Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 129

 LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Vanhengel veut en savoir plus sur l'annonce d'une baisse des recettes à l'IPP - 31/03/2015

      (Belga) Le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open Vld) veut en savoir plus sur l'annonce d'une baisse sensible des recettes fiscales de l'Impôt des personnes physiques (IPP) à destination des Régions avant de se prononcer, mais il s'interroge, dans le contexte d'une amélioration des paramètres économiques observée par ailleurs, a-t-il laissé entendre mardi matin.

      Le ministre régional devrait en apprendre plus à l'issue d'une réunion technique programmée mardi, dans la journée. Pour boucler son contrôle budgétaire, le gouvernement fédéral a profité d'une répartition de la loi de financement qui lui a rapporté 750 millions d'euros. Cette nouvelle, associée à d'autres paramètres, a permis à l'équipe Michel de ramener l'effort à réaliser à 294 millions d'euros. La somme dont bénéficie le pouvoir fédéral, issue des recettes de l'impôt des personnes physiques, n'ira pas aux Régions. L'impact s'élèvera à 247 millions pour la Wallonie, 105,4 millions pour Bruxelles et 396 millions pour la Flandre. Il s'agit d'une application mécanique de la loi de financement telle qu'elle a été révisée dans le cadre de la 6e réforme de l'État, selon le gouvernement fédéral. "Une réunion technique a lieu aujourd'hui à ce sujet. J'attends de savoir ce qu'il s'y dira. En revanche, ce que je peux déjà vous dire, c'est que les chiffres concernant les recettes fiscales communiqués la semaine dernière, dévient fortement de ceux qui avaient été communiqués à la fin de l'année dernière", a commenté mardi Guy Vanhengel. Selon le ministre bruxellois, cela requiert un examen complémentaire. "Les paramètres économiques s'améliorent mais les recettes fiscales diminuent fortement. Ce qui est étrange", a-t-il ajouté. Le ministre wallon Christophe Lacroix attend l'issue de la réunion programmée ce mardi avec le fédéral pour prendre position. Vendredi, il évoquait déjà son étonnement par rapport aux nouveaux chiffres. (Belga)








    • Prévisions météo: après le vent, gare à la neige et aux gelées nocturnes - 31/03/2015

      Ce mardi matin, c’est un ciel très nuageux avec des averses ou des périodes de pluie auquel nous avons eu droit. Depuis l'ouest, la nébulosité deviendra ensuite variable avec une alternance d'éclaircies et de passages nuageux accompagnés d'averses parfois intenses et accompagnées de rafales de vent. Un coup de tonnerre n'est pas exclu durant l'après-midi. Au littoral, il fera plus sec. Les maxima seront compris entre 7 degrés en Hautes-Fagnes et 11 ou 12 degrés en plaine. Le vent d'abord fort dans l'intérieur des terres et fort à très fort au littoral, plus tard il deviendra assez fort à fort dans l'intérieur et fort à la côte. Les rafales pourront atteindre les 95 km/h voire localement un peu plus.

      > Les prévisions dans votre région


      Encore beaucoup de vent cette nuit

      Le soir et la nuit suivante, la nébulosité restera variable avec une alternance d'éclaircies et de passages nuageux. Nous conserverons un risque d'averses. Sur le relief de l'Ardenne, les averses prendront un caractère hivernal. Les minima seront compris entre 0 degré en Hautes-Fagnes et 5 degrés à la côte. Le vent sera modéré à assez fort dans l'intérieur et fort à la. Les rafales pourront encore atteindre les 80 km/h voire un peu plus en soirée et plus tard la nuit plutôt 60 km/h.


      Des rafales jusqu’à 70 km/h

      Mercredi, nous aurons une alternance de passages nuageux et d'éclaircies. L'avant-midi, il fera généralement sec. L'après-midi, le temps deviendra plus variable avec des giboulées qui pourraient avoir un caractère hivernal sur les hauteurs ardennaises. Les maxima avoisineront les 4 degrés en Hautes-Fagnes et les 8 ou 9 degrés dans le centre et l'ouest du pays. Le vent sera assez fort, et parfois fort au littoral, avec des rafales jusqu'à 70 km/h.


      De la neige fondante sur les hauteurs jeudi

      Jeudi, ciel partiellement nuageux à très nuageux avec des périodes de pluie en Basse ou Moyenne-Belgique et de neige fondante sur les hauteurs. L'après-midi, le temps deviendra plus sec à partir du nord. Les maxima seront proches de 3 degrés en Hautes-Fagnes et de 7 ou 8 degrés dans le centre du pays.


      Pluie, nuages et coup de tonnerre vendredi

      Vendredi, très nuageux avec assez bien de pluie. Un coup de tonnerre ne sera pas exclu. Il fera un peu plus doux avec des maxima compris entre 6 degrés en Ardenne et 10 degrés ailleurs.


      Des giboulées et de la neige ce week-end

      À partir de samedi, le vent nous amènera de l'air légèrement instable d'origine polaire. Durant le week-end prolongé de Pâques, les éclaircies alterneront avec des passages nuageux parfois accompagnés de quelques giboulées locales. Sur les hauteurs ardennaises, il s'agira d'averses de neige fondante. Il fera assez froid avec des maxima compris entre 3 ou 4 degrés en Ardenne et 6 à 8 degrés ailleurs. En de nombreuses régions, les gelées nocturnes seront de retour.








    • Un accident? Le constat va désormais être beaucoup plus rapide à rédiger - 31/03/2015

      Pour accélérer les constats, la police de la route s'équipe de matériel de photogrammétrie, une technique qui permet de marquer précisément les différentes données d’un accident. Elle accélère également l'établissement d'un constat en cas d'accident mais en améliore aussi la précision. Une cellule similaire existe déjà à Anvers.


      La photogrammétrie donne "un plan total et précis" de l'accident

      L’utilisation de cette nouvelle technologie porte sur deux intérêts. Le premier, du point de vue des victimes, permet d’obtenir davantage de précision. Le deuxième, dans l’intérêt de la mobilité, permet de réaliser des constats plus rapidement. "Quand on constate un accident, nous envoyons notre cellule photogrammétrique sur place pour marquer les véhicules et prendre les mesures. Ils reviennent ensuite au bureau pour inscrire les données et les photos sur le PC pour traduire cela en un plan total et précis" explique Mickaël Jonniaux, directeur de la police de la route. Il ajoute que le matériel de photogrammétrie consiste en un mât télescopique au bout duquel est fixé un appareil photo, un appareil de mesure, de la peinture spéciale, et encore d’autres petites choses.


      Déjà en application à Anvers

      A Anvers, le matériel est déjà à l’œuvre. Par an, il est utilisé 45 à 65 fois. Les polices de la route d'Anvers et du Brabant (qui couvre les deux Brabants ainsi que Bruxelles) ont été choisies pour être formées et équipées prioritairement en raison du caractère particulièrement accidentogène des rings d'Anvers et de la capitale. La cellule du Brabant devrait être opérationnelle avant la fin de cette année. Une autre cellule sera créée en Wallonie courant 2016.    
         








    • La justice belge, sauvée? Tu parles ! (Edito) - 31/03/2015

      Des moyens supplémentaires pour la justice ! Le gouvernement fédéral l’a annoncé hier. 100 millions pour apurer les dettes, quelques dizaines de millions pour le personnel… Et pourtant, le secteur reste largement en danger… et avec lui notre sécurité, nos droits, nos libertés…

      Le droit, la loi, nos libertés. Ça sonne comme un hymne nationale. Hier, des experts scientifiques, des psychiatres, des médecins légistes qui participent aux enquêtes, aux procès, ont appris que l’Etat allait enfin honorer leurs factures, rémunérer leurs prestations effectuées parfois depuis plus d’un an. C’est historique. Mais c’est tard. Nombreux sont ceux qui ont mis la clé sous la porte, à cause des délais de paiement de l’Etat.

      Et pendant ce temps, tous les acteurs de la justice crient famine. Les Palais de Justice décrépis. Les magistrats partis à la retraite que l’on tarde à remplacer, pour gagner quelques mois de salaire. Les prisons, surpeuplées. Les nouveaux bâtiments qui tardent à arriver. Le nombre de clients démunis, les "prodeo", qui se multiplient, et les avocats de moins en moins rémunérés pour ces prestations qui basculent dans des situations financières aussi précaires que les clients qu’ils défendent.

      Monsieur et Madame tout le monde, "les justiciables", eux-mêmes, ont du souci à se faire… Pas les plus pauvres, couverts par l’aide juridique. Pas les plus riches, qui profitent d’un pays en manque d’argent, pour éviter la condamnation grâce au système de transaction pénale élargie.

      Non, les justiciables qui trinquent, ce sont les classes moyennes. Depuis plus d’un an, ils paient la TVA à 21% sur toutes les prestations des avocats, des huissiers et des notaires. Et bientôt, ils subiront une hausse exponentielle des tarifs de droits de greffe. De quoi décourager certains parents de se défendre pour obtenir le droit de garde de leurs enfants. Ou certains patrons de petites entreprises, d’aller en justice pour réclamer le paiement d’une facture.

      Le problème n’est pas dû au gouvernement actuel. Il est le fruit du désengagement de l’Etat dans la justice depuis des décennies. Mais croire qu’on peut encore faire des économies dans ce secteur, c’est illusoire.

      Thémis, la mascotte de la justice, c’est une dame aux yeux bandés. En principe, ses yeux cachés, c’est le symbole de son impartialité. Mais ces derniers temps, ce bandeau, sert à cacher la réalité financière d’un secteur, pourtant indispensable, pour la vie en société.








    • Coup de feu dans le dos d'un cycliste de 25 ans à Molenbeek: avez-vous vu cet homme? - 31/03/2015

      Le mardi 31 décembre 2014 au petit matin, vers 04h10, un jeune homme de 25 ans circulait à vélo à Molenbeek-Saint-Jean. Il a croisé l'avenue Barthelemy et a continué sur la chaussée de Ninove. Trois jeunes étaient en train de crier en rue. L'un d'entre eux tenait une bouteille à la main. Le cycliste a été contraint de faire une manœuvre pour éviter ces personnes mais à peine les avait-il passés, qu'une détonation s'est fait entendre. Le cycliste a alors ressenti une violente douleur au dos. En tombant à terre, la victime a aperçu un des jeunes qui tenait une arme à feu à la main. Les jeunes ont poursuivi leur route en direction du centre ville.

      La victime a finalement été transportée à l'hôpital et a été opérée. La balle a été retirée de son dos mais ce jeune a échappé de justesse à la mort. 

      Les trois jeunes étaient d'origine nord-africaine et étaient âgé de 20 à 30 ans. Un portrait-robot du jeune qui tenait la bouteille a pu être établi.








    • Le week-end de Pâques s'annonce un peu plus sec - 31/03/2015

      (Belga) Le vent continuera de souffler sur le pays mardi après-midi, et perdra en intensité dans la soirée. Les prochains jours seront froids et humides, mais le week-end de Pâques s'annonce un peu plus sec.

