait amener un vent nouveau en Catalogne. Ou alors, pour rester dans la philosophie du club, Ernesto Valverde, actuel entraineur de l'Athletic Bilbao et joueur de Barcelone de 1988 à 1990, pourrait débarquer en Catalogne.

       

      Régler le problème Messi

      " Fantomatique ", " Invisible " tels sont les qualificatifs attribués à Messi après ses récentes prestations. Le club tarde toujours à prolonger le quadruple ballon d'or qui a toujours déclaré vouloir finir sa carrière en Catalogne. Cependant, les demandes de l'argentin sont gigantesques et le club hésite à le prolonger. En effet, au vu des convoitises que suscite le joueur, le Barça pourrait vendre son joueur, pour une somme astronomique de 200 millions d'euros, et ainsi se refaire une équipe.








    • Eden Hazard nominé pour le titre de joueur de l'année en Angleterre! - 18/04/2014

      Pour le titre de footballeur de l'année, Hazard sera opposé à Yaya Touré (Manchester City), Adam Lallana (Southampton), Luis Suarez, Daniel Sturridge et Steven Gerrard, tous les trois de Liverpool.

      Dans la catégorie du "Meilleur jeune", il va être en concurrence avec Ross Barkley (Everton), Aaron Ramsey (Arsenal), Luke Shaw (Southampton), Raheem Sterling et Daniel Sturridge (Liverpool).

      Une belle récompense pour Eden Hazard qui totalise 14 buts et 9 passes décisives en championnat cette saison.







    • Succession de Ranieri à Monaco : la rumeur Conte - 18/04/2014

      Chaque jour ou presque, une nouvelle rumeur surgit quant au nom du futur coach de l'AS Monaco. On en oublierait presque que Claudio Ranieri est toujours en place... Cette fois-ci, c'est au tour d'Antonio Conte d'être cité comme potentiel successeur de l'Italien par des médias transalpins à savoir le Corriere dello sport et la Gazzetta dello Sport.

      Conte ne serait pas satisfait des conditions de prolongation de contrat que lui propose le président Agnelli.  Le coach de la Juventus gagne pour le moment 3 millions d'euros par an (son contrat actuel court jusqu'en 2015). Il souhaiterait recevoir 2 millions d'euros en plus. Un salaire qui ne fait pas peur aux dirigeants monégasques.







    • Reportage touchant de De Bruyne à Wolfsburg: "Il y a une semaine je vivais encore à l'hotel" - 18/04/2014

      "Jusqu'à présent, j'ai joué presque tous les matches alors qu'avant, presque jamais", Kevin nous dévoile son sentiment après avoir quitté Chelsea, où il ne jouait pas beaucoup. Malgré ce point noir, le joueur explique: "C'était chouette à Chelsea, à Londres. Je me suis bien amusé. Mais le plus important, c'est de pouvoir jouer les jours de match."

      Il explique ensuite, que maintenant qu'il joue plus, il est plus heureux, ce qui améliore ses performances. En effet, De Bruyne a réalisé une belle prestation ce week-end en offrant deux passes décisives.

      Quant au montant de son transfert, le joueur de Wolfsburg déclare : "C'est vrai que j'ai coûté beaucoup d'argent, mais je m'en fous".

      On vous laisse découvrir ce beau et touchant reportage sur Kevin De Bruyne, l'un des maillons essentiels des Diables Rouges qui a rendu possible le voyage au Brésil.

       

       







    • Les supporters du Standard cassent des vitres, le ministère de l'Intérieur va les poursuivre (vidéo) - 18/04/2014

      L'ambiance était vraiment chaude hier à Sclessin! Les supporters n'étaient pas contents ce jeudi soir après . Alors que les Rouches sont toujours en tête du championnat, les fans ont cassé des vitres et ils ont aussi voulu rentrer de force dans le vestiaire. Le tout en exigeant la démission du coach.L'ambiance était tellement tendue que les joueurs ne se sont pas présentés devant les journalistes, par mesure de sécurité.

      Des questions se posent néanmoins. Comment les supporters ont-ils pu accéder au couloir menant aux vestiaires? Comment se fait-il que les stewards et le service de sécurité n'ont-ils pas pu intervenir? Telle est la question!  

      Le Standard n'est vraiment pas un club comme les autres...

       

      Le ministère de l'Intérieur va poursuivre les supporters du Standard

      Jo Vanhecke, qui dirige la cellule football du ministère de l'Intérieur, a confirmé vendredi midi que tout sera mis en oeuvre pour être en mesure de poursuivre les "supporters" du Standard auteurs de troubles sérieux à l'issue du match de championnat de jeudi contre Lokeren (2-2) à Sclessin.
       
      Un groupe d'une bonne vingtaine de personnes aux mauvaises intentions avait en effet tenté d'investir les bâtiments officiels et en particulier la salle de presse, endommageant gravement la porte d'entrée en verre du stade Maurice Dufrasne. Toute la scène a pu être filmée par les caméras de la VRT (Sporza). "Ce sont évidemment des images précieuses qu'on ne manquera pas d'utiliser", souligne Jo Vanhecke. Ces actes d'hooliganisme violent à l'évidence la loi football selon le fonctionnaire. "En particulier les articles 22 et 23 interdisant aux gens de se trouver ailleurs qu'aux endroits autorisés par leur ticket", précise-t-il. "Quand ils les quittent c'est d'ailleurs toujours pour causer des troubles", ajoute-t-il. Une procédure judiciaire sera notamment engagée contre ceux qui s'en sont pris à la porte. "On va les identifier le plus vite possible, et ensuite les traîner devant le tribunal...", conclut en effet Jo Vanhecke.









    • Marco van Basten annoncé à Anderlecht, signe à l'AZ - 18/04/2014

      Les amateurs de football des années 1980-1990 savent évidemment qui est Marco van Basten et même les plus jeunes connaissent le nom de cette vedette du football qui a montré toute l'étendue de son talent à l'Ajax Amsterdam et au Milan AC pendant de longues années.
      Cité à Anderlecht où la position de Besnik Hasi n'est pas encore confirmée pour la saison prochaine, le coach hollandais a signé pour deux saisons à l'AZ a annoncé le site du club ce vendredi. Il va remplacer Dick Advocaat qui souhaite prendre du recul.






    • Les supporters du Standard cassent des vitres et exigent la démission de Luzon! (vidéo) - 18/04/2014

      L'ambiance était vraiment chaude hier à Sclessin! Les supporters n'étaient pas contents ce jeudi soir après . Alors que les Rouches sont toujours en tête du championnat, les fans ont cassé des vitres et ils ont aussi voulu rentrer de force dans le vestiaire. Le tout en exigeant la démission du coach.L'ambiance était tellement tendue que les joueurs ne se sont pas présentés devant les journalistes, par mesure de sécurité.

      Des questions se posent néanmoins. Comment les supporters ont-ils pu accéder au couloir menant aux vestiaires? Comment se fait-il que les stewards et le service de sécurité n'ont-ils pas pu intervenir? Telle est la question!  

      Le Standard n'est vraiment pas un club comme les autres...









    • Les supporters du Standard cassent des vitres et exigent la démission de Luzon ! - 18/04/2014

      L'ambiance était vraiment chaude hier à Sclessin! Les supporters n'étaient pas contents ce jeudi soir après . Alors que les Rouches sont toujours en tête du championnat, les fans ont cassé des vitres et ils ont aussi voulu rentrer de force dans le vestiaire. Le tout en exigeant la démission du coach.L'ambiance était tellement tendue que les joueurs ne se sont pas présentés devant les journalistes, par mesure de sécurité.

      Des questions se posent néanmoins. Comment les supporters ont-ils pu accéder au couloir menant aux vestiaires? Comment se fait-il que les stewards et le service de sécurité n'ont-ils pas pu intervenir? Telle est la question!  

      Le Standard n'est vraiment pas un club comme les autres...









    • Le Barça voudrait vendre Lionel Messi! - 18/04/2014

      La nouvelle est bien évidemment à prendre avec des pincettes mais le quotidien espagnol affirme que les proches de Messi sont convaincus des intentions du club. "L'entourage de Messi est convaincu que le Barça veut le vendre. Il y aurait deux motifs d'explication: d'abord la prolongation du contrat du joueur qui pose problème, ensuite les appels du pied du PSG qui serait prêt à casser sa tirelire pour lui."

      Lionel Messi n'est plus que l'ombre de lui-même ces dernières semaines et les longues négociations concernant la prolongation de son contrat n'arrangent bien évidemment pas les choses. Et le fait que le PSG soit prêt à mettre sur la table les 250 millions d'euros, soit le montant de la clause libératoire de Messi, pour s'attacher ses services pourrait faire réfléchir le Barça. Affaire à suivre... 

       







    • Les filles de Mons vont disparaitre: "C'est terminé!" - 18/04/2014

      "J'ai toujours baigné dans le football. Dans ma famille, tout le monde adore ça", explique Emilie qui a commencé le football à 6 ans dans le Tournaisis. D'abord avec les garçons, puis avec les filles à partir de 12 ans. Depuis l'âge de 18 ans, Emilie Vanardois évolue au FC Basècles qui est devenu par la suite le RUS Beloeil et enfin le RAEC Mons Ladies. "Mis à part une petite parenthèse d'un an où j'ai évolué à Zulte Waregem, j'ai toujours joué pour le même club. Après un an, je suis revenue à mes origines, pour mes amies et parce qu'il y avait un véritable projet sportif." A son retour à l'âge de 23 ans, l'équipe militait en Nationale 3.

      Le moins que l'on puisse écrire, c'est que l'équipe de Mons a bien évolué. Actuellement, l'équipe première est sur la troisième marche du podium en Division 1. L'équipe pourrait même rêver de la Beneligue car les deux équipes qui sont devant Mons au classement n'ont pas reçu la licence. "Il reste deux rencontres et on va jouer le coup à fond pour rester 3e mais on ne montera évidemment pas car la Beneligue, cela coûte très cher..." Et c'est là que le bât blesse pour l'équipe de Mons. Les équipes féminines coûtent trop d'argent au président Leone. "Mons veut bien qu'on reste mais pour 0euros. Les déplacements, les, maillots tout cela coûte pas mal d'argent". Et pourtant, les filles de Mons ont des "salaires" dérisoires par apport à leurs homologues masculins. "On n'a pas de salaire fixe, mais on gagne 50 euros par victoire" explique-t-elle. L''aspect financier n'est cependant pas le plus important. "On joue vraiment pour l'amour du football!"

