Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 129

 LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Goutroux: un homme placé sous mandat d'arrêt pour le meurtre de sa compagne - 21/04/2015

      (Belga) Un habitant de Goutroux (Charleroi) a été placé sous mandat d'arrêt pour le meurtre de sa femme, lundi soir. Le suspect avait appelé les secours durant la nuit de dimanche à lundi et avancé le décès accidentel de son épouse de 59 ans. Il est ensuite apparu que la mort de cette dernière remontait à trois heures avant l'appel au service 100 et qu'elle faisait suite à des coups.

      Un habitant de la rue des Coquelicots à Goutroux a alerté les secours, durant la nuit de dimanche à lundi, vers 03h00 du matin. A l'arrivée des ambulanciers, il n'y avait plus rien à faire pour sauver la victime, âgée de 59 ans. Rapidement, les déclarations du mari, en état d'ébriété, ont éveillé les soupçons des enquêteurs. Il semble que ce dernier ait évoqué une chute dans les escaliers pour expliquer le décès de sa femme. L'examen du médecin légiste a toutefois permis de constater que la mort remontait à au moins trois heures avant l'appel au service 100 et qu'elle découlait de violences. Ce lundi, le parquet et le juge d'instruction sont descendus sur les lieux, suivis du laboratoire de la police fédérale. Privé de liberté, le suspect a été présenté en début de soirée au juge d'instruction. Celui-ci a estimé que les éléments étaient suffisants pour placer l'homme sous mandat d'arrêt pour meurtre. (Belga)








    • Grève des secteurs publics - Le réseau de la Stib à l'arrêt quasi complet mercredi - 21/04/2015

      (Belga) A la demande de l'écrasante majorité des agents de conduite, le front commun syndical à la Stib couvrira la grève du 22 avril. Le réseau bus-tram-métro de la capitale devrait donc être à l'arrêt quasi complet ce mercredi, indique la CSC Services publics lundi soir dans un communiqué.

      "Les agents de la STIB ne veulent pas d'austérité et de nouvelles mesures d'économie sur les services et transports publics, mais un renforcement de ceux-ci", ajoute le syndicat, qui précise que les agents "s'opposent toujours au saut d'index et au relèvement de l'âge légal de la pension". Les services publics devraient être fortement perturbés mercredi à la suite de l'appel à la grève générale lancé par le syndicat socialiste CGSP. Outre le réseau de la Stib, tous les transports en commun devraient être totalement, ou en grande partie, paralysés par le mouvement, de même que la distribution du courrier. Les enseignants affiliés au syndicat socialiste ne devraient pas donner cours. Des parcs à conteneurs seront également fermés. Enfin, certains policiers et pompiers seront également en grève. (Belga)








    • Marathon de Boston: deuxième victoire pour l'Ethiopien - 20/04/2015

      (Belga) Lelisa Desisa a remporté lundi le 119e marathon de Boston, une course endeuillée par des attentats meurtriers en 2013 qui se déroule lors du Patriots' Day.

      L'Ethiopien de 25 ans, déjà vainqueur de cette édition 2013, deuxième à New York en 2014 et vice-champion du monde en 2013 a couvert les 42,195 km de l'épreuve en 2 heures 9 minutes 17 secondes, un temps largement supérieur au record de la course (2h03:02) sous une température de 40 dégrés. Il a devancé son compatriote Yemane Adhane Tsegay (2:09.48), le Kényan Wilson Chebet (2:10.22) et trois autres coureurs du Kenya (Bernard Kipyego, Wesley Korir et Frankline Chepkwony). Meb Keflezighi, le premier Américain vainqueur de l'épreuve en 31 ans l'an dernier, a terminé huitième en 2h12:42. Après son sacre en 2013, Desisa avait offert sa médaille à la ville de Boston, en l'honneur des victimes, trois morts et 264 blessés. La sentence contre le principal accusé des attentats, Dzhokhar Tsarnaev, devrait être prononcée prochainement. Chez les dames, la Kényane Caroline Rotich a remporté la course en 2 heures 24 minutes 55 secondes devant les Ethiopiennes Mare Dibaba (2h24:59), dont elle ne s'est débarrassée qu'à 500 mètres de la banderole d'arrivée, et Buzunesh Deba (2h25:09). C'est le premier titre majeur dans la carrière de Caroline Rotich (30 ans), lauréate du Marathon de Prague en 2013, qui ne faisait pas partie des favorites. Les anciennes gagnantes kenyanes Sharon Cherop et Caroline Kilel se sont classées 5e et 6e en 2h26:05 et 2h26:40). L'Américaine Shalane Flanagan, deux fois 4e, n'a fini que 9e en 2h27:47. (Belga)








    • Finances à Molenbeek - Les FDF veulent un audit et des explications sur l'exercice de la tutelle régionale - 20/04/2015

      (Belga) Les FDF ont demandé lundi l'organisation d'un audit sur la gestion financière de la commune de Molenbeek et des explications sur l'exercice de la tutelle régionale au cours des dernières années.

      D'après les quotidiens Le Libre Belgique et la Dernière Heure, cette commune de l'ouest de la capitale est au bord de la faillite, entre autres à la suite de nombreux engagements de personnel, de subsides non perçus et de dette croissante. Directement mise en cause pour la gestion passée, l'ex-bourgmestre socialiste de la commune Philippe Moureaux a réagi notamment en soulignant que la nouvelle majorité avait mis près de trois ans avant de tirer la sonnette d'alarme. Il a également rappelé que l'échevine des Finances du collège qu'il dirigeait était de la même formation que celle de l'actuelle bourgmestre Françoise Schepmans (MR), comme d'autres échevins, et avait eu accès à tous les documents. Enfin, il a fait valoir que la composante libérale de la majorité n'avait pas remise en cause les engagements de personnel supplémentaire. Pour les chefs de file FDF au parlement bruxellois, Emmanuel De Bock, et au conseil communal, Michael Vossaert, il faut un audit sur la gestion financière de Molenbeek et des explications sur "l'exercice étonnant, voire laxiste" de la tutelle régionale ces dernières années. "Sauf à avoir été victime de camouflages comptables, il semble que la tutelle régionale ait été exercée de manière peu contraignante à l'égard de la commune du patron des socialistes bruxellois", a ajouté Emmanuel De Bock. Pour lui, Molenbeek est certes une commune moins nantie que d'autres mais c'est aussi la commune la plus aidée de la Région bruxelloise à travers les mécanismes de solidarité entre les 19 communes. Aux yeux du mandataire FDF, il ne serait pas juste que la Région éponge les dettes de Molenbeek et pas celles des autres communes. Octroyer 100 millions d'euros de prêts non-remboursables serait une véritable prime à la mauvaise gestion, alors que d'autres communes se serrent la ceinture depuis des années. (Belga)








    • 750 millions en moins pour la Wallonie: le SPF Finances ne peut expliquer le calcul en détail - 20/04/2015

      Selon M. D'Hondt, ces simulations de 2013, fondées sur les dernières données connues à l'époque (revenus 2010), n'ont été que provisoirement adaptées aux dernières données sur les revenus 2012 pour envisager le budget initial 2015, mais il semble que les recettes à l'IPP aient alors été surestimées. Le programme de calcul intégrant les critères réels de la nouvelle loi spéciale de financement (LSF) n'a été prêt que le mois dernier.

      L'ampleur de la moins-value aux entités fédérées a alors surpris, a reconnu M. D'Hondt. Les calculs ont été revérifiés, avant d'être communiqués le 26 mars dernier, sans toutefois pouvoir fournir tous les détails en raison de contraintes techniques, selon lui. "Il y a des éléments à expliquer, mais cela nécessite encore du travail (d'analyse)", a reconnu le président du comité de direction du SPF Finances, appelant à ce que "tous se mettent autour de la table". "Nous sommes disposés à clarifier au maximum la situation", a-t-il assuré.

      Le MR s'est dit satisfait du climat "serein" des débats et d'un "bel exercice de transparence démocratique", précisant toutefois attendre les explications approfondies. A l'inverse, PS et cdH n'y ont pas trouvé la transparence voulue et ont dénoncé un changement de méthodologie non concerté. Tous s'accordent sur la nécessité d'améliorer la transmission des informations fiscales entre niveaux de pouvoir.

      Une réactualisation en 2018 pourrait permettre aux entités fédérées de récupérer 186 millions des 750 millions (soit 53 millions pour la Wallonie), a précisé Jean Hilghers (Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie). Pour éviter qu'un tel problème ne se répète, il plaide pour que l'arrêté royal prévu dans la LSF pour fixer la méthodologie soit suffisamment détaillé et rédigé au plus vite. M. Hilghers demande aussi pour les Régions un droit d'accès aux données non individualisées et au modèle macro-économique utilisé.

      Le Bureau fédéral du plan a relativisé le conflit en rappelant que les 750 millions d'euros constituaient des avances de trésorerie, et donc pas un montant définitif (qui sera connu fin 2016). Les taux retenus sont aussi provisoires, a souligné Philippe Donnay, commissaire au Plan. Son office est en train d'actualiser ses projections, "mais il est vraisemblable qu'elles se rapprochent assez nettement de celles du budget fédéral ajusté avec un écart maximal de 150 millions", a-t-il souligné. M. Donnay a toutefois jugé essentiel que les chiffres soient partagés entre niveaux de pouvoir, pour la crédibilité vis-à-vis de l'Europe.

      Le commissaire au plan a annoncé pour 2016 une correction positive en raison de paramètres macro-économiques plus favorables (1,2% de croissance au lieu de 1%, 0,2% de croissance de l'indice des prix au lieu de 0%). Moins bonne nouvelle pour les Régions, la nouvelle dotation "dépenses fiscales" semble surestimée dans le budget 2015 (120 millions d'euros). Au final, resterait un total de 532 millions contre 750 millions (pour la Région wallonne, on passe de -248 à -204 millions, et à un boni de 27 millions pour la Fédération Wallonie-Bruxelles), selon M. Donnay.

      Le ministre wallon du Budget, Christophe Lacroix, n'a pas caché sa surprise. "On avait déjà retrouvé 45 millions d'euros (lors d'une rencontre entre techniciens du fédéral et wallons), nous pourrions ici regagner une cinquantaine de millions d'euros supplémentaires, je commence à en avoir assez de ces fluctuations", a-t-il dit, très dubitatif sur la méthode avancée et la fiabilité des prévisions.

      Après l'audition des fonctionnaires et techniciens ce lundi, le débat politique sera mené mercredi en séance plénière du parlement wallon.








    • Contrôle budgétaire - Le SPF Finances "n'a voulu piéger personne" mais ne parvient pas encore à tout expliquer - 20/04/2015

      (Belga) Le patron de l'administration fiscale des Finances, Hans D'Hondt, a assuré lundi devant les députés wallons que son administration n'avait voulu piéger personne en annonçant tardivement une moins-value de 750 millions d'euros aux entités fédérées peu avant le contrôle du budget 2015.

      Il n'est toutefois pas parvenu à expliquer dans le détail une baisse de 1,8 milliard d'euros des recettes à l'impôt des personnes physiques (IPP) constatée en mars dernier, par rapport à des simulations réalisées antérieurement. Selon M. D'Hondt, ces simulations de 2013, fondées sur les dernières données connues à l'époque (revenus 2010), n'ont été que provisoirement adaptées aux dernières données sur les revenus 2012 pour envisager le budget initial 2015, mais il semble que les recettes à l'IPP aient alors été surestimées. Le programme de calcul intégrant les critères réels de la nouvelle loi spéciale de financement (LSF) n'a été prêt que le mois dernier. L'ampleur de la moins-value aux entités fédérées a alors surpris, a reconnu M. D'Hondt. Les calculs ont été revérifiés, avant d'être communiqués le 26 mars dernier, sans toutefois pouvoir fournir tous les détails en raison de contraintes techniques, selon lui. "Il y a des éléments à expliquer, mais cela nécessite encore du travail (d'analyse)", a reconnu le président du comité de direction du SPF Finances, appelant à ce que "tous se mettent autour de la table". "Nous sommes disposés à clarifier au maximum la situation", a-t-il assuré. Le MR s'est dit satisfait du climat "serein" des débats et d'un "bel exercice de transparence démocratique", précisant toutefois attendre les explications approfondies. A l'inverse, PS et cdH n'y ont pas trouvé la transparence voulue et ont dénoncé un changement de méthodologie non concerté. Tous s'accordent sur la nécessité d'améliorer la transmission des informations fiscales entre niveaux de pouvoir. (Belga)








    • Maggie De Block a trouvé la solution pour payer moins cher les médicaments contre les maladies orphelines - 20/04/2015

      La Belgique et les Pays-Bas ont convenu lundi, en marge d'une réunion informelle des ministres européens de la Santé à Riga (Lettonie), de négocier ensemble avec les entreprises pharmaceutiques pour le remboursement des médicaments orphelins, a annoncé la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block. "Ensemble, nous pourrons obtenir davantage pour nos patients souffrant de maladies rares", justifie la ministre libérale, citée dans un communiqué.


      D’autre pays pourront se joindre à la Belgique et aux Pays-Bas s’ils le souhaitent

      Mme De Block et son homologue néerlandaise Edith Schippers ont signé lundi un protocole d'accord en ce sens à Riga, ponctuant ainsi des négociations qui avaient débuté en décembre dernier. Les deux pays négocieront dès l'année prochaine avec le secteur pharmaceutique sur ces matières, après la conduite et l'évaluation d'un projet-pilote. Selon Mme De Block, d'autres pays européens pourraient toutefois rejoindre l'initiative dans le futur.



      Pourquoi ces médicaments coûtent si cher?

      Les maladies orphelines sont des maladies rares qui touchent moins de 5 personnes sur 100.000. Il existe environ 8.000 maladies orphelines pour lesquelles à peine 150 médicaments sont disponibles sur le marché. Selon une estimation, trente millions d'Européens souffrent d'une de ces 8.000 maladies orphelines. En raison de ce faible nombre de patients, les entreprises pharmaceutiques ne peuvent logiquement vendre que fort peu de doses de médicaments pour soigner ces maladies, ce qui explique que leurs prix souvent fort élevés. "Aujourd'hui, les pays font chacun leurs propres accords avec les entreprises pharmaceutiques. Ensemble, nous représentons plus de patients et nous pouvons négocier un prix plus bas", défend Mme De Block.


      Les entreprises également gagnantes

      Selon elle, le secteur peut également tirer parti de pareils accords multinationaux. Les entreprises pharmaceutiques ne doivent en effet introduire qu'un seul dossier pour les deux pays et elles ont accès à un plus grand nombre de patients. Plusieurs entreprises pharmaceutiques ont ainsi déjà annoncé leur volonté de se joindre au projet pilote, selon la ministre.

      La Belgique et les Pays-Bas pourraient à l'avenir pousser plus loin leur coopération sur les maladies orphelines, notamment en matière d'échange d'informations, de partage des registres et l'harmonisation des méthodes d'évaluation des nouveaux médicaments.









    • Les fraises espagnoles inondent nos marchés: "Elles continuent à mûrir durant le transport" - 20/04/2015

      Moins sucrées et plus chargées en pesticides, elles inondent le marché et ce, depuis le mois de janvier. "Pour que les fraises arrivent au mois de janvier, elles sont coupées en général avant d'être matures, avant d'être vraiment mûres", a expliqué Claude Willmart, président du Conseil d'Administration de la Criée de Wépion, à notre journaliste, Céline Gransard. "Et c'est à la fois durant le transport qu'elles continuent à mûrir. Ce qui veut dire que ce n'est pas une maturation faite au soleil. Alors que pour avoir du sucre dans une fraise, c'est du soleil qu'il faut. Si vous voulez un fruit avec un certaine qualité gustative, il faut que le fruit ait le temps de maturer".

      Si on aime "bien" manger, mieux vaut donc passer son chemin sur ces fraises espagnoles.








    • Nouveau naufrage en cours de trois bateaux avec plus de 300 migrants - 20/04/2015

      (Belga) Un bateau avec à bord plus de 300 personnes est en train de sombrer en Méditerranée, a annoncé lundi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui indique avoir reçu un appel à l'aide d'une personne située sur cette embarcation.

      "L'OIM à Rome vient de recevoir un appel demandant de l'aide d'un bateau dans les eaux internationales; il y a trois bateaux. La personne qui a appelé dit qu'il y a plus de 300 personnes sur son bateau et qu'il est en train de couler", a indiqué aux médias l'organisation internationale, basée à Genève. (Belga)








    • Une heure de file après l?atterrissage à Brussels Airport: la grève du zèle continue (à moitié) jusqu?à demain soir - 20/04/2015

      Le SLFP Police maintient l'action de grève du zèle à Brussels Airport jusqu'à 17h00 mardi, indique ce lundi le Syndicat Libre de la Fonction Publique (SLFP) dans un communiqué. Pour sa part, le SNPS (Syndicat National du personnel de Police et de Sécurité) a annoncé avoir suspendu le mouvement à la suite de l'annonce d'une réunion avec le ministère de l'Intérieur mardi en fin d'après-midi. Le SLFP indique que pour le moment "le ministre ne parle qu'au futur" et que les mesures évoquées sont incertaines. Le SLFP Police maintient le mouvement de grève du zèle "même si le SNPS, notre partenaire dans ce front commun local, a décidé de lancer un signal de fin."


      Une demi-heure d'attente dans un sens et une heure dans l'autre

      Lundi après-midi, l'attente se réduisait aux départs, avec moins d'une demi-heure d'attente. Aux arrivées, par contre, l'attente s'élevait à environ une heure, selon Brussels Airport, provoquant l'impatience de certains voyageurs. Aux arrivées, un voyageur a été brièvement interpellé après qu'un groupe de personnes a tenté d'outrepasser un contrôle frontière Ce matin, "les passagers décollant vers ou arrivant de destinations situées hors de l'espace Schengen subissaient des temps d'attente pouvant dépasser une heure", avaient annoncé les responsables de la communication de l'aéroport.


      "Tous suspects"

      Sur place, l'énervement des passagers était perceptible, selon Philippe qui nous a contactés via notre page Alertez-nous. "Toujours le même chaos à Brussels Airport. Pas facile avec des bébés qui pleurent. La police fédérale est-elle certaine de viser la bonne clientèle?", avait-il réagi en fin de matinée.Par la grève du zèle, la police entend mener les contrôles aux frontières "à la lettre". "Ils nous ont indiqué qu'ils contrôlaient tout le monde comme si nous étions tous suspects. Du coup, moi j'ai 25 heures d'avion derrière moi. Là je suis dans une file depuis 1h30. Si ça n'avance pas plus vite, j'en ai encore facilement pour 3 heures, voire plus", a ajouté Philippe.


      Pourquoi cette grève?

      Les syndicats policiers se plaignent d’une situation de sous-effectif structurelle malgré les missions accrues demandées aux policiers qui s’occupent des contrôles de documents aux aéroports. Ils sont actuellement effectués par 385 policiers à Brussels Airport, mais il en faudrait idéalement 436, selon les syndicats.

       








    • Après le burn-out, le "bore-out" envahit le monde du travail - 20/04/2015

      "On n'a plus d'énergie, plus envie d'aller manger avec des amis, plus envie de faire du sport", a expliqué Annelies Quaegebeur, coach au sein de la société Passion for Work, au micro de notre journaliste, Jessica Nibelle. "Même s'il y a beaucoup de travail, il n'y a pas de challenge, en fait".

      L'absence de défi, c'est ce qui peut mener certaines personnes au bore-out. La prise de conscience se fait bien souvent tard et à l'issue d'un congé. "On voit qu'après les grandes vacances ou les vacances de Noël voire de Pâques, les gens n'ont plus assez d'énergie pour reprendre le boulot". Il faut alors se poser les bonnes questions. "Est-ce que je n'ai plus rien à apprendre? Est-ce que j'ai assez de boulot? Est-ce que mes talents sont assez utilisés?".

      Le conseil d'Annelies Quaegebeur est d'en parler avec son supérieur ou avec les Ressources Humaines. Car même s'il s'agit d'une mauvaise passe, il faut tout de même agir. Si ce phénomène n'est pas pris au sérieux, le bore-out, comme le burn-out, peut conduire à la dépression.








    • Grève: inutile de compter sur la SNCB de mardi soir à jeudi matin - 20/04/2015

      La SNCB conseille lundi à ses voyageurs de ne pas compter sur ses trains pour se déplacer de mardi 22h00 jusqu'au premier train de jeudi. En raison de l'appel à la grève générale lancé par le syndicat socialiste CGSP, le trafic, tant national qu'international, risque d'être fortement perturbé.

      La SNCB "souhaite informer au mieux ses voyageurs avant et pendant le déroulement de cette grève". Les navetteurs pourront prendre connaissance des différentes perturbations via le planificateur de voyage, le site internet de la SNCB, l'application de l'entreprise, les tableaux d'affichage en gare, et enfin, le compte Twitter. Pour le trafic international, les informations seront relayées par le site www.sncb-europe.com. Mercredi, les services publics devraient être fortement touchés à la suite de l'appel à la grève générale lancé par le syndicat socialiste CGSP, qui dénonce notamment les économies menées dans les services publics par les différents gouvernements. Si le mouvement n'est pas suivi par la CSC et la CGSLB, la CSC-Transcom a annoncé qu'elle couvrirait tout de même les travailleurs de la SNCB et de bpost souhaitant se joindre au mouvement.








    • Voici la proposition "controversée" du PTB pour "donner du boulot à tout le monde" (vidéo) - 20/04/2015

      Le PTB propose la semaine de 30 heures "pour donner du boulot à tout le monde". C'est ce qu'a indiqué Raoul Hedebouw, le porte-parole du PTB, qui était l’invité de la rédaction de Bel RTL ce lundi matin. Il a répondu aux questions de Martin Buxant.


      M.B. : Autre proposition phare, c’est la mise en place d’une semaine de 30 heures pour tous. Expliquez-nous comment vous faites et comment vous financez ça ?

      R.H. : Je crois d’abord que le premier constat, c’est qu’aujourd’hui on a besoin de temps libre. Ce n’est pas normal qu’on a 15 à 20 % des gens qui sont sans emploi et d’un autre côté on demande à ceux qui ont un emploi de travailler de plus en plus : heures supp, flexibilité, intensification du travail à outrance, ...


      M.B. : Comment vous financez ça ?

      R.H. : Donc aujourd’hui moi je prends acte que depuis 1960 la productivité en Belgique, c’est-à-dire la richesse produite par chaque travailleur a été multipliée par 3,5. Donc, prenons une partie de cette productivité pour pouvoir financer cette réduction du temps de travail. C’est exactement le même débat qu’on a eu lors de la journée des 8 heures.


      M.B. : Est-ce que la Belgique peut comme ça tout seule en Europe décider : voilà on va travailler 30 heures par semaine? Alors que nos voisins travaillent 35 en France ou bien 40 heures.

      R.H.: Vous prenez l’exemple de la France. Les Français ont eu le courage de dire à un moment donné : "On passe de 40 à 35 heures".


      M.B. : C’est controversé.

      R.H. : J’espère bien que c’est controversé. Quand on a posé la journée des 8 heures en 1910, c’était évidemment controversé. Le patronat disait : "Si on passe à la journée des 8 heures en Belgique, ce sera la fin de notre économie".


      M.B. : Pour le PTB à l’avenir, on travaillera 30 heures par semaine.

      R.H. : On va se battre pour ça en tout cas, pour donner du boulot à tout le monde, pour donner du temps libre à tout le monde, parce qu’aujourd’hui notre économie doit être au service de l’humain et pas au service du business.

      Le PTB propose la semaine de 30 heures de travail pour créer de l'emploi. Êtes-vous favorable à une telle proposition?








    • Prévisions météo: une semaine printanière avant un week-end chahuté - 20/04/2015

      Le temps sera sec et généralement ensoleillé lundi, sous un vent modéré. Les maxima seront compris entre 15 degrés au littoral et 17 à 19 degrés ailleurs. Le ciel restera dégagé dans la nuit de lundi à mardi, mais les températures se feront plus fraîches avec des minima de 2 à 6 degrés.

      La journée de mardi sera également sèche et ensoleillée. Le vent restera faible à modéré et les températures maximales grimperont jusqu'à 18 à 21 degrés. La brise maritime empêchera toutefois le mercure de dépasser les 15 degrés à la Côte.

      Ce beau temps printanier sera encore d'actualité mercredi et jeudi, avec des températures moyennes en milieu de journée oscillant autour de 18 degrés.

      A partir de vendredi, le temps sera variable, partagé entre quelques éclaircies et des périodes de pluie. Le mercure chutera d'environ 18 degrés vendredi à environ 14 degrés dimanche. Les nuits seront cependant moins froides.

      LES PREVISIONS METEO DANS VOTRE REGION








    • Un beau temps printanier - 20/04/2015

      (Belga) Le temps sera sec et généralement ensoleillé lundi, sous un vent modéré de secteur nord-est. Les maxima seront compris entre 15 degrés au littoral et 17 à 19 degrés ailleurs.