      La journée de mardi sera nuageuse et ponctuée d'averses, qui pourraient devenir orageuses et s'accompagner de chute de grêlons. Le vent de secteur ouest sera très fort, voire tempétueux à la Côte. Les rafales de vent pourront encore atteindre 90 km/h. Les maxima oscilleront entre 7° dans les Hautes Fagnes et 11° partout ailleurs. En soirée et au cours de la nuit, le vent perdra en intensité, mais les rafales devraient encore atteindre 60 km/h par endroits, voire 70 km/h au littoral. Le temps sera pluvieux, voire orageux, et quelques flocons pourraient tomber sur les hauteurs. Les minima seront compris de 0° sur les hauteurs et 4° ailleurs. Mercredi, quelques éclaircies pourraient percer, mais la pluie ne sera pas très loin elle non plus. Le vent sera à nouveau puissant sur le pays, et fera baisser le mercure à 5° en Ardenne et 9° ailleurs. La nébulosité augmentera encore au cours de la soirée, et une pluie venue de l'ouest arrosera le pays. Le soleil fera son retour jeudi matin, avant de disparaître à nouveau vendredi. Le week-end s'annonce quant à lui plus sec et ensoleillé, mais assez frais, avec une température moyenne de 10°. (Belga)








    • Contrôle budgétaire : Charles Michel estime que les critiques de Vervoort n'ont "aucun sens" - 31/03/2015

      (Belga) Le Premier ministre Charles Michel a estimé, mardi sur les ondes de Bel RTL, que les critiques formulées par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) concernant une mauvaise collaboration entre le fédéral et les entités régionales à la suite du contrôle budgétaire n'avaient "aucun sens". Une réunion entre le fédéral et les ministres-présidents prévue mercredi permettra d'aborder le sujet "calmement et en toute transparence", a ajouté M. Michel.

      Le gouvernement fédéral a profité pour boucler son contrôle budgétaire d'une répartition de la loi de financement qui lui a rapporté 750 millions d'euros. La somme dont bénéficie le pouvoir fédéral, issue des recettes de l'impôt des personnes physiques, n'ira pas aux Régions. L'impact s'élèvera à 247 millions pour la Wallonie, 105,4 millions pour Bruxelles et 396 millions pour la Flandre. Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, et le PS ont fustigé ce qu'ils considèrent comme une renvoi de l'effort budgétaire vers les Régions et dénoncé une absence de concertation. Le Premier ministre a, pour sa part, rappelé qu'il s'agissait uniquement d'une application mécanique de la loi de financement telle qu'elle avait été révisée dans le cadre de la 6e réforme de l'État. Il a ajouté qu'il avait pris connaissance de ces nouveaux chiffres, quasiment au même moment que les entités fédérées, lorsqu'ils ont été transmis par le SPF Finances à la veille du week-end. "Les entités régionales connaissent exactement la loi de financement. Chacun peut faire les calculs, les évaluations et vérifier qu'elles correspondent à celles du ministère des Finances", a ajouté M. Michel. (Belga)








    • Usagers du TEC, préparez-vous à cette nouveauté - 31/03/2015

      Les transports en commun wallons se modernisent. Les TEC passent à la technologie MOBIB, avec la nouvelle carte TEC IT Easy. Il ne faudra plus pointer, mais passer cette carte magnétique devant un lecteur. L'avantage pour les usagers : avoir tous les titres de transport sur une seule carte... Les titres de transport des TEC, de la STIB, de De Lijn et de la SNCB.


      Sans même devoir sortir la carte de votre portefeuille ou de votre sac à main

      Depuis plusieurs jours, cette carte Mobib est utilisée sur le réseau TEC partout en Wallonie. Dès à présent, les usagers wallons ne devront plus pointer leur carte dans la machine ni montrer leur abonnement au chauffeur, mais passer leur carte devant un valideur. Sans même devoir sortir la carte du portefeuille ou de votre sac à main. Il n’est donc plus nécessaire d’introduire votre carte dans l’appareil comme c’était le cas auparavant pour le pointage d’une carte.


      Obligatoire dès le 21 avril

      "Sur une seule carte qu’il validera devant des valideurs, des machines qui sont dans les bus, dans les trams ou dans les métros, il validera son entrée dans le bus, ça va lui simplifier la vie. Ça deviendra obligatoire le 21 avril et donc on annoncera dans les prochains jours tout ce qui va changer pour les clients à cette date-là. Aujourd’hui ce qu’on demande au client, c’est de tester la carte dans sa poche, même s’il a son coupon d’abonnement papier avec lui, même si ça bipe rouge, qu’il continue à tester sa carte et qu’il continue à faire l’expérience client de valider quand il rentre dans le bus", a expliqué Stéphane Thiery, directeur marketing des TEC, au micro de Pascale Hourman.


      À l'avenir, Thalys, Villo, Interparking, et Cambio pourraient rejoindre l'initiative. La carte Tec It Easy est gratuite pour les abonnés et coûtera 5 euros aux autres utilisateurs.








    • 120 000 jouets contrefaits l'année dernière: voici les conseils pour éviter de les acheter - 31/03/2015

      Près de 120.000 jouets contrefaits ont été saisis en 2014 ! Une augmentation considérable par rapport à 2013 où près de 27.000 produits avaient été saisi par les douanes. Pour l’instant le service public fédéral Finance n’explique pas cette hausse spectaculaire du nombre de saisies mais il rappelle la dangerosité de ces marchandises pour la santé des enfants.


      Connus mais dangereux

      Et la majorité d’entre elles, vous les connaissez sans doute très bien. Que ce soit des produits en lien avec le film "Cars" ou la marque "Hello Kitty", les Rainbow Looms (petits élastiques pour faire des bracelets), les consoles ou les vélos, tous ces jouets sont de plus en plus souvent contrefaits. Le danger de ces produits c’est qu’ils échappent à tous les contrôles et ne respectent pas les normes de qualité. Au contact de ces jouets, un enfant peut s'étouffer en avalant une pièce défectueuse ou contracter une allergie à cause des produits toxiques utilisés.


      Quelques conseils pour éviter d’acheter des produits contrefaits

      Pour éviter ces incidents, la porte-parole de Test Achats, Julie Frère, rappelle les essentiels lorsqu’on réalise un achat sur internet au micro de Bel RTL : "Il faut être extrêmement attentif (…) de vérifier des petites choses : est-ce que je peux contacter le vendeur, est-ce qu'il y a ses coordonnées, est-ce qu'il y a des conditions générales (…) avec toutes les informations nécessaires. Il faut aussi regarder les fautes d'orthographe. C'est souvent un signe que ce n'est pas sérieux. Est-ce qu'au moment de payer, je me retrouve bien sur une page sécurisée? Il est important de regarder s'il est bien marqué HTTPS".


      "Les parents doivent se responsabiliser"

      Astrid, propriétaire d’un magasin de jouets au centre de Bruxelles, donne aussi quelques conseils aux parents pour choisir un produit de qualité : "Il faut regarder si les sigles européens (CE) sont bien inscrits sur les boites. Ensuite, il faut aller dans les magasins spécialisés (…). Il faut que les parents se responsabilisent et constatent que si quelque chose est à un prix très bas, il faut se poser des questions."

      Actuellement, le SPF Finance dispose de plusieurs outils comme les contrôles des douanes et la Cybersquad, une équipe qui traque la contrebande sur internet. S’il attrape des contrebandiers, ceux-ci risquent entre 3 mois et 3 ans de prison, ou une amende entre 500 et 500.000 €.








    • Une heure de pointe particulièrement difficile - 31/03/2015

      (Belga) L'heure de pointe est particulièrement difficile en raison des mauvaises conditions climatiques du jour. Les rings de Bruxelles et d'Anvers enregistrent des ralentissements provoquant jusqu'à deux heures de retard, indique le Centre flamand du trafic mardi peu après 08h00.

      Le ring extérieur de Bruxelles est obstrué depuis le Brabant wallon jusqu'au carrefour Léonard après deux accidents, l'un à Ophain et l'autre à Hoeilaart. Les incidents provoquent jusqu'à deux heures de retard. (Belga)








    • Le fédéral coopère-t-il mal avec les régions? "Cette remarque n'a absolument aucun sens" - 31/03/2015

      Le premier ministre est revenu sur l'ajustement budgétaire. Premier point, les mesures pour relancer l'emploi: l'emploi des jeunes, par une baisse de charges sur le salaire minium. L'emploi dans l'Horeca, en défiscalisant les heures supplémentaires. L'emploi dans le commerce électronique, en autorisant le travail de nuit. L'emploi dans les petites entreprises, avec des mesures pour encourager les investisseurs.


      "En six mois, on règle un problème vieux de plusieurs années"

      L'Etat remet aussi les comptes à zéro avec les créanciers de la justice... Les factures en retard sont payées. Et celles à venir seront-elles payées en retard? D'abord, le Premier Ministre insiste sur le caractère historique de sa mesure: "En six mois, on règle un problème vieux de plusieurs années, et on débloque 30 millions supplémentaire en plus des 160 au total qui ont été débloqués pour l’arriéré. 30 millions supplémentaires pour permettre au ministre de la Justice de mettre les moyens humains là où c’est nécessaire". Martin Buxant demande alors si c’est suffisant pour faire fonctionner la justice: "En tout cas, on peut toujours vouloir plus et vouloir mieux, mais c’est un signal très clair".

      Une réforme du secteur est actuellement en discussion, elle a été déposée il y a une semaine par le ministre de la justice. Il espère qu'elle va améliorer le fonctionnement de la justice, mais tout en lui faisant faire des économies. L'objectif est ambitieux, voire utopique. Mais s'il échoue, le secteur sous-financé repassera à nouveau en déficit.


      La pillule passe mal pour les régions: "C’est une remarque qui n’a absolument aucun sens"

      Les régions recevront donc moins que prévu. Ce n'est pas une décision politique, c'est l'application de la loi... Mais ça ne risque pas d'améliorer les rapports entre fédéral et régions. C'est révélateur d'un manque de confiance, des dirigeants francophones des entités du pays. Le PS, le cdH et les FDF d'un côté. Envers le MR au pouvoir au fédéral. Les régions bruxelloises et wallonnes contestent la forme. Elles estiment qu'elles auraient dû être associées au calcul ces recettes réévaluées à la baisse. Et elles demandent à voir les chiffres des experts du Ministère des finances... Pour le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, il s'agit d'un mauvais exemple de coopération avec le fédéral. Réaction de Charles Michel: "C’est une remarque qui n’a absolument aucun sens puisque les entités régionales, donc les gouvernements régionaux connaissent exactement la loi de financement donc chacun peut faire les calculs, faire les évaluations et vérifier qu’elles correspondent à ce que le ministère des Finances fait comme évaluation mais il faut pour cela que dans les gouvernements régionaux les administrations des Finances qui soient en mesure d’analyser la situation financière". Martin Buxant demande: "Ils n’étaient pas prêts, c’est ça que vous voulez dire ?" Michel répond: "Je ne porte pas d’appréciation et je ne vais pas mettre de l’huile sur le feu, on aura ce mercredi une réunion avec les ministres-présidents pour en parler très calmement et en toute transparence".


      "Vous assurez qu’il y aura une réforme fiscale ?"

      Entre un CD&V tiraillé sur la gauche, la N-VA qui vire fort à droite, Charles Michel essaie de passer entre les polémiques... La rapidité de l'ajustement l'a beaucoup aidé, pour ça. Ne négligeons pas ce qui attend le gouvernement dans les prochains mois. Le fameux tax-shift, la réforme fiscale. Le Premier Ministre l'annonce au mieux pour cet été. "Bien sûr que nous avons déjà commencé à travailler avec des experts sur le sujet, évidemment et nous allons continuer, calmement, dans les semaines et les mois qui viennent, à travailler sur le sujet". "Vous assurez qu’il y aura une réforme fiscale ?", demande Martin Buxant. "Je l’ai dit dans l’accord de gouvernement, et j’ai l’habitude de faire ce que je dis", répond le premier ministre.