      La situation des équipes féminines semble donc désespérée. "Le fils du président, Romain Leone, a demandé 15 jours de réflexion. Mais nous n'attendons pas d'issue favorable". Emilie Vanardois et ses coéquipières ne veulent cependant pas se laisser abattre. "On ne veut pas quitter le club, car il est très familial. On est donc en train de chercher des sponsors pour survivre". L'équipe a même prévu quelque chose pour la dernière rencontre à domicile. "Il reste deux matches à jouer et on veut marquer le coup. Nous avons la chance de jouer le dernier match au Stade Tondreau (NDLR : ce sera le  3 mai contre Sinaai Beveren) et nous avons demandé aux supporters de l'équipe masculine de venir nous encourager. On veut montrer qu'on compte pour Mons!"

       

      Gilles Barbera : "Sauf si un investisseur se présente, c'est terminé."

      Nous avons contacté Gilles Barbera, le responsable communication du RAEC Mons pour avoir sa version des faits. Il affirme qu'il est presque impossible que les deux équipes de Mons Ladies continuent à jouer. "Il y a une sérieuse menace sur ces équipes. Nous allons devoir faire face à des réductions budgétaires à cause de la descente de l'équipe masculine en Division 2 et ce, à tous les niveaux du club." Autrement dit, si les équipes féminines ne trouvent pas de sponsors, ce sera fini. "En effet, sauf si un investisseur se présente, c'est terminé. Nous l'avons notifié il y a un peu plus d'un mois à Nathalie Deswez (NDLR : la responsable de la section féminine). Nous ne faisons pas ça de gaieté de coeur car nous avons vraiment une bonne relation avec la responsable et nous sommes très fiers des résultats de la section féminine. On a des regrets."

      Si l'avenir de Mons s'était écrit en D1 la saison prochaine, la donne aurait été différente. "Cela aurait été totalement différent c'est sûr. Mais là, on recevra moins d'argent via la billetterie, les sponsors et aussi les droits télés. Ce n'est plus possible dans ces conditions".

      Normalement, la section féminine de Mons touche donc à sa fin. Une bien triste nouvelle pour des joueuses qui se sont toujours données à 100% pour le club de Mons.

       

      Renaud Terreur 







    • Les équipes féminines de Mons sont menacées de disparition - 18/04/2014

      "J'ai toujours baigné dans le football. Dans ma famille, tout le monde adore ça", explique Emilie qui a commencé le football à 6 ans dans le Tournaisis. D'abord avec les garçons, puis avec les filles à partir de 12 ans. Depuis l'âge de 18 ans, Emilie Vanardois évolue au FC Basècles qui est devenu par la suite le RUS Beloeil et enfin le RAEC Mons Ladies. "Mis à part une petite parenthèse d'un an où j'ai évolué à Zulte Waregem, j'ai toujours joué pour le même club. Après un an, je suis revenue à mes origines, pour mes amies et parce qu'il y avait un véritable projet sportif." A son retour à l'âge de 23 ans, l'équipe militait en Nationale 3.

      Le moins que l'on puisse écrire, c'est que l'équipe de Mons a bien évolué. Actuellement, l'équipe première est sur la troisième marche du podium en Division 1. L'équipe pourrait même rêver de la Beneligue car les deux équipes qui sont devant Mons au classement n'ont pas reçu la licence. "Il reste deux rencontres et on va jouer le coup à fond pour rester 3e mais on ne montera évidemment pas car la Beneligue, cela coûte très cher..." Et c'est là que le bât blesse pour l'équipe de Mons. Les équipes féminines coûtent trop d'argent au président Leone. "Mons veut bien qu'on reste mais pour 0euros. Les déplacements, les, maillots tout cela coûte pas mal d'argent". Et pourtant, les filles de Mons ont des "salaires" dérisoires par apport à leurs homologues masculins. "On n'a pas de salaire fixe, mais on gagne 50 euros par victoire" explique-t-elle. L''aspect financier n'est cependant pas le plus important. "On joue vraiment pour l'amour du football!"

      La situation des équipes féminines semble donc désespérée. "Le fils du président, Romain Leone, a demandé 15 jours de réflexion. Mais nous n'attendons pas d'issue favorable". Emilie Vanardois et ses coéquipières ne veulent cependant pas se laisser abattre. "On ne veut pas quitter le club, car il est très familial. On est donc en train de chercher des sponsors pour survivre". L'équipe a même prévu quelque chose pour la dernière rencontre à domicile. "Il reste deux matches à jouer et on veut marquer le coup. Nous avons la chance de jouer le dernier match au Stade Tondreau (NDLR : ce sera le  3 mai contre Sinaai Beveren) et nous avons demandé aux supporters de l'équipe masculine de venir nous encourager. On veut montrer qu'on compte pour Mons!"

       

      Gilles Barbera : "Sauf si un investisseur se présente, c'est terminé."

      Nous avons contacté Gilles Barbera, le responsable communication du RAEC Mons pour avoir sa version des faits. Il affirme qu'il est presque impossible que les deux équipes de Mons Ladies continuent à jouer. "Il y a une sérieuse menace sur ces équipes. Nous allons devoir faire face à des réductions budgétaires à cause de la descente de l'équipe masculine en Division 2 et ce, à tous les niveaux du club." Autrement dit, si les équipes féminines ne trouvent pas de sponsors, ce sera fini. "En effet, sauf si un investisseur se présente, c'est terminé. Nous l'avons notifié il y a un peu plus d'un mois à Nathalie Deswez (NDLR : la responsable de la section féminine). Nous ne faisons pas ça de gaieté de coeur car nous avons vraiment une bonne relation avec la responsable et nous sommes très fiers des résultats de la section féminine. On a des regrets."

      Si l'avenir de Mons s'était écrit en D1 la saison prochaine, la donne aurait été différente. "Cela aurait été totalement différent c'est sûr. Mais là, on recevra moins d'argent via la billetterie, les sponsors et aussi les droits télés. Ce n'est plus possible dans ces conditions".

      Normalement, la section féminine de Mons touche donc à sa fin. Une bien triste nouvelle pour des joueuses qui se sont toujours données à 100% pour le club de Mons.







    • Alonso en forme dans les deux premières séances d'essais libres au GP de Chine - 18/04/2014

      L'arrivée de Mattiaci à la place de Domenicali porte-t-elle déjà ses fruits? Toujours est-il que Fernando Alonso est en forme lors de ces deux premières séances d'essais libres du GP de Chine. Auteur du meilleur temps sur la première (devant Rosberg et Ricciardo), il ne s'est incliné que face à Lewis Hamilton lors de la deuxième.

      Tout cela est de bonne augure pour le pilote Ferrari qui avait remporté le Grand Prix l'année dernière.







    • Aston Villa racheté par deux milliardaires? - 18/04/2014

      C'est le journal The Telegraph qui a lancé cette information. Selon le quotidien, la direction du club serait en pleine discussion pour le rachat du club avec un consortium américain, mené par deux milliardaires. Le montant estimé pour la vente du club de Birmingham est de 243 millions d'euros.

      A l'instar de Manchester City, Aston Villa pourrait donc se retrouver en haut de l'affiche très rapidement si cette rumeur se confirme. Les potentiels nouveaux propriétaires seraient en effet prêts à investir énormément dans l'équipe l'année prochaine.

      Cependant, le rachat du club dépend du maintien d'Aston Villa en Premier League. Tout serait annulé si l'équipe de Benteke (actuellement 14e) descend en 2e division anglaise, chose qui ne devrait cependant pas arriver.







    • Tottenham aurait son nouvel entraineur pour la saison prochaine - 18/04/2014

      Nommé en remplacement de Villas-Boas, Tim Sherwood, l'entraîneur par intérim, ne devrait pas faire long feu sur le banc des Londoniens.  Selon le journal italien Corriere dello Sport, son successeur aurait même déjà été trouvé. Il s'agit de Massimiliano Allegri, qui aurait même déjà donné son accord au président du club, Daniel Levy. Limogé de l'AC Milan au mois de janvier, le technicien italien n'aurait pas donc mis beaucoup de temps à trouver un nouveau challenge.

      Sixième de Premier League, Tottenham a manqué son objectif de la saison qui était d'accrocher la Ligue des Champions. La tâche d'Allegri ne sera donc pas facile : il devra ramener les Spurs dans le Top 4 du championnat anglais.
       







    • Nadal est à 300 victoires sur terre battue - 18/04/2014

      La brique pilée est, on le sait depuis toujours, le terrain de jeu de prédilection de l'Espagnol. Il n'empêche, atteindre 300 victoires sur cette surface n'est pas quelque chose qui arrive à tout le monde.  Même si le Majorquin est encore très loin des 644 victoires de Guillermo Vilas sur terre, son bilan est exceptionnel. Il n'a en effet perdu que 21 rencontres sur cette surface soit un bulletin de 93.4%! L'Espagnol a commenté sa performance après sa victoire face à Seppi. "Atteindre les 300 victoires sur terre, c'est quelque chose d'extraordinaire. Si on m'avait dit cela il y a quelques années, je n'y aurais pas cru! Mais j'ai beaucoup travaillé pour réaliser cette performance. Passer le cap des 300 succès, ici, à Monte-Carlo, un endroit qui est très particulier pour moi, c'est encore plus spécial."

      Maintenant qu'il a ce record en poche, Rafael Nadal va vouloir laver l'affront de l'année passée. Il avait perdu en finale de son tournoi fétiche contre Novak Djokovic.







