LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Les violents orages et inondations des derniers jours reconnus comme calamité naturelle? - 31/07/2014

      Les orages qui se sont abattus sur le pays fin juillet sont à l'examen par les Régions en vue d'une éventuelle reconnaissance comme "calamité naturelle", peut-on lire jeudi sur le site web du SPF Intérieur. Comme il s'agissait d'inondations, ce sont les assurances qui prendront en charge le dédommagement, à quelques exceptions près (voitures garées dans la rue, cultures en champ, risques non simples).    

       

      Prévenir son administration communale

      Le SPF Intérieur recommande aux personnes préjudiciées de prendre contact avec leur compagnie d'assurance et d'informer l'administration communale en signalant la date du sinistre. Il est toutefois inutile d'envoyer une demande d'indemnisation avant la publication de l'arrêté de reconnaissance au Moniteur belge, et surtout pas auprès du Service fédéral des Calamités à Bruxelles, poursuit le SPF Intérieur, qui invite les personnes concernées à visiter régulièrement son site web afin de se tenir informées.   

      Il en va de même pour les orages accompagnés de fortes pluies et de grêle qui ont touché le pays à la Pentecôte. La procédure de reconnaissance est toujours en cours.   







    • Intempéries - Les orages de fin juillet à l'examen en vue d'une reconnaissance comme calamité naturelle - 31/07/2014
      Les orages qui se sont abattus sur le pays fin juillet sont à l'examen par les Régions en vue d'une éventuelle reconnaissance comme "calamité naturelle", peut-on lire jeudi sur le site web du SPF Intérieur.
      Comme il s'agissait d'inondations, ce sont les assurances qui prendront en charge le dédommagement, à quelques exceptions près (voitures garées dans la rue, cultures en champ, risques non simples). Le SPF Intérieur recommande aux personnes préjudiciées de prendre contact avec leur compagnie d'assurance et d'informer l'administration communale en signalant la date du sinistre. Il est toutefois inutile d'envoyer une demande d'indemnisation avant la publication de l'arrêté de reconnaissance au Moniteur belge, et surtout pas auprès du Service fédéral des Calamités à Bruxelles, poursuit le SPF Intérieur, qui invite les personnes concernées à visiter régulièrement son site web afin de se tenir informées. Il en va de même pour les orages accompagnés de fortes pluies et de grêle qui ont touché le pays à la Pentecôte. La procédure de reconnaissance est toujours en cours. (Belga)






    • Le trafic routier reflète la grande consommation de médicaments par les Belges - 31/07/2014
      Trop de Belges roulent après avoir ingéré des médicaments, selon une enquête européenne baptisée "Conduite sous l'influence des drogues, de l'alcool et des médicaments" (DRUID), que relayaient mercredi plusieurs quotidiens flamands. Le Belge étant un grand consommateur de médicaments, il est logique que cela se reflète dans le trafic, a commenté Benoît Godart, le porte-parole de l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR).
      DRUID révèle que 3% des Belges roulent sous l'emprise de médicaments (psychotropes), contre 1,4% pour la moyenne européenne. Les anti-dépresseurs et anti-psychotiques ne sont toutefois pas repris dans cette enquête, selon Alain Verstraete, toxicologue à l'Université de Gand (UGent). Le psychotrope agit sur l'activité cérébrale. Les médicaments contre les troubles du sommeil notamment se retrouvent dans cette catégorie, mais généralement aussi les anti-dépresseurs et anti-psychotiques. Pour l'IBSR, la consommation belge de médicaments est plus importante qu'en Europe. Il y a donc plus de conducteurs qui roulent sous l'emprise de médicaments en Belgique. "C'est le reflet de notre société", estime Benoît Godart. Les autres pays européens n'appliquent toutefois pas une politique plus répressive en la matière que la Belgique, ajoute-t-il. Le Service public fédéral (SPF) de Santé Publique confirme que la consommation de médicaments en Belgique est importante. Selon les chiffres de l'Association Pharmaceutique Belge (APB), en 2013, 1.016.672 emballages de psychostimulants ont été délivrés dans les officines publiques. Ce chiffre est en légère diminution par rapport à 2011 (- 47.635). Le Belge consomme aussi beaucoup de somnifères et de calmants. L'APB constate que le nombre de DDD (Defined Daily Doses), c'est-à-dire la quantité quotidienne d'un médicament utilisée principalement pour les adultes, atteint en 2013 le chiffre de 490 millions. En 2012, il était de 484.580.694 DDD. Ingérer des psychotropes diminue la vigilance pendant la conduite d'un véhicule. Prendre des somnifères ou calmants est d'ailleurs interdit si on prend le volant. (Belga)






    • Wallonie: 71pc des acteurs touristiques satisfaits à très satisfaits du mois de juillet - 31/07/2014
      Pas moins de 71% des acteurs touristiques wallons se sont dit satisfaits à très satisfaits du mois de juillet, a annoncé jeudi René Collin, ministre wallon du tourisme. C'est ce qui ressort de l'enquête réalisée à mi-parcours de l'été par l'observatoire du tourisme. Ce taux est 3% plus élevé qu'en juillet 2013.
      Le taux moyen d'occupation dans le secteur de l'hébergement se situe en juillet 2014 à 67%, supérieur de 4,1% à celui de juillet 2013. Les hôteliers enregistrent une hausse de 7,5 % alors que les gestionnaires de camping voient leurs réservations augmenter de 4,3%. Un léger tassement est constaté au niveau des hébergements de terroir et des meublés de vacances mais les taux de réservation restent supérieurs à 70%. Les gestionnaires d'attractions touristiques extérieures ont subi de plein fouet la météo capricieuse puisque l'enquête révèle que la fréquentation a diminué de 10% en ce mois de juillet. Par contre, elles ont connu un réel succès le week-end du 21 juillet avec une hausse de 5,4% de visiteurs. Cette statistique confirme la tendance voulant que les activités locales comme la Foire de Libramont, les Francofolies de Spa, les 24 Heures de Spa-Francorchamps ont un impact sur la fréquentation touristique. On constate aussi une diminution de 3% des touristes du nord du pays, pour une augmentation de 8% du nombre de Néerlandais. 78% des acteurs se montrent optimistes à très optimistes pour le mois d'août. (Belga)






    • Dégustez-vous tous les matins grâce au toast-selfie (vidéo) - 31/07/2014

      Une tranche de narcissisme dès le petit déjeuner: on appele cela le "toast-selfie". L'idée vient d'un Américain Galen Dively. En faisant appel à ses services, vous pouvez prendre un peu de vous-même dès le matin. Galen Dively a commencé à commercialiser des toasts avec le visage de Jésus. Puis il s'est dit pourquoi ne pas tous apprendre à s'aimer. Depuis qu'il a lancé son concept et il peine à suivre les commandes, tant elles sont nombreuses.

       

      Comment vous procurer votre toast-selfie?

      Le phénomène du selfie s'est imposé comme une forme d'expression de soi dans le monde entier ces dernières années. Pour profiter de ce toast original, rien de plus simple : vous envoyez votre selfie préféré et à l'aide d'un logiciel de montage photo, Galen et son équipe gravent votre visage sur une plaque de métal. Ensuite, cette plaque est intégrée à l'intérieur de votre grille-pain et le tour est joué : vous pourrez vous déguster tous les matins.







    • Vous voulez devenir pilote? Vous pouvez maintenant vous entraîner sur iPad - 31/07/2014

      L'EuroPilot Center, l'école de pilotage basée à l'aéroport d'Anvers, a collaboré au développement d'une nouvelle application de l'entreprise américaine King Schools. Grâce à cette nouvelle venue sur l'App Store, les pilotes en devenir pourront préparer leur examen de licence européenne sur l'iPad, a annoncé l'EuroPilot Center jeudi dans un communiqué.

       

      Numéro 1 en termes de développement de logiciels d'entraînement pour pilotes

      King Schools est l'entreprise numéro 1 en termes de développement de logiciels d'entraînement pour pilotes, selon le communiqué, et l'EuroPilot Center "a des années d'expérience en formation des pilotes". De leur collaboration est née une nouvelle application pour iPad nommée E-gle (EASA-Guided Learning Experience).      

       

      Elle a pour but de préparer au mieux les candidats pilotes à l'obtention du brevet européen AESA

      Cette dernière propose des cours de vol et des visuels très réalistes. Elle a pour but de préparer au mieux les candidats pilotes à l'obtention du brevet européen AESA (Agence européenne de la sécurité aérienne) en leur offrant notamment des simulations de l'examen final. "Il existe une demande croissante pour les cours d'aviation sur iPad. C'est une façon simple et claire, mais surtout agréable, de réviser pour l'examen", affirme l'administrateur délégué de King Schools, John King. L'application est téléchargeable sur l'App Store d'Apple.







    • Plan Wathelet: la justice ordonne l'arrêt de la route du "virage à gauche" et de "la route du Canal" - 31/07/2014

      Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné de cesser d'utiliser deux des routes prévues dans le plan de survol de Bruxelles (plan Wathelet), indique la Libre jeudi midi. L'information est confirmée au cabinet de la nouvelle ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Fremault.

       

      Trois mois pour s'exécuter

      Le tribunal a ordonné d'arrêter l'utilisation de la route du "virage à gauche" et de "la route du Canal". Il donné trois mois à l'Etat belge pour s'exécuter, sous peine d'astreintes de 50.000 euros par jour, pour un maximum de 36 millions d'euros. La Région bruxelloise s'était jointe à des communes de la Région bruxelloise et à des associations pour introduire, en mai, une action en cessation environnementale devant la justice.   







    • Nuisances sonores - La justice ordonne de cesser d'utiliser les deux nouvelles routes du plan Wathelet - 31/07/2014
      Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné de cesser d'utiliser deux des routes prévues dans le plan de survol de Bruxelles (plan Wathelet), indique la Libre jeudi midi. L'information est confirmée au cabinet de la nouvelle ministre bruxelloise de l'Environnement Céline Fremault.
      Le tribunal a ordonné d'arrêter l'utilisation de la route du "virage à gauche" et de "la route du Canal". Il donné trois mois à l'Etat belge pour s'exécuter, sous peine d'astreintes de 50.000 euros par jour, pour un maximum de 36 millions d'euros. La Région bruxelloise s'était jointe à des communes de la Région bruxelloise et à des associations pour introduire, en mai, une action en cessation environnementale devant la justice. (Belga)






    • La Commission européenne impose le remboursement d'aides wallonnes à la cristallerie du Val Saint-Lambert - 31/07/2014

      La Commission européenne a conclu jeudi, après plusieurs mois d'enquête approfondie, que certaines des mesures d'aide octroyées par la Région wallonne à la cristallerie Val Saint-Lambert (VSL) ont conféré à l'entreprise un avantage indu sur ses concurrents, en violation des règles européennes. Elle exige le remboursement de ces montants, majorés des intérêts.

       

      Un soutien sous formes multiples

      Le soutien public wallon au Val Saint-Lambert, via la Sogepa, a pris des formes multiples: une garantie sur un prêt, la cession et l'utilisation exclusive de la marque Val Saint-Lambert, un prêt, une augmentation de capital, la vente d'immeubles de VSL à un organisme public et le financement de travaux de dépollution. A l'exception des ventes d'immeubles, ces mesures "ont été conclues à des conditions qu'aucun investisseur privé n'aurait acceptées", souligne la Commission dans un communiqué. "Elles ont dès lors conféré un avantage économique à VSL par rapport à ses concurrents qui devaient opérer sans cet appui public" et doivent être remboursées.    

       

      L'obligation de remboursement ne sera pas transférée au nouveau propriétaire

      Le montant des aides à repayer n'est pas mentionné dans le communiqué. La cristallerie du Val Saint-Lambert a été déclarée en faillite fin 2013 par le tribunal de commerce de Liège. La reprise de certains actifs par l'industriel Jacques Somville est actuellement en cours. Dans une décision distincte, la Commission a conclu jeudi que l'obligation de remboursement ne serait pas transférée au nouveau propriétaire "en raison de l'absence de continuité économique avec VSL, au regard notamment du périmètre restreint des actifs repris".    







    • Formation fédérale - Le choix du commissaire européen se fera attendre pendant 2 ou 3 semaines - 31/07/2014
      Les formateurs Charles Michel (MR) et Kris Peeters (CD&V) n'ont pas transmis d'avis au premier ministre démissionnaire Elio Di Rupo à propos du candidat belge à la Commission européenne, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Le nom retenu par les partenaires de la coalition suédoise ne sera manifestement pas connu avant la mi-août quand les co-formateurs entameront la deuxième phase des négociations, qui associera les quatre partis.
      Dans la foulée des élections européennes, une nouvelle Commission européenne doit se mettre en place sous l'égide de Jean-Claude Juncker. Les Etats membres remettent le nom de leur futur commissaire petit à petit au Luxembourgeois. M. Di Rupo attendait un avis des co-formateurs sur la question pour ce jeudi mais il devra patienter encore un peu. Trois noms circulent pour cette fonction: Marianne Thyssen (CD&V), Didier Reynders (MR) et Karel De Gucht (Open Vld). Le choix du candidat aura en principe une influence sur le choix du futur premier ministre. (Belga)






    • Conflit à Gaza - Les responsables des attaques d'écoles de l'ONU doivent être poursuivis - 31/07/2014
      Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders condamne jeudi les attaques aériennes sur des écoles et des hôpitaux de la Bande de Gaza. "Tout incident doit impérativement faire l'objet d'une enquête et les responsables doivent être poursuivis", indique-t-il au lendemain d'une attaque aérienne israélienne sur une école de l'ONU, lors de laquelle seize Palestiniens qui s'y étaient réfugiés ont été tués.
      Didier Reynders se cantonne à des déclarations générales et ne mentionne pas spécifiquement l'attaque qui a coûté la vie à seize Palestiniens. Il souligne cependant "la neutralité et l'inviolabilité" des écoles et des hôpitaux. "Il est intolérable autant qu'illégal que de tels bâtiments, qui plus est sous l'égide des Nations Unies, servent de lieu de stockage ou de lancement de roquettes ou qu'ils soient des cibles de frappes aériennes", commente le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. "Tout incident doit impérativement faire l'objet d'une enquête et les responsables doivent être poursuivis." Didier Reynders condamne en outre "toutes les violations du droit international par toutes les parties au conflit". "Les images et rapports des opérations en cours sont choquants et ne laissent personne indifférent, surtout quand des femmes et des enfants en sont les victimes." Mais il estime que les deux parties ne peuvent pas être comparées. "Il y a, d'une part, un mouvement terroriste et, d'autre part, un Etat qui a le droit et le devoir de défendre sa population." Didier Reynders appelle une nouvelle fois à un cessez-le-feu devant mener à une solution durable à la situation de Gaza. Il encourage dès lors les Palestiniens "à se rallier massivement au président Abbas". (Belga)






    • Magnette et Lutgen ne gèlent pas les pôles de compétitivité, mais qu'en est-il de l'aide aux autres entreprises? - 31/07/2014

      Selon le quotidien économique, le nouvel exécutif PS-cdH taillera dans certaines aides financières aux entreprises. Les six pôles de compétitivité seraient principalement visés. Pendant près de 2 ans, tout nouvel appel à projets au sein des pôles wallons serait gelé (). 

       

      Hors de question de réduire les montants alloués aux pôles de compétitivité

      "Il n'est évidemment pas question de réduire les moyens dédicacés aux pôles de compétitivité en Wallonie. Ni les négociateurs de l'accord de gouvernement, ni le gouvernement lui-même n'ont envisagé cette éventualité", a démenti M. Marcourt dans un communiqué. La procédure du 11e appel à projets s'est achevée en juin et les moyens financiers nécessaires à sa mise en oeuvre ont été intégrés dans la base budgétaire, a précisé le ministre. La procédure relative au 12e appel est en cours et le jury, international et indépendant, chargé de labelliser les projets retenus, se réunira à l'automne. "Je rassure, si besoin est, les porteurs de projets: les moyens budgétaires nécessaires à la réalisation des projets retenus seront bel et bien là", a souligné le ministre. Et de préciser qu'il n'y avait "aucune décision de ne pas faire d'appel à projets en 2015 et 2016".

       

      Aucun pôle supprimé

      Pendant la rentrée de septembre, le ministre fera le point sur les lignes de force de la politique qui sera menée en matière de pôles de compétitivité, sur la procédure en cours et la suite à y donner. M. Marcourt a également tenu à préciser qu'il n'avait pas été décidé de supprimer l'un ou l'autre pôle. "La politique des pôles va être l'objet, dans les mois à venir, d'une évaluation globale à la lecture de laquelle des ajustements, s'il échet, seront opérés", a-t-il dit. L'information d'une suppression a circulé à propos du 6e pôle "Greenwin", consacré à l'environnement et voulu par Ecolo en 2009. La Déclaration de politique régionale prévoit que ce pôle est maintenu mais qu'il devra chercher des synergies avec MecaTech, pôle de compétitivité consacré au génie mécanique.

       







    • Justice Liège: il arrache le GSM d'un aveugle et vole sa propre compagne - 31/07/2014
      En mars et avril 2014, en l'espace de quelques jours, le prévenu avait commis 11 faits de vols ou de vols avec violence. Ce jeune homme, rejeté par sa mère, ciblait principalement les détenteurs de GSM de marque Apple. Il attaquait principalement des victimes jeunes ou vulnérables.


      Sa technique était identique à chaque agression

      A chaque fois, il prétendait devoir envoyer un SMS en urgence et demandait à sa victime de se faire prêter un téléphone. Le prévenu prenait alors la fuite en voiture tout en faisant croire qu'il était armé pour dissuader les victimes de le poursuivre. Plusieurs jeunes filles avaient ainsi été bernées.


      Il arrache le GSM d'une personne aveugle

      Le prévenu s'était aussi attaqué le 31 mars 2014 à une personne aveugle qui se trouvait à un arrêt de bus et qui était clairement identifiable en raison du fait qu'elle était munie d'une canne blanche. Il avait arraché le GSM de cette personne avant de prendre la fuite.


      Il a même volé sa petite copine

      Le prévenu n'a montré aucune limite lors de ses agissements puisqu'il a également volé sa propre compagne. Le tribunal l'a condamné à une peine de 3 ans de prison mais lui a accordé un sursis pour le surplus de la détention préventive.    







    • Charleroi: ils se vengent d'un homme âgé à coups de scie et de marteau... pour s'acheter un dürüm - 31/07/2014

      Le 15 avril dernier, Nicolas Giansante, Fabian Werst et son frère Laurent Werst ont frappé à la porte de la victime, chez qui Laurent avait déjà commis un cambriolage. Pour ces faits, il avait écopé de 2 ans de prison. "Cette nouvelle agression n'était donc qu'une minable vendetta, car le prévenu reprochait à la victime de l'avoir dénoncé", avait clamé Me Witvrouw, conseil de la partie civile.

      Lorsque le septuagénaire a ouvert, Nicolas s'est jeté sur lui. Le préjudicié a été ligoté. "Ils étaient armés de deux couteaux et d'un pied-de-biche", a expliqué le substitut Vervaeren. "Ils ont cassé plusieurs objets dans la maison. Puis, ils lui ont donné des coups de marteau dans le genou avant de lui poser une scie sur la jambe en menaçant de la lui couper s'il ne donnait pas le code de sa carte bancaire. La scène a duré plus d'une demi-heure. Imaginez la terreur de la victime qui a dû son salut à l'intervention d'une voisine, venue frapper à la porte."

      Le trio n'a finalement emporté que 30 euros, un GSM et une tablette. Un butin qu'ils ont partagé, notamment pour s'offrir un dürüm. Le substitut avait réclamé des peines de 5 ans de prison ferme contre les deux frères, et de 8 ans contre le prévenu défaillant.

      Les conseils des deux frères avaient pour leur part sollicité le sursis en rappelant le faible niveau intellectuel de leur client, entraînés par Nicolas. Celui-ci et Laurent ont été condamnés à 7 ans de prison ferme. Fabian écope de 5 ans.

       







    • Liège: un SDF frappe un homme de 78 ans parce qu'il refuse de lui donner une pièce - 31/07/2014
      Au printemps dernier, le prévenu s'était installé devant un commerce pour faire la manche. Il avait déjà consommé une bouteille de rhum et était à la recherche d'argent pour pouvoir s'acheter une bouteille de whisky.

      Ce SDF avait interpellé un homme de 78 ans qui avait refusé de lui donner quelques pièces. Provoqué par un autre SDF qui avait affirmé que des insultes avaient été proférées, le prévenu s'était précipité sur le septuagénaire pour le frapper à l'épaule. Bousculée, la victime était tombée la tête sur une pierre. La chute du septuagénaire, sérieusement blessé, aurait pu avoir des conséquences mortelles.

      Le prévenu a été condamné à une peine de 10 mois de prison mais a bénéficié d'un sursis pour le surplus de la détention préventive. Son complice a écopé d'une peine ferme de 6 mois de prison.






    • Le ministre des Affaires étrangères appelle à la mobilisation pour les chrétiens d'Orient - 31/07/2014
      Le ministre des Affaires étrangères a reçu mercredi des représentants du Comité de soutien aux chrétiens d'Orient et leur a indiqué sa "grande préoccupation face aux menaces et aux violences croissantes à l'égard de la minorité chrétienne dans de nombreux pays au Moyen-Orient, en particulier en Syrie et Irak, mais également en Egypte", indique-t-il jeudi.
      "On compte aujourd'hui 35.000 familles déplacées dans le nord de l'Irak dépouillées de toutes leurs possessions et expulsées de leur habitation. A ces déplacements s'ajoute l'émigration de plus en plus massive de membres des communautés chrétiennes autochtones", constate le ministre dans un communiqué de presse. Didier Reynders a une nouvelle fois condamné les exactions et les crimes commis par l'Etat islamique en Irak et au Levant et a estimé que "davantage doit être fait au niveau européen ainsi qu'au niveau belge en matière d'aide humanitaire en faveur des populations en détresse". Le ministre a lancé un appel pour la mobilisation de toutes les communautés religieuses et laïques en Belgique. "Celles-ci doivent dénoncer les violations de la liberté de religion ou de conviction dans le monde arabe afin que les Chrétiens d'Orient, mais aussi les autres confessions, puissent bénéficier des mêmes droits et protections que les Musulmans et les Juifs en Belgique." Le Comité de soutien aux chrétiens d'Orient a été créé lundi en réaction à la dégradation de la situation des chrétiens dans cette région. Il rassemble des membres de différentes communautés chrétiennes d'Orient présentes en Belgique: Arméniens, Chaldéens, Coptes, Melkites, Maronites et Syriaques. (Belga)






    • Prévisions météo: grand soleil ou fortes pluies pour cette fin de semaine? - 31/07/2014

      Ce jeudi, le temps sera assez ensoleillé malgré quelques passages nuageux sur l'ouest. Dans le courant de la journée, des nuages cumuliformes pourront se développer. Le risque d'une averse isolée restera toutefois faible. Les températures maximales seront comprises entre 21 et 25 degrés sous un vent faible ou modéré du secteur sud-ouest ou de directions variées. Au littoral, le vent se renforcera devenant modéré et s'orientant à l'ouest l'après-midi.

       

       

      Pas de pluie ce soir

      Ce soir et cette nuit, les éclaircies s'élargiront et le temps restera sec. Plus tard en cours de nuit des passages nuageux se reformeront. Les températures minimales redescendront entre 10 et 14 degrés. Le vent sera généralement faible de directions variées ou du secteur sud-ouest.


      Seul le sud est concerné par un risque d'averse vendredi

      Le climat estival perdurera vendredi, malgré un risque local d'averse dans le courant de l'après-midi et la soirée, principalement sur l'est et le sud du pays. Le vent du sud à sud-ouest sera faible à modéré et les maxima afficheront de 22 à 26 degrés.


      Chaud et orageux samedi

      La nébulosité augmentera progressivement samedi et s'accompagnera d'averses de pluie et orageuses. La température à la mi-journée oscillera autour de 26 degrés.


      Du soleil jusqu'à mercredi, mais il y a un risque de pluie

      Les journées de dimanche à mercredi seront ensoleillées, malgré des risques d'averses par endroits. Le mercure sera en baisse dimanche, à 22 degrés en moyenne, avant de remonter jusqu'à 25 degrés.







    • Polémique: les avocats belges de Nemmouche adeptes de la quenelle... - 31/07/2014

      Les deux avocats belges de Mehdi Nemmouche, auteur présumé de l'attentat au Musée juif de Bruxelles, figurent parmi les adeptes de la quenelle. Ainsi, on peut les voir sur le site de l'observatoire de l'extrême droite, , reproduire un tel geste en compagnie de l'humoriste controversé français Dieudonné, condamné pour antisémitisme et figurant parmi leurs clients.

      Me Henri Laquay a figuré sur une liste du FN aux législatives en 1999 et a été l'attaché parlementaire d'un élu FN. Me Sébastien Courtoy a lui défendu l'ancien député Laurent Louis, qui fait l'objet de plusieurs plaintes pour antisémitisme et négationnisme mais aussi l'ancien membre du FN George Tonnelier et le Front national rénové.

       

      Une "quenelle d'or" des mains de Dieudonné

      Les deux avocats belges ont reçu en 2012 une "quenelle d'or" des mains de Dieudonné. Henri Laquay définissait la quenelle dans une interview au Soir comme "une sorte de bras d'honneur humoristique, pacifique, détendu, anti-système". Cet avocat porte les mêmes nom et prénom que son père, ancien conseiller communal FN à Koekelberg et ex-conseiller juridique de l'ancien parti belge d'extrême droite, condamné en 1996 par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir menacé avec une arme de jeunes immigrés en rue, mais acquitté en 1997 par la cour d'appel de Bruxelles "sur réquisition conforme du parquet général", a précisé Me Laquay à l'agence Belga. "La cour d'appel a considéré que mon père avait été agressé par des jeunes et non l'inverse", a-t-il encore souligné.

      Le nom du fils apparaît sur la liste de membres du Comité de soutien à Jean-Marie Le Pen pour le scrutin de 2007. L'avocat de Mehdi Nemmouche a créé avec un confrère français, actif au sein de l'extrême droite, Wallerand de Saint Just d'Autingues, l'asbl 'Jus et Patria', qui a pour objet de regrouper les juristes nationalistes dans le monde. Il est également l'avocat de "Belgique et Chrétienté", association qualifiée d'intégriste et proche de l'extrême droite pure par l'observatoire de l'extrême droite, RésistanceS.be.

       

      Pas le premier dossier ayant trait au terrorisme

      Comme pour son confrère Sébastien Courtoy, l'affaire de l'attentat au Musée juif n'est pas son premier dossier ayant trait au terrorisme. Les deux avocats avaient ainsi défendu dans un même procès des prévenus condamnés le 21 mai dernier par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour participation aux activités d'organisations terroristes en Somalie à trois ans de prison ferme et à quatre ans de prison avec sursis probatoire. Un procès 'bis' débutera en septembre, certains des dix-neuf prévenus ayant été condamnés par défaut. Les deux avocats défendent actuellement ensemble des suspects en détention préventive, inculpés dans deux dossiers distincts liés à l'envoi de jeunes musulmans belges en Syrie pour le djihad armé.      

      Me Sébastien Courtoy avait auparavant défendu le Centre islamique belge (CIB) qui avait été reconnu coupable en appel en 2009 d'une prévention d'incitation à la haine raciale pour avoir diffusé un montage vidéo sur son site comparant l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères David Lévi à Adolf Hitler. En première instance en 2006, l'audience avait été interrompue en raison des conclusions écrites de l'avocat, passibles de poursuites judiciaires. Le conseil du CIB avait alors retiré certains propos qualifiés "d'excessifs".

      En 2009 également, Me Courtoy avait obtenu gain de cause en référé pour le Front national rénové, dans l'affaire qui opposait ce dernier au président du FN français Jean-Marie Le Pen qui exigeait l'interdiction de l'utilisation de la marque de son parti. L'avocat a par ailleurs défendu à plusieurs reprises l'ancien secrétaire national du FN Georges-Pierre Tonnelier, condamné pour des injures antisémites à l'encontre d'un étudiant juif et la diffusion d'un tract dénonçant l'existence d'un centre pour réfugiés à Woluwé-Saint-Pierre. Me Courtoy avait obtenu en appel en 2011 l'acquittement de son client qui était alors poursuivi pour des coups portés à un jeune d'origine maghrébine. Le second avocat belge de Mehdi Nemmouche est par ailleurs le conseil de participants de la mission 'Bienvenue en Palestine', qui ont déposé plainte en 2012 contre Israël auprès du parquet fédéral pour crimes de guerre.

       

      Avocat de Laurent Louis

      Il était aussi le conseil de l'ancien député fédéral Laurent Louis, condamné le 17 juin dernier à 8 mois de prison avec sursis pour outrage au Premier ministre, injures à l'égard d'un journaliste et de quatre autres personnes ainsi que pour infraction à la loi concernant la communication de données à caractère personnel. Le président de 'Debout les Belges' fait l'objet des plusieurs plaintes d'organisations juives et de lutte contre l'antisémitisme pour avoir organisé un congrès antisémite à Bruxelles en invitant notamment Dieudonné et l'essayiste Alain Soral. La Chambre avait, elle, condamné les propos négationnistes et la quenelle de Laurent Louis.

      L'avocat pénaliste s'est spécialisé ces dernières années dans les affaires liées au terrorisme. Il avait ainsi défendu un homme condamné sur opposition en mai dernier à deux ans de prison avec sursis pour l'envoi d'un colis à son frère djihadiste en Afghanistan. Il avait aussi défendu deux prévenus condamnés en appel en février 2013 à 5 ans de prison avec sursis partiel et à 40 mois de prison pour avoir fait partie d'une organisation terroriste qui recrutait des combattants en Belgique pour le djihad armé en Irak.

       

       







    • Le Wallon rénove ses bâtiments centenaires tandis que le Flamand construit du neuf - 31/07/2014

      Le nombre total de constructions (maisons, immeubles à appartements, buildings, fermes, châteaux...) en Belgique atteint 4,46 millions, dont plus de 26.500 nouvelles enregistrées l'an dernier, selon les derniers chiffres du SPF Finances, rapportés jeudi par Le Soir. L'on compte également la destruction de 7.200 bâtiments et dès lors une augmentation nette de 19.300 bâtisses en 2013.

      Sur la totalité du parc immobilier belge, seuls 24% ont été construits depuis les années 80 et une construction sur quatre date d'avant la fin de la guerre de 14.

      La tendance est claire: en Flandre, la proportion de bâtiments "pré-1918" est de 13,9%. A l'inverse, en Wallonie et à Bruxelles, on frôle les 40% de bâtiments centenaires, souligne le quotidien.