      La NVA et l'Open VLD freinent sur la taxation des grandes fortunes, la CD&V y est favorable. Les arbitrages seront probablement plus difficiles, que les discussions du weekend dernier.

       








    • Chaos sur le ring de Bruxelles ce matin: près de 2 HEURES de bouchons - 31/03/2015

      La circulation était très compliquée sur le ring de Bruxelles ce matin, et ce en raison de plusieurs accidents, notamment à Ophain et à Hoeilaart. On a enregistré près de deux heures de retard sur le temps de parcours habituel. 








    • Daniel Bacquelaine aspergé d'oeufs et de ketchup lors d'une conférence (photo) - 31/03/2015

      Le ministre fédéral des Pensions, Daniel Bacquelaine, était à Eupen à l'Hotel Bosten, où il donnait une conférence dans le cadre de "la semaine libérale", lundi soir. A son arrivée, il a été accueilli par des militants de la CSC et de la FGTB qui lui ont lancé des œufs et du ketchup, rapportent plusieurs médias.

      Alors qu'il venait donner une conférence à Eupen dans le cadre de "la semaine libérale", le ministre des Pensions a été accueilli par environ 200 militants de la CSC et de la FGTB. Des œufs et du ketchup ont été lancé sur le ministre en signe de protestation contre les mesures du gouvernement fédéral et notamment contre la réforme des pensions.

      Pour éviter les débordements, les forces de l'ordre ont temporairement fermé la route et des policiers supplémentaires ont été appelés. Vers 20h30, le rassemblement s'est disloqué dans le calme alors que la conférence était en cours.








    • Etonnant: voici combien de jeunes sortent des secondaires sans diplôme - 31/03/2015

      En Belgique, 9,8% des jeunes entre 18 et 24 ans ne possèdent pas de diplôme du secondaire supérieur et ne suivent aucune formation, rapporte la Dernière Heure mardi, citant des chiffres du SPF Economie.


      La Flandre et la Wallonie meilleures élèves que Bruxelles

      La Flandre est la meilleure élève avec 7% de ses jeunes dans cette situation. Arrive ensuite la Wallonie (12,9%). Bruxelles porte quant à elle le bonnet d'âne avec près d'un jeune sur six sans diplôme (14,4%), alors que les objectifs de l'Union européenne visent un chiffre en dessous de 10% pour ses Etats membres.


      Beaucoup d'élèves absents

      En Fédération Wallonie-Bruxelles, outre une réorientation précoce des jeunes en difficultés, l'absentéisme est également pointé du doigt. L'année dernière, 14.683 dossiers ont été ouverts en la matière, avec un bond de 22% rien que pour Bruxelles. "Nous devons mieux apprendre à gérer l'échec. Dès qu'un élève rencontre des problèmes, il faut que l'école soit à l'écoute", souligne Ariane Baye, chercheuse en enseignement à l'ULg.








    • Des millions d'euros en moins pour les Régions: bientôt la guerre avec le fédéral? - 31/03/2015

      Parmi les mesures décidées par le gouvernement de Charles Michel pour ajuster son budget, il y a ces 750 millions d'euros qui ne seront pas versés aux Régions.


      D'où vient cet argent ?

      Huit partis ont négocié et voté la 6ème réforme de l'Etat, il y a 4 ans. Les partis écologistes, socialistes, libéraux et démocrates-humanistes, du Nord et du Sud du pays. Dans cette réforme, on a modifié la loi de financement. Les régions ont reçu le droit de percevoir une partie de l'impôt des personnes physiques, l'impôt payé par les particuliers.

      Mais le mécanisme qui a été retenu, c'est que l'argent est récolté par l'Etat fédéral, qui redistribue ensuite la part dévolue à chaque région. Or, dans un budget, on prévoit des recettes fiscales à l'avance.

      Hier, les prévisions de rentrées fiscales et la part redistribuée aux régions a été recalculée, réévaluée. Et elle est en baisse de 750 millions d'euros: 250 millions d'euros de recettes en moins pour la Wallonie, 100 millions pour Bruxelles, et la Flandre y perd 400 millions.


      Comment réagissent les régions ? Quel impact cela va-t-il avoir sur leurs finances ?

      Les régions bruxelloises et wallonnes contestent la forme. Elles estiment qu'elles auraient dû être associées au calcul ces recettes réévaluées à la baisse. Et elles demandent à voir les chiffres des experts du fédéral. "Ce n’est pas comme ça que moi je conçois un fédéralisme de coopération, en envoyant tout simplement par un petit mail une information non vérifiable et qui mérite à tout le moins qu’on puisse avoir un débat serein sur la manière dont on est arrivé à ce chiffre", commente Rudi Vervoort (PS), chef du gouvernement bruxellois.


      "Le plus surprenant, c’est surtout la méthode"

      "Le plus surprenant, c’est surtout la méthode. L’espace de la même journée, on apprend par deux interlocuteurs fédéraux différents d’un côté le ministère des Finances, et de l’autre le conseil supérieur des Finances, qu’un effort complémentaire doit être fait, mais l’un parle de 250 millions, et l’autre de 70 millions d’euros. Donc sur la méthodologie, il y a de grands points d’interrogation", explique Maxime Prévot, Vice-Président Wallon CDH. Ces positions sont révélatrices aussi du manque de confiance, qu'il y a entre les dirigeants francophones des entités du pays. Le PS, le CDH et les FDF d'un côté. Le MR de l'autre.

      Pas de réaction politique hostile entendue en Flandre, où, c'est vrai, la majorité est composée des trois partis également au pouvoir au fédéral. NVA-CD&V-Open VLD.

       








    • Contrôle budgétaire: les Régions vont se serrer la ceinture - 31/03/2015

      1,2 milliard d’euros, c'est donc le montant que le gouvernement fédéral a trouvé pour ajuster son budget. Pour y arriver, il devra être moins généreux avec les Régions. Concrètement, celles-ci recevront 750 millions de moins que prévu: "Il y a une loi spéciale de financement qui répartit notamment l’impôt des personnes physiques entre le fédéral et les régions. Chaque année nous avons ce genre de variations, parfois à l’avantage de l’un, parfois à l’avantage de l’autre", explique Didier Reynders, ministre libéral.


      "Un soutien pour l’ensemble du pays"

      Le gouvernement réduit aussi ses dépenses au niveau des soins de santé, du chômage ou des frais de gestion des mutuelles. Des mesures qui n’auront aucun impact sur les citoyens: "C’est la détermination du gouvernement fédéral, de travailler pour créer des emplois supplémentaires, pour soutenir l’emploi des jeunes en particulier, pour soutenir les petites, les moyennes entreprises, pour soutenir l’horeca aussi par exemple. Et c’est un soutien pour l’ensemble du pays", explique le premier ministre Charles Michel.


      La taxe Caïman rapportera 50 millions d'euros

      Pour les recettes, le gouvernement compte intensifier la lutte contre la fraude fiscale, avec notamment la taxe Caïman qui porte sur les constructions juridiques dans les paradis fiscaux, elle rapportera 50 millions d’euros. Un accord sur le budget clôturé en deux jours et une nuit pour la plus grande satisfaction de plus. 








    • Deux associations et une dizaine de citoyens portent plainte contre De Wever - 31/03/2015

      (Belga) Le "Movement X" d'Abou Jahjah, l'Association marocaine des Droits de l'Homme (AMDH) et neuf citoyens ont déposé plainte lundi soir contre Bart De Wever pour racisme, à la suite des propos qu'il a tenus sur le plateau de l'émission Terzake, rapportent mardi Le Soir et la presse flamande.

      Pour Maître Lahlali, les éléments sont réunis pour déposer plainte contre le leader N-VA au sens de la loi contre le racisme, mais aussi en fonction de textes internationaux, comme la Convention européenne des Droits de l'Homme. L'avocat pointe la répétition d'amalgames. Selon lui, le leader N-VA aurait établi un lien de causalité entre l'origine marocaine et même berbère des individus et la tentation de l'extrémisme. Le même lien aurait été développé par Bart De Wever entre origine et criminalité, à travers les chiffres des prisons. Enfin, l'avocat souligne une forme de ségrégation entre immigrés asiatiques et immigrés maghrébins, donc entre deux types d'immigrés, les "bons" et les "mauvais". Bart De Wever bénéficie d'une immunité parlementaire. Les plaignants ne peuvent donc pas se constituer partie civile et déposer plainte directement auprès du juge d'instruction. A ce stade, ils interpellent le parquet du procureur du Roi d'Anvers qui devra, lui, décider s'il ouvre une enquête et une procédure pénale. (Belga)








    • Un jeune Belge sur dix n'a aucun diplôme - 31/03/2015

      (Belga) En Belgique, 9,8% des jeunes entre 18 et 24 ans ne possèdent pas de diplôme du secondaire supérieur et ne suivent aucune formation, rapporte la Dernière Heure mardi, citant des chiffres du SPF Economie.

      La Flandre est la meilleure élève avec 7% de ses jeunes dans cette situation. Arrive ensuite la Wallonie (12,9%). Bruxelles porte quant à elle le bonnet d'âne avec près d'un jeune sur six sans diplôme (14,4%), alors que les objectifs de l'Union européenne visent un chiffre en dessous de 10% pour ses Etats membres. En Fédération Wallonie-Bruxelles, outre une réorientation précoce des jeunes en difficultés, l'absentéisme est également pointé du doigt. L'année dernière, 14.683 dossiers ont été ouverts en la matière, avec un bond de 22% rien que pour Bruxelles. "Nous devons mieux apprendre à gérer l'échec. Dès qu'un élève rencontre des problèmes, il faut que l'école soit à l'écoute", souligne Ariane Baye, chercheuse en enseignement à l'ULg. (Belga)








    • Les propos de De Wever ne passent pas: deux associations et des citoyens portent plainte - 31/03/2015

      Le "Movement X" d'Abou Jahjah, l'Association marocaine des Droits de l'Homme (AMDH) et neuf citoyens ont déposé plainte lundi soir contre Bart De Wever pour racisme, à la suite des propos qu'il a tenus sur le plateau de l'émission Terzake, rapportent mardi Le Soir et la presse flamande.


      Répétition d'amalgames

      Pour Maître Lahlali, les éléments sont réunis pour déposer plainte contre le leader N-VA au sens de la loi contre le racisme, mais aussi en fonction de textes internationaux, comme la Convention européenne des Droits de l'Homme. L'avocat pointe la répétition d'amalgames. Selon lui, le leader N-VA aurait établi un lien de causalité entre l'origine marocaine et même berbère des individus et la tentation de l'extrémisme. Le même lien aurait été développé par Bart De Wever entre origine et criminalité, à travers les chiffres des prisons.


      Ségrégation entre deux types d'immigrés

      Enfin, l'avocat souligne une forme de ségrégation entre immigrés asiatiques et immigrés maghrébins, donc entre deux types d'immigrés, les "bons" et les "mauvais". Bart De Wever bénéficie d'une immunité parlementaire. Les plaignants ne peuvent donc pas se constituer partie civile et déposer plainte directement auprès du juge d'instruction.

      A ce stade, ils interpellent le parquet du procureur du Roi d'Anvers qui devra, lui, décider s'il ouvre une enquête et une procédure pénale.