    • Le grand Marco van Basten à Anderlecht ? - 18/04/2014

      Les amateurs de football des années 1980-1990 savent évidemment qui est Marco van Basten et même les plus jeunes connaissent le nom de cette vedette du football qui a montré toute l'étendue de son talent à l'Ajax Amsterdam et au Milan AC pendant de longues années.

      On comprend donc pourquoi cette information peut étonner. Van Basten à Anderlecht, ça reste assez singulier. Cela pourrait s'expliquer par le fait que le Hollandais n'a pas (encore) une carrière d'entraîneur à la hauteur de celle qu'il a eue comme joueur. Passé par l'équipe nationale des Pays Bas (2004-2008),l'Ajax (2008-2009) et Heerenveen (2012-2014), c'est seulement dans ce dernier club où il a réussi à faire des résultats intéressants.

      Cependant du côté de Neerpede, la pole position est encore et toujours accordée à Besnik Hasi. Auteur de play-offs encourageants, Anderlecht peut encore rêver au titre de champion grâce à l'ancien T2. On peut imaginer que si les Bruxellois se retrouvent en Coupe d'Europe l'année prochaine, Hasi sera toujours là pour la saison 2014-2015.

      Pas de quoi s'enflammer pour le moment donc. La rumeur Van Basten existe mais il faudra attendre la fin de notre championnat pour y voir plus clair.







    • Mené 2-0, le Standard finit par arracher le nul contre Lokeren - 17/04/2014

      Les deux meilleurs buteurs actuels du championnat de Belgique ont été décisifs ce jeudi soir à Sclessin dans le dernier match de la 4e journée des Playoffs 1. Harbaoui, second au classement des buteurs, a inscrit deux buts, à la 44e et à la 64e minute pour apporter un avantage que son club, Lokeren pouvait croire décisif. Mais le premier au classement des buteurs, le Standardman Batshuayi a réduit le score à la 68e minute. En fin de rencontre, Bia obtenait le nul à quatre minutes de la fin du temps réglementaire.

      Le Standard reste en tête de la compétition avec un petit point d'avance sur Bruges, grand gagnant de cette 4e journée après sa victoire contre Genk et le nul d'Anderlecht contre Zulte-Waregem.



       

      Le compte rendu du match

      Luzon a laissé Ezekiel, peu incisif ces dernières semaines, sur le banc et a aligné Bulot en soutien de Batshuayi. L'Israélien a aussi préféré Ben Haim à Oparé pourtant beaucoup plus rapide. Ce dispositif n'a pas donné des ailes aux Standardmen. Peu entreprenants, les Rouches ont, en plus, été brouillons quand ils tentaient de jouer en un temps. Disputée à un rythme peu élevé, la première période n'a pas offert de moments palpitants. L'expérience Bulot ne s'est pas révélée concluante. Bien que jouant dos au but- sa position préférée-, Batshuayi n'a pas inquiété Verhulst. Mais à la 44e, Harbaoui a remporté son duel aérien avec Van Damme pour donner l'avance à Lokeren (0-1).

      A la reprise, Mpoku (52e) et Carcela (53e) ont obligé Verhulst à se détendre. Par contre, à la 64e, Harbaoui a de nouveau battu Kawashima (0-2). Batshuayi (58e) a rapidement réduit la marque (1-2). La fin de la rencontre a été intense. Suite à la montée d'Ezekiel (78e) à la place de Ben Haim, le Standard a évolué avec trois avants et trois défenseurs. Un dispositif qui a permis à Mujangi Bia d'égaliser (86e). 

       









    • Boonen pulvérise une Ferrari à Spa-Francorchamps - 17/04/2014
      Tom Boonen a passé une journée sur le circuit de Francorchamps, jeudi. Lors de cette "incentive", le coureur cycliste a pris les commandes d'une Ferrari F430. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu pour Tom Boonen, qui est parti à la faute et a crashé sa voiture dans le virage de Blanchimont, le plus rapide du tracé ardennais.

      Indemne, Tom Boonen a publié une photo sur Twitter avec comme explication: "Klapband in blanchimont. Jezus didn't safe my tire!" (Crevaison à Blanchimont. Jésus n'a pas sauvé mon pneu).






    • Seedorf sur la sellette à l'AC Milan - 17/04/2014

      Auteur d'un début de saison catastrophique, l'AC Milan relève un peu la tête en cette deuxième partie de saison. Un homme n'est pas étranger à ce regain de forme : Clarence Seedorf, arrivé au mois de janvier, a nettement amélioré la situation des Rossonieri. Actuellement 8e, le club italien doit terminer au minimum à la 5e place, soit devant l'Inter Milan (5e actuellement) où le Néerlandais sera viré en fin de saison.

      Pour lui succéder, Milan pense à d'autres anciens joueurs comme Inzaghi ou encore Gattuso. Ce dernier a d'ailleurs déclaré : "Un jour, j'aimerai bien revenir à l'AC Milan. C'est un club où j'ai tout connu, je m'y suis senti bien et c'est mon équipe de coeur depuis tout petit. On verra dans le futur."

      Clarence Seedorf sait donc ce qu'il lui reste à faire pour conserver le siège de coach à l'AC Milan la saison prochaine...







    • Ambiance surchauffée et exceptionnelle en Grèce (vidéo) - 17/04/2014

      Un match entre deux grandes équipes grecques est toujours un évènement particulier en Grèce. Cette demi-finale entre le PAOK et l'Olympiakos n'a pas échappé à la règle. Pour faire monter la température dans le stade, les supporters du PAOK ont allumé plusieurs centaines de fumigènes et des poissons morts se sont même retrouvés sur le banc de l'Olympiakos. Une ambiance tellement surchauffée que le coup d'envoi a dû être retardé de 75 minutes.

       

       

       







    • Le face à face délirant entre Massimo Bruno et Dennis Praet (vidéo) - 17/04/2014
      Mis l'un à côté de l'autre, les deux joueurs vont répondre aux questions suivantes: " Qui est le meilleur chanteur ? ", " Qui est le plus ordonné ? " et " Qui est le meilleur joueur à FIFA ? ". Un moment de franche rigolade entre les deux coéquipiers. Passant du néerlandais au français, ils ne vont pas hésiter à se lancer des petites piques. Vous pouvez regarder cette interview au bas de cette article.






    • Proto est à 54 minutes d'un record historique - 17/04/2014

      Cette statistique peut être étonnante tant la saison d'Anderlecht est chaotique. Et pourtant, Silvio est tout proche de battre le record du club de Jean Trappeniers, gardien d'Anderlecht dans les années 60. Ce dernier avait tenu 806 minutes (il a été remplacé pendant un match par Gerhard Mair durant cette période) sans encaisser de buts à domicile. Proto en est donc pour le moment à 752 et il pourrait battre ce record le 27 avril lors du Clasico face au Standard. La tâche ne semble pas impossible pour Silvio car il a déjà battu un record de l'ancien gardien. En février 2011, Proto avait tenu 810 minutes sans encaisser de buts ( à domicile et à l'extérieur) soit 37 minutes de plus que Trappeniers.

      Pour l'anecdote, le dernier but encaissé à domicile remonte au 1er décembre 2013 face au Cercle de Bruges. Le but était signé de l'ex-Anderlechtois Junior Kabananga).







    • Carlos Tevez choisit Disney Land plutôt que le Brésil ! - 17/04/2014

      L'attaquant argentin de la Juventus ne fait pas partie des plans de l'entraineur Alejandro Sabella depuis sa nomination au poste de sélectionneur de l'Argentine. Cependant, " El Apache " n'en a que faire.  

      "Non, je ne pense pas aller voir les matchs de l'équipe au Mondial. J'ai déjà acheté des billets pour aller à Disney avec ma femme et mes trois enfants. Ils méritent ce voyage. Moi, je sais déjà ce qui m'attend." a-t-il déclaré dans la revue Cronica.

      Tevez réalise pourtant une belle saison avec le club italien de la Juventus, avec 18 buts au compteur. Mais Sabella a trouvé la formule pour son attaque en vue du Mondial. Messi, Higuain, Agüero, Lavezzi, Palacio, mais pas de Tevez. Et jusqu'ici, cela ne lui a posé aucun problèmes. 

      De plus, les deux hommes se connaissent bien pour s'être côtoyés aux Corinthians. Néanmoins, le petit argentin de Boca ne connait pas les raisons de son éviction. "Nous avions une relation fantastique, sans aucun problème et cette relation était cordiale et professionnelle. Tout le monde me demande pourquoi je ne suis pas dans l'équipe, mais je ne dois pas répondre à cette question parce que je lui manquerais de respect."

      Quant à sa relation avec Lionel Messi, il dément les propos de la presse comme quoi il y aurait eu une confrontation entre les deux hommes. "Je ne sais pas d'où sortent ces idioties ! La vérité sur Messi et moi, c'est une vraie complicité. On partage de bons moments à l'entraînement comme en matchs. C'est une personne agréable et éduquée"







    • Hazard dans le Top 20 des meilleurs joueurs... ambidextres du monde - 17/04/2014

      Ce site américain a publié une liste des 20 meilleurs joueurs ambidextres du monde. Parmi eux se trouve donc Eden Hazard qui côtoie dans ce classement beaucoup de stars mondiales dont voici les noms : Ibrahimovic, Cristiano Ronaldo, Modric, Totti, David Luiz, Santi Cazorla, Villa, Sneijder, Falcao, Adriano, Pirlo, Reus, Forlan, Kroos, Ribéry, Pedro, Hernanes, Neymar et un gardien, Manuel Neuer du Bayern Munich.

      Pour justifier la présence d'Eden Hazard dans le classement, le site explique que "Chelsea doit en partie son succès à la créativité, à la vitesse et au talent de Hazard. Le jeune Belge a suffisamment foi en lui pour être comparé à Messi et Ronaldo. Nous l'avons déjà vu marquer quelques fois de loin du pied droit mais il peut aussi se servir de son pied gauche."

      Voilà une information qui devrait faire plaisir au joueur de Chelsea.











