Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 129

 LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Assises Flandre orientale - Fabian Denis écope de 15 ans de prison - 07/03/2015

      (Belga) La cour d'assises de Gand a condamné vendredi soir Fabian Denis, un homme de 27 ans qui avait tué sa belle-mère Myriam Sadin, le soir de Noël 2011 à Renaix, à 15 ans de prison. La cour et le jury ont eu besoin d'une heure et demie pour déterminer cette peine.

      Les faits s'étaient déroulés à l'intérieur et à l'extérieur du domicile de la victime et de son beau-fils à Renaix. Des témoins avaient vu autour de 23 heures le soir du réveillon Fabian Denis frapper la compagne de son défunt père à la tête et avaient alerté les services de secours. La police était arrivée dix minutes plus tard sur les lieux et avait vu le jeune homme à l'extérieur de la maison porter des coups de pied à la tête de la victime. L'accusé avait alors tenter de ramener la victime à l'intérieur, en la tirant par les cheveux. Fabian Denis avait été interpellé sur place. Sa belle-mère avait été emmenée dans un état critique à l'hôpital, où elle est décédée des suites de ses blessures. (Belga)








    • Le Quick de Flémalle braqué en présence de plusieurs enfants - 07/03/2015

      (Belga) Le Quick de Flémalle a été braqué vendredi vers 22 heures par deux hommes encagoulés et armés qui ont emporté les caisses. Les faits se sont produits en présence de plusieurs enfants, a-t-on appris de bonne source.

      Vendredi vers 22 heures, deux individus ont braqué le fast-food de Flémalle. Ils ont menacé les caissières avec leurs armes et ont emporté le contenu de deux caisses ainsi qu'un coffre-fort. Les deux auteurs, habillés de noir, ont pu échapper à la police, arrivée rapidement sur les lieux. Les faits se sont déroulés en présence de plusieurs enfants. Si aucun client n'a été blessé, plusieurs ont été choqués et pris en charge par les services d'aide aux victimes de la zone de police de Flémalle. (Belga)








    • Fausse alerte à la bombe à l'Ecole royale militaire de Bruxelles - 07/03/2015

      (Belga) Une alerte à la bombe a eu lieu vendredi soir à l'Ecole royale militaire de Bruxelles, située à proximité du parc du Cinquantenaire après qu'un véhicule suspect a été signalé. Après un contrôle du service de déminage de l'armée, il est apparu qu'il s'agissait d'une fausse alerte, a indiqué vendredi soir le parquet de Bruxelles.

      Un véhicule suspect a été signalé durant la soirée sur l'avenue de Cortenbergh, explique le parquet. La police bruxelloise a alors décidé d'opter pour la prudence et établi un périmètre de sécurité autour de l'établissement. Une partie de l'Ecole a été évacuée, selon le site rtlinfo.be. Le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) de l'armée s'est rendu sur place. Il a examiné le véhicule, sans y trouver d'explosifs. L'alerte a ensuite été levée. (Belga)








    • Assises de Flandre orientale - Fabian Denis reconnu coupable de meurtre - 06/03/2015

      (Belga) Fabian Denis, l'homme de 27 ans qui avait tué sa belle-mère Myriam Sadin, le soir de Noël 2011 à Renaix, a été reconnu coupable de meurtre, vendredi soir, par le jury de la cour d'assises de Flandre orientale.

      Les faits s'étaient déroulés à l'intérieur et à l'extérieur du domicile de la victime et de son beau-fils à Renaix. Des témoins avaient vu autour de 23 heures le soir du réveillon Fabian Denis frapper la compagne de son défunt père à la tête et avaient alerté les services de secours. La police était arrivée dix minutes plus tard sur les lieux et avait vu le jeune homme à l'extérieur de la maison porter des coups de pied à la tête de la victime. L'accusé avait alors tenter de ramener la victime à l'intérieur, en la tirant par les cheveux. Fabian Denis avait été interpellé sur place. Sa belle-mère avait été emmenée dans un état critique à l'hôpital, où elle est décédée des suites de ses blessures. L'accusé reconnaissait avoir porté des des coups de poing et de pied à la victime mais nie avoir voulu la mort de sa belle-mère. L'homme était ivre au moment des faits. (Belga)








    • Assouplissement de la réforme des prépensions: le gouvernement a formulé une réponse au Groupe des Dix - 06/03/2015

      Le gouvernement est sorti de sa réunion après dis heures de tractations sur l'accord conclu par les partenaires sociaux sur l'assouplissement des prépensions.

      Les ministres ont formulé une réponse au groupe des 10 et l'ont transmise dans la foulée à la président Michèle Sioen. Un seul parti, la N-VA, refusait que les personnes déjà prépensionnées puissent rester chez elles et qu'elles ne doivent pas obligatoirement rechercher de l'emploi jusqu'à 65 ans, comme c'était prévu dans l'accord de gouvernement.


      Les personnes déjà prépensionnées ne devraient pas être touchées

      Est-ce que le gouvernement va vouloir amender la proposition du groupe des dix, au risque de créer un climat social très difficile? Ce matin, cent personnes de la CNE défilaient à quelques mètres du 16 rue de la loi pour rappeler que le compromis était à prendre ou à laisser et qu'on ne pouvait plus y toucher. Ou alors, le gouvernement va-t-il accepter ce compromis?

      D'après notre journaliste sur place, tout ce que l'on sait pour l'instant c'est que ceux qui sont déjà prépensionnés ne devraient pas être touché rétroactivement par cette mesure.








    • Christian ne s'attendait pas à être condamné pour avoir piraté un compte Facebook: ces actes sont désormais sévèrement punis - 06/03/2015

      Il affirme avoir agi par vengeance. Il y a cinq ans, quand il achète deux chiens chez un éleveur, Christian est mécontent de son acquisition. En représailles, il décide de modifier le profil Facebook de l’enfant de cet éleveur. Il crée aussi un faux compte sur le réseau social en usurpant l’identité de l’adolescent.


      "Je salissais sa réputation"

      "Je m’étais un peu renseigné auprès de cette personne pour un peu savoir qui étaient ses amis et tenter de glaner des informations via eux", confie Christian. "Je salissais sa réputation envers ses copains à l’école pour qu’il se fasse un petit peu, pas ridiculisé, mais enfin, pour le faire passer pour ce qu’il n’était pas."


      Trois mois à trois ans d'emprisonnement

      Des actes légalement répréhensibles. Car modifier un profil ou usurper une identité sur internet est punissable, avec des peines pouvant aller de trois mois à trois ans d’emprisonnement et 50.000 euros d’amende.

      "Dès la prise de connaissance d’informations on est susceptible d’être poursuivi pour fait de hacking", explique Axelle Charlier, avocate du hacker. "Par exemple, si je laisse mon compte Facebook ouvert sur un ordinateur public ou sur un ordinateur au travail, et que vous accédez à mes données sans y être autorisé, vous pouvez être poursuivi. Après, bien sur, il y a le détournement d’information, et plus grave, la modification d’information sur, par exemple, les profils Facebook. "


      Christian regrette son geste

      Christian a cessé son manège après quelques mois. Il dit regretter son geste mais à l’époque, il n’a jamais imaginé se retrouver devant les tribunaux pour ces faits. Ce matin pourtant, il a été condamné à un an de prison avec sursis. 








    • Prépensions - Le gouvernement a formulé une réponse au Groupe des Dix - 06/03/2015

      (Belga) Le gouvernement a formulé une réponse au Groupe des Dix sur l'assouplissement de la réforme des prépensions. Le Premier ministre la transmettra vendredi soir à la présidente, Michèle Sioen.

      Les ministres sont restés discrets à propos de l'accord auquel ils ont abouti. Le comité ministériel restreint se réunira à nouveau dimanche soir, en compagnie de la présidente du Groupe des Dix. (Belga)








    • Les discours d'un imam aurait-il joué un rôle dans radicalisation de jeunes? "Une ligne est franchie, il y a incitation à la haine" - 06/03/2015

      Début 2014, Redouane Hagaoui 21 ans, quitte Verviers pour aller combattre en Syrie. Quelques mois avant son départ, il se met à fréquenter une mosquée somalienne de Verviers. A l’époque, c’est l’imam Shayh Alami qui s’occupe des prêches.


      Des prêches au ton agressif publiées sur internet

      Publiées sur internet, ses prêches, souvent sur un ton agressif, ne font pas dans la dentelle. Par exemple, lorsqu’il parle d’un intellectuel marocain qui prône la laïcité. "J’implore Dieu pour qu’il lui coupe la langue et les pieds", prêche l’imam devant les fidèles.

      Radouane Attiya est d’origine marocaine, chercheur en islamologie à l’université de Liège. "Pour le simple fait d’avoir dit quelque chose, cet imam demande qu’on lui coupe la langue", remarque le chercheur. "Une ligne est franchie ici. Il y a incitation à la haine."

      Mais l’imam Shayh Alami se défend. "Mes paroles n’incitent pas à la violence. Dans notre religion, celui qui est contre Dieu, il faut lui répondre avec la parole."

      Des paroles martelées pendant des années à Verviers

      "Quelques jeunes, au moins trois, qui seraient parti en Syrie, sont passés par la mosquée somalienne au moment où cet imam faisait des prêches du vendredi", nous informe Michael Privol, islamologue. "Ils ont écouté ces discours, cela a certainement donné une sorte de liant ou en tout cas une sorte de structure, de squelette à leurs propre parcours de radicalisation."


      Il pousse au repli des musulmans sur eux-mêmes

      "Je ne savais pas que ces jeunes allaient partir", maintient l’imam. "Je les connais de vue, c’est tout. J’ai appri leur départ sur internet." "Toute chose qui contredit le Coran est nulle et non avenue. Ceux qui appellent à un autre mode de vie sont dans l’erreur", prêchait il y a peu l’imam. 

      Charge contre la démocratie, esprit opposé à la cohabitation des communautés, les prêches de Shah Alami poussent les musulmans à se replier sur elles-mêmes.


      On islamise l'espace hostile ou on le quitte

      "L’imam dit en quelque sorte ‘nous ne sommes pas chez nous mais dans un espace hostile’", analyse le chercheur Redouane Attiya. "Une fois que le mot est lâché, est devant deux voies possibles : on islamise cet espace qui nous est hostile ou alors on le quitte. »

      Depuis janvier 2014, Shayh Alami ne prêche plus à Verviers, officiellement. 








    • Amnesty défend les droits sexuels et reproductifs durant la marche mondiale des femmes - 06/03/2015

      (Belga) A l'occasion de la 4ème marche mondiale des femmes à Bruxelles, les militants d'Amnesty International ont distribué mardi matin dans les gares de Bruxelles et de Wallonie près de 30.000 dazibaos (journaux à afficher) visant à faire signer un nouveau manifeste pour que les droits sexuels et reproductifs figurent parmi les priorités dans la liste des nouveaux objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

      Le manifeste sera présenté aux Etats membres des Nations Unies à différents moments-clés des négociations dans le courant de l'année. Il soutient entre autres qu'une interruption de grossesse n'est pas un acte criminel, l'éducation sur les relations sexuelles, et le droit de vivre à l'abri de toute forme de violence y compris le viol. Amnesty International lancera également le 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, le nouveau manifeste "Mon corps ne vous appartient pas" qui demande aux gouvernements du monde entier d'abandonner leurs tentatives d'incriminer la sexualité et les choix des femmes. Il appelle notamment les gouvernements à libérer les femmes et jeunes filles emprisonnées pour avortement ou fausse couche ainsi que les personnes leur ayant porté assistance. Dans le cadre de la 59e session des Nations unies sur la condition de la femme du 9 au 20 mars, les progrès accomplis dans l'application de la déclaration de Beijing seront examinés, 20 ans après son adoption. "Depuis dix ans, on voit des pays conservateurs prendre des positions contre l'avortement ou l'accès aux contraceptions qui rendent les négociations de plus en plus difficiles", remarque lors de la marche Lina Need, chargée de plaidoyer pour les violences faites aux femmes à Oxfam. "Je pense à l'Iran, l'Egypte, le Qatar, la Russie, la Hongrie, Malte mais aussi au Vatican qui a une position d'observateur et mais beaucoup d'influence sur certains pays. Oxfam demande au gouvernement belge de plaider lundi dans sa déclaration politique pour que des actions concrètes avec un timing défini soient mises à l'agenda international". (Belga)








    • Attaque à l'acide chez Delhaize - Un suspect interpellé - 06/03/2015

      (Belga) L'individu, suspecté d'avoir attaqué à l'acide une femme de ménage d'un magasin Delhaize à Anvers, a été interpellé, rapporte vendredi soir VTM Nieuws. L'information a été confirmée par le parquet de Bruxelles.

      L'homme aurait été interpellé lors d'un contrôle de police en France. L'homme est suspecté d'avoir attaqué une femme de ménage d'un Delhaize à Anvers avec de l'acide. Elle avait été conduite dans un état critique à l'hôpital, souffrant de graves blessures. (Belga)








    • Théo Francken souhaite une politique de retour plus sévère pour les sans-papiers: des illégaux sont régulièrement expulsés via des "vols spéciaux" - 06/03/2015

      La Belgique souhaite continuer à faire appel aux vols groupés coordonnés par l'agence européenne de contrôle des frontières Frontex pour expulser des personnes en séjour illégal sur son territoire, a affirmé vendredi le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken.


      Théo francken souhaite une politique de retour plus sévère

      Il a fait cette annonce lors d'une visite aux services de contrôle aux frontières de l'aéroport de Bruxelles-National, en compagnie du nouveau directeur exécutif de Frontex, Fabrice Leggeri. M. Francken (N-VA) souhaite mener une politique de retour plus sévère pour les personnes sans papiers.


      Réduction du budget des rapatriements forcés

      "En 2015, je veux organiser un tel vol chaque mois", avait-il expliqué à la fin de l'an dernier, en dépit d'une réduction du budget affecté aux rapatriements forcés, qui est passé de près de 7,4 millions d'euros en 2014 à moins de 6 millions d'euros en 2015. Il a expliqué vendredi qu'un de ces vols "spéciaux" avait été organisé à destination de la république démocratique du Congo (RDC) et que d'autres ont suivi: deux en janvier vers l'Albanie et un en février à destination du Kosovo.

      Des vols qui coutent 8 à 9 millions par ans

      Frontex supporte 80% des coûts de ces vols, qui sont souvent organisés en coopération avec d'autres pays européens. "L'intérêt de Frontex pour ce vol ne doit pas faiblir", a souligné M. Francken après sa visite à l'aéroport. Selon lui, le budget que Frontex affecte à ses "vols spéciaux" est de 8 à 9 millions d'euros par an.








    • Le nouveau plan de propreté de Bruxelles inquiète: un seul ramassage des sacs blancs par semaine serait "désastreux" pour Molenbeek - 06/03/2015

      Une seule collecte hebdomadaire de sacs blancs tel que le prévoit le nouveau plan d'action propreté du gouvernement bruxellois (PS-FDF-cdH, Open Vld-sp.a-CD&V), est "un non-sens pour des communes densément peuplées comme Molenbeek", a affirmé vendredi l'échevin de la propreté de la commune de Molenbeek, Olivier Mahy (MR).


      Une perspective "désastreuse"

      Dans sa commune, la perspective d'un seul ramassage hebdomadaire des sacs blancs est "désastreuse" car la difficulté de gestion des odeurs dans des espaces réduits pourrait pousser certains à adopter une pratique interdite consistant à jeter leurs déchets sur la voie publique, en dehors des jours de collecte, ou dans les corbeilles publiques, a-t-il commenté vendredi.


      Une réforme prise sans concertation avec les communes

      Pour M. Mahy, il est regrettable qu'une telle réforme ait été prise sans concertation avec les communes qui seront les seules à devoir répondre aux difficultés générées sur le terrain. L'échevin libéral a par contre salué la décision de procéder à une collecte unique des sacs jaunes et bleus le même jour, la même semaine, comme par le passé, ainsi que l'introduction du sac orange pour les déchets organiques.


      Molenbeek a réalisé des efforts de propreté

      Toujours d'après M. Mahy, Molenbeek a réalisé des efforts importants en matière de propreté publique en procédant à l'engagement de 25 personnes et les effets sur le terrain sont réels. L'élu libéral a enfin précisé avoir proposé en vain, depuis deux ans, à l'Agence Bruxelles Propreté ainsi qu'au précédent cabinet régional de la Propreté publique (géré par Rachid Madrane) et au présent (de Fadila Laanan), la mise en place d'une opération pilote d'enlèvement des déchets ménagers (sacs blancs) via conteneurs, dans quelques rues de la commune, afin de répondre au besoin des habitants de se séparer rapidement de leur déchets.

      Le maintien de deux collectes ou l'augmentation des subsides

      Il demandera lundi à la secrétaire d'Etat Fadila Laanan le maintien des deux collectes hebdomadaires des sacs blancs à Molenbeek, ou, à défaut, une augmentation substantielle des subsides liés à la propreté pour répondre aux effets indésirables de la mesure en termes d'augmentation de dépôts clandestins.








    • Euro d'athlétisme en salle - Nafissatou Thiam médaille d'argent du pentathlon - 06/03/2015

      (Belga) Nafissatou Thiam a offert à la Belgique sa première médaille aux championnats d'Europe d'athlétisme en salle en décrochant l'argent du pentathlon, vendredi à Prague, République tchèque. Elle termine 2e avec 4696 points, nouveau record personnel. La Britannique Katarina Johnson-Thompson s'est imposée avec 5000 points, tandis que la Tchèque Eliska Klucinova monte sur la 3e marche du podium avec 4687 points, nouveau record tchèque.

      Deuxième du classement avant la dernière épreuve, Thiam a pu conserver son rang après le 800 m qu'elle a bouclé en 2:24.23, ce qui lui a valu 767 points. Nafissatou Thiam, 20 ans, avait ramené la médaille de bronze de l'heptahlon de l'Euro en plein air de Zürich l'année passée. La Sportive belge de l'année 2014 avait aussi pris la 6e place de l'Euro indoor il y a deux ans à Göteborg. (Belga)








    • Delhaize: les données personnelles des utilisateurs de Caddy Home disponibles via Google - 06/03/2015

      Un client de Delhaize, abonné au service "caddy Home", a contacté le service de protection du consommateur Test-Achat afin de faire part de son inquiétude. En tapant son nom sur Google, suivi de "Caddy Home", il s’est rendu compte que le monde entier pouvait accéder à ses données personnelles comme son adresse ou encore ses numéros de téléphone.  


      Delhaize se défend

      Après avoir contacté Delhaize, l’entreprise a fait savoir à test-Achat que "le problème ne survenait uniquement que pour les clients qui ne se déconnectaient pas après leur visite sur le site." Pour Test-Achat, c’est dans tous les cas, c’est une situation inacceptable. "Le site de Caddy Home devait prévoir ce cas de figure. Bon nombre d’internautes quittent un site sans se déconnecter", commente Test-Achat sur son site web.


      Delhaize a fermé son service

      Depuis, Delhaize a fermé son site. La chaine de supermarchés a promis de ne remettre en ligne son site que lorsque la sécurité des données personnelles aura été garantie à 100 %.

      Selon test-Achat, "consommateurs et citoyens sont de plus en plus actifs sur le web et enregistre toujours plus de données à caractère personnel. La tendance ne fera qu’augmenter. La nécessité de renforcer et de rendre plus performants les systèmes de protection est d’autant plus cruciale.  Tous les prestataires de service on line, qu’ils soient privés ou publics, traitant des données à caractère personnel, sont dans l’obligation de veiller à une sécurité maximale."


      Le citoyen reste propriétaire de ses données

      Pour Test-Achats, le consommateur ou le citoyen reste propriétaire sans partage de ses propres données. Il doit toujours savoir quelles sont les données enregistrées le concernant, et le cas échéant, comment pouvoir les modifier et/ou les supprimer. Enfin, ses données ne peuvent être utilisées que moyennant le consentement explicite du consommateur.








    • Les brasseurs belges veulent conquérir les femmes: des bières leur seront offertes ce samedi - 06/03/2015

      Plus de 600 établissements du secteur Horeca (hôtels, cafés, restaurants) offriront gratuitement une bière à leurs clientes samedi, de 18h30 à 19h30, à la veille de la Journée internationale de la femme. Cette opération baptisée "Apéro national" est destinée à promouvoir l'image de la bière auprès de la gent féminine.


      Une campagne promotionnelle

      Organisée par les Brasseurs belges, le Vlam (organisation assurant la promotion des produits agricoles et de la pêche flamands) et le secteur Horeca, elle est accompagnée d'une campagne promotionnelle déployée dans tous les médias belges dans le cadre de l'opération "Fiers de nos bières" des Brasseurs belges. Le coup d'envoi de l'opération doit être donné samedi par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, et la Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, Elke Sleurs, dans un établissement du centre de Bruxelles.


      Un "guide du goût" pour aider les femmes à choisir

      Pour aider les femmes à choisir leur bière, les établissements participants disposeront d'un "guide du goût" de forme circulaire leur permettant de choisir la bière en fonction de leurs goûts. Une bonne partie des cafés concernés sont situés en Flandre mais de nombreux établissements participent également à l'Apéro à Bruxelles et en Wallonie. L'action est menée sur le plan national, soulignent les Brasseurs belges. Si les bières seront offertes par les établissements participants, ceux-ci ont bénéficié d'une aide logistique sous forme d'affiches, de sous-bocks, etc. fournis par les Brasseurs belges.


      Les hommes appelés à rester sobres

      Ceux-ci ont aussi appelé les hommes à tenir samedi le rôle du Bob. Le président des Brasseurs belges, Jean-Louis Van de Perre, considère l'opération de samedi comme un "clin d'oeil ludique" à la Journée de la femme. Selon lui, une enquête du Vlam et de l'institut de sondage iVOX menée auprès d'un millier de femmes montre que 89% d'entre elles sont fières des bières belges, alors que 39% seulement en boivent. La liste des lieux peut être consultée sur www.fiersdenosbieres.be.








    • Euro d'athlétisme en salle - Dylan Borlée en finale du 400 m avec un record personnel - 06/03/2015

      (Belga) Dylan Borlée s'est qualifié vendredi pour la finale du 400 m messieurs des championnats d'Europe d'athlétisme en salle de Prague, en République Tchèque. Il a remporté la première demi-finale en 46.72, améliorant d'un centième de seconde son record personnel. Les deux premiers de chacune des trois demi-finales obtiennent un ticket pour la finale.

      Le Bruxellois de 22 ans a signé le 3e temps des six finalistes, derrière le Tchèque Pavel Maslak (46.46) et le Polonais Lukasz Krawczuk (46.71), qui ont pris les deux premières places de la deuxième demi-finale. L'Italien Matteo Galvan (46.82), le Polonais Rafal Omelko (47.52) et l'Ukrainien Yevhen Hutsol (47.65) sont les autres qualifiés pour la finale qui aura lieu samedi soir (19h30). Dylan Borlée a décroché son billet pour Prague en courant en 46.73 le 25 février à Metz. Il est le seul Belge engagé en individuel sur 400 m. Ses frères Kevin et Jonathan Borlée disputeront le relais 4x400 m dimanche en compagnie de Julien Watrin et Antoine Gillet. (Belga)








    • Salon Batibouw: le bois a de plus en plus de succès, ses imitations aussi - 06/03/2015

      Dans un intérieur, comment résister au charme du foyer, la danse des flammes, la braise rougeoyante et le crépitement ? Difficile de ne pas se laisser tenter par un bon feu.


      Faire du feu avec de l'eau!

      Sauf que parfois, le feu ne brûle pas. Et comble de la combustion, c’est l’eau qui fait le feu, ou plutôt l’illusion du feu. Une résistance électrique chauffe un réservoir d’eau éclairé par une lampe LED colorée. Parfait pour l’ambiance : le charme d’une flamme sans les odeurs, la poussière ni le transport du combustible. Sans l’essentiel non plus ? "C’est purement esthétique, moi j’aime mieux un feu qui chauffe qu’un feu beau à garder", commente un visiteur. "Mais ce n’est que mon avis."


      Du carrelage aux allures de parquet

      Le faux bois n’anime pas que les cheminées. Au sol ou au mur, une gamme de carrelage en céramique imite une dizaine d’essences. L’apparence du bois, sa couleur, ses veines, mais pas son toucher, car l’illusion a ses limites.

      "Le toucher et la chaleur du bois ne sont pas imitables pour le carrelage, c’est le seul désavantage", explique Kévin Engelen, détaillant en carrelage. "Mais l’entretien est très facile. Le gros avantage c’est que vous gardez la couleur pendant des années."


      Un maître marocain de l'illusion présent au salon

      En la matière, le maitre de l’illusion est un artisan venu du Maroc pour la première fois au salon. Il applique un enduit qui imite la couleur, un tampon donne les veines et le geste du peintre donne le reste. "Vous pouvez acheter une porte avec une imitation bois avec des couleurs que nous harmonisons avec le mur."

      Les imitations au bois ne se limitent plus seulement au sol stratifié. Pour les amoureux du vrai, pas d’inquiétude, le bois dans toute sa splendeur est plus que jamais présent dans les allées du salon. 








    • Une bière gratuite pour la journée de la femme - 06/03/2015

      (Belga) Plus de 600 établissements du secteur Horeca (hôtels, cafés, restaurants) offriront gratuitement une bière à leurs clientes samedi, de 18h30 à 19h30, à la veille de la Journée internationale de la femme. Cette opération baptisée "Apéro national" est destinée à promouvoir l'image de la bière auprès de la gent féminine.

      Organisée par les Brasseurs belges, le Vlam (organisation assurant la promotion des produits agricoles et de la pêche flamands) et le secteur Horeca, elle est accompagnée d'une campagne promotionnelle déployée dans tous les médias belges dans le cadre de l'opération "Fiers de nos bières" des Brasseurs belges. Le coup d'envoi de l'opération doit être donné samedi par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, et la Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, Elke Sleurs, dans un établissement du centre de Bruxelles. Pour aider les femmes à choisir leur bière, les établissements participants disposeront d'un "guide du goût" de forme circulaire leur permettant de choisir la bière en fonction de leurs goûts. Une bonne partie des cafés concernés sont situés en Flandre mais de nombreux établissements participent également à l'Apéro à Bruxelles et en Wallonie. L'action est menée sur le plan national, soulignent les Brasseurs belges. Si les bières seront offertes par les établissements participants, ceux-ci ont bénéficié d'une aide logistique sous forme d'affiches, de sous-bocks, etc. fournis par les Brasseurs belges. Ceux-ci ont aussi appelé les hommes à tenir samedi le rôle du Bob. Le président des Brasseurs belges, Jean-Louis Van de Perre, considère l'opération de samedi comme un "clin d'oeil ludique" à la Journée de la femme. Selon lui, une enquête du Vlam et de l'institut de sondage iVOX menée auprès d'un millier de femmes montre que 89% d'entre elles sont fières des bières belges, alors que 39% seulement en boivent. La liste des lieux se trouve sur le site internet de l'opération. (Belga)








    • Syrie: le parquet fédéral veut poursuivre 17 individus, recruteurs ou combattants - 06/03/2015

      (Belga) Le parquet fédéral a demandé vendredi à la chambre du conseil de Bruxelles de renvoyer 17 personnes devant le tribunal correctionnel. Il s'agit notamment de quatre individus qui auraient recruté des combattants pour la Syrie. Les autres seraient partis ou seraient sur le point de partir en Syrie. La chambre du conseil prendra sa décision d'ici quelques semaines, a fait savoir le parquet fédéral. Quatre suspects se trouvent en détention préventive dans ce dossier.