    • De Wever refuse de présenter ses excuses - 31/03/2015

      Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever (N-VA) a refusé lundi soir, lors de la séance du conseil communal, de revenir sur les propos qu'il a tenus la semaine dernière sur le racisme et la communauté berbère au cours de l'émission "Terzake". Le chef de groupe Groen Wouter Van Besien lui avait demandé de présenter des excuses après que plusieurs élus, du CD&V notamment, ont vertement critiqué ses déclarations. Mais Bart De Wever n'y a pas donné suite.

      Le patron de la formation nationaliste flamande s'est contenté d'affirmer que cette question n'avait pas été inscrite officiellement à l'agenda lors de la réunion du collège des échevins, vendredi. Ce pourquoi, il ne se sentait pas tenu de s'expliquer sur la nature des propos échangés avec les échevins CD&V Philip Heylen et Marc Van Peel.

      Le bourgmestre d'Anvers a ensuite refusé de revenir sur les déclarations qu'il a faites au cours de l'émission Terzake. Selon lui, il ne peut s'exprimer qu'au nom de l'administration lors d'un conseil communal et ne doit y défendre ses opinions politiques personnelles que dans le cadre des politiques menées. Wouter Van Besien a qualifié d'irresponsables les propos du nationaliste et lui a reproché de se dérober à ses responsabilités.

      Interrogé sur les arrestations qui ont suivi la manifestation organisée par l'activiste Abou Jahjah à Anvers mercredi dernier, Bart De Wever a précisé que ce rassemblement n'avait pas été autorisé et que la médiation sur place avec l'organisateur avait été vaine. "C'est pour cette raison que la police a dû procédér à des arrestations", ajoute-t-il, "mais peut-être était-ce le but de l'organiateur, qui annonce une nouvelle manifestation à Bruxelles, pour laquelle il a demandé une autorisation", conclut-il.












    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • En France, le nord est bleu et le sud est rose: comment expliquer cette frontière politique? - 31/03/2015







    • Les djihadistes de l'EI exécutent 30 personnes dans le centre de la Syrie - 31/03/2015

      (Belga) Les djihadistes du groupe État islamique (EI) ont exécuté mardi au moins 30 personnes, dont des enfants, dans un raid contre un village mixte de la province de Hama, au centre de la Syrie, selon une ONG.

      "L'EI a effectué mardi un raid contre le village de Majaoubé, où cohabitent des sunnites, des alaouites et des ismaélites. Ils ont exécuté par balles, brûlé et décapité au moins trente personnes, dont des femmes et des enfants", a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane. La télévision syrienne a confirmé l'attaque à Majaoubé, situé à l'est de Hama, et affirmé qu'elle avait été repoussée. L'OSDH a également indiqué que l'EI s'était retiré et précisé que l'aviation militaire avait bombardé des positions de l'EI, qui essaie de couper l'unique route du régime reliant Homs à Alep. Les 20 et 21 mars, plus de 83 membres des forces du régime et des supplétifs avaient été tués dans des attaques menées par l'EI dans le même secteur, selon l'OSDH. (Belga)








    • Nucléaire iranien: la fièvre monte à Lausanne dans l'attente du dénouement - 31/03/2015

      L'atmosphère devenait chaque heure un peu plus électrique mardi à Lausanne, où les négociateurs des grandes puissances et de l'Iran négociaient toujours pied à pied pour parvenir à un compromis historique sur le nucléaire avant minuit.

      "Intense, intense", a résumé le négociateur russe Sergueï Ryabkov, sorti pour une pause cigarette dans le jardin du palace Beau Rivage surplombant le lac Léman, où se déroulent depuis une semaine les tractations.

      "J'espère que vous serez positivement surpris", a lancé le débonnaire négociateur aux journalistes, confirmant que son ministre Sergueï Lavrov serait de retour à Lausanne dans l'après-midi.

      M. Lavrov, qui avait quitté lundi la Suisse pour des questions d'agenda, va retrouver ses pairs américain, britannique, français, russe, chinois et allemand, sur place depuis plusieurs jours pour tenter d'arracher un compromis avec les Iraniens.

      Les ministres et leur homologue iranien Mohammad Javad Zarif se sont de nouveau rencontrés mardi matin, après une courte nuit au cours de laquelle leurs experts ont continué à négocier pour tenter de venir à bout des dernières questions en suspens.

      "Ce n'est pas réglé", a indiqué une source diplomatique, ajoutant que les discussions allaient se poursuivre toute la journée et qu'un accord restait possible.

      "J'espère qu'on aura quelque chose aujourd'hui", a déclaré une autre source proche des négociations, décrivant une atmosphère permanente de "montagnes russes".

      Le P5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Chine, France et Allemagne) et l'Iran sont censés parvenir ce jour avant minuit à un premier compromis fondamental sur un dossier inextricable, qui empoisonne les relations internationales depuis 12 ans.

      L'objectif est de s'assurer que l'Iran ne cherchera pas à se doter de la bombe atomique, en échange d'une levée des sanctions internationales qui étranglent son économie.

      Si le 31 mars n'est pas la date de la dernière chance, elle est en revanche une étape fondamentale pour parvenir à poursuivre les discussions et arriver à un accord historique complet, avec tous les détails techniques finalisés, d'ici au 30 juin.

      "Ce sont les dernières heures", a estimé une source diplomatique, doutant que les négociations puissent être prolongées dans le format actuel. "Les ministres sont là depuis des jours, ont bousculé leurs agendas pour rester, et ils ont tous des obligations".

      - 'Il est temps' -

      "Il est vraiment temps maintenant de prendre des décisions" pour parvenir à une entente, a exhorté lundi soir la porte-parole du Département d'Etat américain, Marie Harf, tandis qu'un diplomate occidental tranchait: "il est maintenant temps de dire oui ou de dire non".

      "La volonté qui existe, la présence des ministres qui sont restés, le sérieux dont chacun fait preuve est le signe que tout le monde veut trouver des solutions", a estimé de son côté un négociateur iranien, estimant que "tout le monde est concentré pour trouver les solutions d'ici à (mardi) soir".

      Deux points principaux posent problème. En premier lieu, la durée de l'accord. Les grandes puissances souhaitent un cadre strict de contrôle des activités nucléaires iraniennes, particulièrement dans le domaine de la recherche et du développement, sur au moins 15 ans, mais l'Iran ne veut pas s'engager au-delà de 10 ans.

      La question de la levée des sanctions de l'ONU est aussi, depuis le début, un gros point de blocage. Les Iraniens voudraient voir tomber dès la conclusion d'un accord ces sanctions économiques et diplomatiques, jugées humiliantes. Or les grandes puissances veulent une levée graduelle de ces mesures liées à la prolifération nucléaire et prises depuis 2006 par le Conseil de sécurité de l'ONU.

      En cas de levée de certaines de ces sanctions, quelques pays du groupe 5+1 veulent en outre un mécanisme permettant de les réimposer rapidement au cas où l'Iran violerait ses engagements, selon un diplomate occidental.

      - Après le 31 mars ? -

      Un échec d'ici mardi minuit ne signifierait pas automatiquement la rupture et la fin de toutes les négociations, soulignent les protagonistes de part et d'autre.

      Mais tous s'accordent à dire que la situation serait beaucoup plus compliquée et difficile, en raison notamment des contraintes internes aux Etats-Unis et en Iran, où les opposants à un accord seront confortés en cas d'échec des discussions de Lausanne.

      "Nous avons dit que le 31 est une date butoir. Cela doit vouloir dire quelque chose. Les décisions ne seront pas plus simples après le 31. Si nous ne parvenons à une entente, nous devrons regarder le chemin devant nous, voir où nous en sommes. Et nous prendrons les décisions ensuite", a déclaré lundi Marie Harf.


    • Sarkozy aux députés UMP: "Le message de nos électeurs est de faire une opposition frontale" (participants) - 31/03/2015

      Nicolas Sarkozy a déclaré mardi devant les députés UMP que "le message des électeurs" à la droite, lors des élections départementales, était "de faire une opposition frontale", selon des participants à la réunion.

      "Les Français ne nous ont pas donné un blanc seing, ils sont en train de réfléchir à la possibilité de nous donner une chance, il ne faut pas rester immobiles", a souligné le président de l'UMP, pour qui le projet du parti de droite "doit être très fort et très nouveau".

      "Le message de nos électeurs est de faire une opposition frontale", a affirmé l'ancien chef de l'Etat: "les gens en ont plus qu'assez de la gauche, ce n'est pas pour avoir une droite qui ressemble à la gauche".

      Le président de l'UMP a lancé à l'intention du Modem : "on est avec nous ou contre nous. C'est trop simple d'aller braconner. On peut pas avoir la clarté avec le FN et la combinazione avec le MoDem".

      Tout en assurant "ne pas faire une obsession" sur le parti de François Bayrou, Nicolas Sarkozy a dit "ne pas accepter" que dans le Jura, dimanche, le député UMP Damien Meslot "ait été battu par une alliance MoDem-PS"

      Se félicitant que lors des élections départementales, c'était "la première fois que le FN perd des voix entre le 1e et le 2ème tour", il a jugé que c'était aussi "la première fois que ces élections ont été très politiques". "Vous ne ferez pas reculer le FN en promettant la 4G ou la non-fermeture des bureaux de poste", a-t-il lancé.

      Par ailleurs, "les électeurs demandent un renforcement de notre unité", a-t-il insisté, ajoutant que "dans les 10 jours" la mise au point des modalités des primaires à droite "doit être bouclée".


    • Allianz évalue à 300 millions le coût du crash de l'Airbus - 31/03/2015

      (Belga) Le consortium d'assureurs conduit par l'allemand Allianz a mis de côté 300 millions de dollars, soit environ 279 millions d'euros, pour répondre aux suites du crash, a annoncé mardi à l'AFP le groupe Lufthansa.

      "Je peux confirmer que 300 millions de dollars ont été passés comme provision" afin de couvrir les probables demandes de dommages et intérêts des familles des victimes ainsi que l'avion accidenté, a déclaré une porte-parole de Lufthansa, maison mère de Germanwings, confirmant des informations parues dans le journal Handelsblatt. Selon le quotidien allemand des affaires, les dommages et intérêts versés dans le cadre d'un crash aérien se montent généralement à 1 million de dollars par passager mais la présence d'Américains parmi les victimes pourrait conduire à une indemnisation plus importante. L'avion était, lui, assuré à hauteur de 6,5 millions de dollars, d'après le Handelsblatt, qui cite des sources proches du dossier. Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), filiale de l'assureur allemand Allianz spécialisée dans la gestion des risques des grands groupes, est le chef de file des assureurs de Germanwings. Les pertes humaines consécutives au crash, survenu il y a exactement une semaine, d'un A320 de la compagnie aérienne low cost de Lufthansa dans les Alpes françaises, ainsi que l'avion détruit, seront indemnisés par les assureurs même si l'accident a délibérément été provoqué, avaient indiqué vendredi à l'AFP des sources proches du dossier. Le crash de l'engin, qui reliait Barcelone à Düsseldorf, a fait 150 victimes. Le copilote de l'appareil, Andreas Lubitz, s'est manifestement enfermé seul dans le cockpit, profitant d'une brève absence du commandant de bord, et est soupçonné d'avoir délibérément précipité l'avion sur la montagne. (Belga)








    • UberPOP: la décision d'appel reportée, pas d'interdiction en attendant - 31/03/2015

      La cour d'appel de Paris a reporté mardi sa décision concernant le service UberPOP, proposé par la société de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) Uber, et n'a pas prononcé de mesure d'interdiction à titre conservatoire.