    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Google passe à la vitesse supérieure dans l'ultra-haut débit - 19/02/2014

      Le géant américain de l'internet Google veut passer à la vitesse supérieure pour son projet de réseau en fibre à ultra-haut débit, promettant des vitesses de transmission 100 fois supérieures à celle des réseaux actuels.

      Google avait retenu en 2011 Kansas City (centre des Etats-Unis) pour commencer à tester ce projet, qu'il a depuis étendu à Austin (sud) et Provo (centre) et auquel il a annoncé mercredi vouloir donner un gros coup d'accélérateur.

      "Nous avons invité des villes dans 9 zones métropolitaines à travers les Etats-Unis (34 villes au total) à coopérer avec nous pour explorer ce qu'il faudrait pour leur apporter Google Fiber", indique un responsable du groupe, Milo Medin, dans un message publié sur le site internet de Google.

      Les zones métropolitaines concernées sont celles de San José et Portland sur la côté ouest, Salt Lake City au centre du pays, Phoenix et San Antonio au sud et Nashville, Atlanta, Charlotte et Raleigh-Durham au sud-est.

      Google explique vouloir faire une étude détaillée des facteurs locaux pouvant affecter la construction du réseau comme la topographie, la densité d'habitation, l'emplacement des réseaux d'infrastructures tels les conduites d'eau ou de gaz, les lignes électriques...

      "Nous voulons amener Fiber dans chacune de ces villes, mais cela pourrait ne pas fonctionner pour tout le monde", prévient M. Medin, promettant une mise à jour d'ici la fin de l'année sur celles où le projet sera mené à bien.

      Le coeur de métier de Google reste la recherche et la publicité sur internet, mais le groupe s'est diversifié ces dernières années dans toute une série d'activités. Il est devenu un acteur de référence dans le mobile avec son système d'exploitation Android, utilisé par une série de fabricants de tablettes et de smartphones, mais il a parallèlement une série de projets en développement comme Google Fiber, les lunettes interactives Google Glass ou encore des voitures sans chauffeur utilisées pour améliorer ses applications de cartographie.







    • Google publie un code de bonne conduite pour ses lunettes interactives - 19/02/2014

      Le géant internet américain Google a publié un code de bonne conduite pour les utilisateurs de ses lunettes interactives, dont les prototypes soulèvent déjà des inquiétudes sur la protection de la vie privée.

      "Ne soyez pas inquiétants ou impolis", écrit Google dans un message publié en ligne et destiné aux "explorateurs", les développeurs d'applications qui testent actuellement les appareils. "Respectez les autres et ne vous impatientez pas s'ils ont des questions sur les lunettes".

      Le groupe internet semble vouloir éviter que les porteurs de "Google Glass", comme cela a pu se voir dans le passé, soient renvoyés de restaurants, cafés ou autres établissements en raison des inquiétudes provoqués par l'appareil photo qui y est intégré.

      Pour calmer les inquiets, Google suggère notamment aux utilisateurs de leur proposer une démonstration de l'appareil, de demander l'autorisation avant de prendre une photo, et de respecter les règles imposées pour les téléphones portables.

      "Si on vous demande d'éteindre votre téléphone, éteignez aussi les lunettes", dit-il. "Enfreindre les règles ou être impoli ne rendra pas les commerces enthousiastes au sujet des lunettes, et cela nuira aux autres explorateurs."

      Google rappelle aussi que ses lunettes sont conçues pour fournir des informations brèves aux utilisateurs, et déconseille de fixer leur écran durant des périodes trop longues pour éviter d'avoir "l'air plutôt étrange pour les gens autour de vous". "Donc ne lisez pas Guerre et paix sur les lunettes. Certaines choses sont mieux faites sur des écrans plus grands".

      Google prévient enfin qu'il vaut mieux ne pas porter les appareils en faisant du sport.

      Les prototypes actuels de "Google Glass" comportent une seule branche terminée par un petit écran se plaçant un peu au-dessus de l'oeil. Ils sont réservés à des développeurs d'applications prêts à payer 1.500 dollars.

      Une commercialisation grand public est toutefois attendue cette année, et Google a fait un pas pour faciliter leur adoption en présentant le mois dernier des montures "normales" compatibles avec l'appareil, et adaptées à des verres correcteurs ou solaires.







    • Smartphones: Android largement devant Apple dans le monde entier - 27/01/2014

      Android a terminé 2013 comme principale plateforme mobile avec une part moyenne de 68,6% sur les cinq plus grands marchés européens (Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne), où Apple arrive à 18,5%. Windows affiche une forte croissance sur un an. Un cas notable est celui de l'Italie, où le logiciel de Microsoft affiche 17,1% du marché, contre 12,8% pour Apple. Android pointe dans ce pays à 66,2%.

      Aux Etats-Unis, l'étude montre une augmentation de plus de 4 points de pourcentage de la part d'Android en un an, à 50,6%, tandis que celle d'Apple baisse à 43,9%. En Chine, la tendance est similaire avec une montée de la part d'Android à 78,6%, tandis que celle d'Apple décline à 19%.

      "Android a terminé l'année solidement, avec une croissance sur un an sur 12 marchés majeurs dans le monde incluant l'Europe, les Etats-Unis, l'Amérique latine, la Chine et le Japon", selon Dominic Sunnebo, un économiste de Kantar. "Windows Phone a maintenu des taux de croissance à deux chiffres en Europe durant trois mois consécutifs", a-t-il souligné, relevant toutefois que vu la faible progression des ventes globales de smartphones dans cette partie du monde, cela ne suffit pas à redresser les résultats de Nokia, dont la gamme Lumia constitue l'essentiel des smartphones opérant sous Windows vendus actuellement.

       







    • Yahoo! étend son offre médiatique avec deux magazines en ligne - 08/01/2014

      Yahoo! Food est dédié à la cuisine et Yahoo! Tech entend vulgariser et démystifier les nouvelles technologies, qu'il s'agisse d'appareils, de nouveaux services ou des tendances du secteur.

      "Nous avons trouvé notre inspiration dans les magazines (papier)", a assuré la patronne du groupe, Marissa Mayer, lors de leur présentation en fanfare à l'International CES, à laquelle ont pris part le chanteur John Legend ou des stars de l'émission de télévision "Saturday Night Live";

      Yahoo! Tech et Yahoo! Food "sont élégants, beaux, et ont une voix différente", a-t-elle poursuivi, soulignant également que sur ces formats, la publicité apparaîtrait non pas sous forme de bannières, mais serait insérée dans les contenus, comme c'est le cas dans les magazines imprimés.

      Le groupe a également annoncé le lancement d'une application destinée à fournir deux fois par jour aux utilisateurs un résumé succinct de l'actualité sur leur smartphone, Yahoo News Digest.

      Marissa Mayer, qui s'est lancée dans une série d'acquisitions depuis son arrivée à la tête de Yahoo à l'été 2012, en a aussi mentionné une nouvelle: celle de la société Aviate, spécialisée dans l'organisation automatique des applications sur les écrans d'accueil des smartphones en fonction de la localisation, de l'heure et des habitudes de l'utilisateur.

       

      Réinventer Yahoo! pour relancer la croissance

      "Nous travaillons dur pour réinventer le coeur de l'activité de Yahoo!, entre moteur de recherche, communication, médias et vidéo", a-t-elle rappelé.

      Fin 2013, le groupe, pionnier d'internet a pu comptabiliser quelque 400 millions d'utilisateurs sur mobiles par mois pour la première fois de son histoire, a-t-elle pointé. Au total, le groupe revendique 800 millions d'utilisateurs chaque mois.

      Depuis qu'elle a pris les commandes de Yahoo!, Marissa Mayer s'efforce d'en relancer la croissance. Outre ses acquisitions pour recruter des "talents", elle a modernisé certains services centraux du groupe comme sa page d'accueil et sa messagerie, et dit vouloir mettre l'accent sur le mobile, la vidéo et les contenus personnalisés.

      Elle a déjà pour cela recruté plusieurs journalistes, dont Katie Couric, star de la télévision américaine, et David Pogue, ex-expert en technologies du New York Times qui va diriger Yahoo! Tech. Ils ont tous deux participé mardi à la présentation à Las Vegas.

      Les deux nouveaux magazines en ligne sont présentés comme une partie de la stratégie de long terme de Yahoo!, Marissa Mayer évoquant comme thèmes importants pour le groupe "la simplification de (son) activité et la manière dont les gens consomment l'information".

      David Cooperstein, un analyste de Forrester, y voit aussi un moyen pour Yahoo! de se différencier d'autre groupes internet comme Google ou Facebook, en fournissant le contenu professionnel que les gens recherchent à la place de contenus générés par les utilisateurs, et potentiellement moins intéressants.

      "Venir avec des figures familières, comme John Legend ou (les stars de) Saturday Night Live, indique aussi pour moi qu'elle parle de contenu plus traditionnel en ligne, le seul angle par lequel ses concurrents n'ont pas encore attaqué", estime-t-il.

      Les efforts de sa patronne n'ont pas empêché Yahoo! de perdre l'an dernier sa place de numéro deux sur le marché américain de la publicité numérique, au profit du géant des réseaux sociaux Facebook, selon des statistiques du cabinet spécialisé eMarketer.

      Sa part de marché a été réduite d'environ un demi-point de pourcentage, à 2,87%, quand celles de Facebook et du numéro un incontesté Google grimpaient, selon eMarketer.







    • Une TV pliable de 2,6 mètres: quoi de neuf au CES ? - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Un écran pliable de 2,6 mètres: quoi de neuf au CES ? - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Nouvelles technologies: les cinq tendances à retenir du CES de Las Vegas - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Non, Netflix ne viendra pas (tout de suite) en Belgique - 07/01/2014

      Netflix, un service de films et séries à la demande sur base d'un abonnement mensuel fixe, a indiqué mardi qu'il ne sera pas accessible en Belgique à partir de mai prochain, contrairement à ce qu'avait indiqué Le Soir sur son site internet lundi soir. Selon le porte-parole de Netflix, l'information du Soir n'est pas "correcte".