      "Le secteur de la rénovation a réalisé un chiffre d'affaires total de 6,7 milliards d'euros en 2013 à un taux de TVA de 6%", a expliqué Jean-Pierre Liebaert de la Confédération Construction. Or la TVA à 6% s'applique à toute rénovation d'un logement de plus de 5 ans.

       







    • Météo - Temps estival jusqu'à samedi - 31/07/2014
      Le temps sera sec et accompagné de larges périodes ensoleillées, jeudi. Le vent de sud-ouest sera faible à modéré et les maxima iront de 21 à 25 degrés.
      De larges éclaircies marqueront encore la soirée et la nuit, avec des minima compris entre 11 et 15 degrés. Le climat estival perdurera vendredi, malgré un risque local d'averse dans le courant de l'après-midi et la soirée, principalement sur l'est et le sud du pays. Le vent du sud à sud-ouest sera faible à modéré et les maxima afficheront de 22 à 26 degrés. La nébulosité augmentera progressivement samedi et s'accompagnera d'averses de pluie et orageuses. La température à la mi-journée oscillera autour de 26 degrés. Les journées de dimanche à mercredi seront ensoleillées, malgré des risques d'averses par endroits. Le mercure sera en baisse dimanche, à 22 degrés en moyenne, avant de remonter jusqu'à 25 degrés. (Belga)
    • Ebola "incontrôlable": le découvreur belge du virus "pas inquiet d'être assis à côté d'un malade tant qu'il ne vomit pas" - 31/07/2014

      L'organisation Médecins sans frontières a averti que le virus, qui a fait plus de 670 morts en Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année, était "hors de contrôle" et qu'il y avait un "réel risque de voir de nouveaux pays touchés". Mais Peter Piot, professeur belge et directeur de la prestigieuse London School of Hygiene and Tropical Medicine, se veut rassurant: même si une personne porteuse d'Ebola voyageait jusqu'en Europe, aux États-Unis ou dans une autre partie de l'Afrique, "je ne pense pas que cela donnerait lieu à une épidémie majeure", a déclaré


      "Pas inquiet d'être assis à côté d'une personne malade"

      Peter Piot a co-découvert le virus Ebola en 1976, alors qu'il n'avait que 27 ans. Il a ensuite été directeur du programme ONUSIDA des Nations unies. "Je ne suis pas tellement inquiet à l'idée de voir le virus se diffuser ici au sein de la population", a-t-il ajouté. "Je ne serais pas inquiet d'être assis dans le métro à côté d'une personne porteuse du virus Ebola tant qu'elle ne vous vomit pas dessus ou quelque chose de ce genre", a-t-il affirmé, rappelant qu'il s'agit "d'une infection qui nécessite un contact très proche".   


      Tester les traitements expérimentaux sur les humains: "Oui"

      Rappelant qu'il existe plusieurs vaccins et traitements expérimentaux contre Ebola qui ont donné des résultats prometteurs sur les animaux, le chercheur belge a appelé à les tester sur les humains dans les zones touchées. "Je pense que le moment est venu, au moins dans les capitales, d'offrir ce genre de traitements pour un usage compassionnel (réglementation permettant de rendre légal l'usage de médicaments non-autorisés: NDLR) mais aussi pour découvrir s'ils marchent afin d'être prêts pour la prochaine épidémie", a-t-il appelé de ses voeux.  

      Selon lui, l'histoire récente du Liberia et de la Sierra Leone complique les efforts déployés pour lutter contre le virus qui peut s'avérer mortel pour 25 à 90% de la population touchée et a déjà fait 670 morts en Afrique de l'Ouest. "N'oublions pas que ces pays sortent de décennies de guerre civile", a-t-il dit.      

       
      Au Liberia, toutes les écoles ont été fermées

      La maladie frappe la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone, et a fait un mort au Nigeria, un passager arrivé à Lagos par avion de Monrovia via Lomé, ce qui a conduit deux compagnies aériennes africaines, Arik et ASKY, à interrompre leurs liaisons avec le Liberia et la Sierra Leone.   
      Au Liberia, où le virus a tué 129 personnes sur 249 cas, la présidente Ellen Sirleaf Johnson a annoncé la fermeture de toutes les écoles "sans exception" pour tenter d'enrayer l'épidémie. Elle a également indiqué que son pays allait débloquer cinq millions de dollars (plus de 3,7 millions d'euros) comme "première contribution" dans la lutte régionale contre Ebola.    


      "Très peu probable que le virus se propage aux Royaume-Uni"

      La situation a conduit l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à consulter l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) au cours d'une téléconférence mardi, sans donner lieu toutefois à la prise de mesures immédiates.
      A Londres, une réunion interministérielle de crise a été convoquée à propos de cette épidémie que "le Premier ministre (David Cameron) considère comme une menace très sérieuse", a expliqué le chef de la diplomatie Philip Hammond. Le ministre des Affaires étrangères s'est toutefois voulu rassurant après la réunion en jugeant "très peu probable" la possibilité qu'Ebola se propage au Royaume-Uni.


      L'UE est "équipée pour dépister et traiter les malades"

      A Bruxelles, une source européenne a assuré que l'UE était équipée pour dépister et traiter les malades contaminés par le virus Ebola, et jugé "infime" la probabilité que l'épidémie touche les Etats membres. Cette source a estimé que le système pour "dépister et contenir rapidement l'épidémie" fonctionnait, citant l'exemple d'un cas suspect signalé à Valence en Espagne qui s'est finalement révélé négatif. 

       
      25 à 90% de taux de mortalité

      Le virus Ebola se manifeste notamment par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% et il n'existe pas de vaccin homologué. Il se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.








    • Animaux dans les cirques: voici les arguments des partisans que la Cour n'a pas retenus - 31/07/2014

      La Cour constitutionnelle a rejeté mercredi la demande de suspension de différents articles de la loi du 7 février 2014 interdisant aux cirques de détenir des animaux sauvages, rapporte jeudi L'Echo.

      Les requérants avaient notamment critiqué le fait que la loi n'ait prévu aucune mesure de transition, ce qui a posé le problème de la destination des animaux indésirables, et le fait que l'interdiction ne s'applique pas aux parc zoologiques et animaliers.
      La Cour n'a donc pas retenu ces arguments.

      Il reste toutefois la requête en annulation introduite par l'organisateur de spectacles de cirque Emmanuel Horwood et l'ASBL Circus World, qui suit toujours son cours.







    • Les Belges, champions de la conduite sous l'emprise de médicaments? - 31/07/2014
      Deux fois plus de Belges que la moyenne européenne roulent sous l'emprise de médicaments, selon l'enquête européenne "Conduite sous l'influence des drogues, de l'alcool et des médicaments" (DRUID) dont plusieurs quotidiens flamands rapportent les résultats jeudi.

      Trois pour cent des Belges prennent le volant après avoir ingéré des médicaments (psychotropes). Ce taux s'élève à 1,4% pour l'entièreté de l'Europe. "Dans l'enquête, ne sont même pas repris les antidépresseurs et les antipsychotiques", explique Alain Verstraete, toxicologue à l'Université de Gand (UGent). "La part réelle de consommateurs de médicaments psychotropes est donc bien plus élevée. Je l'estime à quelque 9% des Belges." Le toxicologue plaide pour des vignettes d'avertissement sur les boîtes des médicaments qui affectent le comportement.


      "Je trouve cela inutile"

      Un avis qui n'est pas partagé par tous dans la profession. "Ce n'est pas légalement obligatoire et je trouve cela inutile. Tous les médicaments disposent déjà d'une notice", estime pour sa part Jan Depoorter, porte-parole de l'association pharmaceutique belge (APB).






    • Projet pilote sur la taxe kilométrique - Près de deux tiers des testeurs rejettent le système - 31/07/2014
      Près de deux tiers des 1.200 personnes ayant participé au projet pilote sur la taxe kilométrique ont rejeté le système, rapporte jeudi la presse flamande.
      Au total, 63% des testeurs estiment qu'il ne s'agit pas d'une bonne idée, pour seuls 25% qui pensent le contraire. Par ailleurs, 85% ont estimé que les transports publics ne constituaient pas une alternative satisfaisante à la voiture. Certains résultats de l'expérience étaient déjà connus. Les participants ont ainsi parcouru en moyenne 5,5% de kilomètres en moins et jusqu'à 8% dans les zones urbaines où le tarif est plus élevé. Il est également ressorti que le trafic avait baissé de 3,6% durant les heures de pointe. Le projet a été mené par les trois Régions du pays, à Bruxelles et dans ses alentours. (Belga)






    • La justice belge retrouve la trace de 1750 suspects en quelques heures: voici son secret - 31/07/2014

      Le premier échange international de données ADN organisé entre la Belgique et les Pays-Bas a permis de détecter 1745 correspondances, en quelques heures seulement, rapportent ce jeudi La Libre Belgique et plusieurs journaux flamands. Un grand nombre d'entre elles concerne des traces relevées sur des scènes de crimes belges mises en relation avec des profils d'individus prélevés aux Pays-Bas, selon les informations révélées par l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC).

       

      37.000 profils enregistrés en Belgique

      L'INCC dispose d'une banque de données criminalistique, centralisant plus de 37.000 profils ADN établis à partir de traces et de prélèvements de suspects relevés sur les scènes de crime, ainsi que d'une banque de données des condamnés, contenant plus de 29.000 profils ADN de référence de personnes condamnées. Lorsqu'un crime est commis et qu'une trace est trouvée permettant d'établir un profil ADN, celui-ci est comparé avec les profils enregistrés, permettant d'établir de possibles correspondances.

       

      Avant, il fallait une commission rogatoire internationale

      Jusqu'à présent, les échanges d'informations de ce type entre les pays européens se faisaient via des commissions rogatoires internationales. Depuis l'arrêté royal fixant la date d'entrée en vigueur de l'article 20 de la loi du 7 novembre 2011 relative à la procédure d'identification par analyse ADN en matière pénale, la Belgique peut lancer un programme d'échanges automatiques de profils ADN.

       

      Les trois prochains pays visés sont 9 fois plus peuplés que les Pays-Bas: prometteur

      Elle a choisi de travailler en premier lieu avec les Pays-Bas. L'Institution ne tardera pas à collaborer avec la France, le Grand-Duché du Luxembourg et l'Allemagne. Si l'on compare les populations de ces trois pays à celle des Pays-Bas, le nombre potentiel de correspondances qui pourraient être découvertes serait 9 fois supérieur aux 1.745 trouvées chez nos voisins d'outre-Moerdijk.

       











    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Conflit à Gaza - Le Premier ministre turc compare les méthodes d'Israël à celles d'Hitler - 31/07/2014
      Le Premier ministre islamo-conservateur turc, fervent défenseur de la cause palestinienne, a lancé jeudi une nouvelle diatribe virulente contre Israël comparant ses méthodes lors de son offensive contre Gaza à celles d'Adolf Hitler.
      "Dites-moi, quelle est la différence entre les opérations israéliennes et celles des nazis et d'Hitler", a martelé M. Erdogan lors d'un discours à l'occasion de la campagne présidentielle à Van (est). "C'est du racisme, du fascisme. Ce qui est fait à Gaza revient à raviver l'esprit du mal et pervers d'Hitler", a encore déclaré M. Erdogan, grand favori du scrutin présidentiel qui pour la première fois se tiendra au suffrage universel en Turquie, les 10 et 24 août. M. Erdogan, qui ne cesse de dénoncer avec véhémence l'offensive sanglante déclenchée par Israël le 8 juillet contre l'enclave palestinienne contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, a réaffirmé que les opérations avaient l'allure d'un "génocide" contre la population civile palestinienne. Le Premier ministre turc a également reproché aux Etats-Unis, sans les citer nommément, de défendre les opérations menées par l'armée israélienne et a dénoncé l'inertie du monde musulman. "Ceux qui restent silencieux devant ce massacre sont tout aussi cruels", a dit M. Erdogan qui défend avec ferveur la cause palestinienne et dont le gouvernement entretient des rapports étroits avec la direction du Hamas. Depuis le 8 juillet, plus de 1.370 Palestiniens ont été tués et plus de 7.000 blessés, selon les services de secours locaux. Côté israélien, 56 soldats et trois civils ont été tués. Les relations entre Israël et la Turquie, autrefois des alliés régionaux, sont au point mort depuis l'arraisonnement d'un navire turc au large de ce territoire en 2010 qui avait coûté la vie à 10 militants turcs et la dernière offensive israélienne contre le Hamas, soutenu par le gouvernement d'Ankara. (Belga)






    • Une dizaine de ressortissants belges évacués de Libye à bord d'un navire grec - 31/07/2014
      Une dizaine de Belges quittent la Libye à bord d'un navire grec, dépêché pour évacuer le personnel de son ambassade ainsi que plusieurs dizaines de ressortissants grecs, a annoncé jeudi le porte-parole du SPF Affaires étrangères, Hendrik Van de Velde. "Le bateau quittera les côtes libyennes à 19 heures pour se diriger vers Le Pirée, à Athènes", indique-t-il. Plusieurs pays européens ont évacué leurs ressortissants et leur personnel diplomatique ces derniers jours en raison de la "situation sécuritaire".
      "Une famille composée de sept ressortissants belges quittera le pays à bord du bateau affrété par la Grèce. Une seconde famille de trois personnes a décidé de regagner la Belgique par ses propres moyens, en transitant par la Tunisie. Une troisième a finalement fait le choix de rester en Libye", indiquent les Affaires étrangères. Au total, 66 Belges se trouvent en Libye, une dizaine d'entre eux ont émis le souhait de quitter le pays. Une cinquantaine de personnes disposant de la double nationalité a souhaité rester en Libye, malgré les recommandations des Affaires étrangères. "Cette évacuation n'a pas de force contraignante. Chaque citoyen est libre de faire ses choix", explique M. Van de Velde. La Grèce a dépêché un navire pour évacuer le personnel de son ambassade en Libye et près de 70 de ses ressortissants. Le bateau devrait également prendre en charge, aux côtés des ressortissants belges, une quinzaine de Chypriotes, 80 Chinois, ainsi que des citoyens d'autres pays, selon l'AFP. Le SPF Affaires étrangères, qui planche depuis mercredi sur une solution à destination des ressortissants belges souhaitant quitter le pays, a fait part de sa "reconnaissance aux autorités grecques." Le 16 juillet dernier, le SPF Affaires étrangères avait déjà recommandé aux ressortissants belges se trouvant en Libye de quitter le pays. (Belga)






    • Inondations en Europe de l'Est: cinq morts et deux disparus - 31/07/2014
      Deux hommes portés disparus depuis mardi en Roumanie suite aux inondations ayant frappé ce pays et la Bulgarie voisine ont été retrouvés morts jeudi, portant le bilan à cinq décès dans la région, a-t-on appris auprès des autorités.
      Les deux victimes, âgées respectivement de 71 et 40 ans, ont été retrouvées à plusieurs km en aval de l'endroit où elles avaient été emportées par les crues, dans le département de Valcea, a précisé l'Inspectorat roumain pour les situations d'urgence. Deux autres personnes sont toujours portées disparues en Roumanie. Un décès avait été enregistré mercredi. En Bulgarie, où de nouvelles précipitations étaient attendues jeudi, le bilan est resté stable avec deux décès. Sur le terrain, trois départements du sud-ouest de la Roumanie étaient sous alerte orange jeudi, menacés par des pluies abondantes et des crues mais la situation revenait graduellement à la normale. L'Eglise orthodoxe, majoritaire en Roumanie, a appelé les prêtres à "prier pour faire arrêter les pluies" mais aussi à organiser des collectes de vivres et de couvertures pour les personnes restées sans abri. (Belga)






    • Avion d'Air Algérie - L'identification des victimes du crash au Mali prendra "peut-être des années" - 31/07/2014
      L'identification de l'ensemble des victimes de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé il y a une semaine dans le nord du Mali prendra "peut-être des années", a affirmé jeudi à Alger le directeur de la police judiciaire.
      "C'est trop tôt pour parler d'identification, c'est une opération qui peut prendre des semaines, des mois et peut-être des années. L'important c'est d'arriver à la vérité", a déclaré Abdelkader Kara Bouhadba, qui estime que cette identification "est une priorité humaine". Treize spécialistes de la police scientifique algérienne se sont rendus sur les lieux du crash dans la zone de Gossi, à environ 150 km de Gao, avec des homologues français, maliens et espagnols. Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français, 23 Burkinabé, huit Libanais, six Algériens, six Espagnols et une Belge. L'avion, un McDonnell Douglas MD-83, avait été affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir. "Plusieurs prélèvements effectués sur place se sont avérés inexploitables vu l'ampleur du crash et les conditions défavorables au travail des experts et à la conservation des corps", a ajouté le directeur de la police judiciaire. Un haut reponsable de la police scientifique algérienne a néanmoins estimé que "tous les passagers qui étaient à bord de l'aéronef seront identifiés (grâce) aux techniques et à l'expérience des différents experts". Les experts sont obligés de recourir à des analyses ADN pour pouvoir identifier les corps en raison notamment de l'état dans lesquels ils se trouvent. Selon le colonel Patrick Touron, de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie française, les experts n'ont vu "aucun corps intègre" mais "des corps profondément fragmentés et aucun n'était identifiable par des mesures classiques de médecine légale, de dentisterie légale, ni même d'empreintes digitales". La canicule sur place rend de surcroît le travail plus difficile. (Belga)






    • La loi égalité hommes-femmes validée par le Conseil constitutionnel - 31/07/2014

      Le Conseil constitutionnel a validé jeudi la loi "pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes", en écartant un recours contre un changement de définition de l'interruption volontaire de grossesse, selon un communiqué de cette institution.

      Le Conseil avait été saisi par plus de soixante sénateurs UMP, hostiles à ce que l'IVG soit autorisée pour la femme "qui ne veut pas poursuivre une grossesse", précise cette loi définitivement adoptée le 23 juillet.

      Cette formulation remplace celle de la loi Veil de janvier 1975 autorisant le recours à l'IVG pour la femme enceinte "que son état place dans une situation de détresse".

      Contre ce changement, une "marche pour la vie" soutenue par le pape avait rassemblé à Paris entre 16.000 et 40.000 personnes.

      Les sénateurs UMP contestaient la conformité à la Constitution de la nouvelle formulation.

      Selon le communiqué des juges du Palais-Royal, "le Conseil constitutionnel a relevé que les dispositions existantes réservent à la femme enceinte le soin d?apprécier seule si elle se trouve dans une situation de détresse."

      "La modification de leur rédaction pour prévoir que la femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse peut en demander l?interruption à un médecin ne méconnaît aucune exigence constitutionnelle", déclare le Conseil.

      Les gardiens de la Constitution ont d'autre part fait une réserve d'interprétation purement formelle sur la parité dans les autorités administratives ou publiques indépendantes, et censuré, pour des motifs de procédure, deux dispositions très secondaires de la loi.

      La mesure-phare de la loi sur "l'égalité réelle entre les femmes et les hommes" vise à inciter les pères à prendre un congé parental. La loi complète en outre des textes existants sur l'égalité professionnelle, les violences faites aux femmes et la parité en politique.

      Fait rare, ce texte, défendu par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, a été approuvé à l'Assemblée nationale comme au Sénat par la gauche et la plupart des centristes, tandis que la majorité des élus UMP s'était abstenue. Aucun parlementaire n'avait voté contre.

      Mme Vallaud-Belkacem s'est félicité dans un communiqué de cette décision ouvrant "la voie à la promulgation de cette loi qui sera un vecteur indispensable pour faire progresser l?égalité entre les femmes et les hommes dans notre pays".

      Elle a promis de veiller "à la publication des textes d'application de la loi avant la fin de l'année".

    • Cazeneuve rassure les pilotes de bombardiers d'eau de Marignane - 31/07/2014

      Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a affirmé jeudi que la "doctrine" française de lutte contre les feux de forêt serait "maintenue", rassurant les personnels de la Sécurité civile sur le renouvellement et la maintenance de la flotte aérienne.

      "Notre doctrine de lutte contre les feux de forêt basée sur le guet aérien armé et l'attaque des feux naissants a produit des effets" et "je tiens beaucoup à ce qu'on la maintienne", a déclaré M. Cazeneuve, lors d'une visite de la base de la Sécurité civile de Marignane (Bouches-du-Rhône), où sont basés les Canadair français.

      Cette stratégie qui "prévient les incendies avant qu'ils ne prennent des proportions importantes", a permis de "diminuer considérablement chaque année le nombre d'hectares partant en fumée", a précisé le ministre, dans une allocution devant le personnel de la base.

      Il a ensuite affirmé qu'il souhaitait début 2015 qu'on lui fasse "des propositions précises d'équipements susceptibles d'être acquis pour remplacer les équipements actuels", en allusion à la fin de vie programmée pour 2020 des bombardiers d'eau Tracker, qui assurent justement cette mission de guet aérien armé.

      "C'est un signe positif. Nous sommes les utilisateurs, nous savons ce qu'il nous faut", s'est félicité Stéphane Le Bars, représentant du Syndicat national des personnels navigants de l'aéronautique civile (SNPNAC).

      M. Cazeneuve a également indiqué que le nouveau marché de "maintien en condition opérationnelle" des avions de la Sécurité civile serait "notifié" à l'automne. "Nous en espérons bien entendu des économies (...) car nous sommes confrontés à des contraintes budgétaires qu'on ne peut ignorer", mais il faudra aussi "veiller à ce qu'il permette une amélioration de la disponibilité des appareils, notamment en saison sensible".

      Les pilotes et les personnels dénonçaient depuis février le fait que deux des 12 Canadair de leur base étaient cloués au sol pour des problèmes de maintenance. Les propos du ministre ont là aussi été jugés "rassurants" par le SNPNAC.

      Autre position accueillie favorablement: le fait que le ministre de l'Intérieur ait fait part de son "engagement" à un "accompagnement social optimal" lors du transfert de la base de Marignane (125 personnes, dont 80 pilotes) à Nîmes-Garons, prévue pour le premier trimestre 2017.

    • UE: adoption formelle des sanctions économiques contre la Russie - 31/07/2014

      Les dirigeants de l'UE ont formellement adopté jeudi les sanctions économiques contre la Russie pour contraindre le président Vladimir Poutine à cesser de soutenir les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le Conseil européen.

      L'approbation a été donnée par les 28 gouvernements via une procédure écrite, ce qui évite la convocation d'un sommet européen. Elle donne une base légale à l'accord trouvé mardi par leurs ambassadeurs à Bruxelles.

      Les sanctions ont été publiées en fin d'après midi au Journal officiel de l'UE et entreront en vigueur dès vendredi. Le texte précise le périmètre des sanctions adoptées, ce qui va permettre aux entreprises européennes de savoir ce qui est interdit et ce qui est permis.

      L'UE veut réduire l'accès de la Russie aux marchés de capitaux européens. Les entreprises de l'UE ne pourront plus acheter des obligations, des actions ou tout autre instrument financier auprès des institutions financières russes, notamment les banques publiques, et de leurs filiales, a précisé le Conseil dans son communiqué.

      Cinq banques russes sont concernées:Sberbank, VTB Bank, Gazprombank, Vnesheconombank et Rosselhozbank.

      L'UE a en outre décrété un embargo sur les achats et les ventes d'armes, de matériel militaire et de biens à double usage militaire et civil à la Russie.

      L'accord limite enfin les ventes à la Russie de technologies sensibles et d'équipements dans le secteur de l?énergie, soumises à une autorisation préalable des États membres.

      Aucune licence d'exportation ne sera délivrée pour les équipements destinés aux forages pétroliers en eaux profondes pour l'exploration ou pour la production, ainsi que pour les forages pour le pétrole de schiste.

      Le règlement publié au JO énumère une longue liste des technologies et matériels concernés par l'interdiction et cite notamment "les plateformes de forage, les bateaux-phares, les bateaux pompes et les bateaux dragueurs", ainsi que "les navires de guerre".

      "Toutes ces interdictions concernent les nouveaux contrats", précise toutefois le communiqué du Conseil, ce qui permettra à la France d'honorer son contrat de vente de deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie, malgré les dénonciations de la présidente lituanienne Dalia Grybauskaite.

      C'est un "avertissement fort", a souligné mardi le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. "La déstabilisation de l'Ukraine ou de tout autre pays voisin aura des coûts énormes pour l'économie russe", a-t-il averti. "Nos appels sont restés lettre morte (...) les armes et les combattants continuent d'affluer en Ukraine depuis la Russie", a-t-il accusé.

      L'UE a durci sa position depuis le crash mi-juillet d'un avion malaisien dans l'est de l'Ukraine, attribué à un tir de missile par les séparatistes pro-russes.

      Ce drame, qui a coûté la vie à 298 personnes, a poussé les Européens à frapper l'économie russe et à passer à la "phase 3" de leurs sanctions.

    • Assurance maladie: 4.490 suppressions de postes d'ici à 2017 - 31/07/2014

      Le conseil d'administration de la Caisse nationale d'Assurance maladie (Cnam) a donné jeudi un avis favorable à la feuille de route 2014-2017, qui prévoit 4.490 suppressions de postes sur la période, une "asphyxie" selon Force ouvrière.

      Cette convention d?objectifs et de gestion (COG), qui doit encore être signée avec l'Etat, a reçu l'avis favorable de 15 administrateurs (dont Medef et CGPME). Treize ont voté contre (dont CGT, FO, CFE-CGC) et 7 se sont abstenus (dont CFDT, CFTC ). La COG fixe les orientations et moyens alloués pour quatre ans et, dans un contexte économique difficile, la poursuite des réductions d'effectifs.

      Pour les 9.600 départs à la retraite prévus, la convention prévoit un taux de remplacement de 53%, ce qui correspond à 5.110 recrutements et 4.490 départs non remplacés, indique la Cnam dans un communiqué.

      Ce texte "conforte l'Assurance maladie dans ses missions de garant de l?accès aux droits et aux soins, de gestion du risque sur l'ensemble du système de soins" et prévoit une augmentation de 2% par an des fonds consacrés à la prévention, selon le président de la Cnam, Michel Régereau.

      Le texte "adapte la capacité d?intervention des Caisses, via les fonds d?action sanitaire et sociale, à l?augmentation des seuils de la CMU complémentaire et de l?aide à la complémentaire santé", précise la Cnam dans son communiqué.

      Mais pour FO, l'Assurance maladie est "asphyxiée" avec ce texte.

      Sur les 85.000 postes de 2003, "16.000 emplois" ont disparu en 10 ans, rappelle le syndicat dans un communiqué et, dans ces conditions, "les missions traditionnelles et les nouvelles missions comme celle de la gestion du risque ou de la lutte contre les fraudes sont dès le départ compromises par ces politiques d?austérité".

      "La tension est au maximum. Aujourd?hui, tous les progrès que l'informatique permettait de faire sont déjà réalisés. Au-delà, c'est l'équilibre de l'Assurance maladie qui est en cause", a commenté Jean-Marc Bilquez, secrétaire confédéral à FO.

      La réduction des effectifs vaut aussi pour les autres caisses de la sécurité sociale.

      Ainsi pour la branche vieillesse, les négociations achoppent sur la mise en place du compte pénibilité qui relève de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav).

      Selon les syndicats, le patronat freine son application en proposant "un vote dissocié entre la convention d'objectifs classique et les moyens dédiés au compte pénibilité, ce qui n'est pas acceptable", a estimé Philippe Chalet (CFDT).

      Pour 2014-2017, sur les 1.512 départs en retraite envisagés sur un peu plus de 13.000 salariés, environ 900 ne seront pas remplacés, selon des sources syndicales. Mais en parallèle, une centaine de recrutements devrait être réalisée.

      Par ailleurs, 200 postes devraient être attribués au compte pénibilité, selon la CFDT, avec un rendez-vous en 2016 pour faire le point sur ces moyens.

      Un nouveau conseil d'administration est convoqué pour le 3 septembre.

      Pour l'Acoss (caisse qui coordonne le réseau des Urssaf), la convention d'objectifs et de moyens a été votée en juin par 16 voix contre 14, les représentants syndicaux s'étant prononcés contre, en dénonçant notamment les 740 suppressions de postes prévues, soit environ un départ en retraite sur deux non renouvelé.



    • À la rencontre des habitants de Gaza: "Ils sont 70 à s'entasser dans ma petite maison" (vidéo) - 31/07/2014

      L'offensive israélienne se poursuit à Gaza. Après 24 jours de bombardements, on compte 1370 Palestiniens tués, en grande partie des civils parmi lesquels 245 enfants. Le sang n'est pas près de s'arrêter de couler. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu ce jeudi que l'armée "finirait le travail" dans la bande de Gaza, malgré les critiques de l'ONU sur les lourdes pertes civiles palestiniennes dans cette guerre livrée au mouvement Hamas. Un journaliste du nouveau média (une plateforme de reportages vidéo uniquement sur internet, créée par le mensuel américain Vice Magazine avec pour objectif louable de "convertir les jeunes à l'actualité sérieuse") s'est rendu récemment à Gaza pour observer l'étendue des dégâts et recueillir les témoignages d'habitants. Vous pouvez voir ce reportage au bas de l'article (). Celui-ci est en anglais. Nous avons traduit l'essentiel.

       

      "Nous sommes à la rue"

      Le 22 juillet, le journaliste américain Danny Gold de Vice News aborde un homme devant un immeuble qui a été bombardé. Il raconte. "Il était 5h. Des gens dans la rue ont demandé aux habitants de l'immeuble de le quitter au plus vite. Il y avait au moins 200 personnes dans ce bâtiment. Il y avait 3 ou 4 familles dans chaque appartement, elles avaient dû quitter leurs immeubles déjà bombardés. Il n'y a eu aucun avertissement", dit-il.

      "Il n'y avait aucune raison qu'Israël frappe cet immeuble, il n'y avait que des civils. On ne comprend pas ce qui nous est arrivé. Cette zone était considérée comme la plus sûre de Gaza. Et nous faisions confiance à ça. Aucun d'entre nous ne comprend ce qui est arrivé. Nous sommes à la rue. Et nos familles sont aussi à la rue", dit-il avant que soudainement les larmes ne surviennent et qu'il cache son visage dans sa main. Derrière lui, dans les gravats, un homme montre un sac de langes. Ironiquement, il dit "Je suppose que c'est ça, la résistance palestinienne..."

       

      "Tout le voisinage s'est rassemblé et a dressé des drapeaux blancs pour pouvoir partir"

      Le lendemain, le journaliste de Vice News traverse une ville fantôme au sud de Gaza City. Personne dans les rues surmontées par des immeubles éventrés par les bombardement. Il arrive à l'hôpital Al Aqsa. Ces façades sont percées de trous faits par les bombes. Les patients ont dû être évacués mais l'hôpital tourne encore.