      Les quatre suspects sous mandat d'arrêt avaient été interpellés au cours de la semaine du 21 au 28 février 2014, lors d'une opération de grande envergure menée par la police judiciaire fédérale. Ils sont, à l'instar des 13 autres, inculpés pour participation aux activités d'un groupe terroriste, en tant que chef ou que simple membre. Selon le parquet fédéral, ces personnes proviennent majoritairement de la région bruxelloise. Durant cette même semaine du 21 au 28 février, la police judiciaire fédérale a effectué plusieurs perquisitions et procédé à des arrestations dans le cadre de deux autres instructions judiciaires à propos de recruteurs pour la Syrie ou de combattants, impliquant toutes deux Khalid Zerkani, considéré comme l'un des principaux recruteurs pour la Syrie en Belgique. L'une de ces deux instructions est désormais clôturée. Le second dossier, dans lequel sont inculpés non seulement Khalid Zerkani mais aussi les frères Othman et Mohamed Akzinnay ainsi que leur beau-frère Elias K., se trouve dans sa phase finale mais n'a pas encore été bouclé. (Belga)








    • Euro d'athlétisme en salle - Nafi Thiam en tête du pentathlon après trois épreuves - 06/03/2015

      (Belga) Nafi Thiam est en tête du pentathlon des championnats d'Europe d'athlétisme en salle de Prague après le lancement du poids, la 3e épreuve du concours multiple féminin où elle a marqué 848 points grâce à un lancer à 14m80, 58 cm au-dessus de son record personnel (14m22), après avoir précédemment atteint 13m72 et 13m76. Elle s'est classée 8e de ce concours.

      Thiam totalise en effet à présent 2976 points, soit 35 de plus que la Britannique Katarina Johnson-Thompson (2941), la meilleure après deux épreuves ou elle était première, et 46 de plus que la Tchèque Eliska Klucinova (2930). La Française Antoinette Nana Djimou (2915) et la Bélarusse Yana Maksimava (2912) complètent le top-5 provisoire. Nafi Thiam était déjà passée de la 5e à la 2e place après le saut en hauteur, la 2e épreuve où elle a marqué 1093 points grâce à un un bond de 1m89 à son 3e essai. Elle a ensuite échoué à 1m92. Seules trois autres concurrentes ont franchi des hauteurs supérieures, la Britannique Katarina Johnson-Thompson, leader du concours après le 60 lm haies s'élevant à 1m95. Thiam, qui avait couru le 60 m haies en 8.42 (1035 points), avait passé 1m80 et 1m83 au premier essai, puis 1m86 au second. Thiam, 20 ans, sportive belge de l'année 2014, médaillée de bronze de l'heptahlon de l'Euro en plein air de Zürich l'année passée, 6e indoor à Göteborg il y a deux ans, doit encore prendre part à la longueur et au 800 mètres final ce vendredi après-midi. Invitée à cet Euro de Prague, son objectif initial était d'améliorer son record personnel de 4.558 points établi en février 2013. Elle n'a toutefois pas été en mesure de se préparer comme souhaité en raison d'une grippe et de ses examens universitaires. Ce qui ne l'a pas empêché de parfaitement négocier les trois premiers volets du pentathlon de Prague. (Belga)












    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • USA: aucune pression subie pour cacher des emails d'Hillary Clinton - 07/03/2015

      (Belga) Le département d'Etat américain a indiqué vendredi qu'il allait examiner les emails écrits par Hillary Clinton sur un compte privé du temps où elle occupait le poste de secrétaire d'Etat, mais a nié avoir reçu toute pression pour cacher quoi que ce soit.

      Hillary Clinton, probable candidate démocrate à la présidentielle de 2016, s'est retrouvée cette semaine au milieu d'une tempête médiatique quand il a été révélé qu'elle n'envoyait ses emails officiels qu'à partir d'un compte privé relié à un serveur situé dans sa maison, dans l'Etat de New York. Des journalistes ont demandé à la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf, si la Maison Blanche ou les proches de Mme Clinton exerçaient une quelconque pression pour faire disparaître certaines informations contenues dans les emails examinés, qui pourraient compromettre une éventuelle course pour 2016, mais elle a fermement nié: "Non, non". Cible des républicains qui lui reprochent de n'avoir utilisé que cette messagerie personnelle quand elle était chef de la diplomatie américaine, Mme Clinton a demandé mercredi que ses courriels soient rendus publics pour tenter de couper court à la polémique. Durant ses quatre années au département d'Etat, de 2009 à 2013, Mme Clinton n'a jamais utilisé d'adresse email gouvernementale (qui se termine par state.gov), ce qui pourrait constituer une violation des règles en vigueur et pose la question de la sécurisation des communications sensibles. (Belga)








    • USA: Nissan rappelle 625.000 véhicules, FCA US (ex-Chrysler) près de 340.000 - 07/03/2015

      (Belga) Le groupe Nissan rappelle 625.000 automobiles aux Etats-Unis pour un problème d'ouverture du capot et FCA US (ex-Chrysler) en fait revenir près de 340.000 pour un défaut de la pompe à essence, a annoncé vendredi l'agence de la sécurité routière américaine.

      Selon un communiqué de l'agence de la sécurité routière américaine, la NHTSA, le nippon Nissan a détecté une défaillance du loquet de verrouillage du capot avant sur 625.000 berlines Altima produites de mars 2013 à décembre 2014. Ce problème pourrait entraîner l'ouverture du capot en circulation, ce qui augmenterait des risques d'accident, prévient le constructeur. Dans le cas de FCA US, 338.216 voitures doivent être ramenées vers les concessionnaires, selon la NHTSA. Des gros SUV (4X4 de ville) de la marque Jeep (Grand Cherokee), produits de septembre 2010 à août 2013 et équipées d'un moteur de 3,6, de 5,7 et de 6,4 litres, sont concernés. Les SUV Dodge Durango, fabriqués de janvier 2011 à août 2013 équipés d'un moteur de 3,6 ou de 5,7 litres, sont aussi affectés. Le troisième groupe automobile américain explique que le système électrique de la pompe à essence peut être défaillant, ce qui peut provoquer l'arrêt soudain du moteur. Ni Nissan ni FCA US ne font état d'accidents recensés à ce jour pour ces défauts respectifs. (Belga)








    • La France promet 8 milliards d'euros d'investissements dans le cadre du plan Juncker - 06/03/2015

      La France va contribuer à hauteur de huit milliards d'euros au plan d'investissements Juncker, a annoncé vendredi le président François Hollande.

      "Pour faire un effet levier, le plan Juncker doit appeler d'autres contributions --des contributions publiques, des contributions financières, des contributions privées-- et j'ai annoncé que la France allait, par la Caisse des dépôts (CDC) et la Banque publique d'investissement (BPI), y ajouter huit milliards d'euros", a déclaré M. Hollande.

      Il s'exprimait en présence du président de la Banque européenne d'investissement (BEI), Werner Hoyer, dans le cadre d'une visite officielle au Luxembourg.

      L'objectif est de "faire en sorte que ces financements puissent être immédiatement utilisés, notamment grâce à des formules de préfinancement que la Banque européenne d'investissement va mettre en place", a précisé M. Hollande.

      Ces huit milliards permettront de "co-financer des projets sélectionnés dans le cadre du plan d'investissement lancé par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker", d'un montant de 315 milliards d'euros, a précisé un dirigeant de la BEI.

      Le vice-président de la Commission européenne en charge de la Croissance et des Investissements, Jyrki Katainen, a salué une "excellente nouvelle". Cette contribution "va permettre que le plan soit mis en oeuvre de manière adéquate en France en bénéficiant de l'expertise de la CDC et de la BPI", a-t-il estimé dans un communiqué.

      "Le plan avance rapidement grâce à l'engagement des Etats membres, et nous sommes confiants que les résultats commenceront à être visibles cet été", a-t-il ajouté.

      L'Allemagne s'est engagée à hauteur de 15 milliards d'euros: cinq milliards annoncés mardi pour des investissements au niveau des communes d'ici 2018, en plus des 10 milliards déjà promis, notamment dans les infrastructures. Fin février, l'Espagne avait elle aussi annoncé une enveloppe de 1,5 milliard d'euros, via des co-financements de projets.

      Mais nombre de gouvernements européens rechignent à s'engager. Jeudi, lors d'une conférence à Bruxelles, M. Juncker avait souligné cette situation. Rappelant les annonces de Berlin et de Madrid, il avait indiqué avoir "invité la France à faire de même".

      Le président de la Commission européenne a présenté son plan fin 2014 afin de relancer la croissance et l'emploi, pour soutenir la reprise en Europe. Il prévoit la mise en place d'un "Fonds européen pour les investissements stratégiques" (FEIS), destiné à mobiliser 315 milliards d'euros sur trois ans en comptant sur un effet de levier.

      Mais le Fonds est pour l'instant uniquement financé par la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement (BEI), à hauteur de 21 milliards d'euros. Les Etats n'y ont pas contribué directement et préfèrent s'engager sur du co-financement de projets nationaux.

      La Commission a présenté en janvier une proposition de loi européenne sur le FEIS, dont elle espère l'adoption par le Parlement européen et les États "d'ici juin", afin de lancer les premiers projets le plus rapidement possible. Les ministres des Finances doivent en discuter mardi prochain lors d'une réunion à Bruxelles.








    • Libération d'une Américaine enlevée en février au Nigeria - 06/03/2015

      Une Américaine, enlevée par des hommes armés et masqués dans le centre du Nigeria en février, a été libérée vendredi et remise à des responsables du gourvernement des Etats-Unis, a annoncé la police à l'AFP.

      Phyllis Sortor, missionnaire de l'Eglise méthodiste libre, avait été kidnappée le 23 février à Emiworo, village de l'état de Kogi. "Elle a été secourue et remise aux autorités américaines", a déclaré le porte-parole de la police de Kogi, Collins Sola Adebayo, ajoutant qu'à sa connaissance aucune rançon n'avait été payée.








    • Soupçons de financement libyen de Sarkozy: Guéant en garde à vue - 06/03/2015

      Ancien premier flic de France, Claude Guéant a de nouveau été placé en garde à vue vendredi matin, cette fois dans l'enquête sur les accusations de financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

      Dans cette affaire, des juges d'instruction du pôle financier de Paris s'interrogent notamment sur la découverte lors d'une perquisition en février 2013 d'un virement de 500.000 euros sur le compte de l'ancien ministre de l'Intérieur et qui fut pendant 10 ans le bras droit de Nicolas Sarkozy.

      M. Guéant avait justifié ce virement - provenant d'un compte à l'étranger - par la vente à un avocat malaisien de deux tableaux d'un peintre flamand du XVIIe, Andries van Eertvelt. Mais des experts avaient contesté la valorisation de ces oeuvres, la société Artprice chiffrant à 140.000 euros, hors frais, le prix record aux enchères d'une des toiles de ce peintre.

      L'ancien ministre, qui fut auparavant secrétaire général de l'Elysée, a été placé en garde à vue vendredi vers 06h45, ont indiqué des sources judiciaire et proche du dossier, confirmant une information de lexpress.fr. La garde à vue sera prolongée samedi matin, a indiqué vendredi soir une source judiciaire.

      La garde à vue peut durer 48 heures avant qu'il ne soit relâché ou présenté à un juge d'instruction. Il n'a pas été précisé si elle était directement liée à cette supposée cession de tableaux.

      "A ceux qui pensaient que ce dossier était au point mort, cette garde à vue démontre que les investigations progressent", ont réagi le président de Sherpa William Bourdon et Me Marie Dosé, le conseil de l'association anticorruption, partie civile.

      Les accusations d'un financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy ont vu le jour entre les deux tours de la campagne présidentielle de 2012, lorsque Mediapart a publié un document évoquant un accord de la Libye de Mouammar Kadhafi pour financer M. Sarkozy, dont ce dernier assure qu'il s'agit d'un faux.

      - Troisième garde à vue pour Guéant -

      Attribué à Moussa Koussa, ex-chef des renseignements extérieurs libyens, ce document affirme que Tripoli avait accepté de financer pour "50 millions d'euros" la campagne. Moussa Koussa a qualifié ce document de "faux".

      Nicolas Sarkozy a porté plainte, notamment pour "faux et usage de faux", ce qui a donné lieu à l'ouverture d'une enquête distincte.

      Plusieurs anciens dignitaires libyens ont également relayé les accusations de financement illicite par la Libye de cette campagne, n'apportant toutefois pour l'heure pas de preuve formelle à l'appui de ces accusations.

      Une information judiciaire a été ouverte sur ces accusations en avril 2013, notamment pour "corruption active et passive" et "trafic d'influence", et confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman.

      "On peut s'interroger sur le fait qu'on aille chercher un ancien ministre de l'Intérieur à son domicile au petit matin", a-t-on réagi dans l'entourage de Claude Guéant, dénonçant le caractère vexatoire du procédé alors que l'ancien ministre a toujours répondu aux convocations des policiers lors de deux précédentes gardes à vue.

      Il l'avait été une première fois fin 2013 dans l'affaire des primes en liquide quand il dirigeait le cabinet de M. Sarkozy, à l'époque ministre de l'Intérieur.

      La justice avait été saisie sur la base d'un rapport d'inspection selon lequel quelque 10.000 euros avaient été puisés chaque mois, entre 2002 et 2004, et remis à Claude Guéant.

      La police a achevé ses investigations dans cette affaire, et il revient au parquet national financier (PNF) de se prononcer sur un éventuel renvoi en correctionnelle, sur l'ouverture d'une information judiciaire ou sur le classement.

      M. Guéant avait également été placé en garde à vue en mai 2014 dans l'enquête sur la sentence arbitrale qui avait accordé en 2008 plus de 400 millions d'euros à l'homme d'affaires Bernard Tapie pour solder son vieux contentieux avec le Crédit Lyonnais sur la vente d'Adidas.

      Il avait été interrogé sur son rôle en tant que secrétaire général de l'Elysée, dans le processus qui avait débouché sur le recours à la justice privée pour régler cette affaire. Il n'avait pas été déféré devant les magistrats instructeurs à l'issue de sa garde à vue.








    • Basket: le Real Madrid impitoyable avec Galatasaray en Euroligue - 06/03/2015

      Le Real Madrid a atomisé Galatasaray à Istanbul (107-71) pour rester solidement en tête de sa poule, vendredi en clôture de la 9e journée du Top 16 de l'Euroligue messieurs de basket.

      Dans le groupe E, les Madrilènes, finalistes l'an passé, comptent désormais deux victoires d'avance sur le FC Barcelone et sur le tenant du titre, le Maccabi Tel-Aviv, surpris jeudi soir le parquet de l'Etoile rouge Belgrade (76-89).

      Impressionnants à trois points, avec 18 tirs réussis sur 28 tentatives, un record en Top 16, les Merengue ont dynamité leurs adversaires dès le deuxième quart-temps (33-14), pour mener 57-34 à la pause.

      Galatasaray, emmené par Justin Carter (19 pts) a ensuite sorti un peu la tête de l'eau mais le dernier quart-temps (30-12) lui a été fatal.

      Onze des douze Madrilènes ont marqué, ce qui témoigne de la puissance collective du Real. L'ailier international espagnol Rudy Fernandez, pour son 100e match en Euroligue, a terminé meilleur marqueur des siens (17 pts, 5/7 derrière l'arc).

      "Nous étions trop limités au niveau des rotations et cela a fatigué les titulaires. Le Real Madrid a pratiqué un jeu rapide et cela a été difficile. Ce soir, nous avons perdu tout espoir de nous qualifier pour les play-offs", a déploré Ergin Ataman, l'entraîneur de Galatasaray, dernier de sa poule à égalité avec Belgrade.

      A l'inverse, l'Olympiakos a pris, comme le Real Madrid, une sérieuse option sur le prochain tour grâce à son succès à Milan (83-74). Le club grec reste leader de la poule F avec une victoire d'avance sur le CSKA Moscou et le Fenerbahçe. L'équipe italienne est elle toujours à la traîne dans la course pour l'accession au niveau supérieur.

      Dans le dernier match, l'Efes Istanbul, malgré les efforts de son meneur français Thomas Heurtel (23 pts), a raté le coche en s'inclinant de justesse sur le parquet de Malaga (90-93). Un succès chez le dernier de ce groupe lui aurait permis de prendre ses distances à la quatrième place, la dernière qualificative pour les play-offs.








    • Un meeting "contre l'islamophobie" fait salle comble à Saint-Denis - 06/03/2015

      Une réunion publique "contre l'islamophobie et le climat de guerre sécuritaire" a réuni plusieurs centaines de personnes à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) vendredi soir, a constaté une journaliste de l'AFP.

      Une soixantaine d'associations, de partis politiques, dont le Parti communiste et le NPA, et d'organisations comme l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) avaient appelé à cette réunion.

      En ouverture, un responsable du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a rappelé que le nombre d'actes islamophobes avait augmenté de 70% depuis l'attentat de Charlie Hebdo par rapport à la même période de l'an passé.

      Il a affirmé que si les musulmans n'étaient pas les principales victimes des attentats de janvier, ils étaient bien les "principales victimes de l'après-Charlie".

      A la tribune, un père de famille a raconté que son fils de 9 ans avait été traité de "sale jihadiste" par son professeur, mais qu'il n'avait pas été "pris au sérieux par l'inspection d'académie" et que sa plainte avait été classée sans suite.

      "Depuis, mon fils voit des racistes partout. Comment je peux élever mes enfants dans l'amour de la République si la République leur crache à la gueule"? a-t-il lancé, sous les applaudissements.

      Une mère de famille voilée a témoigné de sa peur, depuis les attentats, que ses enfants, en grandissant dans un "climat de peur et de haine", ne deviennent des terroristes.

      Signataire de l'appel à ce rassemblement, Europe-Ecologie Les Verts avait annoncé mercredi le retrait de sa signature, en raison, selon François de Rugy, député EELV, de la présence d'organisations "jugées polémiques et hostiles à la laïcité", comme Les Indigènes de la République ou l'UOIF, proche des Frères musulmans. "Il est de notre responsabilité de participer à un collectif, dès lors que la cause défendue est la nôtre", avaient répliqué quatre responsables du mouvement, dont Yannick Jadot et Eva Joly.

      De son côté l'essayiste Caroline Fourest, ex-journaliste à Charlie Hebdo, s'est insurgée jeudi dans les colonnes du Huffington Post contre la présence du PCF à ce rassemblement, rappelant que l'UOIF, co-signataire de l'appel aux côtés du PCF, "a milité contre le mariage pour tous, porté plainte contre Charlie Hebdo lors de l'affaire des caricatures et son théologien de référence, Youssef al Qaradawi, propose de brûler les homosexuels et autorise les attentats kamikazes contre les Juifs...".








    • Etat islamique - La destruction de Nimroud par le groupe EI est "incompréhensible", dit la Maison Blanche - 06/03/2015

      (Belga) La Maison Blanche a fait part de sa colère vendredi après la destruction de la cité antique de Nimroud par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), dénonçant un acte "incompréhensible".

      "Profondément attristé par la destruction incompréhensible d'oeuvres historiques, culturelles et religieuses en Irak, dont la récente attaque contre #Nimroud", a notamment tweeté le Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche. Après avoir réduit en miettes des trésors archéologiques dans le musée de Mossoul (nord) la semaine dernière, des hommes de l'EI sont entrés jeudi avec des bulldozers dans Nimroud, joyau archéologique inestimable du nord du pays, selon le ministère irakien du Tourisme. "On ignore encore l'étendue des destructions" infligées à la cité pluri-millénaires construite sur les bords du Tigre, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul, a indiqué un responsable irakien. Mais l'Unesco a d'ores et déjà dénoncé "un crime de guerre", selon un communiqué de sa directrice générale Irina Bokova qui a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU et la Cour pénale internationale. Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions théologiques de l'islam sunnite, basée en Egypte, a appelé à "sauver les nations arabes et islamiques de leurs diables", alors que la reine Rania de Jordanie qualifiait les membres du groupe EI de "fous qui cherchent à nous ramener aux temps médiévaux". (Belga)








    • La surveillance du cessez-le-feu renforcée en Ukraine - 06/03/2015

      Moscou, Kiev et les Européens ont convenu vendredi d'instaurer un "contrôle efficace" du fragile cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine en augmentant à mille le nombre d'observateurs internationaux, qui se plaignent toutefois de ne pas pouvoir y circuler librement.

      Le cessez-le-feu entré en vigueur le 15 février reste très fragile, même si les chefs de la diplomatie allemande et russe ont constaté "des progrès", notamment dans le retrait des armes lourdes, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères russe.

      "Tous les acteurs de ce conflit, y compris la Russie", sont d'accord pour renforcer la mission de l'OSCE en Ukraine, pour atteindre mille observateurs, contre 450 actuellement dont 324 dans l'Est, a annoncé Frank-Walter Steinmeier après avoir parlé à Sergueï Lavrov.

      L'OSCE "aura également la possibilité de voir les lieux où sont entreposées les armes qui ont été retirées de la ligne de front", a continué le ministre allemand après une réunion de l'Union européenne à Riga.

      Selon lui, la chancelière allemande Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine se sont entretenus de cette question par téléphone vendredi.

      Le secrétaire général de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe avait été invité à Riga pour exposer la situation dans l'est séparatiste ravagé par dix mois de conflit qui ont fait plus de 6.000 morts.

      "Il y a des zones que nous ne pouvons tout simplement pas atteindre", avait expliqué Lamberto Zannier à l'AFP avant son intervention.

      Il a posé comme "condition préalable au renforcement" de son contingent d'observateurs "d'avoir plus d'accès" notamment aux endroits où les armes lourdes sont entreposées, "pour éviter tout risque de voir l'accord (de cessez-le-feu) contourné".

      Si les deux parties font des "difficultés", c'est du côté des séparatistes prorusses qui tiennent les villes de Lougansk et Donetsk qu'il y a "le plus de blocages", a décrit M. Zannier.

      Vendredi soir, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a pour sa part relevé que le nombre de 500 observateurs initialement prévu il y a un an n'avait jamais pu être atteint.

      L'UE et l'OSCE ont également discuté d'un renforcement de la surveillance aérienne, en augmentant le nombre de drones qui survolent la zone ou en recourant plus amplement aux images satellitaires, a-t-elle expliqué.

      -Attentat à Kharkiv-

      Les accords de paix de Minsk 2 conclus le 12 février prévoient, outre un cessez-le-feu, un retrait de toutes les armes lourdes par les deux parties afin d'établir une zone tampon d'une profondeur de 50 kilomètres à 140 kilomètres en fonction du type d'armes.

      Le processus a démarré avec retard, mais depuis un peu plus d'une semaine les deux parties assurent qu'il est en cours.

      "Les soldats ukrainiens ont commencé le retrait des systèmes de lance-roquettes multiples Ouragan", a déclaré vendredi à l'AFP un porte-parole militaire, Anatoli Stelmakh, après avoir indiqué auparavant que celui des canons de 100 millimètres était achevé.

      A Kharkiv, grande ville de l'est qui a été ces derniers mois le théâtre de plusieurs explosions, un attentat à la bombe a blessé le chef d'un groupe de volontaires pro-Kiev, ainsi que son épouse.

      Malgré une accalmie relative sur le terrain, des tirs sporadiques entre rebelles et armée ukrainienne sont relevés quasi quotidiennement dans l'Est.

      Tant que la situation ne se normalise pas, l'UE maintiendra les lourdes sanctions économiques imposées à la Russie, a assuré Mme Mogherini. L'UE accuse la Russie d'avoir fourni des armes et des troupes aux séparatistes, ce que Moscou nie avec force

      - Colombes et faucons-

      Mais le débat est vif entre des Européens divisés entre partisans de la plus grande fermeté -la Pologne, les pays baltes et la Grande-Bretagne- et ceux qui sont les plus mesurés comme l'Italie, la Grèce ou l'Espagne alors que ces sanctions, qui arrivent à échéance en juillet, doivent être renouvelées d'ici juin.

      "Nous allons préparer d'éventuelles nouvelles sanctions, qui pourront être imposées rapidement en cas de nouvelle action allant dans le sens d'une agression majeure", a assuré le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond.

      Mais "pour l'Espagne, ce n'est pas le moment d'accélérer les sanctions, il faut donner une chance à la paix", a au contraire estimé le ministre José Manuel Garcia Margallo à son arrivée à Riga.

      "Il serait paradoxal, alors même que (l'accord de) Minsk est appliqué, de renforcer maintenant les sanctions", a expliqué le ministre français Laurent Fabius.

      "S'il y a des coups de canif dans Minsk (...) l'arme des sanctions reste à notre disposition", a-t-il en même temps mis en garde. Ainsi, "une attaque contre Marioupol changerait les règles du jeu", a précisé M. Fabius. Kiev redoute que cette ville portuaire de 500.000 habitants ne soit la prochaine cible des séparatistes prorusses.

      En Russie, la pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, en grève de la faim depuis 84 jours pour protester contre sa détention et "à bout de forces", a décidé de mettre fin à son action, selon son avocat.


    • Lutte contre l'Etat islamique - L'EI a été chassée de la ville irakienne d'Al-Baghdadi, annonce l'armée américaine - 06/03/2015

      (Belga) Les forces irakiennes ont repris au groupe Etat islamique (EI) la ville d'Al-Baghdadi, dans l'ouest de l'Irak et voisine d'une base aérienne où sont stationnés des soldats américains, a annoncé vendredi l'état-major de la coalition contre l'EI menée par les Américains.

      L'EI avait réussi à prendre le contrôle total d'Al-Baghdadi à la mi-février, avant que l'armée irakienne et des milices ne lancent une contre-offensive visant à récupérer la localité. "Les forces de sécurité irakiennes et les milices tribales ont réussi à débarrasser Al-Bagdhadi de l'EI, reprenant le poste de police et trois ponts sur l'Euphrate" que le groupe jihadiste tenait "depuis septembre", a indiqué la coalition ajoutant que "les forces irakiennes, avec le soutien de la coalition, ont réussi à chasser l'EI de sept villages au nord-ouest d'Al-Baghdadi, sur la route d'Hadithah". La coalition a aidé les forces irakiennes en effectuant 26 frappes aériennes le 22 février, début de la contre-offensive irakienne. Elle a également mis à disposition des conseillers militaires pour aider l'état-major irakien dirigeant l'opération. Al-Baghdadi se trouve à environ 8 kilomètres de la base aérienne d'Al-Assad, où 300 militaires américains se trouvent en ce moment pour entraîner les forces de sécurité irakiennes. (Belga)








    • Basket: Bourges peut encore croire au Final Four de l'Euroligue dames - 06/03/2015

      Bourges s'est offert la possibilité de croire à une nouvelle qualification au Final Four de l'Euroligue dames de basket après sa victoire contre le Dynamo Koursk (64-62), vendredi au Palais des sports du Prado en quart de finale retour.