      "Nous n'avons annoncé aucun plan concret de développement en Europe", affirme le porte-parole de l'entreprise américaine. Le Soir écrivait lundi soir, sans citer de source précise, que le service Netflix serait accessible à partir de mai en Belgique. Le mois dernier, Le Figaro faisait également déjà état d'une arrivée prochaine de ce service en France et en Belgique.

      Netflix est surtout connu aux Etats-Unis mais il est aussi actif en Europe, notamment aux Pays-Bas. Il propose un abonnement mensuel fixe (7,99 dollars aux Etats-Unis) pour l'accès illimité à un catalogue de films et séries via streaming. L'arrivée de ce service pourrait représenter une concurrence de taille pour des entreprises comme Belgacom et Telenet, qui vendent aussi des vidéos à la demande.







    • Cette brosse à dents connectée communique avec votre smartphone ! - 06/01/2014
      Une brosse à dents connectée à l'internet, présentée comme la première du genre, ambitionne de "réinventer les soins dentaires". "L'idée est de brosser non pas plus fort, mais plus intelligemment", explique Loic Cessot, le cofondateur de la start-up française Kolibree qui a conçu la brosse, présentée dimanche à Las Vegas avant l'ouverture du salon d'électronique grand public International CES. L'appareil intègre un capteur qui détecte quelle quantité de tartre est retirée à chaque usage, et enregistre des données sur le brossage ensuite transmises à une application pour smartphone.   Comme le dentiste  "Quand vous utilisez une brosse à dents normale, vous ne savez jamais vraiment ce que vous avez nettoyé", fait valoir M. Cessot. "La seule personne qui sait vraiment, c'est le dentiste." Avec l'application alliée à l'appareil de Kolibree, l'utilisateur peut savoir s'il a raté certaines zones difficiles à nettoyer ou ne n'est pas brossé assez consciencieusement. Cela peut aussi permettre aux parents de vérifier si leurs enfants se sont bien lavé les dents, souligne M. Cessot. Kolibree prévoit de mettre sa brosse à dents sur le marché mondial au troisième trimestre. Les commandes seront initialement possibles sur le site de financement participatif Kickstarter, à des prix allant de 99 à 200 dollars.






    • Une brosse à dents connectée pour "réinventer les soins dentaires" - 06/01/2014
      Une brosse à dents connectée à l'internet, présentée comme la première du genre, ambitionne de "réinventer les soins dentaires". "L'idée est de brosser non pas plus fort, mais plus intelligemment", explique Loic Cessot, le cofondateur de la start-up française Kolibree qui a conçu la brosse, présentée dimanche à Las Vegas avant l'ouverture du salon d'électronique grand public International CES. L'appareil intègre un capteur qui détecte quelle quantité de tartre est retirée à chaque usage, et enregistre des données sur le brossage ensuite transmises à une application pour smartphone.   Comme le dentiste  "Quand vous utilisez une brosse à dents normale, vous ne savez jamais vraiment ce que vous avez nettoyé", fait valoir M. Cessot. "La seule personne qui sait vraiment, c'est le dentiste." Avec l'application alliée à l'appareil de Kolibree, l'utilisateur peut savoir s'il a raté certaines zones difficiles à nettoyer ou ne n'est pas brossé assez consciencieusement. Cela peut aussi permettre aux parents de vérifier si leurs enfants se sont bien lavé les dents, souligne M. Cessot. Kolibree prévoit de mettre sa brosse à dents sur le marché mondial au troisième trimestre. Les commandes seront initialement possibles sur le site de financement participatif Kickstarter, à des prix allant de 99 à 200 dollars.






    • Arnaque au SMS: "prise de panique", Cristina est victime d'un Wangiri - 06/01/2014

      Plusieurs lecteurs ont contacté la rédaction de RTL via la pour nous faire part d'une forme d'arnaque par téléphone. Il s'agit d'un "Wangiri", dont nous avons  l'année passée, mais avec des messages textuels. 

      Des victimes potentiels ont reçu un SMS en français venant de l'étranger: "J'ai reçu un sms venant du numéro +6745599091: 'appelez-moi urgent'", selon Cristina. 

       

      Des numéros surtaxés

      Il y aurait visiblement, en ce début d'année 2014, une recrudescence d'arnaques de ce genre. Les numéros que l'on demande d'appeler sont surtaxés. "Ce sont des 0900 cachés. Il ne faut surtout pas les rappeler", nous a expliqué Patti Verdoot, porte-parole de Mobistar. Au risque de voir sa facture grimper en flèche.

      C'est une forme un peu différente de l'arnaque appelée "Wangiri" dans le jargon des opérateurs (voir encadré). "Souvent, des gens malintentionnés utilisant un numéro surtaxé appellent et laissent sonner deux fois, en espérant que la victime, intriguée, va rappeler. C'est bien sûr une arnaque car le numéro est payant".

      Si un même numéro revient régulièrement, "nous pouvons le bloquer pour tous nos abonnés, et nous le faisons parfois". Mobistar a d'ailleurs appelé ses abonnés à communiquer les SMS et les numéros à bloquer sur sa . 

       

      Une victime témoigne 

      Cristina, elle, a été prise de panique par la teneur du SMS. Et elle a rappelé le numéro, qui était un répondeur, mais qui était plus que probablement surtaxé.  

      "Dans un état de 'panique', je n'ai pas hésité pas à rappeler à ce numéro. A ma bonne surprise, c'est un répondeur téléphonique. On m'annonce qu'il s'agit de la Loterie Internationale. Au départ, j'avais compris qu'il s'agissait de la Loterie Nationale. Surprise, j'écoute attentivement la suite de l'appel. Il s'agissait d'un répondeur automatique. Le monsieur me demande mon nom, mon prénom, mon âge, état civil... bref des informations de base. On ne m'a pas demandé de numéro de CB ou quoi que se soit. Apparemment, j'aurais été choisie comme grande gagnante de 10.000 euros. Après quelques recherches sur internet, je m'aperçois que le préfixe 0067 n'existe dans un aucun pays. Je vois également que plusieurs escroqueries ont déjà eu lieu par des fraudeurs australiens. Je voudrais, par mon témoignage, avertir les gens. En temps, de crise, qui refuserait 10 000 euros. J'ai peur pour ma facture de téléphone..." 

       

      Regardez l'origine

      Vous l'avez compris, la prudence est de mise: dès que vous recevez un SMS ou un appel d'un numéro qui vous semble bizarre, en dehors des traditionnels 0032 (Belgique), 0033 (France), 0044 (Angleterre), 0031 (Pays-Bas) ou 0049 (Allemagne), méfiez-vous. Retrouvez la liste des préfixes téléphoniques .

      Ces problèmes "ne sont pas propres à Mobistar", selon sa porte-parole. Les témoins qui nous ont contactés sont cependant tous des abonnés du second opérateur belge. Redoublez donc de prudence si vous êtes un abonné Mobistar. 


      Mathieu Tamigniau () 







    • Arnaque au SMS: attention, les Wangiri sont de retour et peuvent vous coûter cher - 06/01/2014

      Xavier a contacté la rédaction de RTL via la pour nous faire part d'une forme d'arnaque par téléphone. Il s'agit d'un "Wangiri", dont nous avons  l'année passée, mais avec des messages textuels. 

      Plusieurs personnes ont reçu un SMS en français venant de l'étranger: "Dernier rappel vous devez appeler d'urgence le 0037455****** pour recevoir votre lot, sinon il est perdu", témoigne une certaine Mélanie sur la page Facebook de Mobistar, qui a relayé l'information.

       

      Des numéros surtaxés

      Il y aurait visiblement, en ce début d'année 2014, une recrudescence d'arnaques de ce genre. Les numéros que l'on demande d'appeler sont surtaxés. "Ce sont des 0900 cachés. Il ne faut surtout pas les rappeler", nous a expliqué Patti Verdoot, porte-parole de Mobistar. Au risque de voir sa facture grimper en flèche.

      C'est une forme un peu différente de l'arnaque appelée "Wangiri" dans le jargon des opérateurs (voir encadré). "Souvent, des gens malintentionnés utilisant un numéro surtaxé appellent et laissent sonner deux fois, en espérant que la victime, intriguée, va rappeler. C'est bien sûr une arnaque car le numéro est payant".

      Si un même numéro revient régulièrement, "nous pouvons le bloquer pour tous nos abonnés, et nous le faisons parfois". Mobistar a d'ailleurs appelé ses abonnés à communiquer les SMS et les numéros à bloquer sur sa . 

       

      Regardez l'origine

      Vous l'avez compris, la prudence est de mise: dès que vous recevez un SMS ou un appel d'un numéro qui vous semble bizarre, en dehors des traditionnels 0032 (Belgique), 0033 (France), 0044 (Angleterre), 0031 (Pays-Bas) ou 0049 (Allemagne), méfiez-vous. Retrouvez la liste des préfixes téléphoniques .

      Les numéros internationaux, dont le premier chiffre après les zéros est le 2, viennent d'Afrique, source de nombreuses arnaques en français. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Les données de 4,6 millions d'usagers de Snapchat piratées - 02/01/2014

      Ce piratage intervient quelques jours après une alerte lancée par la société de sécurité informatique australienne Gibson Security sur des failles de cette application, pouvant être exploitées par des hackers.

      "Notre motivation pour publier (ces données) était d'attirer l'attention du public sur ce problème et aussi de faire pression sur Snapchat pour qu'il comble cette faille", a expliqué SnapchatDB, le site des pirates dont l'identité n'a pas été révélée, dans un communiqué à TechCrunch.

      "Nous comprenons que les start-ups technologiques ont des ressources limitées mais la sécurité et le respect des données privées doit être une priorité", soulignent les auteurs de l'opération.

      SnapchatDB a souligné avoir ?masqué les deux derniers chiffres des numéros de téléphone" pour limiter l'impact de cette publication mais a averti qu'il se réservait la possibilité de publier des données non censurées à l'avenir.

      L'application SnapChat n'avait pas publié de réaction à cette attaque jeudi matin.