      Destination suivante: l'hôpital Al Shifa. Une multitude familles s'est installée sur les pelouses, fuyant les bombardements. Elles vont sans doute y vivre un bon moment. L'hôpital est considéré comme un des rares endroits sûrs. Danny Gold interroge une mère de famille assise dans l'herbe. "J'étais dans ma chambre, je restais dans ma maison et refusais de la quitter. Malgré que les Israéliens nous demandaient d'évacuer, nous refusions de le faire. Mais nous avons fini par être à à bout. Le carnage est arrivé jusqu'à nous, dans nos maisons. Ils allaient même bombarder les gens en fuite. Finalement, tout le voisinage s'est rassemblé et a levé des drapeaux blancs de façon à pouvoir emmener les enfants. C'est un miracle que nous en soyons sortis. Encore maintenant, je ne peux toujours pas croire que nous ayons pu courir sur tous ces bris de verre", dit-elle. Elle soutient le Hamas mais maudit les pays arabes qui ne font rien et assiste au bombardement sans réagir.

       

      Fadi et 70 membres de sa famille qui s'entassent dans quelques pièces

      La veille de quitter Gaza, dans l'immeuble où il est basé, le journaliste rencontre un Palestinien, Fadi. L'homme est paraplégique, touché par une balle israélienne dans le dos en 2001, dit-il.  Des douzaines de membres de sa famille l'ont rejoint et s'entassent dans des pièces où il n'y a pas de lit pour dormir. "Ma famille m'a rejoint ici parce que l'aviation israélienne bombardait leurs maisons dans l'est de Shejaiya. Ils sont environ 70 à être venus ici, chez moi, dans ma petite maison. Au total, 80.000 personnes ont quitté Shejaiya dans l'est de Gaza pour l'ouest de gaza. Mais il n'y a pas de maisons. La majorité d'entre eux s'est installée à l'hôpital Shifa ou dort dans la rue", relate-t-il.

      "Pourra-t-il jamais y avoir la paix entre Israéliens et Palestiniens ?", demande Danny Gold. Sa réponse n'augure pas d'une paix prochaine. "Non, parce que le peuple palestinien a besoin de la paix mais pas le peuple israélien. L'islam et le Coran disent que c'est une guerre qui va mener, étape après étape, à l'ultime guerre entre Arabes et Israéliens. Si j'allais en Amérique et emmenais mon peuple en Amérique et que je vous expulsais de vos maisons. Vous me diriez Aurevoir ou vous combattriez ? Oui, vous combattriez pour votre maison, pour votre liberté", conclut-il.







    • Rugbymen agressés: six nouvelles mises en examen - 31/07/2014

      Six jeunes de 21 à 29 ans ont été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur la violente agression à l'arme blanche dans l'Aveyron contre trois rugbymen internationaux le 20 juillet, a annoncé jeudi la police.

      Ces nouvelles interpellations portent à huit le nombre de personnes mises en examen dans ce dossier.

      Deux jeunes de 20 et 21 ans sont déjà poursuivis depuis le 23 juillet pour "violence aggravée en réunion avec préméditation et avec armes". Ils sont connus des services de police: le plus jeune pour des faits d'extorsion avec violence, l'autre pour des affaires de stupéfiants.

      Mais le procureur de Rodez avait à l'époque souligné que d'autres interpellations pourraient venir, les témoins et victimes ayant fait part d'une "dizaine" d'agresseurs.

      Tous sont résidents de Millau. Les six interpellations récentes, dont certaines ont été effectuées lundi et mardi, ont eu lieu à Millau pour cinq d'entre elles, et à Rodez pour la dernière.

      Les agresseurs présumés, la plupart déjà connus des services de police, ont tous été mis en examen pour "violence aggravée avec armes" et incarcérés. Des casques, une pelle de chantier, des morceaux de palettes et des "objets tranchants" ont été saisis à la faveur des interpellations, a indiqué sans plus de précisions la police de Millau lors d'une conférence de presse.

      Dans la nuit du 19 au 20 juillet, trois rugbymen du club clermontois de l'ASM avaient été agressés avec des armes blanches à la sortie d'un bar de nuit de Millau, dans l'Aveyron.

      Le talonneur de l'équipe de France Benjamin Kayser et le centre Aurélien Rougerie, capitaine de l'ASM, avaient été blessés à un bras et le deuxième ligne Julien Pierre plus sérieusement à une hanche.

      Selon le parquet de Rodez, les joueurs avaient été victimes d'une expédition punitive menée après une altercation verbale à l'extérieur du bar de nuit.

      Peu avant la fermeture de l'établissement où ils étaient réunis, Aurélien Rougerie avait en effet tenté de calmer un homme qui venait d'insulter violemment une femme de sa connaissance.

      "Visiblement, les agresseurs n'étaient pas au courant qu'il s'agissait de joueurs de l'ASM", a déclaré le brigadier en chef de la police de Millau, Cédric Vidal, en charge de l'enquête, lors de la conférence de presse jeudi à Millau.

      Outre les trois joueurs, l'agression avait fait quatre autres blessés parmi les personnes qui ont tenté de s'interposer.

      La ville a récemment connu plusieurs agressions similaires à l'arme blanche.

    • Remis en liberté pour vice de procédure après un double meurtre, il demande à être réincarcéré - 31/07/2014

      Remis en liberté vendredi en raison d'un vice de procédure, un homme, soupçonné des meurtres de sa femme et de sa tante dans la Sarthe en 2012, a été à nouveau placé en détention provisoire à sa demande jeudi, a-t-on appris auprès de son avocat. "Mon client souhaitait être placé à nouveau en détention provisoire (...) On en parlait depuis quelques jours. C'est le fruit de la réflexion qui l'a amené à cette décision", a expliqué à l'AFP Me Jean-Philippe Peltier, en précisant: "Ce n'est pas un aveu de culpabilité." "Je l'ai informé que ses enfants, sa famille et les familles des victimes étaient en souffrance compte tenu de sa remise en liberté", a précisé l'avocat. "Le ministère public lui avait déclaré la guerre et fait savoir qu'il ne tolèrerait aucun écart à son contrôle judiciaire", a ajouté Me Peltier. Son client, a-t-il indiqué, a rencontré jeudi matin le juge d'instruction qui a saisi le juge des libertés et de la détention (JLD) qui a accédé à sa demande.

       

      "Le nouvel avocat n'a pas été convoqué"

      L'homme, âgé de 46 ans, avait été placé sous contrôle judiciaire très strict. Les poursuites engagées à son encontre pour ce double meurtre survenu lors d'un différend familial ne sont pas entachées de nullité, avait précisé le parquet du Mans. En détention provisoire à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes (Hauts-de-Seine), le suspect avait rendez-vous lundi 21 juillet chez le juge des libertés qui devait statuer sur la prolongation de sa détention, a expliqué le parquet. Ce rendez-vous avait été décalé au surlendemain. Le greffe a envoyé la nouvelle convocation à l'avocat du suspect mais, entretemps, ce dernier avait changé de conseil. "Le nouvel avocat n'a pas été convoqué", selon le parquet. "Le juge des libertés ne pouvait rendre d'autre décision que le refus de prolongation" de la détention provisoire. Le suspect avait donc été libéré et placé sous contrôle judiciaire.

       

      Il a eu la moitié du visage arrachée

      Les meurtres avaient eu lieu début juillet 2012, à Courtillers, dans la Sarthe, alors que le couple, séparé depuis quelques mois, s'était donné rendez-vous pour faire le partage des meubles dans le pavillon qu'ils habitaient ensemble. L'ex-épouse était venue accompagnée de sa tante. Mais au bout de plusieurs disputes, le partage des biens avait tourné court et l'ex-époux avait sorti un fusil de chasse. Après le double meurtre, il avait retourné l'arme contre lui. Dans cette tentative de suicide, il a eu la moitié du visage arrachée.







    • Crash au Mali: l'identification des victimes "peut prendre des années - 31/07/2014

      L?identification de l?ensemble des victimes de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé il y a une semaine dans le nord du Mali prendra "peut-être des années", a affirmé jeudi à Alger le directeur de la police judiciaire.

      "C?est trop tôt pour parler d?identification, c?est une opération qui peut prendre des semaines, des mois et peut-être des années. L?important c?est d?arriver à la vérité", a déclaré, lors d'un point-presse, Abdelkader Kara Bouhadba, qui estime que cette identification "est une priorité humaine".

      Treize spécialistes de la police scientifique algérienne se sont rendus sur les lieux du crash dans la zone de Gossi, à environ 150 km de Gao (nord-est du Mali), avec des homologues français, maliens et espagnols.

      Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français, 23 Burkinabé, huit Libanais, six Algériens et six Espagnols. L'avion, un McDonnell Douglas MD-83, avait été affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir.

      "Plusieurs prélèvements effectués sur place se sont avérés inexploitables vu l?ampleur du crash et les conditions défavorables au travail des experts et à la conservation des corps", a ajouté le directeur de la police judiciaire.

      Le sous-directeur de la police scientifique, Ali Feragui, a néanmoins estimé que "tous les passagers qui étaient à bord de l?aéronef seront identifiés (grâce) aux techniques et à l?expérience des différents experts".

      Les experts sont obligés de recourir à des analyses ADN pour pouvoir identifier les corps en raison notamment de l'état dans lesquels ils se trouvent.

      Selon le colonel Patrick Touron, directeur adjoint de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie française, interrogé plus tôt cette semaine par l'AFP, les experts n'ont vu "aucun corps intègre" mais "des corps profondément fragmentés et aucun n'était identifiable par des mesures classiques de médecine légale, de dentisterie légale, ni même d'empreintes digitales".

      La canicule sur place rend de surcroît le travail plus difficile.

      Le président François Hollande a déclaré samedi que "lorsque ce sera possible, tous les corps seront ramenés en France. Je dis bien tous les corps de tous les passagers de ce vol".

    • La loi égalité hommes-femmes validée par le Conseil constitutionnel - 31/07/2014

      Le Conseil constitutionnel a validé jeudi la loi "pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes", en écartant un recours contre un changement de définition de l'interruption volontaire de grossesse, selon un communiqué de cette institution.

      Le Conseil avait été saisi par plus de soixante sénateurs UMP, hostiles à ce que l'IVG soit autorisée pour la femme "qui ne veut pas poursuivre une grossesse", précise cette loi définitivement adoptée le 23 juillet.

      Cette formulation remplace celle de la loi Veil de janvier 1975 autorisant le recours à l'IVG pour la femme enceinte "que son état place dans une situation de détresse".

      Contre ce changement, une "marche pour la vie" soutenue par le pape avait rassemblé à Paris entre 16.000 et 40.000 personnes.

      Les sénateurs UMP contestaient la conformité à la Constitution de la nouvelle formulation.

      Selon le communiqué des juges du Palais-Royal, "le Conseil constitutionnel a relevé que les dispositions existantes réservent à la femme enceinte le soin d?apprécier seule si elle se trouve dans une situation de détresse."

      "La modification de leur rédaction pour prévoir que la femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse peut en demander l?interruption à un médecin ne méconnaît aucune exigence constitutionnelle", déclare le Conseil.

      Les gardiens de la Constitution ont d'autre part fait une réserve d'interprétation purement formelle sur la parité dans les autorités administratives ou publiques indépendantes, et censuré, pour des motifs de procédure, deux dispositions très secondaires de la loi.

      La mesure-phare de la loi sur "l'égalité réelle entre les femmes et les hommes" vise à inciter les pères à prendre un congé parental. La loi complète en outre des textes existants sur l'égalité professionnelle, les violences faites aux femmes et la parité en politique.

      Fait rare, ce texte, défendu par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, a été approuvé à l'Assemblée nationale comme au Sénat par la gauche et la plupart des centristes, tandis que la majorité des élus UMP s'était abstenue. Aucun parlementaire n'avait voté contre.

    • Facebook présente un accès internet basique et gratuit pour la Zambie - 31/07/2014

      Le réseau social en ligne Facebook a présenté jeudi une application mobile permettant d'accéder gratuitement à quelques services internet jugés de base, dans le cadre d'un projet destiné à donner accès à la toile dans les régions reculées ou peu développées.

      "La Zambie devient le premier pays où nous pouvons fournir toute une série de services de base gratuitement", a indiqué le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, dans un message publié sur sa page personnelle du réseau.

      Il relève que seulement 15% des habitants de la Zambie ont actuellement accès à internet.

      L'application "Internet.org", dévoilée jeudi, sera disponible dans un premier temps uniquement dans ce pays, en partenariat avec l'opérateur télécom Airtel, mais Facebook dit vouloir "continuer à améliorer (son) utilisation et la déployer dans d'autres parties du monde", dans un message séparé sur son site officiel.

      Les utilisateurs pourront accéder à travers l'application à une dizaine de services (météo, santé, informations locales, recherche d'emplois, mais aussi le moteur de recherche de Google ou bien sûr le réseau Facebook). Les données utilisées ne leur seront pas facturées par Airtel.

      "En fournissant des services de base gratuitement avec l'application, nous espérons amener davantage de gens en ligne et les aider à découvrir des services de valeur, qu'il pourraient ne pas avoir sinon", explique Facebook.

      Mark Zuckerberg avait lancé il y a un an une initiative également baptisée "internet.org", visant à améliorer l'accès internet dans des zones peu développées et réunissant d'autres groupes technologiques comme Samsung, Nokia, Ericsson ou Qualcomm.

      Facebook avait aussi lancé fin mars une équipe spéciale, le "Connectivity Lab", qui rassemble notamment des experts de la Nasa ou des spécialistes des avions solaires, pour étudier des modes alternatifs de communication, comme l'utilisation de drones comme relais internet.

      Le géant internet Google a réalisé de son côté des tests utilisant des montgolfières.

      Les deux tiers de la population mondiale n'ont toujours pas accès à internet aujourd'hui, selon internet.org.

    • Ebola - Le Kenya et l'Ethiopie en alerte pour éviter la propagation du virus - 31/07/2014
      Le Kenya et l'Ethiopie, qui abritent deux des plus importantes plates-formes aéroportuaires d'Afrique, ont annoncé jeudi avoir renforcé leurs mesures pour éviter l'entrée du virus Ebola sur leur territoire.
      Le Centre national de gestion des catastrophes (NDOC) du Kenya a indiqué que "le Service de santé portuaire (également compétent dans les aéroports) est sur le qui-vive, et (que) la surveillance est accrue aux postes frontières afin d'éviter et de contenir toute possible menace de maladie". L'aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi accueille environ 19.000 passagers par jour venus ou se rendant dans une cinquantaine de pays d'Afrique, d'Europe, d'Asie et du Moyen-Orient. La compagnie nationale éthiopienne Ethiopia Airlines, qui dessert 81 destinations internationales en Afrique, mais aussi en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique, a de son côté indiqué avoir pris des "précautions exceptionnelles en rapport avec l'épidémie d'Ebola". "Une surveillance stricte et spécifique de tous les vols en provenance d'Afrique de l'Ouest est menée à l'aéroport d'Addis Abeba", a assuré la compagnie. La propagation de l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola en Afrique de l'Ouest , où elle a déjà fait près de 730 morts depuis le début de l'année, commence à inquiéter le reste du monde. L'organisation Médecins sans frontières a averti que l'épidémie était "hors de contrôle" et qu'il y avait un "réel risque de voir de nouveaux pays touchés". Ces dernières années, le virus Ebola a frappé à plusieurs reprises l'Ouganda, frontalier du Kenya, où il a fait au moins 32 morts en 2012, 37 morts en 2007-2008 et 137 morts en 2000. (Belga)






    • Syrie: les jihadistes veulent des femmes invisibles - 31/07/2014

      Les jihadistes sunnites de l'Etat islamique (EI) ont imposé un nouveau code vestimentaire aux femmes, les rendant quasiment invisibles, dans la province syrienne de Deir Ezzor qu'ils contrôlent, indique jeudi une ONG.

      "Il est interdit aux femmes de montrer leurs yeux", affirme un communiqué de ce groupe ultra-radical distribué dans l'ouest de la riche province orientale de Deir Ezzor.

      Selon ce texte, dont l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) s'est procuré une copie, les femmes "n'ont pas le droit de porter des abayas pouvant laisser apparaître des vêtements colorés" en dessous.

      Les abayas (cape noire longue couvrant tout le corps) "ne doivent être ornées d'aucune perle, paillette ou autres objets", précise l'EI, et les femmes "ne doivent pas se promener avec des chaussures à hauts talons".

      "Quiconque viole ces interdictions sera puni", préviennent les jihadistes sans préciser la nature du châtiment.

      L'EI a proclamé le mois dernier l?établissent d'un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak.

      Dans les quartiers de la ville de Deir Ezzor, les jihadistes ont annoncé aussi l'interdiction des narguilé, tabac et cigarette", relève l'Observatoire.

      Citant des jihadistes, l'OSDH indique que "dans le cadre de sa tentative de faire appliquer la loi islamique et de lutter contre le mal, il est totalement interdit de vendre des cigarettes et des narguilés et de fumer en public".

    • Un rupture de canalisation crée un geyser de 10 mètres et inonde une partie de Los Angeles (vidéos) - 31/07/2014

      Une canalisation s'est rompue près du campus de l'université californienne UCLA à Los Angeles. De l'eau a jailli du sol dans les airs et est retombée sur des voitures et des personnes qui se trouvaient dans des parkings souterrains.

       

      "J'ai pensé que c'était une bonne journée pour un petit plongeon dans l'eau"

      L'énorme geyser de 10 mètres de haut a inondé en quelques minutes les rues alentour. Le célèbre Sunset Boulevard est fortement touché et ressemble maintenant à un torrent d'eau. "Le geyser faisait bien une dizaine de mètres et c'était surréaliste de voir toute cette eau propulsée. J'ai vu ce qui ressemblait à des rapides. Une rivière qui sortait du sol et je suis entré dans l'eau, j'en avais jusqu'au haut de ma cuisse et j'ai pensé que c'était une bonne journée pour un petit plongeon dans l'eau", ont expliqué deux témoins. La canalisation d'eau qui a rompu est vieille de 90 ans.

       

      Des gens bloqués dans les parkings

      Après quelques heures, les couloirs de la célèbre université UCLA ont été envahis par des torrents d'eau. Certaines installations du campus ont également été touchées tout comme les parkings dans lesquels certaines personnes sont restées bloquées. "Notre équipe de sauvetage a déjà secouru cinq personnes, mais les gens essaient d'y retourner, ils pensent qu'ils vont pouvoir rentrer dans leur voiture et conduire pour sortir de cette situation, mais ce n'est pas possible", a commenté Jaime Moore, porte-parole des pompiers de Los Angeles.

      Cet énorme gaspillage d'eau a été pris avec humour par certains étudiants et à base de selfies pour d'autres. Il a finalement fallu au moins trois heures aux pompiers de la ville pour couper l'arrivée d'eau.







    • Litige avec les fonds "vautours": l'Argentine accuse les Etats-Unis - 31/07/2014

      Le chef du gouvernement argentin a accusé jeudi les Etats-Unis d'avoir une part de responsabilité dans l'échec des négociations dans le litige Argentine-fonds "vautours" qui a conduit l'Argentine à un défaut de paiement partiel.

      "Si le juge est un agent des fonds spéculatifs, si le médiateur (judiciaire) est un agent à eux, de quelle justice parle-t-on ? Il y a dans cette affaire une responsabilité de l'Etat, des Etats-Unis, qui doivent garantir les conditions d'un respect sans restrictions de la souveraineté des pays", a déclaré le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich, lors de sa conférence de presse quotidienne.

      Il faisait référence au juge new-yorkais Thomas Griesa et au médiateur désigné par ce dernier, Daniel Pollack.

      Les conversations entre Buenos Aires et les fonds "vautours", dont NML Capital et Aurelius, pour parvenir à un compromis, ont échoué.

      M. Capitanich a dénoncé un parti-pris du pouvoir judiciaire et que le gouvernement des Etats-Unis se soit abstenu d'intervenir pour y remédier.

      "Du fait de leurs mauvaises pratiques, les Etats-Unis sont responsables de ne pas avoir agi de manière adéquate. Et qu'ils ne sortent pas avec l?excuse que la justice est indépendante, car elle est indépendante de la rationalité et pas des fonds vautours", s'est emporté le chef du gouvernement.

      "Cela ne peut pas continuer indéfiniment", a-t-il encore dit.

      Le ministre argentin de l'Economie Axel Kicillof a annoncé mercredi soir de New York que l'Argentine "honorerait ses obligations" et allait saisir des instances judiciaires internationales "pour faire valoir ses droits".

      La présidente de centre-gauche Cristina Kirchner devait s'exprimer jeudi en fin de journée.

    • Remis en liberté après un double meurtre, il veut être réincarcéré - 31/07/2014

      Remis en liberté vendredi en raison d'un vice de procédure, un homme, soupçonné des meurtres de sa femme et de sa tante dans la Sarthe en 2012, a été à nouveau placé en détention provisoire à sa demande jeudi, a-t-on appris auprès de son avocat.

      "Mon client souhaitait être placé à nouveau en détention provisoire (...) On en parlait depuis quelques jours. C'est le fruit de la réflexion qui l'a amené à cette décision", a expliqué à l'AFP Me Jean-Philippe Peltier, en précisant: "Ce n'est pas un aveu de culpabilité."

      "Je l'ai informé que ses enfants, sa famille et les familles des victimes étaient en souffrance compte tenu de sa remise en liberté", a précisé l'avocat.

      "Le ministère public lui avait déclaré la guerre et fait savoir qu'il ne tolèrerait aucun écart à son contrôle judiciaire", a ajouté Me Peltier. Son client, a-t-il indiqué, a rencontré jeudi matin le juge d'instruction qui a saisi le juge des libertés et de la détention (JLD) qui a accédé à sa demande.

      L'homme, âgé de 46 ans, avait été placé sous contrôle judiciaire très strict. Les poursuites engagées à son encontre pour ce double meurtre survenu lors d'un différend familial ne sont pas entachées de nullité, avait précisé le parquet du Mans.

      En détention provisoire à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes (Hauts-de-Seine), le suspect avait rendez-vous lundi 21 juillet chez le juge des libertés qui devait statuer sur la prolongation de sa détention, a expliqué le parquet.

      Ce rendez-vous avait été décalé au surlendemain. Le greffe a envoyé la nouvelle convocation à l'avocat du suspect mais, entretemps, ce dernier avait changé de conseil.

      "Le nouvel avocat n'a pas été convoqué", selon le parquet. "Le juge des libertés ne pouvait rendre d'autre décision que le refus de prolongation" de la détention provisoire. Le suspect avait donc été libéré et placé sous contrôle judiciaire.

      Les meurtres avaient eu lieu début juillet 2012, à Courtillers, dans la Sarthe, alors que le couple, séparé depuis quelques mois, s'était donné rendez-vous pour faire le partage des meubles dans le pavillon qu'ils habitaient ensemble. L'ex-épouse était venue accompagnée de sa tante.

      Mais au bout de plusieurs disputes, le partage des biens avait tourné court et l'ex-époux avait sorti un fusil de chasse.

      Après le double meurtre, il avait retourné l'arme contre lui. Dans cette tentative de suicide, il a eu la moitié du visage arrachée.

    • L'ONU dénonce le projet de Washington d'expulser les enfants - 31/07/2014

      Mme Navi Pillay, Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, a dénoncé jeudi le projet de Washington de renvoyer dans leurs pays les enfants en situation illégale originaires d'Amérique centrale.

      "Il y a près de 57.000 enfants non accompagnés aux Etats-Unis. Je suis extrêmement inquiète car les Etats-Unis semblent sur le point de renvoyer la plupart d'entre eux", a déclaré Mme Pillay à la presse à Genève.

      L'arrivée massive de mineurs non accompagnés a pris de court les autorités américaines qui manquent de moyens financiers et légaux pour y faire face.

      Le président américain, Barack Obama, a insisté sur le fait que les nouveaux arrivants seraient renvoyés chez eux, et le législateur est en train de préparer un projet sur l'accélération des renvois des ces jeunes.

      Pour Washington, cet afflux massif de jeunes en situation illégale constitue une "crise humanitaire". La plupart des enfants viennent du Salvador, de Guatemala et du Honduras, et ces jeunes fuient la pauvreté et la violence qui sévissent dans leur pays.

      Selon Mme Pillay, il faut offrir un toit et des soins à ces jeunes victimes.

      "L'expulsion ne devrait avoir lieu que si leur protection est garantie dans les pays où ils sont renvoyés", a-t-elle déclaré.

      "Il faut s'attaquer aux véritables causes de la crise, dans les pays d'origine et de destination. Les réseaux criminels de trafic humain doivent être démantelés et punis, ce sont les trafiquants, après tout qui doivent être punis, et non les victimes ou leurs familles", a-t-elle ajouté.

      Si les enfants ne sont pas accompagnés et ne viennent pas de pays frontaliers comme le Mexique ou le Canada, les Etats-Unis sont obligés de les prendre en charge et de les placer dans un délai de 72 heures dans un foyer où l'on prendra soin d'eux.

      Ces enfants passent en moyenne 34 jours dans ces foyers avant d'être libérés, et remis dans 85% des cas à des membres de leurs familles déjà présents aux Etats-Unis.

      Ils sont ensuite censés comparaître devant une cour de justice chargée des questions d'immigration.

      Début juillet, environ 7.000 enfants étaient toujours dans les centres de détention proches des frontières, dépassant largement le délai de 72 heures.

      "Je reconnais qu'il s'agit d'une situation politique compliquée", a déclaré Mme Pillay.

      "Mais je maintiens que la détention de migrants ne devrait être que la dernière option. Elle ne devrait être possible que pour une période la plus brève possible", a-t-elle dit.

      "La détention des enfants constitue une violation de leurs droits, parce qu'elle va à l'encontre du principe des meilleurs intérêts pour l'enfant", a-t-elle ajouté.

      Des responsables ont indiqué ce mois-ci aux sénateurs américains que les autorités dépensaient entre 250 et 1.000 dollars par enfant et par jour, pour couvrir leurs frais de logement et les soins.



    • Gaza: Israël veut "finir le travail" malgré les critiques de l'ONU - 31/07/2014

      "Nous sommes déterminés à achever" la destruction des tunnels utilisés par le Hamas pour porter des attaques au coeur de l'Etat hébreu, "avec ou sans cessez-le-feu", a averti M. Netanyahu après l'annonce de la mobilisation de 16.000 réservistes supplémentaires et de la livraison de munitions américaines.

      "Nous n'accepterons donc aucune proposition qui ne permettrait pas à l'armée israélienne de finir ce travail", a-t-il prévenu à l'ouverture du Conseil des ministres, au 24e jour d'un conflit dévastateur. Une mission qui est "une question de jours", a estimé le général en charge du secteur de Gaza, Sami Turgeman.

      Avant tout cessez-le-feu, le Hamas qui contrôle l'enclave palestinienne exige un retrait des troupes israéliennes du territoire, un arrêt des frappes et une levée du blocus imposé par Israël depuis 2006. Après le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, la Haut-Commissaire de l'ONU aux Droits de l'Homme Navi Pillay a condamné les attaques touchant des maisons, des écoles, des hôpitaux et des centres de réfugiés, qui "semblent être un acte de défi délibéré vis-à-vis des obligations résultant du droit international".

      Jeudi encore, une dizaine de Palestiniens dont deux femmes ont péri dans les bombardements. Au total, plus de 1.370 Palestiniens ont été tués, en grande majorité des civils et quelque 7.700 blessés, ont indiqué les secours locaux. Plus de 245 enfants figurent parmi les morts selon l'Unicef.   








    • Syrie: les jihadistes aux prises avec les Kurdes et des tribus sunnites - 31/07/2014

      Les jihadistes ultra-radicaux sunnites de l?État islamique (EI), qui ont connu une ascension fulgurante en Syrie, faisaient face jeudi à des combattants kurdes et des tribus ayant ouvert deux nouveaux fronts dans la guerre qui fait rage en Syrie.

      Dans le nord du pays, les combattants kurdes, qui défendent leur autonomie depuis le début du conflit syrien, ont repris mercredi aux jihadistes plusieurs collines autour de Aïn al-Arab (Kobane en kurde), dans la province d'Alep, a indiqué jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

      Pour étendre son "califat", proclamé il y un mois, l'EI cherche à prendre cette troisième ville kurde de Syrie tenue par la milice des Unités de Défense du Peuple (YPG). Les combats se sont soldés par la mort de 14 membres de l'YPG et de 35 jihadistes. Des dizaines d'autres combattants ont été blessés, selon l'Observatoire.

      A la mi-juillet, au moins 800 combattants kurdes venus de Turquie avaient afflué en Syrie pour combattre l'EI, selon l'OSDH.

      La population kurde, 3,5 millions d'habitants soit 15% de la population syrienne, est présente sur 10% du territoire. Partisans d'une autonomie, les Kurdes sont en perpétuelle confrontation avec l'EI qui souhaite étendre son hégémonie.

      Toujours dans le nord, les jihadistes ultra-radicaux bombardaient jeudi des positions de l'armée à la lisière de Hassaka, pour tenter ensuite une percée dans cette ville de 200.000 habitants majoritairement kurdes, mais qui compte aussi des Arabes, des arméniens et autres communautés chrétiennes.

      Selon une source de sécurité à Damas, "l'EI tente depuis plus d'une semaine d'entrer dans Hassaka, mais ses tentatives ont été repoussées par l'armée et les Forces de défense nationale, notamment contre le siège du parti (Baas) où la compagnie d'électricité".

      - Des jihadistes, dont un Belge -



      Dans l'est du pays, l?OSDH a fait état d'affrontements entre l'EI et combattants d'une tribu sunnite qui disent mener un "soulèvement" contre les jihadistes.

      Ainsi, dans la riche province pétrolière de Deir Ezzor, en grande partie contrôlée par les jihadistes, des combats ont eu lieu dans les trois villages de la tribu des Chaitat. Selon l'OSDH, l'EI procède à des perquisitions et à des arrestations.

      Cinq jihadistes, dont un Belge, ont été tués dans ces combats, déclenchés selon l'OSDH à la suite de l'arrestation par l'EI de trois membres de la tribu, en violation d'un accord passé entre les deux côtés, selon l'Observatoire.

      Le territoire de cette tribu sunnite s'étend sur trois villages: Abou Hamam, Kashkiyé et Ghranij. "Chaitat se soulève contre l'Etat islamique", ont écrit sur Twitter plusieurs de ses membres montrant des photos de jihadistes faits prisonniers et qualifiant l'EI "d'organisation de la honte".