      Battues mardi à l'extérieur 62-75, les Berruyères retourneront donc en Russie le 11 mars pour y disputer un match d'appui dont le vainqueur aura sa place en demi-finales.

      Le club berruyer espère accéder pour la troisième année d'affilée au dernier carré de la plus prestigieuse compétition européenne de clubs qu'il a remportée à trois reprises (1997, 1998, 2001). Les Tango avaient fini quatrième l'an passé et troisième en 2013.

      Vendredi soir, dans leur salle du Prado où elles sont toujours invaincues en Euroligue, Céline Dumerc et ses partenaires ont décroché la victoire en se battant comme des lionnes.

      Leur adresse à deux points (53%) ainsi que leur défense de fer leur ont permis de faire la différence dans cette rencontre très serrée où Endy Miyem (19 points, 7 rebonds) et Helena Ciak (14 pts, 17 rbds) ont été impressionnantes.

      Les Berruyères ont mené pendant quasiment toute la première mi-temps avant de connaître un passage à vide dans les 25 dernières secondes. L'adresse primée de Jelena Milovanovic a remis le club russe à la même hauteur (31-31). Une mauvaise gestion du ballon par la suite a permis à Epiphanny Prince d'aggraver le score à la pause (31-34).

      Les joueuses de Valérie Garnier sont repassées devant grâce à Paoline Salagnac (43-42). Déjà excellente à l'aller, l'infatigable arrière s'est déchaînée dans ce troisième quart-temps en inscrivant dix points en moins de quatre minutes.

      Bourges pouvait démarrer le dernier acte avec trois points d'avance (47-44) et entretenir l'espoir d'un match d'appui. La bataille devenait de plus en plus ouverte mais Koursk ne lâchait pas le morceau et parvenait à recoller par Milovanovic (52-52), en réussite à longue distance.

      Bourges a durci sa défense et trouvé des solutions en attaque par l'intermédiaire d'Endy Miyem (60-57). Un panier de Dumerc (64-59) approchait les Tango de la victoire avant que Nnemkadi Ogwumike, d'un fabuleux tir derrière l'arc, ne redonne espoir à Koursk (64-62).

      Mais sur un contre dans les dernières secondes, Prince ratait son lay-up pour le plus grand bonheur des Berruyères.

      Résultats des quarts de finale retour de l'Euroligue dames de basket-ball joués vendredi:

      Aller Retour

      (+) Prague (CZE) - Salamanque (ESP) 50-48 72-43

      Orenbourg (RUS) - (+) Ekaterinbourg (RUS) 54-81 75-86

      Bourges (FRA) - Koursk (RUS) 62-75 64-62

      Galatasaray (TUR) - Fenerbahçe (TUR) 56-58 59-57

      Match d'appui 11/03:

      19h00: Koursk (RUS) - Bourges (FRA)

      20h30: Fenerbahçe (TUR) - Galatasaray (TUR)


    • Abattoirs AIM: l'examen des offres de reprise renvoyé au 19 mars - 06/03/2015

      Le tribunal de commerce de Coutances a renvoyé vendredi au 19 mars l'examen des offres de reprise sur les abattoirs AIM (590 salariés au total), placés en redressement judiciaire depuis le 6 janvier, selon le parquet.

      "L'examen des offres sur AIM est renvoyé au 19 mars", a indiqué le procureur de la République de Coutances, Renaud Gaudeul à l'AFP, après une audience de plus de trois heures.

      Aucun repreneur ne s'est manifesté durant l'audience pour le principal site, situé dans la Manche à Sainte-Cécile (352 salariés selon la direction, 375 selon la CGT), selon le parquet. Mais il a été évoqué une "piste sérieuse", a précisé le procureur. Cette piste est évoquée depuis une semaine par l'administrateur judiciaire auprès des salariés.

      "Quand nous sommes entrés dans la salle d'audience, nous étions morts, nous en ressortons entre la vie et la mort, dans le coma", a résumé l'avocate des salariés Elise Brand, en estimant que ce renvoi était "un message d'espoir".

      "La volonté de l'Etat (de trouver un repreneur, ndlr) est là", celle des collectivité locales également, a-t-elle ajouté.

      Elle a souligné que l'entreprise à l'origine de la "piste sérieuse" exigeait le "total anonymat".

      "Pour nous, représentants des salariés, c'est un soulagement: on a échappé à la liquidation. La piste sérieuse, on est obligé d'y croire. On va tout mettre en ?uvre avec la direction, Cap 50 (actionnaire principal et fournisseur d'AIM)" pour qu'elle aboutisse, a déclaré Johnny Poisnel, délégué CFDT du site de Sainte-Cécile.

      Les salariés de Sainte-Cécile ont voté vendredi soir, lors d'une assemblée générale, la reprise du travail lundi, à 157 voix pour, 60 contre et 11 abstention, selon la CFE-CGC. Le site est bloqué depuis le 19 février.

      Pascal, lui, ne se sent "pas vraiment" soulagé. "A chaque fois c'est repoussé. Ca devient fatigant. On nous parle d'un repreneur mais pour combien de personnes, pour faire quoi, on sait toujours pas", ajoute cet homme employé depuis 30 ans pour AIM à Sainte-Cécile.

      Maintenus à l'écart de l'entrée du tribunal par une double rangée de barrières et la présence de CRS, plusieurs centaines de salariés des abattoirs AIM ont manifesté leur volonté de défendre leur emploi durant l'audience.

      "On veut du boulot", ont-ils scandé. Certains ont tapé sur des casseroles ou des tambours pendant près de deux heures.

      "Si t'es fier d'être AIM, tape dans tes mains", "on ne courbe pas l'échine" ou encore "des millions pour le cochon, pas pour le patron", ont chanté des salariés en tenue de travail.

      Les manifestants espéraient qu'une offre soit déposée à la dernière minute, lors de l'audience, pour le site de Sainte-Cécile.

      Une offre avait été annoncée le 19 février par Declomesnil, une petite société de l'agglomération caennaise soutenue par Sofiproteol, poids lourd des huiles et protéines végétales (groupe Avril) présidé par le numéro un de la FNSEA, Xavier Beulin.

      Mais cette proposition de reprise qui prévoyait de conserver 118 des 350 à 375 emplois avait été retirée quatre jours plus tard.

      Pour l'heure, seul l'abattoir d'Antrain, qui emploie 179 personnes en Ille-et-Vilaine, fait l'objet d'offres, l'une prévoyant la sauvegarde de 107 emplois, l'autre de 71.

      AIM possède aussi des antennes à Dangy, Saint-Lô (Manche), Bernay (Eure) et Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), de 5 à 24 employés chacune, qui ne font l'objet d'aucune offre de reprise.

      AIM est l'un des derniers abattoirs indépendants de la grande distribution en France. Créée en 1956 et rachetée en 2003 par Cap 50, l'entreprise est détenue à 64% par la coopérative et à 34% par le groupe d'aliments pour bétail JDIS. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 246,7 millions d'euros en 2013.








    • Libye: 8 morts dans une attaque de l'EI contre un champ pétrolier - 06/03/2015

      Le groupe jihadiste de l'Etat islamique (EI) a mené vendredi une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye, tuant huit gardes, selon le porte-parole des gardes des installations pétrolières.

      "Des extrémistes de la filiale libyenne du groupe EI ont mené une attaque surprise contre le champ pétrolier (d'al-Ghani), tuant huit soldats" qui gardaient le site, a déclaré Ali Al-Hassi.

      Le champ al-Ghani, situé à 60 km au nord de la ville de Zela est exploité par la compagnie al-Harouge, une des filiales de la Compagnie nationale de pétrole (NOC). Zela est située à 750 km au sud-est de Tripoli.

      La NOC a confirmé de son côté l'attaque qu'elle a attribuée à un "groupe armé d'inconnus", et selon son porte-parole Mohamed al-Hrari, deux étrangers: un Autrichien et un Philippins sont "portés disparus" après cette attaque.

      Les deux hommes travaillaient dans une société de services sur le site, a-t-il précisé.

      La NOC a confirmé la mort de huit soldats, en citant des sources des gardes des installations pétrolières.

      M. al-Hassi a affirmé par ailleurs que les "forces gouvernementales ont repris le contrôle du site après l'arrivée de renforts d'autres sites pétroliers proches".

      Des gardes des installations pétrolières ont annoncé mardi que des islamistes radicaux s'étaient emparés des champs d'Al-Mabrouk et Al-Bahi, situés à quelque 200 km au sud de Syrte (environ 500 km à l'est de Tripoli).

      Le lendemain, la NOC a déclaré "l'état de force majeure" dans 11 champs pétroliers, dont Al-Ghani après la multiplication des attaques contre les sites de cette région qui rendent la production incertaine.

      L'état de "force majeure", invoqué dans des circonstances exceptionnelles, permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

      La NOC a menacé par ailleurs de "fermer tous les champs et ports pétroliers" du pays si la sécurité ne s'améliorait pas sur les sites.

      La plupart des sites pétroliers sont à l'arrêt depuis plusieurs semaines, en raison des violences et du fonctionnement ralenti des terminaux d'exportation.

      Une première attaque début février contre le champs al-Mabrouk avait fait au moins 11 morts. Cette attaque qui n'avait pas été revendiquée avait déjà été attribuée par les gardes à des islamistes radicaux.

      Depuis plusieurs semaines, la Libye est le théâtre d'une série d'attaques revendiquées ou attribuées au groupe jihadiste EI qui contrôle des pans entiers de territoire en Syrie et en Irak.

      L'industrie pétrolière libyenne, autrefois lucrative, est durement affectée par l'anarchie dans le pays. Avant la révolte de 2011 qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi, la production s'élevait à plus de 1,5 million de barils par jour, représentant 95% des exportations du pays et 75% de ses revenus.

      Elle est tombée à quelque 350.000 barils par jour en décembre après que Fajr Libya, une coalition de milices notamment islamistes, a lancé une offensive pour s'emparer de terminaux pétroliers dans l'Est libyen. Cet assaut, qui avait provoqué des incendies dans des réservoirs pétroliers au terminal d'Al-Sedra, avait été repoussé par l'armée.

      Fajr Libya a pris le contrôle de Tripoli en août 2014, et y a installé un gouvernement parallèle, réactivant le Parlement sortant, le Congrès général national (CGN).

      Depuis, la Libye est dirigée par deux Parlements et deux gouvernements rivaux, dont un, reconnu par la communauté internationale, siège à Tobrouk (est).








    • Un mystérieux compte Twitter saoudien "suspendu" - 06/03/2015

      Un compte Twitter suivi par plus d'un million d'abonnés a été mystérieusement "suspendu" vendredi après s'être fait connaître pour ses commentaires sur la famille royale et l'actualité saoudienne.

      Les utilisateurs du réseau social qui cherchent à visionner le profil @mujtahidd accèdent désormais à un message indiquant que le compte est "suspendu", sans plus d'explications.

      Certaines informations diffusées par cet usager de Twitter s'étaient révélées fausses mais d'autres pertinentes, comme celle faisant état de la mort du roi Abdallah d'Arabie saoudite, quelques heures avant l'annonce officielle de son décès le 23 janvier.

      Jeudi déjà, des messages circulaient sur Twitter évoquant une suspension temporaire du compte @mujtahidd, après que ce dernier a diffusé une lettre évoquant des blessures infligées à une employée de maison étrangère. Le compte aurait ensuite été réactivé, selon un message de son détenteur.

      @mujtahidd, contacté vendredi par l'AFP, a accusé Twitter d'avoir cédé aux pressions en suspendant son compte.

      Selon lui, Twitter a invoqué la diffusion en avril 2014 d'un "document privé" comme raison pour la suspension du compte.

      "Pourquoi cette suspension a été notifiée dix mois après le tweet", s'est interrogé cet usager qui n'a pas souhaité être identifié.

      Le détenteur du compte affirme tweeter depuis décembre 2011 et compter quelque 1,8 million d'abonnés.

      "J'ai expliqué aux administrateurs de Twitter la crédibilité du profil qui est suivi par les cercles du pouvoir en Arabie saoudite", a dit cet usager joint via une adresse email listée sur le compte Twitter suspendu.

      L'usage de Twitter est très répandu en Arabie saoudite, où même le nouveau roi Salmane dispose d'un compte officiel. Les médias sont quant à eux étroitement contrôlés par les autorités.

      L'Arabie saoudite a été listée parmi les "ennemis d'internet" par l'ONG Reporters sans frontières (RSF) qui ne cesse de dénoncer une "censure implacable", alors que, ces dernières années, "s'était développée une certaine forme de liberté d'expression".


    • Irak: choc après la destruction de Nimroud, l'armée s'approche de Tikrit - 06/03/2015

      Les condamnations se sont multipliées vendredi après la destruction par le groupe Etat islamique de la cité antique de Nimroud, dans le nord de l'Irak où des combats avaient lieu aux alentours de Tikrit, une grande ville que l'armée tente de reprendre aux jihadistes.

      L'EI est également sous le coup d'une contre-offensive dans l'ouest du pays, où le groupe extrémiste contrôle de larges secteurs. L'Etat-major américain a annoncé que les forces gouvernementales l'avait chassé de Baghdadi, ville voisine d'une base aérienne où sont stationnés des soldats américains.

      Les forces irakiennes, avec 30.000 hommes mobilisés, ont lancé lundi une offensive pour reprendre Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad. L'opération a été présentée comme "la plus massive" depuis la prise par l'EI en juin 2014 de pans entiers du territoire.

      Des combats sporadiques ont eu lieu vendredi à Dour, à 20 km au sud de Tikrit, après l'entrée des forces gouvernementales dans la ville, selon un général de division de l'armée.

      Le gouverneur de la province de Salaheddine, Raad al-Joubouri a affirmé que les forces irakiennes avaient repris l'artère principale de cette localité.

      Dour est l'un des points par lesquels les forces irakiennes entendent encercler Tikrit, la deuxième ville la plus importante conquise en Irak par l'EI, après Mossoul, plus au nord.

      Dans l'ouest, les forces gouvernementales ont repris à l'EI Al-Baghdadi, une ville à environ 8 kilomètres de la base aérienne d'Al-Assad, où 300 militaires américains entraînent les forces de sécurité irakiennes, a indiqué un communiqué de la coalition.

      L'EI a également perdu le contrôle de sept villages proches, a-t-on ajouté, précisant que la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis avait aidé les forces irakiennes avec des raids aériens.

      - 'Des fous' -

      En dépit des pressions de plus en plus importantes que lui font subir les forces irakiennes et la coalition --qui vise aussi ses positions en Syrie voisine--, l'EI s'en est pris jeudi à Nimroud, joyau archéologique inestimable, une semaine après avoir réduit en miettes des trésors archéologiques dans le musée de Mossoul.

      Des hommes ont commencé à détruire au bulldozer ce site située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul, selon le ministère irakien du Tourisme.

      "On ignore encore l'étendue des destructions", a indiqué à l'AFP un responsable sous couvert d'anonymat.

      Mais l'Unesco a d'ores et déjà dénoncé "un crime de guerre", selon un communiqué de sa directrice générale Irina Bokova qui a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU et la Cour pénale internationale.

      Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions théologiques de l'islam sunnite, basée en Egypte, a appelé à "sauver les nations arabes et islamiques de leurs diables", alors que la reine Rania de Jordanie qualifiait l'EI de "fous qui cherchent à nous ramener aux temps médiévaux".

      La Maison Blanche a dénoncé un acte "incompréhensible".

      - 'Sauvagerie' -

      L'EI justifie ces destructions en arguant que les statues favorisent l'idolâtrie. Mais selon plusieurs experts, les "idoles" si vivement dénoncées dérangent moins les jihadistes lorsqu'il s'agit de les vendre au marché noir. Ce sont les statues trop imposantes pour être transportées aisément qui sont détruites, estiment-ils.

      Le grand ayatolah Ali al-Sistani, la plus haute autorité chiite de l'Irak, a estimé que ces destructions étaient la preuve "de la sauvagerie, de la barbarie et de l'hostilité (des jihadistes) pour les Irakiens", dans un prêche prononcé par un assistant à Kerbala (centre).

      "Leur projet, c'est de détruire le patrimoine irakien, site par site", explique Abdelamir Hamdani, un archéologue irakien de l'université Stony Brook de New York.

      "Ce va être au tour de Hatra", a-t-il ajouté, en référence à une cité vieille de 2000 ans inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco située à 100 km au sud de Mossoul.

      Nimroud est l'une des villes phares de l'empire assyrien, où ont été exhumés en 1988 plus de 600 bijoux, décorations et pierres précieuses, l'une des plus importantes découvertes archéologiques du XXe siècle.

      La plupart des objets inestimables provenant de Nimroud sont exposés dans des musées en Irak ou en Europe, mais le site abrite toujours des bas-reliefs et de colossaux "lamassu", ces taureaux ailés à face humaine.

      La communauté internationale a fermement critiqué les destructions, mais semble cantonnée au rôle d'observateur, s'est désolé Stuart Gibson, expert à l'Unesco.

      "A l'heure actuelle, les populations sont épuisées et terrifiées. Le reste d'entre nous n'a d'autre choix que (...) de regarder, désespéré", a-t-il dit.








    • Wall Street chute sous l'effet de la baisse du chômage - 06/03/2015

      Wall Street a chuté vendredi, les excellents chiffres du chômage faisant craindre que la Réserve fédérale (Fed) relève ses taux plus tôt que prévu: le Dow Jones a perdu 1,54% et le Nasdaq 1,11%.

      Selon des résultats définitifs après la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 278,94 points à 17.856,78 points (Bien 278,94 points à 17.856,78), et le Nasdaq, à dominante technologique, 55,44 points à 4.927,37 points.

      L'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a perdu 1,42%, soit 29,78 points, à 2.071,26 points.

      C'est le résultat du "spectaculaire rapport sur les emplois de février", a commenté Art Hogan, chez Wunderlich Securities.

      Bonnes nouvelles pour l'économie, les fortes créations d'emploi aux Etats-Unis montrent que "nous sommes très proches du plein emploi", ce qui précise la perspective d'une hausse des taux par la Réserve fédérale (Fed), selon Alan Skrainka, chez Cornerstone Wealth Management. "Nous sommes partis pour une hausse des taux en juin", a-t-il assuré.

      L'économie américaine a créé bien plus d'emplois qu'attendu en février, avec 295.000 embauches nettes contre 240.000 attendues, un chiffre en nette hausse par rapport à janvier.

      De plus, le taux de chômage est passé de 5,7% à 5,5% alors que les analystes tablaient sur un repli plus faible à 5,6%.

      Petite ombre au tableau, l'augmentation des salaires horaires a ralenti, mais M. Skrainka parie que la Fed voudra remonter les taux avant de voir s'enclencher une inflation des salaires.

      En soi, a-t-il souligné, "ce n'est pas une mauvaise nouvelle que la Fed prépare une hausse des taux, cette augmentation sera le signe que l'économie peut se maintenir debout toute seule".

      "Une fois que les investisseurs reconnaîtront que la croissance économique signifie bien plus de bénéfices pour les entreprises, ils se calmeront", a-t-il assuré.

      M. Hogan a également noté que le marché était en phase de consolidation, s'accordant une pause logique après la progression de 5,64% enregistrée en février, la plus forte progression mensuelle du Dow Jones depuis janvier 2013.

      Enfin, il a souligné que le marché obligataire avait chuté encore plus fortement que les marchés des actions. Les investisseurs craignent en effet que des taux d'intérêt plus élevés sapent l'attrait des bons du Trésor en circulation.

      Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est grimpé à 2,245%, contre 2,111% jeudi soir, et celui à 30 ans à 2,843%, contre 2,721% précédemment.

      Du côté des valeurs, toutes celles qui composent de Dow Jones ont fini dans le rouge.

      M. Hogan a souligné que logiquement les valeurs ayant tout à gagner d'une hausse des taux, comme les banques, avaient mieux résisté que les autres.

      Ainsi Bank of America a progressé de 1,37% à 16,22 dollars. Wells Fargo, très présente dans les prêts immobiliers, a limité son recul à -0,46% à 54,59 dollars.

      Apple a gagné 0,15% à 126,60 dollars en dépit d'informations sur l'exploitation frauduleuse de son système de paiement par téléphone. Le titre va intégrer le 19 mars l'indice DJIA, a annoncé Standard and Poor's qui gère cet indice boursier qui rassemble 30 des plus grosses entreprises américaines.

      Apple, de loin la plus grosse capitalisation boursière américaine avec 730 milliards de dollars à la clôture de jeudi, va remplacer le groupe de télécoms AT&T (-1,53% à 33,48 dollars).

      Le groupe d'habillement Gap a perdu 1,71% à 40,72 dollars après l'annonce d'un repli de 4% de ses ventes en février, alors que les analystes avaient tablé sur une progression.

      La société de marketing en ligne MaxPoint Interactive, qui a levé 74,75 millions de dollars en mettant sur le marché 6,5 millions d'actions à l'occasion de son entrée en Bourse, chutait de 15,13% à 9,76 dollars.

      1. Nyse
      2. Nasdaq








    • L'euro chute face à un dollar poussé par l'emploi aux Etats-Unis - 06/03/2015

      L'euro tombait vendredi sous de nouveaux seuils face à un dollar soutenu par un rapport sur l'emploi aux États-Unis meilleur que prévu, qui alimente les attentes d'un prochain resserrement monétaire américain.

      Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,0842 dollar, à son plus bas niveau depuis 11 ans et demi, contre 1,1028 dollar jeudi à la même heure. L'euro évoluait encore autour de 1,12 dollar en début de semaine.

      La devise européenne tombait également face à la monnaie nippone, à 130,95 yens contre 132,50 yens la veille.

      Le dollar montait lui face à la devise japonaise, à 120,78 yens contre 120,14 yens jeudi.

      "Le dollar continue à bénéficier de l'idée que les taux d'intérêt américains devraient être relevés vers le milieu de l'année, alors que les autres grandes banques centrales vont conserver les leurs à des niveaux historiquement bas, ou même assouplir encore leur politique monétaire", a résumé Omer Esiner, de Commonwealth Foreign Exchange.

      "Ce matin, des chiffres sur l'emploi (aux Etats-Unis), qui ont témoigné pour le mois dernier de la création de 295.000 nouveaux postes et d'une nouvelle chute du taux de chômage, à son plus bas depuis 2008, ont renforcé l'idée que les taux américains remonteront entre juin et septembre", a-t-il précisé.

      En effet, le taux de chômage est passé de 5,7% à 5,5% alors que les analystes tablaient sur un repli plus faible à 5,6%.

      La présidente de la Réserve fédérale (Fed), "Janet Yellen, va être ravie de voir de nouveaux chiffres solides de l'emploi aux États-Unis", a commenté Dennis de Jong, analyste chez UFX.com.

      Or, une hausse de taux par la Fed rendrait le dollar plus rémunérateur, et de nombreux investisseurs achètent, à bon compte, du billet vert en pariant sur une hausse de la devise dans les mois à venir.

      A l'inverse, l'euro "était déjà en train de décliner avant le rapport sur l'emploi, après que (Mario) Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) a donné hier des détails sur le plan de rachats d'actifs" de l'institution de Francfort, a rappelé Nick Bennenbroek, de Wells Fargo.

      Dès lundi, la banque centrale va racheter, à hauteur de 60 milliards d'euros par mois, quelques 1.140 milliards d'euros d'actifs, dont de la dette souveraine. Le programme doit relancer les prix et soutenir l'économie, mais aura pour effet collatéral de diluer la valeur de la monnaie unique.

      Il sera conduit au moins jusqu'à fin septembre 2016, mais M. Draghi a réaffirmé jeudi qu'il pourrait se poursuivre au-delà de cette date, tant que l'inflation ne sera pas clairement en route vers l'objectif de 2%, fixé par la BCE.

      "Ces deux derniers jours ont renforcé les divergences saisissantes entre la BCE et la Fed, ce qui a déclenché une tripotée de mouvements de vente sur l'euro", a souligné Chris Beauchamp, analyste chez IG.

      "La parité entre l'euro et le dollar fait désormais partie des discussions, ce qui était impensable il y a encore quelques mois", a-t-il ajouté.

      Vers 22H00 GMT, la livre britannique progressait face à la monnaie unique européenne, à 72,08 pence pour un euro, après avoir atteint 13H30 GMT 71,82 pence, son niveau le plus fort depuis fin décembre 2007. La livre baissait face au billet vert, à 1,5042 dollar.

      La devise suisse montait face à l'euro, à 1,0695 franc suisse pour un euro, mais baissait face au billet vert, à 0,9864 franc pour un dollar.

      La devise chinoise a terminé à 6,2631 yuans pour un dollar, contre 6,2662 yuans la veille.

      L'once d'or a fini à 1.175,75 dollars au fixing du soir ? avant de tomber vers 15H15 GMT à 1.173,44 dollars, son niveau le plus faible depuis début janvier ? contre 1.202 dollars jeudi soir.

      Cours de vendredi Cours de jeudi

      ----------------------------------

      22H00 GMT 22H00 GMT

      EUR/USD 1,0842 1,1028

      EUR/JPY 130,95 132,50

      EUR/CHF 1,0695 1,0744

      EUR/GBP 0,7208 0,7236

      USD/JPY 120,78 120,14

      USD/CHF 0,9864 0,9742


    • A Gaza, le Jihad islamique se prépare à la prochaine guerre contre Israël - 06/03/2015

      Dans leur tunnel creusé sous la bande de Gaza, des combattants armés et masqués transportent obus et roquettes: au Jihad islamique, on se prépare activement au prochain conflit avec Israël qu'on prédit pour bientôt.

      Il y a six mois exactement, les Palestiniens, y compris le Jihad islamique, signaient un cessez-le-feu avec Israël dont la dernière offensive sur Gaza, la troisième en six ans, venait de tuer en 50 jours près de 2.200 Palestiniens.

      Le Jihad islamique est la seconde force dans l'enclave palestinienne, aux mains du Hamas.

      Durant cette guerre, le Jihad islamique affirme avoir perdu "123 hommes" et tiré "3.249 missiles et roquettes", dont des fusées d'artillerie Fajr-5 de fabrication iranienne qui ont visé jusqu'au nord d'Israël, y compris Tel-Aviv.