      Le ciel restera dégagé dans la nuit de lundi à mardi, mais les températures se feront plus fraîches avec des minima de 2 à 6 degrés. La journée de mardi sera également sèche et ensoleillée. Le vent faible à modéré soufflera de secteur nord-est et les températures maximales grimperont jusqu'à 18 à 21 degrés. La brise maritime empêchera toutefois le mercure de dépasser les 15 degrés à la Côte. Ce beau temps printanier sera encore d'actualité mercredi et jeudi, avec des températures moyennes en milieu de journée oscillant autour de 18 degrés. A partir de vendredi, le temps sera variable, partagé entre quelques éclaircies et des périodes de pluie. Le mercure chutera d'environ 18 degrés vendredi à environ 14 degrés dimanche. Les nuits seront cependant moins froides. (Belga)








    • Les Belges ne règlent pas leurs amendes: voici la mesure qui va faire peur aux mauvais payeurs - 20/04/2015

      Le ministre fédéral des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), souhaite, après un projet-test réussi à Gand, que les huissiers puissent réclamer les amendes judiciaires, lit-on lundi dans Het Laaste Nieuws.

      Actuellement, le fisc réclame toujours des amendes impayées pour des dizaines de millions d'euros. En 2013 et 2014, plus de 293 millions d'euros d'amendes n'ont toujours pas été perçus. Afin d'accélérer le processus de recouvrement, le fisc a testé, à Gand, le recours à des huissiers pour récupérer l'argent chez les mauvais payeurs. Etant donné la réussite du projet, le système sera implanté dans tout le pays. "Dans le courant du troisième trimestre", a précisé le ministre.








    • Telenet rachète Base pour 1,325 milliards d'euros - 20/04/2015

      Le groupe Telenet a annoncé lundi avoir conclu un accord définitif avec le groupe néerlandais KPN en vue du rachat de l'opérateur de télécoms Base, pour un montant d'1,325 milliard d'euros. "La combinaison de Telenet et Base Company créera en Belgique un fournisseur de premier plan de services de télécommunications intégrés avec des revenus opérationnels combinés en 2014 de 2,4 milliards d'euros et un EBITDA ajusté d'1,1 milliard d'euros", souligne Telenet dans un communiqué. L'opération est soumise à l'approbation des autorités compétentes en matière de concurrence.


      Telenet annonce déjà un investissement de 240 millions

      L'acquisition de Base permettra au câblo-opérateur Telenet, filiale du groupe américain Liberty Global, de mettre la main sur un réseau de téléphonie mobile. Telenet annonce d'ores et déjà l'investissement de quelque 240 millions d'euros dans les prochaines années, dont une partie concernera des investissements ciblés dans le réseau de Base. Telenet s'attend en outre à pouvoir réaliser des synergies d'environ 150 millions d'euros annuels, principalement grâce à la migration de ses quelque 900.000 abonnés actuels de services de téléphonie mobile vers le réseau de Base.

      Le câblo-opérateur basé à Malines financera l'acquisition de Base notamment via l'émission de nouveaux instruments de dette se montant à 1 milliard d'euros.








    • Début du procès de l'horreur: le calvaire de Jimmy, privé de nourriture et torturé par sa mère et son beau-père - 20/04/2015

      Sept femmes et cinq hommes ont été désignés pour former le jury populaire qui sera chargé de juger, dès ce lundi, Isabelle Dantand et Gaetan Massin, accusés d'avoir torturé Jimmy, le fils de l'accusée. Ils auraient également privé de nourriture les quatre autres enfants de l'accusée, dont un enfant qu'elle a eu avec l'accusé. Quatre jurés suppléants ont été désignés, une femme et trois hommes, car le procès risque de durer une semaine et demi.

      Il est aussi reproché à l'accusé d'avoir détourné des allocations sociales et familiales de sa compagne afin de satisfaire ses désirs personnels.


      Jimmy était incapable de se déplacer ou de s'exprimer

      Jimmy F. est cet adolescent autiste découvert, le 27 septembre 2013, à l'âge de 16 ans, dans une habitation à Jumet, par un homme qui était en train de procéder à un déménagement dans la maison voisine. L'homme, intrigué par la présence de cet adolescent rachitique qui était couché sur un sol crasseux, entre deux bergers allemands qui ne cessaient pas d'aboyer, a alerté les services de secours. Quand ceux-ci sont arrivés dans l'habitation, Jimmy était incapable de se déplacer et de s'exprimer.

      L'adolescent qui ne pesait plus que 29 kilos vivait dans une saleté épouvantable. Souffrant de malnutrition, Jimmy présentait aussi des antécédents d'épilepsie et il ne recevait plus son traitement médicamenteux. Il était recouvert de puces et de déjections des chiens. Il portait aussi des traces de coups et de brûlures sur le corps. Les parents ont expliqué qu'ils n'étaient plus monter à l'étage où il se trouvait depuis au moins trois semaines.


      La situation se serait détériorée dès l'arrivée de Gaetan Massin

      Jimmy F. est l'un des fils d'Isabelle Dantand, mère de cinq autres enfants qui font tous l'objet d'une mesure de placement ordonnée par le Service d'aide à la Jeunesse. Au moment de sa première audition, Isabelle Dantand était enceinte. Elle et Gaetan Massin avaient déjà un enfant en commun. Selon plusieurs témoins entendus au cours de l'enquête, l'éducation et la nutrition des enfants se sont fortement détériorées quand Gaetan Massin est entré dans la vie de cette mère de famille.


      Plusieurs chefs d'accusation

      Outre l'accusation de torture, Gaetan Massin devra aussi répondre d'un détournement des allocations sociales perçues par sa compagne. Quand Gaetan Massin a été arrêté à son tour, il détenait la carte bancaire de sa femme et il avait effectué plusieurs retraits d'argent et des achats alors qu'Isabelle Dantan était incarcérée. Gaetan Massin et Isabelle Dantand sont donc accusés d'avoir torturé Jimmy avec les circonstances aggravantes que l'infraction a été commise envers un mineur ou envers une personne qui en raison de son état physique ou mental, n'était pas à même de pourvoir à son entretien par ses père, mère ou autres ascendants, toute personne ayant autorité sur lui ou en ayant la garde ou toute personne majeure qui cohabite occasionnellement ou habituellement avec la victime.

      Le couple est aussi accusé d'avoir volontairement privé d'aliments ou de soins au point de compromettre sa santé, des mineurs, en l'occurrence Dylan F. (16 ans), Jordan F. (20 ans), Alyson (12 ans) et Loriana M. (4 ans). Les deux accusés sont détenus depuis les faits.

      Le procès débutera ce lundi 20 avril à 9h par la lecture de l'acte d'accusation.








    • Les huissiers vont percevoir les amendes judiciaires en Belgique - 20/04/2015

      (Belga) Le ministre fédéral des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), souhaite, après un projet-test réussi à Gand, que les huissiers puissent réclamer les amendes judiciaires, lit-on lundi dans Het Laaste Nieuws.

      Actuellement, le fisc réclame toujours des amendes impayées pour des dizaines de millions d'euros. En 2013 et 2014, plus de 293 millions d'euros d'amendes n'ont toujours pas été perçus. Afin d'accélérer le processus de recouvrement, le fisc a testé, à Gand, le recours à des huissiers pour récupérer l'argent chez les mauvais payeurs. Etant donné la réussite du projet, le système sera implanté dans tout le pays. "Dans le courant du troisième trimestre", a précisé le ministre. (Belga)








    • "Comment expliquer que le travail soit taxé à ce point?" - 20/04/2015

      "Dans une société où, à gauche, on dit que l'on veut protéger les travailleurs et, à droite, que la valeur travail est essentielle, comment expliquer que le travail soit taxé à ce point? ", s'interroge Patrick Dupriez, dont le parti plaide pour une globalisation des revenus du travail et du capital. "Il faut élargir l'assiette fiscale pour diminuer les taux de taxation sur le travail, en tout cas pour les bas et les moyens revenus."

      "Le gouvernement fédéral s'apprête à négocier son 'tax shift', nous mettons sur la table une alternative, en disant: profitons de l'opportunité pour repenser de manière globale notre système fiscal", explique Mme Khattabi.












    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Naufrage de migrants - Les survivants sont arrivés en Sicile, deux arrestations - 21/04/2015

      (Belga) Vingt-sept survivants du naufrage qui pourrait avoir fait 700 morts dimanche en Méditerranée sont arrivés lundi soir dans le port de Catane, en Sicile.

      Deux des 27 survivants ont aussitôt été arrêtés, les autorités italiennes les soupçonnant d'être des membres de l'équipage du chalutier qui a chaviré dimanche au large de la Libye avec des centaines de personnes à bord. Selon un responsable de la police, il s'agirait d'un Tunisien, capitaine présumé du chalutier, et d'un Syrien, membre présumé de l'équipage. Le ministre italien des Transports Graziano Delrio, considéré comme le bras droit du chef du gouvernement Matteo Renzi, était présent pour accueillir les premiers survivants débarqués, avant qu'ils soient conduits dans des tentes pour une première inspection sanitaire. Ils devraient ensuite être emmenés en bus dans une structure de première urgence dont le lieu reste confidentiel pour les besoins de l'enquête. Un autre survivant, transporté d'urgence dimanche en raison de son état de santé, était déjà hospitalisé à Catane. Quelques dizaines de militants anti-racistes ont parallèlement manifesté pour réclamer l'abolition d'une loi criminalisant les clandestins: "émigrer n'est pas un délit, l'histoire de la Sicile nous l'a enseigné", ont-ils scandé. Selon des survivants, des centaines de personnes, jusqu'à 950, dont une cinquantaine d'enfants et 200 femmes, sont mortes dimanche au large de la Libye après que le chalutier les transportant eut chaviré à l'approche d'un cargo portugais qui venait lui porter secours. Les garde-côtes italiens, qui ont repêché 24 corps et 28 survivants, ne confirment pour l'instant pas ce bilan. L'Union européenne tiendra jeudi un sommet extraordinaire pour répondre en urgence au drame des migrants en Méditerranée, après une série noire de naufrages qui aurait fait plusieurs centaines de victimes. (Belga)








    • Finances à Molenbeek - Le PTB dénonce le manque de débat sur les choix financiers de la commune - 21/04/2015

      (Belga) "Cela fait déjà la deuxième fois que les conseillers communaux de Molenbeek-Saint-Jean doivent apprendre via la presse quelle est la situation financière de leur commune. C'est une honte. Cela fait quatre mois que nous demandons ces chiffres, et la majorité refuse le débat", a déploré le conseiller communal PTB Dirk De Block, lundi soir dans un communiqué.

      "Le pire est que la majorité a supprimé le conseil de cette semaine, parce qu'il n'y aurait pas eu assez de points à discuter", précise-t-il. Selon lui, la situation financière actuelle découle du manque de débat au conseil sur les choix financiers de la commune. "Cette majorité reproche à Philippe Moureaux (ex-bourgmestre socialiste de Molenbeek, NDLR) l'opacité des finances, mais la réponse de Françoise Schepmans (bourgmestre actuelle, MR) n'est pas mieux dans la pratique. Nous attendons toujours la première discussion au conseil, basée sur des chiffres réels", affirme Dirk De Block. Le parti d'extrême gauche reproche par ailleurs à la majorité "la façon malhonnête de mener le débat dans la presse, et d'éviter d'aborder la question cruciale du refinancement des communes bruxelloises, qui sont sous-financées d'une façon chronique". Selon Dirk De Block, les chiffres évoqués le sont hors contexte. "Molenbeek ne dépense pas plus de moyens pour son personnel que d'autres communes, quand on compare les dépenses par habitant. Une étude Belfius montre que l'évolution du personnel hors enseignants a suivi une progression plus lente (+0,4% par an sur la période dite "Moureaux") que les autres communes (+1,9% par an pour la moyenne régionale)", ajoute-t-il, précisant que selon cette même étude, "Molenbeek avait en 2011 un budget de 1.441 euros par habitant, alors que la moyenne régionale était de 1.710 euros par habitant". Le PTB exhorte dès lors la majorité à "arrêter les jeux politiques" et à aborder la question du refinancement des communes. (Belga)








    • Al-Azhar condamne l'exécution des chrétiens en Libye - 20/04/2015

      (Belga) Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite basée en Egypte, a condamné lundi l'exécution en Libye de 28 Ethiopiens capturés par le groupe Etat islamique (EI).

      Al-Azhar, la mosquée-université la plus prestigieuse de l'islam sunnite, située au Caire, a qualifié cet acte de "crime odieux commis par le groupe terroriste Daesh", utilisant l'aconyme arabe de l'EI, sur sa page Facebook. L'EI a diffusé dimanche une nouvelle vidéo qui menace les chrétiens, montrant l'exécution d'au moins 28 hommes présentés comme des Ethiopiens par des djihadistes en Libye. Les agissements de "Daesh et des organisations similaires ne s'accordent en rien avec quelque religion, loi ou tradition humaine que ce soit", a déclaré Al-Azhar. Les services du président égyptien Abdel Fatah al-Sissi ont également condamné le meurtre des chrétiens et appelé à un effort international pour résoudre le conflit qui ravage la Libye. La communauté internationale doit "prendre ses responsabilités et soutenir l'armée libyenne, le gouvernement libyen, et le parlement élu à travers des actions rapides et efficaces pour mettre fin à la crise en Libye", ont-ils déclaré dans un communiqué. Les chefs militaires des pays arabes doivent se rencontrer mercredi au Caire pour discuter de la formation d'une force conjointe d'action en Libye, après en avoir établi le principe lors d'un sommet en mars en Egypte. (Belga)








    • Renversement de majorité à Lens, Isabelle Galant n'est plus bourgmestre - 20/04/2015

      (Belga) La commune rurale de Lens a changé de majorité politique, lundi soir, à la suite du conseil communal. La bourgmestre, Isabelle Galant, siégera dans l'opposition.

      Une motion de méfiance constructive déposée par les groupes Lens et Vous et le PS, le 3 avril dernier, a été votée, lundi soir, lors de la séance du conseil communal de Lens. Isabelle Galant (MR) et son groupe Mouvement Démocratique Communal (MDC) formaient, depuis les élections de 2012, une majorité avec le groupe "Lens et Vous", emmené par l'ancien bourgmestre, Ghislain Moyart. A mi-mandature, et comme le prévoit le code de démocratie locale, Ghislain Moyart s'est associé avec le PS afin de déposer une motion de méfiance constructive et de proposer une nouvelle majorité. Pour Isabelle Galant, l'ancienne bourgmestre, cette motion est une "application abusive de la loi". La nouvelle majorité, PS et Lens et Vous reprochent notamment un "immobilisme" dans les dossiers et la gestion de la commune. La motion a été votée favorablement et la nouvelle majorité a prêté serment. (Belga)








    • Trois prix Pulitzer en 2015 pour le New York Times - 20/04/2015

      (Belga) Le New York Times a remporté lundi trois prix Pulitzer, les prestigieuses récompenses américaines en matière de journalisme, qui ont aussi célébré les photographes du St Louis Dispatch pour leur couverture des tensions raciales à Ferguson (Missouri).

      Le quotidien new-yorkais l'a emporté dans la catégorie "International", ses journalistes étant collectivement distingués pour leur couverture de l'épidémie mortelle d'Ebola en Afrique de l'Ouest, a précisé lundi le comité Pulitzer à l'université Columbia à New York. Un photographe pigiste du New York Times, Daniel Berehulak, l'a emporté dans la catégorie "Photo magazine", également pour sa couverture d'Ebola. Le photographe de l'AFP Bulent Kilic figurait parmi les trois finalistes de ce prix "photographie magazine", pour ses photos de Kurdes fuyant les attaques du groupe djihadiste Etat islamique dans des petits villes kurdes sur la frontière entre la Syrie et la Turquie. Le journaliste du New York Times Eric Lipton a reçu le prix dans la catégorie "Journalisme d'investigation" pour ses articles sur le rôle des lobbies, les journalistes du Wall Street Journal étant également récompensés dans cette catégorie. Le prix "Breaking news" en photo a récompensé l'ensemble des photographes du St Louis Dispatch pour leur couverture des événements de Ferguson, après la mort d'un jeune Noir non armé tué par un policier en août dernier. Au total, les prix Pulitzer ont été remis dans 21 catégories. (Belga)








    • Basket: Tel Aviv, le tenant, éliminé en Euroligue messieurs - 20/04/2015

      Fenerbahçe est allé éliminer le tenant Tel Aviv lundi, en match N.3 des quarts de finale de l'Euroligue messieurs de basket, d'un point seulement et après prolongation (75-74), après avoir remporté les deux premiers matches à domicile.

      Dans l'autre rencontre de la soirée, le Panathinaïkos a préservé ses chances en l'emportant chez lui contre le CSKA Moscou, mais là encore par la plus petite des marges (86-85). Le club grec revient à 2-1 après ses deux défaites d'entrée en Russie, et recevra le CSKA mercredi pour le match N.4 (18h45 GMT).

      Le tenant de l'Euroligue est donc tombé dès les quarts de finale, tout comme lors de l'édition 2014, remportée par les Israéliens et où l'Olympiakos avait été sorti à ce stade de la compétition par le Real Madrid (2-3).

      Jeudi, le Real Madrid, finaliste ces deux dernières saisons, ne partira pas forcément tranquille chez l'Efes Istambul, bien que menant 2-0 dans leur duel. Facile vainqueur du match N.1 chez lui (80-71), il ne s'est imposé que de 5 points (90-85) au match N.2, toujours à Madrid.

      Le FC Barcelone est en position encore plus délicate, à 1-1 avant de se déplacer mercredi chez l'Olympiakos (19h00 GMT). Les Catalans s'étaient fait surprendre à domicile lors du match N.2 (63-76) malgré leur large victoire au match N.1, chez eux également (73-57).

      Lundi:

      Maccabi Tel Aviv (ISR) - Fenerbahçe (TUR) 74-75 a.p.

      Panathinaïkos (GRE) - CSKA Moscou (RUS) 86-85

      Mardi:

      (17h00 GMT) Olympiakos (GRE) - FC Barcelone (ESP)

      (18h55) Efes Istanbul (TUR) - Real Madrid (ESP)


    • Le corps d'un homme suspecté d'être le N°2 de Saddam Hussein remis à Bagdad - 20/04/2015

      (Belga) Un groupe paramilitaire appelé Brigade Hezbollah a remis lundi au gouvernement irakien le corps d'un homme étant très probablement l'ancien numéro deux du régime de Saddam Hussein, en affirmant que les tests menés par le groupe avaient confirmé son identité.

      Des tests ADN doivent néanmoins être encore conduits par les autorités de Bagdad pour confirmer officiellement la mort de cette figure de l'ancien régime renversé il y a 12 ans. Cela constituerait une victoire symbolique pour le gouvernement. Ezzat Ibrahim Al-Douri, vice-président du pays au moment de l'invasion américaine en 2003, était le roi de trèfle dans le jeu de 55 cartes diffusé par les Américains identifiant les responsables du régime de Saddam Hussein les plus recherchés. Cet ex-dirigeant, septuagénaire, a été donné pour mort à plusieurs reprises depuis le renversement de Saddam, mais il s'est ensuite exprimé par le biais de messages audio et vidéo. Son arrestation a été aussi annoncée maintes fois, toujours à tort. "Aujourd'hui, nous avons remis le corps du criminel Ezzat Ibrahim Al-Douri au gouvernement irakien" après avoir confirmé son identité avec "des tests et aussi de témoignages de gens qui le connaissaient", a déclaré à des journalistes le porte-parole de la Brigade Hezbollah, Jaafar al-Husseini. La veille, il avait affirmé que deux hommes capturés par sa brigade, qui avaient vu Douri ces six mois derniers mois, avaient reconnu le corps. La Brigade Hezbollah, une des plus puissantes milices combattant aux côtés des forces gouvernementales les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), ont transporté le corps dans un convoi d'une douzaine de véhicules lourdement armés et l'ont remis aux autorités dans le quartier de Kerrada, dans le centre de Bagdad. L'homme suspecté d'être Douri a été tué dans des combats vendredi matin dans la région de Tikrit (nord), puis ramené vendredi soir dans la capitale irakienne. (Belga)








    • Tragédies en Méditerranée: l'UE se réuni jeudi et promet d'agir - 20/04/2015

      L'Union européenne va tenir jeudi un sommet extraordinaire pour répondre en urgence au drame des migrants en Méditerranée, après une série noire de naufrages qui aurait fait plusieurs centaines de victimes.

      Le dernier a eu lieu près de l'île grecque de Rhodes, où un voilier s'est échoué lundi sur des rochers. Trois migrants, dont un enfant, ont péri, et 93 personnes ont pu être sauvées au cours d'une impressionnante opération de secours à quelques mètres du rivage.

      "Nous ne pouvons pas continuer comme cela, nous ne pouvons accepter que des centaines de personnes meurent en essayant de traverser la mer pour venir en Europe", a affirmé le président du Conseil européen, Donald Tusk, en annonçant la réunion extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement jeudi.

      Elle avait été demandée par le Premier ministre italien, Matteo Renzi, après le naufrage dans lequel entre 700 et 950 personnes pourraient avoir péri au large des côtes libyennes dimanche.

      Mais M. Tusk a prévenu "ne pas attendre de solutions rapides aux causes profondes des migrations, parce qu'il n'y en a pas". "S'il y en avait, nous les aurions mises en ?uvre depuis longtemps", a-t-il insisté.

      "Si nous n'agissons pas maintenant la crise va prendre des proportions dangereuses dans les mois qui viennent", a prévenu le commissaire européen en charge du dossier, Dimitris Avramopoulos, en détaillant un plan d'action en dix points qui servira de "base de travail" aux dirigeants jeudi.

      Ce plan a été soumis lundi aux ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'UE. Il prévoit le doublement des moyens pour la mission de surveillance maritime Triton, qui pourra patrouiller dans une zone plus large et devra participer aux secours.

      Une mesure plus audacieuse, de capture et de destruction des bateaux utilisés par les trafiquants, est également envisagée, mais elle devra recevoir le feu vert de l'Onu et vaincre les réticences de certaines capitales, notamment Londres.

      "Nous n'avons plus d'alibi", a lancé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. "Les tragédies de ces derniers jours, de ces derniers mois, de ces dernières années, c'en est trop".

      L'organisation humanitaire Save the Children a critiqué l'UE pour ne pas s'être mise d'accord sur une "action immédiate" à sa réunion de lundi. "Ce dont nous avions besoin aujourd'hui de la part des ministres des Affaires étrangères de l'UE était une action de sauvetage des vies mais ils ont hésité, Le sommet d'urgence de jeudi est maintenant une affaire de vie ou de mort", a déclaré son président Valerio Neri dans un communiqué.

      La nouvelle du naufrage du chalutier au large de la Libye a provoqué un choc dans le monde entier. Des survivants ont raconté que des centaines de personnes, jusqu'à 950, dont une cinquantaine d'enfants et 200 femmes, étaient mortes après qu'il eut chaviré à l'approche d'un cargo portugais qui venait lui porter secours.

      - Appel au secours -

      Les garde-côtes italiens, qui ont repêché 24 corps et 28 survivants, ne confirment pour l'instant pas ce bilan.

      La semaine dernière, quelque 450 migrants étaient déjà morts dans des accidents similaires, selon les autorités italiennes.

      La série noire semblait se poursuivre lundi : un bateau pneumatique, transportant 100 à 150 personnes, et un bateau plus vaste, avec quelque 300 personnes à bord, ont lancé un appel au secours alors qu'ils se trouvaient en difficultés au large de la Libye, selon M. Renzi.

      Un migrant a appelé l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), affirmant qu'il était en train de couler, et que 20 passagers étaient déjà morts, une information qui n'a pas été confirmée.

      La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite "bouleversée" par le naufrage de dimanche. "Nous ferons tout pour empêcher que de nouvelles victimes meurent devant notre porte de la façon la plus cruelle", a-t-elle ajouté.

      Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a critiqué les politiques migratoires "cyniques" de l'UE, accusant Bruxelles de transformer la Méditerranée en un "vaste cimetière".

      A Washington, le Département d'Etat a indiqué qu'il coopérait avec l'UE, et sur la possibilité d'apporter de l'aide plus près du "point d'origine" des migrants.

      L'UE semble prête à réexaminer la répartition des demandeurs d'asile au sein des 28, et non plus seulement en Italie, en Grèce, en Espagne, à Malte et Chypre, les principales portes d'entrée dans l'UE.

      Les Européens se montraient jusqu'ici très frileux, craignant que le renforcement des secours en mer et l'engagement à accueillir plus de gens ne créent un appel d'air, alors que le flot de migrants n'a jamais été aussi élevé. Selon le Haut commissariat aux réfugiés, 35.000 migrants sont arrivés par bateau dans le sud de l'Europe depuis le début de l'année, et 1.600 sont portés disparus.

      Les Européens misent aussi sur la coopération avec les pays d'origine et de transit pour mieux réguler les flux.