      Deux filiales du groupe Transdev et la société de VTC Voxtur avaient assigné Uber France devant le tribunal de commerce pour obtenir l'interdiction d'UberPOP, plateforme électronique mettant en relation des particuliers avec des conducteurs qui ne sont pas chauffeurs professionnels.

      Déboutées par le tribunal de commerce, qui s'était déclaré incompétent, les trois sociétés avaient fait appel.

      A l'audience, le 23 février, trois questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) avaient été soumises. Mardi, la cour d'appel a décidé d'en transmettre deux à la Cour de cassation.

      La première porte sur le principe dit du "retour à la base", qui oblige les VTC à retourner à leur point d'origine avant de pouvoir être de nouveau sollicitées pour prendre en charge un client.

      La seconde concerne l'un des articles de la loi Thévenoud du 1er octobre 2014, qui encadre l'activité des VTC. Cet article interdit notamment de mettre en relation des particuliers avec des conducteurs qui ne seraient pas des professionnels.

      Si ces QPC sont transmises au Conseil constitutionnel par la Cour de cassation, la prochaine audience devant la cour d'appel aura lieu le 30 septembre. Dans le cas contraire, elle se tiendra le 24 juin.

      Dans l'attente de connaître le sort de ces QPC, la cour d'appel a estimé qu'"aucun élément ne (rendait) nécessaire que soient ordonnées des mesures provisoires ou conservatoires", selon un arrêt consulté par l'AFP.

      "Une chose est sûre: la Loi Thévenoud qui régit aujourd'hui le transport de personnes va être revue par le Conseil Constitutionnel", a réagi, dans un communiqué, Uber, pour qui "cette loi (...) de circonstance doit aujourd'hui être révisée".

      "La cour d'appel a considéré que les arguments d'Uber, dont la position est souvent décriée, étaient sérieux", a commenté le conseil d'Uber, Me Hugues Calvet.

      "Force est de constater que la justice considère qu'il n'y a pas d'obligation de respecter la loi", a estimé pour sa part Alain Griset, président de l'Union nationale des taxis (UNT), intervenant volontaire dans cette procédure.

      "Nous ne pouvons que déplorer ces décisions qui refusent de statuer pour interdire le travail clandestin et bottent en touche", a-t-il ajouté, dans une réaction transmise à l'AFP.

      Pour Yann Ricordel, président des Taxis bleus, "Cette décision va laisser pendant quelques mois perdurer un service de transport clandestin qui n'apporte aucune sécurité aux passagers".

      Outre les QPC transmises mardi, deux autres questions prioritaires de constitutionnalité, également soumises par Uber, ont déjà été renvoyées au Conseil constitutionnel.

      Parallèlement à l'action initiée devant le tribunal de commerce et aujourd'hui en appel, UberPOP fait l'objet d'une procédure pénale, qui a déjà débouché sur une condamnation d'Uber à une amende de 100.000 euros, mi-octobre 2014.

      La société a fait appel de ce jugement et l'affaire sera examinée en octobre.

      Uber est également visé par une enquête préliminaire, ouverte fin novembre 2014, dont un volet concerne UberPOP et vise des faits présumés "d'organisation illégale" de "système de mise en relation de clients avec des personnes qui se livrent au transport routier (...) à titre onéreux".


    • Hollande, à Berlin, doit rassurer Merkel après sa défaite électorale - 31/03/2015

      François Hollande, à Berlin ce mardi pour un conseil des ministres franco-allemand, devrait s'employer à rassurer son alliée Angela Merkel sur le maintien du cap des réformes en France pour assainir ses finances publiques, après la nouvelle claque électorale infligée dimanche à sa majorité.

      Le chef de l'Etat français est arrivé vers 11H15 (09h15 GMT) à la chancellerie où il a été accueilli par Mme Merkel avec les honneurs militaires. Il devait ensuite s'entretenir avec la chancelière.

      Signe de la gravité de la situation, le Premier ministre Manuel Valls, qui devait initialement participer à ce conseil, puis rencontrer à Francfort le président de la BCE Mario Draghi, a décidé in extremis de rester à Paris, en accord avec le président de la République.

      Avec une mission: renouer le dialogue avec sa majorité sortie exsangue et divisée de cette quatrième débâcle électorale en un an, et dont l'aile frondeuse réclame désormais à cor et à cri un changement de ligne politique à gauche.

      Alors que la presse allemande titrait lundi sur "la claque", "la débâcle", "l'affront" subis par "les socialistes au pouvoir à Paris", M. Hollande aura lui à c?ur de confirmer à Mme Merkel, gardienne intransigeante de l'orthodoxie financière, sa volonté de maintenir le cap des réformes engagées par la France pour relancer l'investissement et réduire ses déficits.

      Optimiste, le président français compte sur la reprise économique qu'il voit frémir pour ramener le déficit public de la France à 3% du PIB en 2017 et finir par endiguer un chômage toujours en hausse.

      "Il y a une vraie conviction en Allemagne que la France fait des réformes (...) Il faut montrer que ce processus avance quelles que soient les échéances électorales, que cela ne change pas les projets de réformes, au contraire", assure-t-on dans l'entourage du ministre français de l'Economie Emmanuel Macron.

      En parallèle du conseil, celui-ci publiera avec son homologue allemand Sigmar Gabriel une déclaration conjointe, qui viendra en plus de celle des deux gouvernements, donnant la liste d'une petite dizaine de projets d'investissement franco-allemands auxquels ils travaillent depuis plusieurs semaines. L'idée est de capter une partie des fonds du plan d'investissement européen dit "plan Juncker", qui est encore en voie de finalisation.

      M. Macron, qui a endossé le rôle de "VRP de la France", donnera aussi une conférence en anglais dans une école de commerce sur ce +New deal européen+", indique un conseiller.

      - 'Une connivence spontanée' -

      Moquant ce "moment ?cuménique à la gloire de l'amitié franco-allemande", Jean-Luc Mélenchon, leader du Parti de gauche français, a par avance dénoncé "l'intransigeance égoïste" de l'Allemagne dont le "modèle plonge l'Europe dans la déflation".

      Concernant la coopération bilatérale, ce 17e conseil des ministres franco-allemand doit faire avancer plusieurs projets, notamment en matière d'industrie de défense.

      Après des années de négociations, une annonce devrait intervenir concernant la réalisation en France d'un 3e satellite de surveillance de nouvelle génération CSO (Composante spatiale optique), dans lequel l'Allemagne compte investir 210 millions d'euros, sur un coût 300 millions.

      Les deux pays devraient par ailleurs s'engager dans le développement d'une nouvelle génération de drones de surveillance de type MALE (Moyenne altitude longue endurance) à l'horizon 2020-2025.

      Sur le plan diplomatique, le nucléaire iranien sera sans nul doute au c?ur des discussions alors que les négociations pour un accord s'achèvent mardi à Lausanne. Mardi matin, une source diplomatique allemande a indiqué que les ministres des Affaires étrangères allemand et français, Frank-Walter Steinmeier et Laurent Fabius, ne se rendraient pas à ce conseil des ministres "en raison des négociations en cours".

      Après les attentats meurtriers début janvier à Paris, le crash de meurtrier de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings il y une semaine dans les Alpes françaises a été une nouvelle occasion pour Mme Merkel et M. Hollande de vérifier la solidité de leurs liens.

      "Les tragédies de Charlie Hebdo et de l'accident d'avion nous ont encore rapprochés", constatait récemment Michael Roth, secrétaire d'Etat allemand aux Affaires européennes chargé de la relation franco-allemande, tandis qu'un conseiller de M. Hollande soulignait la naissance d'"une connivence spontanée" entre les deux dirigeants.


    • Nouvelle journée de recherches sur le site du crash - 31/03/2015

      (Belga) Les recherches sur le site du crash de l'A320 de la compagnie allemande Germanwings dans les Alpes françaises ont repris mardi matin peu avant 09H00 (07H00 GMT), une semaine après le drame.

      Les enquêteurs et gendarmes peuvent désormais accéder à la zone par une piste d'accès a la zone du crash aménagée depuis dimanche. "On travaille plus vite, plus tard et on rapporte plus de prélèvements", a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Les enquêteurs ont ramassé et ramené "plus de 4.000 pièces" (débris de l'avion et corps), a précisé cette même source. Deux hélicoptères tournaient au-dessus du site et ses alentours pour tenter de retrouver d'autres éléments qui se trouveraient a l'extérieur de la zone de recherche. Deux hélicoptères de l'armée allemande étaient attendus dans la journée. Les équipes doivent "avoir terminé le 8 avril le travail de rapatriement des corps et des pièces importantes de machine (...), ensuite une société civile payée par la Lufthansa va dépolluer", selon cette source. "Des sondages par perche dans la terre meuble" sont effectués chaque jour : "on peut supposer qu'elle (la boîte noire) a été enterrée". L'A320 de Germanwings s'est écrasé le 24 mars contre une montagne des Alpes, à la suite semble-t-il d'une décision délibérée du copilote ayant pris les commandes, tuant les 150 personnes à bord, d'une vingtaine de nationalités différentes mais en majorité originaires d'Allemagne et d'Espagne. (Belga)








    • Les forces irakiennes reprennent le siège provincial à Tikrit - 31/03/2015

      Les forces de sécurité irakiennes ont repris le siège du conseil provincial à Tikrit, près d'un mois après le lancement de leur offensive sur cette ville du nord de l'Irak tenue par le groupe Etat islamique, ont rapporté mardi des responsables.

      "Les forces irakiennes ont nettoyé le complexe gouvernemental à Tikrit", a indiqué notamment un général de l'armée s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.


    • Un arrondissement de Tokyo reconnaît les couples homosexuels, une première au Japon - 31/03/2015

      Un arrondissement de Tokyo a voté mardi une résolution l'autorisant à délivrer un certificat d'union aux couples homosexuels, un projet inédit de reconnaissance symbolique dans l'archipel où la constitution interdit les mariages entre personnes du même sexe.

      Les autorités du quartier de Shibuya, connu comme étant le siège de nombreuses jeunes entreprises, d'ambassades et de lieux branchés (commerces, bars, restaurants, lieux festifs), espèrent émettre les premières attestations dès cet été.

      De nombreux militants avaient fait le déplacement pour assister à ce moment historique. "Je suis heureuse", a confié Koyuki Higashi, ancienne actrice de la Revue Takarazuka, une célèbre compagnie théâtrale exclusivement constituée de femmes.

      "J'espère que ce mouvement va s'étendre à travers le Japon et que le débat sur le sujet va s'accélérer", souligne la jeune femme qui va déposer une demande de certificat pour officialiser sa relation avec sa compagne, Hiroko Masuhara, après une cérémonie informelle de mariage en 2013 à Disneyland.

      Promouvoir la diversité et l'égalité, tel est l'objectif de cette initiative, bien que dépourvue de valeur légale. La municipalité souhaite notamment encourager les hôpitaux et agences immobilières à traiter sur un pied d'égalité couples hétéro ou homo.

      Au Japon, les personnes homosexuelles ont en effet souvent des difficultés pour louer un appartement. Il arrive aussi qu'elles se voient refuser la visite d'un(e) partenaire hospitalisé(e) faute de pouvoir prouver un lien officiel.