      Sur un autre front de cette guerre qui ne connaît pas de répit depuis mars 2011, au moins 17 personnes ont été tuées par les bombardements de l'armée mercredi dans la province de Damas.

      "Au moins 17 personnes, dont deux femmes et trois enfants, ont été tuées par une pluie d'obus tirés par les troupes du régime contre plusieurs quartiers de Douma", a précisé l'OSDH.

      "Des dizaines d'autres personnes, dont des enfants, ont été blessées" par ces bombardements à Douma, la plus importante ville tenue par les rebelles près de Damas, a encore indiqué cette ONG basée en Grande-Bretagne.

      Douma, un bastion rebelle au nord-est de Damas où vivent plusieurs dizaines de milliers d'habitants et de réfugiés, est assiégé par l'armée depuis plus d'une année.

      Selon un photographe de l'AFP à Douma, le bombardement a touché notamment un marché animé: "Le bombardement a eu lieu brusquement. Des enfants étaient en train de jouer sur le marché, et une minute après des morceaux de corps et des personnes blessées étaient dispersés dans tous les coins".

      A l'hôpital, "les blessés étaient soignés à même le sol", raconte-t-il.

      Sur une vidéo amateur distribuée par des rebelles, on voit des bébés et des jeunes enfants visiblement blessés, leurs vêtements couverts de sang.

      Une source de sécurité a nié que l'armée ait bombardé rejetant la responsabilité sur les combats opposant l'EI aux rebelles du Front islamique.

      Sans issue en vue, la guerre en Syrie a fait plus de 170.000 victimes et a forcé près de la moitié des habitants a quitter leurs maisons.

    • Drogue: percée ravageuse de la "méth" chez les jeunes urbains en Inde - 31/07/2014

      Le patient d'une clinique de désintoxication de Bombay a consommé de la méthamphétamine en 2013, à l'université. Quelques mois plus tard, il était totalement accro à cette drogue de synthèse puissamment addictive, qui fait une percée en Inde parmi les jeunes urbains.

      "Elle me donnait l'impression d'être puissant", confie l'étudiant de 19 ans, qui se droguait avec ses camarades. "On s'asseyait et on se droguait sans arrêt", ajoute-t-il, sans vouloir dévoiler son identité.

      La méthamphétamine fait des ravages depuis des années en Asie du sud-est, mais à Bombay, elle n'inquiète les autorités sanitaires que depuis 18 à 24 mois, indique le personnel soignant de l'hôpital Masina de cette grande ville de la côte ouest.

      "Avant, nous n'en entendions pas parler. Et puis nous avons eu un garçon de 14 ans (drogué) qui est venu et ça nous a ouvert les yeux", déclare Ali Gabhrani, directeur du centre.

      L'Inde abrite un vaste secteur pharmaceutique et produit les principaux ingrédients de la méthamphétamique, éphédrine et pseudoéphédrine, qui sont aussi deux composants clé de médicaments parfaitement légaux, tels que les décongestionnants nasaux.

      Avec la Chine, l'Inde est citée comme principal point de départ des exportations illicites de ces deux composants, vers des laboratoires à l'étranger, en Birmanie notamment, mais aussi en Amérique centrale et en Afrique, selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

      - Collusion et corruption -

      Les autorités indiennes s'inquiètent d'une production et d'une consommation grandissantes au sein même du pays, et l'équipe anti-terroriste de Bombay, qui s'occupe aussi du trafic de drogue, "est sur le pied de guerre".

      "C'est à présent un produit local. C'est une drogue de maintenant. Facile à fabriquer et les ingrédients sont disponibles", indique Himanshu Roy, le chef de cette agence.

      Les ingrédients clé de la méthamphétamine sont fabriqués illégalement en Inde ou détournés de la production légale, malgré une règlementation stricte destinée à assurer leur traçabilité, soulignent les experts.

      "Il y a tellement de failles depuis 15 ans", déplore Romesh Bhattacharji, de l'Institut sur l'étude et l'analyse des narcotiques à New Delhi. "Les autorités ne respectent pas (la règlementation), elles ne vérifient pas", ajoute-t-il, citant "la collusion et la corruption" à la source de ces détournements.

      Le Bureau de contrôle des narcotiques (NCB) reçoit un rapport trimestriel des fabricants, vendeurs en gros et détaillants sur les ventes d'éphédrine mais Romesh Bhattacharji affirme que rien n'est fait avec ces informations.

      Vijay Kumar, vice directeur du NCB, indique, lui, que ces informations ont aidé à détecter quatre laboratoires illégaux en 2013, dans l'ouest et le sud de l'Inde.

      Mais n'importe qui peut acheter des produits pharmaceutiques contenant de l'éphédrine, sans ordonnance. Dès 2007, la police a découvert un laboratoire illégal qui extrayait ce composant des médicaments achetés en toute légalité.

      - "Tellement addictive" -

      La méthamphétamine apporte sensations d'énergie et d'euphorie. Elle est hautement addictive et provoque à la longue des comportements violents, des convulsions, voire la mort. Elle se consomme sous forme de poudre, de pillule, d'injection. Elle peut aussi se fumer.

      Les drogués de la clinique de Bombay disent qu'elle est vendue entre 1.000 et 2.000 roupies le gramme (12 et 24 euros), soit bien moins que la cocaïne, qui part à 7.000 roupies le gramme.

      Selon une étude de l'ONUDC, publiée en janvier, les drogues stimulantes du type de la méth sont consommées principalement par de jeunes adultes en Inde.

      "La méthamphétamine produite en Inde est indéniablement pour le marché local, qui est doté de tous les attributs pour croître et produire des bénéfices substantiels pour les producteurs", indique Jeremy Douglas, représentant de l'ONUDC en Asie du sud-est, qui souligne la jeunesse de la population et la hausse des revenus de la classe moyenne urbaine et émergente.

      L'Inde a longtemps été un maillon dans la production de ces drogues synthétiques, dont la consommation dans le pays restait faible, renchérit Pushpita Das, de l'Institut d'études et d'analyses sur la défense à New Delhi.

      Mais maintenant la consommation intérieure augmente et l'analyste réclame un renforcement des contrôles dans le nord-est du pays, où ont lieu la plupart des saisies, à quelques centaines de km de la Birmanie.

      Consommée d'abord par les plus pauvres --elle les "aide" à rester éveillés pendant de longues et dures journées de travail, comme par exemple les chauffeurs routiers--, la méth est aujourd'hui de plus en plus prisée par les jeunes urbains, avec une image de drogue récréative.

      "Ca fiche la vie en l'air. Elle est tellement addictive qu'on en veut encore et encore", raconte un patient de la clinique de Bombay.







    • Athlétisme: le manager des lancers en garde à vue - 31/07/2014

      Le manager national des lancers à la Fédération française d'athlétisme (FFA), Raphaël Piolanti, est en garde à vue à Metz, soupçonné d'être impliqué dans une affaire de dopage, a-t-on appris jeudi du parquet, qui confirme des informations du quotidien Le Républicain Lorrain.

      Raphaël Piolanti a été placé en garde à vue mardi et elle a été prolongée de 24 heures mercredi. "Les probabilités qu'il ne soit pas mis en examen (jeudi) sont très faibles", a dit à l'AFP le procureur de la République adjoint de Metz Gilles Bourdier.

      Agé de 46 ans, l'ancien champion de France du lancer de marteau et entraîneur de cette discipline à Amnéville (Moselle), est mis en cause "pour avoir contribué au dopage de plusieurs sportifs, deux ou trois, dont Quentin Bigot", champion d'Europe Juniors 2011 du marteau, contrôlé positif à un produit dopant fin juin lors des Championnats d'Europe d'athlétisme par équipes à Brunswick (Allemagne), a poursuivi le procureur adjoint.

      Il est encore "difficile" de mesurer l'importance du rôle de Raphaël Piolanti dans cette affaire, a cependant précisé M. Bourdier.

      Outre Bigot, deux autres lanceurs entraînés à Amnéville par Piolanti et deux autres sportifs de son entourage ont été entendus et perquisitionnés par les gendarmes ces derniers jours. Leurs auditions "tendent globablement à confirmer qu'il y a un problème autour de M. Piolanti", selon le procureur adjoint.

      L'enquête a démarré après des révélations de Bigot, présenté à la commission de discipline de la FFA le 24 juillet après son contrôle positif, et qui devrait connaître sa sanction sportive dans quelques jours.

      A base de testostérone, les produits dopants dont il est question étaient destinés à accroître la masse musculaire et à réduire la masse graisseuse, a rappelé le procureur adjoint.

      "Un grand nombre de ces produits peuvent avoir un usage médical légal et il est possible de s'en procurer en doses réduites de façon légale", a-t-il précisé.









    • Pyrénées-Atlantiques: une octogénaire rouée de coups par deux mineurs pour 20 euros - 31/07/2014

      Une octogénaire a été rouée de coups par deux mineurs, qui lui ont dérobé une somme de 20 euros, dimanche, dans une maison de retraite à Boucau, près de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête.

      Les faits se sont produits dimanche vers 21H00 dans une maison de retraite à logements individuels, où résidait la dame de 87 ans. Les deux mineurs, dont l'âge n'a pas été précisé, s'y sont introduits, ont frappé à la porte de plusieurs chambres, et sont entrés dans celle de la victime lorsqu'elle a ouvert. Ils l'ont alors rouée de coups et ont pris la fuite avec une somme de 20 euros.

      L'octogénaire, qui souffre de contusions multiples, "a été hospitalisée à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques). Les deux jeunes mineurs ont été identifiés et arrêtés par la police", a-t-on précisé de même source.

      Le premier suspect a été interpellé lundi et le second à 5H00 jeudi matin. Ce sont deux jeunes mineurs bien connus des services de police.

      Le mineur arrêté lundi a été mis en examen pour "vols suivi de violences aggravées" et placé dans un centre de rétention fermé, a-t-on précisé de même source.

      Le second mineur interpellé jeudi devait être déféré dans la journée devant un magistrat à Pau et devrait être mis en examen pour les mêmes chefs et également placé en détention, selon la même source.











    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Embargo russe sur le porc: 40 millions d'euros de perdus pour les éleveurs belges - 31/07/2014

      L'embargo russe sur les viandes de porc européennes, décrété depuis janvier 2014 après la découverte de cas de fièvre porcine africaine en Lituanie, fait souffrir le secteur de la viande en Belgique. Selon la Febev, la fédération de la viande belge, le secteur a déjà perdu 40 millions d'euros ces six derniers mois.

       

      Des pertes d'emploi si une solution n'est pas trouvée

      "Mois après mois, le secteur de la viande a essayé de continuer à payer un prix raisonnable aux éleveurs, en espérant une solution rapide au problème à l'export. Le prix des porcs a cependant baissé de 10% ces trois derniers mois. À cause de l'embargo russe, les éleveurs de porcs n'arrivent plus à trouver suffisamment d'acheteurs", souligne la Febev. La Febev dénonce le blocage des négociations entre la Commission européenne et la Russie et estime que "d'autres secteurs de l'agro-alimentaire belge et européen risquent d'être frappés à court terme par les embargos russes." La Febev redoute aussi des pertes d'emplois en Belgique si une solution n'est pas trouvée rapidement.







    • Volkswagen navigue avec prudence vers la première place mondiale - 31/07/2014

      Le premier constructeur automobile européen, l'allemand Volkswagen, talonne plus que jamais son concurrent japonais Toyota, numéro un mondial des ventes, mais se montre très attentif sur sa rentabilité.

      Actif dans le monde entier, sous douze marques différentes - parmi lesquelles Audi, Porsche, Seat ou Skoda - et autant dans les voitures que dans les camions et les motos (Ducati), le groupe de Wolfsburg (nord) est un paquebot lancé à pleine vitesse qu'il convient de manoeuvrer avec souplesse.

      A l'occasion de la présentation de ses résultats au deuxième trimestre jeudi, il a une fois de plus démontré sa solidité avec des performances encore meilleures qu'attendu. Mais il a également usé d'un ton prudent alors que l'environnement économique reste complexe, inégal selon les zones géographiques, et que plusieurs chantiers internes l'accaparent.

      Volkswagen a dégagé entre avril et juin un bénéfice net part du groupe de 3,2 milliards d'euros, en hausse de 12,5% sur un an. Il "dépasse clairement les attentes", grâce notamment à son dynamisme en Chine, a relevé dans une note Michael Punzet, analyste de DZ Bank.

      Affecté par l'euro fort, son chiffre d'affaires a cependant reculé de 2% à près de 51 milliards d'euros, pour un bénéfice opérationnel en baisse de 3% à 3,3 milliards d'euros.

      Sur les six premiers mois de l'année, période sur laquelle le groupe préfère communiquer, Volkswagen a vu ses recettes faire du surplace - à 98,8 milliards d'euros tout de même - mais a enregistré une hausse de 7% de son bénéfice opérationnel, à 6,2 milliards d'euros, ce à quoi il faut ajouter 2,6 milliards d'euros de gains en provenance de ses co-entreprises en Chine.

      "Malgré les vents contraires, nous avons enregistré une bonne performance financière dans la première moitié de l'année", a commenté dans un communiqué son patron, Martin Winterkorn.

      Le groupe a enregistré un nouveau record en écoulant environ 5,07 millions d'unités (+5,6% sur un an), ce qui le place tout près de son rival japonais Toyota (5,09 millions).

      Inquiétudes pour la marque Volkswagen

      Néanmoins, la baisse de régime de sa marque éponyme Volkswagen, particulièrement en difficulté aux Etats-Unis, s'est confirmée, avec des recettes en baisse de 2% et un effondrement (-32%)de son bénéfice opérationnel. La progression des marques haut de gamme Audi et Porsche a permis de compenser cette contre-performance. Le bénéfice net du groupe a grimpé de 15% et sa marge opérationnelle a progressé de 5,9% à 6,3% sur un an au premier semestre.

      Le géant européen est conscient qu'il doit agir pour préserver sa rentabilité. M. Winterkorn a récemment annoncé un tour de vis au sein de la marque généraliste, qui doit permettre à terme d'y abaisser les coûts de 5 milliards d'euros par an, et porter la marge opérationnelle à au moins 6% en 2018. Au premier semestre, elle était de seulement 2,1%.

      Pour l'expert automobile Ferdinand Dudenhöffer, souvent critique, "Volkswagen est empêtré dans sa stratégie", avec un mauvais positionnement de sa marque VW aux Etats-Unis, mais aussi des effets moins positifs qu'espéré de sa plateforme modulaire MQB, censée générer d'importantes économies d'échelle, et une trop forte dépendance à l'égard de la Chine.

      Conscient des enjeux, le groupe entend se "concentrer sur l'amélioration des résultats", a déclaré lors d'une conférence téléphonique son directeur financier, Hans Dieter Pötsch, en répétant qu'il n'y avait "pas de projet d'acquisition sur la table" alors qu'ont couru des rumeurs sur un rapprochement avec l'italo-américain Fiat Chrysler.

      Mais en dépit d'une concurrence rude, de la faiblesse de certains pays émergents, de risques liés aux changes et à la situation géopolitique, Volkswagen a confirmé ses ambitions pour l'exercice 2014.

      Son chiffre d'affaires devrait évoluer à la hausse ou à la baisse dans une fourchette de 3% autour du niveau de l'année précédente, et sa marge opérationnelle s'établir "entre 5,5% et 6,5%".

      Volkswagen table sur une progression modérée de ses ventes. S'il garde le même rythme qu'au premier semestre, il atteindra sans difficulté son objectif de vendre plus de 10 millions d'unités par an, également poursuivi par Toyota.

    • Pluie, chaleur et Coupe du Monde n'enlèvent pas le sourire aux parcs d'attractions - 31/07/2014
      Les quelques fortes pluies qui se sont abattues sur la Belgique, la lourde chaleur et la concurrence de la Coupe du Monde sur les écrans de télévision ont parfois joué des tours aux parcs d'attractions, qui dressent un bilan variable de leur mois de juillet 2014. Les chiffres totaux de fréquentation depuis le début de la saison 2014 montrent en revanche une avancée positive par rapport à l'année dernière à plusieurs endroits, notamment à Walibi et Bellewaerde.
      A Walibi, on se dit "satisfait" d'un mois de juillet "assez stable". Le parc wavrien a toutefois la chance d'être couplé au parc indoor aquatique Aqualibi, une alternative prisée en cas de pluie. En aditionnant les entrées des deux parcs, la saison 2014 affiche fin juillet "15% de fréquentation en plus par rapport au même moment l'année dernière", précise jeudi Aleksandra Vidanovski, des relations publiques de Walibi. Météo et Coupe du Monde sont également invoquées comme obstacles du côté de Mini-Europe et Océade. Ce dernier parc a malgré tout enregistré en juillet une affluence similaire à celle de l'année dernière. "Un bon résultat qui s'explique par les investissements constants (...) et par l'accroissement des visiteurs venus du nord de la France", selon Thierry Meeùs, l'administrateur du parc implanté sur le plateau du Heysel à Bruxelles. "Nous avons enregistré 18% de visiteurs étrangers en juillet. Un record!". Côté Mini-Europe, "grâce à une campagne promotionnelle organisée dans le nord de la France, nous avons largement corrigé la diminution liée à la Coupe du Monde en ce qui concerne les visiteurs de l'Hexagone", ajoute Thierry Meeùs, également patron de l'attraction. "Au final, Mini-Europe a enregistré cette année la deuxième meilleure saison de son histoire". Le bilan est résolument positif chez Bellewaerde: entre 10 et 15% de fréquentation supplémentaire en juillet 2014 par rapport au même mois en 2013, et "environ +20%" de fréquentation cumulée par rapport au même moment la saison dernière, selon Kristof Louagie, le marketing manager du parc. (Belga)






    • Ebola: l'inspection des passagers aériens pourrait être revue - 31/07/2014

      L'aggravation de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest pourrait amener les transporteurs aériens à revoir leurs mesures d'inspection des passagers, a indiqué jeudi l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

      L'OACI et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont tenu une téléconférence d'urgence mardi après la décision de la compagnie aérienne panafricaine ASKY d'interrompre ses liaisons avec les capitales du Liberia et de la Sierra Leone, deux des pays touchés par l'épidémie, car l'un de ses passagers venait de succomber au virus au Nigeria.

      "À la lumière des événements récents, l?OMS, l?OACI et l'Association du transport aérien international (IATA) ont envisagé de réviser les dispositions relatives à l'inspection/filtrage des passagers", a indiqué l'OACI dans un communiqué.

      "L?OMS examine encore ces mesures et compte également solliciter les contributions de l?Organisation mondiale du tourisme et du Conseil international des aéroports (ACI)", a poursuivi l'organisation des Nations unies basée à Montréal.

      Malgré l'aggravation de l'épidémie, qui a touché plus de 1.300 personnes et fait 729 morts au 27 juillet, "aucune restriction au transport ou au commerce en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone" n'a encore été décidée, a souligné l'OACI.

    • Préparer sa licence de pilote à l'aide d'une application iPad, c'est désormais possible - 31/07/2014
      L'EuroPilot Center, l'école de pilotage basée à l'aéroport d'Anvers, a collaboré au développement d'une nouvelle application de l'entreprise américaine King Schools. Grâce à cette nouvelle venue sur l'App Store, les pilotes en devenir pourront préparer leur examen de licence européenne sur l'iPad, a annoncé l'EuroPilot Center jeudi dans un communiqué.
      King Schools est l'entreprise numéro 1 en termes de développement de logiciels d'entraînement pour pilotes, selon le communiqué, et l'EuroPilot Center "a des années d'expérience en formation des pilotes". De leur collaboration est née une nouvelle application pour iPad nommée E-gle (EASA-Guided Learning Experience). Cette dernière propose des cours de vol et des visuels très réalistes. Elle a pour but de préparer au mieux les candidats pilotes à l'obtention du brevet européen AESA (Agence européenne de la sécurité aérienne) en leur offrant notamment des simulations de l'examen final. "Il existe une demande croissante pour les cours d'aviation sur iPad. C'est une façon simple et claire, mais surtout agréable, de réviser pour l'examen", affirme l'administrateur délégué de King Schools, John King. L'application est téléchargeable sur l'App Store d'Apple. (Belga)






    • Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,20%, Nasdaq -0,94% - 31/07/2014

      Wall Street a ouvert en baisse jeudi, déçue par des chiffres économiques en demi-teinte aux Etats-Unis, et nerveuse après le défaut de l'Argentine sur sa dette: le Dow Jones cédait 0,20% et le Nasdaq 0,94%.

      La Bourse de New York avait fini sur une note hésitante mercredi, ne parvenant à bénéficier que partiellement du net rebond de la croissance américaine et d'une décision sans surprise de la Banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones avait cédé 0,19% à 16.880,36 points mais le Nasdaq avait gagné 0,45% à 4.462,90 points.





    • La Chine investit 2,1 mds d'euros dans l'énergie en Italie - 31/07/2014

      Le gouvernement italien a annoncé jeudi un investissement de 2,1 milliards d'euros de la Chine dans le secteur énergétique italien, le plus gros investissement de ce type jamais réalisé en Europe, selon un communiqué.

      Le groupe public chinois State Grid Corporation of China a acquis 35% des parts d'une filiale de la caisse des dépôts italienne, la CDP Reti, elle-même propriétaire d'une participation de 30% dans le groupe de transport gazier Snam.

      CDP Reti doit se voir également confier une part de près de 30% dans la société de distribution et d'infrastructures électriques Terna, selon ce communiqué de la présidence du Conseil italien.

      Le montant de cette transaction sera destiné au "soutien de l'économie nationale", a précisé le gouvernement italien, qui affirme qu'il s'agit là de l'investissement chinois le plus important en Europe et le 10e dans le monde dans une société financière non cotée.

      Cet accord est une "étape très importante, mais seulement une étape de processus d'intégration économique entre la Chine et l'Italie, qui se renforce chaque jour", s'est félicité le ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan, lors de la signature de l'accord, à laquelle assistait le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

      Le patron de la Caisse des dépôts a souligné de son côté que l'Italie ne cédait pas à la Chine le contrôle d'intérêts économiques stratégiques, puisque l'Etat italien, a-t-il souligné, conserve la majorité du capital de CDP Reti.

      State Grid Corp est un géant du réseau et de la distribution d'électricité en Chine, et l'un des plus importants dans le monde.

      La CDP, qui est détenue à 80,1% par le ministère italien de l'Economie, a également décidé de vendre une autre part de 14% de CDP Reti à des investisseurs institutionnels italiens du type fondations bancaires ou fonds de pensions.

      Le gouvernement italien avait annoncé fin 2013 la vente d'une part de CDP Reti dans le cadre d'un plan de privatisations de 10 à 12 milliards d'euros destiné à soulager les finances publiques italiennes, grevées par une très lourde dette.

    • Avec ou sans sanctions, les affaires des Européens en Russie en souffrance - 31/07/2014

      Adidas manquera ses objectifs cette année, les fabricants allemands de machines-outils aussi: le mal est déjà fait pour beaucoup d'entreprises actives en Russie, avant même l'entrée en vigueur de sanctions économiques contre Moscou dont l'impact supplémentaire est difficile à évaluer.

      Sur fond de crise ukrainienne, l'Union européenne a décidé d'interdire à partir de vendredi d'exporter certains produits vers la Russie et de bloquer l'accès aux marchés financiers européens à certaines banques russes.

      Mais pour les entreprises implantées en Russie, cela fait déjà des mois que les affaires sont en souffrance, souligne la fédération allemande VDMA des fabricants de machines-outils.

      Pour ce secteur, l'un des plus importants de l'économie allemande, la Russie est un gros client, gourmand en centrales électriques, en machines agricoles. Or les commandes russes de machines avaient déjà plongé au seul premier trimestre de plus de 17%, et l'ensemble des exportations allemandes de 14% vers le pays entre janvier et avril.

      - L'Allemagne la plus exposée -

      Les sanctions financières imposées à Moscou vont renforcer cette tendance en empêchant potentiellement les clients russes d'accéder à des financements. Qui plus est, le conflit avec la Russie "freine la demande dans plusieurs gros marchés pour notre secteur", expliquait jeudi Ralph Wiechers, économiste de la VDMA.

      En conséquence, les fabricants de machines-outils ne sont plus en mesure d'atteindre leur objectif de production pour cette année, selon la fédération.

      "Parmi les grands pays européens, l'Allemagne est la plus exposée au risque russe", souligne Holger Schmieding, économiste en chef de la banque Berenberg.

      L'équipementier sportif allemand Adidas a nettement revu à la baisse jeudi ses prévisions de bénéfices pour cette année, citant notamment le cours du rouble et les risques pesant sur la confiance des consommateurs en Russie, un gros débouché pour lui, avec plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel.

      Pour le fabricant de baskets, les sanctions --qui visent des technologies sensibles dans l'énergie et le secteur de la défense-- n'auront un impact que par leur effet de ricochet sur la conjoncture russe et le pouvoir d'achat des ménages. Et éventuellement par le biais de mesures de rétorsion russes.

      Cela vaut aussi pour beaucoup d'autres acteurs européens, par exemple le distributeur Metro, ou les constructeurs automobiles. Selon Ferdinand Dudenhöffer, expert automobile de l'université de Duisbourg-Essen, ce sont les fabricants généralistes, comme Ford ou Opel, qui seront en première ligne. Le français Renault a jugé cette semaine très difficile d'évaluer l'impact des sanctions.

      - Risque de débordement -

      De manière générale même ceux qui pourraient être touchés directement par celles-ci répugnent à pronostiquer quoi que ce soit. Le pétrolier français Total, qui est en train de construire une usine géante de liquéfaction de gaz naturel en Russie, explique qu'il est "prématuré" d'évaluer l'effet des mesures décidées cette semaine.

      L'énergéticien allemand EON préfère rester muet sur le sujet, de même que Wintershall, filiale du chimiste BASF très implantée en Russie. Chez le conglomérat Siemens, qui exporte vers la Russie trains et turbines à gaz pour 2 milliards d'euros par an, le patron Joe Kaeser ne voit pas d'effet notoire sur les résultats cette année mais ne se prononce pas sur l'année prochaine. Le britannique BP, partenaire du russe Rosneft, s'est tout de même ouvertement inquiété pour "(sa) situation financière et le résultat de (ses) opérations".

      Mais ce n'est pas le manque à gagner des industries sous le coup des sanctions qui pèsera le plus, juge Marcel Fratzscher, de l'institut économique allemand DIW. "Le plus gros facteur de coût c'est l'incertitude" qui diffère commandes et projets d'investissement, ce qui "peut rapidement déborder de secteurs précis à l'ensemble de l'économie", dans une zone euro en convalescence.

      Moscou a également agité cette semaine la menace de prix de l'énergie en hausse, une éventualité qui serait lourde de conséquences pour l'économie européenne. Mais le gros des contrats d'approvisionnement en gaz russe sont des contrats de long terme à prix fixe.

    • SNCF: bénéfice net au 1er semestre en forte baisse à 224 millions d'euros - 31/07/2014

      Le bénéfice net de la SNCF a chuté de 74% au premier semestre 2014, à 224 millions d'euros, tandis que la grève de juin a fait virer au rouge la trésorerie opérationnelle de l'entreprise et pesé sur son chiffre d'affaires.

      La chute du bénéfice s'explique par des actifs remis dans les comptes, qui avaient gonflé le bénéfice de 546 millions d'euros au premier semestre 2013.

      La stagnation du chiffre d'affaires est liée, selon l'entreprise, à l'impact des 13 jours de grève du mois de juin contre la réforme ferroviaire.

      La SNCF évalue à 208 millions d'euros le chiffre d'affaires perdu, et estime que sans cela, sa croissance aurait été de 2,1%. Elle précise que la grève a pénalisé le transport ferroviaire de marchandises en France, qui aurait affiché une croissance des produits du trafic, pour la première fois depuis 2007.

      Le chiffre d'affaires du groupe, également impacté par la hausse de la TVA de 7 à 10%, et les taux de change défavorables, a été tiré par les activités à l'international, en hausse de 5,6% (baisse de 0,4% en France), via les filiales de transport de voyageurs Keolis et de transport de marchandises Geodis.

      Au premier semestre 2014, la SNCF a par ailleurs vu fondre sa trésorerie opérationnelle ("free cash flow") qui passe en négatif de 77 millions d'euros (contre 118 millions au premier semestre 2013). L'impact de la grève a là encore été très lourd, selon la direction, qui assure que sans le conflit, la trésorerie afficherait un solde positif d'une cinquantaine de millions environ.

      L'endettement a légèrement été réduit, de 8 à 7,8 milliards d'euros, avec un objectif de 5,7 milliards en 2020.

      La marge opérationnelle est en recul de 229 millions d'euros, et s'établit à 1,1 milliard d'euros. Outre la grève, la SNCF impute ce repli aussi à la hausse du tarif des péages qu'elle paie à Réseau ferré de France (RFF): "la grève de juin - qui a coûté 170 millions d'euros à l'entreprise - nous oblige à engager un plan supplémentaire d'économies avec pour objectif d'effacer les deux tiers de l'impact de la grève sur nos comptes".

      Au plan de performance Excellence 2020, mis en place en 2013 et qui prévoit 700 millions d'euros d'économies sur 3 ans (300 millions ont été réalisés), s'ajoute donc un plan de 205 millions d'économies en 2014, via des frais de structure, la diminution des provisions de congés non pris, une diminution de l'investissement, et une baisse, voir l'absence de dividendes des salariés.

      Les objectifs à échéance 2020 fixés dans le cadre de ce plan sont maintenus, les résultats étant "globalement conformes à la 1ère année de la trajectoire financière. On verra en 2015 s'il fallait le cas échéant revoir les objectifs", selon Mathias Emmerich, directeur général adjoint de la SNCF en charge des finances.

      Par ailleurs, la SNCF a vendu, ce semestre, son ancien siège parisien du quartier Montparnasse, pour 110 millions d'euros. Mais elle n'a pas déserté ces locaux, puisqu'elle les loue désormais, et pendant dix ans.

      La SNCF vise, pour 2014, un free cash flow positif et un niveau de dette "contenue".







    • Airbus ferme la porte à toute négociation sur la livraison d'A380 à Skymark - 31/07/2014

      La filiale japonaise de l'avionneur européen Airbus a indiqué jeudi à l'AFP que les négociations avec la petite compagnie nippone Skymark au sujet de la livraison de très gros porteurs A380 "étaient terminées".

      "Nous ne négocierons plus au sujet de la livraison, puisque nous avons annulé la commande" de six A380 passée en 2011 par Skymark, a expliqué à l'AFP un porte-parole d'Airbus Japan à Tokyo, ajoutant que l'étape suivante concernait l'exercice des droits et recours contractuels en vue d'un dédommagement.