      Ils pèsent ainsi de toutes leurs forces pour la formation d'un gouvernement d'union en Libye afin de mettre fin au chaos dans le pays, où l'organisation Etat islamique (EI) s'est implantée, seul moyen d'endiguer durablement les départs de migrants africains et de réfugiés syriens massés sur ses côtes.


    • Les Palestiniens ont reçu les taxes qu'Israël gelait depuis janvier - 20/04/2015

      (Belga) L'Autorité palestinienne a annoncé avoir reçu lundi soir les taxes qu'Israël collecte pour son compte et refusait de lui reverser depuis début janvier en rétorsion à son adhésion à la Cour pénale internationale (CPI), soit quelque 430 millions d'euros.

      Le ministère des Finances palestinien a indiqué avoir reçu "1,850 milliard de shekels" et annoncé qu'il paierait "dès mercredi les impayés de décembre et de janvier" cumulés auprès des 180.000 fonctionnaires qui ne percevaient depuis quatre mois que 60% de leur salaire. Israël s'était récemment engagé à reverser aux Palestiniens quatre mois -de décembre à mars- de versements, après un accord sur une commission conjointe israélo-palestinienne chargée d'étudier les dettes palestiniennes. Israël avait récemment reversé une partie de la somme due aux Palestiniens, en ponctionnant une partie pour éponger ces dettes. L'Autorité l'avait alors refusée tant qu'elle n'était pas versée dans son intégralité. Une source proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait alors affirmé que l'Autorité palestinienne devait plus de 500 millions de dollars à des compagnies d'eau et d'électricité israéliennes, incluant également dans cette somme les frais de santé des Palestiniens soignés en Israël. Les Palestiniens refusent que ces dettes soient prélevées sur les taxes qu'Israël lui reverse et conteste ces chiffres, affirmant que la plupart de celles-ci, notamment d'électricité, sont dues par des municipalités ou des compagnies privées, "et non pas par le gouvernement" palestinien. Lors de la création il y a plus de 20 ans de l'Autorité palestinienne, Israël s'est engagé à collecter en son nom les taxes et les droits de douanes sur les marchandises destinées aux Palestiniens transitant obligatoirement par Israël. (Belga)








    • Colombie: les Farc s'engagent à maintenir leur cessez-le-feu - 20/04/2015

      Les Farc se sont engagées lundi à maintenir le cessez-le-feu unilatéral qu'elles observent depuis décembre en Colombie sauf en cas de siège de l'armée, alors que le gouvernement a levé son moratoire sur les bombardements contre la guérilla.

      "Nous maintenons le cessez-le-feu unilatéral pour un temps indéfini, tant que nous ne faisons pas l'objet d'un siège permanent de la part des soldats", a déclaré à la presse le chef négociateur des Forces armées révolutionnaires de Colombie, à la fin du 35e cycle de pourparlers de paix à La Havane.

      Cette annonce survient cinq jours après la levée par le président Juan Manuel Santos du moratoire sur les bombardements contre la guérilla marxiste, en représaille à une attaque des Farc contre l'armée, dans laquelle onze soldats ont été tués la semaine dernière.

      "Il faut comprendre qu'il y a des actions offensives déployées dans le cadre d'une légitime défense", s'est justifié M. Marquez.

      De son côté, le chef négociateur colombien Humberto de la Calle a estimé que les Farc "avaient failli à leur parole, à leur promesse de déclarer et maintenir un cessez-le-feu unilatéral".

      "L'espoir s'est fracturé", a-t-il surenchéri, tout en assurant que le gouvernement n'allait "pas s'écarter du chemin du dialogue" ouvert en novembre 2012 et délocalisé à La Havane.

      "Il faut poursuivre les négociations", avait auparavant exhorté dans la même veine le numéro deux des Farc. "Elles ne peuvent s'interrompre sous aucun prétexte".

      Sur le terrain, les combats se poursuivent malgré ces pourparlers menés dans l'espoir de résoudre le plus vieux conflit d'Amérique latine, qui dure depuis plus d'un demi-siècle et a fait officiellement quelque 220.000 morts et plus de cinq millions de déplacés.

      Ce week-end, deux guérilleros présumés des Farc ont été tués dans le centre de la Colombie.

      Fondées en 1964 lors d'une insurrection paysanne, les Farc comptent encore selon les autorités près de 8.000 combattants, essentiellement repliés dans les régions rurales.

      La guérilla a instauré depuis décembre dernier une trêve illimitée, tout en se réservant le droit de répliquer aux offensives de l'armée.

      De son côté, le gouvernement de M. Santos, qui accuse les rebelles d'avoir violé leur cessez-le-feu, a toujours exclu jusqu'ici de conclure un armistice avant la signature d'un accord de paix définitif.


    • Un champagne vieux de 170 ans, le plus vieux jamais goûté, parfaitement préservé - 20/04/2015

      Des bouteilles de champagne français vieilles de 170 ans retrouvées dans l'épave d'un navire dans la mer Baltique en 2010 ont été goûtées et analysées par des scientifiques qui les ont trouvées très bien préservées.

      Ce champagne, dont les bouteilles sont parmi les plus anciennes connues, est le plus vieux jamais goûté et analysé.

      La cargaison de 168 bouteilles, qui comprenait du Veuve Clicquot-Ponsardin, du Heidsieck et du Juglar selon les bouchons, a été découverte par 50 mètres de fond et remontée en 2010, précisent les chercheurs français qui ont analysé chimiquement et goûté ce champagne.

      Les résultats de ces travaux, qui donnent un éclairage sur les méthodes de fabrication et les goûts des amateurs de ce vin prestigieux au milieu du XIXe siècle, sont parus lundi dans les Comptes rendus de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS).

      "Pour nos analyses on a eu deux millilitres et j'ai dégusté 100 micro litres, soit deux gouttes, déposées sur ma main avec une seringue que j'ai humées et goutées", explique Philippe Jeandet, professeur de biochimie alimentaire à la faculté des sciences de l'Université de Reims, le principal co-auteur de cette recherche, dans un entretien téléphonique avec l'AFP.

      "C'était un très beau vin, c'était impressionnant. J'ai gardé l'arôme longtemps dans la bouche. Il avait un goût de tabac et de cuir", a ajouté le chimiste.

      Citant des oenologues professionnels qui ont pu déguster davantage d'échantillons de ce champagne après qu'il eut respiré, M. Jeandet l'a qualifié de "très jeune, ayant beaucoup de fraîcheur, un note florale ou fruitée".

      "On a vraiment été surpris de constater que le champagne que nous avons testé était parfaitement préservé, que ce soit du point de vue de la composition chimique que de l'arôme", indique encore Philippe Jeandet.

      Et contrairement à ce qui était attendu, il n'y a pas de grandes différences dans les profils chimiques de ces très vieux champagnes par rapport à ceux d'aujourd'hui, concluent ces experts.

      "On a été surpris de voir que les teneurs en acide acétique (vinaigre ndlr) sont seulement un peu plus élevées que celles des champagnes modernes", souligne le professeur Jeandet, jugeant qu'à l'époque les vignerons de Champagne "devaient assez bien contrôler la qualité du vin".

      - Très sucré -

      "Du point de vue de la santé du consommateur je pense que ces champagnes étaient quasiment aussi irréprochables que les vins d'aujourd'hui", même s'il y avait des teneurs un peu plus élevées de cuivre provenant de la sulfatation des vignes contre les champignons notamment.

      Les analyses ont aussi révélé du fer provenant des récipients métalliques utilisés alors pour ajouter du sirop de raisin ainsi que des signatures chimiques du bois. A cette époque-là, la vinification se faisait dans des tonneaux de chêne. Aujourd'hui ce processus se fait dans des cuves en inox.

      En revanche, les viticulteurs maîtrisaient moins bien les fermentations. Ainsi ce vieux champagne faisait trois degrés de moins (9,5 en moyenne) que ceux d'aujourd'hui (12,5 degrés). Cela peut en partie s'expliquer par le fait que le climat était plus froid au XIXe siècle.

      Le champagne analysé était aussi très sucré, contenant 150 grammes de sucre par litre, soit trois fois ce qu'on trouve dans une bouteille de Coca Cola.

      Mais les archives de Veuve Cliquot notamment montrent que cela correspond aux goûts de l'époque en France ou en Allemagne, poursuit le professeur Jeandet.

      Cette cargaison ne devait pas être destinée à la Russie où l'on aimait à l'époque des champagnes encore plus sucrés qui contenaient 300 milligrammes de sucre par litre, relève-t-il.

      De nos jours, les champagne demi-secs contiennent environ 50 grammes de sucre par litre. Mais les plus consommés sont les bruts et les ultra-secs, sans aucun sucre ajouté.

      Ce sont les Anglais et les Américains dès la première moitié du XIXe siècle qui ont donné le ton pour des champagnes plus bruts, relève le chercheur.

      Le fait que ces bouteilles de champagne soient aussi bien préservée après 170 ans sous l'eau à une température froide constante et sans lumière a incité des maisons de champagne a répéter cette expérience et ce à la demande d'amateurs prêts à payer plus cher pour cela.

      Mais, insiste le professeur Jeandet, les caves en Champagne à trente mètres sous le sol avec une température de 10 à 12 degrés dans l'obscurité restent idéales.


    • Les ministres palestiniens quittent Gaza après l'échec de leur mission - 20/04/2015

      (Belga) Une délégation gouvernementale a coupé court lundi à sa visite entamée la veille à Gaza, a indiqué un responsable palestinien, la visite prévue pour durer une semaine ayant achoppé sur la question des fonctionnaires qui divise l'Autorité palestinienne et le Hamas.

      Le responsable gouvernemental, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, a affirmé que ce départ avait été décidé par Rami Hamdallah, chef du gouvernement d'union. Ce gouvernement est né de la réconciliation signée il y a près d'un an entre les rivaux historiques, le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste, qui rechigne à rendre les clés du pouvoir à Gaza. Mais une pomme de discorde subsiste et a jusqu'ici empêché une traduction concrète de la réconciliation sur le terrain: le Hamas exige que le gouvernement règle les salaires des 50.000 fonctionnaires qu'il a recrutés depuis sa prise de pouvoir par la force en 2007 pour remplacer les 70.000 employés de l'Autorité palestinienne qui, eux, continuent à percevoir leur salaire. Le gouvernement d'union s'est engagé à rétablir ces derniers dans leurs fonctions -en mettant à jour leurs listes- ajoutant que les fonctionnaires du Hamas seraient intégrés "selon les besoins". Dimanche, à son arrivée, il a annoncé qu'à compter de lundi seraient établies des listes de fonctionnaires "engagés avant 2007", provoquant l'ire des fonctionnaires recrutés depuis par le Hamas. Le lendemain, M. Hamdallah a informé ses ministres, selon le responsable, de "l'échec de cette mission qui n'a pu réaliser d'avancée sur aucun dossier, en particulier le dossier des fonctionnaires de l'ex-gouvernement du Hamas". Seuls 24.000 fonctionnaires du Hamas ont reçu une indemnisation partielle de 1.200 dollars fin octobre. Les autres -entre 20.000 et 30.000 membres des services de sécurité-, n'ont rien reçu depuis près de 11 mois. (Belga)








    • Centenaire du génocide: la Turquie dit "partager les souffrances" des Arméniens - 20/04/2015

      (Belga) La Turquie "partage les souffrances des enfants et des petits-enfants" des Arméniens, a déclaré lundi le bureau du Premier ministre, à l'occasion du centenaire du début de leur génocide sous l'empire ottoman qu'Ankara nie catégoriquement.

      Présentant des "condoléances" aux descendants des victimes de ce drame survenu entre 1915 et 1917, le bureau d'Ahmet Davutoglu estime que la Turquie et l'Arménie voisines doivent "panser les blessures de ce siècle et rétablir leur rapports humains", selon un communiqué. Ce texte mesuré intervient à quelques jours des commémorations pour le centenaire de ces événements et ne va pas au-delà des "condoléances" inédites présentées l'an dernier par Ankara aux descendants des victimes. Pour les Arméniens, le 24 avril 1915 marque le coup d'envoi des arrestations et des déportations massives qui coûteront la vie à un million et demi des leurs dans le cadre d'une campagne d'élimination systématique. La Turquie récuse catégoriquement le terme de génocide, reconnu par de nombreux pays, et dénonce tous ceux qui l'utilisent. Elle évoque des "massacres mutuels" aux dernières années d'un empire en voie d'éclatement. Ces derniers jours, la Turquie a été rendue furieuse par les déclarations du pape François qui a parlé pour la première fois du "génocide" des Arméniens, et le Parlement de l'Union européenne (UE), qui l'a prié de le reconnaître. Le communiqué invite par ailleurs la communauté internationale à "rechercher les causes et les responsables" de ces évènements survenus pendant la Première guerre mondiale, l'exhortant à renoncer à une "rhétorique de la haine" vis-à-vis du peuple turc. (Belga)








    • La deuxième enquête concernant le recruteur Khalid Zerkani est bouclée - 20/04/2015

      (Belga) La deuxième enquête judiciaire relative à Khalid Zerkani, l'un des principaux recruteurs de jeunes belges pour la Syrie, est terminée, rapporte lundi le parquet fédéral. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a approuvé les méthodes particulières de recherche utilisées dans le cadre de cette enquête. A côté de Khalid Zerkani figurent également une quinzaine de suspects, dont les frères Othman et Mohamed Akzinnay ainsi que leur beau-frère Elias K.

      D'après le parquet fédéral, les suspects ont recruté des jeunes pour les envoyer combattre en Syrie entre 2012 et début 2014. Ils ont également fourni de l'aide aux candidats au départ. Les deux frères bruxellois Othman et Mohamed Akzinnay auraient notamment conduit certains jeunes en voiture jusqu'à l'aéroport de Düsseldorf. Leur beau-frère Elias K, l'exploitant d'une librairie islamique, aurait lui dispensé des entraînements physiques à des jeunes lors de week-ends à la mer. Ces camps se déroulaient notamment dans les vieux bunkers situés près de la villa royale à Ostende. Youssef B., un autre suspect de 19 ans proche de Khalid Zerkani, se trouvait au moment de son arrestation en possession d'iPods contenant des messages vidéo de djihadistes ainsi que d'une série de passeports étrangers, principalement marocains. Il est soupçonné d'avoir volé ou falsifié ces documents pour faciliter le départ de candidats au djihad. Les enquêteurs ont aussi retrouvé une valise remplie d'argent qui correspond, selon eux, au butin de divers vols commis à la gare du Midi, dans la capitale. Cet argent aurait servi à financer des départs en Syrie. Lors d'une discussion avec un agent infiltré, Youssef B. se serait en outre déclaré prêt à commettre un attentat-suicide dans un lieu chrétien. Le réseau constitué autour des frères Akzinnay et de Khalid Zerkani a été démantelé fin février 2014. La semaine du 21 au 28 février, des agents de la police judiciaire fédérale de Bruxelles, en collaboration avec des collègues de tout le pays, dont de 11 zones de police locales, ont mené 55 perquisitions et interrogé 74 personnes. Trois enquêtes ont été menées, dont deux tournent autour du recruteur Khalid Zerkani. Ces deux dernières sont dorénavant bouclées. La troisième enquête a conduit la chambre du conseil de Bruxelles à renvoyer en mars 17 personnes devant le tribunal correctionnel. La date du procès n'a pas encore été fixée. (Belga)








    • Bangladesh: la voiture de la leader de l'opposition cible de tirs - 20/04/2015

      La voiture dans laquelle circulait la dirigeante de l'opposition au Bangladesh Khaleda Zia a été la cible de plusieurs tirs alors qu'elle s'était arrêtée dans un marché à Dacca, a indiqué lundi sa secrétaire à l'AFP.

      Mme Zia, qui faisait campagne pour un candidat de son parti Bangladesh Nationalist Party (BNP) aux élections municipales, où il brigue la mairie fin avril, "n'a survécu que parce que sa voiture est blindée", a souligné sa secrétaire, Shimul Biswas. Cette dernière était à ses côtés dans le véhicule au moment de l'attaque. La carrosserie portait les traces d'impacts de balles, selon elle.

      La secrétaire a ajouté que six gardes de sécurité et partisans de Mme Zia avaient été blessés lors des affrontements.

      Un porte-parole de la police a indiqué à l'AFP avoir ouvert une enquête pour usage d'armes à feu. "Des gens ont dit qu'ils avaient entendu des tirs d'armes à feu pendant les heurts. Nous enquêtons", a dit ce porte-parole, Jahangir Alam.

      La télévision locale a montré des images d'une foule attaquant la voiture de Mme Zia avec des barres de fer, des bâtons et des pierres. Les protestataires scandaient des slogans pro-gouvernementaux.

      Le BNP a appelé à une grève générale dans le pays mercredi, sauf à Dacca et dans le port de Chittagong, pour protester contre cette attaque.

      Khaleda Zia, 69 ans, avait été "confinée" dans ses bureaux par les autorités pendant plus de trois mois depuis le 3 janvier, date à laquelle elle avait appelé ses partisans à mettre en oeuvre un blocus des transports pour tenter de renverser le gouvernement de sa rivale, la Première ministre Sheikh Hasina.

      Les violences qui ont suivi son appel au blocus et son assignation à résidence avaient fait plus de 120 morts. Les partisans de l'opposition ont lancé des bombes incendiaires contre des autobus et des camions tandis que la police avait répliqué à balles réelles.


    • Naufrages en Méditerranée: les migrants partent de Libye parce qu?avant, "on finançait Kadhafi pour qu?il les garde chez lui" - 20/04/2015

      En Libye, des centaines de milliers de migrants attendent leur chance. Celle de trouver un passeur pour les emmener en Europe. Entreprise périlleuse puisqu’il ne se passe pas une semaine sans qu’un bateau surchargé ne fasse naufrage, tuant des milliers de personnes chaque année entre les côtes africaines et européennes. Mais ils n’ont pas d’autre choix. Quitte à mourir dans leur pays d’origine, autant risquer sa vie pour tenter d’en avoir une meilleure ici. "J’étais étudiant. Je vivais et étudiais en Somalie. Mais mon pays est en guerre et je ne peux plus y vivre. J’ai donc choisi de rejoindre l’Europe, et que Dieu me bénisse", expliquait dans le RTLINFO 19H un de ces migrants, bloqué en Libye.


      Kadhafi avait de nombreux centres de détention réutilisés aujourd'hui

      Car beaucoup sont interceptés avant leur embarcation. Ils sont alors enfermés dans un centre de détention comme celui de Misrata, sur la côte. Des centres qui existaient déjà à l’époque du dictateur Kadhafi… et en partie financés par l’Europe. "A l’époque, l’Union européenne, et notamment l’Italie depuis 2003, avait passé des accords. C’est-à-dire qu’on finançait Kadhafi pour qu’il les garde chez lui, en gros ! Y compris dans des camps de détention où la sécurité était atroce", expliquait Philippe Hensmans, le directeur d’Amnesty International Belgique, au micro de Nathanaël Pauly.


      Mais plus personne ne veut rester dans une Libye en guerre, seulement tenter d'y passer incognito

      Si les réfugiés vivent aujourd’hui dans ces camps dans des conditions de précarité extrême, sous Kadhafi, "on y violait et torturait", assure M. Hensmans. "Et ça continue encore aujourd’hui dans le sud de la Libye"… Pourtant, à l’époque, "un grand nombre de migrants arrêtés décidaient de rester en Libye". Mais aujourd’hui, ils n’y trouvent aucun espoir pour leur avenir. "Aujourd’hui la Libye est en guerre et personne ne voudrait y rester." Cet état de guerre fragilise le contrôle des frontières et l’application des lois. Résultat, la Libye est devenue le principal point de convergence des candidats à l’Europe. La proximité de l’île italienne de Lampedusa n’y étant pas non plus étrangère.


      Certains passeurs coulent volontairement les bateaux au large des côtes européennes

      Ces migrants confient donc leur vie à des passeurs sans foi ni loi, pour la plupart issus de mafias locales. "Ils utilisent parfois des bateaux qu’ils vont faire couler lorsqu’ils arrivent en face des côtes italiennes ; ou bien qu’ils vont essayer de récupérer par la suite et revenir au pays", expliquait encore M. Hensmans. Pourtant, tous ne sont pas aussi cruels. "Il y a une énorme variété de passeurs sur la Méditerranée. Il n’y a pas que des cohortes de bandits organisés. Il y a aussi de petits pêcheurs qui essaient de mieux gagner leur vie."


      Des centaines de milliers de migrants chaque année: qui sont-ils?

      En 2014, 3000 migrants ont perdu la vie en tentant de traverser la méditerranée, et on compte déjà 1800 décès depuis le début de cette année. Plus globalement, près de 230.000 migrants ont été interceptés aux portes de l'Europe l'an dernier. La principale porte d'entrée étant le sud de l'Italie, avec 170.000 d'entre-eux. Des hommes, mais surtout des femmes et des enfants qui fuient des pays en guerre, comme la Somalie ou l'Erythrée, le Nigéria et le Mali, ou désormais la Syrie et l'Irak. Point commun de la plupart de ces pays: la présence de milices islamistes violentes comme les Shebabs, Boko Haram ou bien entendu l'Etat islamique.

       








    • La coalition mène 36 raids contre les djihadistes de l'EI en Irak et Syrie - 20/04/2015

      (Belga) La coalition anti-djihadistes menée par les Etats-Unis a effectué 36 raids aériens ces dernières 24 heures contre des positions du groupe Etat islamique (EI), 26 en Irak et 10 en Syrie, a-t-elle indiqué lundi dans un communiqué.

      Treize frappes ont été menées dans la province d'Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad, quasi-entièrement contrôlée par l'EI et où les forces pro-gouvernementales tentent de reprendre du terrain. Huit raids ont par ailleurs été conduits près de Baïji, dans la province de Salaheddine, à 200 km au nord de Bagdad. Les forces gouvernementales ont récemment repris le contrôle total de la raffinerie de pétrole de Baïji, la plus grande d'Irak. Mais l'EI est toujours présent dans la ville voisine de Baïji, au sud de la raffinerie. Cinq autres frappes ont visé des positions djihadistes dans la province de Ninive, la première à être tombée aux mains de l'EI lors de son offensive fulgurante en Irak en juin 2014. En Syrie voisine, où l'EI s'est aussi emparé de pans entiers de territoires, sept raids ont eu lieu dans le secteur de Kobané et trois dans la région d'Hassaké (nord-est). La coalition mène des raids en Irak depuis août et en Syrie depuis fin septembre, mais ces dernières 24 heures ont vu des frappes plus nombreuses que les jours précédents. Depuis août 2014, les avions de la coalition ont procédé à plus de 3.200 frappes aériennes contre des cibles djihadistes, selon des chiffres du Pentagone dévoilés plus tôt en avril. (Belga)








    • Wall Street finit en hausse, encouragée par la Chine et les résultats - 20/04/2015

      Wall Street a fini en hausse lundi, saluant une mesure de relance économique en Chine et des résultats d'entreprise globalement satisfaisants: le Dow Jones a pris 1,17% et le Nasdaq 1,27%.

      Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 208,63 points à 18.034,93 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 62,79 points à 4.994,60 points.

      L'indice élargi S&P 500, sur lequel se basent de nombreux investisseurs, a gagné 0,92%, soit 19,22 points, pour terminer à 2.100,40 points.

      "Les grands indices se sont repris après le repli de vendredi, après que la Banque centrale chinoise (PBOC) a réduit plus que prévu le ratio de réserves obligatoires des banques", ont expliqué les analystes de Wells Fargo.

      Cette mesure est destinée à injecter plus de liquidités dans le système, afin de soutenir une croissance en perte de vitesse dans la deuxième économie mondiale.

      Cette mesure a également été saluée par les grandes places européenne, la Bourse de Francfort, celle de Paris et celle de Londres ayant fini également en hausse lundi.

      En outre les actions des principales entreprises ayant publié des résultats lundi ont fini en hausse, les investisseurs saluant des bénéfices supérieurs à ce que les analystes avaient laissé espérer.

      "Les résultats d'entreprise ont un ton positif jusqu'à présent", a souligné Dan Greenhaus chez BTIG, si bien que "les investisseurs qui étaient nerveux, comme moi, regardent les annonces et voient qu'elles sont un peu meilleures que prévu".

      Plusieurs indicateurs médiocres, ainsi que le renchérissement du dollar ces derniers mois, avaient conduit les analystes à revoir à la baisse leurs attentes avant que les grandes entreprises n'annoncent leurs résultats du premier trimestre. La plupart ont donc pu afficher des résultats qui, bien que pas toujours flamboyants, sont apparus satisfaisants.

      Pour autant Peter Cardillo, chez Rockwell Global Capital, a noté que le marché ne semblait par engagé vers de nouveaux records.

      "Le marché a repris son ascension mais est-ce que je pense que cela va durer? non, il semble que nous soyons coincés dans ces marges, chaque fois que nous nous approchons de nouveaux plus hauts, le marché semble se replier puis le marché repart à la hausse, mais nous sommes tout à fait encalminés", a-il dit.