      La décision a été approuvée par la majorité des membres du conseil municipal, à l'exception de ceux appartenant au Parti Libéral-Démocrate (PLD, droite) du Premier ministre Shinzo Abe.

      Des voix critiques se sont élevées par ailleurs dans la société civile, certaines organisations redoutant que l'instauration d'un tel cadre "accentue encore le faible taux de natalité du Japon".

      Shibuya, quartier central de Tokyo connu pour son gigantesque carrefour, l'un des plus fréquentés au monde, compte quelque 217.000 habitants, dont près de 10.000 étrangers.

      D'autres autorités, comme l'arrondissement voisin de Setagaya ou encore la ville de Yokohama, en banlieue de Tokyo, ont également émis le souhait de reconnaître les couples homosexuels.

      Pour le moment, ceux qui veulent obtenir une reconnaissance officielle de lien ont parfois recours à l'adoption de l'un par l'autre, un schéma qui n'est satisfaisant pour personne mais qui, contrairement au mariage homosexuel, n'est pas anticonstitutionnel.

      La loi fondamentale nippone précise en effet que le mariage n'a de légitimité que s'il résulte du consentement mutuel entre personnes de sexes opposés.


    • L'ex-chanteur de One Direction Zayn Malik fait déjà ses premier pas solo - 31/03/2015

      Une maquette de la première chanson en solo de l'ancien membre du groupe phénomène One Direction, Zayn Malik, a été mise en ligne mardi sur Twitter, à peine une semaine après l'annonce du départ de ce chanteur du boys band.

      Le producteur Naughty Boy a tweeté la chanson de Zayn Malik, titrée "I won't mind", avec ce commentaire: "laissons parler la musique".

      La démo, une ballade acoustique aux accents folks et mélancoliques longue de près de trois minutes, représente un virage complet par rapport à la musique pop ultra-produite du boys band.

      Le chanteur de 22 ans avait annoncé la semaine dernière quitter définitivement le groupe One Direction après "cinq années incroyables".

      "Ma vie avec One Direction m'a apporté plus que je n'aurais pu l'imaginer. Mais après cinq ans, je pense que c'est le bon moment pour moi de quitter le groupe", avait indiqué Zayn Malik dans un communiqué.

      Les autres chanteurs du groupe avaient alors assuré qu'ils continueraient à quatre, honorant leurs prochains concerts et enregistrant leur cinquième album qui doit sortir cette année.

      Le boys band One Direction avait été monté de toutes pièces dans le cadre de l'émission de télévision X Factor en 2010. Il a vendu plus de 50 millions d'albums dans le monde.


    • Les jihadistes de l'EI exécutent 30 personnes dans le centre de la Syrie (ONG) - 31/03/2015

      Les jihadistes du groupe État islamique (EI) ont exécuté mardi au moins 30 personnes, dont des enfants, dans un raid contre un village mixte de la province de Hama, au centre de la Syrie, selon une ONG.

      "L'EI a effectué mardi un raid contre le village de Majaoubé, où cohabitent des sunnites, des alaouites et des ismaélites. Ils ont exécuté par balles, brûlé et décapité au moins trente personnes, dont des femmes et des enfants", a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

      La télévision syrienne a confirmé l'attaque à Majaoubé, situé à l'est de Hama, et affirmé qu'elle avait été repoussée.

      L'OSDH a également indiqué que l'EI s'était retiré et précisé que l'aviation militaire avait bombardé des positions de l'EI, qui essaie de couper l'unique route du régime reliant Homs à Alep.

      Les 20 et 21 mars, plus de 83 membres des forces du régime et des supplétifs avaient été tués dans des attaques menées par l'EI dans le même secteur, selon l'OSDH.


    • Importante panne d'électricité affectant de nombreuses villes de Turquie - 31/03/2015

      Une coupure d'électricité sans précédent depuis plus de dix ans affectait mardi une vingtaine de provinces de Turquie, dont les villes d'Ankara et Istanbul où le trafic des métros et des tramways a été interrompu, ont rapporté les médias locaux.

      Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a indiqué que la panne pouvait être technique mais affirmé que "toutes les pistes étaient actuellement étudiées", en réponse à un journaliste qui l'interrogeait sur l'éventualité d'une attaque "terroriste".

      Une cellule de crise a été mis en place auprès du ministère de l'Energie, a-t-il ajouté.

      Selon la compagnie publique de distribution d'électricité (Teas), la panne est survenue à 10H36 locales (07H36 GMT).

      "Il y a eu un effondrement du système électrique en Turquie", a déclaré le ministre de l'Energie Taner Yildiz, expliquant que le courant avait commencé à revenir graduellement dans certains districts d'Ankara.

      "Nous sommes en train de rechercher les causes de cette panne (...) nous tentons de déterminer activement s'il s'agit d'une panne technique ou d'une attaque informatique", a ajouté M. Yildiz devant la presse.

      Le métro d'Istanbul et le tunnel ferroviaire qui relie les rives européenne et asiatique de la plus grande ville du pays ont été évacués, ont indiqué les médias turcs.

      Selon eux, des pannes ont été signalées dans 24 ou 26 des 81 provinces du pays, frappant notamment les villes de Trabzon (nord-est), Aydin (ouest), Antalya (sud), Izmir (ouest), Izmit (nord-ouest) ou encore Bursa (nord-ouest).

      Selon la chaîne d'information en continu NTV citant la compagnie Teas, l'électricité a été rétablie à Edirne (nord-ouest) et Erzurum (nord-est) à la mi-journée.

      Cette panne est la plus importante recensée depuis quinze ans en Turquie, selon plusieurs médias citant des responsables du ministère de l'Energie.


    • Des oignons qui ne tirent pas les larmes et font même rire - 31/03/2015

      Une entreprise alimentaire japonaise a fait la joie de la presse nippone en ce début de semaine en annonçant le développement d'oignons que l'on peut éplucher et hacher à volonté sans faire ruisseler ses yeux.

      House Foods Group a réussi à créer ces variétés d'oignons en bloquant les enzymes qui produisent des composés faisant pleurer les cuisiniers.

      Ils ont même le pouvoir inverse, celui de faire rire, grâce à leur inhabituelle propriété, se félicite la compagnie dans un communiqué.

      L'entreprise n'a toutefois pas encore décidé la commercialisation de ces oignons bienfaiteurs.

      En 2013, les chercheurs de l'entreprise avaient remporté l'ironique "Prix Ig Nobel" de l'université de Harvard pour la découverte du processus biochimique par lequel les oignons font pleurer ceux qui ont le malheur de les couper.

      House Foods s'est intéressée de près aux enzymes des oignons, un ingrédient souvent utilisé dans ses spécialités, les préparations au curry, mets très prisés des Nippons.


    • Quatre victimes, aucun mobile: l'énigmatique "tueur de l'Essonne" face à la justice - 31/03/2015

      Il est accusé d'avoir assassiné quatre personnes de sang-froid, sans mobile, par surprise, d'au moins une balle dans la tête: le procès de Yoni Palmier, "le tueur de l'Essonne", s'est ouvert mardi aux assises d'Evry.

      Malgré un dossier accablant, l'accusé, 36 ans, qui comparaît avec la lourde étiquette de "serial killer", nie farouchement.

      Crâne rasé, l'air abattu, il est arrivé à l'audience une main dans la poche, vêtu d'un jean et d'un pull gris, encore hésitant sur le nom des avocats amenés à assurer sa défense, ce qui a légèrement retardé le début du procès.

      "Son discours, c'est de dire: +Moi, on m'a agressé toute ma vie et la justice n'a jamais rien fait. Maintenant, je suis accusé et on ne fait rien pour m'innocenter!+", a détaillé à l'AFP son avocat Julien Fresnault.

      Une défense fragile au moment d'aborder trois longues semaines de procès, au cours desquelles sera disséquée chaque étape de la vie solitaire de cet homme instable et colérique.

      L'affaire débute par une mare de sang dans un parking de Juvisy-sur-Orge (Essonne): Nathalie Davids, une laborantine de 35 ans, est découverte en novembre 2011 près de sa voiture, atteinte d'au moins sept balles.

      Les enquêteurs croient rapidement tenir leur suspect idéal: Michel Courtois, 49 ans, ex-amant de la victime qu'il aurait, selon des proches, harcelée. Cet ouvrier du bâtiment avoue en garde à vue et se retrouve en prison malgré ses rétractations.

      Trois mois plus tard, en février 2012, Jean-Yves Bonnerue, 52 ans, est abattu dans le même parking d'une balle dans la tête. Suivent Marcel Brunetto, 81 ans, en mars à Ris-Orangis, et Nadjia Boudjemia-Lahcène, 48 ans, en avril à Grigny. A nouveau d'une balle dans la tête, à bout portant.

      Deux éléments relient les quatre victimes, tuées à quelques kilomètres les unes des autres: le pistolet calibre 7.65 mm utilisé et une moto "bleue et blanche" aperçue par des témoins dans les heures qui précèdent ou suivent les crimes.

      La police lance un avis de recherche pour mettre la main sur "le tueur à moto" qui sème la panique dans l'Essonne. Yoni Palmier est arrêté dix jours plus tard à Ris-Orangis.

      - "J'ai pas fait ça" -

      Au fil des perquisitions, les enquêteurs reconstituent le puzzle. La fameuse moto, une Suzuki GSX-R faussement immatriculée, est retrouvée dans un box qu'il loue à Viry-Châtillon. Puis l'arme des crimes, avec son seul ADN, dans un autre box à Draveil.

      Autres rapprochements troublants: Yoni Palmier loue un box dans le parking où sont morts Nathalie Davids et Jean-Yves Bonnerue; il a habité dans le même immeuble que Marcel Brunetto; il fréquente le quartier de Grigny où a été commis le dernier meurtre.

      Autant d'éléments matériels lourds qui entraînent la libération de Michel Courtois (aujourd'hui totalement blanchi) après six mois de détention, mais que Yoni Palmier balaye d'un "j'ai pas fait ça", peu convaincant.

      Il accuse d'abord un certain "Niorka" qui, dans une lettre reçue en prison, s'attribue les meurtres. Avant d'avouer s'être fait envoyer le courrier par sa mère.

      Puis, lui l'éternel solitaire, évoque "un groupement" de personnes, qu'il est incapable de décrire, mais qui auraient tué au hasard pour le venger d'agressions qu'il prétend avoir subies.

      "Il a un pet au casque, c'est une évidence", soutient une source proche du dossier. Ce que laisse aussi penser l'enquête de personnalité, qui révèle les étonnants caprices du trentenaire: un sauna dans son minuscule appartement de Ris-Orangis aux allures de squat, ou un mini lance-flamme sous la manche de son bras, qu'il tente de se confectionner lui-même...

      De son enfance brimée à sa vie d'adulte misanthrope et inactif, une seule constante dans la vie de Palmier: sa relation tourmentée avec sa mère, à la fois surprotectrice et victime de ses sautes d'humeur.

      Il prendra six mois ferme pour l'avoir poignardée en 2004. Elle est pourtant la seule, aujourd'hui, à venir encore le voir en prison.

      Le verdict est attendu le 17 avril.


    • "Shaun le mouton", nouvelle perle des créateurs de Wallace et Gromit - 31/03/2015

      Les studios britanniques Aardman, créateurs des personnages en pâte à modeler Wallace et Gromit, reviennent avec "Shaun le mouton", sur les écrans mercredi, film d'animation inventif et drôle sans dialogues, nourri des comédies de Buster Keaton ou Jacques Tati.