      Depuis, les brigades Al-Qods, sa branche armée, assurent avoir réapprovisionné leur arsenal, remplacé leurs hommes tombés au combat, et même recruté de nouveaux combattants. Comme le Hamas, elles refusent de donner leurs effectifs, mais selon experts et observateurs, ils seraient entre 10.000 et 15.000. Autant d'hommes prêts à repartir au combat.

      "Nous sommes au plus haut niveau d'alerte pour contrer toute attaque car l'occupant nous a habitués à trahir et à piétiner les trêves et les accords", assure à l'AFP Abou al-Baraa, haut commandant d'Al-Qods.

      "Nous rassemblons toutes nos forces et c'est une guerre qui ne s'arrête jamais", poursuit-il.

      Fondé au début des années 1980 dans la foulée de la révolution en Iran, proche allié et source d'inspiration idéologique, le groupe est entièrement dédié à l'action armé: il ne participe pas aux élections.

      "Nous sommes prêts à passer au niveau supérieur dans notre lutte contre l'occupant sioniste: nous allons mener des actions comme on en n'a jamais faites", promet-il encore lors d'une interview menée dans l'un des tunnels de son mouvement.

      - Galeries souterraines -

      Car le Jihad islamique compte beaucoup sur son réseau souterrain, qui a permis à ses hommes, comme à ceux du Hamas, de mener des embuscades meurtrières contre les troupes israéliennes au sol durant la guerre de juillet-août.

      Pour la première fois, des journalistes de l'AFP -- conduits yeux bandés-- ont pu entrer dans l'un de ces tunnels, hantises de l'Etat hébreu, près de la frontière avec Israël. Sous terre, entre des murs en béton et sous un solide plafond de ciment, le réseau semble très organisé, des pancartes indiquant même des "routes" portant par exemple le nom des premiers califes de l'islam.

      Selon ses combattants, Al-Qods "possède un réseau de tunnels de différentes longueurs, dont certains ont plusieurs entrées". Impossible d'obtenir plus d'informations sur la localisation du réseau, sa superficie ou la façon dont il a été construit.

      Comme pour les armes, les brigades Al-Qods assurent avoir fait avec leurs moyens, sans détailler leur provenance ni leur financement. Selon les experts toutefois, l'Egypte a porté un rude coup aux mouvements armés à Gaza en détruisant des centaines de tunnels qui permettaient l'acheminement d'armes et d'argent depuis son territoire.

      - 'Ecole des moujahidines' -

      Pour le porte-parole de l'armée israélienne Peter Lerner, "il est raisonnable de penser" que les groupes armés détournent le ciment destiné à la reconstruction qui entre, au compte-gouttes, dans l'enclave palestinienne sous blocus. Il assure à l'AFP que l'Etat hébreu "prend les mesures nécessaires" pour lutter contre ces galeries souterraines. Après la dernière guerre, Israël s'était félicité d'avoir détruit de nombreux tunnels et ateliers de fabrication d'armes à Gaza.

      A l'air libre aussi, les brigades Al-Qods disent se tenir prêtes. A Khan Younès, dans le sud de Gaza, à l'emplacement même d'un bloc de colonies dont Israël s'est retiré en 2005, une banderole proclame "Ecole des moujahidines".

      L'AFP a pu y assister à l'entraînement de près de 200 nouvelles recrues, des jeunes de 19 à 22 ans, selon Abou Seif, un commandant d'Al-Qods. Ils s'entraînent à balles réelles, enchaînant parcours et sauts au-dessus des flammes aux cris de "Mort à Israël! Mort à l'Amérique!". Vêtus de treillis et le visage masqué, ils sont formés "à des techniques très poussées", assure un de leurs formateurs, Abou Ahmed. "Leur formation dure entre 36 jours et six mois avant qu'ils ne soient répartis dans les unités spécialisées, comme les explosifs, le tir ou la guérilla", détaille-t-il.

      "On n'a pas que des tunnels, on investi aussi dans l'humain", lance à l'AFP Abou al-Baraa. "Avec des idées et des techniques de guerres, c'est l'humain qui libèrera cette terre".


    • Dior animal, Loewe très années 80, Balenciaga respectueux et Miyake diffracté - 06/03/2015

      Dior a fait défiler une femme sauvage et sexy en cuissardes, tandis que Loewe revisitait les années 1980, que Balenciaga respectait les codes et que Issey Miyake se voulait kaléidoscopique, vendredi au quatrième jour de la Fashion week parisienne.

      La femme animale de Dior

      Combinaisons en maille, cuissardes en vinyle: pour le défilé Dior de prêt-à-porter automne-hiver, le créateur Raf Simons a repris les thèmes de sa collection de haute couture puisant dans les années 50 à 70 et la science-fiction.

      "Je voulais une collection qui traite de nature et de féminité de façon différente, loin du jardin et des fleurs, vers quelque chose de plus libéré, de plus sombre, de plus sexué", explique, dans une note distribuée avant le show, le créateur belge qui continue à interpréter avec audace l'héritage de la maison.

      Ce côté plus sauvage, Raf Simons le traduit avec des imprimés animaliers stylisés et des fourrures de renard.

      Les pantalons de tailleur, courts, se portent avec des boots en vinyle aux couleurs vives, avec des talons transparents. Paupières lourdement maquillées de noir, queue de cheval sur le côté et boucle d'oreille unique complètent le look.

      Le tout dans un décor épuré, au sol rose tendre, sous un chapiteau installé dans la cour carré du Louvre. Le rappeur Kanye West, la chanteuse Lorde, les actrices Dakota Johnson, Marisa Berenson et Laetitia Casta étaient parmi les célébrités présentes.

      Respect des codes chez Balenciaga

      On ne pourra pas reprocher à l'Américain Alexander Wang de ne pas respecter les codes de la griffe centenaire Balenciaga, dont il a pris la direction artistique en décembre 2012.

      Dans la collection qu'il a présentée vendredi soir dans les anciens bâtiments d'un hôpital, on retrouve les lignes tonneau, au dos arrondi, les manteaux ou les blousons qui enveloppent le haut du corps dans un cocon, les robes tuniques sans manches. Autant de formes qui font l'ADN de l'enseigne, aujourd'hui joyau du groupe Kering (ex-PPR).

      Les coupes sont toujours féminines et la taille mise en valeur. Les talons aiguilles sont démesurés au point de faire peiner les mannequins.

      Les jupes sont asymétriques, droites ou fendues sur le devant, parfois en deux pans différents reliés entre eux par des agrafes. Ces mêmes agrafes que l'on retrouve le long de la couture des pantalons.

      Peu de couleurs au programme, si ce n'est le gris et le noir parfois rehaussés de petites touches de rose et de turquoise.

      Les accessoires sont rares, eux aussi, et l'on retiendra ces petites broches en forme de dagues plantées dans un fourreau factice, simple trait de couleur le long des cuisses.

      Loewe poursuit sa mue

      Le jeune créateur Jonathan Anderson continue de rajeunir l'identité de la marque espagnole de maroquinerie et de prêt-à-porter.

      Le cuir est omniprésent dans cette collection qui emprunte aux années 1980, avec des lunettes fumées, des sous-pulls et des blousons courts à manches volumineuses.

      Le pantalon large qui était la star de la collection printemps-été se décline en différentes matières, en gris chiné ou en vinyle. A noter, des robes tuniques et des jupes plissées métallisées.

      Accessoires omniprésents, les ceintures sont faites de cercles enchaînés.

      Les kaléidoscopes d'Issey Miyake

      "Une myriade de couleurs diffractées dans l'infinie géométrie des prismes, tel un kaléidoscope géant". Ainsi la maison de couture japonaise Issey Miyake définit-elle le dernier opus de son jeune styliste Yoshiyuki Miyamae.

      Sur la musique live et poétique de Ei Wada (pour huit guitares électriques) accompagné de la voix cristalline de la chanteuse Chiyako, le show démarre par des assemblages de jupes, châles et ponchos déstructurés.

      Sur le sol noir laqué de l'Espace Ephémère du jardin des Tuileries, les manteaux amples succèdent aux tuniques souples, aux lignes ondulées, et aux robes bouffantes taillées dans des matériaux modernes où l'on entrevoit la technologie.

      Les couleurs sont le plus souvent froides et automnales, celles des feuilles jaunissantes qui alternent avec les gris, pourpres ou violets foncés.

      La griffe reste fidèle à ses plissés ainsi qu'à ses motifs géométriques, les plus utilisés étant les chevrons et les kaléidoscopes rouge et bleu.

      Le show s'achève en bouquet final lorsque qu'une quinzaine de mannequins, tournant sur eux-mêmes, défont leur ceinture qui s'ouvre alors en corolle pour devenir une jupe.








    • Fashion week: Galliano insuffle sa théâtralité à l'univers Margiela - 06/03/2015

      John Galliano a apporté sa touche théâtrale et sa fantaisie à l'univers de la Maison Margiela, vendredi lors de son premier défilé de prêt-à-porter pour cette griffe, qui signait son retour sur les podiums parisiens.

      Près de quatre ans après le retentissant licenciement du couturier par Dior, ce show événement de la Fashion week parisienne s'est tenu au Grand Palais, dans une salle toute blanche reprenant une couleur fétiche de la Maison Margiela.

      Galliano, lui, est resté invisible, s'abstenant de venir saluer à la fin du défilé, contrairement à ce qu'il avait fait furtivement à Londres lors du défilé couture de la marque, en janvier. Une attitude de discrétion conforme à l'esprit de la griffe, dont le fondateur Martin Margiela -qui l'a aujourd'hui quittée-, a toujours cultivé le secret autour de lui.

      Sur un podium au sol réfléchissant, ont défilé des silhouettes à l'excentricité chère au couturier britannique de 54 ans: chevelures couleur anis ou poil de carotte, chaussures en fourrure et maquillage multicolore. Tandis que la finesse d'une longue robe noire en dentelle contrastait avec des gants rappelant ceux d'une ménagère.

      Clin d'oeil aux codes de la Maison Margiela, une étiquette blanche se retrouvait placée sur le devant d'une robe.

      Le couturier a aussi exprimé son romantisme avec des silhouettes aux accents rétro, avec des fleurs imprimées sur du velours, des plumes et des chaussures à brides.

      Dans cette collection qui "célèbre l'innocence", selon le communiqué accompagnant le défilé, "les vêtements interrogent l'idée de conformité".

      Ce défilé de prêt-à-porter femmes pour l'automne-hiver était très attendu par le monde de la mode, curieux de voir le résultat d'une association entre un créateur au style flamboyant et une maison réputée pour son minimalisme, son goût pour la déconstruction des vêtements et le recyclage.

      L'Italien Renzo Rosso, président du groupe OTB ("Only the Brave") qui détient la griffe parisienne, avait en annonçant la nomination de Galliano en octobre, mis fin à trois ans et demi de mise à l'écart du talentueux et tumultueux créateur.

      L'ancien couturier-star de Dior, maison qu'il a su réinventer pendant quinze ans, avait été licencié en 2011 après avoir proféré, ivre, des injures antisémites dans un café parisien.

      Depuis, il a présenté à plusieurs reprises ses excuses, niant être raciste ou antisémite, et suivi une cure de désintoxication.

      En janvier, le Britannique avait choisi Londres pour faire son retour sur les podiums et présenter la collection de haute couture de la griffe, saluée par de nombreux observateurs comme une réussite et le signe d'un nouveau départ pour Galliano.

      Pendant sa mise à l'écart, le couturier a toujours pu compter sur quelques soutiens indéfectibles dans la mode, comme celui de Kate Moss ou de la rédactrice en chef de Vogue US, Anna Wintour, qui a assisté vendredi au défilé.






    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Les brasseurs belges veulent conquérir les femmes: des bières leur seront offertes ce samedi - 06/03/2015

      Plus de 600 établissements du secteur Horeca (hôtels, cafés, restaurants) offriront gratuitement une bière à leurs clientes samedi, de 18h30 à 19h30, à la veille de la Journée internationale de la femme. Cette opération baptisée "Apéro national" est destinée à promouvoir l'image de la bière auprès de la gent féminine.


      Une campagne promotionnelle

      Organisée par les Brasseurs belges, le Vlam (organisation assurant la promotion des produits agricoles et de la pêche flamands) et le secteur Horeca, elle est accompagnée d'une campagne promotionnelle déployée dans tous les médias belges dans le cadre de l'opération "Fiers de nos bières" des Brasseurs belges. Le coup d'envoi de l'opération doit être donné samedi par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, et la Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, Elke Sleurs, dans un établissement du centre de Bruxelles.


      Un "guide du goût" pour aider les femmes à choisir

      Pour aider les femmes à choisir leur bière, les établissements participants disposeront d'un "guide du goût" de forme circulaire leur permettant de choisir la bière en fonction de leurs goûts. Une bonne partie des cafés concernés sont situés en Flandre mais de nombreux établissements participent également à l'Apéro à Bruxelles et en Wallonie. L'action est menée sur le plan national, soulignent les Brasseurs belges. Si les bières seront offertes par les établissements participants, ceux-ci ont bénéficié d'une aide logistique sous forme d'affiches, de sous-bocks, etc. fournis par les Brasseurs belges.


      Les hommes appelés à rester sobres

      Ceux-ci ont aussi appelé les hommes à tenir samedi le rôle du Bob. Le président des Brasseurs belges, Jean-Louis Van de Perre, considère l'opération de samedi comme un "clin d'oeil ludique" à la Journée de la femme. Selon lui, une enquête du Vlam et de l'institut de sondage iVOX menée auprès d'un millier de femmes montre que 89% d'entre elles sont fières des bières belges, alors que 39% seulement en boivent. La liste des lieux peut être consultée sur www.fiersdenosbieres.be.








    • Bonne nouvelle: la baisse du chômage se poursuit en Wallonie - 06/03/2015

      Le chômage a une nouvelle fois reculé en février, de 5.038 unités (-2%) à un an d'écart. Le mois dernier, la Wallonie comptait 184.944 chômeurs et 22.590 jeunes en stage d'insertion professionnelle, soit 207.534 personnes ou 13,2% de la population active wallonne, indique vendredi le Forem.


      Une baisse plus prononcée chez les femmes

      La diminution de la demande d'emploi est la plus marquée parmi les personnes de moins de 25 ans (-5,8%), suivies de celles âgées de 40 à moins de 50 ans (-4,6%). "Une hausse n'est à relever que parmi les demandeurs d'emploi âgés de 50 ans et plus (+3,9%)", souligne le Forem. Le baisse du chômage est plus élevée chez les femmes (-2,2%) que parmi les hommes (-1,7%). En février, le Forem a géré 9.348 offres d'emploi, ce qui représente une hausse de 1,4% par rapport à février 2014. En outre, durant le mois écoulé, 6.941 offres reçues du VDAB et 465 offres d'Actiris ont fait l'objet d'une diffusion via le site du Forem. 








    • Comment tenir des réunions efficaces ? - 06/03/2015

      Place à l’économie et aux entreprises ce matin avec le BelRTL Eco. Bruno Wattenbergh a parlé de réunions professionnelles!


      Bruno Wattenbergh: Oui, nous sommes vendredi, soyons un peu plus légers je vous propose quelques conseils pour éviter la réunionite improductive, une maladie qui touche la plupart d’entre nous qui travaillent.


      Nous passons pas mal de temps en réunions professionnelles sans nécessairement trouver cela très productif … Est-ce que l’on a une idée de ce que représente ce temps passé en réunion ?


      Bruno Wattenbergh: Eh bien, oui. Tout ce qui gère bien se mesure bien et des chercheurs ont mesuré qu’un cadre moyen, dans une entreprise, passe en moyenne seize années de sa carrière en réunion. Et le problème, c’est que si 98% des cadres estiment que ces réunions sont nécessaires, 75% considèrent qu’elles sont le plus souvent une perte de temps.



      Et vous nous proposez ce matin quelques trucs et astuces pour rendre les réunions plus efficaces, plus productives ?

      Bruno Wattenbergh: Exactement. Et j’ai été les pêcher dans une entreprise, Google, qui a la réputation de ne pas faire les choses conventionnellement, tout en étant très efficiente.


      Premier conseil, un seul responsable qui organise mais surtout clôture la réunion ?

      Bruno Wattenbergh: Exactement. Chacun doit savoir qui aura le dernier mot. Si il n’y a pas de responsable on risque d’aboutir à un compromis mou peu productif. Pour éviter ce type de résultats, il faut aussi, fixer très clairement les règles de la réunion, quel est l’objectif précis, quelle est la durée ? Obliger par exemple chaque participant à détailler le contenu 24h à l’avance. L’autre avantage d’avoir un responsable de la réunion c’est de s’obliger à résumer les résolutions prises au cours de la réunion par e-mail avec les tâches qui incombent à chacun des participants dans les 48 heures. Sinon, à quoi sert de tenir une réunion ?


      Comment faire avec ces réunions organisées chaque semaine à la même heure et où on a l’impression qu’elles ne servent plus à rien ?

      Bruno Wattenbergh: Le principe chez Google, c’est que chaque réunion doive avoir un but. Si il n’y a ni agenda, ni but précis, annulez la réunion ou décommandez-vous. Autre règle, évitez les réunions à plus de 8 personnes, elles mobilisent trop de coûteuses ressources humaines sans leur permettre de vraiment contribuer. Commencez aussi et finissez à l'heure, puis quittez la pièce en récapitulant les propos qui se sont tenus. Si la réunion nécessite de durer longtemps, aménagez des pauses dans le programme. Et si vous terminez plus tôt que prévu, ne vous sentez pas obligé de combler le temps qui reste. Plus tôt chacun retourne à son poste, mieux c'est. Enfin, si vous appliquez ces règles, si vous êtes sélectifs, les seules réunions auxquelles vous prendrez part seront celles qui impliquent votre présence. Mais alors, assurez-vous donc d'être attentif, forcez-vous à ne pas lire vos mails sur votre smartphone ou votre ordinateur.


      Est-ce que ces règles sont valables pour les brainstormings, ces réunions créatrices ?

      Bruno Wattenbergh:Ce sont des réunions, comme les autres. Plus difficiles et importantes encore, donc même règles et encore plus de discipline.

      Bruno, pour conclure, le chiffre éco du jour ?
      Bruno Wattenbergh:1 milliard d’€ … Ce serait la contribution totale du secteur bancaire, hors impôt des sociétés et indemnités pour le soutien reçu de l’État, au budget fédéral, soit neuf fois plus qu’en 2007 selon FEBELFIN. Sans compter la participation belge au fonds de résolution européen pour 350 millions, soit à peu près 1,4 milliard d’euros.








    • USA: Apple Pay frappé par une vaste escroquerie aux données bancaires - 06/03/2015

      (Belga) Apple Pay, le système de paiements électroniques lancé à l'automne dernier par le groupe informatique du même nom, a servi de biais à une série d'escroqueries liées au vol de données bancaires, a rapporté jeudi le Wall Street Journal.

      Selon le quotidien économique, qui confirme une information d'abord évoquée en début de semaine par le journal britannique The Guardian, les fraudeurs ont visé dans quatre cinquièmes des cas les propres magasins d'Apple. Non seulement ces enseignes acceptent Apple Pay, mais elles vendent des produits plus chers que d'autres magasins disposant du système de paiement, et donc plus intéressants à receler pour les fraudeurs. Les escroqueries en question ne remettent pas en cause la sécurité d'Apple Pay en lui-même, qui n'a pas été piraté, mais elles témoignent de la facilité avec laquelle certaines banques autorisent l'utilisation de données de leurs clients sur le système de paiement, précise le WSJ, qui cite des sources proches du dossier. Certaines banques concernées ont pris des mesures pour réviser leurs procédures de sécurité, selon l'une des sources citées. Les données bancaires ont été volées lors de récents piratages massifs de grandes chaînes américaines de magasins, comme Home Depot et Target, qui avaient visé plusieurs de dizaines de millions de comptes, d'après le WSJ. (Belga)








    • Marghem fera vérifier l'ivoire importé de France en cas d'exportation hors UE - 05/03/2015

      (Belga) La ministre fédérale de l'Environnement et du Développement Marie-Christine Marghem durable fera "bloquer" l'ivoire qui viendrait de France dans l'hypothèse d'une exportation en dehors de l'Union européenne, afin que les services belges d'inspection "vérifient la conformité des certificats CITES" (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué.

      L'ONG française "Robin des Bois" a dénoncé mercredi, dans un communiqué, l'attitude de la Belgique qui s'apprêterait "à écouler sur le marché international des défenses d'ivoire brut importées de France" après leur vente samedi prochain par la maison de ventes Cannes Enchères. La Belgique a également été alertée par la ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal alors que la France a décidé fin janvier de suspendre la délivrance de réexportation d'ivoire depuis son territoire. Une demi-tonne d'ivoire brut sera soumise aux enchères le samedi 7 mars par Cannes Enchères. Cet ivoire sera ensuite "transférable en Belgique sous le couvert de CIC (Certificat Intra-Communautaire), puis exporté vers la Chine grâce à des permis d'exportation délivrés par les autorités belges", a dénoncé l'association de protection de l'Homme et de l'Environnement. La ministre Marghem est "décidée à apporter son soutien à la mesure d'interdiction d'exportation récemment prise par la France dans le cadre de la vente d'ivoire organisée ce samedi 7 mars à Cannes", a-t-elle assuré. Il n'est cependant pas question pour la Belgique d'interdire l'exportation hors UE à ce stade. "Si la ministre Marie-Christine Marghem n'interdit pas pour l'instant l'exportation d'ivoire brut pré-convention hors UE, c'est parce qu'elle est convaincue que cela ne permettra pas de lutter de manière efficace contre le commerce illégal d'ivoire étant donné que la réexportation sera toujours possible depuis un autre pays de l'UE. C'est pourquoi elle plaide pour un accord européen sur cette question précise", a-t-elle fait valoir. (Belga)








    • Espagne: 95 résidences principales saisies chaque jour en 2014 - 05/03/2015

      (Belga) Près de 35.000 résidences principales ont été saisies en Espagne en 2014 auprès de propriétaires ne pouvant plus rembourser leurs prêts, soit une augmentation annuelle de 7,4%, selon les chiffres officiels publiés jeudi.

      En 2014, 34.680 résidences principales ont été saisies pour être vendues soit 95 par jour, selon l'Institut national de la statistique (Ine). Les occupants de ces logements n'ont pas toujours été expulsés par les forces de l'ordre mais ont au minimum dû abandonner leur logement et remettre leurs clefs à la banque pour solder leur ardoise ou partir avant l'arrivée d'huissiers. Si l'on prend en compte les résidences secondaires, les bureaux, les espaces commerciaux et terrains agricoles ou constructibles, les saisies ont augmenté de 9,3% en 2014, jusqu'à 119.442 biens. Dans ce pays frappé doublement en 2008 par la crise financière et l'éclatement de sa bulle immobilière, où le taux de chômage concerne encore près d'un actif sur quatre (23,7%), les expulsions de propriétaires ne pouvant plus rembourser leurs prêts, parfois musclées, ont soulevé l'indignation ces dernières années. D'autant que le secteur bancaire espagnol a bénéficié en 2012 d'un plan de sauvetage européen de 41,3 milliards d'euros, pesant encore sur les finances publiques et les contribuables espagnols. (Belga)








    • Les temps sont durs pour Delhaize: les grèves ont lourdement pesé sur les résultats du groupe - 05/03/2015

      Les grèves qui ont fait suite à l'annonce d'une importante restructuration au sein de Delhaize ont lourdement pesé sur les résultats du groupe en Belgique, a commenté jeudi Frans Muller, son président et administrateur délégué, en marge de la présentation des résultats annuels de l'entreprise. Les revenus de Delhaize Belgique ont ainsi reculé de 3% à 4,9 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année 2014 alors que son bénéfice d'exploitation sous-jacent a chuté de 40 %. Le groupe a également dû encaisser une charge de réorganisation non récurrente de 137 millions d'euros liée au "Plan de Transformation".


      Du meilleur à l'avenir

      Annoncé l'été dernier, ce plan devait initialement coûter quelque 2.500 emplois et toucher 14 magasins. Mi-février, direction et syndicats sont finalement parvenus à un accord, limitant le nombre d'emplois perdus à 1.800, par le biais de départs volontaires et de prépensions à 55 ans. Neuf magasins ne seront par ailleurs plus gérés en propre et un supermarché sera fermé "dans les mois à venir". "Les économies qui seront réalisées - environ 80 millions d'euros par an à partir de 2018, ndlr - nous permettront de déployer notre stratégie commerciale dans les années à venir", a poursuivi le responsable du groupe en évoquant notamment une modernisation du réseau de magasins, une organisation davantage centrée sur les services ainsi que des investissements en IT.


      Pierre-Olivier Beckers, fin de parcours chez Delhaize

      Delhaize, qui admet avoir "sous-investi" dans ses magasins belges, entend également se concentrer sur sa politique de prix, afin d'améliorer la perception qu'ont les clients des prix pratiqués par l'entreprise. Cette dernière devra enfin se passer complètement des services de Pierre-Olivier Beckers, ancien CEO du groupe de 1999 à 2013 et administrateur depuis 1995 qui a exprimé sa volonté de ne pas voir son mandat renouvelé au sein du conseil d'administration lors de l'assemblée générale du 28 mai prochain. Didier Smits, qui est membre du conseil d'administration depuis 1996, a entrepris la même démarche. Delhaize n'a fourni aucune explication sur ces décisions, affirmant simplement "être à un stade de discussion avancé avec des candidats en vue de leur nomination lors de l'Assemblée Générale Ordinaire des Actionnaires"








    • Le prix du lait baisse encore mais son coût augmente: les producteur "vont craquer" - 04/03/2015

      Face au cabinet du ministre de l’Agriculture, les producteurs lancent une nouvelle alerte. Le prix du lait est de 28 centimes/L, en baisse constante. Antoine constate les dégâts autour de lui. "C’est intenable à plus long terme. Mais ceux qui ont investi lourdement, tôt ou tard, ils vont craquer hein", commente-t-il au micro de Sébastien Rosenfeld pour RTL TVI. Face à cette situation, les professionnels du secteur tentent de faire preuve de pédagogie. Ils s’appuient sur une étude indépendante qui montre que les coûts de production sont aujourd’hui de 46 centimes/L contre 36 centimes/L il y a 5 ans.


      Impossible de dégager des revenus

      Avec un prix du lait en chute libre, dégager des revenus devient mission impossible, d’autant que notre pays reste très exposé au marché mondial. "Nos laiteries en Belgique ne font pas des produits à haute valeur ajoutée par rapport aux Allemands, aux Hollandais et aux Français qui eux peuvent dégager quand même un prix un peu plus supérieur. Pourquoi ? Parce qu’ils ont des produits beaucoup plus sérieux que les nôtres. Nous en Wallonie on fait surtout du beurre et de la poudre", avance Guy Franco, administrateur de la coopérative Fairebel.