      Le marché obligataire était en baisse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est monté à 1,882% contre 1,864% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,553% contre 2,515%.

      1. Nasdaq
      2. Nyse


    • Six jeunes Américains arrêtés pour avoir tenté de rejoindre le groupe EI - 20/04/2015

      Six jeunes hommes du Minnesota (nord) âgés de 19 à 21 ans ont été arrêtés et inculpés pour avoir tenté de rejoindre le groupe Etat Islamique en Syrie, ont annoncé lundi le FBI et la justice américaine.

      Les inculpations font suite à près d'un an de surveillance par le FBI d'un groupe de jeunes hommes issu de la communauté d'origine somalienne de Minneapolis, selon ces sources.

      "Ce ne sont pas des jeunes gens désorientés, influençables, ce sont des jeunes gens déterminés à rejoindre une organisation terroriste par tous les moyens possibles", a souligné le procureur fédéral du Minnesota Andrew Luger.

      Selon l'acte d'accusation, plusieurs tentatives de départ en Syrie ont échoué avant que le FBI et la justice américaine ne décident de procéder aux arrestations dimanche.

      Quatre des jeunes hommes avaient par exemple été stoppés à l'aéroport JFK de New York en novembre 2014.

      Mais malgré ces échecs, les plans avaient continué, sous la surveillance du FBI qui disposait d'une source dans le groupe, un jeune homme d'abord désireux de rejoindre le groupe EI avant finalement de changer d'avis et d'aider les enquêteurs.

      Cette source a proposé de procurer aux membres du groupe, contre paiement, un faux passeport en Californie, pour pouvoir ensuite passer au Mexique et s'envoler vers le Proche-Orient.

      Vendredi dernier, deux des membres du groupe sont partis pour la Californie en voiture avec la source du FBI, avant d'être finalement arrêtés sur place.

      Selon le procureur fédéral, un homme lié au groupe avait réussi à passer en Syrie fin mai 2014 via Istanbul. Il a ensuite eu des contacts téléphoniques avec les candidats au départ pour les encourager et les aider.

      Il est devenu "un recruteur de fait" pour l'EI et "une source d'inspiration", a déploré le procureur fédéral.

      "Nous avons un problème de recrutement (de jihadistes) dans le Minnesota", a déclaré le procureur fédéral.

      "J'appelle tous ceux qui s'inquiètent" d'un risque de radicalisation d'un proche à "demander de l'aide dans la communauté", auprès "d'un ami de confiance, d'un conseiller, d'un professeur ou d'un responsable religieux".

      Un autre membre du groupe a plaidé coupable en février dernier, après avoir témoigné auprès de la police fédérale (FBI), et attend que sa peine soit fixée.

      Le Minnesota compte la plus grande communauté somalienne des Etats-Unis.


    • L'UE planche sur 10 actions pour éviter les drames de migrants en Méditerranée - 20/04/2015

      L'Union européenne planche sur dix actions "immédiates" pour faire face à la "crise" migratoire en Méditerranée, incluant le renforcement des opérations de surveillance et de sauvetage en mer, après une série noire de naufrages meurtriers.

      "Nous devons prendre des mesures directes, pratiques et substantielles. Si nous n'agissons pas maintenant, la crise va prendre des proportions dangereuses dans les mois qui viennent", a prévenu le commissaire européen en charge du dossier, Dimitris Avramopoulos, en présentant son plan d'action.

      Ce plan a été "pleinement soutenu" par les ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'UE réunis en urgence à Luxembourg, a-t-il indiqué au côté de la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini.

      Il doit être soumis jeudi aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors d'un sommet extraordinaire convoqué après un nouveau naufrage dimanche au large des côtes libyennes, qui fait craindre des centaines de morts.

      Le plan de l'UE prévoit un renforcement des moyens de l'agence de surveillance des frontières Frontex, par le doublement notamment des moyens de son opération de surveillance maritime Triton selon plusieurs sources diplomatiques.

      L'Union européenne avait adopté un plan d'action plus ambitieux en 2013 après le naufrage d'une embarcation près de l'île italienne de Lampedusa.

      Il prévoyait déjà le renforcement des moyens de Frontex, la lutte contre les trafiquants et une coopération avec les pays tiers. Mais il proposait également l'examen de voies légales pour l?immigration vers l'Union européenne, un point absent du plan d'actions présenté lundi.

      "Il faut plus de moyens, plus de bateaux", a insisté le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, selon lequel l'opération doit pleinement pouvoir participer au sauvetage de migrants.

      Les Européens veulent aussi s'attaquer aux trafiquants, en lançant une opération "systématique pour capturer et détruire les navires" utilisés, selon la Commission européenne.

      Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a promis "une lutte extrêmement déterminée contre le trafic, parce que les passeurs sont des criminels, et ceux qui les financent".

      Cette opération pourrait prendre pour modèle Atalante, une mission navale déployée au large de la Somalie pour combattre la piraterie, mais elle nécessitera un feu vert de l'ONU, a averti Mme Mogherini.

      "Les navires qui menacent la vie des gens ne devraient pas être réutilisés", a insisté le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière. Pour les détruire, "il faut une force robuste, qu'il faut envisager rapidement, mais avec précaution".

      L'UE veut aussi mettre en place un projet pilote pour répartir entre les 28 pays membres, sur une base volontaire, au moins 5.000 demandeurs d'asile. Il s'agit également d'étudier "les options pour un mécanisme de relocalisation d'urgence" de migrants qui arrivent dans le sud de l'Europe.

      D'autres pistes sont évoquées, comme un renforcement de la mission européenne au Niger (Eucap-Sahel Niger) pour mieux verrouiller la frontière méridionale de la Libye qui est aujourd'hui "un couloir parfait pour les trafic d'êtres humains", selon Mme Mogherini.






    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Telenet rachète Base pour 1,325 milliards d'euros - 20/04/2015

      Le groupe Telenet a annoncé lundi avoir conclu un accord définitif avec le groupe néerlandais KPN en vue du rachat de l'opérateur de télécoms Base, pour un montant d'1,325 milliard d'euros. "La combinaison de Telenet et Base Company créera en Belgique un fournisseur de premier plan de services de télécommunications intégrés avec des revenus opérationnels combinés en 2014 de 2,4 milliards d'euros et un EBITDA ajusté d'1,1 milliard d'euros", souligne Telenet dans un communiqué. L'opération est soumise à l'approbation des autorités compétentes en matière de concurrence.








    • Que faire de son argent si épargner ne rapporte plus rien? Il existe des alternatives légèrement risquées mais bien plus rentables - 19/04/2015

      Pour la première fois dans l’histoire économique, nous sommes confrontés à des taux d’intérêt négatifs.  Placer son argent et récupérer moins que la somme initiale. "Si on investit 100 euros aujourd’hui dans une obligation d’état Allemande, après dix ans, on reçoit 50 centimes d’intérêt", explique Bruno Colmant, professeur de finances à l’UCL. "Ça n’est jamais arrivé, les livres d’économie ne traitent pas de cette situation."


      Conserver maximum douze mois de salaire

      Que faire alors, si vous avez un peu d’argent sur vos comptes épargne ? Premier conseil : conserver au maximum douze mois de salaire. "Cela va servir à faire face en cas de licenciement", explique Bruno Wattenbergh, expert économique. "Mais cela va servir aussi en cas d’accident sur un actif, le moteur de la voiture qui est cassé, un accident qui n’est pas couvert par une assurance, un accident domestique ou encore une maladie. Entre six et douze mois, c’est intéressant."


      Oser investir

      Au-delà de ces douze mois maximum, le Belge doit oser. Oser investir dans des risques financiers au risque mesuré pour une période donnée. "Il est important de garder ses titres plus longtemps en portefeuille qu’un simple compte épargne qu’on peut vider du jour au lendemain", conseille Bruno Colmant. "Plus longtemps équivaut raisonnablement à une période de trois à cinq ans." Ces fonds peuvent vous rapporter aujourd’hui entre trois et quatre pourcent d’intérêt.


      Le crowdfunding

      Autre possibilité : le crowdfunding, investir en lien direct avec les entreprises de votre choix à partir de quelques centaines d’euros seulement. "Vous bénéficierez de rendements attractifs", précise Frédéric Morelle, de la plateforme Lookandfin. "On parle de 6 à 12% l’an, donc des taux compétitifs dans les circonstances actuelles. Le deuxième avantage c’est qu’on investit dans des entreprises qu’on connaît, dont on est éventuellement le client."

      Investir un quart des 250 milliards d'euros sur nos comptes épargne pourrait véritablement booster la croissance. 








    • Le chômage frappe plus de 30% des jeunes dans le monde arabe - 19/04/2015

      (Belga) Plus de 30% des jeunes arabes sont au chômage en raison des conflits dans leurs pays et du manque d'investissements créateurs d'emplois, a indiqué dimanche un responsable arabe.

      "Le taux de chômage parmi les jeunes arabes jusqu'à l'âge de 30 ans dépasse 30%. Les troubles et le manque d'investissements ont favorisé l'augmentation du nombre des chômeurs", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'Organisation arabe du travail, Ahmad Mohammed Luqman. Il a ajouté qu'un grand nombre de diplômés ne parviennent pas à trouver un emploi car leurs spécialisations ne sont pas demandées dans le secteur privé. "En raison des troubles dans plusieurs pays arabes, le nombre des chômeurs arabes a bondi de 2 millions depuis 2011, totalisant les 20 millions", a précisé M. Luqman en marge d'une conférence arabe sur le marché de l'emploi qui se tient à Koweït. A l'ouverture de cette conférence, M. Luqman a indiqué que le taux de chômage dans le monde arabe avait atteint 17% en 2014, soit "trois fois plus que le taux moyen du chômage dans le monde". "Le nombre de chômeurs va certainement encore augmenter cette année et l'année prochaine", a-t-il dit sans fournir de chiffres. Le directeur général de l'Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder, a de son côté prévenu que la persistance du chômage des jeunes menaçait la stabilité de la région. (Belga)








    • "Gent Bitcoinstad": environ 1.600 euros payés en bitcoins lors de la journée inaugurale - 18/04/2015

      (Belga) Quelque 170 paiements en bitcoins, pour un montant d'environ 1.600 euros, avaient été enregistrés samedi, vers 21H30, à l'occasion de la journée inaugurale de l'opération "Gent Bitcoinstad" à Gand.

      Vingt-six commerces gantois participent actuellement à l'opération et acceptent les paiements en bitcoins. Le bitcoin est une monnaie digitale qui peut se transmettre de personne à personne sans l'intermédiaire d'une banque. Avec l'aide du site internet "Bitkassa", les bitcoins sont immédiatement convertis en euros et versés sur le compte en banque de l'entreprise. Celle-ci peut aussi choisir de conserver les montants en bitcoins. Lors de la journée d'inauguration, environ 170 transactions ont été enregistrées, pour un chiffre d'affaires de quelque 1.600 euros. Seuls les paiements de participants utilisant "Bitkassa" ont été comptabilisés. Des dizaines de personnes intéressées se sont rendues samedi dans les 26 commerces participants. L'association à l'initiative du projet espère attirer d'autres commerçants pour élargir le système. Fin septembre, un automate à bitcoins a été installé à Gand, une première en Belgique. (Belga)








    • Le Belge s'enrichit d'année en année: son patrimoine a augmenté de 40% depuis 2001 - 18/04/2015

      Une fois les dettes retirées (pour 248 milliards, essentiellement en crédits hypothécaires), le patrimoine financier net des Belges s'élevait à 945 milliards d'euros, rapporte L'Echo samedi.


      190.500 euris par tête

      Il faut encore y ajouter leur patrimoine immobilier, évalué à 1.189,55 milliards d'euros. Soit, au total, la coquette somme de 190.500 euros par tête fin 2014. Depuis 2001, la valeur du patrimoine immobilier des Belges a gonflé, en termes réels (corrigés de l'inflation), de 86,7%, tandis que leur patrimoine financier réel n'a augmenté que de 15,3%. Et leurs dettes (contractées essentiellement pour acheter de l'immobilier), de 69,7%.

      Au total (avoirs financiers plus l'immobilier moins les dettes), les Belges se sont enrichis en termes réels de 40% depuis le début de ce siècle, selon les calculs du Tijd, que relaie L'Echo. 








    • Les Belges se sont enrichis de 40% depuis 2001 - 18/04/2015

      (Belga) Selon les dernières statistiques de la Banque nationale, le patrimoine financier des Belges s'élevait à 1.193 milliards d'euros fin 2014, soit 106.500 euros par personne en moyenne. Une fois les dettes retirées (pour 248 milliards, essentiellement en crédits hypothécaires), le patrimoine financier net des Belges s'élevait à 945 milliards d'euros, rapporte L'Echo samedi.

      Il faut encore y ajouter leur patrimoine immobilier, évalué à 1.189,55 milliards d'euros. Soit, au total, la coquette somme de 190.500 euros par tête fin 2014. Depuis 2001, la valeur du patrimoine immobilier des Belges a gonflé, en termes réels (corrigés de l'inflation), de 86,7%, tandis que leur patrimoine financier réel n'a augmenté que de 15,3%. Et leurs dettes (contractées essentiellement pour acheter de l'immobilier), de 69,7%. Au total (avoirs financiers plus l'immobilier moins les dettes), les Belges se sont enrichis en termes réels de 40% depuis le début de ce siècle, selon les calculs du Tijd, que relaie L'Echo. (Belga)








    • Retour à Brussels Airport pour un avion de Brussels Airlines à cause d'une avarie moteur - 17/04/2015

      Un avion de Brussels Airlines a subi l'avarie d'un de ses moteurs juste après son décollage et a dû retourner se poser à Brussels Airport, a indiqué la compagnie aérienne vendredi après-midi.

      Un atterrissage efficace et des passagers transférés dans un autre avion

      Le vol SN2063 devait assurer la liaison entre Zaventem et Edimbourg, la capitale de l'Ecosse, avec un départ prévu à 14h15. D'après Brussels Airlines, l'appareil, un Avro RJ100, s'est posé normalement, sans nécessiter le déclenchement d'une procédure d'urgence, et ses 87 passagers ont embarqué à bord d'un autre avion, le moteur défectueux devant être remplacé.








    • Les magasins bientôt ouverts le dimanche au centre-ville de Bruxelles: c'est bien ou pas? - 17/04/2015

      Les commerces du pentagone bruxellois pourront désormais ouvrir le dimanche... Il est donc théoriquement illégal d’ouvrir le dimanche ?

      En fait, il n'est pas illégal d'ouvrir le dimanche, mais il est obligatoire d’avoir un jour de fermeture, et de l'annoncer, c'est ce qu’on appelle dans la loi sur les pratiques de commerce "le repos hebdomadaire". Le commerçant n’est donc pas obligé de fermer le dimanche. Mais s'il ne déclare pas clairement un jour de fermeture, celui-ci est d’office le dimanche.


      Pourquoi fermer le dimanche et pas le lundi, surtout dans le centre de Bruxelles ?

      Pour deux raisons: d’abord parce qu’en théorie il est interdit aux salariés et ouvriers de travailler le dimanche, qu’en cas de dérogations il y a donc théoriquement sursalaire et/ou repos compensatoire, bref c’est plus cher ; ensuite, à cause notamment de ces difficultés de faire travailler du personnel le dimanche, beaucoup de commerçants ferment le dimanche, poussant les autres à les imiter car cela réduit l’attrait de l’offre commerciale.


      A Bruxelles, les commerces du centre-ville vont pouvoir ouvrir le dimanche en toute légalité ?

      Oui, car la majorité bruxelloise a décidé de reconnaître son centre-ville, ce fameux pentagone, comme zone touristique. Et qui dit zone touristique dit autorisation d’ouvrir le dimanche et d’y employer du personnel dans les commerces de détail pendant certaines périodes. Cette décision doit encore être ratifiée par le gouvernement bruxellois, car la 6ème réforme de l’Etat est passée par là, mais cela ne sera qu’une formalité.



      Tous les commerces ne pourront cependant pas ouvrir ?

      Non, c’est la subtilité de la décision qui réserve cette ouverture dominicale pendant la saison, uniquement aux commerces de détail, mais pas aux commerces de la Rue Neuve, qui eux, ne pourront ouvrir que le premier dimanche du mois. Pourquoi ? Et bien pour favoriser le petit commerce, celui qui structure la ville, celui qui garantit l’assortiment varié. Et c’est comme pour la législation sur le soldes : si on libéralise à tous crins, ce sont les plus gros qui vont en profiter. Ici, on tente de favoriser le petit commerce et je trouve que c’est une très bonne chose.


      Il est donc encore logique, défendable, au 21ème siècle, de forcer les commerces à fermer le dimanche ?

      De moins en moins. Il y a des décennies, les classes moyennes se sont battues pour que le commerçant puisse avoir son jour de fermeture hebdomadaire et, si possible, pour le passer en famille. Mais les temps changent. La concurrence est de plus en plus rude entre les différentes formes de commerce. Et il y a de plus en plus de travailleurs, salariés ou commerçants indépendants qui doivent faire bouillir la marmite et veulent travailler le dimanche. Ici, la décision tente d’être sélective, de libéraliser de manière éclairée. On verra le résultat dans quelques mois ! 

        Les magasins pourront ouvrir le dimanche dans le centre de Bruxelles. Une bonne chose?








    • Amendes impayées: la nouvelle loi n'a pas encore apporté un euro à l?Etat, voici pourquoi - 17/04/2015

      L'objectif était d'alléger la masse de travail des procureurs. Après une infraction de roulage, le contrevenant était supposé recevoir un ordre de paiement qui lui laisse 45 jours pour payer l'amende. Dans le cas contraire, l'ordre est donné au SPF Finances qui prélève la somme en même temps que les impôts. Mais ces ordres de paiement n'ont pas été utilisés par un seul procureur du pays. Et pour cause, ils augmentent leur charge de travail. "La procédure sera simplifiée avant les vacances d'été", assure le porte-parole du ministre de la Justice, Koen Geens. Les ministres Galant (Transport) et Geens (Justice) travaillent donc actuellement à rendre la loi actuelle exécutable. 








    • La Banque mondiale a exproprié 3,4 millions de personnes depuis 2004, selon l'ICIJ - 16/04/2015

      (Belga) Depuis 2004, les projets financés par la Banque mondiale dans des pays sous-développés ont contraint 3,4 millions de personnes à quitter leur domicile, ressort-il d'une enquête menée, pendant près d'un an, par le consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), dont fait partie Le Soir. Ces derniers en sont arrivés à la conclusion que la Banque mondiale ne respectait pas toujours ses propres règles en matière de relogement des populations.

      Une équipe de plus de 50 journalistes issus de 21 pays, dont ceux du Soir, du Tijd et de MO* pour la Belgique, a examiné des milliers de documents de l'institution bancaire. Elle a interrogé des centaines de personnes concernées et enquêté sur place, dans 14 pays, les conséquences des investissements de la Banque mondiale. Il ressort que celle-ci échoue régulièrement à évaluer des projets en profondeur et qu'elle ignore souvent ce qui arrive aux gens après qu'ils aient "déménagé". La Belgique n'est pas directement concernée par les grands projets que finance la Banque mondiale mais y consacre une partie conséquente des impôts et a son mot à dire dans la politique de l'institution, selon MO*. Pour la période 2008-2016, notre pays aura ainsi transféré 1,178 milliard d'euros à l'International Development Association, le bras financier pour les pays pauvres de la Banque mondiale, indique le ministre des Finances Johan Van Overtveldt dans une interview au site d'information. La Réunion annuelle de printemps de la Banque mondiale, à laquelle participent MM. Van Overtveldt et De Croo, ministre de la Coopération au développement, se tient cette semaine à Washington. (Belga)








    • Baisse du taux d?intérêt sur les comptes épargne: à qui la faute ? - 16/04/2015

      BNP Paribas a baissé ses taux sur les comptes épargne, nous en avons parlé hier matin… Mais est-ce la faute uniquement à la Banque Centrale Européenne et ses injections massives de cash dans l’économie ?

      On ne peut pas le nier. Quand 61 milliards d’euros par mois sont injectés dans l’économie via des rachats d’actifs, quand les banques peuvent se refinancer à des taux proches de zéro, quand les ménages n’empruntent pas énormément, et les entreprises non plus d’ailleurs, et bien pourquoi donc les banques paieraient un loyer élevé pour avoir de l’argent frais ?

      A quoi servent ces injections mensuelles d’argent par la BCE ?

      Et bien à stimuler l’économie. Si il y a plus d’argent, les gens ont tendance à l’investir, s'il y a plus d’argent dans l’économie, cet argent est moins cher, il va stimuler l’emprunt des ménages pour consommer, l’emprunt des entreprises pour investir. Et consommation et investissement sont deux déterminants de la croissance économique et par là de la création d’emploi.

      Et cette pratique a été mise en œuvre par plusieurs banques centrales ?

      Exactement. Et pour n’en citer que quelques-unes qui ont pratiqué ce qu’on appelle, dans le jargon, l’assouplissement quantitatif: la FED américaine, la Banque Centrale Japonaise, plus près de nous la Banque Centrale du Royaume-Uni et enfin, plus récemment, la Banque Centrale Européenne (BCE) qui a d’ailleurs été critiquée pour avoir lancé ce type d’injections de cash fort tard dans la crise.

      Mais est-ce que cela fonctionne ?

      Et bien, interrogé hier, le secrétaire général de l'OCDE, le groupe des pays développés, considère que cette vague d'assouplissement monétaire dans le monde aurait carrément permis d'éviter un effondrement de l'économie mondiale. Par contre, l’erreur serait de croire, que cela suffira pour sortir de la crise, récupérer la croissance qui, seule, permettra la création d’emploi. Son propos étant que ces injections seront insuffisantes, sans de réelles adaptations structurelles au niveau des pays. Ce qu’il vise, c’est l’adaptation des législations sociales, fiscales, l’adaptation des politiques en matière d’éducation, d’innovation. Bref, d’inscrire les environnements publics dans les réalités du 21ème siècle. Et dernière remarque, le revers de cette politique, c’est le risque de créer une bulle et de conduire à un crash boursier.








    • Les actionnaires de l'aéroport de Charleroi privés de dividendes: bientôt un terminal bis pour booster les chiffres? - 16/04/2015

      A la suite d'un nouveau calcul de l'Europe, l'aéroport de Charleroi doit payer 15 millions d'euros par an pour bénéficier des infrastructures financées par la Wallonie. Une décision qui prive de dividendes ses actionnaires, dont le groupe italien "Save", qui veut par conséquent geler les projets d'investissements (80 millions) en vue d'accueillir 12 à 15 millions de passagers d'ici 2020 (6,4 millions aujourd'hui).

      Le ministre soutient l'idée d'un investissement de 15 à 20 millions, qui permettrait de rapidement accueillir 9 millions de passagers par an. "Avec ce projet, il n'y aura pas de dividendes pendant deux ou trois ans. C'est là qu'on verra si nous avons des partenaires industriels soucieux du développement de l'aéroport". Si ce n'est pas le cas, "on n'a pas besoin d'eux", affirme-t-il.








    • Le boulevard Tirou mis en sens unique pour plusieurs mois - 15/04/2015

      (Belga) La circulation automobile sur l'artère commerciale du boulevard Tirou à Charleroi ne se fera plus que dans un sens, d'ouest en est, à partir de jeudi et pour plusieurs mois, a indiqué mercredi dans un communiqué le promoteur du projet de centre commercial Rive Gauche. Cette modification est précisément liée au chantier du centre commercial. Elle doit permettre aux entreprises qui y sont engagées de construire la rampe d'accès au parking du futur espace.

      La configuration de la voie de circulation en sens unique évoluera au fil des semaines, avait indiqué précédemment le promoteur qui s'était engagé à toujours tenir compte des zones de déchargement nécessaires aux commerces locaux. Plusieurs milliers de voitures empruntent chaque jour l'artère commerciale. Il y a plusieurs mois, un chantier urbain avait imposé pendant plusieurs semaines la fermeture d'une partie de l'artère et la mise en sens unique d'une autre. Ces modifications avaient entrainé sur le terrain des embarras de circulation et la colère de plusieurs commerçants du coin. "Cette fois, nous avons veillé à communiquer davantage", a indiqué la porte-parole de la Ville de Charleroi. Selon elle, le plan de mobilité adopté récemment prévoit de toute façon d'importantes modifications de la circulation sur l'artère. Elle n'est pas destinée à être une voie de transit, a assuré la porte-parole. (Belga)








    • Être commerçant aujourd?hui devient compliqué: Marie doit payer 1700 euros de loyer - 15/04/2015

      Elles fleurissent un peu partout dans les centres-ville de Liège. Les affiches ‘A Vendre’ ou ‘A Louer’ le montrent clairement ; être commerçant aujourd’hui est devenu de plus en plus compliqué. Plus d’un commerçant sur deux estime que son entreprise est menacée. Quasi tous le pensent, ils doivent améliorer l’attractivité du magasin. Jean-Luc Vasseur est président du commerce liégeois: "C’est la crise. Forcément, le commerce a du mal à se renouveler. Les loyers sont assez élevés."