      Airbus avait annoncé mardi avoir informé Skymark Airlines de la résiliation de la commande de six A380, renonçant ainsi à son seul client nippon pour son super-jumbo en raison d'incertitudes sur la solvabilité financière de la compagnie.

      Skymark a reconnu jeudi que cet notification était parvenue le 25 juillet, la semaine passée.

      "Nous sommes en train d'étudier la façon d'y répondre", écrit la firme.

      Le patron de Skymark, Shinichi Nishikubo, a assuré lui, dans un communiqué publié mardi, que "les négociations allaient durer" dans le but de "trouver avec Airbus une solution en prenant le temps nécessaire".

      Il écrivait aussi que "l'acquisition d'A380 était une question importante pour la compagnie".

      Plus tard en conférence de presse, il avait précisé que Skymark aurait souhaité un compromis en décalant la livraison des deux premiers appareils et reportant sine die celle des quatre autres ou en l'annulant.

      Aux dires du PDG de la compagnie, cette dernière a versé une avance de 7 milliards de yens (environ 52 millions d'euros) pour chacun des premiers appareils (déjà presque fabriqués) et de 12 milliards pour les quatre autres. Elle n'a toutefois pas payé en avril une nouvelle échéance de 8 milliards de yens pour le troisième.

      - doutes sur la continuité -



      "Il y a très peu de chance que les 26 milliards avancés soient remboursés intégralement", a prévu la compagnie jeudi. Et d'ajouter examiner aussi comment prendre des mesures pour échapper aux dédommagements qu'Airbus exige en s'appuyant sur les droits prévus par le contrat.

      La somme réclamée s'élèverait à 70 milliards de yens (plus de 500 millions d'euros) selon M. Nishikubo, 70% du chiffre d'affaires annuel de Skymark. Ce montant qualifié d'exorbitant, "dépasse l'entendement mais vise sans doute à en mettre plein les yeux dans l'optique de négocier", dit le patron.

      Néanmoins, Skymark reconnaît que la compagnie pourrait être obligée de payer cette somme "irrationnelle" et que, le cas échéant, "cela ferait peser un doute sur sa continuité".

      Ce conflit avec Airbus a fait plonger l'action Skymark de plus de 13% deux jours de suite à la Bourse de Tokyo. Jeudi matin, elle s'affichait encore en tendance légèrement baissière (-0,46% à 215 yens).

      La compagnie a encore montré après la clôture du marché qu'elle se touvait dans une délicate situation: alors que ses résultats trimestriels devaient être publiés à 15H00, ils ne l'ont été que deux heures plus tard, et partiellement.

      Bilan, un résultat net négatif et une perte d'exploitation aggravée pour le premier trimestre de l'exercice 2014-2015.

      Il s'agit de comptes non consolidés, a expliqué la compagnie qui a dû ajuster ses calculs jusqu'au dernier moment.

      Durant les trois mois passés en revue, le chiffre d'affaires non consolidé de Skymark a fléchi de 1,5% à 18,19 milliards de yens (130 millions d'euros) et sa perte d'exploitation a plus que doublé sur un an à 5,53 milliards de yens.

      Quant à son résultat net, qui était déjà mauvais l'an passé à la même période, il s'est nettement dégradé, avec un solde négatif de 5,8 milliards de yens au lieu de 1,2 milliard. Skymark table toutefois toujours sur un petit bénéfice net annuel.

      Face à cette situation, la compagnie blâme le renchérissement du prix du kérosène à cause de la baisse du yen ainsi que la concurrence, qui fait que même si le nombre de passagers a augmenté, les revenus afférents, eux, ont baissé.

      Le groupe souligne néanmoins que les moyens-porteurs Airbus A330, payés et livrés récemment, eux, rencontrent une grande popularité.













    • Panasonic trouve la voie de la rentabilité en s'éloignant du grand public - 31/07/2014

      Celui que l'on qualifiait autrefois "d'éternel rival de Sony", le géant japonais Panasonic, a confirmé jeudi une amélioration de sa rentabilité mais en prenant un chemin qui dérive de plus en plus de celui de son concurrent et compatriote.

      Panasonic, qui avait vécu deux années noires avant de se rétablir durant l'exercice passé, a annoncé jeudi une hausse de 28% de son bénéfice d'exploitation à 82 milliards de yens (595 millions d'euros).

      Au cours des mois d'avril à juin, le chiffre d'affaires de Panasonic a progressé de 2% à 1.852 milliards de yens (13,4 milliards d'euros), aidé par des gains liés aux changes.

      S'il a accusé un recul de son résultat net à 38 milliards de yens (275 millions d'euros), c'est à cause de facteurs exceptionnels qui ne remettent pas en cause l'amélioration de ses performances opérationnelles, saluée récemment par les agences de notation financière.

      A la grande joie de ces dernières, Panasonic a fait du tri dans ses activités et a encore annoncé plusieurs changements jeudi.

      De facto, même si Panasonic a assis sa notoriété mondiale auprès du grand public sur ses téléviseurs, matériels audio, produits électroménagers, y compris en absorbant Sanyo ou la marque National, il se tourne de plus en plus vers la clientèle professionnelle, là où la concurrence est moins rude et les profits moins incertains.

      C'est ainsi qu'il a beaucoup profité de la bonne santé du secteur de l'automobile auquel il fournit nombre d'équipements et composants électroniques, dont des systèmes de radionavigation, des circuits intégrés ou des batteries. Ce domaine est devenu pour lui l'un des plus importants au côté de la fournitures de divers éléments pour le secteur du bâtiment, qu'il s'agisse de matériels de câblage électrique, de systèmes de gestion d'énergie ou encore de revêtements divers.

      - Accords signés à tour de bras -

      Alors que la politique de l'ex-Matsushita, qui a pris sur le tard le nom de sa marque-phare Panasonic, était de tout faire lui-même, du composant au produit fini, depuis quelques années, adversité oblige, le pragmatisme tend à l'emporter. Et le groupe a moins de scrupules à se défaire des divisions mal en point ou à mettre les bouchées doubles dans les domaines qu'il juge prometteurs.

      Quatre annonces faites ce jeudi le prouvent encore. D'abord, un accord avec le constructeur d'automobiles américain Tesla sur sa participation à la construction d'une usine conjointe de batteries lithium-ion, pièce maîtresses des voitures écologiques. Ensuite, la signature d'une lettre d'intention pour céder ses activités d'équipements de réseaux cellulaires au finlandais Nokia, parce que la priorité n'est plus là. Puis la création d'une coentreprise d'écrans organiques avec Sony, Japan Display (numéro un mondial des petits moyens écrans) et un fonds public japonais. Cela apparaît comme un moyen poussé par le gouvernement de sauver cette activité au Japon alors que les sud-coréens Samsung et LG Electronics sont en avance. Sony et Panasonic y seront très minoritaires, eux qui avaient il y a peu abandonné un projet commun en ce sens faute d'avoir atteint les objectifs visés.

      Enfin, le groupe d'Osaka (ouest) a aussi conclu le transfert d'activités de circuits intégrés à grande échelle dans une coentreprise à naître avec son compatriote Fujitsu, pour ne plus avoir à supporter les lourds investissements nécessaires.

      Fort de cette transformation, Panasonic reste sur la même ligne qu'il y a trois mois pour l'intégralité de l'exercice. Son chiffre d'affaires devrait atteindre 7.750 milliards de yens (+0,2%) et son bénéfice d'exploitation 310 milliards de yens (+1,6%).







    • Lisbonne: le titre Banco Espirito Santo s'écroule de plus de 45% - 31/07/2014

      Le titre de Banco Espirito Santo (BES) s'effondrait jeudi à la Bourse de Lisbonne, plongeant de plus de 45% à un nouveau plus bas historique, au lendemain de la publication de pertes record.

      Peu après la reprise de sa cotation, à 9H24 GMT, le titre plongeait de 46,69% à 0,186 euro. En une minute, la capitalisation boursière a fondu de près d'un milliard d'euros alors que les difficultés de la banque pourraient se propager à l'ensemble du secteur financier portugais.







    • Allemagne: taux de chômage stable en juillet à 6,7% - 31/07/2014

      Le taux de chômage en Allemagne, corrigé des variations saisonnières (CVS), s'est établi à 6,7% en juillet, un chiffre stable depuis le mois de mars, a annoncé jeudi l'Agence pour l'emploi.

      Le nombre de chômeurs a par ailleurs reculé de 12.000 en données CVS, après une hausse en mai et en juin. Le consensus d'analystes réuni par l'agence Dow Jones Newswires s'attendait à une baisse moins prononcée, de 5.000.







    • Les tarifs de la SNCF n'augmenteront pas au mois d'août - 31/07/2014

      Le ministère des Transports a annoncé jeudi qu'il n'y aurait pas d?augmentation des tarifs de la SNCF au mois d'août 2014, période de forte affluence en raison des vacances scolaires.

      "Au 1er janvier 2014, seule la hausse de la TVA avait été répercutée sur le prix des billets des TGV, TER et TET. Attentif au pouvoir d'achat des usagers des transports, (le ministre) Frédéric Cuvillier a souhaité que les tarifs de la SNCF n?aillent pas au-delà", indique un communiqué du ministère.

      Les usagers déplorent régulièrement les hausses de tarifs des billets de train.

      En début de semaine, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait réaffirmé la volonté de l'entreprise de faire des efforts tarifaires pour les TGV, avec "un million de billets à petits prix en plus" cette année et, à plus long terme, "un billet sur trois" du même type d'ici 2017.







    • Aéroport de Paris s'intéresse à l'aéroport de Toulouse - 31/07/2014

      Aéroports de Paris (ADP), qui a publié jeudi un bénéfice net en rebond de 45,7% au premier semestre grâce à la maîtrise de ses charges, demeure optimiste pour le reste de l'année et envisage d'entrer au capital de Toulouse.

      De janvier à juin, le groupe français, gestionnaire de Paris-Orly et Paris-Charles de Gaulle, a dégagé un bénéfice net de 182 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 1,34 milliard, quasiment stable (+0,1%). Le bénéfice opérationnel (Ebitda) s'est lui inscrit en progression de 8,4% à 528 millions.

      "Ces résultats marquent les premiers fruits de la stratégie qui a été déployée chez Aéroports de Paris depuis la nomination d'Augustin de Romanet (depuis novembre 2012): capter le trafic par l'accueil, la compétitivité de nos plateformes dans un contexte de discipline financière", a commenté Edward Arkwright, directeur financier du groupe français, lors d'une conférence téléphonique.

      Il a souligné la relative stabilité du chiffre d'affaires "mais, grâce au travail sur les charges, une progression assez forte de l'Ebitda". Les charges courantes ont ainsi diminué de 1,8%.

      Ces résultats ont été amplifiés par deux éléments favorables, a-t-il en outre expliqué: "l'extrême douceur climatique qui fait que nous n'avons pas eu de produit de dégivrage et que nous avons vendu beaucoup moins de prestation de chauffage et un effet de périmètre, l'arrêt de l'activité de cogénération à Charles de Gaulle".

      Parallèlement, ADP a poursuivi ses efforts pour rendre ses aéroports plus attractifs en améliorant la qualité de service, ce qui s'est traduit par l'accueil de 16 nouvelles compagnies aériennes sur le semestre dont le transporteur indien Jet Airways.

      "C'est très important car cette compagnie est très dynamique et qu'elle n'était pas installée à Paris", a-t-il commenté. Jet Airways opère depuis Paris sept vols par semaine.

      - Attentif à la fin de l'année -

      "Nous restons attentifs pour la fin de l'année, même si notre performance intrinsèque s'améliore, en particulier sur notre c?ur de métier aéronautique, et que certains signaux sont encourageants (trafic dynamique, résistance des activités commerciales)", a commenté de son côté Augustin de Romanet, reconduit la semaine dernière dans ses fonctions de PDG.

      Car ADP n'a pas souffert de mauvaises conditions depuis le premier semestre de l'année 2013, et qu'il n'est pas à l'abri d'intempéries à la fin de cette année.

      En attendant, ADP a relevé sa prévision de croissance de trafic pour 2014, désormais attendue entre 2,7% et 3,2% contre 2% précédemment. Au premier semestre, le trafic a bondi de 7,1%.

      Il table en outre toujours sur un résultat net "en ressaut marqué". Il s'attend en outre à un résultat d'exploitation supérieur à 1,1 milliard d'euros, soit une hausse d'au moins 2,3%.

      - Toulouse-Blagnac dans le viseur -

      La publication des résultats a par ailleurs été l'occasion pour Aéroports de Paris d'officialiser son intérêt pour l'aéroport de Toulouse-Blagnac (sud-ouest) duquel l'Etat souhaite se désengager.

      "Nous regardons le dossier de Toulouse et nous pourrions être intéressés par le dossier de Toulouse", a déclaré Edward Arkwright.

      ADP n'a pas encore formulé d'offre, le cahier des charges étant "sorti la semaine dernière". "Le calendrier des cahiers des charges prévoit une offre indicative mi-septembre et une offre définitive fin octobre", a rappelé le directeur financier.

      Le gouvernement, qui cherche à renflouer les caisses du pays, avait annoncé le 11 juillet avoir engagé une procédure pour céder la part de l'Etat dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

      L'Etat détient actuellement 60% du capital d'Aéroport Toulouse-Blagnac, aux côtés de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, qui en possède 25%, et des collectivités territoriales (région Midi-Pyrénées, département de Haute-Garonne, communauté urbaine de Toulouse Métropole) qui contrôlent chacune 5%.

      Selon les termes de l'opération, l'Etat cédera immédiatement jusqu?à 49,99% du capital de l'aéroport, avec une option de vente pour le solde.







    • Les vautours passent à l'attaque en Argentine et font leur première victime... - 31/07/2014

      En pleines tractations avec ses créanciers à New York, l'Argentine espérait encore trouver une solution rapidement. Elle doit régler cette somme (pourtant minime pour un Etat) de 539 millions de dollars à des créanciers ayant consenti une remise de dette de 70% après la crise économique de 2001. Mais le juge américain Thomas Griesa bloque ce paiement parce qu'il a ordonné à l'Etat argentin de payer d'abord 1,3 milliard de dollars à NML et Aurelius, deux fonds "vautours" spécialisés dans le rachat de dette à risque et détenteurs de moins de 1% de la dette concernée. Mais si Buenos Aires remboursait ces deux fonds, elle se mettrait à dos les autres créanciers qui, eux, détiennent 93% de la dette. Ces derniers ont en effet accepté de ne récupérer que 30% de leur investissement initial.

       

      "On remboursera, mais sans tentative d'extorsion"

      L'Argentine et ne sont pas parvenus à se mettre d'accord. Les fonds spéculatifs "ont essayé de nous imposer quelque chose d'illégal", a expliqué le ministre argentin de l'Economie Axel Kicillof. "L'Argentine est prête à dialoguer, à trouver un consensus. Nous allons chercher une solution juste, équilibrée et légale pour 100% de nos créanciers", a dit M. Kiciloff. Buenos Aires "va rembourser" les porteurs de bons issus de la dette restructurée, mais "à des conditions raisonnables, sans tentative d'extorsion, sans pression, sans menace", a-t-il ajouté.

       

      Le risque?

      Faute de solution, l'Argentine risque mécaniquement un défaut de paiement portant sur un montant minime pour un Etat, 539 millions de dollars. Elle avait obtenu un délai de 30 jours qui expirait mercredi pour régler cette somme à des créanciers ayant consenti une remise de dette de 70% après la crise économique de 2001.

       

      Les banques privées d'Argentine pourraient rembourser et devenir les nouveaux créanciers du pays

      La solution pourrait cependant venir du privé. "Il y a un accord entre banques et vautours, le défaut sera éphémère. Les banques vont racheter la totalité de la dette pour 1,6 milliard de dollars", affirme le quotidien économique argentin Ambito Financiero, qui prévoit une annonce de Wall Street dans la soirée. L'économiste Aldo Pignanelli est sur la même ligne. "Désormais, assure-t-il, s'ouvre la possibilité d'un accord entre privés. Les banques ont présenté un document au juge Griesa dans lequel elles manifestaient la volonté de racheter la totalité de la dette pour entamer une négociation avec les avocats des fonds vautours". D'après lui, un compromis pourrait être annoncé ce jeudi.

       

      Premier dommage: une note qui baisse, donc encore plus de difficultés de se financer sur les marchés internationaux

      En attendant, ce défaut de paiement d'une partie de ses dettes à ses créanciers vaut à l'Argentine de voir la note de sa dette encore rétrogradée par l'agence de notation Standard & Poors. Cette note, qui était de CCC-, dans la catégorie spéculative considérée comme très risquée pour les investisseurs, est portée à SD (selective default), a indiqué l'agence dans un communiqué.

      Selon l'agence, un pays est placé en "défaut sélectif" quand "l'emprunteur n'a pas honoré une certaine partie de ses obligations ou une émission spécifique mais qu'il continue de payer ses autres types d'emprunts dans les temps". L'agence de notation rappelle que l'Argentine a manqué d'honorer un paiement de 539 millions d'euros sur les intérêts de ses obligations, alors qu'elle avait un délai de 30 jours qui expirait mercredi soir."Notre interprétation d'un émetteur qui honore ses échéances financières est celle d'investisseurs qui sont payés à temps et totalement", ajoute S&P.

      L'agence indique que "si l'Argentine trouve une solution à son défaut de paiement" sur les bons en question, elle "réévaluera la note de la dette souveraine, pour, en toute probabilité, la relever à celle de triple C ou B inférieur".

       

       







    • La Bourse de Paris ouvre en hausse - 31/07/2014

      La Bourse de Paris a ouvert en hausse jeudi (+0,53%), rebondissant au lendemain d'une forte baisse, soutenue par plusieurs résultats d'entreprises bien accueillis.

      A 09H00 (07H00 GMT), l'indice CAC 40 prenait 22,90 points à 4.335,20 points. La veille, il avait perdu 1,22%.







    • EDF: résultats solides au 1er semestre grâce au nucléaire et aux coûts maîtrisés - 31/07/2014

      EDF a confirmé jeudi ses objectifs pour 2014 après des bénéfices en hausse au premier semestre grâce à la diminution des dépenses d'exploitation et la production accrue de ses centrales nucléaires en France et en Grande-Bretagne, qui ont compensé un hiver doux.

      Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net du producteur français d'électricité est ressorti en hausse de 8,3% à 3,1 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires en repli de 3,8% à 36,1 milliards, affecté par des conditions météorologiques défavorables qui ont pesé sur la demande d'énergie.

      En excluant la filiale italienne Edison, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé de 5,6% à 9,2 milliards d'euros, et de 5,3% à périmètre et taux de change constants.

      Il est toujours attendu en hausse organique d'au moins 3% en 2014, a confirmé EDF dans un communiqué. Cet objectif ne tient cependant pas compte de la décision du Conseil d'Etat d'imposer une facture rétroactive aux foyers français pour la période allant du 23 juillet 2012 au 31 juillet 2013, après l'annulation d'un arrêté du gouvernement qui plafonnait la hausse des tarifs de l'électricité.

      "Cette bonne performance est la preuve de notre capacité à répondre à deux impératifs indissociables: satisfaire les intérêts de nos actionnaires, et accomplir avec détermination notre mission de service public", a commenté le PDG, Henri Proglio, dans le communiqué.

      Détenu à 84,4% par l'Etat, EDF avait annoncé en février qu'il réduirait progressivement ses investissements et continuerait à maîtriser ses coûts afin de générer une trésorerie positive après dividendes en 2018, en excluant le déploiement du compteur communicant Linky.

      Ces efforts en matière de coûts se sont traduits en 2013 par des économies de 1,3 milliard d'euros, tandis que le montant des investissements nets devrait s'établir entre 13 et 13,5 milliards d'euros en 2014.



      - Dépenses en baisse de 1,8% -



      Dans l'Hexagone, le chiffre d'affaires s'est inscrit en baisse organique de 4,4% à 20,4 milliards d'euros, tandis que l'Ebitda a augmenté de 5,9% à 6,9 milliards.

      "La réduction des dépenses d'exploitation à travers l'ensemble des activités en France est un des moteurs de cette croissance, avec une baisse de 1,8% au premier semestre, alors que le groupe poursuit sa politique active de recrutement", a expliqué EDF.

      Cette meilleure rentabilité a aussi bénéficié de la progression de la production d'électricité nucléaire de 1,6 térawattheure, à 208,8 TWh, "grâce aux actions engagées pour maîtriser les durées d'arrêts programmés" des 19 centrales nucléaires du pays. Sur le premier semestre, "elles ont permis de réduire de moitié la durée moyenne de prolongation des arrêts par rapport à 2013", selon le groupe.

      EDF a confirmé que les 58 réacteurs qu'il exploite dans le pays devraient produire entre 410 et 415 TWh sur l'ensemble de l'année.

      Le géant de l'électricité a bénéficié aussi de la hausse de 5% des tarifs réglementés de vente en août 2013, mais l'augmentation identique prévue à la même période cette année a été annulée par la ministre de l'Energie Ségolène Royal, qui a invoqué une réforme en cours de leur mode de calcul afin d'en limiter l'inflation et préserver le pouvoir d'achat des consommateurs.

      Matignon avait toutefois tempéré cette annonce, qui avait provoqué une chute spectaculaire du cours d'EDF à la Bourse de Paris, en indiquant qu'une "hausse modérée, inférieure à 5%", interviendrait en septembre ou octobre.

      Selon une source proche du dossier, un effacement pur et simple de la hausse de 5% affecterait négativement le résultat net d'EDF à hauteur de 500 millions d'euros au second semestre.

      EDF vise également en 2014 un ratio dette nette sur Ebitda de 2 à 2,5. Ce taux était de 1,9 à la fin juin, avec un endettement net de 30,6 milliards d'euros.

      La consolidation dans les comptes d'EDF de Dalkia France à compter du 25 juillet, après la finalisation d'un accord de partage de la société énergétique avec Veolia Environnement, permettra de réduire la dette nette d'environ 200 millions d'euros.



    • Sony: bénéfice net multiplié par 8 au premier trimestre - 31/07/2014

      Le géant japonais de l'électronique Sony a annoncé jeudi avoir multiplié par plus de huit son bénéfice net du premier trimestre 2014-2015 et doublé son bénéfice opérationnel, grâce à sa console de jeu de salon PS4, à un tri dans ses activités et aux gains de change.

      Cependant, bien qu'ayant affiché un résultat net positif de 26,8 milliards de yens (194 millions d'euros) pour les trois premiers mois de l'année, le créateur du Walkman a maintenu sa prévision de perte annuelle de 50 milliards de yens, en raison de frais de retructuration.

      Sur le seul premier trimestre, les affaires se sont néanmoins nettement améliorées.

      Les ventes trimestrielles se sont élevées à 1.809,9 milliards de yens (13,1 milliards d'euros), soit un gain de 5,8% sur un an, grâce à l'excellent départ de la console de jeux de salon PlayStation 4 (PS4) mise sur le marché fin 2013. Le chiffre d'affaires de cette division a doublé sur un an à 257,5 milliards de yens et elle est ainsi redevenue rentable.

      Le groupe a aussi salué les performances de sa division cinématographique et a remercié la monnaie japonaise d'avoir baissé ce qui a amplifié la valeur en yens des revenus tirés de l'étranger. Si le cours des devises n'avait pas changé, le chiffre d'affaires global n'aurait gagné que 3% sur un an.

      Sony a par ailleurs fait état d'un bénéfice d'exploitation de 69,8 milliards de yens, contre la moitié un an plus tôt, grâce à une notable amélioration dans le domaine des jeux. Cependant, la division des produits mobiles et de communication a enregistré une perte d'exploitation, a reconnu le groupe connu pour ses smartphones Xperia.

      Sony a aussi déploré de moindres ventes d'appareils photo mais a réussi à conserver un bénéfice pour l'ensemble des produits de technologie de l'image, et même à le doubler, par des réductions de frais fixes.

      Mieux, Sony a enfin un mot positif pour les téléviseurs dont les ventes ont "fortement augmenté" en Europe et en Asie notamment, ce qui a permis une augmentation de 3,8% du chiffre d'affaires du matériel de salon malgré un recul des ventes d'appareils audio. Le bénéfice afférent a doublé sur un an.

      Durant le trimestre écoulé, Sony a pris en compte 15,3 milliards de yens de frais de restructuration, entre autres liés à l'abandon de l'activité des PC et à la poursuite de la réorganisation de celle des téléviseurs qui a passé une décennie dans le rouge.

      Outre son estimation de perte nette annuelle à cause de charges exceptionnelles, Sony a maintenu ses autres prévisions pour l'intégralité de l'exercice: il table toujours sur un chiffre d'affaires de 7.800 milliards de yens (+0,4% sur un an) et un gain d'exploitation de 140 milliards (+428%).

    • Taxe kilométrique: qu'en pensent ceux qui l'on testée? - 31/07/2014

      Au total, 63% des testeurs estiment qu'il ne s'agit pas d'une bonne idée, pour seuls 25% qui pensent le contraire. Par ailleurs, 85% ont estimé que les transports publics ne constituaient pas une alternative satisfaisante à la voiture.

      Certains résultats de l'expérience étaient déjà connus. Les participants ont ainsi parcouru en moyenne 5,5% de kilomètres en moins et jusqu'à 8% dans les zones urbaines où le tarif est plus élevé. Il est également ressorti que le trafic avait baissé de 3,6% durant les heures de pointe. Le projet a été mené par les trois Régions du pays, à Bruxelles et dans ses alentours. 

       







    • France: la consommation des ménages poursuit sa remontée en juin - 31/07/2014

      La consommation des ménages poursuit sa remontée en France, avec une augmentation de 0,9% en volume au mois de juin, après +0,7% en mai, selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee.

      Les dépenses progressent également de 1% sur l'ensemble du deuxième trimestre, grâce à la hausse des dépenses en énergie survenue en mai et à la progression en juin des achats de biens durables, a précisé l'Institut national de la statistique et des études économiques.

    • Carrefour: bénéfice net en hausse de 16,7% au premier semestre - 31/07/2014

      Le numéro un français de la grande distribution Carrefour a annoncé jeudi un bénéfice net en solide progression de 16,7% à 274 millions d'euros au premier semestre.

      Le chiffre d'affaires, déjà publié, ressort à 40,3 milliards d'euros, en baisse de 1,7% en publié, pénalisé par des effets de changes. Une fois retraité de ces derniers, il augmente de 4,9%, "soit la meilleure croissance organique depuis cinq ans", fait valoir le groupe. Le résultat opérationnel courant progresse lui de 7,9% à 833 millions d'euros.





    • Capgemini: bond de 36% du bénéfice net au 1er semestre - 31/07/2014

      Le groupe français de conseil et services informatiques Capgemini a annoncé jeudi un bond de 36% de son bénéfice net au premier semestre, à 240 millions d'euros, une performance qui "conforte ses objectifs" pour l'exercice 2014.

      Au cours des six premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires s'est pour sa part établi à 5,1 milliards d'euros, en progression de 1,4%.







    • Airbus ferme la porte à toute négociation sur la livraison d'A380 à Skymark - 31/07/2014

      La filiale japonaise de l'avionneur européen Airbus a indiqué jeudi à l'AFP que les négociations avec la petite compagnie nippone Skymark au sujet de la livraison de très gros porteurs A380 "étaient terminées".

      "Nous ne négocierons plus au sujet de la livraison, puisque nous avons annulé la commande" de six A380 passée en 2011 par Skymark, a expliqué à l'AFP un porte-parole d'Airbus Japan à Tokyo, ajoutant que l'étape suivante concernait l'exercice des droits et recours contractuels en vue d'un dédommagement.







    • Etats-Unis: hémorragie de banquiers et traders vedettes de grandes banques - 31/07/2014

      Accablées par les litiges remontant à la crise, les banques américaines font face également à un exode de banquiers et de traders vedettes, souvent appâtés par les salaires mirobolants du secteur peu régulé des fonds d'investissement.

      Donné favori à la succession de Jamie Dimon à la tête de JPMorgan Chase, première banque américaine en termes d'actifs, Michael Cavanagh, 48 ans, a renoncé à cet avenir doré en mars pour rejoindre Carlyle Group.

      "Il se sent bien", confie à l'AFP un ami banquier qui assure qu'il ne regrette pas sa décision.

      Comme lui, nombre de banquiers de renom et de traders ont quitté ces derniers mois les fleurons de Wall Street pour des sociétés d'investissements quand ils n'ont pas monté leur propre affaire.

      En juin, Bank of America a perdu Bill Egan, codirigeant de la banque de financement et d'investissement parti chez Oaktree. Le même mois, Citigroup a perdu Jeff Feig, responsable du courtage des devises étrangères, quelques mois seulement après une autre figure, Anil Prasad.

      Anthony Noto, qui avait piloté l'entrée en Bourse de Twitter chez Goldman Sachs, a rejoint le réseau social début juillet.

      Autre départ emblématique: Blythe Masters, l'une des femmes les plus puissantes de Wall Street, a quitté JPMorgan en avril. Elle a contribué au développement des Credit Default Swaps (CDS), produits financiers complexes servant d'assurance contre le risque de crédit, accusés d'avoir joué un grand rôle dans la crise de 2008.

      - spéculation limitée -



      "Depuis quatre à cinq ans et la mise en place de la loi Dodd-Frank, un grand nombre de traders et de banquiers ont afflué vers les fonds", raconte Evan Rapoport, fondateur de HedgeCo Networks, une plateforme de données spécialisée.

      Baptisée "Volcker rule", la règle phare de cette réforme financière adoptée après la crise limite le courtage en compte propre ("Proprietary trading"), activité lucrative pouvant générer jusqu'à 10% des revenus des grosses banques d'affaires.

      Le "proprietary trader" est la star de la salle de marché. Il a souvent carte blanche pour spéculer avec les capitaux de la banque et encaisse un pourcentage sur les gains engrangés.

      Le but de la règle de Volcker, qui entrera en vigueur en juillet 2015, est d'éviter la spéculation avec les dépôts de particuliers qui sont garantis par l'Etat fédéral.

      Pour s'y conformer, JPMorgan, Morgan Stanley et Goldman Sachs ont vendu ces derniers mois des activités pourtant très rentables de courtage de matières premières.

      "Certains traders n'ont d'autre choix que de partir", résume Richard Bove, analyste chez Rafferty Capital Markets.

      - 119 millions de dollars de bonus -



      Pour Michael Wong chez MorningStar, "il n'y a pas de doute que la baisse de la rémunération des banquiers joue un rôle" dans leur exode.