      Sorti en février en Grande-Bretagne, ce sixième long métrage des studios Aardman après "Chicken Run" (2000), "Wallace et Gromit: le mystère du lapin-garou" (2005) ou "Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout" (2012), a été réalisé par Richard Starzak et Mark Burton.

      "Shaun le mouton - le film", qui dure près d'une heure et demie, raconte les aventures de Shaun, petit mouton malin aux grands yeux, né il y a vingt ans dans le court-métrage de Wallace et Gromit "Rasé de près", puis devenu célèbre à partir de 2007 grâce à une série d'animation dont il est le héros, qui s'est exportée dans le monde entier.

      "Au fur et à mesure que la série prenait de l'importance, il nous a semblé assez naturel de raconter une histoire plus longue", explique Richard Starzak.

      Dans le film, Shaun, qui travaille avec son troupeau à la ferme Mossy Bottom sous l'autorité du chien Bitzer, décide de prendre un jour de congé.

      Mais, à la suite d'une série de péripéties, il perd le contrôle de la situation et va devoir partir en ville avec les autres moutons pour retrouver le fermier, devenu amnésique.

      Cette trame offre le point de départ à une course enlevée dans l'univers urbain, aux scènes souvent désopilantes.

      - 'Buster Keaton et Harold Lloyd' -

      Bourré de gags visuels, de comique de situation et d'humour pince sans rire, fourmillant d'idées et plein de rebondissements, ce film marie le côté artisanal des personnages en pâte à modeler créés par les studios Aardman, animés et filmés image par image (en "stop motion"), avec l'héritage des comédies du cinéma muet.

      "Nous avons vu beaucoup de ces films", notamment "ceux de Buster Keaton et Harold Lloyd", a indiqué à l'AFP Mark Burton, citant aussi Jacques Tati, le film de Michel Hazanavicius "The Artist" ou "La Folle Journée de Ferris Bueller" (1986) de John Hughes parmi leurs influences.

      "Buster Keaton a toujours servi de modèle pour Shaun, parce que Shaun a un visage assez impassible", souligne également Richard Starzak.

      "J'avais une photo de Buster Keaton épinglée sur la porte du studio, juste pour rappeler aux animateurs (...) qu'il n'y avait pas besoin de le faire trop bêler ou d'être trop physique", ajoute-t-il.

      Après leurs cinq premiers films coproduits par des studios hollywoodiens, les studios Aardman ont choisi de collaborer avec le français Studiocanal sur ce long métrage.

      "Je pense que notre relation avec Hollywood est intéressante, parce que nous avons beaucoup appris des studios américains", analyse Richard Starzak. "Mais nous sentons que comme réalisateurs européens, nous pouvons être aussi bons que ceux de Hollywood", ajoute-t-il.

      Quelque 354 marionnettes ont été utilisées pour la réalisation de ce film, qui a mobilisé une équipe de 17 animateurs, tournant environ deux secondes de film par jour.


    • Allemagne: le taux de chômage au plus bas depuis la Réunification - 31/03/2015

      Le taux de chômage allemand a légèrement reculé en mars pour atteindre son niveau le plus bas depuis la Réunification, grâce à un repli plus important que prévu du nombre de chômeurs, selon les chiffres officiels publiés mardi.

      Le taux de chômage en données corrigées des variations saisonnières (CVS) a baissé à 6,4% en mars, a annoncé l'Agence pour l'emploi, après 6,5% en février. Cette légère baisse est une surprise: les analystes interrogés par le fournisseur de services FactSet tablaient sur un taux stable en mars.

      Cette dynamique est nourrie par un recul plus important que prévu du nombre de demandeurs d'emploi. La première économie européenne compte en données ajustées 15.000 chômeurs en moins en mars, là où les analystes attendaient un repli de 10.000 sur un mois.

      "Emplois, emplois, emplois", scande l'économiste Christian Schulz de la banque Berenberg, pour résumer la robustesse de l'Allemagne, devenue une machine à créer des postes.

      "La croissance économique ferme et les hausses de salaires modérées continuent d'alimenter l'explosion de l'emploi en Allemagne", poursuit-il, en rappelant que les compromis salariaux négociés dans les grands industries du pays en début d'année prévoient des augmentations inférieures à 3%.

      "Des créations d'emplois supplémentaires sont à venir", observe-t-il, en pointant la nouvelle hausse de l'indice de l'Agence pour l'emploi mesurant les intentions d'embauche.

      En données brutes, davantage utilisées dans le débat public, le taux de chômage allemand a baissé à 6,8% en mars, après 6,9% en février. Cela correspond à un total d'environ 2,932 millions de chômeurs dans le pays, soit un repli sur un mois de près de 85.000 demandeurs d'emploi.

      "Le développement avantageux persiste sur le marché du travail. Cela tient à la bonne conjoncture et au redémarrage printanier qui débute", a commenté dans un communiqué le président de l'Agence pour l'emploi, Frank-Jürgen Weise.

      L'Allemagne confirme mois après mois son statut d'exception en Europe, alors que des voisins importants comme la France et l'Italie sont bien plus sévèrement touchés par le chômage. Le taux italien est d'ailleurs légèrement reparti à la hausse en février, à 12,7% de la population active, selon les chiffres officiels provisoires publiés mardi.

      Thilo Heidrich, analyste de Postbank, pronostique un "développement toujours positif sur le marché du travail allemand dans les mois qui viennent, même s'il ne se fera pas nécessairement au même rythme que celui observé en tout début d'année".

      "Le salaire minimum généralisé introduit en début d'année tout comme la possibilité pour certains de partir à la retraite dès 63 ans pourraient être des facteurs négatifs sur le marché du travail dans le courant de l'année", souligne-t-il.


    • Présidentielle au Nigeria: le suspense reste entier - 31/03/2015

      Le candidat de l'opposition Muhammadu Buhari était en tête mardi matin dans le décompte des voix de l'élection présidentielle au Nigeria, devant Goodluck Jonathan, mais le suspense reste entier, les résultats des fiefs du chef d'Etat sortant n'étant pas encore connus.

      Selon les premiers résultats officiels dans 18 des 36 Etats nigérians et dans la capitale fédérale, annoncés lundi soir par la Commission électorale indépendante (Inec), l'ancien général Buhari a remporté plus de 8,5 millions de voix, et devançait M. Jonathan d'environ deux millions de voix.

      M. Buhari est donné vainqueur dans dix Etats, le président Jonathan dans huit autres et dans la capitale fédérale.

      Mais les résultats de plusieurs Etats du sud du Nigeria très peuplés sont encore attendus, comme Lagos et Rivers, a priori favorables à Goodluck Jonathan, lui-même un chrétien du sud.

      Le vote communautaire ou religieux est un phénomène très marqué au Nigeria, pays mosaïque de 173 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique, majoritairement chrétien dans sa moitié sud et musulman dans sa moitié nord.

      M. Buhari, un musulman du nord, a marqué des points dans ses fiefs, devançant M. Jonathan de 1,7 million de voix dans l'Etat de Kano, le plus peuplé du nord, et de 650.000 voix dans celui de Kaduna. L'ancien général de 72 ans, qui fut à la tête d'une junte militaire dans les années 80 et qui se présente pour la quatrième fois à la présidentielle depuis le retour du pays à la démocratie en 1999, améliore largement ses scores par rapport au dernier scrutin de 2011.

      Il a orienté avec succès sa campagne électorale sur la lutte contre la corruption endémique qui gangrène le Nigeria, pays à la croissance dynamique devenu l'an dernier la première puissance économique d'Afrique, notamment grâce à son importante production de pétrole, mais où les inégalités sociales sont criantes.

      Le parti au pouvoir, le PDP du président Jonathan, "n'est pas perturbé par les résultats jusqu'à présent", a réagi son porte-parole Olisa Metuh. Les résultats dans les fiefs du PDP vont renverser la tendance et nous "donner au final une victoire claire et nette", a-t-il affirmé.

      Le décompte des résultats a été stoppé pour la nuit lundi soir, et doit reprendre mardi matin à 10H00 (09H00 GMT).

      - craintes de violences -

      Pour cette présidentielle, la plus serrée de l'histoire du Nigeria, nombreux sont ceux qui redoutent des violences, comme en 2011 où des affrontements avaient fait un millier de morts après l'annonce de la victoire de M. Jonathan.

      Des troubles ont éclaté dès dimanche dans l'Etat pétrolier de Rivers, où le Congrès progressiste (APC) de M. Buhari accuse l'Inec et le PDP de fraudes électorales.

      Des marches de protestations se sont poursuivies lundi jusqu'à l'instauration d'un couvre-feu pour la nuit.

      Kaduna, grande ville du centre du pays submergée par les violences entre chrétiens et musulmans en 2011, focalise les craintes.

      "Si le président Jonathan est déclaré vainqueur, et non le général Buhari (...) je peux vous dire que Kaduna va s'embraser" à nouveau, a prévenu lundi Awwal Abdullahi Aliyu, le président de l'Union pour l'unité du peuple du Nord et la réconciliation.

      Le président de l'Inec, Attahiru Jega, a promis qu'il examinerait toutes les plaintes, poursuivant son objectif de mener à son terme un scrutin "libre, juste et crédible, dans le calme".

      L'Union africaine a appelé à recourir "aux moyens légaux existants au cas où il y aurait contestation des résultats" de ces élections, qui ont, selon elle, respecté "les principes continentaux des élections démocratiques".

      L'ONG nigériane Transition Monitoring Group (TMG), ainsi que l'Institut démocratique national (NDI), basé à Washington, qui disposaient de nombreux observateurs, ont également salué la régularité du scrutin.

      Washington et Londres ont en revanche fait part de leur inquiétude au sujet de "possibles interférences politiques" dans le décompte des voix au niveau régional, même s'il n'y a pas "eu pour le moment de manipulation systématique du processus" électoral.

      Des craintes "sans fondement" a rétorqué l'Inec, des "balivernes", pour le porte-parole de campagne de M. Jonathan, Femi Fani-Kayode.

      Outre leur président, les 69 millions d'électeurs inscrits ont voté ce week-end pour élire les 109 sénateurs et les 360 députés que compte le Parlement. Pour la première fois, les électeurs étaient identifiés par des lecteurs d'empreintes digitales, censés prévenir les fraudes.

      La rébellion de Boko Haram, qui menaçait d'empêcher le vote, notamment dans ses bastions du nord-est du Nigeria, n'y a finalement pas réussi malgré quelques attaques. Elle a sans doute été considérablement affaiblie dans les semaines précédentes par l'offensive internationale menée contre elle.








    • Zone euro: le chômage à son plus faible niveau depuis mai 2012 - 31/03/2015

      Le taux de chômage de la zone euro s'est établi à 11,3% en février, son niveau le plus faible depuis mai 2012, a rapporté mardi l'office européen de statistiques Eurostat.

      Le taux de chômage a en revanche été révisé à la hausse pour le mois de janvier, à 11,4% contre 11,2% annoncé précédemment.

      L'office des statistiques explique notamment cette révision par "la mise à jour des séries corrigées des variations saisonnières" et "l'intégration dans la chaîne de calcul des données les plus récentes de l'enquête communautaire sur les forces de travail".

      Le chômage enregistre donc une baisse sur un mois. Il baisse également sur un an puisque le taux atteignait 11,8% en février 2014.

      En février, 18,204 millions de personnes étaient au chômage dans la zone euro soit une diminution de 49.000 sur un mois et de 643.000 sur un an.