      "Les loyers sont chers"

      À côté de ceux qui jettent l’éponge, il y en a qui y croient. Marie a ouvert il y a une semaine sa boutique de vêtements. Mais il faut être sûr de son coup. En plus des taxes et de sa marchandise, elle doit rembourser 1700 euros de loyer, avant de s’offrir un salaire. Marie Lacroix, commerçante, au micro de RTL-TVi: "Les loyers sont chers. Si on veut être en plein milieu de la ville, il faut être sûr de bien vendre. Les rues attenantes au centre-ville sont intéressantes, car les loyers sont un peu moins chers. Les loyers qu’on demande restent exagérés." Les commerçants sont inquiets. Pour quelles raisons ? À cause des taxes, de la fiscalité et de la crise. Viennent ensuite, l’accessibilité et la concurrence de la vente sur internet.


      Plus de la moitié des commerçants pas satisfaits

      Thierry Evens, porte-parole de l’Union des Classes Moyennes, s'exprime sur le sujet: "On voit qu’il y a à peu près 60.000 commerçants dans le pays. Chaque année, il y en 1000 de moins. Ce n’est pas surprenant, car depuis 2008, le pouvoir d’achat des ménages n’augmente pas. On voit la concurrence des grands centres commerciaux, des grandes chaines, mais aussi de l’e-commerce qui grignote chaque année des parts de marché." Pourtant, les commerçants le disent: ils ont envie de se battre. Ils attendent aussi plus de soutien des pouvoirs publics. 62% ne sont pas satisfaits. Les attentes ne sont pas grandes. Elles portent sur le parking, la propreté et la sécurité. 








    • Le Belge a toujours une brique dans le ventre: plus de 53.000 permis de bâtir accordés en 2014 - 15/04/2015

      Les taux hypothécaires très bas poussent les Belges à construire leur logement. Il s’agit de la première fois en 6 ans qu’un nombre de permis de bâtir aussi important est accordé... En effet, étant donné que les taux hypothécaires sont extrêmement bas actuellement, les Belges ont tendance à acheter beaucoup de biens immobiliers, mais en construisent également. Et en 2014, ce sont plus de 53.000 permis de bâtir qui ont été délivrés, tant pour la construction de maisons que d’appartements.

      Il s’agit là, à priori, d’une bonne nouvelle pour le secteur de la construction. L’an dernier, davantage de permis de bâtir ont été accordés pour des logements. Nous dénombrons quelque 5.000 maisons et appartements neufs de plus, entre 2013 et 2014. Au total, ce sont exactement 53.800 autorisations de construire délivrées dans l’ensemble du pays.

      Depuis 2008, c’est la première fois que le nombre de logements autorisés dépasse les 50.000.

      Pourtant, le milieu de la construction n’est pas totalement satisfait…

      « Il nous faut rester extrêmement attentifs », explique Damien Magerat, administrateur délégué – Jacques Delens. « Je pense qu’à l’horizon d’un an, voire un an et demi, il y a effectivement un volume d’affaires qui existe sur les marchés bruxellois et wallon. Malheureusement, je ne peux vous répondre pour les zones au-delà de nos centres d’activités. Cependant, nous sommes tout de même en droit de nous poser des questions sur ce qui va suivre après ces chiffres obtenus sur ce laps de temps, compte tenu des données des précédentes années », poursuit-il.

      Il est important de noter que les chiffres fournis ne reprennent pas le nombre de permis, mais uniquement celui des logements pour lesquels un permis a été attribué. Il peut donc y avoir davantage de logements, mais moins de buildings, et donc moins de chantiers…

      En outre, les chiffres disponibles n’apportent pas de nuance entre les diverses régions.

      « Ce sont les chiffres nationaux, tandis que moi je me réfère ici aux marchés bruxellois et wallon », affirme Damien Magerat. « La construction en Belgique est en fait un marché plutôt local. Dès lors, ce qui existe à Bruxelles n’est pas forcément la réalité de Tournai ou des Flandres », continue-t-il.

      En Flandre, les règles ont beaucoup changé à partir du 1er janvier 2014, incluant des normes énergétiques plus contraignantes. Ce qui a impliqué de fortes demandes à la fin de l’année 2013, et des permis accordés en 2014.

      Finalement, il s’agit donc d’un phénomène à la fois localisé géographiquement et très temporaire. 








    • BNP Paribas Fortis et Fintro abaissent le taux des comptes d'épargne: "Les autres banques vont s'aligner" - 15/04/2015

      La Banque centrale européenne a lancé au mois de mars un programme étendu d'achat d'obligations. Cela a eu pour conséquence de pousser les taux à la baisse en Europe. Les mois à venir ne nous permettent pas d'espérer beaucoup de changement, notamment parce-que nous ne prévoyons pas d'inflation. Dans ce contexte, BNP Paribas Fortis et Fintro ont décidé de réduire le taux d'intérêt des comptes d'épargne réglementés au 24 avril 2015.

      Qu'est-ce qui justifie cette nouvelle baisse?

      Bruno Wattenbergh, économiste, apporte ses explications: "Les banques n’ont pas vraiment besoin de l’argent des épargnants. Pourquoi ? L’argent européen coule à flot. En plus, il n’est pas cher. D’un autre côté, la consommation n’est pas très élevée, les investissements des entreprises non plus. Bref, pourquoi les banques rémunéreraient-elles plus l’argent des épargnants que le strict minimum ? Résultat, la plupart tournent autour de 0,2%, voire un petit peu moins. Il y a un plafond minimum aux alentours de 0,11%."

      Les autres banques vont probablement s’aligner. "Bien évidemment. Ce taux de BNP Paribas était déjà pratiqué par plusieurs autres banques. À part quelques banques en ligne ou des offres ‘produit d’appel’, il faut vraiment bien se méfier des conditions, les taux ne sont pas gras.

      Que conseiller à l’épargnant ? "Aller voir sur les comparateurs qui existent, sur le ministère de l’Économie, chez Test-Achat,etc. Il existe plusieurs comparateurs qui permettent de voir en temps réel, les rendements de l’épargne."

      Cela devient-il de moins en moins intéressant de mettre son argent sur un compte épargne ?

      Bruno Wattenbergh: "Pas nécessairement. La première raison pour laquelle le Belge a un carnet d’épargne, c’est une sécurité en cas de problème. Résultat, si la personne n’a pas beaucoup d’argent, elle va garder son carnet d’épargne. En revanche, s’il a plusieurs carnets d’épargne, donc beaucoup d’argents, là, il existe plusieurs possibilités. Voir un courtier, voir votre banquier, etc. La transparence financière et la sécurité sont présentes sur le marché."








    • Crédit hypothécaire: ce n'est pas parce que les taux sont bas qu'il faut faire n'importe quoi - 15/04/2015

      Selon les chiffres de la Centrale des crédits aux particuliers (arrêtés au 31 mars 2015), 45.782 Belges ne parviennent plus à rembourser leur prêt hypothécaire. C'est 4,5% de plus qu'il y a un an, rapportent les journaux de Sudpresse mercredi. Même défaillance observée du côté du nombre de contrats défaillants : 34.474 (soit 5,6% de plus qu'en mars 2014), pour un montant total de 1.338.143.000 euros (+ 10,9% en un an).

      À l'Observatoire du crédit et de l'endettement, on tire la sonnette d'alarme. "Attirés par les taux bas, certaines personnes se précipitent, sans calculer combien le prêt pèsera sur le budget du ménage", remarque Didier Noël, coordinateur à l'Observatoire. L'autre objet d'inquiétude concerne les ouvertures de crédit, que 215.102 Belges ne parviennent plus à rembourser. C'est 6,2% de plus qu'en mars 2014, pour un montant qui s'élève à 489.459.000 euros (+2% en un an).








    • Voici quelles sont les personnes les plus taxées - 14/04/2015

      En Belgique, le coin fiscal, soit le total des impôts versés par les salariés et les employeurs après déduction des prestations familiales reçues, est le plus élevé de l'OCDE pour un travailleur célibataire sans enfant. Si celui-ci gagne le salaire moyen, le coin fiscal atteint 55,6%, alors que la moyenne OCDE est de 36%.


      Célibataire? 1 enfant? 2 enfants?

      Entre 2000 et 2014, le coin fiscal des travailleurs célibataires gagnant un salaire moyen a baissé de 1,5%. Avec un revenu représentant 67% du salaire moyen, l'OCDE évalue le coin en Belgique à 49,9%, soit 0,2% de moins par rapport à l'étude sur l'année 2013 publiée par la Commission européenne en juin dernier. Pour les ménages à un apporteur de revenu avec deux enfants percevant un salaire moyen, la Belgique (40,6%) n'est devancée que par la Grèce (43,4%). La moyenne OCDE atteint ici 26,9%.








    • Il y avait 83.000 emplois vacants l'an dernier en Belgique: voici les métiers en pénurie - 14/04/2015

      Alors que le chômage en Belgique plafonne avec près de 460.000 demandeurs d'emploi indemnisés, les derniers chiffres d'Eurostat, relayés mardi par le journal Le Soir, montrent que le nombre d'emplois vacants s'est élevé à 83.007 sur l'ensemble de l'année 2014. Il n'y a qu'en Allemagne (3,9%) et au Royaume-Uni (2,4%) que le taux d'emplois vacants est plus élevé qu'en Belgique (1,9%). Mais dans ces pays, le taux de chômage est nettement plus bas. En Belgique, il y a 8,5% de chômeurs, contre 4,8% en Allemagne et 5,5% au Royaume-Uni.


      Les syndicats pointent du doigt les horaires et la pénibilité

      Un problème d'orientation, accuse le patronat qui souhaiterait que les jeunes soient mieux dirigés vers les métiers en pénurie (infirmiers, ingénieurs, développeurs informatiques, plombiers...). Côté syndical, on ne partage pas cette vision des choses. En se basant sur les métiers qui ne trouvent pas preneur, les syndicats constatent qu'il s'agit de métiers très lourds, aux horaires irréguliers. Ils recommandent d'alléger les conditions de travail pour résoudre le paradoxe que les chiffres démontrent de manière aiguë.








    • Les futurs propriétaires délaissent les prêts hypothécaires à plus de 25 ans - 13/04/2015

      (Belga) Au cours des premiers mois de l'année 2015, aucun candidat propriétaire n'a contracté de prêt sur une durée supérieure à 25 ans, selon Immotheker. Pourtant ce type de prêt, au plus fort de son succès en 2011, intéressait encore 39% des futurs acquéreurs, rapportent lundi De Standaard et Het Nieuwsblad.

      Cette baisse s'explique principalement par deux raisons. Les taux d'intérêts extrêmement bas font que les futurs propriétaires ne doivent plus nécessairement emprunter sur une très longue période. Début 2014, ceux qui souhaitent emprunter 150.000 euros avec une capacité de remboursement mensuelle de 750 euros devaient contracter un prêt sur une durée de 30 ans. Aujourd'hui, pour des mensualités et un montant équivalents, il est possible de réduire la durée du prêt à un peu plus de 20 ans. Les banques ne sont, en outre, plus désireuses de prêter à très long terme, car elles encourent plus de risques. C'est pourquoi leurs taux d'intérêts sur 30 ans sont moins avantageux. (Belga)












    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Un Espoir français se perd lors de Liège-Bastogne-Liège: "J'ai vraiment paniqué quand j'ai vu le soleil se coucher" - 20/04/2015

      Nous sommes bien en 2015, même si l'histoire de Dylan fait penser aux épopées des premiers vainqueurs du Tour de France, au début du siècle dernier: le jeune homme s'est perdu près de Liège, et est arrivé avec quatre heures de retard. Son histoire nous est racontée par le site DirectVelo.com.

      Dylan Durand est un cycliste amateur, qui évolue au sein de l'équipe UC Nantes Atlantique. Samedi passé, lors de l'édition Espoirs de la célèbre course cycliste Liège-Bastogne-Liège, il a perdu le contact du peloton assez rapidement.

      "J'étais lâché sur des routes de campagne, j'ai essayé de tout faire à l'instinct", a-t-il expliqué.

      "Je me suis retrouvé au nord de Liège après la Côte de La Redoute, je n'avais même plus de panneau routier indiquant Liège mais plutôt Maastricht".

      "Une fois arrivé dans Liège, je ne savais pas où aller, donc j'ai demandé à des gens de m'indiquer la bosse d'arrivée de la course professionnelle. Malheureusement, j'ai pas été beaucoup aidé."

      Hélas pour ce jeune coureur, la dernière côte au programme de Liège-Bastogne-Liège version "normale" (la semaine prochaine) n'est pas la fin de la course Espoirs. Il fallait rejoindre le vélodrome d'Ans.

      De plus, il n'y avait plus de pancarte: l'organisation, attendant l'arrivée du dernier coureur devant la voiture balai, a retiré les indications au fur et à mesure, le long du parcours, comme la règlement le prévoit.

      "J'ai beaucoup cherché ma route dans le centre de Liège avant de comprendre que je devais franchir la Meuse, raconte le coureur. C'était dur mentalement de tourner en rond dans le centre, dur physiquement de finir avec 7h de selle... J'ai hésité à prendre l'autoroute mais j'avais peur de me faire renverser ou de crever. J'ai vraiment paniqué quand j'ai vu le soleil se coucher petit à petit."

      Heureusement pour Dylan, tout s'est bien terminé, un automobiliste l'ayant finalement amené au bon endroit, où l'attendait ses équipiers. 








    • Son fils de 9 ans est un prodige du foot: Emmanuel est choqué par les pratiques douteuses de certains clubs - 20/04/2015

      Lucca Lagana, originaire du nord de la France, est un jeune prodige du foot. A seulement neuf ans, il s'apprête à rejoindre un grand club français. L'occasion pour son père, Emmanuel, 41 ans, a finalement fait son choix. S'il préfère ne pas révéler le club qui va poursuivre la formation de son fils, il en profite pour en dire un peu plus sur les coulisses d'un monde sans scrupule.

      Surdoué mentalement (il aurait un QI très élevé) et physiquement, Lucca "a été sollicité par les plus gros clubs de Ligue 1. Notre choix s’est porté sur celui qui apportait le plus de garantie en termes d’épanouissement. Très souvent les clubs mettent en avant l’aspect sportif, la performance et ne parlent pas de la vie de l’enfant", a-t-il expliqué à nos confères de La Voix du Nord.

      "Il a marché dès l’âge de dix mois et à quatre ans il savait déjà jongler avec un ballon. Et quand on lui confisquait, il jonglait avec une boule de papier", a poursuivi ce père de famille qui va devoir déménager pour rester dans un rayon de 50 km du futur club de son fils (c'est la règle en France).

      "De grosses enveloppes"

      Mais le témoignage d'Emmanuel redouble d'intérêt lorsqu'il évoque les dérives d'un milieu sans scrupule, prêt à tout pour avoir le bon joueur au bon moment.

      "Un jour, un émissaire d’un grand club italien m’a appelé directement chez moi pour m’annoncer qu’il invitait Lucca et sa famille pendant une semaine. En octobre dernier, j’y suis allé avec mon fils en lui expliquant que c’était un stage de vacances, mais à force de passer des tests, il a vite compris. Officiellement, c’était une visite de courtoisie pour nouer contact, mais, à la fin de la semaine, le club nous a proposé de venir vivre en Italie et de me mettre en relation avec des employeurs, et ce sans délai. Je leur ai dit non tout de suite, que je n’étais pas là pour monnayer mon fils. Il y avait aussi une autre famille de la région avec nous, et eux ont accepté. Le papa n’avait pas de travail, et c’était la première fois de leur vie qu’ils allaient à l’hôtel", a-t-il expliqué.

      "D’autres clubs étrangers, dont je tairai le nom car je ne veux pas que cela porte un jour préjudice à mon fils, nous ont aussi proposé de l’argent. C’était des enveloppes qui pouvaient aller jusqu’à cent mille euros". 








    • Guardiola va-t-il quitter le Bayern ? - 20/04/2015

      Interrogé sur son avenir, Pep Guardiola a assuré lundi qu'il serait encore sur le banc du Bayern Munich l'an prochain quel que soit l'issue du quart de finale retour de la Ligue des champions mardi contre Porto à l'Allianz Arena.

      "Mon avenir est le suivant: entraînement mercredi, jeudi libre, entraînement vendredi, assurer le titre samedi face au Hertha Berlin et être encore là l'an prochain", a répondu le Catalan lors de la conférence de presse de veille de match.

      Guardiola avait déjà laissé entendre vendredi qu'il irait jusqu'au terme de son contrat fixé à juin 2016 lors de son arrivée en Bavière à l'été 2013 pour succéder à Jupp Heynckes.

      Durant les derniers mois, le patron Karl-Heinz Rummenigge a répété à plusieurs reprises que le Bayern souhaiterait prolonger l'association avec Guardiola.

      Le Bayern doit décrocher cette saison son 2e titre national de l'ère Guardiola, est qualifié en demi-finales de la Coupe d'Allemagne mais risque une sortie prématurée en Ligue des champions après le cuisant revers (3-1) lors du quart de finale aller à Porto.








    • Mourinho a été trompé par? le frère de Fellaini ! - 20/04/2015

      Le coach de Chelsea, José Mourinho, avait préparé une tactique spécifique pour le choc face à Manchester United (victoire des Blues 1-0 samedi soir). L'attention du Portugais s'était naturellement portée sur Marouane Fellaini, l'homme en forme des Red Devils, qui y a retrouvé une place indiscutable de titulaire.  

      A quelques heures du coup d'envoi, quelle ne fut pas surprise lorsqu'un portier de leur hôtel est venu lui annoncer que Fellaini ne jouerait pas…

      "Il m'a dit que Fellaini ne jouait pas parce qu'il était à l'hôtel pour avoir des tickets de la part d'Eden Hazard, et qu'il portait un jeans et des baskets", a expliqué Mourinho en conférence de presse.

      "Cela me semblait étrange, j'ai été sur Google et j'ai tapé 'frère Fellaini', puis 'Images'. J'ai montré les photos au portier, et je lui ai dit: 'C'est lui ou c'est lui ?' Il m'a dit alors: 'C'est le frère'…", a expliqué l'entraîneur, en souriant, à la presse.

      Le frère jumeau de Marouane, Mansour Fellaini, apprécie en effet de se faire passer pour son frère de temps en temps. Il pose pour des groupies (de son frère), et lorsqu'il discute avec des filles, il ne rechigne pas à se faire appeler Marouane...








    • Ligue 1: Lyon, PSG, que la course soit belle - 20/04/2015

      Lyon en tête de la L1 à égalité de points avec le PSG qui a un match en moins : les prochaines semaines vont être palpitantes dans une course au titre beaucoup plus serrée que prévu pour le tenant du titre parisien.

      Tour d'horizon des forces en présence.

      . Retour de Grenier, Pastore étincelant

      Le retour de Grenier est une véritable plus-value dans le domaine offensif pour l'OL. Ses entrées en jeu contre Bastia et Saint-Etienne ont été positives. Il peut amener un plus sur les phases arrêtées sur lesquelles l'OL n'est pas très efficace. Par ailleurs, les progrès de Njie, qui a la confiance de Hubert Fournier, sont notables. Le Camerounais a marqué contre Guingamp (3-1) puis Saint-Etienne (2-2) ses quatrième et cinquième buts. Il en est à six passes décisives. Il a su se faire une place aux côtés de Lacazette et Fekir. Jallet a mis un peu moins de temps que prévu pour reprendre sa place d'arrière droit après une luxation de l'épaule gauche et c'est une bonne nouvelle aussi pour Lyon.

      Le PSG s'est trouvé un nouvel "impact player" au printemps avec Pastore, auteur d'un doublé contre Nice ce week-end. L'Argentin a même été qualifié de meilleur joueur du monde par Cantona...

      L'ancien joueur de Palerme permet de soulager un secteur offensif où Cavani ne convainc toujours pas: l'Uruguayen a marqué -- sur penalty -- contre Nice, ce qu'il n'avait plus fait en L1 depuis le 18 janvier.

      . Calendrier : Metz au Parc, capital

      Le rendez-vous capital pour le PSG en L1 risque bien d'être contre... Metz, un relégable, en match en retard de la 32e journée, mardi prochain au Parc des Princes. Car ni Lyon ni le Paris SG n'ont d'adversaires du top 5 de L1 à affronter d'ici la fin de saison. Si Lyonnais et Parisiens gagnent tous leurs matches d'ici le terme, c'est le PSG qui sera titré avec trois points d'avance, grâce au match en retard contre Metz.

      Lyon doit jouer à Reims, à Caen et à Rennes, le dernier jour. L'OL recevra Evian, le week-end du 2 mai et Bordeaux, le 16 mai. Ce qui fait trois déplacements et deux réceptions. C'est tout, puisque l'OL n'a plus de coupe européenne ou domestique à jouer.

      Pour le PSG, c'est plus consistant. En L1, il y a les réceptions de Lille (samedi), Metz, Guingamp (week-end du 9 mai) et Reims pour la 38e journée. Et deux déplacements à Nantes (week-end du 2 mai) et Montpellier le 16 mai. S'ajouteront à cela le déplacement à Barcelone en Ligue des champions ce mardi et la finale de la Coupe de France le 30 mai contre Auxerre au Stade de France.

      . L'absence d'Ibra, les problèmes défensifs de l'OL

      Au PSG, Ibrahimovic devra donc patienter jusqu'au mois de mai pour revenir lors de la 35e journée à Nantes, après avoir purgé sa suspension (réduite de quatre à trois matchs) après sa fameuse bordée d'insultes. Encore deux matchs à tenir sans son leader pour le PSG. Les bulletins de santé des Thiago, Silva et Motta, seront également décisifs pour la fin de saison. L'équipe de Laurent Blanc n'est pas la même s'ils sont là ou pas en défense centrale et au milieu de terrain.

      A Lyon, l'exclusion de Rose face aux Verts entraîne sa suspension automatique pour le match à Reims samedi. Il faudra encore réaménager la défense centrale avec le retour de Koné. Sans oublier que Bisevac ne rejouera plus de la saison après son opération à un genou en février.

      Globalement, malgré les immenses progrès dans les buts de Lopes, la défense ne donne pas toutes les garanties. C'est même le point faible, surtout dans l'axe où il manque un défenseur expérimenté.


    • Superbe dunk en NBA (vidéo) - 20/04/2015

      Les Los Angeles Clippers ont infligé une cinglante défaite à San Antonio, champion NBA en titre (107-92) lors du match N.1 de leur très attendu duel du 1er tour des play-offs, dimanche.

      Le choc entre Clippers et Spurs a viré à l'affrontement très physique et a été marqué par un nombre surprenant de ballons perdus (29) et de maladresses.

      Mais les Clippers emmenés par Chris Paul (32 pts) et Blake Griffin (26 pts) étaient de loin la meilleure équipe sur le parquet du Staples Center. 

      Ce dernier a par ailleurs réussi un incroyable dunk. Prenant la balle au niveau des trois points, il dribble, profite d'un petit bloc de Paul, déborde Joseph sur sa droite s'en va dunker sur Baynes. 








    • Ligue des champions: le PSG devra se passe de Thiago Silva à Barcelone - 20/04/2015

      Le défenseur central et capitaine du PSG Thiago Silva a finalement dû déclarer forfait pour le quart de finale retour de Ligue des champions mardi à Barcelone, a fait savoir le club parisien lundi.

      "Initialement retenu dans le groupe parisien pour le quart de finale retour à Barcelone, le défenseur brésilien Thiago Silva ne sera finalement pas du voyage. Le capitaine du Paris SG restera donc travailler au centre d'entraînement Ooredoo pour préparer au mieux son retour sur les terrains", écrit le PSG dans un communiqué.

      Thiago Silva était sorti avant la 20e minute lors du match aller mercredi dernier au Parc des Princes (défaite 3-1). Touché à la cuisse, il avait cédé sa place à David Luiz, lui-même convalescent.


    • Proto provoque les supporters de Bruges: il va recevoir un PV de la police - 20/04/2015

      Silvio Proto, le gardien et capitaine d'Anderlecht, doit s'attendre à recevoir un PV prochainement dans sa boîte aux lettres. La police de Bruges lui a en effet adressé un procès-verbal parce qu'il a provoqué les supporters du Club à l'issue de la rencontre (victoire 2-1).

      "Ce qu'il a fait est une violation de la règlementation sur le football. Et il y a des sanctions contre cela", a déclaré le chef de corps Dirk Van Nuffel à Het Nieuwsblad.

      "La plupart du temps, ces affaires sont réglées à l'amiable", a-t-il tout de même précisé. "Cela sera très probablement le cas cette-fois également".

      Une attitude regrettable, d'autant plus que la rencontre a été très correcte, sur et en dehors du terrain. "Le Club – Anderlecht le plus calme depuis des années".








    • Déguisé en femme, l'actionnaire majoritaire de l'Union Saint-Gilloise fête la montée à sa manière: "Deuxième division, c'est bon" - 20/04/2015

      L'Union Saint-Gilloise est de retour en D2, 7 ans plus tard, grâce à leur victoire in extremis à Sprimont (1-2).