      James Levin, 31 ans, courtier à la société d'investissements Och-Ziff Capital Management, a gagné l'an dernier 119 millions de dollars, soit plus que les patrons des six plus grandes banques américaines réunies (108,7 millions de dollars), selon des documents boursiers.

      M. Levin s'était distingué en 2012 en gagnant plus de 7,5 milliards de dollars sur des produits de dette structurée.

      Michael Cavanagh sera payé 39 millions de dollars chez Carlyle, plus du double de ce qu'il gagnait chez JPMorgan, selon un document boursier.

      L'argent n'est pas le seul facteur à l'origine de cette hémorragie. L'image du banquier sans foi ni loi, renforcée par les scandales à répétition, est une autre explication.

      Les banques américaines ont payé depuis 2011 plus de 90 milliards de dollars en pénalités financières pour leurs errements liés à la crise.

      Elles font l'objet d'enquêtes dans le monde entier sur les manipulations supposées du marché des changes et du taux interbancaire Libor, qui affecte des prêts aux ménages.

      Une étude mondiale du cabinet Deloitte, publiée en octobre et menée auprès d'étudiants en commerce de grandes écoles et universités, montre que le secteur bancaire a perdu en attractivité.

      "La banque est devenue moins populaire (...) comparé à la période précédant la faillite de Lehman Brothers", conclut Deloitte.













    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Voici le nouveau club de Ronaldinho - 31/07/2014

      Ronaldinho et l'Atletico Mineiro, avec lequel il était lié jusqu'en décembre, se sont séparés à l'amiable à l'issue d'une réunion entre (le frère et agent du joueur) Roberto de Assis et le président du club, Alexandre Kalil, a indiqué à l'AFP le service de presse du club de Belo Horizonte. L'ancien joueur du Paris Saint-Germain et de l'AC Milan donnera prochainement une conférence de presse avec Alexandre Kalil où il en dira davantage sur son avenir, a précisé Roberto de Assis, qui a écarté une fin de carrière de son frère. D'après UOL, le Ballon d'Or 2005 va s'engager en faveur des New York Red Bulls où évolue son ancien coéquipier de Barcelone, Thierry Henry.







    • Arturo Vidal proche de signer à Manchester United: visite médicale passée! - 31/07/2014
      La troisième recrue des Red Devils serait d'une grande envergure puisque, selon certains médias anglais, ManU aurait trouvé un accord avec la Juventus concernant la venue d'Arturo Vidal. Le milieu de terrain, surnommé El Guerrero, passerait, d'après Metro, sa visite médicale.

      L'indemnité de transfert devrait avoisiner les 60 millions d'euros. L'international chilien de 27 ans signerait un contrat portant sur quatre saisons et pourrait aussi toucher un salaire d'environ 250.000 euros par semaine, soit 12 Meuros par an.

      L'arrivée de Vidal à Manchester signifierait que Fellaini peut partir sous d'autres cieux. Le club italien de Naples est fortement intéressé .






    • Naples confirme son intérêt pour Fellaini: "J'aime bien ses cheveux" - 31/07/2014
      Pour le moment, l'ancien joueur du Standard attend le retour des Red Devils, actuellement en tournée aux Etats-Unis, pour rencontrer Van Gaal et avoir une discussion avec lui. Une rencontre au cours de laquelle Marouane évoquera son avenir et étudiera les possibilités/solutions qui s'offrent à lui. Il semble acquis que Louis Van Gaal ne compte pas sur le Diable Rouge de 26 ans. Il convient que les Mancuniens privilégieraient une vente plutôt qu'une location. Son transfert ferait, en outre, de la place pour Arturo Vidal, convoité depuis le début de l'été par United. "Fellaini est l'un des joueurs auxquels nous pensons pour renforcer notre milieu de terrain, mais il n'est pas le seul", a confié Aurelio De Laurentiis, le président napolitain, au micro de Radio Kiss Kiss Napoli. "Ses cheveux pourraient aussi totalement convenir au style napolitain. J'aime bien!".

      Normalement ManU doit rentrer en Angleterre vers le 4 ou 5 août. Naples, et peut-être l'AS Rome, savent désormais ce qu'ils doivent faire. Patience.









    • FIFA 15: les nouveaux visages avec Hazard, Vertonghen et Kompany plus vrais que nature (vidéo) - 31/07/2014
      L'éditeur américain de jeux vidéo Electronics Arts a dévoilé quelques images de "FIFA 15", la nouvelle version de sa simulation de football, où l'aficionado peut vivre "les hauts et les bas" des joueurs qui évoluent sur son écran. "FIFA 15" entend montrer au joueur les émotions qui s'emparent des footballeurs lorsqu'ils ratent une passe, sont taclés ou quand ils marquent un but. "Nous voulons que les aficionados ressentent les hauts et les bas de la trame émotionnelle du football, qu'ils vivent toutes les émotions possibles et imaginables d'un match", a commenté David Rutter, le producteur exécutif d'Electronic Arts (EA) pour les sports. "Nous sommes désormais capables de vous immerger dans le jeu et laisser le match se dérouler à l'aide de nouveaux commentaires, une foule aux réactions différentes, et des réactions naturelles des joueurs", a-t-il ajouté. Pour cette nouvelle version, EA dit avoir puisé dans les ressorts de l'Xbox One et de la PS4 pour rendre le graphisme plus réaliste. FIFA 15 va une nouvelle fois vous épater. La sortie est prévue pour le 26 septembre.

      Voici les nouveaux visuels et visages édifiants:






    • Gerrard a déconseillé à Luis Suarez d'aller à Arsenal: "Tu es trop bon pour eux" - 31/07/2014
      "L'an dernier à l'été, je lui ai dit: "Ne pars pas à Arsenal". Avec tout le respect que je leur dois, je lui ai dit qu'il était trop bon pour Arsenal", a dit Gerrard, cité par plusieurs journaux. L'international uruguayen de 27 ans, exclu du Mondial brésilien pour avoir mordu un adversaire, était resté une saison de plus et avait marqué 31 buts en championnat pour Liverpool, avant de partir pour le FC Barcelone, dans un transfert estimé à 75 millions d'euros mi-juillet. Gerrard avait déclaré auparavant que Suarez, suspendu quatre mois pour avoir mordu le défenseur Giorgio Chiellini lors du match Uruguay-Italie, était le joueur le plus talentueux avec lequel il ait jamais joué. "Le rêve de Luis, dès son premier jour ici avec nous, était de jouer pour le Real Madrid ou Barcelone", a rappelé Gerrard, qui vient d'annoncer sa retraite internationale à 34 ans. "Je lui avais dit, si tu marques trente buts pour nous, si tu es élu joueur de l'année par l'association des joueurs pro et par celle des journalistes de football, ils reviendront te demander", a-t-il ajouté. Suarez a terminé la saison passée meilleur buteur du championnat avec 31 buts, et a été élu joueur de l'année par ses pairs et par les journalistes. "Je pensais que dans son intérêt, et pour gagner le respect de nos supporteurs, il devait nous donner au moins une année de plus", a souligné Gerrard. "On ne peut pas lui reprocher son rêve de départ au Barça. Mais j'aurais été déçu s'il était parti à Arsenal", a-t-il conclu.






    • Une pépite anglaise, viré par Manchester United en 2012, agresse deux femmes dans un bar - 31/07/2014
      Le jeune milieu de terrain de West Ham Ravel Morrison, 21 ans, a été arrêté mercredi pour avoir agressé deux femmes et devait être présenté à un juge dans la journée ce jeudi, a annoncé la police britannique. Morrisson, international U21, a agressé une jeune femme de 19 ans devant un bar de Manchester samedi soir, et a récidivé sur elle et une autre femme de 39 ans un peu plus tard, selon la police. Il s'agirait de son ex-copine et de sa mère.


      Pas le premier de ses déboires extra-sportifs

      Morrison, jeune espoir du football anglais formé à Manchester United, avait fait l'objet de plusieurs mesures disciplinaires de la part du manager Alex Ferguson avant d'être vendu à West Ham en janvier 2012 pour 650.000 livres (820.000 euros). Ravel Morrison, un très talentueux joueur, est pourtant plus habitué à faire la Une des tabloïds anglais pour ses déboires extra-sportifs que pour ses exploits sur les terrains de football. Il s'est ainsi notamment bagarré aves ses propres coéquipiers, et a aussi été surpris en train de fumer sur le banc en plein match.

      Après des débuts brillants avec son nouveau club, il avait été prêté en D2 à Birmingham City puis aux Queens Park Rangers, promus à l'issue de la saison 2013-2014.






    • Zakaria Bakkali est sur le point de signer à l'Atletico Madrid - 31/07/2014
      On en parle depuis le début du mercato (et même avant): rien ne va plus entre Zakaria Bakkali et le PSV Eindhoven. Après avoir été versé dans le noyau B en juin dernier, le jeune Diable Rouge de 18 ans ne souhaite pas prolonger son contrat au sein du club néerlandais. D'après plusieurs médias espagnols, c'est l'Atletico Madrid qui tient la corde dans ce dossier. Le PSV étant disposé à se débarrasser de l'ailier au plus vite, l'indemnité de transfert pourrait être comprise entre 2 et 3 millions d'euros. Selon SudPresse, Bakkali est actuellement à Madrid, où il négocie avec les Colchoneros, champions d'Espagne en titre.

      L'an dernier, Bakkali a fait un début de saison tonitruant au sein de l'équipe première du PSV. En août 2013, Bakkali a réalisé un hattrick contre le NEC Nimègue alors qu'il n'avait que 17 ans à l'époque. Au cours de la saison, Bakkali a ensuite perdu de sa superbe après différentes blessures et son temps de jeu fût fortement revu à la baisse.






    • Tottenham: Nacer Chadli poussé vers la sortie - 31/07/2014
      Tottenham, qui est désormais entraîné par Mauricio Pochettino, est en train de dégraisser quelque peu son effectif de joueurs professionnels. Ainsi, les Spurs ont déjà laissé filer Gylfi Sigurdsson à Swansea. D'après les médais anglais, le prochain sur la liste des départs ne serait autre que Nacer Chadli. Le Diable Rouge de 24 ans serait poussé vers la sortie afin de faire de la place aux nouvelles têtes. Si Michael Vorm et Ben Davies sont arrivés en provenance de Swansea, Chadli servirait de monnaie d'échange dans le transfert de deux joueurs de Southampton, Morgan Schneiderlin et Jay Rodriguez, que le nouvel entraîneur argentin souhaite vraiment attirer dans ses filets.

      L'avenir de Nacer Chadli à Tottenham s'écrit désormais en pointillés...






    • Steven Defour se rapproche du PSV: "Je suis optimiste" - 31/07/2014
      Steven Defour, qui n'entre plus dans les plans du FC Porto, semble proche de s'engager avec le PSV Eindhoven. Il aurait trouvé un accord personnel avec le club d'Eredivisie. Seulement voilà, cela coince au niveau du montant du transfert. La direction néerlandaise est prête à mettre cinq millions d'euros sur la table pour s'attacher les services de l'ancien capitaine du Standard tandis que le club portugais en réclame pas moins de huit!

      Cependant, il y a de quoi se montrer optimiste quant à la réalisation de ce transfert. "Oui parce que le FC Porto va bientôt engager un nouveau joueur", a indiqué Paul Stefani, le manager du joueur de 26 ans, à Het Laatste Nieuws. Le club portugais s'est déjà attaché les services de Casemiro, prêté par le Real Madrid, pour la saison prochaine. "Du coup, cela permettra de délivrer une place et un budget pour permettre à Steven de partir. Je suis optimiste quant à son transfert. Nous attendons un appel de Porto aujourd'hui ou demain...".






    • Mourinho lâche une dernière vérité sur Lukaku - 31/07/2014
      Heureux d'avoir signé 5 ans à Everton, Romelu Lukaku ne regrette pas de ne pas avoir reçu sa chance à Chelsea. "Je ne nourris aucune amertume à l'égard de Chelsea. Ce club m'a donné la chance de venir en Angleterre et je l'en remercie. Je trouvais qu'il était temps de vivre une nouvelle aventure".

      Jose Mourinho, le coach des Blues, n'a, pour ainsi dire, jamais compté sur l'international belge de 21 ans. Le technicien portugais se justifie. "Si tu joues dans un club du top niveau, tu dois être conscient que tu auras autour de toi deux à trois attaquants de classe mondiale. Quelqu'un qui s'attend à être le numéro un, on ne peut pas l'aider", a-t-il expliqué dans des propos relayés par Het Nieuwsblad. "Romelu Lukaku est un bon gars mais il construit, à sa façon, sa carrière. Sachez que Lukaku n'était pas motivé à l'idée de revenir chez nous. Lorsque Everton est venu frapper à la porte avec une offre importante, nous avons dû en tenir compte. Chelsea est un club qui regarde de près à son argent en tenant compte des règles du fair-play financier. Si vous pouvez effectuer une bonne opération financière, vous devez la considérer sérieusement. Je souhaite cependant beaucoup de succès à Romelu".






    • Batshuayi marque comme il respire à Marseille: 4 buts en 4 matchs (vidéo) - 31/07/2014
      L'Olympique de Marseille (Ligue 1) a arraché en fin de match le match nul contre Bari (1-1), mercredi soir en match amical au stade San Nicola de Bari (sud). Dans un stade San Nicola de sinistre mémoire, où l'OM a perdu en finale de la Coupe des clubs champions en 1991 face à l'Etoile Rouge de Belgrade, la formation entraînée par Marcelo Bielsa a semblé perdu. La première mi-temps, accrochée, voyait même les Italiens dominer les débats. Et c'est logiquement Bari qui ouvrait le score, grâce à un penalty réussi à la 61e minute par son capitaine Francesco Caputo (1-0), à la suite d'une faute de Jérémy Morel. Marseille accélérait alors et se voyait récompensé à la 81e minute par un tir de son attaquant belge Michy Batshuayi.

      L'OM a prévu un autre match amical de pré-saison en Italie, samedi au Chievo Vérone. Face au au 16e de Serie A la saison dernière, les Olympiens devront montrer un autre visage s'ils ne veulent pas se faire surprendre dès la première journée de championnat, à Bastia le 9 août.






    • Imoh Ezekiel transféré au Qatar: son message aux supporters (vidéo) - 31/07/2014
      "Le Standard de Liège, Al-Arabi SC et Imoh Ezekiel ont trouvé un accord. Imoh est transféré au club quatari. Nous remercions Imoh pour tout ce qu'il a apporté au Standard de Liège et nous lui souhaitons le meilleur dans la suite de sa carrière professionnelle".

      Dans une vidéo postée sur le site des Rouches, Ezekiel a tenu à laisser un message au Standard et à ses supporters. "C'est vraiment difficile de dire quelque chose comme ça mais je dois vous dire que je quitte le Standars. C'est une grosse deéception mais c'est une opportunité qui est positive pour moi et pour l'équipe. Nous ne voulions pas laisser cette opportunité s'échapper. Je suis vraiment triste mais je dois partir. Je ne pensais pas quitter le Standard de cette façon car je pensais jouer un an ou deux de plus ici avant de partir. Ce transfert est sorti de nulle part, il est bon pour moi et pour ma famille. Je ne pouvais pas dire non car je dois assurer le futur. C'est au Standard que j'ai reçu la chance de jouer au football, je voudrais l'en remercier. Chaque moment passé ici restera dans ma tête. Je ne pourrai jamais oublier le Standard". La vidéo .






    • Fellaini: Naples et l'AS Rome savent ce qu'ils doivent faire - 31/07/2014
      Le club de Naples, où évolue Dries Mertens, serait prêt à sortir Marouane Fellaini de son cauchemar à Manchester United où il ne semble plus en odeur de sainteté depuis l'arrivée de Louis Van Gaal. L'AS Rome aurait aussi contacté la direction mancunienne pour "Big Mo".

      Pour le moment, l'ancien joueur du Standard attend le retour des Red Devils, actuellement en tournée aux Etats-Unis, pour rencontrer Van Gaal et avoir une discussion avec lui. Une rencontre au cours de laquelle Marouane évoquera son avenir et étudiera les possibilités/solutions qui s'offrent à lui. Il semble acquis que Louis Van Gaal ne compte pas sur le Diable Rouge de 26 ans. Il convient que les Mancuniens privilégieraient une vente plutôt qu'une location. Son transfert ferait, en outre, de la place pour Arturo Vidal, convoité depuis le début de l'été par United.

      Normalement ManU doit rentrer en Angleterre vers le 4 ou 5 août. Naples, et peut-être l'AS Rome, savent désormais ce qu'ils doivent faire. Patience.









    • Mignolet arrête 3 tirs au but et offre la victoire à Liverpool (vidéo) - 31/07/2014
      City s'est détaché à la marque grâce au Monténégrin Stevan Jovetic qui exploita une maladresse de Steven Gerrard à la 53e minute, mais Jordan Henderson a égalisé pour les Reds 5 minutes plus tard. Jovetic a encore trouvé le chemin des filets à la 67-ème, Raheem Sterling lui répondant à la 85e, avant d'inscrire encore un goal (annulé pour hors-jeu) dans les arrêts de jeu. Jovetic avait déjà signé un doublé contre l'AC Milan (5-1) dimanche à Pittsburgh. Simon Mignolet a remplacé Brad Jones à la 90e minute en vue de la séance des tirs au but où il repousssa les envois de Yaya Touré et Navas, alors qu'Aleksandar Kolarov botta dans les nuages. Liverpool s'imposa ainsi 3-1 grâce à Emre Can, Henderson et Lucas. Daniel Sturridge tira lui au-dessus. La vidéo des buts .






    • Lukaku justifie son choix: "Everton est le bon club" - 31/07/2014
      Romelu Lukaku s'est logiquement dit ravi d'avoir signé un bail de cinq ans avec Everton. "Everton était mon premier choix et ce n'était certainement pas une décision difficile à prendre", a expliqué "Big Rom" lors de la présentation officielle mercredi soir. "Je suis très heureux de pouvoir continuer à jouer pour un club magnifique. La saison dernière a été superbe et j'ai la sensation que je peux encore grandir. J'ai 21 ans et l'important est de jouer. A Everton, je ressens la confiance du staff et des fans et j'ai le sentiment d'y être chez moi".

      Heureux de l'issue, Lukaku ne regrette pas de ne pas avoir reçu sa chance à Chelsea. "Je ne nourris aucune amertume à l'égard de Chelsea. Ce club m'a donné la chance de venir en Angleterre et je l'en remercie. Je trouvais qu'il était temps de vivre une nouvelle aventure".






    • Le Standard ne parvient pas à se défaire du Panathinaïkos - 31/07/2014
      En match aller du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions, le Standard n'est pas parvenu à prendre la mesure du Panathinaïkos (0-0). Contrairement à la saison dernière, Guy Luzon a reconduit en coupe d'Europe l'équipe qu'il a aligné le week-end en championnat. Il a toutefois préféré Laurent Ciman au centre de la ligne médiane au jeune Lumanza. Le coach du Panathinaïkos, Ioannis Anastasiou a imaginé un dispositif très défensif (4-1-4-1) avec Mendes devant la défense et Marcus Berg seul devant. Dès le coup d'envoi, le Standard a fait preuve d'audace mais les actions d'Imoh Ezekiel et de Jelle Van Damme n'étaient pas assez précises pour inquiéter le gardien grec. Sous l'impulsion de Geoffrey Mujangi Bia et de Ciman, les Rouches ont mis le siège dans le rectangle adverse. Une domination stérile: quand ils ne se trouvaient pas sur la trajectoire, les défenseurs grecs n'hésitaient pas à commettre des fautes. Sèchement bloqué par Lagos et Mendes, Carcela a été leur victime préférée. La première période n'a pas réservé beaucoup de sensations: le Standard n'a cadré qu'un seul de ses 7 tirs. Le Panathinaikos n'était guère plus efficace: 0 sur cinq. En seconde période, le Standard a tenté de repartir de l'arrière et profiter au maximum de la vitesse d'Ezekiel. Cette tactique n'a pas fonctionné surtout parce que De Camargo n'était pas autoritaire dans les duels aériens. Les Grecs ont ainsi hérité des deux plus belles occasions de but avec notamment un envoi de Gordon Schildenfed sur la transversale (64e). La fin de la rencontre n'a pas été plus intense même si Ezequiel aurait pu donner la victoire aux Rouches dans les arrêts de jeu.

      Le retour est prévu le mercredi 5 août (20h00) au stade Apostolos Nikolaidis.






    • Officiel: Lukaku à Everton pour 5 ans et 35 millions d'euros - 31/07/2014
      Everton a annoncé lors d'une conférence de presse mercredi peu après 21h30 le transfert de Romelu Lukaku. Comme il s'agit d'un record pour le club anglais, celui-ci a révélé le montant de la transaction, soit 28 millions de livres (35,35 millions d'euros). La saison dernière, le Diable rouge a marqué 15 buts et a permis à Everton de terminer 5ème et de se qualifier pour la coupe d'Europe pour la première fois depuis 5 ans. Selon plusieurs médias, le salaire de Lukaku à Everton serait de 75.000 livres par semaine, soit un peu plus de 94.000 euros hebdomadaires...


      Jamais évolué pour Chelsea en Premier League

      Lukaku avait tweeté dans la journée: "Voici venu le temps d'écrire un nouveau chapitre". L'attaquant a quitté Anderlecht en août 2011 pour Chelsea, qui a déboursé 22,3 millions d'euros. Toutes compétitions confondues, Lukaku n'a participé qu'à 15 rencontres avec les Blues et n'a marqué aucun goal en championnat. En 2012-2013, il est parti en prêt à West Bromwich Albion. Avec les Baggies, il a retrouvé la joie de jouer et de marquer (35 matches, 17 goals). Ces statistiques n'ont pas ému José Mourinho, qui n'a pas voulu le garder. Le Diable rouge est alors parti en prêt à Everton où il a eu Kevin Mirallas comme partenaire. Sa saison 2013-2014 avec les Toffees a été pleine: 31 matches, 15 goals et la sélection pour le Mondial. Une fois encore Mourinho n'a pas voulu de Lukaku. Cet été, il a engagé deux attaquants (Diego Costa de l'Atletico Madrid contre 40,5 millions d'euros et Didier Drogba, en transfert gratuit). Le Portugais en a déjà cédé deux (Samuel Eto'o et Demba Ba), Lukaku étant le troisième.

      Si vous nous suivez, vous le saviez depuis le que l'ancien buteur du Sporting d'Anderlecht allait s'engager avec Everton et nulle part ailleurs. , nous vous annoncions d'ailleurs que Chelsea avait accepté l'offre des Toffees.


       
       






    • Luzon a bien aimé Ciman au milieu et a salué Ezekiel avant son départ - 31/07/2014

      Guy Luzon avait préparé une petite surprise aux membres du Panathinaikos, qu'il affrontait mercredi en tour préliminaire de la Ligue des Champions (0-0). D'entrée de jeu, il lançait Laurent Ciman dans le grand bain en lui confiant le poste de médian défensif aux cotés du jeune François Marquet. Expérience concluante? "Bien sûr", répondit Luzon. "Laurent possède suffisamment de qualités que pour se débrouiller dans différents secteurs du jeu, dont l'entrejeu. Ce n'est pas qu'un one shot. Je pourrais reproduire cette tactique."

       

      Moins d'entrain en 2ème mi-temps: "Normal"

      A l'image de Ciman, le Standard a offert une bonne première période. Après le repos, il s'est effondré, laissant l'initiative des débats et occasions au Panathinaikos. "Je m'y attendais", assure Guy Luzon. "Notre noyau est restreint. Depuis la reprise des entraînements, plusieurs joueurs ont été blessés. Je déplore actuellement diverses absences. Il était logique d'accuser le coup physiquement."

       

       

      Et pourtant... "Imoh Ezekiel (ndlr: qui clairement, a fait ses adieux au public de Sclessin. Il devrait signer au Qatar dès ce jeudi matin) a eu l'occasion de nous donner la victoire tout à la fin. Ouvrir la marque aurait été un adieu fantastique d'Imoh qui va disputait son dernier match. Je ne vais pas lui en vouloir. C'est un merveilleux garçon et un grand joueur", saluait Guy Luzon, qui avait choisi de ne pas aligner Toni Watt sa nouvelle recrue. L'Ecossais (ex-Celtic) devrait effectuer ses grands débuts sous la vareuse Rouche-"Ajaccide" samedi à Courtrai. Avant bien entendu de défier le Pana chez lui mardi pour le match retour. Imoh Ezekiel, lui, a également confirmé hier qu'il "part pour le Qatar". 

       







    • Officiel: Romelu Lukaku à Everton pour 5 ans - 30/07/2014
      Barré par les arrivées de Diego Costa et de Didier Drogba, Romelu Lukaku va définitivement s'engager en faveur des Toffees sur une durée de cinq ans. Les clubs de Chelsea et d'Everton ont trouvé un accord pour le transfert définitif du Diable Rouge de 21 ans. L'indemnité de transfert devrait avoisiner les 35 millions d'euros. Prêté l'an dernier à Everton où il cartonné en inscrivant pas moins de 15 buts, Romelu Lukaku s'est rapidement imposé à Goodison Park où il est devenu l'un des chouchous du public.

      Si vous nous suivez, vous le saviez depuis le que l'ancien buteur du Sporting d'Anderlecht allait s'engager avec Everton et nulle part ailleurs. , nous vous annoncions d'ailleurs que Chelsea avait acdepté l'offre de 30 Meuros.






    • Ligue des champions: Witsel exclu pour un coup de coude (vidéo) - 30/07/2014
      Le Zenit Saint-Pétersbourg s'est incliné, mercredi, contre l'AEL Limassol (1-0) lors du 3e tour préliminaire de Ligue des champions. A noter que, durant ce match, Axel Witsel a été exclu pour un coup porté à un adversaire à la 67e minute, soit trois minutes après le but des Grecs. Mais, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous, l'arbitre s'est montré très sévère à l'égard du Diable Rouge de 25 ans. Blessé et indisponible, son compatriote et coéquipier, Nicolas Lombaerts, n'a pas disputé cette rencontre.






    • Standard - Panathinaikos: suivez le match en DIRECT - 30/07/2014
      "Il n'en reste pas moins que notre prochain adversaire demeure un rival prestigieux", prévient Guy Luzon, l'entraîneur du Standard. "En Grèce, il a deux grands clubs: le Panathinaikos et l'Olimpiacos. Le "Pana" possède du métier, de l'expérience. Puis qu'on se le dise, en Ligue des Champions, il n'existe pas de match facile". Là où par contre le coach israélien se montre davantage précis, c'est lorsqu'il situe l'importance des débats: "La Ligue des Champions a la priorité sur le championnat. Ce qui n'est pas le cas à mes yeux de l'Europa League".

      Voici le 11 du Standard: Kawashima, Stam, Arslanagic, Texeira, Van Damme, Mujangi Bia, Marquet, Ciman, Carcela, Ezekiel, De Camargo - coach: Guy Luzon

      11 du Panathinaikos: Kotsolis, Koutroumpis, Triantafyllopoulos, Schildenfeld, Mendes, Lagos, Zeca, Ajagun, Nano, Berg, Petric.






    • Eden Hazard revient sur sa Coupe du monde: "J'ai été critiqué mais c'était justifié" - 30/07/2014
      "Sur le plan collectif, on aurait pu mieux faire", a-t-il confié au quotidiens du groupe SudPresse. "Mais perdre contre le finaliste et figurer parmi les huit dernières nations de la Coupe du Monde, ce n'est déjà pas si mal. D'un point de vue personnel, je reconnais que les critiques émises à mon égard étaient justifiées. J'ai essayé de donner le maximum, mais ça n'a pas fonctionné comme je l'espérais. J'espère briller à l'Euro 2016 en France; et puis j'aurai aussi encore l'occasion de disputer deux voire trois Coupes du monde".

      Le n°10 de Chelsea a aussi évoqué son avenir en club. "Je reste à Chelsea où je veux gagner des trophées".






    • Eden Hazard revient sur sa Coupe du monde: "J'ai été critiqué mais c'était justifié" - 30/07/2014
      "Sur le plan collectif, on aurait pu mieux faire", a-t-il confié au quotidiens du groupe SudPresse. "Mais perdre contre le finaliste et figurer parmi les huit dernières nations de la Coupe du Monde, ce n'est déjà pas si mal. D'un point de vue personnel, je reconnais que les critiques émises à mon égard étaient justifiées. J'ai essayé de donner le maximum, mais ça n'a pas fonctionné comme je l'espérais. J'espère briller à l'Euro 2016 en France; et puis j'aurai aussi encore l'occasion de disputer deux voire trois Coupes du monde".

      Le n°10 de Chelsea a aussi évoqué son avenir en club. "Je reste à Chelsea où je veux gagner des trophées".






    • Mondial 2022: les ouvriers touchent 0,57euros de l'heure au Qatar! - 30/07/2014
      Les ouvriers travaillant à la construction du stade d'Al-Wakrah, l'une des enceintes choisies pour accueillir des matches du Mondial-2022 au Qatar, sont payés 57 centimes d'euros de l'heure et travaillent jusqu'à 30 jours par mois, a révélé le quotidien The Guardian, mercredi. Selon le journal britannique, une centaine de travailleurs sont concernés. The Guardian affirme, citant des ouvriers, que les passeports des employés leur ont aussi été retirés par leur manager, en contradiction avec la charte émise par les organisateurs du Mondial-2022. En février, le Qatar avait en effet annoncé une série de mesures pour protéger les ouvriers sur les chantiers des stades. "Il y a des difficultés pour calculer les heures supplémentaires et nous travaillons avec l'entreprise pour rectifier toute infraction", a déclaré au quotidien un porte-parole du comité d'organisation.


      "Le Qatar est un Etat esclavagiste"

      Depuis l'attribution en 2010 de l'organisation du Mondial-2022, le Qatar fait l'objet de vives critiques de la part des organisations des droits de l'Homme et syndicales qui dénoncent le sort réservé aux travailleurs étrangers. "Le Qatar est un Etat esclavagiste" avait affirmé la Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, Sharan Burrow, en marge du Congrès de l'Organisation Internationale du Travail (OIT), en juin à Genève.






    • Le gros crash de Ken Block vécu de l'intérieur et en direct (vidéo) - 30/07/2014
      La marque de caméra Go Pro a publié une vidéo de l'impressionnant crash du pilote américain Ken Block lors de la Global Rallycross de Redbull au mois de mai. Ken Block avait percuté une voiture concurrente avant que sa Fiesta ne parte en tonneau contre le bord du circuit et prenne feu. Vu de l'intérieur, l'accident donne le tournis. Ken Block était ressorti indemne de l'accident, mais avait fini 10e du championnat, remporté par Scott Speed.