      Créée par des étudiants de l'université américaine de Stanford en 2011, Snapchat a suscité un grand engouement, notamment chez les jeunes, en offrant la possibilité de publier des photos ou vidéos qui s'autodétruisent après avoir été vues, donnant un sentiment de confidentialité à ces échanges.

      La start-up aurait refusé une offre de rachat du réseau social Facebook la valorisant à 3 milliards de dollars, avait rapporté en novembre le Wall Street Journal.







    • Premier pas vers l'espace pour un robot-gecko - 02/01/2014

      Les six pattes de l'engin sont tapissées de microfibres spéciales, un matériau adhésif "sec" imitant les poils dont sont dotées celles du gecko. Elles fonctionnent parfaitement dans des conditions de vide et de température similaires à celle de l'espace, explique l'Agence spatiale européenne (ESA) dans un communiqué.

      "Cette approche est un bon exemple de biomimétisme, qui va chercher des solutions technologiques dans la nature", explique le responsable de l'équipe, Michael Henrey, de l'Université Simon Fraser au Canada.

      Le bout des pattes du gecko est recouvert de millions de poils microscopiques et élastiques disposés selon un certain ordre, qui lui permettent d'exploiter un phénomène appelé "forces de van der Waals".

      Ce phénomène, une interaction électrique de faible intensité entre molécules, s'explique par les lois de la physique quantique à une échelle infiniment petite. Il crée sous les pattes du lézard une force de compression capable de le "coller" à une vitre ou une surface lisse verticale.

      Les chercheurs sont parvenus à construire un robot de 240 grammes, baptisé Abigaille, dont les six pattes reproduisent le même procédé.

      Certes, les soies couvrant les pattes du gecko sont beaucoup plus petites que celles du robot - 100 à 200 milliardièmes de mètre de diamètre, mille fois moins qu'un cheveu humain - mais suffisent largement à soutenir le poids du robot, selon M. Henrey.

      Une série de tests menés dans les laboratoires de l'ESA à Noordwijk, aux Pays-Bas, ont montré qu'il fonctionnait parfaitement dans des conditions proches de celles de l'espace.

      "Ce succès expérimental signifie que son déploiement dans l'espace sera peut-être possible un jour", estime Laurent Pambaguian, scientifique de l'ESA associé au projet.

      Il pourrait alors permettre aux astronautes d'éviter des sorties à haut risque, pour effectuer des réparations ou autres opérations d'urgence à l'extérieur de leur engin, comme celle menée avant Noël par deux Américains qui ont dû remettre en état un circuit de refroidissement de la Station spatiale internationale (ISS).

      Les six pattes d'Abigaille sont mobiles dans les quatre directions, ce qui permet au robot-gecko de passer sans tomber d'une surface plane à une paroi verticale. Contrairement à un robot à roues, il pourrait ainsi facilement grimper sur les obstacles émaillant le pourtour d'un satellite qu'il devrait réparer, assure Michael Henrey.

      "Améliorer un équipement matériel une fois qu'il est dans l'espace coûte très cher, l'idée serait donc de commencer par envoyer un robot assez généraliste, qui pourrait ensuite être adapté, par le biais de mises à jour informatiques, à différentes tâches qui n'auraient pas été anticipées au début du projet", explique-t-il.







    • NOTRE TEST: la PlayStation 4 est-elle vraiment une console "sociale" ? - 31/12/2013
      La nouvelle console de salon de Sony, quatrième génération de la célèbre PlayStation, a été prêtée à la rédaction de RTL info durant quelques semaines. Premier aspect testé: la PS4 est-elle une console vraiment " sociale "? 






    • Technologies: voici ce qu'il faut retenir de 2013 et attendre de 2014 - 30/12/2013

      De l'entrée en Bourse de Twitter à la déferlante attendue des lunettes et autres accessoires interactifs, voici quelques événements marquants de 2013 et les tendances qui se dessinent pour 2014 dans le secteur technologique.

       

      Twitter, Netflix et Android font carton plein

      - Twitter. L'introduction en Bourse la plus attendue de l'année valorise début novembre le réseau social, qui n'a jamais dégagé un dollar de bénéfice, à plus de 20 milliards de dollars, au moment où l'indice Nasdaq retrouve son niveau de l'an 2000. Certains commencent à craindre une nouvelle bulle internet.

      - "House of Cards". Le site Netflix donne ses lettres de noblesse à la vidéo en ligne avec cette série inédite, dont la première saison est diffusée en bloc début février. C'est la première série sur internet de l'histoire à décrocher un Emmy Award, récompense suprême de la télévision américaine. Netflix rivalise désormais en abonnés avec la chaîne câblée HBO et son cours de Bourse a plus que triplé cette année. Mais la concurrence durcit: Hulu et Amazon multiplient aussi les projets de séries en ligne.

      - Grand Theft Auto V. Le jeu vidéo le plus cher de l'histoire est également celui qui s'est vendu le plus vite: son budget, estimé à 270 millions de dollars, égale celui d'une grosse production hollywoodienne, tout comme ses recettes d'un milliard de dollars en trois jours. Autre grand moment pour les "gamers", le choc de fin d'année entre les consoles de nouvelle génération PS4 de Sony et Xbox One de Microsoft, écoulées à un million d'exemplaires chacune en 24 heures.

      - Bitcoin. Cette monnaie virtuelle fait beaucoup parler d'elle avec un mini-krach en avril, puis une flambée bien au-delà des 1.000 dollars en fin d'année. Prisé des "geeks", le bitcoin l'est aussi des criminels: Il servait à vendre de la drogue sur le site clandestin Silk Road, fermé en octobre par le FBI.

      - Android. Le logiciel d'exploitation mobile de Google fait désormais fonctionner plus de smartphones et de tablettes que le rival iOS d'Apple. Mais de nombreuses marques et versions différentes cohabitent, et le principal utilisateur, Samsung, commence à développer son propre écosystème pour tenter de sortir de l'ombre de Google.

      - Phablets. Ces smartphones presque aussi grands que des tablettes ont trouvé leur public, en particulier en Asie et en Europe.

       

      Les perdants: le PC, Microsoft et BlackBerry

      - PC. Le marasme continue sur ce marché cannibalisé par les smartphones et les tablettes.

      - Microsoft. Le nouveau système d'exploitation Windows 8 et la tablette Surface, censés marquer le virage vers le mobile, ont reçu un accueil mitigé. Le groupe est dans le flou après le départ annoncé du patron Steve Ballmer. L'espoir repose désormais sur le rachat des téléphones portables d'un champion déçu, Nokia.

      - BlackBerry. Le pionnier des smartphones espérait rebondir avec sa nouvelle plateforme BB10, c'est raté. Entre suppressions d'emplois, vente avortée et départ de nombreux dirigeants dont le patron Thorsten Heins, le groupe est au bord du gouffre.

       

      2014: retour d'Apple et accessoires connectés

      - Apple. Presque quatre ans après l'iPad et sept après l'iPhone, fans et analystes espèrent un nouveau produit révolutionnaire du groupe à la pomme, qu'ils imaginent dans le salon (iTV) ou au poignet (iWatch). L'iphone reste un bestseller mais n'a pas empêché le premier recul du bénéfice net en 10 ans. L'image d'Apple est aussi égratignée par des pratiques d'optimisation fiscale critiquées dans plusieurs pays, et une condamnation pour entente sur le prix des livres électroniques aux Etats-Unis.

      - Accessoires connectés. Les lunettes de Google et les montres interactives de plusieurs fabricants dont Samsung ont ouvert la voie, mais les analystes prédisent une explosion en 2014. Ces appareils devraient encourager les interactions plus "humaines", avec des commandes par la voix et le mouvement, et des applications particulièrement prometteuses dans la santé et le fitness.







    • Des webcams peuvent s'allumer discrètement sans qu'on ne s'en rende compte - 19/12/2013

      Les webcams des ordinateurs peuvent s'allumer discrètement sans que leur propriétaire ne s'en aperçoive, selon les expériences de chercheurs de la John Hopkins University, relayées jeudi par le Washington Post. Ils ont réussi à enclencher la caméra des ordinateurs sans allumer la lumière LED, qui témoigne de son utilisation. Les chercheurs ont concentré leurs expériences sur les modèles MacBook et iMac d'Apple mais la même technique pourrait théoriquement fonctionner sur les nouveaux ordinateurs de plusieurs autres fabricants.

       

      La sécurité contournée

      Une technologie spécifique doit normalement empêcher la caméra des ordinateurs Apple de s'enclencher sans l'activation de la lampe LED, explique Stephen Checkoway, professeur à la John Hopkins University. Les chercheurs ont cependant réussi à cracker le système en contournant la sécurité.

      Ils avaient prévenu Apple de leur expérience au mois de juillet dernier mais n'ont pas été informés d'éventuelles mesures prises par l'entreprise.        








    • A quoi servent les "lunettes intelligentes" de Google ? - 19/12/2013

      On parle beaucoup des Google Glass. Des lunettes intelligentes intégrant un mini-ordinateur, et qui disposent d'un écran miniature, d'une zone de commande tactile sur l'une des branches, et de la reconnaissance vocale.

      Connectées à un téléphone ou à une tablette en Bluetooth, elles sont un écran déporté pour consulter différents types d'informations, comme les emails. Mais il est possible d'installer des applications qui lui sont dédiées. Les lunettes deviennent donc de plus en plus indépendantes.

      "Je suis dans ma cuisine, je choisis une recette et elle est affichée dans les lunettes. Soit sous forme de liste de tâches, soit je visionne une vidéo", a expliqué Alexandra Brevi, directrice générale de Tapptic, à une équipe de RTL-TVI. 

       

      Pour un chirurgien qui opère 

      Autre application: "Un médecin qui opère pourrait voir en permanence le dossier d'un patient, ou n'importe quelle autre information".

      Les Google Glass sont disponibles aux Etats-Unis, sous forme de prototype, au prix de 1.500euros. Elles pourraient débarquer en Belgique en 2014.