      Le club aux 11 titres de champion de Belgique retrouve l'antichambre de l'élite sans être champion, profitant des problèmes de licence de ses concurrents.

      Une montée qui a visiblement inspiré Jurgen Baatzsch, l'actionnaire majoritaire du RUSG.

      Dans une vidéo postée sur son profil public Facebook, déguisé en femme (tout comme son camarade Nana), il a félicité chaleureusement le club: "Deuxième division, c'est bon… Ici, ici, c'est Saint-Gilles"

      Baatzsch a déjà sauvé le club en injectant environ 1,6 million d'euros, mais doit le restructurer pour éviter la faillite.

      Une saison sous les projecteurs de la D2, avec des droits TV qui deviennent intéressant, pourrait l'aider.








    • Marquez dans le décor après le dépassement de Rossi: "Nous nous sommes touchés" - 20/04/2015

      L'Italien Valentino Rossi a créé la surprise en remportant le Grand Prix d'Argentine lors d'un final haletant alors que l'Espagnol Marc Marquez semblait avoir course gagnée.

      On s'acheminait vers une 21e victoire de Marc Marquez, mais dans les dix derniers tours, Rossi a refait son retard sur la Honda N.93 de Marquez pour le passer dans le dernier des 25 tours. Visiblement vexé d'avoir été doublé, Marquez remet les gaz, essaie de passer à l'intérieur, touche dans un virage la Yamaha en tentant de revenir sur l'Italien, avant de partir dans le décors.

      Pas fâché

      "C’est dommage parce que nous faisions une bonne course ! C’était intéressant parce que nous avions fait un choix de pneu différent de celui de Valentino, parce que je ne me sentais pas assez compétitif sur la gomme la plus dure. Cette stratégie fonctionnait bien pour nous jusqu’aux deux derniers tours. Quand j’ai vu qu’il revenait sur moi, j’ai décidé d’économiser un peu mes pneus".

      "Sur les derniers tours je suis repassé dans les 1’39 pour voir si les pneus étaient encore bons et je savais que nous allions finir par nous battre. Quand il m’a rattrapé, nous nous sommes battus sur quelques virages, nous nous sommes malheureusement touchés et je suis tombé. J’ai toujours dit que c’était mon idole et ma référence et il y a toujours des choses à apprendre de lui. Nous devons maintenant penser à Jerez et à reprendre des points".








    • Courtrai - Charleroi, le premier partage des play-offs 1 - 20/04/2015

      Le début de Courtrai - Charleroi a été assez agréable à suivre avec deux équipes faisant preuve de bonne volonté. Courtrai a lancé les débats par Brecht Capon, qui a cherché Teddy Chevalier dans la profondeur. Le Français a été surpris tout comme l'a été Neeskens Kebano, qui aurait bien pu ouvrir la marque pour Charleroi (6e).

      Mais le niveau a rapidement chuté. Courtrai a pris le choses en mains sans se créer d'occasions de but. On ne peut parler d'opportunité quand, sur coup franc, Nebosja Pavlovic a mal contrôlé le ballon et l'a envoyé dans le filet latéral (23e).

      Jusqu'au repos, Nicolas Penneteau et Laurent Henkinet n'ont pas été appelés à sortir le grand jeu. Le gardien courtraisien n'a pas paniqué quand Kebano est entré dans son rectangle: Maxime Chanot a proprement pris le ballon dans les pieds du Carolo (41e). En seconde période, Charleroi a continué à fermer le jeu et à miser sur le contre.

      Courtrai a éprouvé de plus en plus de difficultés et un réflexe de Henkinet a empêché Enes Saglik de marquer (61e). Par contre, Penneteau s'est incliné sur un tir à ras-de-terre de Santini (66e).

      Après le goal de l'attaquant croate, Courtrai n'est devenu le patron de la rencontre. Sur un centre de Saglik (78e), Coulibaly l'a puni d'une tête puissante (1-1) et Kebano a eu l'occasion d'imiter son équipier (88e).








    • Un joueur amateur de Nalinnes décède peu après son remplacement - 20/04/2015

      Un joueur de football amateur est décédé en plein match, ce dimanche. 

      Grégory Ghislain, joueur de Nalinnes B, avait débuté la rencontre lors du déplacement à Lobbes, dans le cadre du championnat de Provinciale 4G. 

      Il s'est fait remplacé car il ne se sentait pas bien, selon BEL RTL.

      Il n'avait que 35 ans.








    • Ce qu'il faut retenir du week-end dans les grands championnats - 20/04/2015

      ALLEMAGNE

      En Bundesliga, le futur champion est également connu, depuis au moins aussi longtemps qu'en Serie A, et le Bayern Munich s'est encore rapproché de son 25e sacre national en s'imposant à Hoffenheim (2-0). Les Bavarois, en passe de réussir un triplé 2013-2014-2015, avaient néanmoins la tête à mardi et le quart de finale retour de la Ligue des champions, où ils devront renverser Porto, vainqueur surprise 3-1 à l'aller. Derrière eux pointe Wolfsburg à 12 points, qui a été tenu en échec (1-1) par Schalke 04, le 5e, et ne s'est pas tout à fait remis de la correction reçue face à Naples en Europa League jeudi (4-1). La lutte pour la 3e place reste en revanche serrée, puisque le Bayer Leverkusen, large vainqueur de Hanovre (4-0) a délogé du podium Mönchengladbach tenu en échec à Francfort, grâce à sa meilleure différence de buts.


      ANGLETERRE

      En Premier League, Chelsea est également bien parti pour le titre. Sa victoire contre Manchester United (1-0) grâce à un but de Hazard lui a permis de prendre un peu plus le large devant Arsenal, qui, pendant ce temps, se qualifiait pour la finale de la Cup aux dépens de Reading (2-1 a.p.). Les Gunners ont donc un match en retard à jouer, mais les Blues aussi. Ce qui peut maintenir l'écart actuel de 10 points entre les deux. Pour les Red Devils, toujours 3e à 11 points de Chelsea, c'est derrière qu'il faut désormais regarder puisque le rival City (4e) s'est approché à un point en battant West Ham (2-0). Enfin, Tottenham, vainqueur à Newcastle (3-1), est revenu à hauteur du 5e Liverpool, qui a lui été éliminé par Aston Villa en demi-finale de la Coupe d'Angleterre et a donc un match en retard pour reprendre son écart.


      ESPAGNE

      Vainqueur au forceps et sans briller du 4e Valence, grâce à une ouverture du score précoce de Suarez et au 400e but en Blaugrana de Messi, le Barça a conservé sa première place et son avance de deux points sur le Real Madrid. Les Madrilènes, qui ont préservé Benzema et Varane en vue du quart de finale retour de la C1 qui promet d'être musclé face à l'Atletico (0-0 à l'aller), ont eux battu Malaga (3-1) avec notamment un but de James Rodriguez à la conclusion d'une action collective exceptionnelle. Mais ils ont perdu Gareth Bale et surtout Luka Modric sur blessures. Derrière ce duo, l'Atletico Madrid pointe toujours à sept et neuf points après sa victoire à La Corogne (2-1) acquis grâce au doublé de Griezmann, désormais 20 buts au compteur de la Liga.


      FRANCE

      Lyon reste en tête du classement au soir de la 33e journée malgré son match nul (2-2) dans un derby haletant face à Saint-Etienne. Mais le Paris SG, qui s'est imposé à Nice (3-1), compte également 65 points et paye pour l'heure une moins bonne différence de but, a un match en retard à disputer le 28 avril, contre Metz. Derrière ce duo, Monaco, tenu en échec par Rennes (1-1) reste 3e mais voit les Verts (5e) revenir à deux longueurs, aux côtés de Marseille (4e).


      ITALIE

      La Juventus y est presque. Elle est à deux victoires d'un 31e scudetto après celle acquise face à la Lazio (2-0), sa dauphine désormais reléguée à 15 points, comme l'AS Rome (3e), une énième fois tenue en échec (1-1), contre l'Atalanta Bergame. Qui plus est, la Juve a l'avantage dans les confrontations directes, autant considérer qu'elle vole donc vers un quatrième titre consécutif. Loin derrière elle, Naples peut lui toujours espérer accrocher le podium après son succès à Cagliari (3-0). Le Napoli n'a plus que cinq points de retard sur le duo romain. Pour ce qui est du duo milanais, empêtrés en milieu de tableau, le derby a accouché d'un triste 0-0.








    • De Bruyne sauve Wolfsburg (vidéo) - 20/04/2015

      Kevin De Bruyne a permis à Wolfsburg de sauver le point du nul (1-1) devant son public face à Schalke, dimanche, en clôture de la 29e journée du championnat d'Allemagne.

      Ce résultat laisse Wolfsburg à 12 longueurs du Bayern Munich qui, vainqueur samedi à Hoffenheim (2-0), pourrait conclure sa quête d'un 25e titre national en cas de victoire devant son public samedi contre le Hertha Berlin. Schalke avait ouvert la marque par Sané (53e).

      Les "Loups" ont longtemps buté sur le portier Fährmann, avant que De Bruyne n'égalise (78e) avec sa 10e réalisation de la saison en championnat. Le Diable Rouge a trompé Fährmann d'une frappe à ras de terre des vingt mètres. Auparavant, de Bruyne s'était heurté à trois reprises au gardien visiteur (41e, 44e et 70e).

      Le Werder Brême, grâce à un penalty de di Santo en fin de match (84e), a remporté le derby du Nord contre Hambourg (1-0), poussant un peu plus ce rival hanséatique vers la première relégation de son histoire. Arrivé en janvier, Koen Casteels a disputé son premier match en championnat pour le Werder.

      Attentif sur ses sorties, le gardien n'a pas eu d'intervention difficile à réaliser. Avec la 500e victoire de son histoire, le Werder s'installe au 7e rang (38 points), à l'affût d'un billet pour l'Europa League. Lanterne rouge avec 25 points, le HSV compte quatre longueurs de retard sur le premier non-relégable Hanovre (15e).








    • Anderlecht à 5 points de Bruges: "Il faut se mettre en face d'une glace" - 20/04/2015

      Un but de Vormer dans les dernières minutes (86e) a permis au FC Bruges de battre Anderlecht 2-1, dimanche, dans le match au sommet de la troisième journée des playoffs I. Oulare (74e) avait répliqué au but d'ouverture de Mitrovic (26e). Les Brugeois relèguent ainsi les Bruxellois, troisièmes, à cinq longueurs au classement.

      "Oui, il y a un écart... Il faudra qu'on gagne tous nos matchs pour être champion. Mais le championnat est encore long, on peut encore se rattraper. Mais c'est sûr, il faut se mettre en face d'une glace et tous se remettre en question", a déclaré Silvio Proto à Vincent Legraive.

      Les Mauves ne sont pas contents sur l'arbitrage, car un penalty évident leur a été refusé, et un but annulé sur un hors-jeu inexistant.








    • Incroyable victoire de Rossi en MotoGP ! - 20/04/2015

      On s'acheminait vers une 21e victoire de Marc Marquez, mais dans les dix derniers tours, Rossi a refait son retard sur la Honda N.93 de Marquez pour le passer dans le dernier des 25 tours.

      Visiblement vexé d'avoir été doublé, Marquez remet les gaz, essaie de passer à l'intérieur, touche dans un virage la Yamaha en tentant de revenir sur l'Italien, avant de partir dans le décors.

      Rossi, 36 ans, pouvait ainsi filer vers sa 84e victoire en MotoGP, la deuxième de la saison après son succès au Qatar lors du premier Grand Prix.

      Marquez, 22 ans, a semblé impuissant quand la Yamaha numéro 46 est revenue sur sa Honda, sur le circuit des Thermes de Rio Hondo, un tracé fait de courbes rapides, exigeant pour les pneumatiques, dont il disait jeudi qu'il était favorable aux Yamaha.

      Alors qu'il avait aligné 10 victoires lors des dix premières courses de 2014, Marquez n'a remporté qu'un des trois GP cette année, à Austin. Au Qatar, il a fini 5e, après une sortie de route au 1er virage.

      Rossi est conscient d'avoir poussé Marquez à la faute. "Il savait que j'étais plus rapide, que si je passais... donc il a tout essayé, trop", dit-il.

      "J'étais 4 secondes derrière mais je me suis dit 'Je vais essayer'. C'est dommage qu'il soit tombé, mais c'est lui qui a commis la faute. C'était une grande course. Pour le battre, il faut que je lui fasse peur un peu", a plaisanté le septuple champion du monde de la catégorie-reine.

      Au classement du Championnat du monde de MotoGP, Valentino Rossi compte 66 points, 29 de plus que Marquez, 4e.

      Suzuki, de retour en MotoGP cette année, a offert un visage séduisant en Argentine.

      Très rapide vendredi aux essais libres et 2e sur la grille de départ, l'aîné des frères Esparago, Aleix (Suzuki), a terminé la course à la 7e place.

      Le coéquipier de Rossi, Jorge Lorenzo, double champion du monde en 2010 et en 2012, est 5e à l'arrivée.


      Zarco en tête du championnat

      En Moto2, Zarco s'est imposé devant l'Espagnol Alex Rins, 19 ans, et le Britannique Sam Lowes, vainqueur à Austin le 12 avril.

      Parti de la pole position au guidon de sa Kalex, le Français de 24 ans n'a pas pris le meilleur départ mais s'est installé à la première place dès le 3e tour pour ne plus la quitter jusqu'au drapeau à damiers.

      Grâce à sa victoire sur le circuit des Thermes de Rio Hondo, Zarco s'empare de la première place du classement du Championnat du monde, avec 53 points, devant Alex Rins (49), et le Britannique Sam Lowes (41).

      Lors du premier Grand Prix de la saison au Qatar, alors qu'il avait course gagnée, sa Kalex avait connu un problème mécanique et il avait rétrogradé à la 8e place. La semaine dernière à Austin, il avait terminé deuxième.

      Zarco a débuté en Moto2 en 2012 dans cette catégorie où tous les pilotes disposent du même moteur Honda de 600 cm3. Il avait terminé la saison 2014 à la 6e place.

      Le Belge Xavier Simeon a terminé à la 22e place.


      Kent en Moto3

      En Moto3, le Britannique Danny Kent, sur Honda, s'est adjugé une deuxième victoire consécutive à 21 ans et a accentué son avance au Championnat du monde de Moto3. Il a devancé de plus de dix secondes les Espagnols Efren Vazquez et Isaac Vinales.

      Au classement du championnat du monde de Moto3, après trois courses, Kent se détache. Avec 66 points, il devance Efren Vazquez (49 pts), l'Italien Enea Bastianini (40) et Quartararo (39).

      Le jeune Français Fabio Quartararo, 16 ans lundi, annoncé comme un futur grand de la moto, a fini 6e après une belle remontée car il était parti 16e sur la grille de départ.

      La quatrième manche du championnat du monde se disputera début mai à Jerez, un des quatre Grand Prix couru en Espagne, où Marquez briguera un 22e succès.








    • Benteke envoie Aston Villa en finale ! (vidéo) - 20/04/2015

      Christian Benteke a été dimanche à Wembley un des artisans de la victoire d'Aston Villa sur Liverpool en demi-finale de la Coupe d'Angleterre (2-1). Le 30 mai, en finale, Aston Villa sera opposé au tenant du titre Arsenal qui, samedi, a écarté Reading (1-2 après prolongations).

      Après avoir égalisé (36e), Benteke a participé activement d'une talonnade à l'action ammenant le goal décisif de Fabian Delph (54e). Liverpool, avec Simon Mignolet dans le but, avait ouvert la marque par Philippe Coutinho (30e). Malgré leur 15e place en Premier League et un maintien qui reste encore à décrocher, les Villans n'ont rien volé et leur victoire contre Liverpool (5e) apparaît même logique.

      Au passage, l'élimination de la bande à Steven Gerrard, qui a vu une balle d'égalisation sauvée sur sa ligne par Kieran Richardson (85e), prive l'équipe d'une dernière chance de sauver les meubles au terme d'une saison inaboutie.

      Aucun trophée en trois ans: une première !

      Brendan Rodgers est devenu le premier entraîneur des Reds depuis les années 60 à n'avoir remporté aucun trophée en trois ans.

      La faute à Benteke, qui a inscrit du plat du pied son 9e but en sept matches et son 5e à Liverpool. Le triangle Benteke-Delph-Jack Grealish a fait très mal aux Reds dans le coeur du jeu.

      L'entrée à la pause de Mario Balotelli à la place de Lazar Markovic n'a pas changé grand-chose à Liverpool, où la frustration est peu à peu devenue apparente. A l'image de Mignolet, qui n'a pas été impérial sur les envois de Benteke et Delph comme il l'avait été sur celui de Charles N'Zogbia (12e).

      Le 30 mai, les Villans tenteront de décrocher leur 8e Coupe d'








    • Djokovic n'en a jamais assez ! - 19/04/2015

      Où s'arrêtera-t-il? Avec ce second succès (7-5, 4-6, 6-3) en trois ans sur le Rocher où il vit et s'entraîne, le N.1 mondial a réussi un triplé inédit. Personne avant lui n'avait gagné les trois premiers Masters 1000 de la saison, c'est-à-dire Monte-Carlo, Indian Wells et Miami.

      C'est sa quatrième victoire consécutive dans cette catégorie située juste sous les Grands Chelems, puisqu'il s'était imposé début novembre à Paris-Bercy.

      Depuis six mois, le "Djoker" n'a laissé que des miettes à ses concurrents. Il a aussi fait main basse sur l'Open d'Australie, première levée des tournois majeurs, et le "Tournoi des maîtres" fin 2014 à Londres. Avec ce 23e succès en Masters 1000 - le 52e toutes compétitions confondues - Djokovic rejoint Roger Federer et n'est plus qu'à quatre longueurs du record de Rafael Nadal.

      S'il poursuit sur sa lancée, Djokovic remportera peut-être enfin Roland-Garros (24 mai - 7 juin), le seul tournoi majeur manquant dans son armoire à trophées. Depuis 2011, "Nole" est présenté comme le favori pour détrôner Rafael Nadal mais sans réussite.

      Après son échec en demi-finale contre Federer il y a quatre ans, le "Djoker" a toujours buté sur l'Espagnol, nonuple lauréat des Internationaux de France: en demie en 2013 ainsi qu'en finale en 2012 et 2014. En domptant samedi Nadal (6-3, 6-3), le Serbe a marqué des points. Mais la route est encore longue.


      Fatigué après le combat contre Nadal

      "J'ai joué mon meilleur match de la semaine contre "Rafa". C'est toujours très intense contre lui, surtout sur terre battue où c'est très exigeant physiquement. Peut-être que j'étais un peu fatigué mentalement aujourd'hui", a expliqué Djokovic.

      Le Serbe a montré une inconstance inhabituelle contre Berdych, qui a subi sa troisième défaite en finale cette année, la 19e en 21 matches contre son bourreau.

      "Je n'ai pas bien senti mes coups aujourd'hui. J'ai surtout essayé de rester concentré et de garder le même niveau d'intensité tout au long de la partie", a souligné Djokovic qui a gagné parce qu'il s'est battu "avec (son) cœur".

      "Tomas méritait ce trophée autant que moi. Il a joué des coups fantastiques en étant très agressif. Il m'a fait reculer dans les échanges", a admis "Nole".

      Berdych a eu ses chances dans une véritable "guerre des nerfs" au niveau décousu et marquée par une interruption de 70 minutes à cause la pluie au milieu de la deuxième manche.

      Le 8e mondial, qui avait surclassé Gaël Monfils au tour précédent (6-1, 6-4), n'a pas démérité et s'est même montré plus entreprenant dans les échanges mais il a payé son irrégularité.


      Recharger les batteries

      Après un départ en trombe, Berdych ne s'est vraiment réveillé qu'après l'interruption provoquée par une averse. Lâchant ses coups avec un peu de réussite, il a transpercé la défense de Djokovic et attaqué le dernier acte avec un semblant d'ascendant psychologique.

      Mais les nombreuses fautes directes (50 contre 38) l'ont rattrapé au plus mauvais moment alors que Djokovic semblait prenable. "Je lui ai permis de creuser un gros écart dans le troisième set (4-0). C'est là que cela s'est joué. Quelques points n'ont pas été en ma faveur et il a très bien défendu", a résumé Berdych, encore "un peu juste" pour gagner un titre en 2015 mais qui compte se servir de cette défaite "pour s'améliorer".

      Pour Djokovic, l'essentiel sera maintenant de prendre "au moins une semaine de repos" pour recharger les batteries avant de préparer le tournoi de Madrid (3-10 mai).


    • Diables Rouges: Eden Hazard révèle son pronostic pour l'Euro 2016 - 19/04/2015

      Dans une interview exclusive accordée aux journaux du groupe SudPresse, Eden Hazard a révélé ses ambitions avec les Diables Rouges pour l'Euro 2016. "D'abord se qualifier... Mais c'est mon prono. J'avais prédit un quart à la Coupe du monde et une demie à l'Euro. Il va évidemment falloir hausser notre niveau de jeu et avoir un peu de chance au tirage pour éviter les grands pays. Il faudra surtout éviter de revenir avec des regrets. Au Brésil, il y en a eu...".

      Eden Hazard fait partie des six nominés pour le titre de Joueur de l'année en Premier League. Il est aussi nominé pour le titre de Jeune joueur de l'année, au même titre que Thibaut Courtois. Le n°10 des Blues avait été désigné Jeune joueur de l'année l'an dernier, tandis que l'uruguayen Luis Suarez, alors à Liverpool, avait été élu Joueur de l'année. Le nom des lauréats sera dévoilé le dimanche 26 avril à Londres.








    • Eden Hazard évoque son avenir à Chelsea - 19/04/2015

      Dans une interview exclusive accordée aux journaux du groupe SudPresse, Eden Hazard a expliqué qu'il se sentait bien à Chelsea. Le n°10 des Blues ne voit pas pourquoi il quitterait un club comme celui-là. "Je suis un fidèle. Si je me sens bien quelque part, il n'y a pas de raison de partir. Chelsea est content de moi, m'a offert un nouveau contrat de longue durée et, le plus important, c'est un club capable de remporter des trophées tous les ans. Si, dans deux ans, il vend tous ses meilleurs joueurs, je reverrai sans doute ma position mais, là, à 24 ans, je suis dans le club idéal".

      Eden Hazard a encore été décisif pour son équipe, samedi à Stamford Bridge, lors du choc de cette 33e journée de Premier League. Le Diable Rouge de 24 ans a inscrit le seul et unique but de la rencontre, à la 38e. L'ancien joueur de Lille a été ovationné par tout le stade à sa sortie à la 90e+3.












    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • IBM: bénéfice 1T meilleur que prévu mais le c.a. déçoit - 20/04/2015

      Le groupe informatique américain a vu son bénéfice net reculer de 2,4% à 2,3 milliards de dollars au premier trimestre, même s'il dépasse les attentes du marché, mais son chiffre d'affaires a de nouveau baissé plus que prévu.

      Selon des résultats publiés lundi, le bénéfice par action, qui sert de référence à Wall Street, a atteint 2,91 dollars quand les analystes tablaient en moyenne sur seulement 2,82 dollars.

      Le chiffre d'affaires a baissé pour sa part de 11,9% à 19,59 milliards de dollars. C'est le douzième trimestre consécutif de recul, et les analystes espéraient le voir atteindre un niveau un peu supérieur (19,73 milliards).

      L'action IBM, qui avait terminé la séance en hausse de plus de 3% avant la publication de ces chiffres, perdait 0,51% à 165,31 dollars vers 20H30 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street.

      "L'accent mis sur une meilleure valeur, à travers une transformation du portefeuille et de l'investissement dans des parties clés de l'activité, a continué à soutenir l'amélioration des marges", commente dans le communiqué la PDG d'IBM, Ginni Rometty.

      IBM essaye depuis plusieurs années de se recentrer sur des activités à plus forte marge.

      Il s'était notamment fixé fin février l'objectif d'atteindre 40 milliards de dollars de chiffre d'affaires d'ici 2018 dans des secteurs jugés porteurs comme l'informatique dématérialisée (cloud), l'analyse de données, le mobile et la sécurité, et avait annoncé en conséquence la réorientation de 4 milliards de dollars d'investissements vers ces créneaux stratégiques cette année.

      Le groupe a confirmé sa prévision d'un bénéfice annuel entre 15,75 et 16,50 dollars par action.








    • Twitter élargit les possibilités d'envoi de messages privés sur son réseau - 20/04/2015

      Twitter a annoncé lundi des modifications dans le fonctionnement des messages privés échangés entre les utilisateurs de son réseau, en simplifiant leurs conditions d'accès.

      Jusqu'ici, on ne pouvait envoyer de message direct, privé, à un autre utilisateur qu'à condition d'être suivi par ce dernier. Le réseau social propose désormais à ceux qui le souhaitent de pouvoir recevoir des messages privés de personnes qu'ils ne suivent pas sur Twitter.