    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • On a visité la plus grosse usine du monde: voici l'avenir des écrans TV, smartphones, etc... (photos) - 09/07/2014

      Les géants de l'électronique que sont Samsung et LG sont "comme des religions" en Corée du Sud.

      Un pays occidentalisé à l'extrême, et dont la fierté des habitants réside en partie dans le succès économique. Ces deux entreprises privées, totalement indépendantes du gouvernement (selon le responsable mondial de la 'corporate' communication de LG, Ken Hong), contribuent à une grande partie du produit intérieur brut (la production de richesse) du pays.

      "LG représente 10% du PIB de la Corée du Sud à lui tout seul", a-t-on ainsi appris.

       

      Une usine de la taille d'un village

      Pas étonnant, dès lors, que l'usine de LG Display, située près de la frontière nord-coréenne, soit de la taille d'un village. A Paju, il y a même des dortoirs ("uniquement pour les célibataires", nous a précisé Epic Kim, responsable de la communication), des terrains de sport, des restaurants, etc.

      "Cela coute une vingtaine de dollars par mois pour une chambre, et les employés sont nourris et blanchis".

       

      Des ouvriers visiblement "bien payés"

      Des ouvriers qui, selon notre guide (indépendant de LG), "sont bien payés". De ce qu'on a pu constater lors des pauses de midi, les nombreux ouvriers, jeunes et comptant autant d'hommes que de femmes, n'ont rien à voir avec l'image que l'on se fait des usines chinoises.

      La Corée du Sud est d'ailleurs un pays très développé et cher: les appareils électroniques LG, par exemple, y sont plus couteux qu'en Europe (comme le dernier smartphone, le G3).

      Les 7.000 travailleurs de Paju ne manquent pas de travail. Elles permettent à LG Display de fournir des écrans à ses nombreux clients. Y compris un certain Apple, qui équipe ses iPhone et iPad d'écran en provenance de cette usine. Vous imaginez le marché: même si les marges sont minces (Apple est un fin négociateur), le volume est tel que l'argent ne manque pas.

      Précisons que ce qui sort des usines LG de Corée du Sud sont des écrans "bruts", vendus à des assembleurs. LG Electronics est d'ailleurs un des clients (très privilégié) de LG Display. Il fabrique des téléviseurs, des smartphones et des tablettes dans d'autres usines, par exemple en Pologne ou au Mexique.

       

      Une partie est robotisée

      La fabrication de la base des écrans, un demi-millimètre de "verre" très spécial, est assurée par de gigantesques robots, sous atmosphère protectrice, et sous lumière jaune. Interdiction de prendre des photos mais l'ensemble a des allures de films de science-fiction.

      Les rares humains qui circulent dans cette zone doivent être lourdement équipés pour ne pas contaminer l'air, "un facteur essentiel pour ne pas détruire les écrans", nous a expliqué Epic Kim. 

      Sur le site se répartissent divers bâtiments, dont les P7, P8 et P9, qui s'occupent chacun de tailles d'écran différentes, pour des appareils bien précis (TV, tablette, téléphone, moniteur, écran souple, etc).

      Inutile de préciser que chaque bâtiment a la taille de plusieurs terrains de football.

       

      Une imposante partie consacrée à la recherche et au développement

      Le département R&D (Recherche et Développement) de LG Display emploie environ 1.700 personnes à Paju. Principalement des ingénieurs qui tentent d'améliorer l'image des écrans, de les incurver, d'inventer les technologies d'avenir, comme l'OLED, dont l'avantage est d'être très fin et de pouvoir être plié.

      Dans le nouveau show-room du site, LG y dévoile ses plus impressionnantes productions, dont une télévision incurvée de 105 pouces (trois modèles seulement existent, leur valeur est estimée à 100.000euros), des écrans tordus dans tous les sens, de grands écrans tactiles transparents (pour des fenêtres ou des portes de frigo), des couloirs d'écran 3D, etc.

      La plupart ne sont que des prototypes, une vitrine de ce que LG est capable de faire, mais qui n'arriveront jamais dans nos rayons, principalement à cause d'un coût de production trop élevé et d'une demande trop faible.

       

      L'avenir, c'est quoi ?

      Les écrans du futur sont déjà dans nos magasins, mais ils sont très chers. Il s'agit des fameux OLED incurvés, un (parmi d'autres) marché où LG et Samsung se font la guerre. Que l'on trouve cela gadget ou génial, ils sont avant tout une démonstration du savoir-faire des fabricants en la matière. On les trouve pour environ 4.000euros au Media Markt.

      "La technologie OLED permet beaucoup de choses, y compris de 'plier' les écrans. Pour l'instant, c'est ce qu'on propose, mais ce qui arrive, ce sont les écrans souples ou pliables. On pense à une commercialisation en 2015", selon M. Kim.

      Tout cela sera impayable au début, puis fera partie intégrante des nouveautés technologiques, comme les smartphones. "Mais il faut que les fabricants parviennent à plier tous les autres composants...", nous rappelle-t-il.

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )







    • Des tarifs téléphoniques européens et belges parfois SURREALISTES: "Mieux vaut se rendre à Cologne pour appeler son voisin!" - 04/07/2014

      Vous l'avez certainement lu ou entendu: les prix du "roaming" ont baissé. Il s'agit des tarifs liés à l'utilisation de votre abonnement téléphonique quand vous êtes à l'étranger.

      Et ils ont tellement baissé que désormais, "il est plus intéressant de se rendre à Cologne pour appeler son voisin que de le faire de chez soi", s'est étonné Hugues, qui a contacté la rédaction de RTLinfo.be .

       

      Merci l'Europe

      L'Union européenne y travaille depuis des années, et arrive progressivement à ses fins: les communications téléphoniques au sein des pays membres ne cessent de diminuer.

      Depuis le 1er juillet 2014, vous ne payez en effet "plus que" 0,23 euros par minute pour effectuer un appel de l'étranger vers la Belgique. Recevoir un appel depuis l'étranger reste payant, mais cela ne coûte plus que 0,06 euros par minute.

      Envoyer un SMS vers la Belgique coûte 0,07 euros et surfer sur l'internet mobile coûte 0,15 euros par MB.

       

      Moins cher que Proximus et Mobistar !

      Cette baisse des prix a une conséquence pour le moins étonnante: dans certains cas, appeler un numéro belge depuis l'étranger coûte moins cher que d'appeler un numéro belge depuis la Belgique !

      Par exemple, lorsque vous dépassez le forfait mensuel de minutes incluses dans votre abonnement. Chez Proximus et Mobistar, la minute hors forfait coûte 0,25 euros. C'est donc 2 centimes de plus que la minute depuis l'étranger.

      Dans le même ordre d'idées, avec l'abonnement Generation MTV de Proximus, si vous dépassez votre forfait de "data" (le nombre de MB que vous utilisez sur l'internet mobile), cela vous coûte 0,50 euros par MB, contre seulement 0,15 euros par MB si vous êtes dans un autre pays de l'UE. 

       

      Pire avec les cartes prépayées

      Les choses sont plus invraisemblables avec les cartes prépayées. Prenons le cas de Mobistar: le tarif à la minute, qui est d'application en permanence, est de 0,30 euros. Soit 7 centimes de plus qu'un appel en "roaming".

      Idem pour les SMS, qui coûtent 0,12 euros en Belgique, et 0,07 euros si vous en envoyez un depuis un autre pays de l'UE ! Les cartes prépayées sont donc, plus que jamais, à déconseiller...

       

      Le comble du comble: quatre fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

      Ces nouveaux tarifs internationaux ont une autre conséquence ubuesque: appeler la France coûte nettement moins cher si vous êtes en Allemagne que si vous êtes en Belgique ! Sur le , on peut voir que cela coûte 0,65euros par minute pour appeler un poste fixe en France, depuis la Belgique (et 1euros la minute pour appeler un mobile).

      Or, ailleurs sur , on apprend que si nous sommes dans un autre pays de l'UE, appeler vers la Belgique ou vers un autre pays de l'UE coûte le même prix, soit 0,23euros par minute !

      Cela coûte donc 4 fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

       

      Mobistar: "Très rare de dépasser son forfait"

      Nous avons joint Mobistar pour connaître leur point de vue et voir s'ils allaient adapter leur tarif. "C'est vrai (que c'est moins cher d'aller à Cologne pour appeler son voisin si on a dépassé son forfait, NDLR), mais on ne va pas changer nos tarifs", nous a expliqué Patti Verdoodt, porte-parole de l'opérateur.

      Cependant, "c'est très rare que les gens dépassent leur forfait, car nous avons un système, le 'Personal Check-Up', qui veille à ce nos clients aient toujours l'abonnement le mieux adapté à leurs besoins", a-t-elle ajouté.

      De plus, "Mobistar a suivi les recommandations de M. Vandelanotte", qui imposent aux opérateurs de proposer des abonnements plus récents (et donc plus avantageux, depuis la grosse baisse des prix).

      "90 % de nos clients ont des abonnements de moins de deux ans. Il y a donc de moins en moins de gens qui dépassent leur forfait", a conclu la porte-parole de Mobistar.

      Rappelons tout de même que, si vous ne dépassez les forfaits (ce qui est le cas de la majorité des abonnés), les tarifs des opérateurs en Belgique sont devenus comparables à ceux de la France, par exemple (à l'exception de Free, qui pratique des prix très bas). 

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )

       







    • Les prix des communications à l'étranger ont tellement baissé qu'ils sont moins élevés qu'en Belgique: "Mieux vaut se rendre à Cologne pour appeler son voisin" - 04/07/2014

      Vous l'avez certainement lu ou entendu: les prix du "roaming" ont baissé. Il s'agit des tarifs liés à l'utilisation de votre abonnement téléphonique quand vous êtes à l'étranger.

      Et ils ont tellement baissé que désormais, "il est plus intéressant de se rendre à Cologne pour appeler son voisin que de le faire de chez soi", s'est étonné Hugues, qui a contacté la rédaction de RTL via la page Alertez-nous.

       

      Merci l'Europe

      L'Union européenne y travaille depuis des années, et arrive progressivement à ses fins: les communications téléphonique au sein des pays membres ne cessent de diminuer.

      Depuis le 1er juillet 2014, vous ne payez en effet "plus que" 0,23 euros par minute pour effectuer un appel de l'étranger vers la Belgique. Recevoir un appel depuis l'étranger reste payant, mais cela ne coûte plus que 0,06 euros par minute.

      Envoyer un SMS vers la Belgique coûte 0,07 euros et surfer sur l'internet mobile coûte 0,15 euros par MB.

       

      Moins cher que Proximus et Mobistar !

      Cette baisse des prix a une conséquence pour le moins étonnante: dans certains cas, appeler un numéro belge depuis l'étranger coûte moins cher que d'appeler un numéro belge depuis la Belgique !

      Par exemple, lorsque vous dépassez le forfait mensuel de minutes incluses dans votre abonnement. Chez Proximus et Mobistar, la minute hors forfait coûte 0,25 euros. C'est donc 2 centimes de plus que la minute depuis l'étranger.

      Dans le même ordre d'idées, avec l'abonnement Generation MTV de Proximus, si vous dépassez votre forfait de "data" (le nombre de MB que vous utilisez sur l'internet mobile), cela vous coûte 0,50 euros par MB, contre seulement 0,15 euros par MB si vous êtes dans un autre pays de l'UE. 

       

      Pire avec les cartes prépayées

      Les choses sont plus invraisemblables avec les cartes prépayées. Prenons le cas de Mobistar: le tarif à la minute, qui est d'application en permanence, est de 0,30 euros. Soit 7 centimes de plus qu'un appel en "roaming".

      Idem pour les SMS, qui coûtent 0,12 euros en Belgique, et 0,07 euros si vous en envoyez un depuis un autre pays de l'UE ! Les cartes prépayées sont donc, plus que jamais, à déconseiller...

       

      Le comble du comble: quatre fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

      Ces nouveaux tarifs internationaux ont une autre conséquence ubuesque: appeler la France coute nettement moins cher si vous êtes en Allemagne que si vous êtes en Belgique ! Sur le , on peut voir que cela coûte 0,65euros par minute pour appeler un poste fixe en France, depuis la Belgique (et 1euros la minute pour appeler un mobile).

      Or, ailleurs sur , on apprend que si nous sommes dans un autre pays de l'UE, appeler vers la Belgique ou vers un autre pays de l'UE coûte le même prix, soit 0,23euros par minute !

      Cela coûte donc 4 fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

       

      Mobistar: "Très rare de dépasser son forfait"

      Nous avons joint Mobistar pour connaître leur point de vue et voir s'ils allaient adapter leur tarif. "C'est vrai (que c'est moins cher d'aller à Cologne pour appeler son voisin si on a dépassé son forfait, NDLR), mais on ne va pas changer nos tarifs", nous a expliqué Patti Verdoodt, porte-parole de l'opérateur.

      Cependant, "c'est très rare que les gens dépassent leur forfait, car nous avons un système, le 'Personal Check-Up', qui veille à ce nos clients aient toujours l'abonnement le mieux adapté à leurs besoins", a-t-elle ajouté.

      De plus, "Mobistar a suivi les recommandations de M. Vandelanotte", qui imposent aux opérateurs de proposer des abonnements plus récents (et donc plus avantageux, depuis la grosse baisse des prix).

      "90 % de nos clients ont des abonnements de moins de deux ans. Il y a donc de moins en moins de gens qui dépassent leur forfait", a conclu la porte-parole de Mobistar.

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )

       







    • Des tarifs téléphoniques européen et belge parfois SURREALISTES: "Mieux vaut se rendre à Cologne pour appeler son voisin!" - 04/07/2014

      Vous l'avez certainement lu ou entendu: les prix du "roaming" ont baissé. Il s'agit des tarifs liés à l'utilisation de votre abonnement téléphonique quand vous êtes à l'étranger.

      Et ils ont tellement baissé que désormais, "il est plus intéressant de se rendre à Cologne pour appeler son voisin que de le faire de chez soi", s'est étonné Hugues, qui a contacté la rédaction de RTLinfo.be .

       

      Merci l'Europe

      L'Union européenne y travaille depuis des années, et arrive progressivement à ses fins: les communications téléphoniques au sein des pays membres ne cessent de diminuer.

      Depuis le 1er juillet 2014, vous ne payez en effet "plus que" 0,23 euros par minute pour effectuer un appel de l'étranger vers la Belgique. Recevoir un appel depuis l'étranger reste payant, mais cela ne coûte plus que 0,06 euros par minute.

      Envoyer un SMS vers la Belgique coûte 0,07 euros et surfer sur l'internet mobile coûte 0,15 euros par MB.

       

      Moins cher que Proximus et Mobistar !

      Cette baisse des prix a une conséquence pour le moins étonnante: dans certains cas, appeler un numéro belge depuis l'étranger coûte moins cher que d'appeler un numéro belge depuis la Belgique !

      Par exemple, lorsque vous dépassez le forfait mensuel de minutes incluses dans votre abonnement. Chez Proximus et Mobistar, la minute hors forfait coûte 0,25 euros. C'est donc 2 centimes de plus que la minute depuis l'étranger.

      Dans le même ordre d'idées, avec l'abonnement Generation MTV de Proximus, si vous dépassez votre forfait de "data" (le nombre de MB que vous utilisez sur l'internet mobile), cela vous coûte 0,50 euros par MB, contre seulement 0,15 euros par MB si vous êtes dans un autre pays de l'UE. 

       

      Pire avec les cartes prépayées

      Les choses sont plus invraisemblables avec les cartes prépayées. Prenons le cas de Mobistar: le tarif à la minute, qui est d'application en permanence, est de 0,30 euros. Soit 7 centimes de plus qu'un appel en "roaming".

      Idem pour les SMS, qui coûtent 0,12 euros en Belgique, et 0,07 euros si vous en envoyez un depuis un autre pays de l'UE ! Les cartes prépayées sont donc, plus que jamais, à déconseiller...

       

      Le comble du comble: quatre fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

      Ces nouveaux tarifs internationaux ont une autre conséquence ubuesque: appeler la France coûte nettement moins cher si vous êtes en Allemagne que si vous êtes en Belgique ! Sur le , on peut voir que cela coûte 0,65euros par minute pour appeler un poste fixe en France, depuis la Belgique (et 1euros la minute pour appeler un mobile).

      Or, ailleurs sur , on apprend que si nous sommes dans un autre pays de l'UE, appeler vers la Belgique ou vers un autre pays de l'UE coûte le même prix, soit 0,23euros par minute !

      Cela coûte donc 4 fois plus cher d'appeler un Français depuis la Belgique que depuis l'Allemagne !

       

      Mobistar: "Très rare de dépasser son forfait"

      Nous avons joint Mobistar pour connaître leur point de vue et voir s'ils allaient adapter leur tarif. "C'est vrai (que c'est moins cher d'aller à Cologne pour appeler son voisin si on a dépassé son forfait, NDLR), mais on ne va pas changer nos tarifs", nous a expliqué Patti Verdoodt, porte-parole de l'opérateur.

      Cependant, "c'est très rare que les gens dépassent leur forfait, car nous avons un système, le 'Personal Check-Up', qui veille à ce nos clients aient toujours l'abonnement le mieux adapté à leurs besoins", a-t-elle ajouté.

      De plus, "Mobistar a suivi les recommandations de M. Vandelanotte", qui imposent aux opérateurs de proposer des abonnements plus récents (et donc plus avantageux, depuis la grosse baisse des prix).

      "90 % de nos clients ont des abonnements de moins de deux ans. Il y a donc de moins en moins de gens qui dépassent leur forfait", a conclu la porte-parole de Mobistar.

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )

       

    • Les ordinateurs portables sont-ils morts ? On a testé deux nouveautés étonnantes - 03/07/2014

      Depuis plusieurs années, lentement mais sûrement, les ordinateurs traditionnels quittent les foyers. Les professionnels sont encore très loin de pouvoir se passer du "vieil" ensemble clavier/souris/écran, mais le grand public se contentent de plus en plus d'une tablette à la maison.

      Cependant, les grands noms du PC font de la résistance, tandis qu'ils effectuent une transition difficile sur le terrain miné des tablettes.

      On a demandé à Lenovo (N.1 mondial des ventes de PC) et à HP (l'ancien leader) d'essayer durant quelques semaines leur dernier modèle d'ordinateur portable, et surtout le plus original.

      Il s'agit du HP Pavilion x360 (environ 400euros) et du Lenovo Yoga 2 Pro (environ 900euros). L'écart de prix se justifie au niveau de la qualité de l'écran, de la rapidité du processeur, du niveau des composants et de la finition. Mais ils font la même chose : ils se plient dans tous les sens...

       

      360°, idéal pour le tactile (hélas)

      Les deux modèles sont des ordinateurs sous Windows 8, dotés d'un écran tactile. Ce dernier, dans les deux cas, a la particularité de pouvoir s'orienter à 360°, transformant l'ordinateur portable en chevalet ou en tablette.

      Dès que vous le mettez en position "tente", l'ordinateur réagit: il retourne l'image et verrouille le clavier. Idem pour le mode "tablette".

      Gadget ou bonne idée ? Le mode tente a du sens si vous êtes un gros utilisateur du tactile. Cette position se révèle davantage confortable: vous êtes plus près de l'écran et votre bras ne doit pas rester suspendu au-dessus du clavier pour le toucher. Une vraie bonne idée, également si vos enfants veulent dessiner ou jouer (à des jeux prévus pour le tactile, bien entendu, et donc télécharger via le "Windows Store"), voire regarder un film.

      Mais pour peu que vous repassiez - volontairement ou involontairement - sur l'interface classique de Windows 8 (voir explications plus bas), vous voilà perdu, avec des fenêtres qui ont besoin d'une souris pour être utilisées correctement.

      Imaginez que vous choisissiez Google Chrome comme navigateur. Dès que vous allez sur le web, vous repassez alors en mode de bureau "traditionnel". Si vous êtes en mode tente à ce moment-là, il faudra remettre l'ordinateur en position classique pour utiliser la souris. Pas idéal...

       

      Windows 8, toujours aussi peu intuitif

      Le problème des ordinateurs portables actuels, et leur chute dans les chiffres de vente, ne vient finalement pas des fabricants, qui rivalisent d'ingéniosité pour faire évoluer les machines et les rendre polyvalentes.

      Le problème vient du système d'exploitation de Microsoft, Windows 8 (dans sa version 8.1 actuellement).

      Ce qu'on lui reproche le plus, c'est sa dualité. Plusieurs années après son lancement, il y a toujours deux interfaces: la "nouvelle", avec les tuiles dynamiques plutôt sympathiques (à l'oeil, pas forcément à l'usage) ; et la "vieille": le classique bureau Windows à qui il ne manque plus que le bouton "démarrer".

       

      Deux versions de certaines applications !

      Outre le fait que l'on passe souvent d'une interface à l'autre sans le vouloir, ou même sans s'en rendre compte, il y a une complication invraisemblable: deux versions de certaines applications coexistent.

      Exemple: le célèbre player VLC, qui lit toutes les vidéos. Il existe une nouvelle version prévue pour Windows 8 et le tactile; et une autre traditionnelle, pour le bureau classique. D'un point de vue ergonomique, c'est très mal vu. Les gens s'y perdent, ils trouvent cela compliqué et ne comprennent pas. Bref, ils fuient...

      Ajoutez à cela des commandes tactiles hors écran peu intuitives, et vous obtenez des manipulations surprenantes et indésirables, simplement parce que vous touchez les bords de l'écran.

       

      Conclusion

      L'ordinateur portable n'est pas mort, car on a encore besoin d'un espace de travail dit 'traditionnel', et qu'on a appris à travailler avec un clavier et une souris, et non avec des doigts tapotant un écran.

      Windows 8 n'est que le début d'une nouvelle ère lancée par l'iPhone/iPad vers 2007, et qui nous amènera sans doute, dans 10 ans, à ne plus utiliser de clavier ni de souris. Mais honnêtement, les débuts de Microsoft sont laborieux, presque deux ans après la sortie de Windows 8.

      Le plus gros défaut est, comme on l'a dit, la coexistence de deux interfaces, qui compliquent finalement tout. Il existe même deux versions de certaines applications ! Les tuiles colorées et de l'interface dite moderne sont toujours aussi jolies, mais vraiment pas pratiques à utiliser quand on veut de la productivité. Et les mouvements du tactile manquent cruellement d'intuitivité. C'est un mélange entre une tablette et un ordi, et ça ne prend pas...

      A nos yeux, et cela va faire pleurer Microsoft, un ordinateur portable classique sous Windows 7 reste plus pratique qu'un ordinateur qui essaie de faire du tactile. Les plus jeunes générations sont sans doute plus à même d'être emballées par l'interface tactile de Windows 8. Les plus anciennes, pas forcément...

       

      Mathieu Tamgniau (Twitter: )







    • Un site de rencontre se sert de la reconnaissance faciale pour trouver des sosies de votre ex - 19/06/2014

      Les sites de rencontre sont légion de nos jours et rivalisent d'ingéniosité pour attirer le plus d'adhérents possibles. La dernière astuce mise en place : la reconnaissance faciale pour trouver des sosies de vos ex.

       

      Une théorie de base simple

      L'attraction que vous pouvez avoir pour une personne ayant des traits physiques proches de votre ancien partenaire n'a pas forcément de corrélation avec des sentiments persistants envers celui-ci. Match.com et Three Day Rule, deux sites de rencontre, s'appuient sur le principe que chaque personne a un type et se proposent de vous trouver une personne qui ressemble beaucoup à votre ex en utilisant la reconnaissance faciale.

       

      Une recherche affinée 

      Talia Goldstein, fondatrice de Match.com, demande souvent aux clients d'envoyer des photos de leurs ex-partenaires. "J'ai remarqué au fil des ans que les gens ont un type, et il n'est pas basé sur l'appartenance ethnique ou la couleur des cheveux ou le type de corps", a déclaré Goldstein au journal . "Leurs visages se ressemblent beaucoup. Donc j'ai mis cette technologie à disposition des adhérents."

      Il suffit donc d'envoyer une photo de son ex et grâce à un algorithme, le site se charge de trouver des personnes partageant les mêmes traits physiques. Néanmoins, cette option a coût: 5000 dollars soit 3692 euros. Mais, ce prix couvre en plus de la reconnaissance faciale, un abonnement de six mois au site ainsi qu'un coaching pour les rendez-vous.







    • Facebook vous tire le portrait ... psychologique - 17/06/2014

      Etablir en quelques minutes votre profil psychologique en se basant sur votre profil Facebook, c'est la promesse que fait Five Labs.

       

      Votre profil numérique

      Vos divers statuts, commentaires et discussions sont passés au crible et confrontés à des tests de personnalités classiques. Il en résulte un graphique de votre personnalité sur le réseau social. Le service a été créé par Five, firme spécialisée dans l'intelligence artificielle, pour le compte de Facebook.

      De plus, la firme est capable d'opérer des rapprochements entre votre profil et vos connaissances. Elle va même jusqu'à trouver des personnalités célèbres qui vous ressemblent psychologiquement, comme le rapporte MetroNews.

      Lancez-vous:

      Un test fiable ?

      Elaboré en collaboration avec des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie, ce test a d'abord été réalisé sur un panel de 75 000 personnes afin de pouvoir isoler des grandes tendances au niveau des  traits de personnalité. Les chercheurs ont en tiré cinq grandes tendances : extraverti (en se basant sur les émotions positives, l'affirmation de soi, l'énergie, etc.), compatissant (et enclin à la coopération), méthodique (organisé, fiable...), ouverture (franchise, goût pour l'art, l'aventure, la curiosité, etc.) et la tendance au neuroticisme (émotions négatives, névroses, dépression, colère...).

      Néanmoins, on ne peut ignorer les liens étroits qui existent entre Facebook et les annonceurs. Ce test pourrait ainsi se révéler être un collecteur d'informations pour les annonceurs et servirait à compléter leurs annuaires numériques.







    • Attention: les applications gratuites sur smartphone... ne le sont pas vraiment! - 24/04/2014

      Certaines applications requièrent en effet un accès à des données précises comme la localisation de l'utilisateur, sa liste de contacts, voire ses mots de passe, explique Test-Achats. "De grandes entreprises sont prêtes à dépenser beaucoup d'argent pour obtenir des informations personnelles sur le comportement des consommateurs et pouvoir ensuite mener des campagnes publicitaires ciblées. Les développeurs peuvent ainsi gagner des sommes importantes, même si l'application est gratuite."

       

      Accès à des informations sans rapport avec leur fonction

      Test-Achats a trouvé quelques applications demandant l'accès à des informations sans aucun rapport avec leur fonction. Les applis telles que TuneIn Radio et Angry Birds transmettent ainsi régulièrement la position de l'utilisateur aux serveurs d'un tiers. La version Android de Bpost Mobile Postcard envoie quant à elle le code d'identification unique de l'utilisateur à une société spécialisée en publicité. L'association de consommateurs note également une différence entre les différents systèmes d'exploitation.

       

      L'utilsateur d'un Windows Phone ne voit pas même les autorisations qu'il accorde à une application

      "Le système d'exploitation iOS 7 permet un choix dans les autorisations que l'utilisateur donne aux applications, alors que les systèmes Android et Windows Phone ne permettent que d'accepter toutes les autorisations ou de ne pas utiliser l'application", indique Test-Achats, qui précise que "Windows Phone dépasse carrément les bornes puisque l'utilisateur ne peut même pas voir quelles autorisations il accorde à une application."

      Test-Achats demande aux développeurs d'applis de communiquer de façon plus transparente sur le sort des données collectées "afin que l'utilisateur puisse tout au moins décider en pleine connaissance de cause si l'appli mérite qu'il lui sacrifie la confidentialité de ses données", et "exhorte les consommateurs à lire en détail les demandes d'autorisation avant de les accepter ou non."        
              







    • Les applications gratuites sur smartphone ont aussi un coût: des informations privées vous concernant - 24/04/2014

      Certaines applications requièrent en effet un accès à des données précises comme la localisation de l'utilisateur, sa liste de contacts, voire ses mots de passe, explique Test-Achats. "De grandes entreprises sont prêtes à dépenser beaucoup d'argent pour obtenir des informations personnelles sur le comportement des consommateurs et pouvoir ensuite mener des campagnes publicitaires ciblées. Les développeurs peuvent ainsi gagner des sommes importantes, même si l'application est gratuite."

       

      Accès à des informations sans rapport avec leur fonction

      Test-Achats a trouvé quelques applications demandant l'accès à des informations sans aucun rapport avec leur fonction. Les applis telles que TuneIn Radio et Angry Birds transmettent ainsi régulièrement la position de l'utilisateur aux serveurs d'un tiers. La version Android de Bpost Mobile Postcard envoie quant à elle le code d'identification unique de l'utilisateur à une société spécialisée en publicité. L'association de consommateurs note également une différence entre les différents systèmes d'exploitation.

       

      L'utilsateur d'un Windows Phone ne voit pas même les autorisations qu'il accorde à une application

      "Le système d'exploitation iOS 7 permet un choix dans les autorisations que l'utilisateur donne aux applications, alors que les systèmes Android et Windows Phone ne permettent que d'accepter toutes les autorisations ou de ne pas utiliser l'application", indique Test-Achats, qui précise que "Windows Phone dépasse carrément les bornes puisque l'utilisateur ne peut même pas voir quelles autorisations il accorde à une application."

      Test-Achats demande aux développeurs d'applis de communiquer de façon plus transparente sur le sort des données collectées "afin que l'utilisateur puisse tout au moins décider en pleine connaissance de cause si l'appli mérite qu'il lui sacrifie la confidentialité de ses données", et "exhorte les consommateurs à lire en détail les demandes d'autorisation avant de les accepter ou non."        
              







    • Google passe à la vitesse supérieure dans l'ultra-haut débit - 19/02/2014

      Le géant américain de l'internet Google veut passer à la vitesse supérieure pour son projet de réseau en fibre à ultra-haut débit, promettant des vitesses de transmission 100 fois supérieures à celle des réseaux actuels.

      Google avait retenu en 2011 Kansas City (centre des Etats-Unis) pour commencer à tester ce projet, qu'il a depuis étendu à Austin (sud) et Provo (centre) et auquel il a annoncé mercredi vouloir donner un gros coup d'accélérateur.

      "Nous avons invité des villes dans 9 zones métropolitaines à travers les Etats-Unis (34 villes au total) à coopérer avec nous pour explorer ce qu'il faudrait pour leur apporter Google Fiber", indique un responsable du groupe, Milo Medin, dans un message publié sur le site internet de Google.

      Les zones métropolitaines concernées sont celles de San José et Portland sur la côté ouest, Salt Lake City au centre du pays, Phoenix et San Antonio au sud et Nashville, Atlanta, Charlotte et Raleigh-Durham au sud-est.