      Trop de lait en Belgique

      Avec un excédent de 7 milliards de litres dans l’Union européenne, la situation est critique. Le rassemblement qui compte aussi des représentants français en appelle à la raison. "On demande la mise en place d’un programme de responsabilisation du marché pour qu’en période de crise du lait, comme on est aujourd’hui, il y ait une limitation de la production qui se mette en place et donc une gestion des volumes et qu’on oblige les gens et les industriels à baisser les volumes de produits", expliqué Paul de Montvalon, agriculteur français du European Milk Bord.

      Avec la fin des quotas le 1er avril prochain et l’ouverture totale du marché, le secteur craint le pire.








    • Rapprochement entre Belfius et bpost banque - 04/03/2015

      Filiale de Belfius Insurance, Elantis, qui produit des crédits hypothécaires (3,2 milliards d'euros d'encours) et à la consommation (300 millions d'euros), vient de conclure un accord avec bpost banque à hauteur de 100 millions d'euros pour financer du crédit hypothécaire. Ce partenariat sera réévalué sur base annuelle, le montant pouvant évoluer en fonction, rapporte L'Echo mercredi. Les deux maisons y trouvent leur compte. Belfius Insurance souhaite éviter une concentration trop importante de crédits hypothécaires à son bilan (ils en représentent 25% actuellement). L'apport de bpost banque à Elantis est donc bienvenu.


      Convertir les dépôts de la clientèle

      De son côté, bpost banque cherche à convertir les dépôts de la clientèle, en croissance continue ces dernières années, dans des actifs plus rémunérateurs que les obligations émises par l'État belge, dont elle regorge mais qui rapportent de moins en moins en raison de taux d'intérêt plancher. Ce n'est là qu'un début pour bpost banque, qui a l'ambition de se développer dans les crédits pour les particuliers.








    • L'opérateur Base serait de nouveau à vendre - 04/03/2015

      KPN aurait contacté la banque JPMorgan Chase pour étudier les possibilités. L'entreprise demanderait un milliard d'euros pour Base qui pourrait être cédée à des acteurs stratégiques ou à une société d'investissements. Le groupe néerlandais tout comme Base ne font pas de commentaire.

      KPN avait déjà essayé de vendre Base en 2012, mais les offres n'étaient pas suffisantes. L'opérateur a cédé l'an dernier sa filiale allemande E-Plus à l'Espagnol Telefónica.









    • La Belgique championne d'Europe des taxes et impôts: "Chaque année, c'est 4500 euros par ménage" - 03/03/2015

      Le Belge paye beaucoup d'impôts. Tout le monde le dit, tout le monde le pense mais les chiffres de l'Institut de recherches, Itinera, le démontrent. La pression fiscale dans notre pays est plus élevée que la moyenne de la zone euro : 5% supplémentaires de notre produit intérieur brut (PIB). Une somme colossale. Chaque année, nous déboursons 18 milliards d'euros de plus que nos voisins européens.

      Jean Hindriks, professeur d'économie à l'UCL et membre de l'insitut Itinera, explique ces chiffres: "Chaque année, c'est 4500 euros par ménage. Donc 400euros par mois. On a quand même un ordre de grandeur très important. On se pose la question de savoir si en retour nous recevons des services publics de meilleure qualité que nos voisins."
      C'est le même constat pour la fiscalité sur le travail avec 50% de taxation supplémentaire par rapport à la moyenne de la zone euro. Concrètement, sur 100 euros de salaire, toutes charges confondues et cotisations patronales comprises, 60 euros vont dans les caisses de l'Etat Belge contre seulement 40 euros en moyenne dans la zone euro. La Belgique taxe beaucoup et taxe tout ce qui fait notre quotidien.


      Quelle est la plus-value pour le citoyen ?

      "La pension moyenne en Belgique n'est pas plus élevée. En fait, elle est plus faible que dans les pays voisins, notamment par rapport à la France. Nous n'avons pas de meilleure pension que nos voisins et nous payons plus d'impôts. Deuxième comparaison: les soins de santé. Pour le remboursement des soins de santé, la Belgique (...) paye plus, de l'ordre de 25% des remboursements des soins de santé, que les ménages des pays voisins", constate Jean Hindriks. Chez nos voisins, au Pays-Bas ou en Suède, une réforme sur la fiscalité du travail a déjà eu lieu.

      Les citoyens et les experts sont formels, le temps presse pour nos dirigeants et pour la santé financière de notre royaume.








    • Le gouvernement fédéral tient sa nouvelle taxe bancaire - 03/03/2015

      (Belga) Les banques et assurances vont devoir verser cette année 100 millions d'euros au budget de l'État. Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) a préparé une proposition à cet effet, qui a reçu le feu vert de plusieurs cabinets. Selon De Tijd, L'Echo et De Standaard, le texte doit être formellement adopté par le conseil des ministres vendredi.

      "Il y a de bonnes raisons de demander aux banques une contribution", estime M. Van Overtveldt. "Il est logique qu'après que le contribuable les ait sauvées, elles apportent à présent aussi leur contribution", poursuit-il. Le gouvernement fédéral avait tenté une première fois, à la fin 2014, de mettre en place une telle taxe. Après les critiques de l'opposition, il avait été décidé que le ministre des Finances devrait présenter une nouvelle mouture de sa proposition. Les banques verront leurs avantages fiscaux réduits. La déduction de leurs intérêts notionnels sera notamment réduite. Le gouvernement attend 100 millions d'euros cette année (75 des banques, 25 des assurances), et 150 millions à partir de l'an prochain. (Belga)








    • Quelle différence entre un taxi classique et Uber? Nous avons comparé pour vous... - 02/03/2015

      Notre équipe a testé deux services sur le même trajet : d’un côté un taxi bruxellois officiel, de l’autre, Uber, le leader du covoiturage payant.
      L’objectif : rejoindre la gare du Nord, depuis les bureaux de RTL House La distance est de 5 kilomètres.


      Le taxi classique

      Notre journaliste appelle un taxi à 11 heures. A 11h05, il est déjà là. La circulation est plutôt fluide. Dans les bouchons les couloirs de bus et taxi assurent le reste. A 11h27, arrivée à destination. La course coûte 16,60€.


      La course Uber

      Midi passé, deuxième essai, avec l’application Uber. Tout se passe via smartphone. En quelques secondes, un véhicule est localisé près de l’emplacement de notre journaliste. A 12h12, le chauffeur arrive. Derrière le volant, Michel 39 ans. Il travaille dans l’hôtellerie et roule pour Uber en job complémentaire dans son propre véhicule. Il fait 3 heures de courses par jour et gagne en moyenne 25 à 30€ net. Uber prend 20% par trajet. Arivée à 12h35 à la Gare du nord. Le tarif de la course est de 10€.


      Comparaison

      Bilan de l’expérience : pour l’attente, victoire du taxi. Cinq minutes au lieu de 9. Sur la durée, le taxi l’emporte encore avec 22 minutes contre 28. Sur le prix en revanche, victoire d’Uber, 10€ au lieu de 16,60€.





      Pour les taxis, c'est une concurrence déloyale

      Voilà le nœud du problème : les taxis accusent Uber de concurrence déloyale. "Les taxis doivent appliquer la TVA, doivent déclarer les lois sociales, doivent payer des contributions… Tout ça, ce sont des choses qu’Uber ne paient pas. C’est une différence énorme", explique Pierre Steenberghen, secrétaire général du groupement national des taxis.


      Pour Uber, les deux peuvent coexister

      Les représentants d’Uber eux, affirment proposer un service différent de celui des taxis. "Pour Uber, le grand concurrent n’est pas vraiment le taxi. Le grand concurrent, c’est le propre véhicule que tout le monde utilise en ce moment en Belgique. Il y a vraiment la possibilité d’avoir le taxi et Uber ensemble. C’est complémentaire, en fait", indique Filip Nuyttemans, manager général de Uber Belgique.

      Le plan taxis du gouvernement bruxellois devrait clarifier les limites d’Uber. Les taximen eux, souhaitent tout simplement interdire ce service.








    • La Fédération Wallonie-Bruxelles n'a plus d'argent: elle pourrait faire appel au "crowdfunding" - 02/03/2015

      Les députés de la commission Finances et Budget du Parlement entendront, à l'occasion de réunions prévues les 11 mai et 8 juin prochains, différents opérateurs de ce secteur en plein dévéloppement depuis quelques années, ainsi que de hauts responsables de l'administration des Finances de la Communauté française. Parmi la dizaine d'orateurs invités figurent notamment Philippe Maystadt, président de l'organisme de micro-crédit de microStart, des représentants de différentes plate-formes internationales de crowdfunding telles que Kiss Kiss Bank Bank, MyMicroInvest ou Ulule, ainsi que les services de "Business Angels".

      A l'aide de ces auditions, les députés espèrent pouvoir identifier les projets qui, au sein du périmètre d'activités et de financement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pourraient éventuellement bénéficier, en tout ou en partie, des mécanismes de financement participatif. La Fédération, dont les ressources financières proviennent pour l'essentiel du fédéral conformément à la loi spéciale de financement, est confrontée de manière chronique à des problèmes budgétaires. Celle-ci vient d'ailleurs d'entamer l'ajustement de son budget 2015. Elle va devoir trouver quelque 150 millions d'euros supplémentaires dans les semaines qui viennent, en plus des 140 millions d'euros déjà d'économies décidés en décembre dernier lors du vote du budget initial pour 2015.








    • Envie d'aller travailler avec Mickey? Euro Disney recrute à Bruxelles, il y a 8.000 postes à pourvoir! - 02/03/2015

      C'est désormais une habitude, Euro Disney organise cette année encore une vaste campagne de recrutement en Europe. Les employeurs de Mickey et Minnie partiront notamment à la rencontre des candidats polonais, estoniens, allemands, néerlandais et belges dans le courant du mois de mars. Ces derniers commenceront avec les mêmes chances d'investir l'univers de Walt Disney, puisque le groupe n'a fixé aucun quota par pays. Malgré les innombrables candidatures spontanées reçues par l'entreprise, Disney choisit chaque année de recruter à l'étranger.


      Quelques critères de sélection

      Etant la première destination touristique d'Europe, la majorité des visiteurs du parc est issue des pays de l'Union européenne et la connaissance des langues étrangères est dès lors essentielle. La maîtrise d'au moins une langue en plus du français est effectivement le premier critère de sélection. "Les autres critères primordiaux sont d'être disponible pendant les vacances et les week-ends, mais aussi d'aimer travailler en équipe", précise Elisabetta Marigliano, responsable de la communication chez Disneyland.


      Le contrat minimum prévoit une rémunération de 1.500 euros

      S'ils sont sélectionnés, les nouveaux travailleurs du parc seront logés dans des studios ou des colocations proposés par l'entreprise et situés à proximité directe de leur lieu de travail, pour une somme moyenne de 300 euros toutes charges comprises. Le contrat minimum, de 35 heures par semaine, prévoit une rémunération brute mensuelle de quelque 1.500 euros. Ils rejoindront alors les 15.000 employés du parc, parmi lesquels une centaine de Belges, et se mêleront par la même occasion aux ressortissants de plus de 100 nationalités, parlant une vingtaine de langues et exerçant plus de 500 métiers différents.


      Il faut envoyer sa candidature avant le 7 mars

      Concrètement, les personnes intéressées ont jusqu'au 7 mars à minuit pour envoyer leur candidature. Environ une centaine d'entre elles seront ensuite sélectionnées sur la base de leur curriculum vitae et recontactées pour des entretiens qui se tiendront le mardi 17 mars entre 9h00 et 18h00 à la Maison de la Région (Bip), rue Royale à Bruxelles. "Une fois retenus, les nouveaux collaborateurs bénéficieront d'une formation sur le terrain leur permettant de développer leurs compétences et d'acquérir une expérience reconnue pour sa qualité", soutient Disneyland.








    • Ils sont jeunes et veulent devenir propriétaires: "S'il n'y a pas de CDI, il n'y a pas d'emprunt d'argent possible" - 02/03/2015

      A 25 ans, Armonie, Florian et Kevin rêvent de devenir propriétaires. Mais à cet âge-là, ce n’est pas facile de convaincre une banque de leur prêter l’argent nécessaire. Heureusement, Armonie et Florian sont tous les deux employés, la condition de base pour être écouté. Malgré tout, la banque reste assez réticente. "Ils nous libéraient 180 000 euros. Avec nos deux salaires évidemment" expliquent les jeunes candidats. Armonie constate qu’il faut au "minimum un CDI. S’il n’y a pas de CDI, il n’y a pas d’emprunt d’argent."


      Des jeunes candidats sous l’œil attentif des banques

      Depuis la crise financière de 2008, les banques sont plus regardantes avant d’octroyer des prêts hypothécaires aux jeunes candidats acquéreurs. Nadinne Rekk, courtière de crédit, explique que "quand on est en couple, il faut que les deux travaillent pour avoir suffisamment pour rembourser un appartement (…). Maintenant, les banquiers demandent, en plus des revenus, que la garantie soit là."
      Selon une étude, l’année dernière, seulement 30% des jeunes de moins de 30 ans ont bénéficié d’un prêt. Avant la crise, ils étaient 50%. Aujourd’hui, les jeunes emprunteurs ont intérêt à apporter une partie de l’argent en fonds propre ou, quand c’est possible, faire appel aux parents.


      Alors comment devenir propriétaire ?

      A la réticence des banques, s’ajoute la hausse des prix de l’immobilier et la difficulté, pour beaucoup de jeunes, de trouver un emploi stable. Malgré tout, Kevin ne perd pas espoir de devenir un jour propriétaire. "De toute façon, je ne crois pas que les intérêts baisseront encore mais le marché, lui, pourra un peu se relancer ou alors via les aides gouvernementales telles que le fonds du logement sur Bruxelles, etc."
      Les aides régionales au crédit sont, en effet, un espoir pour les exclus du système bancaire traditionnel. A la région wallonne, 0,5% est le taux le plus bas et on prête même au-delà de 100% de la valeur du bien. "On va se limiter à 5000 euros au-dessus de la valeur de l’immeuble. Donc ça veut dire qu’on peut déjà ajouter 5000 euros sur les frais de notaire et la différence vient à la charge des emprunteurs. On peut donner l’accès à la propriété à des personnes à bas revenus qui ne pourraient pas avoir cette chance-là via une banque" nous raconte Claudia Cammarata, gestionnaire administrative au fonds du logement.
      En dehors de Bruxelles ou alors sur une petite surface, il est possible d'acheter son premier bien. Les taux hypothécaires historiquement bas restent tout de même favorables à tous les candidats acquéreurs.


    • Le bois toujours plus utilisé pour la construction ou la rénovation de nos maisons: quels sont ses avantages ? - 02/03/2015

      Le bois rencontre un succès de plus en plus grand dans la construction. Chaque année, 15 à 20% des projets de nouvelles constructions utilisent, peu ou prou, du bois, soit deux fois plus qu'il y a une dizaine d'années, estime la Confédération Construction qui a présenté lundi au salon Batibouw sa propre plateforme "Construction bois", créée fin 2014. Selon la fédération sectorielle, la construction bois affiche une part de marché de quelque 8%. L'utilisation la plus courante est la construction ossature bois mais d'autres systèmes existent notamment avec des poteaux et des poutres ou des murs en bois massif. Ce segment de marché représenterait 30.000 emplois en Belgique, selon les estimations.

      Les avantages du bois sont notamment liés à la possibilité de pré-fabrication -ce qui permet de gagner du temps-, ou à la légèreté de ce matériau noble. "La construction en bois est, par exemple, particulièrement indiquée pour l'érection d'étages supplémentaires à des bâtiments existants", souligne Patrice Dresse, coordinateur de la plateforme de la Confédération Construction. L'organisation met toutefois en garde: les constructions ossature bois représentent un mode de construction spécifique, qu'il convient de maîtriser afin d'éviter de graves problèmes consécutifs à un mauvais montage. La Confédération Construction est dès lors demandeuse de meilleures formations et souhaite se mettre autour de la table à ce sujet avec le ministre compétent, Willy Borsus.








    • Contrôler votre voiture avec de simples gestes, c'est possible... grâce à cette success story bruxelloise - 02/03/2015

      Qui est cette société bruxelloise Softkinetics qui vient de décrocher un important contrat avec le fabricant de voiture BMW?

      Et bien tout simplement c’est un des fleurons, si pas le fleuron de la technologie bruxelloise. A la base une spin-off de la VUB, c.-à-d. une entreprise née des travaux de chercheurs, spécialisée dans le pilotage d’appareils électroniques, non pas à l’aide d’une souris, ou d’un clavier, mais avec des gestes. Et c’est clairement le futur, vous n’utilisez déjà plus de clavier physique sur votre tablette ou votre smartphone, et bien demain vous allez commander toute une série d’appareils simplement en bougeant vos mains, votre visage.


      Et c’est une toute jeune société?

      Exactement, puisqu’elle a été créée en 2007, intensément cofinancée par les aides R&D de la Région bruxelloise, portée d’abord par des ingénieurs talentueux, avant d’être consolidée par des businessmen tout aussi talentueux, avec en exemple, les Etats-Unis.


      Et pourquoi est-ce que Softkinetic fait l’actualité ce week-end?

      Et bien parce qu’après avoir conquis INTEL, l’entreprise a annoncé ce week-end que ses caméras 3D permettant la commande gestuelle seront intégrées dans de prochains modèles du géant BMW.


      Que peut-on apprendre de cette belle aventure?

      Plein de choses ! D’abord qu’il y a plein de valeur dans la tête de nos chercheurs et qu’il faut continuer à financer la recherche dans les laboratoires universitaire. Ensuite, qu’il faut sensibiliser, convaincre ces chercheurs à sortir de leurs labos, discuter avec les entrepreneurs pour comprendre comment leurs travaux peuvent créer de la valeur, résoudre des problèmes pour des clients. C’est exactement ce qui s’est passé pour Softkinetics. Enfin, il faut de la patience et de l’argent, Softkinetics existe depuis 2007 mais n’a réalisé son premier bénéfice net qu’en 2013.

      L’autre leçon, c’est que ce type d’entreprise de la nouvelle économie consomme beaucoup d’argent public au départ, à risque, mais ne génère pas nécessairement beaucoup d’emplois. Softkinetics emploie aujourd’hui 85 personnes, ne fabrique presque rien, mais vend des licences. Le premier enjeu est sans doute aussi, pour Bruxelles, de voir comment industrialiser sur la Région des applications dérivées de ce type de technologies, par exemple dans des niches, comme le secteur médical. L’autre enjeu est de développer autour de Softkinetics un écosystème qui va valoriser les compétences pointues de l’entreprise pour créer et développer des entreprises utilisant la technologique, dans une logique d’essaimage. C’est un des problèmes auquel sont confrontés les régions européennes aujourd’hui : c’est que si de jeunes entreprises remplacent les industries d’hier, ces jeunes pousses sont moins intensives en main d’œuvre.

      En tous cas chapeau au patron de Softkinetiks, Michel Tombroff, pour cette belle aventure et il me tarde de pouvoir contrôler les commandes de ma voiture simplement en bougeant le petit doigt !

       








    • Energie et logement: voici les nouveaux montants des primes wallonnes - 26/02/2015

      Le ministre wallon du Logement et de l'Energie Paul Furlan et la Confédération construction wallonne (CCW) ont dévoilé jeudi à Batibouw les montants de base des primes pour l'énergie et la rénovation des bâtiments, qui devraient entrer en vigueur le 1er avril prochain, au terme d'un moratoire de trois mois.

      Contrairement à l'ancien système, un montant maximum de revenus est fixé dans le projet de la coalition PS-cdH pour pouvoir bénéficier des primes: 93.000 euros de revenu net imposable (soit 97,5% de la population wallonne).

      Un coefficient multiplicateur apparaît pour favoriser les plus bas revenus: la prime sera multipliée par trois pour ceux de moins de 21.900 euros, par deux pour la tranche allant jusqu'à 31.100 euros, et par 1,5 pour celle jusqu'à 41.100 euros.

      Pour l'installation de système de chauffage ou d'eau chaude performants, c'est le chauffe-eau solaire (1.500 euros) qui est le plus soutenu, devant la pompe à chaleur chauffage et combiné ainsi que la chaudière biomasse (800 euros).

      L'isolation thermique d'un mur extérieur sera soutenue à hauteur de 12 euros le mètre carré, le remplacement de menuiseries extérieures à 15 euros le mètre carré.

      Installation électrique (300 euros), assèchement et stabilité des murs (8 euros/m2 ou 500 euros selon les cas), toitures (8 euros/m2, 200 euros ou 500 euros selon les travaux), audit énergétique (200 euros), etc., figurent aussi parmi les neuf domaines donnant encore droit à 23 primes différentes, par rapport à la soixantaine de primes existant préalablement.

      Le gouvernement wallon, qui veut favoriser les prêts à taux zéro, a réduit de 25 millions d'euros son budget dédié aux primes. La réforme doit encore être adoptée par le gouvernement wallon. "Nous maintenons notre intention de lancer le système le 1er avril", a déclaré Paul Furlan.








    • Les assureurs veulent revoir les futures pensions complémentaires à la baisse - 26/02/2015

      Interrogé par le Standaard et le Nieuwsblad, le directeur d'Assuralia Wauthier Robyns indique que le rendement actuel de 3,25% n'est plus tenable alors qu'une obligation d'Etat (OLO, obligation linéaire) ne rapporte plus que 0,6% sur dix ans. Les employeurs se voient dès lors contraints de compenser. Ils risquent de recevoir une facture astronomique en matière de pensions, or les entreprises ont besoin d'oxygène pour investir, s'inquiète-t-il.


      Cela ne concernerait que les nouveaux contrats

      "Tous les droits et réserves constitués aux taux de 3,25% et 3,75% continueront, à l'avenir, à bénéficier de ces taux jusqu'à la retraite des intéressés. Un nouveau taux garanti légal ne concerne que les primes nouvelles", explique l'union professionnelle. "Les taux d'intérêt ont spectaculairement diminué et les obligations de qualité ne donnent même plus un pour cent de rendement. Pourtant, les employeurs doivent encore toujours garantir ces rendements minima intenables (...) C'est pourquoi Assuralia insiste pour que la loi ne se braque plus sur un taux fixe". Pour Assuralia, le rendement garanti devrait "être lié au rendement réel sur les marchés financiers, et être revu régulièrement en fonction de leur évolution à la hausse ou à la baisse".

      Les deux quotidiens flamands ont calculé qu'un nouvel assuré bénéficiant d'une prime annuelle de son employeur atteignant 2.000 euros, ne bénéficierait plus de 162.000 euros mais de 86.000 euros de revenus de l'assurance complémentaire au terme de sa carrière en cas de passage à un taux de 0,4%.

      Assuralia mène un lobbying intense depuis quelque temps déjà contre ce rendement légal garanti de 3,25%.












    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Euro d'athlétisme en salle: notre compatriote Nafissatou Thiam médaille d'argent du pentathlon - 06/03/2015

      Nafissatou Thiam a offert à la Belgique sa première médaille aux championnats d'Europe d'athlétisme en salle en décrochant l'argent du pentathlon, vendredi à Prague, République tchèque. Elle termine 2e avec 4696 points, nouveau record personnel. La Britannique Katarina Johnson-Thompson s'est imposée avec 5000 points, tandis que la Tchèque Eliska Klucinova monte sur la 3e marche du podium avec 4687 points, nouveau record tchèque.

      Deuxième du classement avant la dernière épreuve, Thiam a pu conserver son rang après le 800 m qu'elle a bouclé en 2:24.23, ce qui lui a valu 767 points. Nafissatou Thiam, 20 ans, avait ramené la médaille de bronze de l'heptahlon de l'Euro en plein air de Zürich l'année passée. La Sportive belge de l'année 2014 avait aussi pris la 6e place de l'Euro indoor il y a deux ans à Göteborg.








    • Hypothèse d'un évanouissement AVANT le crash et perte de mémoire: Alonso va-t-il devoir arrêter définitivement la F1? - 06/03/2015

      La santé d'Alonso et le mystère continuant à planer sur les circonstances de son accident, survenu le 22 février au volant de sa F1 McLaren-Honda lors des essais sur le circuit de Catalogne à Barcelone, entraîne chaque jour de nouvelles déclarations et rumeurs dans les médias. McLaren a beau confirmer que tous les derniers tests passés par le pilote espagnol en début de semaine n'ont révélé aucun problème médical ni aucune blessure, l'inquiétude gonfle.

      Ce jeudi, le quotidien espagnol El Pais avait dévoilé les premiers mots prononcés par le pilote Mc Laren à l'hôpital Sant Cugat del Vallès. "Je m'appelle Fernando, je roule en kart et je veux devenir pilote de F1", avait répondu Alonso aux médecins, pensant qu'il était en 1995. Dans un premier temps, Fernando Alonso avait donc, selon El Pais, tout oublié de ces 20 dernières années. Ce n'est qu'au fil des heures que ses souvenirs lui étaient revenus. Par précaution, les médecins lui avaient fait passer différents tests pour s'assurer qu'il ne souffrait pas de lésions cérébrales. Si ces résultats s'étaient avérés concluants, il avait quand-même été recommandé à Alonso de faire l'impasse sur le premier Grand Prix de la saison. "Fernando a compris et accepté cet avis" avait fait savoir l'écurie dans un communiqué.

      Ce vendredi, c'est le quotidien britannique Daily Mirror qui prend le relais. Les circonstances de l'accident amènent de plus en plus d'observateurs à penser que le pilote n'a pas perdu momentanément la mémoire à cause du choc, relativement faible, en témoigne l'état de la voiture, mais bien à cause d'un problème cérébral qui serait lui-même à l'origine de l'accident. "Mirror Sport a appris que les médecins et les enquêteurs n’excluaient pas la possibilité que le double champion du monde ait pu perdre connaissance AVANT l’accident ", écrit le journaliste F1 du journal citant des sources proches du pilote. Un témoignage étayerait cette hypothèse. "Un témoin oculaire qui a vu la scène au virage 3 à Barcelone a déclaré qu’Alonso n’avait pas perdu le contrôle de sa voiture à vive allure en sortant des limites de la piste, comme cela a été rapporté, mais que sa monoplace était tout simplement sortie d’elle-même de la piste" rapporte encore le correspondant du Daily Mirror dans les paddocks. Sur base de ces informations, certaines sources se demandent si le double champion du monde pourra un jour reprendre le chemin des circuits.

      Un doute que balaie Mc Laren-Honda: "Les docteurs de Fernando ont recommandé qu'après le choc subi à Barcelone, il limite au maximum les risques d'un nouveau choc aussi tôt après celui qu'il a subi. Mais ils reconnaissent que Fernando est en forme et va bien, qu'il est prêt à courir et donc ils lui permettent de reprendre l'entrainement physique afin de préparer son retour au GP de Malaisie, qui aura du 27 au 29 mars", a déclaré l'écurie. 