      Des écrans d'ordinateurs, commandés par un clavier et une souris, nous passons petit-à-petit aux smartphones et aux tablettes, avec leurs commandes tactiles. La prochaine étape pourrait être un mélange de commandes tactiles, vocales et visuelles, une mini caméra analysant le déplacement de la pupille.

      Ces Google Glass ne sont que le début de l'informatique embarquée. 







    • "Les travailleurs d'Amazon ont des conditions de travail dignes du 19e siècle" - 18/12/2013

      Amazon est un géant du commerce en ligne. Il fait d'ailleurs partie des "quatre grands" d'internet, avec Google, Facebook et Apple. Fondée il y a 20 ans, Amazon est la plus grande entreprise mondiale de vente en ligne, avec un chiffre d'affaires de 48 milliards de $ en 2012. Basée à Seattle, elle emploie 51.300 personnes à travers le monde, et a implanté de centres de distribution et de services un peu partout en Europe, mais aussi en Chine, au Japon et au Brésil.

      Aux yeux de nombreux observateurs, c'est l'exemple d'une industrie à la fois moderne (dans son organisation) et conservatrice (dans ses conditions de travail). Un modèle d'efficacité, également. Vous trouvez presque tout sur les sites d'Amazon, des livres au bricolage, en passant par les smartphones et les bijoux.

      Mais cette recherche permanente de l'efficacité et de la rentabilité à un prix, et il est humain. Même en Allemagne, où l'idéologie du travail est pourtant forte, plusieurs sites sont en grève à l'approche de Noël.

       

      Des grèves en Allemagne

      Les syndicats ont appelé à cesser le travail sur trois sites allemands du géant du commerce en ligne: celui de Bad Hersfeld et celui de Leipzig - tous les deux théâtres de grèves ponctuelles répétées depuis le printemps - ainsi que pour la première fois celui de Graben, en Bavière.

      Soit 1.115 grévistes, lundi passé, sur les 23.000 salariés que comptent les centres logistiques et de services aux clients en Allemagne (9.000 salariés permanents et 14.000 saisonniers pour les fêtes). Ils réclament un meilleur salaire. Amazon affirme pour sa part qu'en incluant bonus et octrois d'actions, il paye davantage que les salaires prévus par les accords de branche du secteur. "Le salaire médian après une année dans nos centres logistiques est supérieur de 5% aux tarifs de branche", a assuré la porte-parole du groupe.

       

      Un journaliste infiltré

      Le journaliste Jean-Baptiste Malet, l'an dernier, a fait partie des 1.200 intérimaires embauchés par le centre de distribution français de Montélimar. Dans son livre 'En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes', il  dévoile les coulisses d'Amazon, interdites d'accès aux journalistes.

      "Je tiens à rappeler que je me suis infiltré parce que les employés ont refusé de me parler lorsque je les ai sollicités et qu'il est impossible de visiter les entrepôts en tant que journaliste", déclare-t-il dans un entretien avec .

       

      Des conditions de travail du 19e siècle

      Ce journaliste ne démolit pas Amazon. "C'est une révolution dans le monde industriel. Les entrepôts logistiques sont régis par une organisation du travail très précise qui n'est pas simplement celle du taylorisme ou du fordisme. Elle inclut toutes les potentialités d'Internet et fournit des outils de contrôle de productivité parfaitement inédits".

      Mais il précise que les conditions de travail sont inversement proportionnelles à l'image très moderne du commerce en ligne, et plus précisément d'Amazon. "Je ne veux pas tenir un discours moral, simplement rappeler des faits et décrire ce qui se passe dans une usine logistique. Les travailleurs chez Amazon, loin, très loin des progrès du 21e siècle, ont des conditions de travail qui sont dignes du 19e siècle. Que ce soit en ce qui concerne les conditions de travail des intérimaires, que ce soit dans les cadences qui sont imposées, dans les contrôles de productivité, dans les fouilles au corps qui sont réalisées chaque fois qu'un travailleur franchit les portiques. Les exemples foisonnent dans mon livre et tendent tous à montrer qu'Amazon, en ce qui concerne le respect des droits sociaux, est une entreprise qui n'est pas progressiste mais parfaitement réactionnaire", conclut-il. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Facebook va lancer des spots de pub dans votre fil info - 17/12/2013

      Le réseau social Facebook va vendre des spots publicitaires placés dans les fils infos de la page d'accueil des utilisateurs, selon une information révélée mardi par le Wall Street Journal. Le quotidien, qui se base sur les dires d'une source proche du dossier mais non identifiée, indique que les vidéos publicitaires se déclencheront automatiquement dès consultation par l'utilisateur de son "Home", aussi bien via un ordinateur que via un smartphone.

       

      Un lancement retardé à plusieurs reprises 

      Le réseau social devrait annoncer son projet ce mardi et le mettre en pratique dès dimanche. Un des premiers spots devrait être un bref teaser, spécialement conçu pour Facebook, du film "Divergent" attendu en 2014. Le lancement des films publicitaires était attendu initialement avant l'été mais a été repoussé à plusieurs reprises. Des problèmes techniques, qui provoquaient un chargement trop lent des vidéos, seraient en cause. Selon le Wall Street Journal, les ingénieurs auraient trouvé la parade en août dernier et un premier test aurait été effectué la semaine dernière. Certains utilisateurs auraient alors vu des spots se déclencher automatiquement dès leur arrivée sur leur "News feed".

       

      Un montant d'environ 2 millions de dollars par jour

      La durée des spots mis en vente ainsi que le prix demandé aux annonceurs ne sont pas encore connus, mais certaines sources auraient évoqué un montant d'environ 2 millions de dollars par jour pour pouvoir atteindre l'entièreté des utilisateurs âgés de 18 à 54 ans. L'intégration de spots vidéo devrait rendre le réseau social plus attractif aux yeux des annonceurs, selon plusieurs experts. Le groupe, qui tire l'essentiel de ses revenus de la publicité, a enregistré une nouvelle progression de ses recettes en ce domaine au troisième trimestre: elles sont en hausse de 66% sur un an à 1,8 milliard de dollars.







    • Facebook va lancer cette semaine des spots de pub sur les profils - 17/12/2013

      Le réseau social Facebook va vendre des spots publicitaires placés dans les fils infos de la page d'accueil des utilisateurs, selon une information révélée mardi par le Wall Street Journal. Le quotidien, qui se base sur les dires d'une source proche du dossier mais non identifiée, indique que les vidéos publicitaires se déclencheront automatiquement dès consultation par l'utilisateur de son "Home", aussi bien via un ordinateur que via un smartphone.

       

      Un lancement retardé à plusieurs reprises 

      Le réseau social devrait annoncer son projet ce mardi et le mettre en pratique dès dimanche. Un des premiers spots devrait être un bref teaser, spécialement conçu pour Facebook, du film "Divergent" attendu en 2014. Le lancement des films publicitaires était attendu initialement avant l'été mais a été repoussé à plusieurs reprises. Des problèmes techniques, qui provoquaient un chargement trop lent des vidéos, seraient en cause. Selon le Wall Street Journal, les ingénieurs auraient trouvé la parade en août dernier et un premier test aurait été effectué la semaine dernière. Certains utilisateurs auraient alors vu des spots se déclencher automatiquement dès leur arrivée sur leur "News feed".

       

      Un montant d'environ 2 millions de dollars par jour

      La durée des spots mis en vente ainsi que le prix demandé aux annonceurs ne sont pas encore connus, mais certaines sources auraient évoqué un montant d'environ 2 millions de dollars par jour pour pouvoir atteindre l'entièreté des utilisateurs âgés de 18 à 54 ans. L'intégration de spots vidéo devrait rendre le réseau social plus attractif aux yeux des annonceurs, selon plusieurs experts. Le groupe, qui tire l'essentiel de ses revenus de la publicité, a enregistré une nouvelle progression de ses recettes en ce domaine au troisième trimestre: elles sont en hausse de 66% sur un an à 1,8 milliard de dollars.







    • Même votre balance est désormais "connectée" - 13/12/2013
      La grande force des smartphones et des systèmes d'exploitation qui les font tourner, c'est sans conteste l'imagination des développeurs qui trouvent d'innombrables applications.






    • Spotify lance un service gratuit sur mobile et tablette - 11/12/2013

      "Nous annonçons le lancement de Spotify gratuit sur tout support", a déclaré Daniel Ek, fondateur et président du site de streaming qui ne proposait précédemment sa version gratuite que sur ordinateur, au cours d'une conférence de presse à New York diffusée au salon Le Web2013.

      Les utilisateurs sur mobile pourront écouter de la musique sur mobile en écoutant des playlists (listes de titres) en mode "shuffle".

      Sur tablette, ils pourront avoir toutes les options accessibles sur la version gratuite pour PC et Mac précédemment.

      Nous pensons que "plus vous jouez de la musique, plus vous êtes susceptibles de payer et de passer au modèle premium (payant)", a expliqué Daniel Ek.

      Le responsable a également annoncé un accord d'exclusivité pour la diffusion en streaming du catalogue du groupe de rock Led Zeppelin pour un an.

      Ces versions gratuites seront financées par des spots de publicités, toutes les trois ou quatre chansons qui ne devraient pas dépasser "2 minutes par heure", a précisé à l'AFP Yann Thébaut, directeur général de Spotify France et Europe du Sud.







    • La 4G bruxelloise fonctionnera grâce aux toits des grandes entreprises privées - 11/12/2013

      Afin de cibler les sociétés disposant d'une certaine surface notamment sur les toits, le courrier avait été adressé aux sociétés dont les actifs immobiliers dépassent les 3,5 millions.

      La plupart des entreprises prêtes à collaborer sont localisées dans la commune de Bruxelles-Ville (43). Les entreprises des communes d'Ixelles, de Saint-Gilles, d'Uccle et d'Anderlecht ont également largement répondu favorablement.

      En revanche, le taux de réponses positives est quasiment nul dans certaines localités comme Auderghem, Berchem ou encore Saint-Josse. La ministre de l'Économie entend, dans ces communes où la couverture 4G risquerait d'être insuffisante, envoyer un second courrier de sensibilisation notamment à l'adresse des PME.