      Google explique vouloir faire une étude détaillée des facteurs locaux pouvant affecter la construction du réseau comme la topographie, la densité d'habitation, l'emplacement des réseaux d'infrastructures tels les conduites d'eau ou de gaz, les lignes électriques...

      "Nous voulons amener Fiber dans chacune de ces villes, mais cela pourrait ne pas fonctionner pour tout le monde", prévient M. Medin, promettant une mise à jour d'ici la fin de l'année sur celles où le projet sera mené à bien.

      Le coeur de métier de Google reste la recherche et la publicité sur internet, mais le groupe s'est diversifié ces dernières années dans toute une série d'activités. Il est devenu un acteur de référence dans le mobile avec son système d'exploitation Android, utilisé par une série de fabricants de tablettes et de smartphones, mais il a parallèlement une série de projets en développement comme Google Fiber, les lunettes interactives Google Glass ou encore des voitures sans chauffeur utilisées pour améliorer ses applications de cartographie.







    • Google publie un code de bonne conduite pour ses lunettes interactives - 19/02/2014

      Le géant internet américain Google a publié un code de bonne conduite pour les utilisateurs de ses lunettes interactives, dont les prototypes soulèvent déjà des inquiétudes sur la protection de la vie privée.

      "Ne soyez pas inquiétants ou impolis", écrit Google dans un message publié en ligne et destiné aux "explorateurs", les développeurs d'applications qui testent actuellement les appareils. "Respectez les autres et ne vous impatientez pas s'ils ont des questions sur les lunettes".

      Le groupe internet semble vouloir éviter que les porteurs de "Google Glass", comme cela a pu se voir dans le passé, soient renvoyés de restaurants, cafés ou autres établissements en raison des inquiétudes provoqués par l'appareil photo qui y est intégré.

      Pour calmer les inquiets, Google suggère notamment aux utilisateurs de leur proposer une démonstration de l'appareil, de demander l'autorisation avant de prendre une photo, et de respecter les règles imposées pour les téléphones portables.

      "Si on vous demande d'éteindre votre téléphone, éteignez aussi les lunettes", dit-il. "Enfreindre les règles ou être impoli ne rendra pas les commerces enthousiastes au sujet des lunettes, et cela nuira aux autres explorateurs."

      Google rappelle aussi que ses lunettes sont conçues pour fournir des informations brèves aux utilisateurs, et déconseille de fixer leur écran durant des périodes trop longues pour éviter d'avoir "l'air plutôt étrange pour les gens autour de vous". "Donc ne lisez pas Guerre et paix sur les lunettes. Certaines choses sont mieux faites sur des écrans plus grands".

      Google prévient enfin qu'il vaut mieux ne pas porter les appareils en faisant du sport.

      Les prototypes actuels de "Google Glass" comportent une seule branche terminée par un petit écran se plaçant un peu au-dessus de l'oeil. Ils sont réservés à des développeurs d'applications prêts à payer 1.500 dollars.

      Une commercialisation grand public est toutefois attendue cette année, et Google a fait un pas pour faciliter leur adoption en présentant le mois dernier des montures "normales" compatibles avec l'appareil, et adaptées à des verres correcteurs ou solaires.







    • Smartphones: Android largement devant Apple dans le monde entier - 27/01/2014

      Android a terminé 2013 comme principale plateforme mobile avec une part moyenne de 68,6% sur les cinq plus grands marchés européens (Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne), où Apple arrive à 18,5%. Windows affiche une forte croissance sur un an. Un cas notable est celui de l'Italie, où le logiciel de Microsoft affiche 17,1% du marché, contre 12,8% pour Apple. Android pointe dans ce pays à 66,2%.

      Aux Etats-Unis, l'étude montre une augmentation de plus de 4 points de pourcentage de la part d'Android en un an, à 50,6%, tandis que celle d'Apple baisse à 43,9%. En Chine, la tendance est similaire avec une montée de la part d'Android à 78,6%, tandis que celle d'Apple décline à 19%.

      "Android a terminé l'année solidement, avec une croissance sur un an sur 12 marchés majeurs dans le monde incluant l'Europe, les Etats-Unis, l'Amérique latine, la Chine et le Japon", selon Dominic Sunnebo, un économiste de Kantar. "Windows Phone a maintenu des taux de croissance à deux chiffres en Europe durant trois mois consécutifs", a-t-il souligné, relevant toutefois que vu la faible progression des ventes globales de smartphones dans cette partie du monde, cela ne suffit pas à redresser les résultats de Nokia, dont la gamme Lumia constitue l'essentiel des smartphones opérant sous Windows vendus actuellement.

       







    • Yahoo! étend son offre médiatique avec deux magazines en ligne - 08/01/2014

      Yahoo! Food est dédié à la cuisine et Yahoo! Tech entend vulgariser et démystifier les nouvelles technologies, qu'il s'agisse d'appareils, de nouveaux services ou des tendances du secteur.

      "Nous avons trouvé notre inspiration dans les magazines (papier)", a assuré la patronne du groupe, Marissa Mayer, lors de leur présentation en fanfare à l'International CES, à laquelle ont pris part le chanteur John Legend ou des stars de l'émission de télévision "Saturday Night Live";

      Yahoo! Tech et Yahoo! Food "sont élégants, beaux, et ont une voix différente", a-t-elle poursuivi, soulignant également que sur ces formats, la publicité apparaîtrait non pas sous forme de bannières, mais serait insérée dans les contenus, comme c'est le cas dans les magazines imprimés.

      Le groupe a également annoncé le lancement d'une application destinée à fournir deux fois par jour aux utilisateurs un résumé succinct de l'actualité sur leur smartphone, Yahoo News Digest.

      Marissa Mayer, qui s'est lancée dans une série d'acquisitions depuis son arrivée à la tête de Yahoo à l'été 2012, en a aussi mentionné une nouvelle: celle de la société Aviate, spécialisée dans l'organisation automatique des applications sur les écrans d'accueil des smartphones en fonction de la localisation, de l'heure et des habitudes de l'utilisateur.

       

      Réinventer Yahoo! pour relancer la croissance

      "Nous travaillons dur pour réinventer le coeur de l'activité de Yahoo!, entre moteur de recherche, communication, médias et vidéo", a-t-elle rappelé.

      Fin 2013, le groupe, pionnier d'internet a pu comptabiliser quelque 400 millions d'utilisateurs sur mobiles par mois pour la première fois de son histoire, a-t-elle pointé. Au total, le groupe revendique 800 millions d'utilisateurs chaque mois.

      Depuis qu'elle a pris les commandes de Yahoo!, Marissa Mayer s'efforce d'en relancer la croissance. Outre ses acquisitions pour recruter des "talents", elle a modernisé certains services centraux du groupe comme sa page d'accueil et sa messagerie, et dit vouloir mettre l'accent sur le mobile, la vidéo et les contenus personnalisés.

      Elle a déjà pour cela recruté plusieurs journalistes, dont Katie Couric, star de la télévision américaine, et David Pogue, ex-expert en technologies du New York Times qui va diriger Yahoo! Tech. Ils ont tous deux participé mardi à la présentation à Las Vegas.

      Les deux nouveaux magazines en ligne sont présentés comme une partie de la stratégie de long terme de Yahoo!, Marissa Mayer évoquant comme thèmes importants pour le groupe "la simplification de (son) activité et la manière dont les gens consomment l'information".

      David Cooperstein, un analyste de Forrester, y voit aussi un moyen pour Yahoo! de se différencier d'autre groupes internet comme Google ou Facebook, en fournissant le contenu professionnel que les gens recherchent à la place de contenus générés par les utilisateurs, et potentiellement moins intéressants.

      "Venir avec des figures familières, comme John Legend ou (les stars de) Saturday Night Live, indique aussi pour moi qu'elle parle de contenu plus traditionnel en ligne, le seul angle par lequel ses concurrents n'ont pas encore attaqué", estime-t-il.

      Les efforts de sa patronne n'ont pas empêché Yahoo! de perdre l'an dernier sa place de numéro deux sur le marché américain de la publicité numérique, au profit du géant des réseaux sociaux Facebook, selon des statistiques du cabinet spécialisé eMarketer.

      Sa part de marché a été réduite d'environ un demi-point de pourcentage, à 2,87%, quand celles de Facebook et du numéro un incontesté Google grimpaient, selon eMarketer.







    • Une TV pliable de 2,6 mètres: quoi de neuf au CES ? - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Un écran pliable de 2,6 mètres: quoi de neuf au CES ? - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Nouvelles technologies: les cinq tendances à retenir du CES de Las Vegas - 07/01/2014

      Chaque début d'année, c'est la même chose: quand le CES de Las Vegas fait sa journée de presse, les conférences des grands constructeurs s'enchaînent, dans des salles démesurément équipées. C'est le jeu de "celui qui en fait le plus " devant les yeux des centaines de journalistes internationaux qui couvrent l'évènement majeur de l'année high tech.

      Non pas qu'on y découvre l'appareil qui marquera 2014, mais bien les tendances de fond: sur quoi travaillent les constructeurs ? Comment réinventent-ils la TV, le smartphone, la tablette et l'ordinateur pour essayer de convaincre un public de plus en plus exigeant en termes de fonctionnalités et de prix. C'est précisément que nous essayons de résumer dans cet article.

       

      Des écrans géants et incurvables

      Depuis quelques mois, en panne d'inspiration sans doute, les fabricants de smartphone nous parlent d'écrans incurvés. Samsung et LG on sorti leur modèle en Asie, pas chez nous. Le phénomène s'étend désormais aux télévisions. Les deux géants de l'électronique ont présenté au CES des TV géantes et 4K (ultra HD), dont certaines ont une option amusante: elles sont flexibles, et peuvent incurver l'écran à la demande. L'utilité se voit davantage que sur un smartphone: un écran géant (on a vu un 105 pouces, soit 2,6 mètres) est semblable à une salle de cinéma. Les toiles de projections y sont incurvées. Pourquoi ne pas en faire de même avec votre TV ?

       

      Des smartphones bon marché

      Le Taïwanais Asus a frappé un grand coup dans le monde très concurrencé des smartphones, confirmant une tendance amorcée avec le déploiement des Chinois Huawei et Lenovo: le low-cost va inonder le monde. Vous ne serez bientôt plus obligé de payer 400euros pour un smartphone performant. Avec les ZenFone 4, 5 et 6, le constructeur propose, pour 99$, 149$ et 199$ des téléphones tournant sous un Android joliment remanié à la sauce Asus. Les configurations sont exponentielles et appréciables, pour des écrans de 4, 5 et 6 pouces.

       

      Une machine, deux OS

      Pourquoi devoir choisir entre Windows et Android, alors que les deux ont leurs qualités et leurs défauts ? Asus a montré son "Transformer Book Duet", un genre d'ordinateur portable dont l'écran, détachable, est une tablette autonome. Il est équipé d'Android 4.2 et de Windows 8.1. Il faut 5 secondes pour passer d'un OS à l'autre. Cet appareil amène une question intéressante: le "dual boot" (pouvoir changer de système d'exploitation à la demande) va-t-il devenir un standard dans l'industrie des appareils mobiles ?

       

      Steam va faire de l'ombre à la PlayStation et la Xbox

      Sony et Microsoft viennent de sortir la nouvelle génération de PlayStation et de Xbox. Mais 2014 marquera l'arrivée de "Steambox". Il s'agit en réalité de petits ordinateurs, à brancher directement à la console, et qui lanceront immédiatement la plate-forme de streaming de jeu vidéo baptisée "Steam". Malgré un succès grandissant d'année en année, ce logiciel qui permet d'acheter, de télécharger puis de jouer à des jeux vidéo, était jusqu'alors cantonné aux PC. Il est désormais un système d'exploitation à part entière (Steam OS), et peut donc être installé en série sur des ordinateurs-consoles. Une dizaine d'entre eux ont été montrés à Las Vegas. On retrouve la souplesse des ordinateurs: différentes configurations, différents prix. PlayStation et Xbox, déjà concurrencé par les smartphones et les tablettes, ont du souci à se faire.

       

      Intel veut mettre ses puces... sur vous

      Lors de la keynote (discours) d'ouverture, Brian Krzanich, le boss d'Intel, grand fabricant de puces électroniques (processeurs, etc), a parlé de ses grandes ambitions pour l'électronique portable, dans le sens "porté sur soi" ("wearable" en anglais). Il a montré son propre prototype de smartwatch (montre intelligente) et d'oreillette intelligente, appelée 'Jarvis'. Cela confirme une tendance amorcée en 2013. Bref, on fait un (petit) pas de plus vers le mythe de l'androïde, mi-homme mi-robot... Pour que tout le monde le suive, il a également lancé un concours baptisé "Faite du portable", avec 1,3 million de dollars à la clé. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Non, Netflix ne viendra pas (tout de suite) en Belgique - 07/01/2014

      Netflix, un service de films et séries à la demande sur base d'un abonnement mensuel fixe, a indiqué mardi qu'il ne sera pas accessible en Belgique à partir de mai prochain, contrairement à ce qu'avait indiqué Le Soir sur son site internet lundi soir. Selon le porte-parole de Netflix, l'information du Soir n'est pas "correcte".

      "Nous n'avons annoncé aucun plan concret de développement en Europe", affirme le porte-parole de l'entreprise américaine. Le Soir écrivait lundi soir, sans citer de source précise, que le service Netflix serait accessible à partir de mai en Belgique. Le mois dernier, Le Figaro faisait également déjà état d'une arrivée prochaine de ce service en France et en Belgique.

      Netflix est surtout connu aux Etats-Unis mais il est aussi actif en Europe, notamment aux Pays-Bas. Il propose un abonnement mensuel fixe (7,99 dollars aux Etats-Unis) pour l'accès illimité à un catalogue de films et séries via streaming. L'arrivée de ce service pourrait représenter une concurrence de taille pour des entreprises comme Belgacom et Telenet, qui vendent aussi des vidéos à la demande.







    • Cette brosse à dents connectée communique avec votre smartphone ! - 06/01/2014
      Une brosse à dents connectée à l'internet, présentée comme la première du genre, ambitionne de "réinventer les soins dentaires". "L'idée est de brosser non pas plus fort, mais plus intelligemment", explique Loic Cessot, le cofondateur de la start-up française Kolibree qui a conçu la brosse, présentée dimanche à Las Vegas avant l'ouverture du salon d'électronique grand public International CES. L'appareil intègre un capteur qui détecte quelle quantité de tartre est retirée à chaque usage, et enregistre des données sur le brossage ensuite transmises à une application pour smartphone.   Comme le dentiste  "Quand vous utilisez une brosse à dents normale, vous ne savez jamais vraiment ce que vous avez nettoyé", fait valoir M. Cessot. "La seule personne qui sait vraiment, c'est le dentiste." Avec l'application alliée à l'appareil de Kolibree, l'utilisateur peut savoir s'il a raté certaines zones difficiles à nettoyer ou ne n'est pas brossé assez consciencieusement. Cela peut aussi permettre aux parents de vérifier si leurs enfants se sont bien lavé les dents, souligne M. Cessot. Kolibree prévoit de mettre sa brosse à dents sur le marché mondial au troisième trimestre. Les commandes seront initialement possibles sur le site de financement participatif Kickstarter, à des prix allant de 99 à 200 dollars.






    • Une brosse à dents connectée pour "réinventer les soins dentaires" - 06/01/2014
      Une brosse à dents connectée à l'internet, présentée comme la première du genre, ambitionne de "réinventer les soins dentaires". "L'idée est de brosser non pas plus fort, mais plus intelligemment", explique Loic Cessot, le cofondateur de la start-up française Kolibree qui a conçu la brosse, présentée dimanche à Las Vegas avant l'ouverture du salon d'électronique grand public International CES. L'appareil intègre un capteur qui détecte quelle quantité de tartre est retirée à chaque usage, et enregistre des données sur le brossage ensuite transmises à une application pour smartphone.   Comme le dentiste  "Quand vous utilisez une brosse à dents normale, vous ne savez jamais vraiment ce que vous avez nettoyé", fait valoir M. Cessot. "La seule personne qui sait vraiment, c'est le dentiste." Avec l'application alliée à l'appareil de Kolibree, l'utilisateur peut savoir s'il a raté certaines zones difficiles à nettoyer ou ne n'est pas brossé assez consciencieusement. Cela peut aussi permettre aux parents de vérifier si leurs enfants se sont bien lavé les dents, souligne M. Cessot. Kolibree prévoit de mettre sa brosse à dents sur le marché mondial au troisième trimestre. Les commandes seront initialement possibles sur le site de financement participatif Kickstarter, à des prix allant de 99 à 200 dollars.






    • Arnaque au SMS: "prise de panique", Cristina est victime d'un Wangiri - 06/01/2014

      Plusieurs lecteurs ont contacté la rédaction de RTL via la pour nous faire part d'une forme d'arnaque par téléphone. Il s'agit d'un "Wangiri", dont nous avons  l'année passée, mais avec des messages textuels. 

      Des victimes potentiels ont reçu un SMS en français venant de l'étranger: "J'ai reçu un sms venant du numéro +6745599091: 'appelez-moi urgent'", selon Cristina. 

       

      Des numéros surtaxés

      Il y aurait visiblement, en ce début d'année 2014, une recrudescence d'arnaques de ce genre. Les numéros que l'on demande d'appeler sont surtaxés. "Ce sont des 0900 cachés. Il ne faut surtout pas les rappeler", nous a expliqué Patti Verdoot, porte-parole de Mobistar. Au risque de voir sa facture grimper en flèche.

      C'est une forme un peu différente de l'arnaque appelée "Wangiri" dans le jargon des opérateurs (voir encadré). "Souvent, des gens malintentionnés utilisant un numéro surtaxé appellent et laissent sonner deux fois, en espérant que la victime, intriguée, va rappeler. C'est bien sûr une arnaque car le numéro est payant".

      Si un même numéro revient régulièrement, "nous pouvons le bloquer pour tous nos abonnés, et nous le faisons parfois". Mobistar a d'ailleurs appelé ses abonnés à communiquer les SMS et les numéros à bloquer sur sa . 

       

      Une victime témoigne 

      Cristina, elle, a été prise de panique par la teneur du SMS. Et elle a rappelé le numéro, qui était un répondeur, mais qui était plus que probablement surtaxé.  

      "Dans un état de 'panique', je n'ai pas hésité pas à rappeler à ce numéro. A ma bonne surprise, c'est un répondeur téléphonique. On m'annonce qu'il s'agit de la Loterie Internationale. Au départ, j'avais compris qu'il s'agissait de la Loterie Nationale. Surprise, j'écoute attentivement la suite de l'appel. Il s'agissait d'un répondeur automatique. Le monsieur me demande mon nom, mon prénom, mon âge, état civil... bref des informations de base. On ne m'a pas demandé de numéro de CB ou quoi que se soit. Apparemment, j'aurais été choisie comme grande gagnante de 10.000 euros. Après quelques recherches sur internet, je m'aperçois que le préfixe 0067 n'existe dans un aucun pays. Je vois également que plusieurs escroqueries ont déjà eu lieu par des fraudeurs australiens. Je voudrais, par mon témoignage, avertir les gens. En temps, de crise, qui refuserait 10 000 euros. J'ai peur pour ma facture de téléphone..." 

       

      Regardez l'origine

      Vous l'avez compris, la prudence est de mise: dès que vous recevez un SMS ou un appel d'un numéro qui vous semble bizarre, en dehors des traditionnels 0032 (Belgique), 0033 (France), 0044 (Angleterre), 0031 (Pays-Bas) ou 0049 (Allemagne), méfiez-vous. Retrouvez la liste des préfixes téléphoniques .

      Ces problèmes "ne sont pas propres à Mobistar", selon sa porte-parole. Les témoins qui nous ont contactés sont cependant tous des abonnés du second opérateur belge. Redoublez donc de prudence si vous êtes un abonné Mobistar. 


      Mathieu Tamigniau () 







    • Arnaque au SMS: attention, les Wangiri sont de retour et peuvent vous coûter cher - 06/01/2014

      Xavier a contacté la rédaction de RTL via la pour nous faire part d'une forme d'arnaque par téléphone. Il s'agit d'un "Wangiri", dont nous avons  l'année passée, mais avec des messages textuels. 

      Plusieurs personnes ont reçu un SMS en français venant de l'étranger: "Dernier rappel vous devez appeler d'urgence le 0037455****** pour recevoir votre lot, sinon il est perdu", témoigne une certaine Mélanie sur la page Facebook de Mobistar, qui a relayé l'information.

       

      Des numéros surtaxés

      Il y aurait visiblement, en ce début d'année 2014, une recrudescence d'arnaques de ce genre. Les numéros que l'on demande d'appeler sont surtaxés. "Ce sont des 0900 cachés. Il ne faut surtout pas les rappeler", nous a expliqué Patti Verdoot, porte-parole de Mobistar. Au risque de voir sa facture grimper en flèche.

      C'est une forme un peu différente de l'arnaque appelée "Wangiri" dans le jargon des opérateurs (voir encadré). "Souvent, des gens malintentionnés utilisant un numéro surtaxé appellent et laissent sonner deux fois, en espérant que la victime, intriguée, va rappeler. C'est bien sûr une arnaque car le numéro est payant".

      Si un même numéro revient régulièrement, "nous pouvons le bloquer pour tous nos abonnés, et nous le faisons parfois". Mobistar a d'ailleurs appelé ses abonnés à communiquer les SMS et les numéros à bloquer sur sa . 

       

      Regardez l'origine

      Vous l'avez compris, la prudence est de mise: dès que vous recevez un SMS ou un appel d'un numéro qui vous semble bizarre, en dehors des traditionnels 0032 (Belgique), 0033 (France), 0044 (Angleterre), 0031 (Pays-Bas) ou 0049 (Allemagne), méfiez-vous. Retrouvez la liste des préfixes téléphoniques .

      Les numéros internationaux, dont le premier chiffre après les zéros est le 2, viennent d'Afrique, source de nombreuses arnaques en français. 

       

      Mathieu Tamigniau () 







    • Les données de 4,6 millions d'usagers de Snapchat piratées - 02/01/2014

      Ce piratage intervient quelques jours après une alerte lancée par la société de sécurité informatique australienne Gibson Security sur des failles de cette application, pouvant être exploitées par des hackers.

      "Notre motivation pour publier (ces données) était d'attirer l'attention du public sur ce problème et aussi de faire pression sur Snapchat pour qu'il comble cette faille", a expliqué SnapchatDB, le site des pirates dont l'identité n'a pas été révélée, dans un communiqué à TechCrunch.

      "Nous comprenons que les start-ups technologiques ont des ressources limitées mais la sécurité et le respect des données privées doit être une priorité", soulignent les auteurs de l'opération.

      SnapchatDB a souligné avoir ?masqué les deux derniers chiffres des numéros de téléphone" pour limiter l'impact de cette publication mais a averti qu'il se réservait la possibilité de publier des données non censurées à l'avenir.

      L'application SnapChat n'avait pas publié de réaction à cette attaque jeudi matin.

      Créée par des étudiants de l'université américaine de Stanford en 2011, Snapchat a suscité un grand engouement, notamment chez les jeunes, en offrant la possibilité de publier des photos ou vidéos qui s'autodétruisent après avoir été vues, donnant un sentiment de confidentialité à ces échanges.

      La start-up aurait refusé une offre de rachat du réseau social Facebook la valorisant à 3 milliards de dollars, avait rapporté en novembre le Wall Street Journal.







    • Premier pas vers l'espace pour un robot-gecko - 02/01/2014

      Les six pattes de l'engin sont tapissées de microfibres spéciales, un matériau adhésif "sec" imitant les poils dont sont dotées celles du gecko. Elles fonctionnent parfaitement dans des conditions de vide et de température similaires à celle de l'espace, explique l'Agence spatiale européenne (ESA) dans un communiqué.

      "Cette approche est un bon exemple de biomimétisme, qui va chercher des solutions technologiques dans la nature", explique le responsable de l'équipe, Michael Henrey, de l'Université Simon Fraser au Canada.

      Le bout des pattes du gecko est recouvert de millions de poils microscopiques et élastiques disposés selon un certain ordre, qui lui permettent d'exploiter un phénomène appelé "forces de van der Waals".

      Ce phénomène, une interaction électrique de faible intensité entre molécules, s'explique par les lois de la physique quantique à une échelle infiniment petite. Il crée sous les pattes du lézard une force de compression capable de le "coller" à une vitre ou une surface lisse verticale.

      Les chercheurs sont parvenus à construire un robot de 240 grammes, baptisé Abigaille, dont les six pattes reproduisent le même procédé.

      Certes, les soies couvrant les pattes du gecko sont beaucoup plus petites que celles du robot - 100 à 200 milliardièmes de mètre de diamètre, mille fois moins qu'un cheveu humain - mais suffisent largement à soutenir le poids du robot, selon M. Henrey.

      Une série de tests menés dans les laboratoires de l'ESA à Noordwijk, aux Pays-Bas, ont montré qu'il fonctionnait parfaitement dans des conditions proches de celles de l'espace.

      "Ce succès expérimental signifie que son déploiement dans l'espace sera peut-être possible un jour", estime Laurent Pambaguian, scientifique de l'ESA associé au projet.

      Il pourrait alors permettre aux astronautes d'éviter des sorties à haut risque, pour effectuer des réparations ou autres opérations d'urgence à l'extérieur de leur engin, comme celle menée avant Noël par deux Américains qui ont dû remettre en état un circuit de refroidissement de la Station spatiale internationale (ISS).

      Les six pattes d'Abigaille sont mobiles dans les quatre directions, ce qui permet au robot-gecko de passer sans tomber d'une surface plane à une paroi verticale. Contrairement à un robot à roues, il pourrait ainsi facilement grimper sur les obstacles émaillant le pourtour d'un satellite qu'il devrait réparer, assure Michael Henrey.

      "Améliorer un équipement matériel une fois qu'il est dans l'espace coûte très cher, l'idée serait donc de commencer par envoyer un robot assez généraliste, qui pourrait ensuite être adapté, par le biais de mises à jour informatiques, à différentes tâches qui n'auraient pas été anticipées au début du projet", explique-t-il.







    • NOTRE TEST: la PlayStation 4 est-elle vraiment une console "sociale" ? - 31/12/2013
      La nouvelle console de salon de Sony, quatrième génération de la célèbre PlayStation, a été prêtée à la rédaction de RTL info durant quelques semaines. Premier aspect testé: la PS4 est-elle une console vraiment " sociale "? 






    • Technologies: voici ce qu'il faut retenir de 2013 et attendre de 2014 - 30/12/2013

      De l'entrée en Bourse de Twitter à la déferlante attendue des lunettes et autres accessoires interactifs, voici quelques événements marquants de 2013 et les tendances qui se dessinent pour 2014 dans le secteur technologique.

       

      Twitter, Netflix et Android font carton plein

      - Twitter. L'introduction en Bourse la plus attendue de l'année valorise début novembre le réseau social, qui n'a jamais dégagé un dollar de bénéfice, à plus de 20 milliards de dollars, au moment où l'indice Nasdaq retrouve son niveau de l'an 2000. Certains commencent à craindre une nouvelle bulle internet.

      - "House of Cards". Le site Netflix donne ses lettres de noblesse à la vidéo en ligne avec cette série inédite, dont la première saison est diffusée en bloc début février. C'est la première série sur internet de l'histoire à décrocher un Emmy Award, récompense suprême de la télévision américaine. Netflix rivalise désormais en abonnés avec la chaîne câblée HBO et son cours de Bourse a plus que triplé cette année. Mais la concurrence durcit: Hulu et Amazon multiplient aussi les projets de séries en ligne.

      - Grand Theft Auto V. Le jeu vidéo le plus cher de l'histoire est également celui qui s'est vendu le plus vite: son budget, estimé à 270 millions de dollars, égale celui d'une grosse production hollywoodienne, tout comme ses recettes d'un milliard de dollars en trois jours. Autre grand moment pour les "gamers", le choc de fin d'année entre les consoles de nouvelle génération PS4 de Sony et Xbox One de Microsoft, écoulées à un million d'exemplaires chacune en 24 heures.

      - Bitcoin. Cette monnaie virtuelle fait beaucoup parler d'elle avec un mini-krach en avril, puis une flambée bien au-delà des 1.000 dollars en fin d'année. Prisé des "geeks", le bitcoin l'est aussi des criminels: Il servait à vendre de la drogue sur le site clandestin Silk Road, fermé en octobre par le FBI.

      - Android. Le logiciel d'exploitation mobile de Google fait désormais fonctionner plus de smartphones et de tablettes que le rival iOS d'Apple. Mais de nombreuses marques et versions différentes cohabitent, et le principal utilisateur, Samsung, commence à développer son propre écosystème pour tenter de sortir de l'ombre de Google.

      - Phablets. Ces smartphones presque aussi grands que des tablettes ont trouvé leur public, en particulier en Asie et en Europe.

       

      Les perdants: le PC, Microsoft et BlackBerry

      - PC. Le marasme continue sur ce marché cannibalisé par les smartphones et les tablettes.

      - Microsoft. Le nouveau système d'exploitation Windows 8 et la tablette Surface, censés marquer le virage vers le mobile, ont reçu un accueil mitigé. Le groupe est dans le flou après le départ annoncé du patron Steve Ballmer. L'espoir repose désormais sur le rachat des téléphones portables d'un champion déçu, Nokia.

      - BlackBerry. Le pionnier des smartphones espérait rebondir avec sa nouvelle plateforme BB10, c'est raté. Entre suppressions d'emplois, vente avortée et départ de nombreux dirigeants dont le patron Thorsten Heins, le groupe est au bord du gouffre.

       

      2014: retour d'Apple et accessoires connectés

      - Apple. Presque quatre ans après l'iPad et sept après l'iPhone, fans et analystes espèrent un nouveau produit révolutionnaire du groupe à la pomme, qu'ils imaginent dans le salon (iTV) ou au poignet (iWatch). L'iphone reste un bestseller mais n'a pas empêché le premier recul du bénéfice net en 10 ans. L'image d'Apple est aussi égratignée par des pratiques d'optimisation fiscale critiquées dans plusieurs pays, et une condamnation pour entente sur le prix des livres électroniques aux Etats-Unis.

      - Accessoires connectés. Les lunettes de Google et les montres interactives de plusieurs fabricants dont Samsung ont ouvert la voie, mais les analystes prédisent une explosion en 2014. Ces appareils devraient encourager les interactions plus "humaines", avec des commandes par la voix et le mouvement, et des applications particulièrement prometteuses dans la santé et le fitness.











    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007