    • Batman et Robin ne pourront plus célébrer leur but à Dortmund (photos) - 06/03/2015

      La DFB, suivant une circulaire transmise aux équipes de 1re et 2e division par sa commission arbitrale, a rappelé aux clubs que l'article 12 du règlement prévoit un avertissement "quand la tête ou le visage est couvert d'un masque ou quelque chose de similaire".

      Aubameyang et Reus s'étaient paré des masques de Batman et Robin pour célébrer le premier but de l'attaquant gabonais (78) lors de la victoire samedi dans le derby de la Ruhr entre le Borussia et Schalke (3-0).

      L'arbitre de la rencontre n'ayant vu que la parure de l'ex-Stéphanois, seul ce dernier avait écopé d'un carton jaune.

      "L'émotion fait partie du jeu, surtout pour exprimer sa joie après un but. On ne veut pas être trop rigide mais il ne faut pas dépasser les limites", a souligné Herbert Fandel, le patron des arbitres allemands.

      Aubameyang avait porté le masque de Spider-Man en août 2014 sans écoper d'un avertissement, après avoir inscrit le premier but de la victoire de Dortmund sur le Bayern Munich en Supercoupe d'Allemagne.








    • Thiam en tête du penthatlon ! - 06/03/2015

      Nafi Thiam est en tête du pentathlon des championnats d'Europe d'athlétisme en salle de Prague après le lancement du poids, la 3e épreuve du concours multiple féminin où elle a marqué 848 points grâce à un lancer à 14m80, 58 cm au-dessus de son record personnel (14m22), après avoir précédemment atteint 13m72 et 13m76. Elle s'est classée 8e de ce concours.

      Thiam totalise en effet à présent 2976 points, soit 35 de plus que la Britannique Katarina Johnson-Thompson (2941), la meilleure après deux épreuves ou elle était première, et 46 de plus que la Tchèque Eliska Klucinova (2930).

      La Française Antoinette Nana Djimou (2915) et la Bélarusse Yana Maksimava (2912) complètent le top-5 provisoire. Nafi Thiam était déjà passée de la 5e à la 2e place après le saut en hauteur, la 2e épreuve où elle a marqué 1093 points grâce à un un bond de 1m89 à son 3e essai. Elle a ensuite échoué à 1m92.

      Seules trois autres concurrentes ont franchi des hauteurs supérieures, la Britannique Katarina Johnson-Thompson, leader du concours après le 60 lm haies s'élevant à 1m95. Thiam, qui avait couru le 60 m haies en 8.42 (1035 points), avait passé 1m80 et 1m83 au premier essai, puis 1m86 au second.

      Thiam, 20 ans, sportive belge de l'année 2014, médaillée de bronze de l'heptahlon de l'Euro en plein air de Zürich l'année passée, 6e indoor à Göteborg il y a deux ans, doit encore prendre part à la longueur et au 800 mètres final ce vendredi après-midi.

      Invitée à cet Euro de Prague, son objectif initial était d'améliorer son record personnel de 4.558 points établi en février 2013. Elle n'a toutefois pas été en mesure de se préparer comme souhaité en raison d'une grippe et de ses examens universitaires. Ce qui ne l'a pas empêché de parfaitement négocier les trois premiers volets du pentathlon de Prague.








    • FAIL: il provoque avant de se faire étaler par son opposant (vidéo) - 06/03/2015

      Pour faire patienter le public, montrer les sponsors et attiser l'intérêt des fans, les combattants d'un match de boxe ou de tout autre art martial ont pour habitude de se confronter devant les caméras.

      L'idée est parfois d'intimider l'adversaire, avec un regard méchant et une attitude menaçant et provocatrice.

      C'est ce qu'a tenté de faire un professionnel de MMA (mélange d'arts martiaux) tatoué de la tête aux pieds.

      Mais sur le ring, quelques temps plus tard, son opposant qui était resté placide et avait gardé un air amusé, lui a rendu la monnaie de sa pièce.

      Résultat: un KO en règle, après plusieurs coups de poings directs au visage…








    • Une nouvelle conquête secrète pour Ronaldo ? - 06/03/2015

      Vanessa Huppenkothen n'est pas une inconnue du grand public. La jeune femme de 29 ans est en effet l'une des figures phares de la télévision mexicaine puisque celle-ci travaille pour "Televisia Deportes", une émission sportive populaire. Elle est d'ailleurs attendue la semaine prochaine à Madrid dans le cadre d'un reportage.

      Après la fin de sa relation avec Irina Shayk, Cristiano Ronaldo n'a pas traîné en chemin, puisque le mois passé, la presse ibérique avait évoqué sa relation avec Lucia Villalon, jeune présentatrice de la chaine Real Madrid TV.








    • Hazard et Courtois élus joueur et gardien londoniens de l'année! - 06/03/2015

      Eden Hazard a été élu Footballeur londonien de l'année, un des titres décernés au cours des London Football Awards jeudi dans la capitale anglaise. Thibaut Courtois a décroché le titre de meilleur gardien.

      Hazard a déjà inscrit 14 buts cette saison. Les autres nominés étaient Alexis Sanchez (Arsenal), Cesc Fabregas (Chelsea), Diego Costa (Chelsea) et Christian Eriksen (Tottenham). Un autre Belge figure au palmarès 2014. Il s'agit de Thibaut Courtois.

      Le portier de Chelsea a été élu gardien de l'année devant le Français Hugo Lloris (Tottenham). Le titre d'Espoir londonien de l'année est revenu à Harry Kane (Tottenham), auteur de 24 buts cette saison.

      Le Manager de l'année est Mark Warburton, qui a permis à Brentford d'être sacré champion de D2 l'an dernier. Arsène Wenger a reçu un prix spécial pour ce qu'il a apporté à Arsenal.








    • Un président de club iranien frappe un journaliste dans les parties intimes (vidéo) - 06/03/2015
      Bahram Afsharzadeh, le président d'un club de football en Iran, n'a visiblement pas apprécié la question du journaliste local.
       
      Et il lui a fait savoir d'une façon plutôt surprenante... Tout cela, sous les caméras.

      Voyez plutôt:








    • Ronaldo danse pour ses nouvelles chaussures: ridicule ou classe ? (vidéo) - 06/03/2015

      Quand on est un sportifs célèbres, on a la chance d'avoir les plus grandes marques qui s'arrachent une publicité ou un partenariat.

      Mais quand on est Cristiano Ronaldo, on peut se permettre de lancer sa propre ligne de vêtements, et désormais de chaussures.

      CR7 Footwear, c'est une vingtaine de chaussures disponibles à la vente en ligne, "made in Portugal", les prix allant de 99€ à 550€.

      Pour promouvoir ses beaux petits mocassins, l'attaquant du Real Madrid n'a pas hésité à se mettre en scène dans une publicité… en dansant. Le joueur ne recule devant rien.

      En légende de la vidéo, Cristiano a écrit "Aptitudes + Fun + Mode = je brille dans mes chaussures". Tout un programme.

      Alors, quel est votre avis ? Ridicule ou classe, le Ballon d'Or ?








    • Adriano a organisé une soirée privée... avec 18 prostituées - 06/03/2015

      Alors qu'il était sur le point de signer au Havre (en D1 française) il y a quelques semaines, Adriano a décidé de rejoindre le pays, à Rio de Janeiro.

      Il y prend visiblement du bon temps… L'attaquant brésilien, déjà soupçonné de trafic de drogue, a été aperçu en boite de nuit à Copacabana, une célèbre plage, par le journal brésilien Extra.

      Il n'était pas vraiment seul: le joueur aurait monopolisé 18 prostituées issues d'un même établissement, pour une soirée privée qu'il organisait dans un hôtel tout proche, moyennant 18.000€ de rétribution payés à l'avance.

      La "fête" aurait duré jusqu'au petit matin.

      Adriano, ancien joueur de l'Inter âgé de 33 ans, n'a plus joué la fin de son contrat à l'Atlético Paranaense il y a plus d'un an.








    • "Zlatan peut jouer jusqu'à 43 ans" ! - 06/03/2015

      Il fera toujours parler de lui, même quand il ne le veut pas! Si Zlatan se fait souvent remarquer pour ses gestes incroyables ou ses frasques en tout genre, c'est cette fois-ci son agent qui évoque l'avenir de l'ancien joueur du FC Barcelone.

      Son contrat prenant fin en juin 2016 dans la capitale française, c'est logiquement la suite de la carrière du Suédois qui a été évoquée par son agent chez RMC: "Il est heureux à Paris et essaie de faire de son mieux", assure-t-il. "Le futur, c'est court et chaque été, on voit ce qu'il se passe. Le club est très heureux, lui aussi, je ne vois aucun souci", ajoute Mino Raiola.

      Inévitablement, à 33 ans, c'est la question de la fin de carrière du joueur parisien qui est revenue au premier plan. A ce sujet, son agent ne préfère pas trop se mouiller: "Est-ce qu'il finira au PSG? Je ne sais pas", tempère-t-il. Avant de préciser l'état de fraicheur de celui qui a commencé à faire ses preuves à l'Ajax: "Il est en pleine forme. Après, je ne sais pas s'il va rester huit ans au PSG. Mais il peut jouer jusqu'à 42-43 ans", assure-t-il.

      Des paroles qui vont à l'encontre des dires de Zlatan, qui déclarait au mois d'août dernier vouloir arrêter sa carrière à 34 ans, soit à l'issue de son contrat avec le PSG: "Je ne me vois pas continuer à ce niveau à cet âge", avouait-il au moment de débuter la saison.








    • Mondial 2022 au Qatar: hiver ou été, "nous serons prêts" - 06/03/2015

      "Nous serons prêts", a assuré M. Al-Thawadi lors d'une intervention de quarante minutes durant une conférence sur le sport à New York. "Avec chaque jour qui passe et la progression des travaux, les gens vont se rendre compte que ce tournoi en 2022 va changer les choses", a-t-il poursuivi.

      Le groupe de travail de la Fifa, réuni le 22 février à Doha, a recommandé l'organisation en hiver du Mondial-2022 au Qatar, de fin novembre à fin décembre, pour éviter les chaleurs étouffantes de l'été et ne pas coïncider avec les JO d'hiver. La décision finale reviendra au Comité exécutif de la Fifa, qui se réunira les 19 et 20 mars à Zurich (Suisse).

      "Quelle que soit la décision de la communauté internationale de football, nous la soutiendrons", a-t-il assuré. Le patron du comité d'organisation de la Coupe du monde au Qatar a par ailleurs assuré que son pays n'avait pas acheté sa désignation en corrompant certains décideurs. "Nous avons toujours dit que notre candidature était intègre", a-t-il insisté.








    • Voici l'adversaire d'Anderlecht en 1/4 de finale de la Youth League - 06/03/2015

      Anderlecht recevra Porto le 18 mars à 19h00 au stade Constant Vanden Stock en quarts de finale de l'UEFA Youth League, la Ligue des champions des U19, a indiqué le club bruxellois jeudi.

      Le Sporting a atteint les quarts de finale après avoir éliminé le FC Barcelone (1-0), tenant du titre, également au Parc Astrid. Cette rencontre a été suivie par 12.871 spectateurs, ce qui constitue un record pour une compétition de jeunes, selon l'UEFA. Porto avait sorti le Real Madrid en 8e de finale.

      Les quarts de finale sont joués en une manche.

      Programme des quarts de finale

      Chelsea (Ang) - Atletico Madrid (Esp) 10/03 (16h)

      Benfica (Por) - Shakhtar Donetsk (Ukr) 17/03 (17h)

      AS Rome (Ita) - Manchester City (Ang) 17/03 (18h)

      Anderlecht (BEL) - FC Porto (Por) 18/03 (19h)








    • Un club du top européen veut Mbemba - 06/03/2015

      Après Arsenal, l'Atletico Madrid et Newcastle, c'est une autre grande écurie européenne qui n'est pas indifférente aux qualités du jeune Anderlechtois Chancel Mbemba.

      A seulement 20 ans, on peut dire sans prendre trop de risque que le Belgo-Congolais quittera le parc Astrid à la fin de cette saison. Et la piste la plus chaude n'est autre que le FC Porto!

      Pas si étonnant que ça, finalement, quand on observe les bonnes relations qu'entretiennent les deux clubs en ce moment. Après les transferts de Rolando et de Defour, c'est peut-être un autre coup juteux que réserve Luciano D'Onofrio à la maison mauve.

      Certaines sources affirment même qu'un accord aurait été trouvé entre Porto et Anderlecht. A prendre au conditionnel.








    • Thiam en grande forme à l'Euro d'athlétisme ! - 06/03/2015

      Nafissatou Thiam a entamé le pentathlon des championnats d'Europe en salle sur les chapeaux de roue vendredi matin lors de la journée d'ouverture dans la capitale tchèque de Prague.

      Candidate à une des trois places sur le podium final, notre compatriote a en effet égalé son record personnel au 60 mètres haies, qu'elle a couvert en 8,42 secondes, soit le 5e chrono du jour sur cette distance. Il lui vaut 1035 points.

      La Britannique Katarina Johnson-Thompson qui a été la plus rapide des 14 concurrentes en lice en 8.18, est en tête du concours avec 1088 points. La Française Antoinette Nana Djimou (8.25) et la championne du monde indoor néerlandaise Nadine Broersen (8.31) ont pour leur part été créditées des 2et et 3e chronos.

      Thiam doit encore prendre part aux concours de hauteur et de poids en matinée. La longueur et le 800 mètres final se disputeront l'après-midi.

      Thiam, 20 ans, sportive belge de l'année 2014, médaillée de bronze de l'heptahlon de l'Euro en plein air de Zürich l'année passée, 6e indoor à Göteborg il y a deux ans, a reçu une invitation pour cet Euro de Prague où elle compte améliorer son record personnel de 4.558 points établi en février 2013.

      Elle n'a toutefois pas été en mesure de se préparer comme souhaité en raison d'une grippe et de ses examens universitaires. Ce qui ne l'a pas empêché de courir une première fois le 60 m haies en 8.42 fin janvier.








    • Voici les 10 footballeurs en activité les plus riches; devinez qui est en tête... - 06/03/2015

      Le célèbre site Goal.com s'est amusé à faire des comptes… Il a fait un top 10 des joueurs en activité les plus riches, ou du moins ceux qui ont accumulé le plus de richesse.

      Sans surprise, c'est le Ballon d'Or 2014, Cristiano Ronaldo, qui est en tête de lise. C'est qu'en plus d'un joli salaire au Real depuis de longues années, il est l'icône (physique) du football. On ne compte plus les publicités, les partenariats, les sponsors (Toyota, Herbalife, Samsung, Nike) qui se l'arrachent, sans oublier son propre business: une ligne de sous-vêtements pour homme.

      Pas (encore) de Belge dans ce top 10, même si Eden Hazard pourrait bien y figurer dans quelques années, s'il gère bien sa carrière sportive – mais aussi son image de marque…

      Le top 10:

      1. Cristiano Ronaldo (30 ans, Real Madrid): 210 millions d'euros
      2. Lionel Messi (27, Barcelona): 200 millions
      3. Neymar (23, Barcelona): 135 millions
      4. Zlatan Ibrahimovic (33, PSG): 105 millions
      5. Wayne Rooney (29, Manchester United): 103 millions
      6. Kaka (32, Orlando City): 96 millions
      7. Samuel Eto'o (33, Sampdoria): 87 millions
      8. Raul (37, Al-Sadd): 85 millions
      9. Ronaldinho (34, Queretaro): 83 millions
      10. Frank Lampard (36, Manchester City): 80 millions








    • Rallye du Mexique: Ogier prend les devants - 06/03/2015

      Sébastien Ogier (VW-Polo) est en tête du Rallye du Mexique après les deux premières super-spéciales (ES1 et ES2) disputées jeudi soir à Guanajuato, Silao et León, les trois villes qui accueillent la 3e manche du Championnat du monde (WRC).

      Le Français a pris les commandes du premier rendez-vous sur terre de la saison au terme de la deuxième super-spéciale, 4,60 km entre la ville industrielle de Silao et León, camp de base du rallye. Escorté par les cris des jeunes mexicaines, il avait terminé 3e de la courte super-spéciale d'ouverture (1,01 km) disputée dans les rues et tunnels au pavé glissant de Guanajuato. Il avait été devancé de 4/10e par Thierry Neuville (Hyundai i20).

      Le Mexique réussit au Belge qui y a accroché le premier podium de sa carrière, en 2013 (3e). En 2014, sur une Hyundai encore en rodage, il s'était à nouveau hissé sur l'ultime marche du podium.

      Sébastien Ogier garde aussi d'excellents souvenirs des hauteurs cactées de l'Etat de Guanajuato.

      Le champion du monde en titre, et vainqueur des deux premières épreuves de la saison, a remporté les deux dernières éditions de ce rallye dont il est encore le grand favori.

      Ogier comme Neuville seront toutefois handicapés vendredi et samedi par leur ordre de départ. Respectivement premier et deuxième du championnat WRC, ils devront balayer les pistes poussiéreuses du Mexique.

      "Même si ma position de départ est difficile, on ne sait jamais...", a dit Ogier jeudi au terme du shakedown (dernière séance d'essais) dans lequel il a signé le meilleur temps. "J'adore ce rallye et le profil des étapes, a t-il ajouté, je vais essayer d'aller le plus vite possible et on fera le bilan au terme de chaque journée".

      Après ces deux spéciales en nocturne, les voitures du WRC vont batailler vendredi sous le plombant soleil mexicain. La chaleur et l'altitude (1800 à 2800 m) mettront les moteurs à rude épreuve tout au long des 400 km chronométrés (21 spéciales).


    • Rome saccagée par des supporters de Feyenoord: plus de 8 millions de dégâts ! - 06/03/2015

      Les réparations nécessaires pour la remise à neuf de la fontaine Barcaccia sont évaluées à 75.000 euros. La récente restauration de ce monument a coûté 209.000 euros à la ville de Rome, une somme considérée comme perdue. 1,2 million sont également nécessaires pour la restauration de la fontaine Bernini, évaluée à 60 millions d'euros.    

      La ville de Rome a également soutenu le fait que son image avait été salie ce qui risque d'affecter le tourisme, ce que Rome évalue à une perte de 3 à 4 millions d'euros. Les dégâts constatés sur les bus de la ville ont été évalués à près de 100.000 euros alors que le nettoyage après le passage de ces "Hollandais non civilisés" aurait coûté 40.000 euros.   

      Des étudiants néerlandais du Gymnasium Celeanum de Zwolle ont réuni près de 3.000 euros pour la réparation de la fontaine Barcaccia. Une aide fortement appréciée par les autorités italiennes qui comptent montrer les dégâts aux 108 étudiants néerlandais qui se sont déplacés dans la capitale.       

      Pour rappel, la rencontre s'était soldée sur le score de 1-1. L'AS Rome s'était ensuite imposée 1-2 au Kuip et s'était qualifiée pour les 8e de finale.  
           








    • "Il ne faut que des femmes glamours avant les départs en F1", ordonne Ecclestone ! - 06/03/2015

      Selon un e-mail personnel adressé à Cyril Abiteboul, l'ancien propriétaire de Caterham, Bernier Ecclestone, fait part d'un souhait plutôt particulier.

      Le "grand argentier" de la Formule 1 aimerait en effet ne voir que des femmes glamours sur le tarmac avant le début des courses.

      Dans ce document qui a fuité, la patron britannique explique qu'il ne faudrait donner des pass d'accès qu'à des célébrités: "Parce que ce n'est pas tant une affaire sportive, mais surtout un show-business", trouve-t-il.

       








    • "Montre tes seins aux copains": le médecin de Chelsea est-elle trop belle pour la Premier League ? - 06/03/2015

      Eva Carneiro fait décidément souvent parler d'elle, sans le vouloir. La physiothérapiste de Chelsea est en effet une jolie brune d'une quarantaine d'année. Elle accompagne toujours l'équipe et est présente lors de toutes leurs rencontres, prête à intervenir à la moindre blessure d'un Blue.

      Depuis quelques années, elle est souvent prise en photo, on parle beaucoup du fait qu'elle vieillisse décidément très bien, on la compare à Diego Costa qui a l'air plus vieux qu'elle tout en ayant 15 ans de moins… Bref, vous voyez le genre.

      Ce petit succès a forcément des mauvais côtés. L'un d'eux est lié, vous l'aurez compris, à la poésie des supporters adverses, qui ont commencé a proféré des chants sexistes très déplacé dès qu'Eva Carneiro passait près d'eux. Le plus célèbre est désormais: "Get Your Tits Out For The Lads", soit en français "Montre tes seins pour les copains", que l'on peut apprécier dans la vidéo ci-dessous.

      Alors que des attitudes racistes ont été lourdement sanctionnées, ces chants sexistes sont souvent considérés comme "amusants" par le monde du foot. Le débat bat son plein car heureusement, en Angleterre, tout le monde n'est pas d'accord…

      Du coup, la Fédération anglaise est en train de discuter formellement d'éventuelles sanctions à prendre en cas de chants sexistes. Cela en irrite plus d'un, qui soulèvent la question: "Eva Carneiro est-elle trop belle pour être en Premier League?", comme si les supporters étaient des primates et ne pouvaient pas se retenir devant une jolie femme…












    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Plus de 46.000 comptes Twitter sont liés à l'EI - 06/03/2015

      (Belga) Au moins 46.000 comptes Twitter étaient liés au groupe de l'Etat islamique (EI) fin 2014, selon une étude américaine qui met en garde contre la tentation d'une censure trop généralisée de ces comptes.

      "Nous estimons que de septembre à décembre 2014, au moins 46.000 comptes Twitter étaient utilisés par des partisans de l'EI, même si tous n'étaient pas actifs en même temps", indique le rapport publié par la Brooking Institution et financé par Google Ideas. D'après une analyse des données géographiques des tweets (localisation revendiquée, fuseau horaire), la majorité des abonnés habitent dans des régions tenues par l'EI en Syrie et en Irak, mais aussi en Arabie saoudite. Les trois-quart des comptes favorables à l'EI sont en arabe, et un cinquième en anglais, le français comptant pour 6%. Les comptes soutenant l'EI ont en moyenne 1.000 abonnés, soit "bien plus qu'un compte habituel". Et beaucoup des succès de l'EI sur le réseau social "peuvent être attribués à un relativement petit groupe d'utilisateurs hyper-actifs", selon le rapport. Sur le dernier trimestre 2014, au moins 1.000 comptes ont été désactivés par Twitter, mais le chiffre réel peut-être en réalité largement supérieur, indique le rapport. Mais les auteurs du rapport invitent Twitter à ne pas avoir la main trop lourde, malgré la pression de certains gouvernements ou responsables politiques occidentaux. Certes, il serait possible de cibler beaucoup plus les suspensions de comptes et d'avoir un effet "dévastateur" pour la visibilité de l'EI, estiment-ils. Mais ils ne recommandent pas une telle approche car elle conduirait notamment à "isoler" les partisans de l'EI sur Twitter, en les contraignant à adopter un fonctionnement en vase clos favorisant la radicalisation. Les auteurs invitent les réseaux sociaux et l'administration américaine à travailler ensemble pour définir des règles de désactivations des comptes. Pour l'instant, les réseaux sociaux appliquent ces suspensions "sans aucun contrôle et sans rendre de compte" à quiconque, regrettent-ils. (Belga)








    • Dig Rush, un jeu vidéo pour lutter contre... les problèmes de vue - 06/03/2015

      Lier l’utile à l’agréable, telle est la mission du développeur et éditeur de jeux vidéo Ubisoft, connu pour ses séries populaires telles que Assassin’s Creed, Far Cry ou encore Rayman.

      En effet, la société française s’est alliée à Amblyotech, une compagnie qui s’est spécialisée dans le traitement de l’amblyopie, une acuité visuelle basse touchant principalement les enfants et provoquant des troubles de la vue. Un phénomène qui se traduit généralement par un « œil fainéant » (comme on l’appelle en anglais), qui explique pourquoi certains enfants portent un gros pansement sur un œil pour entraîner l’autre.

      Ubisoft a utilisé la méthode brevetée d’Amblyotech pour développer un jeu vidéo, Dig Rush, qui traitera non pas un mais bien les deux yeux en contrastant différentes couleurs aux teintes bleues et rouges.

      Les enfants pourront jouer au jeu chez leur médecin sur une tablette et les lunettes stéréoscopiques requises. Le médecin assurera ainsi un suivi à chaque cas spécifique. Avant d’exporter cette méthode, Amblyotech doit encore obtenir les droits nécessaires auprès des instances publiques américaines compétentes.

      Retrouvez la vidéo de Digh Rush sur Gameplay : http://www.gameplay.be/trailers/44642/1/Ubisoft-combat-la-malvoyance-avec-un-jeu

      La PlayStation 4 se vend plus vite que les précédentes consoles : http://www.gameplay.be/actualite/44621/1/PlayStation-4-console-la-plus-vite-vendue-dans-lhistoire-de-Sony

      Rock Band 4 annoncé, sortez votre guitare en plastique : http://www.gameplay.be/trailers/44641/1/Rock-Band-4-officiellement-annonc-








    • Les sports professionnels en pleine mutation avec les nouvelles technologies - 06/03/2015

      Nouveaux angles de vue grâce aux drones, technologies qui vous donnent l'impression d'être au premier rang au bord du terrain, ou influence des réseaux sociaux sur les contrats des stars: le sport professionnel assaisonné de nouvelles technologies est en pleine mutation.

      Dans quelques années les fans de sport à la télévision vont pouvoir vivre les grands événements sportifs d'une manière tout à fait nouvelle, équipés de casques de réalité virtuelle qui leur offriront un ressenti inédit.

      Imaginez-vous assis au premier rang, juste derrière le parterre de fleurs, sur le cour central de Roland Garros le jour de la finale, ou au pied du ring à Las Vegas pour un combat de boxe poids lourds... Tout en étant tranquillement installé dans votre canapé.

      "Les gens sur leur canapé pourront vivre un match de basket comme s'ils étaient assis au pied du panier. C'est incroyable", se réjouit David Blitzer, co-propriétaire de l'équipe de NBA des 76ers de Philadelphie.

      Cette vision futuriste n'est qu'un des exemples présentés au Sport Business Summit qui se tient cette semaine à New York, sur la manière dont les nouvelles technologies transforment le sport de haut niveau.

      Pour l'heure, la technologie des casques de réalité virtuelle en est encore "à ses balbutiements", prévient Jens Christensen, patron de Jaunt VR, spécialisé dans ces appareils qui inondent la vue et l'ouïe et permettent quasiment de se soustraire à l'environnement immédiat.

      Mais, lorsque les casques seront au point, ils auront le potentiel de totalement révolutionner la façon dont le sport est vécu par les spectateurs.

      "Ce sera presque un medium à part entière", prédit M. Christensen.

      Le co-propriétaire de l'équipe de basketball des Celtics de Boston, Wyc Grousbeck, est un peu circonspect quant à cette perspective.

      Le sport, la foule qui se lève comme un seul homme lorsqu'un beau panier est marqué, l'émotion du stade, sont difficilement transposables par le biais des seuls écrans, juge-t-il.