      Il explique par exemple: "Auparavant, si vous vouliez envoyer un message direct au marchand de glaces de la rue pour lui dire combien vous aimez leur parfum au caramel salé, vous deviez d'abord lui demander de vous suivre. Avec les changements d'aujourd'hui, le marchand de glace peut décider de recevoir des messages directs de n'importe qui; ainsi vous pouvez lui envoyer de manière privée votre appréciation pour le caramel salé sans aucune barrière".

      La fonction ne sera activée que quand l'utilisateur désireux de recevoir des messages de n'importe qui cochera une case spécifique dans le menu d'options de sécurité et confidentialité pour son compte.

      Twitter revendiquait 288 millions d'utilisateurs dans le monde fin 2014.








    • Côte d'Ivoire: marathon informatique pour réinventer l'accès à l'information - 20/04/2015

      Massés pendant 48 heures à Abidjan derrière leurs écrans, une trentaine de jeunes développeurs informatiques, d'ingénieurs et de journalistes se livrent bataille durant un "hackathon", sorte de marathon numérique. Leur but : faciliter l'accès à l'information en Afrique.

      Des dizaines d'ordinateurs portables éclairent la petite salle de l'Ecole supérieure africaine des technologies et des communications, basée dans la capitale économique ivoirienne, où se tient la compétition. Faute de climatisation, les débats se tiennent dans une chaleur étouffante.

      "On va créer un réseau social pour permettre à chaque citoyen de produire de l'information", lance un jeune développeur. "Ca existe déjà, ça s'appelle Twitter", lui répond, tranchant, un membre du jury.

      Sept équipes s'affrontent au "hackathon" - contraction de "hack" (pirater en anglais) et de "marathon" - abidjanais, démarré vendredi et qui s'achèvera dimanche soir. La trentaine de concurrents a deux jours pour bâtir et affiner ses concepts. La maturation se fait de jour comme de nuit.

      L'objectif de l'évènement est "d'identifier et d'accompagner des projets qui vont permettre un meilleur accès à l'information dans les pays africains", décrypte Pierre Jalladeau, directeur Afrique de l'agence française de coopération média CFI, co-organisatrice du hackathon.

      Car l'Afrique est à la traine des autres continents en terme d'utilisation d'internet et des réseaux sociaux. Même si des pays comme le Maroc, l'Egypte, l'Afrique du sud ou le Kenya, avec la moitié de leur population connectée, sont à des années lumière de la Sierra Leone, de la Somalie ou du Niger, où ce quota est inférieur à 2%, d'après le site internetworldstats.com.

      "Analphabétisme" ou "analphabétisme numérique", "délestages" électriques, "faiblesse de la bande passante"... les raisons "objectives" expliquant ce retard sont nombreuses, note Philippe Couve, un expert en charge du hackathon ivoirien.

      En Côte d'Ivoire, seules 200.000 personnes sur 23 millions d'habitants disposent d'un abonnement internet, selon le gouvernement ivoirien. Même si les cybercafés pullulent dans les principales villes du pays.

      - 'Rattrapage' -

      Plus d'1,7 million d'Ivoiriens ont ainsi un compte Facebook, affirme Orange, le premier opérateur téléphonique de Côte d'Ivoire. Notamment du fait du très fort taux de pénétration du téléphone portable, évalué à 90% de la population.

      "En Afrique on est passé directement au portable, sans passer par le filaire. Ces innovations, ces ruptures vont nous permettre de rattraper un certain retard", estime Mohamed Diaby, blogueur influent et directeur d'une agence web ivoirienne.

      D'après une étude de McKinsey, près de 170 millions d'Africains sur le milliard d'habitants du continent utilisaient internet fin 2013, pour environs 70 millions de smartphones.

      Ils seront 600 millions d'internautes en 2025, dotés de 360 millions de smartphones, prévoit le cabinet de conseil, qui évalue à 300 milliards de dollars les gains de productivité générés par ces avancées technologiques en Afrique.

      Les hackathons, que CFI, en partenariat avec l'ONG Code for Africa, organisera ensuite dans onze autres villes du continent, dont Dakar, Antananarivo, Johannesburg, Douala, ou encore Tunis, se veulent un instrument de cette croissance numérique.

      Au "hackaton" d'Abidjan, deux jeunes filles planchent sur un service de messagerie vocale qui délivrerait un flash info de 50 secondes en langues locales. Un moyen selon elles de contourner l'illettrisme et le manque d'accès à la presse papier dans certains villages, deux obstacles majeurs à la diffusion de l'information en Côte d'Ivoire.

      Moins orienté "news", le projet "Ivoire infos" aspire à contrôler la transparence des appels d'offre dans les travaux publics en Côte d'Ivoire, un secteur en pleine expansion mais à la transparence critiquée par la société civile.

      "Nous voulons créer une application pour pouvoir mieux suivre la façon dont l'Etat gère l'argent public", explique Henri Aka, ingénieur informaticien et leader du projet, pour qui le manque de "suivi" des appels d'offre constitue un "frein à l'émergence" de son pays.

      A terme, les meilleurs candidats pourraient rejoindre l'un des cinq incubateurs de Côte d'Ivoire, où deux nouvelles pépinières siglées NTIC, devraient prochainement voir le jour.

      Ils pourront surtout postuler pour un grand concours panafricain, organisé fin novembre par CFI et Code for Africa, aux perspectives alléchantes. Les lauréats se partageront alors un million de dollars.








    • Sony ne prend pas trop de risques avec le nouveau Z4, réservé au Japon - 20/04/2015

      Le fleuron japonais de l'électronique Sony, à la peine sur le marché grandissant mais très disputé des smartphones, a présenté lundi sa nouvelle gamme Xperia Z4, au moment où son rival sud-coréen Samsung oppose ses Galaxy S6 aux populaires iPhone 6 d'Apple.

      Si la nouvelle ligne de mobiles de Sony, déclinée en quatre coloris, tente de se démarquer, ce n'est pas tant par l'esthétique (assez proche de la version précédente Z3) que via l'amélioration technique, qui concerne surtout les fonctions de divertissement.

      s
      La deuxième caméra, celle située sur la face avant, voit un peu plus large et mieux (5 millions de pixels) pour englober plus de monde sur les "selfies". La caméra principale, elle, affiche 20,7 millions de pixels.

      Sony utilise ainsi d'abord à son avantage ses capacités de premier fabricant mondial de capteurs d'images Cmos.

      La transmission audio sans fil Bluetooth entre le smartphone et un casque ou un haut-parleur lors de l'écoute de musique via la fonction Walkman est meilleure grâce à un nouveau standard à plus haut débit (LDAC). Il permet de conserver la qualité du son aux formats "high-resolution audio", de qualité technique supérieure à celle d'un enregistrement sur CD.

      Sony, à l'origine de cette évolution (lire notre article), tente d'en faire un vecteur important d'attrait de ses produits auprès des mélomanes.

      Quelques détails techniques:

      • Etanchéité complète ;
      • Ecran de 5,2 pouces (1920 × 1080) ;
      • un SoC Qualcomm Snapdragon 810 cadencé à 2 GHz ;
      • 3 Go de mémoire vive ;
      • un appareil photo principal de 20,7 mégapixels ;
      • une caméra frontale de 5,1 mégapixels ;
      • une batterie de 2930 mAh ;
      • 32 ou 64 Go de stockage interne avec un lecteur de cartes microSD.







    • Google a un nouveau chef pour la sécurité: "On n'envoie pas une lettre à un ami dans une enveloppe transparente" - 20/04/2015

      "La taille de notre infrastructure informatique nous permet de traiter, d'analyser et de faire des recherches sur les menaces qui changent constamment, et de chercher à prédire ce qui se prépare", indique M. Eschelbeck lors de sa première interview depuis son arrivée cette année à la tête de l'équipe d'environ 500 personnes chargée des questions de sécurité et de données privées chez Google.

      "La sécurité est une course permanente; la clé, c'est de combien on peut anticiper".

      Les nombreux services et produits de Google dans le monde représentent autant de fronts à défendre; mais il a aussi à disposition un arsenal de puissants serveurs informatiques et une quantité massive de données.

      "Ce qui m'a vraiment enthousiasmé, c'était de faire de la sécurité à grande échelle", remarque M. Eschelbeck.

      Avant Google, il a travaillé pour des gros groupes informatiques comme Sophos et Qualys, et a breveté des technologies pour la sécurité des réseaux.

      Sa carrière dans la sécurité remonte à deux décennies avec une startup montée quand il était étudiant en Autriche, puis rachetée par la société de sécurité informatique McAfee.

      Il est parti en Californie, où McAfee est basée, pour y passer six mois. Il est resté quinze ans, à créer et conseiller plusieurs startups. Google l'a fait revenir dans la Silicon Valley après deux ans à gérer l'ingénierie d'une entreprise de sécurité informatique à Oxford, au Royaume-Uni.


      Cryptage généralisé

      M. Eschelbeck s'est promis de trouver "absolument" n'importe quel pirate informatique qui s'en prendrait à son réseau, même s'il travaille pour la tentaculaire National Security Agency aux Etats-Unis ou les militaires chinois.

      Le nombre de "vecteurs" d'attaque a également explosé, les cyber-pirates pouvant viser smartphones, applications, centres de données, systèmes d'exploitation...

      "On peut prudemment estimer que toute propriété en ligne est attaquée en permanence", juge M. Eschelbeck, se disant toutefois persuadé "de notre capacité à les identifier avant qu'ils ne deviennent une menace, et à les bloquer et les empêcher d'entrer dans notre environnement".

      "En tant qu'expert en sécurité, je ne suis jamais à l'aise", reconnaît-il. "Mais j'ai une équipe très solide... J'ai confiance dans le fait que nous avons les bons mécanismes de défense réactifs comme proactifs."

      Il prône néanmoins une généralisation du cryptage des données, pour les courriels à des amis comme pour les photos stockées en ligne.

      "J'espère qu'un jour tout le trafic sur internet sera crypté", dit-il. "On n'envoie pas une lettre à un ami dans une enveloppe transparente, et c'est pourquoi le cryptage pendant le transport est crucial."

      Il pense aussi que d'ici cinq ans, accéder à des comptes en ligne seulement avec un mot de passe sera du passé. Google commence ainsi à introduire des authentifications "à deux facteurs", demandant à l'utilisateur un code unique envoyé sur son téléphone en plus de son mot de passe.

      Le groupe dit identifier 50.000 sites dangereux par mois, et 90.000 dits de "phishing", conçus pour tromper les gens et les inciter à divulguer leurs mots de passe ou d'autres informations personnelles.


      Vie privée

      M. Eschelbeck voit le monde de la sécurité en ligne comme plutôt noir ou blanc, mais son poste a aussi un aspect touchant aux données privées qui requiert des interprétations subjectives.

      Google doit coopérer avec les autorités de protection des données en Europe, où il s'est retrouvé plusieurs fois sur la sellette, mais aussi ailleurs dans le monde, pour tenter d'harmoniser les protections des données privées avec les normes nationales.

      "La vie privée, pour moi, c'est protéger et sécuriser mes activités; qu'elles me soient personnelles, et pas visibles par le monde entier", indique M. Eschelbeck.

      "Je crois vraiment qu'entre la sécurité et la vie privée, il y a davantage de chevauchements que de différences", estime-t-il.

      "Nous avons fait d'énormes efforts pour nous concentrer et mettre les bouchées doubles sur les problèmes de protection des données privées", assure-t-il encore.

      Comme d'autres grands groupes internet, Google publie régulièrement un décompte des demandes d'informations sur ses utilisateurs faites par des autorités gouvernementales, mais dit n'en satisfaire qu'environ 65%.








    • Google: un nouveau chef de la sécurité pour contrer les cyber-pirates - 20/04/2015

      Google a un nouveau shérif qui veille sur les espaces sauvages d'internet: l'Autrichien Gerhard Eschelbeck explique dans un entretien exclusif avec l'AFP comment il veut utiliser la taille du groupe pour contrer les cyber-pirates, qu'il s'agisse de spammeurs ou d'espions travaillant pour le compte d'un Etat.

      "La taille de notre infrastructure informatique nous permet de traiter, d'analyser et de faire des recherches sur les menaces qui changent constamment, et de chercher à prédire ce qui se prépare", indique M. Eschelbeck lors de sa première interview depuis son arrivée cette année à la tête de l'équipe d'environ 500 personnes chargée des questions de sécurité et de données privées chez Google. "La sécurité est une course permanente; la clé, c'est de combien on peut anticiper".

      Les nombreux services et produits de Google dans le monde représentent autant de fronts à défendre; mais il a aussi à disposition un arsenal de puissants serveurs informatiques et une quantité massive de données.

      "Ce qui m'a vraiment enthousiasmé, c'était de faire de la sécurité à grande échelle", remarque M. Eschelbeck.

      Avant Google, il a travaillé pour des gros groupes informatiques comme Sophos et Qualys, et a breveté des technologies pour la sécurité des réseaux.

      Sa carrière dans la sécurité remonte à deux décennies avec une startup montée quand il était étudiant en Autriche, puis rachetée par la société de sécurité informatique McAfee.

      Il est parti en Californie, où McAfee est basée, pour y passer six mois. Il est resté quinze ans, à créer et conseiller plusieurs startups. Google l'a fait revenir dans la Silicon Valley après deux ans à gérer l'ingénierie d'une entreprise de sécurité informatique à Oxford, au Royaume-Uni.

      - Cryptage généralisé -

      M. Eschelbeck s'est promis de trouver "absolument" n'importe quel pirate informatique qui s'en prendrait à son réseau, même s'il travaille pour la tentaculaire National Security Agency (NSA) aux Etats-Unis ou les militaires chinois.

      Le nombre de "vecteurs" d'attaque a également explosé, les cyber-pirates pouvant viser smartphones, applications, centres de données, systèmes d'exploitation...

      "On peut prudemment estimer que toute propriété en ligne est attaquée en permanence", juge M. Eschelbeck, se disant toutefois persuadé "de notre capacité à les identifier avant qu'ils ne deviennent une menace, et à les bloquer et les empêcher d'entrer dans notre environnement".

      "En tant qu'expert en sécurité, je ne suis jamais à l'aise", reconnaît-il. "Mais j'ai une équipe très solide... J'ai confiance dans le fait que nous avons les bons mécanismes de défense réactifs comme proactifs."

      Il prône néanmoins une généralisation du cryptage des données, pour les courriels à des amis comme pour les photos stockées en ligne.

      "J'espère qu'un jour tout le trafic sur internet sera crypté", dit-il. "On n'envoie pas une lettre à un ami dans une enveloppe transparente, et c'est pourquoi le cryptage pendant le transport est crucial."

      Il pense aussi que d'ici cinq ans, accéder à des comptes en ligne seulement avec un mot de passe sera du passé. Google commence ainsi à introduire des authentifications "à deux facteurs", demandant à l'utilisateur un code unique envoyé sur son téléphone en plus de son mot de passe.

      Le groupe dit identifier 50.000 sites dangereux par mois, et 90.000 dits de "phishing", conçus pour tromper les gens et les inciter à divulguer leurs mots de passe ou d'autres informations personnelles.

      - Vie privée -

      M. Eschelbeck voit le monde de la sécurité en ligne comme plutôt noir ou blanc, mais son poste a aussi un aspect touchant aux données privées qui requiert des interprétations subjectives.

      Google doit coopérer avec les autorités de protection des données en Europe, où il s'est retrouvé plusieurs fois sur la sellette, mais aussi ailleurs dans le monde, pour tenter d'harmoniser les protections des données privées avec les normes nationales.

      "La vie privée, pour moi, c'est protéger et sécuriser mes activités; qu'elles me soient personnelles, et pas visibles par le monde entier", indique M. Eschelbeck.

      "Je crois vraiment qu'entre la sécurité et la vie privée, il y a davantage de chevauchements que de différences", estime-t-il.

      "Nous avons fait d'énormes efforts pour nous concentrer et mettre les bouchées doubles sur les problèmes de protection des données privées", assure-t-il encore.

      Comme d'autres grands groupes internet, Google publie régulièrement un décompte des demandes d'informations sur ses utilisateurs faites par des autorités gouvernementales, mais dit n'en satisfaire qu'environ 65%.








    • "Les Sims 4: Au Travail" collaborent avec des artistes électro et rock (vidéo) - 19/04/2015

      "Les Sims 4: Au travail" est le premier pack d'extension de la franchise "Les Sims 4" et il est accompagné de tout un line-up de nouveaux artistes tendance. Pour "Les Sims 4", ceux-ci ont en effet décidé de chanter leurs derniers singles en Simlish, la langue officielle des Sims!

      Parmi eux figurent Echosmith, Katy Tiz, New Politics ou encore Big Data. Un clip vidéo avec ces artistes a par ailleurs été mis en ligne.


      "Les Sims 4: Au travail" a été classé "PEGI 12" (approprié pour les adolescents). Il est disponible sur PC et Mac pour 39,90 € chez divers revendeurs physiques comme en ligne pour téléchargement.

      Pour plus d'informations sur "Les Sims 4: Au travail", rendez-vous sur le site officiel.








    • Piratage des sites médias - Le site de L'Avenir à nouveau la cible de hackers samedi soir - 18/04/2015

      (Belga) Le site internet de L'Avenir a été une nouvelle fois piraté samedi soir. Il a été interrompu durant une trentaine de minutes, peut-on lire sur lavenir.net.

      Comme lors des attaques de mardi et mercredi, les hackers ont surchargé les serveurs avec des milliers de requêtes. "Concrètement, nous avons dû faire face à près de 600 fois plus de connections qu'en temps normal", explique un technicien informatique en charge du problème. Le piratage survient après l'interpellation de deux jeunes suspects mineurs d'âge dans le cadre des attaques informatiques qui ont touché les groupes Rossel et IPM durant la semaine. (Belga)








    • Mini a dévoilé d'étranges lunettes de réalité augmentée: à quoi serviront-elles sur la route ? - 18/04/2015

      Et si le meilleur moyen de ne pas quitter la route des yeux en conduisant, c'était d'afficher toutes les informations nécessaires dans… des lunettes ?

      C'est ce que semble penser Mini, la célèbre marque rachetée par le groupe BMW en 1994, et qui connait un succès constant depuis sa première version moderne en 2001.

      Mini a donc dévoilé au Salon de l'Auto de Shanghai (Chine), un concept de lunettes à réalité augmentée, développées avec Qualcomm, un grand fabricant de puces électroniques pour smartphone, entre autres.


      C'est quoi, la réalité augmentée ?

      Le principe de la réalité augmentée (RA, ou AR en anglais), c'est d'ajouter, à travers des lunettes par exemple, une couche d'informations à ce que vous apercevez réellement. Pour les cinéphiles, c'est un peu ce que voit le fameux Terminator...

      A ne pas confondre avec la réalité virtuelle qui, à l'aide d'un casque fermé, vous plonge dans un univers virtuel (la scène d'un film, une maison de vacances à visiter, un jeu vidéo, etc).

      "La 'Mini Augmented Vision' donne un aperçu de la manière dont la connectivité intelligente entre une voiture et des lunettes, dans lesquelles un contenu pertinent est projeté, pourrait fonctionner dans le futur", a expliqué Jörg Preissinger, responsable du projet.

      Les lunettes sont bien réelles (voir photos), mais c'est donc un prototype…


      Que vont-elles afficher ?

      Selon le communiqué de presse, voici les fonctionnalités 'concrètes' de ces lunettes:

      • Entrer la destination via les lunettes lorsqu'on est en dehors du véhicule, et la transférer immédiatement à la voiture.
      • Afficher la navigation entre là où vous vous trouvez et la voiture, et/ou entre la voiture et le point de destination finale (si vous êtes garé loin, par exemple).
      • HUD, pour 'Affichage Tête Haute' de la vitesse, des limitations, etc… au bon endroit. Soit au-dessus du volant, quel que soit l'endroit où vous regardez.
      • Si vous passez non loin d'une pompe à essence que vous ne voyez pas forcément à l'œil nu, une icône pourrait apparaître sur vos lunettes, par exemple au-dessus de ce point d'intérêt. Cela fonctionne également avec un restaurant, un parking, etc…
      • Une petite icône de notification pour les messages reçus sur le smartphone, que la voiture pourrait lire à voix haute pour ne pas vous distraire.
      • Assistant de parking: une aide pour se garer plus facilement, avec l'image provenant d'une petite caméra idéalement placée pour connaître la distance exacte avec les obstacles.


      Et si on allait plus loin ?

      Ce ne sont là que quelques idées de Mini, mais il y a moyen d'aller beaucoup plus loin.

      Car la réalité augmentée, qui reste assez gadget actuellement, prendrait tout son sens sur la route. Imaginez des lunettes qui affichent discrètement :

      • L'itinéraire du GPS, qui pourrait colorer en bleu la route à emprunter.
      • Les radars routiers, qui pourraient être détectés et signalé sur les lunettes (en surbrillance, ou avec une grosse icône par-dessus, par exemple).
      • Tous les incidents à venir, les travaux, les problèmes de trafic, les accidents, etc…

      Au lieu de vous distraire, cela pourrait même faire clignoter des usagers (voiture, cycliste, piéton) potentiellement dangereux en leur ajoutant un contour rouge clignotant sur les lunettes, par exemple si leur comportement analysé par les caméras de la voiture ou des lunettes est anormal.


      C'est bien beau, mais…

      Les possibilités de lunettes à réalité augmentée sur la route sont infinies et plutôt excitantes, mais il y a de grandes étapes à franchir. A commencer par une fiabilité, une rapidité et une longue autonomie des lunettes et du système, ce qui n'est pas une mince affaire.

      Pas question qu'il y ait un bug d'affichage, car dès lors, au lieu de vous aider, les lunettes pourraient provoquer un accident.

      Il y a également une transcription légale à obtenir: on interdit le GSM au volant, alors les lunettes connectées… Et qu'en penseraient les assureurs ?

      Bref, on en rêve, mais ça n'est pas pour demain.








    • Facebook durcit sa guerre contre les faux "j'aime" - 17/04/2015

      (Belga) Facebook a indiqué vendredi avoir triplé sur les six derniers mois le nombre de faux "j'aime", qu'il détecte et bloque avant qu'ils ne soient enregistrés sur des pages du réseau social.

      L'annonce est faite sur l'un des blogs du groupe américain par l'un de ses ingénieurs chargé de la sécurité, H. Kerem Cevahir, qui ne précise pas combien de faux "j'aime" ont ainsi été repérés. Il assure en revanche que, du fait de ses initiatives en la matière, "il est devenu extrêmement difficile pour les gens qui vendent des faux 'j'aime' de vraiment tenir leurs promesses envers les clients qui les payent", et qu'un grand nombre d'entre eux ont même dû mettre la clé sous la porte. L'achat de "j'aime" sur Facebook, ou de faux fans sur d'autres réseaux sociaux, est une façon d'augmenter de manière fictive sa popularité sur internet, une pratique qui peut s'avérer tentante pour de jeunes artistes, de petites entreprises peu connues ou des hommes politiques en campagne par exemple. Certains vendeurs de faux "j'aime" utilisent des programmes informatiques et des robots pour créer des identités numériques fictives, ou des armées d'employés peu payés dans des "usines à clic". Mais d'autres ont aussi recours à de vrais internautes, encouragés à "aimer" par des micro-rétributions ou de petits cadeaux. Ces pratiques peuvent toutefois poser problème aux réseaux sociaux, car elles nuisent à la crédibilité de leurs statistiques d'utilisation, qui jouent un rôle important pour les annonceurs publicitaires. H. Kerem Cevahir précise que quand il bloque ou supprime des "j'aime" fictifs, Facebook prévient les administrateurs des pages concernées. "Depuis l'introduction de cette fonctionnalité en mars 2015, nous avons informé 200.000 pages que nous avions protégé leurs comptes contre les faux 'j'aime' ", ajoute-t-il. (Belga)








    • Facebook durcit sa guerre contre les faux "j'aime" - 17/04/2015

      Facebook a indiqué vendredi avoir triplé sur les six derniers mois le nombre de faux "j'aime", qu'il détecte et bloque avant qu'ils ne soient enregistrés sur des pages du réseau social.

      L'annonce est faite sur l'un des blogs du groupe américain par l'un de ses ingénieurs chargé de la sécurité, H. Kerem Cevahir, qui ne précise pas combien de faux "j'aime" ont ainsi été repérés.

      Il assure en revanche que, du fait de ses initiatives en la matière, "il est devenu extrêmement difficile pour les gens qui vendent des faux +j'aime+ de vraiment tenir leurs promesses envers les clients qui les payent", et qu'un grand nombre d'entre eux ont même dû mettre la clé sous la porte.

      L'achat de "j'aime" sur Facebook, ou de faux fans sur d'autres réseaux sociaux, est une façon d'augmenter de manière fictive sa popularité sur internet, une pratique qui peut s'avérer tentante pour de jeunes artistes, de petites entreprises peu connues ou des hommes politiques en campagne par exemple.