      Parmi les entreprises désireuses de travailler sur la 4G via leurs installations immobilières, on retrouve quelques grands noms comme Electrabel, BNP Paribas Fortis, bpost, Elia, Luminus, Inno, Reibel, Viangros, Sibelga ou encore UCB.

       







    • Dans les coulisses d'un data center hyper sécurisé en Wallonie (photos) - 09/12/2013

      Les centres de traitement de données, plus connus sous leur nom anglais de data centers, sont des lieux à l'accès très restreint. Il est généralement impossible de voir la moindre salle informatique.

      Mais quand ils viennent d'être terminés, comme c'est le cas de l'Agility Center Cofely, dans le parc scientifique et industriel Crealys, à Gembloux, il est encore possible de jeter un oeil dans les entrailles de ces mystérieux bâtiments. Pour mieux comprendre comment ils fonctionnent, et à quoi ils servent ().

       

      C'est quoi, un data center ?

      Comme vous le voyez sur les photos, extérieurement, un data center est une usine comme une autre: un seul étage, sans fenêtre. Mais quelques indices extérieurs attirent immédiatement l'attention, comme les énormes refroidisseurs ou les nombreuses cabines à haute tension.

      C'est qu'il en faut, de l'électricité, pour faire tourner un data center. Revenons à la base: qu'est-ce qu'un data center ? Il s'agit d'un site spécialement conçu pour héberger des serveurs informatiques. Ce sont de grands ordinateurs, qui rassemblent et gèrent de nombreux disques durs. On peut les voir comme des grands réservoirs de mémoire, qui stockent une immense quantité de données (des fichiers, des documents, des photos, des sites web, etc...).

       

      Incontournables serveurs

      Ces serveurs sont essentiels à la moindre activité en ligne. Une recherche Google, un statut Facebook, un mail envoyé, une photo reçue... tout transite par ces grandes armoires de disques durs, qui traitent un nombre sans cesse croissant de données.

      Afin de garantir le bon fonctionnement de ces serveurs très gourmands en énergie, il faut une alimentation d'excellente qualité en électricité, et des moyens innovants pour refroidir les grandes salles où sont stockés ces serveurs. Car ceux-ci produisent beaucoup de chaleur, alors qu'ils ne supportent pas plus de 21 degrés.

      Il existe environ 4.000 data centers dans le monde, dont une petite trentaine en Belgique. Il y en a sept à Bruxelles, dix-sept en Flandre et seulement... quatre en Wallonie.

       

      A quoi sert le data center de Gembloux ?

      Après Mons (Google, un cas à part) et Liège (il y en a trois), la Wallonie renforce sa "toile" très pauvre de connexions en data centers. Le très moderne "Agility Center", financé et géré par Cofely, une filiale du Groupe GDF-Suez, s'est implanté à Gembloux.

      "Il est l'un des plus modernes et des plus efficaces qui soient. On utilise les meilleurs matériaux pour réduire la consommation d'électricité, des méthodes de refroidissement bientôt brevetées, et on a les critères les plus strictes en matière de sécurité", nous a confié Thibaut Meur, Business Development Manager.

      Contrairement au data center de Google à Mons, qui stocke ses propres données pour ses propres services, à Gembloux, "nous faisons du 'housing': nous louons nos infrastructures à la pointe de la technologie à d'autres entreprises".

       

      Qui sont les clients ? 

      Les clients typiques sont "des entreprises qui ont besoin de bonnes infrastructures informatiques, qui ont besoin de stocker et de protéger une grande quantité de données, ou des sociétés internationales qui veulent s'implémenter en Belgique".

      A l'heure actuelle, la plupart des entreprises gardent chez elles les données les plus importantes, qui servent à la production. Mais pour tout le reste (mail, bases de données diverses, archives, etc), la tendance est de délocaliser chez des spécialistes.

      Leur premier client, c'est... Electrabel, une société soeur. Elle est à l'origine du projet, et occupe une grande partie du site. 

      Au final, s'il s'agrandit comme prévu, le site offrira 5.500 m² d'espace disponible. Sachez qu'un gros client, une banque belge par exemple, a besoin de 500 m² pour stocker toutes ses données.

       

      Paranoïa

      Si l'on prend l'exemple d'une banque, la sécurité des données est essentielle. Mais sa disponibilité aussi. Si vous utilisez le PC banking et qu'il est en panne un jour sur deux, ou que vos données de compte en banque sont erronées, c'est la catastrophe.

      On comprend mieux la paranoïa qui se cache dans la moindre pièce de ce data center. "On vous fait visiter parce que c'est l'inauguration. Mais dans deux semaines, plus personne ne met un pied ici", plaisante M. Meur.

      Six personnes travaillent 24h sur 24 pour la sécurité et la surveillance. Il y a des clôtures électrifiées autour du site. Même si vous parvenez à franchir la porte principale, il faut ensuite entrer dans les salles où se trouvent les serveurs. "Il y a des sas de sécurité, qui ne s'ouvrent qu'avec vos empreintes digitales, qu'il faut préalablement enregistrer. Votre poids est mesuré à l'arrivée et à la sortie, pour voir si vous n'avez rien emporté!".

      Une sécurité qui parait excessive, mais elle est devenue essentielle en 2013. "Plus on est parano, plus on a de bons contrats".

      Pour garantir le fonctionnement continu des serveurs, sachez que chaque salle a sa propre alimentation haute tension, ses propres batteries de secours et qu'à l'extérieur, il y a un énorme générateur au diesel, grand comme un moteur de bateau, "capable d'alimenter tout le site durant 72h en cas de panne électrique". Et pour être sûr, il y en a un deuxième, à côté.

      Et si malgré tout, un disque dur "casse", pas de souci: tout est dupliqué en permanence sur un autre disque... C'est ce qu'on appelle la redondance, et elle se situe à tous les niveaux.

      En cas d'incendie, enfin, il y a des grandes bombonnes de gaz inerte dans la "cave", qui se répand en quelques secondes dans toutes les salles, les privant d'oxygène et donc, étouffant les flammes.

       

      Un data center "vert" ?

      Du travail de pro, donc, qui permet d'atteindre des consommations peu élevées. On parle d'un PUE (Power Usage Effectiveness, ou Indicateur d'efficacité énergétique) de 1,25. Cela signifie que pour un serveur qui consomme 1 kw par heure, il ne faut prévoir que 1,25 kw au total si l'on tient compte du refroidissement, des batteries de sauvegarde, de l'éclairage, etc.

      Avant, il en fallait 2. "Et quand on sait que la consommation électrique représente 50% du coût de fonctionnement total d'un data center, vous imaginez l'importance de réduire cette consommation au maximum", nous a confié Jacques Tilquin, le responsable de Cofely pour la Wallonie.

      Cette faible consommation est rendue possible grâce à plusieurs énormes "FRAU", un système développé par Cofely pour capter l'air extérieur et l'envoyer refroidir les salles de serveurs. Grâce à eux, la "clim" ne se met en route que lorsqu'on dépasse les 19° à l'extérieur. Et en Belgique, c'est plutôt rare.

      On peut donc parler d'un data center "vert". Car même si c'est une source de consommation très importante d'électricité, il est très efficace. Au lieu que 100 entreprises consomment beaucoup pour leur petit data center mal équipé, il est plus écologique et économique de les centraliser à Gembloux, par exemple.

       

      Qui a payé ?

      Ces installations modernes et cette sécurité, ça se paie. Coût total de l'investissement: 32 millions d'euros, financés par Cofely, cette filiale de GDF-Suez. "C'est une initiative entièrement privée. On a eu des problèmes avec les riverains, qui craignaient le bruit. On a dû changer de site, et refaire toutes les études de terrain. On a perdu un an", selon M. Tilquin.

      Qui dit investissement, dit retour sur investissement. Ce data center est supposé être rentable, bien entendu. Ceux qui vont payer, ce sont donc les clients, qui vont louer les infrastructures du data center.

      "Les contrats de location sont très personnalisés. Il y a des loyers mensuels ou annuels, et ça dépend si vous voulez un rack (une armoire avec des serveurs), une cage (un ensemble personnel et sécurisé d'armoires) ou une suite (un environnement encore plus personnalisé). C'est donc impossible de donner un tarif typique, mais on est dans les prix du marché", nous a confié Thibaut Meur.

      Enfin, sachez qu'au niveau du personnel, "il n'y a que six personnes pour s'assurer du bon fonctionnement des infrastructures informatiques", selon M. Tilquin. "Plus le personnel de la sécurité, de l'entretien, du nettoyage, etc".

       

      Conclusion

      Il est essentiel que la Wallonie développe son maillage de data centers. De trois (à Liège), on ajoute un quatrième pion, flambant neuf, à Gembloux. "C'est l'infrastructure de base du 21e siècle. Avant, il fallait une gare ou un aéroport. Dorénavant, il faut de bons data centers".

      Car aux alentours, les activités IT, essentielles dans la difficile transition que connait notre économie, "vont naturellement se développer". Les data centers "sont des incubateurs de plus petites sociétés". Ils attirent également de grosses multinationales désireuses de s'installer en Belgique.

      Nos start-ups belges manquent d'argent et d'investisseurs. C'est une triste réalité, qui les pousse à rejoindre San Francisco pour se développer. Mais si les infrastructures suivent, qui sait si les investisseurs wallons ne vont pas se manifester davantage ?

      Elio Di Rupo, notre premier ministre, a beaucoup parlé des énormes investissements de Google à Mons (bientôt 550 millions d'euros et 120 emplois permanents). C'est une très bonne chose pour l'emploi, mais vu qu'il n'héberge que ses propres services et données, il ne va pas stimuler la croissance de l'activité IT en Wallonie.

      Celui de Cofely qui nous a ouvert ses portes est bien entendu une initiative privée, qui cherche à faire de l'argent. Mais sa présence dans notre Région peu connectée pourrait avoir des effets très positifs.

       

      Mathieu Tamigniau () 

       











    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007