      Un match, "c'est un événement qui transcende le simple smartphone", fait valoir M. Grousbeck.

      - 'Le sport éclipse tout' -

      Mais pour Eric Shanks, patron de Fox Sports Media Group, un des poids lourds du marché, "vu sous le prisme des nouveaux médias, le sport éclipse tout".

      Dans ses cartons, son groupe a pour projet de filmer une course de cyclo-cross à l'aide de drones pour proposer un angle nouveau aux spectateurs assis devant leur téléviseur.

      Pour les athlètes aussi les cartes sont totalement rebattues.

      Certaines sociétés offrent aux équipes de creuser dans des millions de posts sur les réseaux sociaux pour voir si un athlète en particulier mérite un contrat plus important au regard de son attractivité sur la toile.

      General Sentiment, une société d'analyses de données basée à New York, se propose, elle, d'établir le profil des supporters d'un athlète donné à partir des réseaux sociaux afin d'aider les annonceurs à cibler au mieux les groupes qu'ils souhaitent toucher.

      Si, par exemple, sur Twitter une majorité de "followers" d'une équipe ou d'un joueur semblent préférer une marque de voiture à une autre, la marque en question pourrait être approchée en vue d'un futur contrat de sponsoring, selon Asher Feldman, directeur de la firme Strategic Analytics.

      Mais avec la multiplication des supports sur lesquels les événements sportifs sont regardés, va rapidement se poser la question des droits de retransmission.

      Selon Eric Shanks, 80 millions de personnes regardent des événements sportifs retransmis par Fox depuis un appareil mobile.

      Quid alors des contrats entre ligues et chaînes de télévision, comme celui de neuf ans dévoilé en octobre entre la NBA et les chaînes TNT et ESPN?

      "Qui enchérira pour ces droits" dans dix ou douze ans?, s'interroge David Blitzer des 76ers de Philadelphie.








    • Votre ordinateur est infecté de virus et inutilisable ? Cette clé USB peut le sauver, nous l'avons essayée - 06/03/2015

      C'est le mal du 21e siècle: des milliers de personnes, pour ne pas dire des millions, sont victimes chaque jour de l'infection… de leur ordinateur.

      Certains vont même jusqu'à en acheter un autre, pensant que tout est perdu, que leur machine est trop lente parce qu'elle a "déjà" 4 ans. Souvent, c'est à cause de la présence de virus, ou plutôt de logiciels malveillants au sens large, qui monopolisent les ressources de l'ordinateur pour en analyser le contenu, transmettre des informations à des serveurs, lancer des fenêtres 'pop-up'.

      Dans la plupart des cas, ces 'malwares' sont tellement envahissants qu'ils paralysent les ordinateurs moins récents (et donc moins puissants), rendant également inutilisables les logiciels antivirus.

      Impossible de scanner le disque dur, et donc d'isoler ces petits logiciels pour les empêcher de nuire.


      Un antivirus qui n'a pas besoin de Windows !

      Dans ces cas les plus désespérés, il devient alors nécessaire de réinstaller complètement Windows. Un processus long qui entraîne la perte de données personnelles… pour autant qu'on puisse retrouver le CD d'origine (ce qui pour la plupart des gens est un casse-tête).

      Mais il y a une alternative, et elle permettra même conserver toutes les données personnelles: le FixMeStick. Il s'agit d'une clé USB qui contient plusieurs logiciels de sécurité (Kaspersky, Sophos et Vipre), et qui le gros avantage de tourner sous son propre système d'exploitation.

      L'ordinateur n'a donc pas besoin de démarrer Windows (ou Mac OS) pour faire tourner les antivirus. Il démarre le propre OS du stick USB, une interface assez simplifiée qui vous permet d'analyser le disque dur, de repérer les logiciels malveillants et de les empêcher de nuire.

      De plus, cela empêche les virus et autres spyware d'être actifs, car ils se lancent automatiquement au démarrage de Windows.



      fix2Et dans la pratique ?


      Voilà pour la théorie. Nous sommes passés à la pratique en essayant de redonner vie à un 'vieil' ordinateur portable sous Windows Vista, qui mettait environ 10 minutes à démarrer, pour être ensuite pratiquement inutilisable. Nous avions auparavant essayé de supprimer les logiciels suspects et de faire tourner un antivirus, mais l'ordinateur se paralysait au bout de quelques tentatives.

      Dans un premier temps, vue la lenteur de la machine, nous avons essayé la manière forte: forcer le démarrage immédiat à partir de la clé USB, en appuyant sur F8, F9, F10, F11 ou F12 juste après avoir allumé l'ordinateur.

      Des options de démarrage ont fini par apparaître, mais jamais la possibilité de lancer immédiatement l'OS du stick USB. Une opération plus délicate, sans doute réservée aux experts.


      Un peu de patience

      Nous avons dès lors suivi la procédure standard: démarrer Windows normalement, puis dès que possible lancer le fichier "FixMeStick.exe" présent sur la clé USB. Comme l'ordinateur était très lent, cela a pris 15 bonnes minutes avant que le petit programme s'exécute.

      Il a alors redémarré l'ordinateur dans le mode adéquat, à savoir l'OS du stick USB, qui a dès lors pu faire son job comme promis.

      Après deux bonnes heures, le scan minutieux était terminé, et les (très nombreux) logiciels malveillants mis en quarantaine.

      Quelques heures plus tard, l'ordinateur était mis à jour sans trop de souci, avec les dernières versions de Windows Vista, et à nouveau utilisable comme au premier jour (même si la batterie n'a plus que quelques minutes d'autonomie…).

      Du bon travail, donc.

      Le FixMeStick est dispo sur internet et chez Vandenborre au prix recommandé de 59€. Cependant, les antivirus qu'il contient seront véritablement efficaces durant 1 an: après, il faudra payer pour les maintenir à jour.

      Ce petit appareil ne servira donc peut-être qu'une seule fois, mais cela vous évitera d'acheter un nouvel ordinateur ou de faire appel à un professionnel pour récupérer vos données privées.








    • Plus d'un mineur sur deux risque d'être exposé à de la pornographie en ligne - 05/03/2015

      (Belga) En Belgique, plus de la moitié (57,6%) des utilisateurs des technologies de contrôle parental de Kaspersky Lab ont été confrontés à de la pornographie, signale jeudi la société de protection informatique Kaspersky dans un communiqué. Celle-ci a mené une enquête internationale intitulée 'Children Online', se basant sur le comportement des utilisateurs de ses logiciels et sur un sondage mené auprès de 11.000 personnes ayant des enfants âgés de 16 ans et moins dans 23 pays, dont la Belgique.

      L'enquête révèle que plus de deux tiers (68%) des utilisateurs de technologies de contrôle parental ont été confrontés à du contenu en ligne inapproprié, bloqué ou non par les logiciels de contrôle parental. En Belgique, plus de la moitié (57,6%) des utilisateurs ont été confrontés à de la pornographie, plus d'un tiers (34,5%) ont atterri sur des sites web consacrés aux jeux de hasard et un peu plus d'un cinquième (22,3%) sont arrivés à leur insu sur des sites web dédiés aux armes, révèle l'étude. La part des sites web consacrés aux jeux de hasard en Belgique (34,5%) est bien supérieure à la moyenne mondiale (26,6%). La Chine, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Russie sont les pays où la fréquence de détection a été la plus élevée, selon Kaspersky Lab. Dans le monde, le contenu pour adultes constitue la principale menace avec, en Allemagne, 172 détections par utilisateur, en Chine, 144 détections par utilisateur et aux Etats-Unis, 126 détections. En Belgique, ce problème est également fréquent, avec 129 détections de contenu pornographique enregistrées en moyenne par utilisateur belge. L'étude révèle enfin que seuls 22% des parents ayant un enfant âgé de 16 ans ou moins utilisent un contrôle parental sur internet. (Belga)








    • BILAN: 6 tendances et gadgets du MWC de Barcelone - 05/03/2015

      SAMSUNG MISE SUR SES COURBES. Pour récupérer sa place de numéro un mondial des fabricants de smartphones fortement contestée par Apple en 2014, Samsung se devait de réagir. Le groupe sud-coréen a dévoilé deux nouveautés à Barcelone dont une "phablette", entre le smartphone et la tablette, le S6 Galaxy Edge, réponse directe à l'iPhone 6 Plus, qu'il espère voir se démarquer grâce à son écran incurvé des deux côtés et sa recharge sans fil.

      LA 5G DEJA UN ENJEU MAJEUR. Pas attendue avant 2020 et sans définition précise pour l'instant, la future norme 5G est pourtant déjà au coeur des discussions. Le Chinois Huawei prévoit par exemple d'investir 600 millions de dollars en trois ans dans ce réseau, qui devra supporter entre autres le déploiement massif de l'internet des objets. Et l'Europe s'agite pour rester dans la course.

      CASQUES DE REALITE VIRTUELLE. Le groupe taïwanais HTC a dévoilé son casque de réalité virtuelle Vive, un nouveau concurrent de l'Oculus Rift, filiale de Facebook. Les nouveaux modèles sont reliés aux contenus présents dans les smartphones, permettant de jouer à des jeux ou de regarder des vidéo à 360 degrés.

      DES MONTRES CONNECTEES LUXUEUSES. Les montres connectées ressemblent de plus en plus... à des montres. Après les écrans rectangulaires et à affichage digital, la mode est aux cadrans, aux bracelets métalliques ou en cuir, qui rappellent plus l'horlogerie de luxe. C'est le cas du modèle Watch Urbane LTE du sud-coréen LG Electronics, compatible 4G sans avoir besoin d'être reliée à un smarphone. La Huawei Watch propose elle un verre saphir et 40 fonds d'écran interchangeables. Apple, grand absent de Barcelone, reste lui fidèle à un design plus moderne pour sa future Apple Watch, attendue en avril.

      LA REGULATION DU WEB. La venue du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg dans la cité catalane a été l'occasion d'ouvrir le débat sur l'émergence possible d'un internet à deux vitesses - payant et très rapide ou gratuit et standard - si les fournisseurs d'accès étaient autorisés à moduler la bande passante. Le président du régulateur américain des télécoms (FCC), Tom Wheeler, a pour sa part défendu le maintien d'une "neutralité" du net, assurant qu'elle n'aurait pas de conséquences pour les entreprises du secteur.

      OBJETS CONNECTES EN TOUT GENRE. Johnnie Walker a présenté une bouteille de whisky qui offre du contenu supplémentaire, recettes de cocktails etc, en scannant une puce. La société californienne Bluesmart a elle fabriqué une "valise intelligente" qui promet de réduire le stress des voyageurs. Elle se pèse en effet elle-même et peut être suivie en permanence via une application.

       








    • Marseille: dans les quartiers nord, des jeunes sont formés à l'informatique - 05/03/2015

      Au terminus nord du métro marseillais, dans un laboratoire équipé d'imprimantes 3D et de fers à souder, vingt-quatre jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville viennent de se lancer dans une formation intensive au code informatique.

      "Depuis mon tout jeune âge, l'informatique c'est ma passion", lâche d'une voix douce, Salim, "chaud à 2.000%" pour s'investir dans le programme, dont les participants ont 24 ans en moyenne.

      Cette formation s'ouvre cette semaine à l'École Centrale de Marseille, en partenariat avec la start-up sociale de Montreuil (Seine-Saint-Denis) Simplon.co, alors que vendredi se tient à Matignon un Comité interministériel sur l'égalité et la citoyenneté, comportant un volet numérique.

      "Parfois, j'ai des petites idées de projet qui me passent par la tête (et) j'aimerais bien me lancer moi-même, aller vers les entrepreneurs", explique le jeune homme, tempes rasées et mèche de footballeur, lors de son entretien de motivation, auquel l'AFP a pu assister.

      Mais les diplômes tunisiens de Salim, "pas reconnus ici" et des notes jugées insuffisantes en mathématiques, lui ont fermé les portes d'une licence en informatique.

      Avec un score de "17 badges" aux épreuves de présélection en ligne -- les 46 candidats initiaux devaient suivre, sans pré-requis, les tutoriaux des sites de formation en ligne Code School et Codecademy -- le jeune homme est pourtant dans "le haut du panier", note Erwan Kezzar, co-fondateur de Simplon.co, qui conduit l'entretien.

      - 'Une page Facebook avec 400.000 fans!' -

      "Et tu as une page Facebook avec 400.000 fans!", s'exclame l'expert en innovation numérique qui pianote sur son ordinateur portable: "comment s'appelle-t-elle ?"

      "La page qui n'a pas de nom", répond calmement Salim. "Bien joué!", dit Erwan, interloqué: "c'est venu comme ça ou tu as fait un travail pour aller chercher des gens, des buzz ?".

      Salim détaille sa méthode: "échanger avec d'autres pages", "être régulier dans les publications" et ... afficher la photo d'une jolie fille, souligne Erwan.

      "Growth hacker!" [pirate de croissance, ndlr], pointe le connaisseur qui identifie cette stratégie marketing, consistant à générer du trafic sur une page par tous les moyens: "Mais je peux vous montrer les messages: les personnes croient vraiment que c'est une fille", glisse Salim dans un sourire.

      Avec 35 badges, Lydia tient pour sa part le record des postulants de la matinée. "J'aime trop les maths", dit-elle, s'excusant presque d'avoir dévoré tous les cours d'HTML en ligne, comme 40% du programme Java Script et Ruby.

      "Pour moi le codage c'est vraiment de la réflexion", dit la lauréate d'un bac scientifique égyptien, mention très bien: "réfléchir pour arriver à ce qu'on veut: taper, taper, taper et après on visualise, on sent ce qu'on a fait concrètement".

      Son objectif, au terme de cette formation gratuite financée pour moitié par l'État -- l'équivalent coûte minimum 12.000 dollars aux États-Unis, note Erwan --, et qui débouche sur six mois d'apprentissage ? "Être technicien", avec un rêve d'enfance: l'aéronautique. En fouillant sur internet, Lydia a repéré un ancien élève de Centrale Marseille, devenu ingénieur commercial en informatique à Paris: "il gagne bien sa vie (...) il bouge".

      Lorsque Lydia se lève pour rejoindre les trois autres membres du groupe avec lesquels elle doit, parallèlement aux entretiens, dessiner le blason -- un graphisme, trois valeurs, trois projets, un slogan -- de sa future équipe, Erwan confie qu'il voit en elle un profil semblable à celui de Parisa Tabriz, la "security princess" - responsable de la sécurité informatique - irano-américaine de Google.

      Vient le tour de Steven. Après quatre ans dans l'armée, où il conduisait les camions informatiques déployés sur les terrains d'opération. Lui cherche à se reconvertir dans le social où il a déjà contribué à l'évangélisation" informatique de parents d'enfants en difficulté.

      "Je suis autodidacte", dit-il, sans détour, avant d'égrener ses nombreuses expériences -- maintenance, développement de sites -- et les longues nuits passées devant son écran. "J'ai un truc, c'est que quand j'ai un problème (...) il faut que je le règle", dit-il.

      "Eh bien écoute, j'en sais assez", lâche Erwan, enthousiaste. Les trois candidats ont fait leur rentrée lundi.








    • L'Europe se dégonfle: vous allez continuer à payer (cher) l'utilisation de votre téléphone à l'étranger - 05/03/2015

      La fin des frais d'itinérance, ou "roaming", ne devrait pas se concrétiser en Europe avant plusieurs années, les Etats membres ayant proposé mercredi de fixer à 2018 la prochaine étape en vue de leur disparition.

      Le Conseil, qui représente les Etats, a adopté son mandat de négociation avec le Parlement européen concernant le "paquet télécom" proposé par la précédente Commission européenne.

      Le Parlement avait voté en avril 2014 ce texte qui prévoyait notamment que plus aucun surcoût ne soit imposé, à la date du 15 décembre 2015, aux usagers qui utilisent leur téléphone portable dans un autre pays de l'UE que le leur.

      La pression des opérateurs

      Mais le texte devait ensuite être approuvé par les Etats, et les ministres européens des télécommunications ont longtemps affiché leur propres divergences sur le sujet. En coulisses, il est clair que les opérateurs ont réussi leur lobbying pour convaincre les politiques.

      Le mandat de négociation avec le Parlement finalement adopté mercredi prévoit la mise en place d'un nouveau mécanisme de prix. Celui-ci rendra meilleur marché pour les usagers l'utilisation de leur téléphone portable lorsqu'ils voyagent dans l'UE.

      Une certaine limite qui reste à fixer...

      Dans une certaine limite qui reste à fixer, les consommateurs pourront en effet passer et recevoir des appels, envoyer des SMS et transférer des données sans coût supplémentaire. Mais au-delà de ce seuil, les opérateurs pourront toujours appliquer des frais.

      Les Etats se sont mis d'accord pour demander à la Commission "d'évaluer, d'ici mi-2018, quelles mesures supplémentaires pourraient être nécessaires pour éliminer à terme les frais d'itinérance".

      Verhofstadt s'énerve

      Le président du groupe des Libéraux (ADLE) au Parlement européen, le Belge Guy Verhofstadt, s'est immédiatement insurgé dans un communiqué contre cette position, la jugeant "extrêmement décevante".

      "Dire que ce texte manque d'ambition est un euphémisme", ajoute-t-il, prévenant que son groupe politique ne l'acceptera pas, car "les seuls gagnants sont les opérateurs de télécoms nationaux". "Les Etats membres devraient rougir de honte", a-t-il conclu.








    • Les cyberattaques sur smartphones vont exploser en 2015 - 05/03/2015

      "Le marché du mobile est régi par l'innovation et se concentre sur l'ajout de fonctionnalités liées au marketing plutôt que sur la sécurité et le respect de la vie privée", résume James Lyne, interrogé en marge du Congrès mondial de la téléphonie mobile qui s'achève jeudi à Barcelone.

      Responsable de la sécurité globale chez Sophos, il pointe du doigt la responsabilité des fabricants dans l'insuffisante sensibilisation des consommateurs, qui sont seulement 40% à utiliser un code PIN.

      Lors de la présentation dimanche du Galaxy S6 à Barcelone, Samsung a insisté sur son apparence, sa recharge sans fil ou la qualité de son appareil photo mais pas sur sa protection anti-virus.

      Pourtant, explique à l'AFP Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France, "on vit avec les smartphones ce qu'on a expérimenté avec les PC il y a 15 ans. Il y a de plus en plus de problèmes de sécurité car avec leur puissance de calcul ce sont de véritables petits ordinateurs, connectés en permanence".

      Des risques mais pas d'inquiétude

      L'étude la plus récente de cette société spécialisée dans les antivirus montre que 28% des utilisateurs ignorent tout ou presque des logiciels malveillants mobiles, faisant le jeu des cybercriminels.

      Chose plus surprenante, 26% des personnes interrogées ont conscience des risques mais ne s'en inquiètent pas.

      Cette irresponsabilité incite depuis deux ans environ les cybercriminels à viser davantage les smartphones.

      Selon Alcatel-Lucent, 16 millions de personnes en auraient été victimes en 2014.

      "On est sur des croissances en volume parfois supérieures à 400% de trimestre à trimestre", même si on reste encore loin des attaques sur ordinateur, indique David Grout, directeur Europe du Sud d'Intel Security.

      "C'est un vecteur de risque de plus en plus important, car les hackers ont à portée de main les nombreuses informations personnelles (...) en particulier financières", ajoute-il.

      Entrée ou haut de gamme, les mobiles de dernière génération ne sont en effet pas conçus dans une perspective sécuritaire, à la rare exception d'un modèle dédié comme le Blackphone 2 dévoilé lundi à Barcelone.

      Comme son prédécesseur lancé en 2014, ce smartphone prémunit en théorie son propriétaire des cyberattaques et de la surveillance des agences de renseignement.

      Pour plus de 600 dollars, le dernier modèle de l'entreprise Silent Circle, à la coque noire passe-partout, permet de passer des appels chiffrés avec un correspondant utilisant un smartphone classique.

      Il marche sur les plate-bandes de BlackBerry, à la peine dans son activité de vente de terminaux mobiles, en s'adressant en priorité aux entreprises.

      Celles-ci sont confrontées à des attaques majeures du fait que les appareils des salariés ne sont pas sécurisés.

      'Choc salutaire'

      Sur ce marché, le groupe français CS Communication et Systèmes a présenté à Barcelone une solution basée sur une carte mémoire micro-SD à insérer dans le terminal, pour protéger conversations et envois de données.

      "Les attaques ont lieu majoritairement aujourd'hui sur Android, une plateforme très ouverte qui détient plus de 80% de parts de marché", rappelle Tanguy de Coatpont.

      Mais iOS, le système d'exploitation d'Apple, jugé plus sûr que celui de Google, n'est pas complètement épargné.

      "Le mois dernier au Royaume-Uni, la version sur iPhone de l'application de rencontres gay Grindr a été piratée", révèle ainsi Sean Sullivan, chercheur chez F-Secure.

      Les hackers comptaient sur l'orientation sexuelle de leurs victimes pour qu'elles ne dénoncent pas au plus vite leurs agissements, souligne-t-il.

      "Il faudrait qu'un virus aussi puissant que Cryptolocker en 2013 voit le jour sur mobile pour provoquer un choc salutaire dans l'opinion publique", assure Sean Sullivan, en référence à ce "ransomware" originaire de Russie.

      Ce type de logiciel cryptait au départ les données des ordinateurs infectés et réclamait ensuite une rançon au propriétaire pour lui rendre ses données. Il cible désormais aussi les téléphones portables.

      Et même s'ils paient, les victimes ont une infime chance de récupérer leurs informations.

      Dans l'immédiat, les experts en sécurité informatique recommandent d'installer des logiciels antivirus scannant le trafic internet et de télécharger les applications seulement sur des plateformes officielles.








    • Jeu vidéo: les sorties du mois de mars qu'il ne faut pas manquer - 05/03/2015

      Et on commence avec Hotline Miami 2 : Wrong Number, un titre qui ne mise pas tant sur ses graphismes que sur son ambiance rétro et sa violence outrancière (jusqu’à être interdit en Australie à cause d’une scène de viol). Le jeu sortira sur PC le 10 mars, tandis que les versions PlayStation suivront ultérieurement.

      Vient ensuite Ori and the Blind Forest, un jeu de plates-formes exclusif à la Xbox One qui nous dépeint un univers poétique et très touchant, prévu pour le 11 mars.

      Si vous êtes plutôt amateurs d’action, ne manquez pas Battlefield Hardline, un dérivé de la célèbre série guerrière Battlefield, où les soldats se voient remplacés par des policiers et des criminels qui se livrent une guerre urbaine dans laquelle les joueurs peuvent recourir aux véhicules et autres gadgets du décor pour faire remporter la victoire à leur camp. Rendez-vous sur le champ de bataille le 19 mars.

      Et on termine avec Bloodborne, probablement l’un des titres les plus attendus sur PlayStation 4 : un jeu où l’on incarne un quidam qui atterrit dans une ville affectée par un mal qui déforme ses habitants pour les transformer en monstres. A vous de les terrasser avec une sorte de hache et un gros fusil dans ce titre qui s’annonce diablement difficile (forcément, puisqu’il est développé par la même équipe qu’un certain Dark Souls, lui aussi particulièrement hardcore). Bloodborne paraîtra le 25 mars.

      Rendez-vous sur Gameplay pour découvrir toutes les sorties de mars et leurs bandes-annonces : http://www.gameplay.be/dossiers/44585/1/Sorties-du-mois-Mars-2015

      Autres liens :

      Les grands sauts d’Assassin’s Creed sont mortels, selon une étude : http://www.gameplay.be/actualite/44588/1/Assassins-Creed-une-tude-prouve-que-le-saut-de-lange-est-mortel-

      Pourquoi les gens achètent-ils des consoles ? : http://www.gameplay.be/actualite/44586/1/Pourquoi-les-gens-achtent-des-consoles

       








    • Les smartphones vont enfin se recharger sans fil ! - 05/03/2015

      Ils ont reçu un coup de pouce important lors du Congrès mondial de la téléphonie mobile, le plus important du genre, qui s'est tenu de lundi à jeudi à Barcelone.

      Le groupe sud-coréen Samsung, numéro deux mondial du smartphone derrière l'Américain Apple au dernier trimestre 2014, a présenté dimanche soir son smartphone vedette, le Galaxy S6. Grande nouveauté, ce modèle peut être utilisé avec une recharge sans fil et Samsung promet un temps de charge réduit.

      Le géant du meuble suédois Ikea a aussi fait savoir depuis Barcelone qu'il lancera au printemps 2015 en Europe et en Amérique du Nord, puis dans le reste du monde, une ligne de tables de chevet, de lampes et de bureaux dotés de recharges sans fil.

      Avec ce système, il suffit de poser son téléphone portable sur une base pour qu'il se recharge, soit par induction, soit par transfert d'ondes, à condition d'être équipé d'un récepteur adéquat.

      Samsung et Ikea ont retenu la solution proposée par un consortium d'environ 200 entreprises et dénommée Qi. Selon ce consortium, créé en 2008, elle est aujourd'hui la plus répandue dans le monde, via des points de charge dans 3.000 hôtels, restaurants, aéroports et des espaces publics. Il assure aussi que plus de 80 modèles de smartphones, et 15 types de voitures et d'accessoires en sont équipés.

      'Un standard homogène'

      Ces annonces "vont permettre de faire un grand pas en avant", espère Inge Täuber, de l'entreprise allemande L&P Automotive, partie prenante de ce projet. Elle vante le côté pratique de la recharge sans fil: plus besoin pour les constructeurs de portables de fournir des câbles et pour les utilisateurs de les avoir tout le temps avec soi, de crainte de voir son téléphone s'éteindre.

      "Les gens n'ont pas à avoir peur que leurs bases de chargement deviennent obsolètes, car elles seront compatibles avec les nouvelles générations de smartphones", assure-t-elle.

      Pas de problème non plus pour les smartphones n'étant pas équipés d'un récepteur: il existe des adaptateurs, sous forme de coque de téléphone ou de petits accessoires, vendus une dizaine d'euros ou plus.

      Kevin Curran, membre de l'Institut des ingénieurs en électronique et électricité (IEEE) et enseignant en science informatique à l'université d'Ulster (Irlande du Nord), estime que 2015 "est probablement l'année de la recharge sans fil", avec la montée en puissance du standard Qi.

      Celui-ci est en concurrence avec deux autres standards, "PMA" et "A4WP", soutenus par environ 200 entreprises du monde des télécommunications, de l'informatique, de la fabrication de matériel électrique. Ceux-ci ont prévu de fusionner à la mi-2015 pour renforcer leur poids et "accélérer la croissance de ce marché naissant".

      Pour Inge Taüber, la concurrence de ces deux gros acteurs ne pose pas un réel problème à la définition d'un standard commun ou au développement de bases compatibles avec les différentes technologies.