      Certains vendeurs de faux "j'aime" utilisent des programmes informatiques et des robots pour créer des identités numériques fictives, ou des armées d'employés peu payés dans des "usines à clic". Mais d'autres ont aussi recours à de vrais internautes, encouragés à "aimer" par des micro-rétributions ou de petits cadeaux.

      Ces pratiques peuvent toutefois poser problème aux réseaux sociaux, car elles nuisent à la crédibilité de leurs statistiques d'utilisation, qui jouent un rôle important pour les annonceurs publicitaires.

      "Les +j'aime+ créés par de faux comptes ou des gens sans intérêt réel sont mauvais pour les membres de Facebook, les publicitaires et Facebook lui-même", indique d'ailleurs le groupe sur son site.

      H. Kerem Cevahir précise que quand il bloque ou supprime des "j'aime" fictifs, Facebook prévient les administrateurs des pages concernées.

      "Depuis l'introduction de cette fonctionnalité en mars 2015, nous avons informé 200.000 pages que nous avions protégé leurs comptes contre les faux +j'aime+", ajoute-t-il.

      Il assure toutefois que les pratiques frauduleuses ne concernent qu'une "petite fraction" de l'activité générale sur le réseau.








    • Voici "le plus grand open space du monde": découvrez les incroyables nouveaux bureaux de Facebook (photos) - 17/04/2015

      Les employés de Facebook travaillant au siège de la compagnie, en Californie, sont plutôt vernis. En plus de travailler pour l'un des fleurons de l'industrie de web, ils ont depuis quelques jours des bureaux flambants neufs à Menlo Park. 40.000 mètres carrés répartis sur un terrain de 9 hectares, un parking et un toit aménagé en jardin de 3,6 hectares (chacun...): les 2.800 employés du nouveau QG de Facebook vont être bien...

      Le nouveau bâtiment du plus grand réseau social au monde (1,4 milliard d'utilisateurs actifs) - dessiné de toutes pièces par le célèbre architecte Frank Gehry - est "assez simple et sans fantaisie", selon les mots du patron de Facebook, Mark Zuckerberg (voir son message sur... sa page Facebook). L'un des hommes les plus riches et influents de la planète a précisé qu'il s'agissait "du plus grand 'open space' au monde". Un 'open space' est un espace de travail ouvert: il n'y a pas de bureaux qui séparent les employés.

      Rien à cacher

      Mais Facebook n'a rien à cacher et contrairement à Apple, il ne se voue pas constamment au culte du secret. Les employés ont donc pu poster des photos de leurs nouveaux bureaux sur le web, et la plupart ont utilisé Instagram (un réseau social de partage de photos racheté par… Facebook il y a quelques années).

      On découvre des murs très artistiques, des escaliers tortueux, de nombreux espaces verts (y compris sur le toit), des chemins de balade, des tables pour manger un peu partout, des jumelles sur le toit pour apprécier la vue, des œuvres d'art disséminées avec élégance, une cafétéria qui fait rêver, etc…

      Voici une sélection de notre part, mais vous pouvez en découvrir plus avec le #mpk20 sur Instagram. MPK20 est le nom de code en interne du projet du bâtiment :








    • Le journalisme "en un coup d'oeil" pour l'Apple Watch - 17/04/2015

      Avec la sortie de l'Apple Watch qui se profile dans les semaines qui viennent, les médias réfléchissent aux moyens de travailler pour le - tout petit - écran et proposer du "journalisme en un coup d'oeil".

      La montre connectée d'Apple, dernier gadget de la technologie mobile, ouvre à l'industrie des médias de nouvelles possibilités pour toucher le public.

      Le New York Times affirme que son application pour l'Apple Watch proposera "une nouvelle façon d'écrire" et que les "journalistes sur les trois continents" rafraîchiront les notifications. Les lecteurs pourront continuer à consulter un article sur leur iPhone ou leur iPad.

      CNN et la radio publique américaine NPR ont également des applis pour Apple Watch, et de nombreuses autres sont attendues.

      Cette nouvelle technologie demande des informations rapides, concentrées, indiquent les experts: "On entre dans l'ère du +journalisme en un coup d'oeil+", dit dans un blog Mario Garcia, consultant de Garcia Media et membre de l'Institut Poynter d'Etudes des médias.

      M. Garcia, qui participe à des recherches avec l'université Arhus du Danemark, se dit "fasciné" par les possibilités.

      "C'est plus difficile de tirer un iPhone de sa poche ou d'un sac dans un métro bondé de New York que de jeter un coup d'oeil sur sa montre, dit-il. Donc à mon avis, on va beaucoup regarder vite fait les titres qui intéressent et décider si on lit ou pas."

      L'émergence de cette technologie offre une nouvelle plateforme pour les médias, rapide, personnelle et toujours disponible, estime Robert Hernandez, qui enseigne le journalisme pour plateformes mobiles à l'université de Southern California.

      "Etre au courant sera plus rapide avec la montre", explique-t-il à l'AFP et, pour les médias, "c'est une nouvelle occasion de coller à leurs lecteurs".

      Le journalisme trouvera ses marques. "Quand Twitter est sorti, les gens disaient qu'on +ne peut pas faire du journalisme en 140 caractères+ et maintenant, Twitter est devenu un outil essentiel", ajoute-t-il.

      - Trouver la bonne formule -

      Gilles Raymond, créateur et patron de l'application News Republic, pense que la montre d'Apple sera un moyen parfait pour diffuser l'information.

      "Quand il y a des infos de dernière minute que vous voulez voir tout de suite, la montre est idéale", dit M. Raymond, basé à San Francisco pour la firme française qui offre des applications d'informations pour smartphones et tablettes.

      Selon lui, les gens regardent plus de 100 fois par jour leur smartphone et ce pourrait être de 300 à 400 fois par jour pour la montre. "Ce sera très addictif."

      La "question est: va-t-on lire simplement la première ligne puis sortir son téléphone ou va-t-on lire tout l'article sur la montre", dit-il. "Les deux scénarios sont possibles mais, à mon avis, les gens voudront lire sur leur montre, les gens s'adaptent."

      Les médias devront aussi s'adapter en développant un contenu rapidement consultable sur le petit écran, relève-t-il. D'un autre côté, ils vont "développer une nouvelle relation avec leurs lecteurs".

      A eux de trouver la bonne formule, pour envoyer vite des alertes sans être intrusifs.

      Les médias doivent ainsi se montrer créatifs, renchérit Alan Mutter, ancien rédacteur en chef d'un journal de Chicago et aujourd'hui consultant pour les médias numériques.

      "Cet écran incroyablement petit ne doit pas être qu'une simple extension d'un téléphone, relève-t-il. Il faut réfléchir à la façon dont le consommateur va l'utiliser et comment vous pouvez en faire quelque chose d'intéressant."

      Pour M. Mutter, les utilisateurs ne vont pas vouloir être constamment sollicités et il faudra trouver le bon équilibre pour envoyer des notifications.

      "Ce sera peut-être des infos toutes les heures, avec une série de titres, peut-être un sommaire à écouter. Il faut créer le contenu qui colle au support", ajoute-t-il.

      L'expert estime que les organismes de presse ont raté leur passage à l'internet mais ont maintenant l'occasion de réussir avec les mobiles.

      "Ils doivent développer leur présence sur les mobiles, ils doivent comprendre que ce n'est pas qu'un outil passif, dit M. Mutter. S'ils y arrivent, ils y arriveront sur l'Apple Watch."








    • Test jeu vidéo : Mortal Kombat X, le gore vous va si bien - 17/04/2015

      Voilà plus de 20 ans que la série Mortal Kombat sévit sur nos consoles de jeux vidéo, avec ses attaques particulièrement gores et ses inondations de sang absurdes, drôles, déraisonnables (biffez la mention inutile). Pourtant, Mortal Kombat n’a pas connu que des jou(eu)rs heureux, ses versions 3D boudées par de nombreux fans. Après un retour au 2D dynamique en 2011, le développeur nous propose un Mortal Kombat X d’excellente facture.

      Rappelons d’emblée que Mortal Kombat X n’est pas un jeu à mettre entre toutes les mains ! Avec ses effusions de sang à tout-va et ses fameuses « fatalities » (coups de grâce où l’on détruit l’intégrité physique des ennemis) d’une violence extrême, le jeu s’adresse à un public averti.

      O salue toutefois une certaine retenue de la part des développeurs. S’il est toujours aussi violent, le résultat paraît moins démesuré qu’auparavant. Un constat qui vaut aussi bien pour les personnages féminins, qui ressemblent moins aux couvertures Playboy que dans l’épisode précédent, même si le titre n’échappe pas à quelques poncifs sexistes - comme par exemple le fait d’être accoutré de vêtements minimalistes ultra-moulants quand leurs homologues masculins disposent généralement de costumes robustes et fournis, qui les protègent des coups ennemis.

      Retour au kombat (pour reprendre la faute d’orthographe chère à la série) : outre sa violence gratuite et assumée, Mortal Kombat X repose sur un système d’attaques que l’on enchaîne pour provoquer le plus de dégâts possible et remporter la partie. Grande nouveauté, chaque personnage dispose de trois styles de combat, ce qui rend l’apprentissage de toutes les techniques un challenge en soi.

      Le système demeure toutefois assez simple pour permettre aux non-initiés d’y prendre du plaisir, d’autant qu’un mode Histoire entièrement scénarisé permet de goûter à tous les personnages pour s’en choisir un de prédilection. Ajoutez à cela un contenu astronomique à débloquer et un mode en ligne pour se frotter aux autres joueurs, et vous avez là l’un des jeux de combat les plus complets de sa génération, beau de surcroît.

      Mortal Kombat X est sorti le 14 avril 2015 sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

      Retrouvez la bande-annonce et le test complet sur Gameplay : http://www.gameplay.be/tests/45028/1/TEST-Mortal-Kombat-X

      Un peu d’amour, bon sang : quand Xbox félicite PlayStation : http://www.gameplay.be/actualite/45055/1/Le-big-boss-de-Xbox-flicite-Sony-pour-Bloodborne

      Le plus grand Youtubeur au monde fait un jeu vidéo… sur lui-même : http://www.gameplay.be/actualite/45026/1/Le-Youtubeur-PewDiePie-fait-son-propre-jeu-vido

      Le jeu F1 2015 arrive en juin : http://www.gameplay.be/actualite/45061/1/Sortie-en-juin-confirme-pour-F1-2015








    • Piratage informatique: Wikileaks publie les archives de Sony - 17/04/2015

      Cinq mois après le scandale du piratage spectaculaire de Sony Pictures, Wikileaks a publié jeudi 30.287 documents des archives du groupe, avec la possibilité d'y faire facilement des recherches.

      Dans un communiqué, le site lanceur d'alertes a précisé qu'il mettait à disposition 30.287 documents de Sony Pictures Entertainment (SPE) et 173.132 emails de, et vers, plus de 2.200 adresses de SPE qui, selon lui, relèvent "du domaine public".

      On peut désormais y faire des recherches par nom, ou par mot clé.

      "Ces archives montrent les rouages d'une multinationale influente. C'est digne d'intérêt, et au centre d'un conflit géopolitique. Cela appartient au domaine public et Wikileaks s'assurera qu'il le reste", a ajouté Julian Assange, le rédacteur en chef de Wikileaks.

      Ces données avaient déjà été mises en ligne en novembre dernier, après que SPE, filiale du groupe japonais Sony, eut été victime d'un piratage massif. Les données personnelles de 47.000 employés et tiers, dont des vedettes, avaient été volées, ainsi que des documents financiers, scripts, courriels etc., dont certains avaient été mis en ligne illégalement, tout comme cinq films du studio.

      Les pirates avaient exigé que Sony Pictures renonce à diffuser la comédie sur le leader nord-coréen Kim Jong-Un, "L'interview qui tue!", et la Maison Blanche avait accusé la Corée du Nord d'être derrière ce piratage, ce qui avait tendu un peu plus les relations entre les deux pays. Le film n'avait bénéficié finalement que d'une sortie limitée.

      Sony a condamné la rediffusion de ces données, estimant que les informations personnelles ne relevaient pas du domaine public, et que Wikileaks poursuivait l'oeuvre des pirates informatiques qui ont nui aux employés de l'entreprise.

      "L'attaque informatique de Sony Pictures était une action criminelle malveillante, et nous condamnons fermement l'indexation" de données personnelles, écrit la société dans un communiqué.

      Wikileaks explique que "certaines histoires sont sorties à l'époque, mais il n'était pas possible de faire des recherches dans les archives originales et elles ont été retirées avant que le public et les journalistes puissent gratter la surface".

      "Maintenant publiées dans un format où l'on peut faire des recherches, les archives Sony offrent un aperçu rare des rouages ??d'une grande entreprise multinationale secrète", ajoute le site, affirmant qu'on peut y voir les activités de lobbying du groupe et ses connexions avec le parti démocrate américain.

      On y découvre notamment le PDG Michael Lynton, dînant avec le président Obama, et des employés collectant des fonds pour les démocrates, notamment le gouverneur de New York Andrew Cuomo.

      "Le travail connu de Sony est de produire des divertissements. Mais les archives Sony montrent qu'en coulisses, c'est une société influente, ayant des liens avec la Maison Blanche (il y a presque 100 adresses email du gouvernement américain dans ces archives), avec une capacité d'influer sur les lois et les politiques, et avec des liens avec le complexe militaro-industriel américain", écrit encore Wikileaks.

      Le scandale ayant suivi le piratage avait contraint à la démission en février de la patronne de Sony Pictures Amy Pascal, après la publication d'emails à caractère raciste qu'elle avait écrits sur Barack Obama.








    • Racisme, violence, haine: Twitter va sévir contre les tweets injurieux - 16/04/2015

      (Belga) Après Facebook le mois dernier, Twitter a annoncé jeudi qu'il allait sévir contre les tweets incitant au racisme et à la violence et, plus généralement, tous ceux qui franchissent les limites de la liberté d'expression pour propager des discours de haine.

      Le réseau va renforcer son équipe chargée de faire appliquer ces nouvelles règles et va investir "lourdement" dans l'infrastructure consacrée à la détection de contenus injurieux, a expliqué Vijaya Gadde, directrice juridique de Twitter, dans un article publié sur le site du Washington Post. "Nous devons mieux combattre les contenus injurieux en nous gardant toutefois de museler la liberté d'expression", a-t-elle écrit. Le mois dernier, Twitter avait modifié ses règles d'utilisation pour bannir la "pornographie de revanche" de son réseau, c'est-à-dire la diffusion de photos ou de vidéos pornographiques sans le consentement des personnes qui y apparaissent. Dans le cadre de sa nouvelle politique, Twitter va revoir le champ des contenus "interdits" qui englobera désormais les messages menaçants. "Certains de nos utilisateurs ont malheureusement vécu cette expérience et certaines formes d'agression sont passées inaperçues sur notre réseau parce que nos règles d'utilisation et nos produits n'étaient pas en mesure de découvrir la portée des dommages causés par ces comportements agressifs", a noté Mme Gadde. Il y a un mois, Facebook avait clarifié ses règles sur ce qu'il est convenable de poster. Selon les nouvelles directives mises en ligne, Facebook avait notamment indiqué qu'il n'autorisait plus la présence de groupes qui font l'apologie "d'activités terroristes, d'organisations criminelles ou qui promeuvent la haine". (Belga)








    • Facebook au centre d'une enquête concertée d'autorités européennes de protection des données - 16/04/2015

      Plusieurs autorités européennes de protection des données ont lancé une enquête sur la politique de confidentialité du réseau social américain Facebook, a indiqué jeudi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) en France.

      "Il y a une action collective concertée entre cinq autorités européennes, la France, la Belgique, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Espagne qui vont coordonner des actions nationales (...) sous la responsabilité des Pays-Bas", a expliqué la présidente de la Cnil, Isabelle Falque-Pierrotin, en présentant le bilan annuel de cette Commission.

      "Le périmètre d'action de chacune n'est pas forcément le même", a-t-elle précisé, "mais pour la plupart c'est la privacy policy (la politique de confidentialité) de Facebook qui est au coeur des débats".

      Les autorités de protection des données pourraient notamment s'intéresser au croisement des données entre plusieurs applications, comme Instagram ou Whatsapp.

      Le processus qui "vient de commencer" s'inspirera de celui déjà mené à l'encontre de Google, a précisé Mme Falque-Pierrotin.

      "Ce processus a marché et a montré que quand l'Europe parle d'une voix unique (...) elle a une capacité de négociation avec les grands acteurs mondiaux", a-t-elle souligné.

      Après plusieurs sanctions prononcées par des autorités européennes de protection des données contre Google, le géant américain a décidé de fusionner en 2012 les règles de confidentialité applicables à une soixantaine de ses services.

      Sur Facebook, "la conclusion que nous en avons tirée c'est qu'il était absolument nécessaire d'avoir un groupe de travail commun et d'échanger ensemble des infomations", a souligné Mme Falque-Pierrotin.

      Facebook a souligné de son côté à l'AFP avoir "récemment mis à jour ses règles et sa politique de confidentialité pour les rendre plus claires et concises" et se dit "confiant que ces mises à jour sont conformes à la loi", selon une porte-parole.

      "En tant que compagnie qui a son siège international à Dublin, nous vérifions nos produits et les mises à jour de nos politiques de confidentialité, dont celle-ci, avec le commissaire irlandais à la protection des données" qui est responsable de l'application par Facebook de la législation européenne de protection des données, a-t-elle précisé.

      Mme Falque-Pierrotin n'a pas souhaité commenter l'accusation d'abus de position dominante dans la recherche sur internet prononcée mercredi à l'encontre de Google par la Commission européenne.

      Cependant, elle a noté que "la nouvelle politique de privacy de Google qui permet une combinaison extrêmement forte et transversale de données entre tous les services de Google alimente une rente informationelle exceptionnelle de cette société".

      "Ce n'est pas nécessairement un abus de position dominante mais on voit bien que les pratiques en matière de privacy permettent de constituer un gisement de données d'une qualité tout à fait remarquable", a-t-elle observé.


    • Racisme, violence, haine: Twitter va sévir contre les tweets injurieux - 16/04/2015

      Après Facebook le mois dernier, Twitter a annoncé jeudi qu'il allait sévir contre les tweets incitant au racisme et à la violence et, plus généralement, tous ceux qui franchissent les limites de la liberté d'expression pour propager des discours de haine.

      Le réseau va renforcer son équipe chargée de faire appliquer ces nouvelles règles et va investir "lourdement" dans l'infrastructure consacrée à la détection de contenus injurieux, a expliqué Vijaya Gadde, directrice juridique de Twitter, dans un article publié sur le site du Washington Post.

      "Nous devons mieux combattre les contenus injurieux en nous gardant toutefois de museler la liberté d'expression", a-t-elle écrit.

      Le mois dernier, Twitter avait modifié ses règles d'utilisation pour bannir la "pornographie de revanche" de son réseau, c'est-à-dire la diffusion de photos ou de vidéos pornographiques sans le consentement des personnes qui y apparaissent.

      Dans le cadre de sa nouvelle politique, Twitter va revoir le champ des contenus "interdits" qui englobera désormais les messages menaçants.

      "Certains de nos utilisateurs ont malheureusement vécu cette expérience et certaines formes d'agression sont passées inaperçues sur notre réseau parce que nos règles d'utilisation et nos produits n'étaient pas en mesure de découvrir la portée des dommages causés par ces comportements agressifs", a noté Mme Gadde.

      Il y a un mois, Facebook avait clarifié ses règles sur ce qu'il est convenable de poster. Selon les nouvelles directives mises en ligne, Facebook avait notamment indiqué qu'il n'autorisait plus la présence de groupes qui font l'apologie "d'activités terroristes, d'organisations criminelles ou qui promeuvent la haine".


    • Yahoo! et Microsoft amendent leur partenariat dans la recherche - 16/04/2015

      Les groupes technologiques américains Yahoo! et Microsoft ont annoncé jeudi avoir renouvelé leur partenariat dans la recherche, mais en introduisant des modifications qui le rendent moins exclusif.

      L'alliance avait été conclue en 2009 et était entrée en vigueur l'année suivante. Elle était prévue pour durer dix ans, mais Yahoo! avait la possibilité de la quitter à mi-parcours si certaines conditions de revenus n'étaient pas atteintes, et sa patronne Marissa Mayer avait laissé entendre plusieurs fois qu'elle n'était pas satisfaite.

      Contrairement à l'accord de 2009, qui prévoyait que Microsoft fournisse la technologie pour les recherches sur tous les sites des deux groupes, la version remaniée introduit de la "flexibilité" pour Yahoo!, selon un communiqué commun publié jeudi.

      Le partenariat sera en effet désormais "non exclusif à la fois pour les ordinateurs de bureau et les appareils mobiles". Yahoo! s'engage seulement à "continuer à fournir des publicités et des résultats de recherche de Bing (le moteur de Microsoft qui rivalise avec Google Search, ndlr) pour une majorité du trafic de recherche sur les ordinateurs de bureau".

      L'autre changement touche aux publicités, concernant lesquelles l'accord de 2009 prévoyait que Yahoo! fournisse la force de vente pour les espaces associés à la recherche sur les sites des deux groupes.

      A partir de cet été, Microsoft va commencer à reprendre l'exclusivité des forces de vente pour les publicités délivrées à travers sa propre plateforme, Bing Ads, tandis que Yahoo! se limitera à sa propre plateforme, Gemini.

      Conformément à l'accord de 2009, Microsoft continuera à reverser à son partenaire une partie des recettes publicitaires tirées des recherches sur les sites de Yahoo!.

      A la Bourse de New York, l'action Yahoo! était en petite hausse de 0,11% à 48,78 dollars vers 14H00 GMT, tandis que Microsoft perdait 0,35% à 42,11 dollars.








    • Netflix gagne plus d'utilisateurs que prévu et dépasse les 60 millions - 16/04/2015

      Le service américain de vidéo en ligne Netflix, en pleine expansion internationale, a gagné plus d'utilisateurs que prévu au premier trimestre pour dépasser les 60 millions à l'échelle mondiale, a-t-il annoncé mercredi.

      Le service revendiquait 62,27 millions d'utilisateurs fin mars dans le monde. Cela représente un gain de 4,88 millions en trois mois, quand les analystes tablaient en moyenne sur seulement 4 millions.

      Netflix a notamment gagné 2,60 millions d'utilisateurs à l'international, où son audience atteint désormais 20,88 millions de personnes et où il reconnaît dans sa lettre trimestrielle aux actionnaires avoir enregistré "une croissance plus forte que prévu sur plusieurs marchés".

      Le groupe, qui affiche l'ambition d'être présent d'ici fin 2016 dans tous les pays du monde, vient notamment de lancer son service en Australie et en Nouvelle-Zélande, avant le Japon annoncé pour cet automne.

      Au total, ses utilisateurs dans le monde ont regardé 10 milliards d'heures de programmes au premier trimestre, et le chiffre d'affaires a bondi de 24% sur un an à 1,57 milliard de dollars.

      La bonne surprise sur le nombre d'abonnés permettait à l'action Netflix de s'envoler de plus de 11% vers 21H50 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street. Si cette évolution se confirme jeudi en séance officielle, l'action dépassera pour la première fois de son histoire la barre des 500 dollars.

      Le bond des abonnements a éclipsé une chute plus forte que prévu des bénéfices, plombés en particulier à l'international par le renchérissement du dollar.

      Le bénéfice net de Netflix a été réduit de plus de moitié sur un an, tombant de 53 à 24 millions de dollars.

      Le bénéfice par action, la référence à Wall Street, a pour sa part chuté à 38 cents quand les analystes visaient en moyenne 69 cents. Le groupe souligne toutefois que sans les effets de change défavorables, il aurait atteint 77 cents.

      Les bénéfices de Netflix sont aussi rognés par ses investissements tant pour se développer sur de nouveaux marchés que pour faire grossir sa bibliothèque de contenus.

      Il fait notamment beaucoup d'efforts dans les programmes originaux, avec récemment la commande d'une quatrième saison pour ses séries phares "House of Cards" et "Orange is the new black", et le début d'une nouvelle série inspirée de l'univers Marvel, "Daredevil".

      Au premier trimestre, Netflix chiffre ses obligations financières pour des contenus en streaming à 9,8 milliards de dollars, soit 2,7 milliards de plus qu'il y a un an.

      Les contenus originaux sont un argument pour gagner de nouveaux abonnés, et ils sont aussi un moyen pour Netflix de se distinguer sur un marché de la vidéo en streaming de plus en plus encombré.

      La chaîne à péage américaine HBO (groupe Time Warner), célèbre pour ses séries comme "Game of Thrones", vient entre autres de lancer son propre service de vidéo en ligne aux Etats-Unis, une concurrence dont Netflix relativise toutefois la portée.

      "Netflix et HBO ne se substituent pas l'un à l'autre étant donné leurs contenus différents. Nous pensons que les deux peuvent continuer à avoir du succès sur le marché", affirme ainsi sa lettre aux actionnaires.

      Il relève en revanche que "le piratage reste une menace considérable à long terme, principalement en dehors des Etats-Unis".












    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007