      Il s'agit d'aller vers "un standard homogène", explique-t-elle. Chose que les constructeurs de téléphones portables n'ont pas réussi à faire pour l'instant, en dépit de la volonté notamment de l'Union européenne d'imposer des chargeurs universels d'ici 2016. Une première tentative de la Commission européenne pour y arriver en 2010 avait échoué.

      Difficile selon les analystes d'estimer pour l'instant le poids de ce nouveau marché. Le "Wireless Power Consortium" (standard Qi) chiffre à 50 millions le nombre de chargeurs vendus en 2014, année où les ventes mondiales de téléphones se sont montées à environ 1,8 milliard d'unités, selon le cabinet Gartner.


    • Gemalto relève ses prévisions pour 2017 malgré une baisse du bénéfice net - 05/03/2015

      Pour l'année en cours, Gemalto anticipe une "progression régulière du résultat annuel des activités opérationnelles", qui devrait grimper en 2017 à plus de 660 millions d'euros, soit plus que les 600 millions initialement annoncés, note le groupe dans un communiqué en mettant en avant l'impact positif du rachat de l'américain SafeNet, spécialiste de la protection des données et des logiciels.

      La société a par ailleurs relevé de 11% son dividende au titre de l'exercice 2014.

      Peu après l'ouverture de la Bourse de Paris, l'action perdait 1,66% à 71 euros.

      Gemalto, qui a récemment été secouée par la révélation de plusieurs attaques informatiques menées à son encontre en 2010 et 2011 par les services de renseignement américain et britannique, a confirmé que cette affaire n'aurait pas d'impact significatif sur ses comptes.

      "Personne n'a demandé de rappel de cartes" et "ce n'est pas notre intention de poursuivre ni le gouvernement américain ni le gouvernement anglais car ce sont des batailles très aléatoires, très longues et très coûteuses", a expliqué le directeur général de l'entreprise Olivier Piou.

      Le résultat net du groupe s'est élevé à 220,65 millions d'euros l'an dernier contre 257,9 millions d'euro en 2013. Le résultat net de ses activités opérationnelles, retenu comme indicateur de performance par le groupe, a toutefois augmenté de 10% à 383 millions d'euros, conformément aux objectifs de Gemalto.

      La différence est liée aux coûts considérés comme exceptionnels du chevauchement technique de deux plans d'actions gratuites distribuées aux salariées et du redéploiement aux Etats-Unis d'équipes basées notamment en Allemagne, a expliqué M. Piou à l'AFP.

      Succès des cartes à puces

      Les ventes de Gemalto en 2014 ont grimpé de 5% à taux de change constants, à 2,47 milliards d'euros.

      Sur son pôle "Mobile", le groupe a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 2% sur un an.

      Les ventes sont restées stable dans l'activité Logiciels embarqués et Produits. La présence croissante de l'internet des objets dans la vie quotidienne a toutefois permis une augmentation de 10% des ventes des produits de sécurité qui y sont associés.

      Le chiffre d'affaires a de son côté progressé de 7% dans l’activité Plateformes logicielles et Services, qui représente désormais 30% des ventes du groupe.

      Mais Gemalto a surtout profité de la bonne tenue du pôle "Paiement et Identité", dont les ventes ont augmenté de 9%.

      "Les cartes de paiement EMV (cartes à puce, ndlr) maintiennent une dynamique commerciale vigoureuse partout dans le monde", note le groupe. La montée en puissance de ce mode de paiement aux Etats-Unis a notamment permis au chiffre d'affaires de progresser de 32% dans ce pays.

      Dans l'activité "Identité et Gestion des accès", la demande de solutions de cyber-securité a quant à elle "été stimulée par les cyber-attaques à grande échelle survenues depuis quelques semestres", indique Gemalto.

      Les ventes aux gouvernements ont en revanche reculé de 2% en 2014, principalement du fait de "la baisse significative du chiffre d’affaires au Moyen-Orient", zone frappée par les conflits. Mais l'entreprise Gemalto prévoit "une forte hausse" de ce secteur en 2015 grâce aux nombreux contrats signés l'an dernier.








    • Une 'smartwatch' wallonne pour enfant au grand salon de Barcelone: "Le but n'est pas de les distraire" - 05/03/2015

      A côté des stands gigantesques de Samsung et Huawei, pour ne citer qu'eux, une petite délégation belge s'est offert un bel espace sur le Mobile World Congress de Barcelone. Ce plus grand salon des technologies mobiles est l'évènement incontournable pour tous les acteurs du domaine. De nombreux accords et contrats y sont signés, et la visibilité est sans commune mesure.

      L'AWEX, l'Agence Wallonne à l'EXportation et aux investissements étrangers, et ses équivalents bruxellois et flamands, ont donc uni leur moyen pour se payer une place (hors de prix) sur le salon. Cela permet à certaines entreprises belges d'être présentes au MWC, sans devoir débourser des sommes colossales, ni se contenter d'un placard dans le coin d'un hall…


      Une smartwach wallonne

      Parmi les exposants qui reçoivent continuellement la visite d'autres professionnels du secteur (investisseurs, distributeurs, journalistes, etc), il y a Miiya, un projet de 'smartwatch' (une montre/bracelet intelligent).

      A sa tête, deux frères, Frédéric et Nicolas Bruneau, basés à Lamain, près de Tournai. "La montre est destinée à motiver les enfants pour qu'ils se dépensent suffisamment sur la journée. Et pour y parvenir, elle va le faire de manière ludique: il y a un petit personnage qui s'anime à l'écran, et qui va passer de 'gros' ou 'fatigué' à super-héros, en fonction de l'activité physique de l'enfant. L'organisation mondiale de la santé recommande 60 minutes d'activité par jour", nous a confié Nicolas.

      miiy



      Bouger, bouger…

      "Il s'agit de n'importe quel type d'activité, et pas seulement du nombre de pas. Si l'enfant court, s'il fait du vélo, s'il joue… la montre va tout reprendre. Et à la fin de la journée, Miiya se synchronise avec l'application sur le smartphone des parents, qui savent où en est leur enfant".

      Il n'y a pas de jeux sur ce bracelet connecté, qui sert plus aux parents qu'aux enfants, finalement. A part l'évolution du personnage, l'enfant ne verra rien. "Le but n'est pas de distraire les enfants à l'école, ni de surveiller où sont les enfants".


      La sécurité de vos enfants

      Au-delà de l'aspect santé, Miiya joue également un rôle dans la sécurité de vos enfants. "Lorsqu'on arrive au centre commercial, les parents (avec leur application sur smartphone) et les enfants (en appuyant sur le bouton de leur montre) peuvent se synchroniser".

      Dès lors, "grâce à un algorithme développé par nos soins", les parents seront prévenus si leur enfant s'éloigne de plus de 3 mètre, par exemple. "Mais on peut régler la distance à 30 mètres, si on est dans une plaine de jeux", selon Nicolas Bruneau.

      Enfin, grâce à la puce GPS intégrée, l'enfant pourra enregistrer sa position afin de montrer à ses parents où il a été joué avec ses copains, par exemple. "L'idée n'est pas de suivre les moindres déplacements des enfants, mais plutôt de savoir ce qu'ils ont fait de leur journée, et s'ils se sont bien dépensés".

      Après avoir réuni suffisamment de fonds sur Indiegogo (une plate-forme de crowdfunding où les gens achètent le produit avant sa fabrication), les premières livraisons sont attendues en mai.


      m3Comment l'Awex les a aidés ?

      Si Nicolas et Frédéric ont pu se rendre au prestigieux MWC de Barcelone, où "il n'arrête pas d'avoir de la visite et de nouer des contacts", c'est avant tout grâce à l'AWEX.

      Nous avons rencontré le responsable de l'agence wallonne pour Barcelone, dans les coulisses du stand belge. "C'est la 5e fois que nous emmenons des entreprises au MWC. Il y a 10 sociétés cette année. On a lancé un mailing à tous nos contacts qui sont actifs dans le domaine des technologies mobiles, soit environ 130 sociétés. Il y a 5 nouveaux cette année", nous a expliqué Eric Santkin.

      Et parmi ceux-ci, il y a les Wallons de Miiya. "Sans l'AWEX, ils n'auraient sans doute pas participé au salon. Car il faut payer un espace qui coûte très cher".

      L'AWEX ne paie pas tous les frais de stands. Mais "quand ce sont de petites sociétés de moins de 20 personnes, ça ne leur coute vraiment pas cher".
      Une fois le salon terminé, Nicolas et Frédéric devront remplir une enquête de satisfaction, et un petit dossier pour détailler, par exemple, les contacts qu'ils ont noué sur le salon. Avec l'espoir, sans doute, d'y revenir en 2016…








    • La Nouvelle-Zélande espionnait ses voisins dans l'océan Pacifique - 05/03/2015

      (Belga) La Nouvelle-Zélande a espionné de petits état insulaires de l'océan Pacifique par le biais de moyens électroniques, ressort-il de documents de la NSA, l'agence d'espionnage électronique américaine, qui ont fuit à la suite des révélations de l'ancien consultant Edward Snowden et dont fait état le quotidien The New Zealand Herald jeudi.

      Il apparait ainsi que le GCSB (Government Communications Security Bureau), un service de renseignement néo-zélandais, a espionné plusieurs états insulaires du Pacifique comme les Kiribati, les Samoa, le Vanuatu, les Îles Salomon, les Fidji, les Tonga, ou encore des Territoires français d'outre-mer comme la Nouvelle-Calédonie ou Tahiti. Le quotidien, qui a publié l'information de manière commune avec The Intercept, le site de journalisme d'investigation se basant sur des documents fournis par Edward Snowden, affirme que les informations récoltées étaient partagées par la Nouvelle-Zélande avec ses partenaires du réseau "Five Eyes" - les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et l'Australie - via le programme informatique XKeyscore de la NSA. Le Premier ministre John Key se refuse pour le moment à tout commentaire. (Belga)








    • Alibaba défie Amazon, en ouvrant un centre de données dans la Silicon Valley - 04/03/2015

      Ce premier site d'informatique dématérialisée ("cloud") hors de Chine illustre les ambitions d'Alibaba sur ce marché concurrentiel et lucratif, selon un communiqué du groupe chinois publié mercredi.

      Ce centre va héberger les services internet (jeux, vente, stockage ...) proposés par Aliyun, la division dans le "cloud" d'Alibaba, souvent présenté comme un hybride des groupes américains eBay et Amazon.

      "Nous savons ce que veulent les clients chinois, il est temps désormais de découvrir les besoins des clients américains", explique Sicheng Yu, vice-président d'Aliyun.

      Alibaba vise en priorité les entreprises chinoises présentes aux Etats-Unis mais avec l'objectif de séduire à terme les sociétés américaines opérant en Chine.

      "Le marché est certes saturé aux Etats-Unis mais nous offrons une valeur spécifique et il y a de la place pour nous", fait valoir M. Yu.

      Aliyun est une plateforme d'hébergement de services dans le "cloud" concurrente des Web Services d'Amazon. Elle s'adresse aux PME en Chine pour le stockage et le traitement de données.

      Alibaba, qui réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires en Chine, a fait une entrée spectaculaire à Wall Street en septembre en devenant la plus grosse introduction en Bourse de l'Histoire. Il avait réussi à lever 25 milliards de dollars, du jamais vu.

      Cette opération marquait le développement international du groupe fondé par un Chinois ancien professeur d'anglais, Jack Ma.

      Après s'être envolée, l'action a fortement reculé ces dernières semaines suite à des enquêtes de régulateurs.

      La SAIC, l'Administration chinoise d'Etat pour l'industrie et le commerce, reproche notamment à Alibaba de ne pas agir suffisamment pour empêcher des "opérations illégales qui se déroulent sur ses plateformes commerciales", en particulier des ventes de produits contrefaits.








    • Des milliers de sites fragilisés par un faible cryptage pour aider la NSA - 04/03/2015

      Des milliers de sites internet auraient été fragilisés par une faille informatique résultant de faibles normes de cryptage, mises en place dans les années 90 pour permettre à l'agence américaine du renseignement NSA d'espionner les communications étrangères, selon une étude publiée mardi.

      La faille, surnommée "FREAK", pourrait rendre ces sites vulnérables --y compris des sites administrés par le FBI et la NSA-- aux attaques de pirates informatiques si le problème n'est pas réglé, selon cette étude menée par des chercheurs français et américains.

      La faille provient d'une "suite de codes à complexité délibérément faible (...) mis en place sous la pression du gouvernement américain pour s'assurer que la NSA soit capable de décrypter toutes les communications étrangères", expliquent les chercheurs.

      Selon les chercheurs, cette faille provient de normes de cryptage imposées par le gouvernement américain sur les logiciels destinés à l'exportation. Le but, selon eux, était de permettre aux Etats-Unis d'avoir accès à ces logiciels quand ils étaient vendus à des pays hostiles.

      Or même après le renforcement des règles de cryptage, certains logiciels voués à l'exportation ont continué à être régulés selon les précédentes normes.

      "La faille est importante en soi, mais c'est surtout un bon exemple de ce qui peut se passer quand un gouvernement instaure des règles trop faibles pour des systèmes de sécurité" informatique, estime Ed Felten, professeur de sciences informatiques à l'université de Princeton.

      La brèche a été découverte par les équipes de Karthikeyan Bhargavan en France à l'Institut national de recherche informatique et en automatique (Inria) et de Matthew Green aux Etats-Unis, un cryptographe à l'université de Johns Hopkins, dans le Maryland (est).

      La vulnérabilité du site de la NSA elle-même "ne pose pas de problème de sécurité nationale en soi parce que la NSA ne livre pas ses secrets d'Etat sur son site. Mais il s'agit d'une importante leçon sur les conséquences que peuvent engendrer des décisions politiques en matière de cryptage".

      La fonction de l'option "j'aime" sur Facebook a été identifiée comme vulnérable mais la faille a depuis été réparée.

      "La morale de cette histoire est assez simple: le cryptage mis en place par des portes dérobées se retournera toujours contre vous pour vous mordre la fesse", estime Matthew Green.








    • Le smartphone le plus original du salon de Barcelone peut être congelé et tomber de trois étages: nous l'avons testé - 04/03/2015

      Kyocera n'est pas la marque à laquelle on pense en premier quand on parle de smartphone.

      Le japonais, connu pour ses imprimantes, est pourtant une entreprise innovante au pays du soleil levant. L'une de ses plus grandes sources de revenus provient de la fabrication de composants en céramique pour l'électronique.


      Une entreprise "différente"

      Si Kyocera est originale, c'est tout d'abord grâce à son fondateur, le Docteur Kazuo Inamori – 80 ans mais toujours à la tête de son entreprise. Un Bouddhiste qui "prend en compte la nature" dans son business florissant, nous a expliqué Jasmine Nullans à Barcelone, qui se charge de promouvoir la marque dans notre région.

      C'est sans doute grâce à ce "vieux sage" que l'entreprise, au lieu de courir après les nouvelles (parts) de marché, a pris une option intéressante pour sortir ses premiers smartphones. Après mûres réflexions et analyses, Kyocera a choisi la voie du téléphone "durci".

      torque2



      C'est quoi un smartphone "durci" ?

      Le terme choisi par Kyocera de "smartphone durci", qui provient sans doute du fait que l'entreprise employant 70.000 personnes dans le monde est spécialisée dans la céramique, signifie que le Torque – c'est le nom du modèle commercialisé prochainement en Europe – est très, très résistant.

      "Il répond à plusieurs standards militaires à travers le monde", ce qui signifie qu'il résiste à l'eau, à la poussière, au froid, à la chaleur… et à même à une chute de plusieurs mètres. "Officiellement, nous devons dire qu'il résiste à une chute d'1,22 mètres, et qu'il peut rester immerger sous 1,5 mètres d'eau pendant 30 minutes. Mais il y a des vidéos qui circulent sur le web: une personne l'a mise au congélateur dans un saladier d'eau durant un nuit, puis l'a passé à la machine à laver, avant de le jeter du 3e étage: le smartphone a survécu avec juste une éraflure sur le plastique".

      Pas de doute, en le prenant en main (et en le lançant plusieurs fois…), on comprend ce que "smartphone durci" veut dire. Il est lourd, le Torque, et plutôt épais. Mais vous pouvez le jeter dans votre sac ou sur la table des centaines de fois, il ne se griffera pas, et ses composants ne seront pas abîmés.

      Le secret, hormi le fait qu'il a été imaginé et assemblé pour résister, réside entre autres dans "l'utilisation de plastiques spéciaux, et d'une couche de céramique dans l'écran". 

      t4


      Pas besoin de le coller à l'oreille

      Le Torque, ainsi que les autres modèles "durcis" de Kyocera, est avant tout destiné à un public spécifique: les professionnels qui ne travaillent pas derrière un bureau. "On vise les métiers de la construction, de la logistique, mais également ceux liés à la sécurité comme les pompiers".

      C'est aussi pour eux que ce téléphone sous Android 4.4 (et non Lollipop, la dernière version, hélas) peut être manipulé avec n'importe quel type de gants: nous avons essayé des gants en cuir et des gants de travail, sans rencontrer le moindre problème.

      Ces professionnels seront également ravis de savoir qu'il n'y a pas de haut-parleur. "On transforme le son en vibration": il suffit de coller l'écran du smartphone (même le bas de l'écran!) à son oreille pour entendre son interlocuteur. Là aussi, c'est grâce à la présence de céramique que tout cela est rendu possible.

      Mieux encore: si vous collez le smartphone à un casque (par exemple une protection pour les environnements bruyants), vous allez tout de même comprendre ce qu'on vous dit: nous l'avons essayé, et les vibrations transmettent en effet le son à travers le casque. Impressionnant…

      Les amateurs de sports extrêmes seraient également demandeurs d'un smartphone vraiment résistant.

      t3

      Ne plus se soucier de son smartphone…

      Mais Kyocera aurait tort de se limiter à ces cibles éloignées du grand public. Potentiellement, tout le monde voudrait ne pas se soucier du côté sur lequel il faut déposer son smartphone sur une table pour ne pas le griffer. Ou ne pas craindre qu'il soit mouiller ou complètement mort s'il tombe dans l'eau.

      Votre enfant court avec en le tenant à maladroitement ? Pas de panique, il ne pourrait pas lui faire le moindre mal.
      A l'opposé, il y a les précieux iPhone, tellement beaux et chers que pour ne pas les abîmer, il est presque obligatoire d'acheter une housse. Qu'il est dommage de cacher un si bel objet…


      Conclusion

      L'approche "durcie" de Kyocera, qu'on n'attendait pas spécialement en Europe sur le marché très concurrencé des smartphones, a le mérite d'être originale.

      Pour un prix qui devrait varier "entre 350 et 400€", vous pourrez vous procurer un smartphone sous Android à la configuration moyen de gamme (processeur Quadcore 1,4GHz, 2 GB RAM, 16 GB de stockage, appareil photo 8 MP), mais a été imaginé et fabriqué pour être résistant aux conditions les plus extrêmes. Et nous avons pu le constater au stand du fabricant japonais lors du Mobile World Congress de Barcelone: il est vraiment résistant.

      Ne vous attendez pas à le voir en tête de gondole du Mediamarkt, cependant. C'est un produit de niche, dont l'interface parait un peu vieillotte et moins "divertissante" que le dernier Samsung ou le dernier iPhone. De plus, le look de baroudeur ne plaira pas à tout le monde, c'est certain.

      Mais qui ne rêve pas de pouvoir laisser tomber son smartphone dans la rue ou dans les toilettes, sans avoir la moindre crainte? Il n'y aura même pas une éraflure ! Rendez-vous en ligne (Amazon.fr) vers le mois d'avril…








    • L'arsenal juridique belge contre la cybercriminalité positivement évalué - 03/03/2015

      (Belga) La Belgique a pris plusieurs bonnes initiatives en faveur de la cybersécurité, juge Business Software Alliance (BSA), une association qui réunit des entreprises créatrices de logiciels, dans une étude publiée mardi. Ce n'est pas le cas de tous les pays européens, selon l'enquête qui passe au crible les législations des 28 Etats membres.

      "Même si la plupart des Etats membres s'accordent à considérer la cybersécurité comme une priorité, des incohérences d'approche créent des vulnérabilités qui exposent le marché unique aux menaces", estime Thomas Boué, directeur Réglementation de la BSA. "Notre étude n'a pas pour objectif de pointer du doigt certains pays, mais de montrer quelles initiatives sont prises dans les différents Etats membres afin d'atteindre un niveau de cybersécurité uniforme au sein de l'Union européenne", explique-t-il. La Belgique s'illustre positivement notamment grâce à sa stratégie de cybersécurité adoptée en 2012. "Une telle stratégie est essentielle", selon Thomas Boué. Toutefois, ce document n'a pas été révisé depuis sa ratification, regrette-t-il, alors que les évolutions dans ce domaine sont quotidiennes. Le cadre juridique belge manque de clarté et les informations sur sa mise en oeuvre restent lacunaires, relève également l'étude de BSA. L'ouverture du Centre pour la cybersécurité belge est une autre initiative positive, dont d'autres pays pourraient s'inspirer. Ailleurs en Europe, M. Boué cite la Lettonie en exemple. Une ligne du temps y signale toutes les adaptations à la législation ainsi que leur date d'entrée en vigueur. (Belga)








    • Après Apple Pay, Samsung Pay: tout ce qu'il faut savoir sur les paiements avec smartphone - 03/03/2015

      Le paiement mobile sans contact constitue un enjeu énorme pour les opérateurs télécoms, les constructeurs de smartphones ainsi que les banques. Mais cette technologie, censée à terme se substituer à une part importante du paiement par carte bancaire sur terminaux, laisse dubitatif Philippe Lazare, PDG d'Ingenico, l'un des principaux fabricants de ce secteur.

      "Le smartphone sera un petit bout du marché mais fondamentalement l'outil de paiement restera le terminal traditionnel, qui va continuer à croître", souligne le dirigeant dont l'entreprise contrôle 37% du marché mondial des terminaux.

      Cela n'a pas empêché son groupe d'annoncer lundi au Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) le lancement d'une solution d'acceptation du paiement sans contact compatible avec Apple Pay.

      Car l'élément déclencheur susceptible d'accélérer le développement de ce nouveau canal a été l'adoption en septembre dernier par le géant américain de l'informatique de la technologie NFC, ainsi adoubée pour devenir le futur standard du sans contact sur mobile. Cette technologie permet d'échanger des données entre deux appareils distants de quelques centimètres.

      "C'est un pas décisif vers la création d'un écosystème mais ce n'est peut-être pas suffisant car plusieurs solutions sont disponibles", souligne Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA.

      Selon elle, il est également important que "les gens s'habituent à cet usage, par exemple avec la possibilité d'intégrer le Pass Navigo à Paris ou la Oyster Card à Londres dans un mode sans contact sur le smartphone".

      En lançant Apple Pay, le groupe dirigé par Tim Cook a endossé son rôle traditionnel de prescripteur de tendance plutôt que répondu à une demande forte et sa solution n'est d'ailleurs pour l'instant disponible qu'aux Etats-Unis.

      Mais à la suite de la marque à la pomme, les grandes manœuvres se sont intensifiées chez ses concurrents.

      Tous les nouveaux smartphones haut de gamme se doivent désormais de proposer cette capacité, associée pour plus de sécurité au capteur d'empreinte digitale, à l'instar du Samsung Galaxy S6 dévoilé dimanche.

      Apple Pay, qui doit arriver en Europe en avril, n'a pas échappé au géant sud-coréen qui a répliqué en faisant récemment l'acquisition de la start-up Loopay.

      85% en liquide

      Sa technologie MST lui assure l'avantage par rapport à Apple d'être compatible avec plus de 30 millions de terminaux de paiement américains, NFC ou non.

      La croissance du paiement mobile sans contact s'effectue en effet en parallèle du déploiement de la carte à puce (norme EMV) aux Etats-Unis, où les transactions s'effectuaient jusqu'à présent en majorité avec la piste magnétique des cartes bancaires.

      Celui qui triomphera sur le marché américain aura de bonnes chances de faire de même ensuite à l'international.

      A cet égard, Google, qui domine largement les systèmes d'exploitation des smartphones avec Android, n'est pas en reste avec l'acquisition fin février de la plateforme de paiement mobile Softcard, co-fondée en 2011 par AT&T, T-Mobile USA et Verizon.

      Le groupe américain se rapproche ainsi des trois grands opérateurs de télécommunication américains, qui avaient mis des bâtons dans les roues de sa propre solution sans contact, Wallet.

      La situation est observée de près par les établissements bancaires qui ont raté le virage du paiement en ligne, marqué par l'émergence de Paypal. Celui-ci a annoncé lors du MWC avoir racheté une autre start-up, Paydiant.

      Des experts estiment qu'un éventuel début de migration de la carte vers le smartphone sera provoqué par "des services supplémentaires, dont des réductions spéciales ou des offres personnalisées accordées aux clients" puisque le geste de faire passer son smartphone au-dessus d'une borne ne représente pas à lui seul un gain de temps suffisant.

      Un intérêt plus élevé des consommateurs pourrait ensuite inciter les petits commerçants à investir pour agrandir le réseau d'acceptation.

      "Cela fait plusieurs années que l'on annonce une explosion de ce type de moyen de paiement mais il ne faut pas oublier que 85% de toutes les transactions de paiement dans le monde sont réalisées en liquide", rappelle toutefois le PDG de Mastercard, Ajay Banga, qui anticipe une progression régulière mais linéaire du sans contact mobile.








    • Le SGRS enfin autorisé à recruter 25 spécialistes en cybersécurité - 03/03/2015

      (Belga) Le service de renseignement de l'armée, le SGRS, a obtenu l'autorisation de recruter 25 spécialistes en cybersécurité réclamés depuis des mois par les responsables de ce service, a-t-on appris mardi de bonne source.

      Le ministre de la Défense, également chargé de la Fonction publique, Steven Vandeput, a obtenu de son collègue du Budget, Hervé Jamar, l'autorisation de recruter ces 25 personnes au profit du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS), en dépit du blocage des engagements dans la fonction publique fédérale décidé à la fin de l'an dernier. La Défense va donc pouvoir engager des experts en matière de cybersécurité pour poursuivre le développement de son "Cyber Security Operations Center", a-t-on indiqué dans l'entourage de M. Vandeput (N-VA). Ces spécialistes seront affectés à des tâches d'analyse de la menace et des risques cybernétiques, à la gestion du système de surveillance des réseaux et de détection des intrusions (IDS), à la recherche de logiciels malveillants (malwares), complexes et ciblés, ainsi qu'au soutien à la protection des réseaux informatiques de la Défense. Le patron du service de renseignement militaire, le lieutenant-général Eddy Testelmans, avait récemment réclamé des moyens supplémentaires pour le SGRS, en soulignant, lors d'une audition en commission de la défense de la Chambre, que son service allait fonctionner en 2015 en "mode survie", tout en restant capable de remplir la plupart des tâches qui lui sont confiées. (Belga)












    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007