      C'est encore une fois l'Allemagne qui a enregistré le taux de chômage le plus faible (4,8%), suivie de l'Autriche (5,3%), du Luxembourg (5,8%) et de Malte (5,9%). A l'autre extrémité du spectre, la Grèce continuait d'enregistrer le plus fort taux de chômage (26% selon les dernières données disponibles, datant de décembre), suivie par l'Espagne (23,2%) et Chypre (16,3%).

      En France, le chômage s'est établi à 10,6%, comme en janvier. En Italie, il a augmenté à 12,7% en février, contre 12,6% en janvier.

      Sur un an, les baisses les plus marquées ont été observées en Estonie (de 8,4% à 6,2% entre janvier 2014 et janvier 2015) et en Irlande (de 12,1% à 9,9%). Les hausses les plus fortes ont été enregistrées à Chypre (de 15,6% à 16,3%) et en Finlande (de 8,4% à 9,1%).

      Parmi les jeunes de moins de 25 ans, 3,245 millions étaient au chômage en février dans la zone euro soit 230.000 de moins qu'en février 2014. Le taux de chômage des jeunes s'établissait à 22,9%.

      A l'échelle de l'ensemble de l'UE, le taux de chômage était de 9,8% en février, en baisse par rapport à janvier (9,9%) et par rapport à février 2014 (10,5%). Il s'agit du plus faible taux enregistré dans l'UE à 28 depuis septembre 2011, précise Eurostat.


    • L'Inde à la peine pour empêcher les fous du volant de sévir - 31/03/2015

      Un mois après la mort de son fils, écrasé par deux bus alors qu'il revenait à pied du lycée à New Delhi, Anita Rajput ne peut imaginer laisser son dernier enfant rentrer seul chez lui.

      "Y-a-t-il eu du changement? Comment puis-je le laisser sur la route? Que se passera-t-il s'il lui arrive la même chose?", dit-elle à l'AFP, les larmes aux yeux.

      Les routes indiennes figurent parmi les plus dangereuses au monde, avec plus de 200.000 morts par an, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces décès sont le plus souvent imputés à une législation défaillante, peu respectée par les conducteurs et mal appliquée par des policiers parfois corrompus.

      Après des années d'inaction, le gouvernement propose de durcir la loi en alourdissant les amendes pour excès de vitesse et conduite dangereuse, qui dans certains cas aujourd'hui ne dépassent pas deux euros.

      Victimes et experts attendent impatiemment la refonte de la loi en vigueur, qui date de l'ère coloniale britannique, mais son examen a récemment été repoussé à la fin avril au plus tôt.

      "Une nouvelle loi vaut la peine, même si elle ne sauve qu'une vie", dit Pulkit Kumar, 29 ans, resté paralysé après avoir eu la colonne vertébrale écrasée dans un accident de moto. Un bus l'a percuté alors qu'il attendait au feu sur sa moto, en rentrant chez lui à Noida, près de Delhi.

      Contraint d'abandonner son emploi et confronté à de gros frais hospitaliers, Kumar espère au moins que justice lui sera rendue.

      Mais quatre ans après l'accident, son affaire s'est enlisée dans les méandres de la justice indienne et il n'a reçu aucune indemnisation.

      "C'était un bus public et je n'ai reçu aucune indemnisation ni visite de courtoisie d'un responsable", explique Kumar à l'AFP depuis chez lui, dans l'Etat voisin de l'Uttar Pradesh.

      - Corruption -

      Avec plus de 231.000 décès par an, selon un rapport de l'OMS de 2013, l'Inde affiche un terrible bilan puisqu'elle représente 15% des accidents mortels pour seulement 1% du parc automobile mondial, selon la Banque mondiale.

      La corruption est le coeur du problème, estiment les militants de la prévention routière.

      "Nous vivons avec un système désastreux. La corruption est partout, de la construction des routes à l'obtention des permis et jusqu'aux amendes qui sautent", dit Anurag Kulshrestha, président de l'association trafficZam.

      Il épingle également l'état pitoyable du réseau routier, souvent mal conçu et insuffisant pour faire face aux milliers de nouveaux véhicules qui affluent chaque jour, à la faveur du développement de la classe moyenne.

      Le gouvernement a promis dans son dernier budget de construire 100.000 km supplémentaires de routes et d'accroître de 11,3 milliards de dollars les dépenses d'infrastrucutres.

      En attendant, les automobilistes disputent la route aux camions, bus, taxis, charrettes, vaches et aux piétons obligés de s'aventurer sur des chaussées défoncées, les trottoirs étant inexistants ou obstrués par des étalages.

      Séparer les véhicules selon leur taille et multiplier les contournements routiers pour poids-lourds et les pistes cyclables, améliorerait la situation, estiment les experts.

      Et "la sécurité routière doit être enseignée à l'école, nous devons préparer nos enfants", souligne S. Velmurugan, un spécialiste du Central Road Research Institute basé à Delhi, auprès de l'AFP.

      La présence de familles entières circulant à moto sans casque est monnaie courante sur les routes indiennes.

      - Amendes plus lourdes -

      La nouvelle proposition de loi s'intègre dans un plan à cinq ans du gouvernement pour réduire la mortalité sur les routes.

      Elle fera peu pour endiguer la corruption ou améliorer la prévention routière, mais prévoit sur le front répressif de porter à des montants de 50 à 250 euros les amendes pour un feu rouge grillé, une absence de ceinture ou un excès de vitesse, contre moins de 2 euros actuellement.

      Pour une conduite en état d'ivresse, la sanction devrait passer d'environ 50 euros à 250 euros pour la première infraction, 500 euros en cas de récidive et retrait de permis la quatrième fois.

      Mais pour Anita Rajput, seule compte désormais sa bataille pour amener devant la justice les responsables de la mort de Mukul, son fils aîné de 19 ans.

      Mukul revenait chez lui retrouver son père qui sortait de l'hôpital quand il a été percuté par des chauffards. "Nous étions impatients de nous revoir. Il aurait voulu rester à la maison" mais devait passer des examens, explique sa mère. Et puis "nous avons eu un appel de la police..."






    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • C'est la fin des quotas laitiers: quelle conséquence sur le prix du lait en Belgique? - 30/03/2015

      Notre journaliste Benjamin Brone et notre camerawoman Anne Lutgen sont allés à la rencontre de Marc Decoster, éleveur de vaches dans le Brabant wallon depuis 35 ans. L'homme est un véritable survivant des crises successives, dont celle de 2009.

      "A ce prix-là, autant le jeter"

      A l'époque, le prix du lait était au plus bas, et les protestations des producteurs restent dans toutes les mémoires: ils avaient déversé des centaines, voire des milliers de litres de lait dans les champs. Leur revendication? Cesser les quotas sur le lait, afin de permettre aux producteurs d'en vendre plus. Ainsi, ils auraient pu augmenter leur marge bénéficiaire pour pallier à la baisse du prix et donc, à la crise qu'ils traversaient.

      Marc Decoster a tenu le coup

      L'agriculteur Marc Decoster n'a jamais cessé de produire du lait. "On avait déjà une exploitation de moyenne un peu plus élevée que la moyenne wallonne, explique-t-il à notre journaliste. Grâce à cela, on avait un peu d'économies d'échelle. Si moi je ne m'y retrouvais plus, les autres avaient encore beaucoup plus de difficultés".

      La fin des quotas va provoquer une baisse du prix inéluctable

      Le fermier dispose d'un quota de 1.700.000 litres par an. Mais dès le 1er avril, les 3.500 exploitations laitières wallonnes n'auront plus aucune limite. Le produit, aujourd'hui à 30 centimes par litre, risque donc de subir une dégringolade: "Quand les volumes augmenteront, les prix baisseront. Il y aura une pression sur les prix, c'est certain. L'Europe l'a voulu comme ça et a renforcé quelque part le pouvoir de laiteries".

      En effet, les laiteries (qui achètent le lait des producteurs) déterminent le prix du lait.

      La solution? Un prix du lait européen pour soutenir les producteurs

      Aujourd'hui, plus de 60% du lait wallon part à l'exportation. La libération du marché doit permettre d'augmenter les transactions mondiales. "On aurait très bien pu décider d'un prix européen qui rémunèrent les agriculteurs à leur juste valeur", regrette Marc Decoster.
      Demain, Marc produira davantage de lait mais en s'assurant aussi d'autres revenus.








    • L'armée belge va devoir faire de gros efforts: fermetures de casernes, réduction des effectifs... - 30/03/2015

      L'armée devra, dans tous les cas de figure, abandonner un certain nombre de tâches, a rapporté lundi la VRT, citant un "rapport confidentiel" de l'état-major de la Défense qu'elle a pu consulter. Les économies actuelles menacent de plonger les forces armées en hibernation mais même si elles voyaient leur budget augmenter à terme, des mesures devraient être prises, a ajouté la radio-télévision publique.


      Les généraux ne se montrent guère tendres envers les plans du gouvernement

      L'état-major a défini dans un rapport de 133 pages les grandes lignes stratégiques de ce que devrait être l'armée au cours des prochaines décennies. Les généraux ne se montrent guère tendres envers les plans du gouvernement d'économiser près d'1,7 milliard d'euros à la Défense d'ici la fin de la législature, en 2019, ajoute la chaîne flamande. Ces économies risquent de ne plus permettre à l'armée de payer ses dettes. Il y aurait ainsi un déficit de 80 millions d'euros l'an prochain qui pourrait grimper à 213 millions en 2019. La haute hiérarchie militaire préconise ainsi l'octroi de 100 millions d'euros provenant de la "provision interdépartementale" - faute de quoi les investissements courants ne seront plus réalisables. Et si le budget venait à réaugmenter après 2019, de fortes économies resteraient nécessaires, selon l'état-major, cité par la VRT.


      Fermetures de casernes, réduction des effectifs...

      La direction de l'armée propose diverses mesures, comme une réduction de moitié des effectifs de l'état-major, la fermeture d'une caserne sur trois, et l'octroi d'un financement extérieur pour l'hôpital militaire Reine Astrid de Neder-over-Heembeek. Les propositions contiennent une forte réduction (60%) des effectifs de l'Ecole royale militaire (ERM), la fusion des musiques militaires (une centaine d'emplois) et le retrait des militaires du Musée royal de l'Armée (MRA, soit 219 emplois). La flotte d'hélicoptères Agusta A109 serait encore réduite (de vingt à huit, alors que six appareils vont déjà être mis en stockage) et le service de recherche et de sauvetage en mer du Nord assuré par les hélicoptères Sea Kings serait privatisé. Ce rapport est destiné au ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), qui doit présenter après Pâques son "plan stratégique" sur l'armée belge du futur.


      La Défense relativise l'importance du rapport

      Le ministère de la Défense a depuis relativisé lundi l'importance de ce rapport en soulignant qu'il ne s'agissait que d'un "document parmi d'autres". "C'est un document d'une valeur limitée", a souligné le porte-parole du ministre de le Défense, Steven Vandeput, à l'agence Belga. M. Vandeput prépare pour juste après les vacances de Pâques les grandes lignes du "plan stratégique" sur l'armée belge du futur, que le gouvernement l'a chargé de rédiger. Il a ainsi encore rencontré lundi matin de hauts responsables militaires pour leur demander de peaufiner certaines prévisions budgétaires, a indiqué son porte-parole, Tony Langone. La rédaction de cette note est un processus évolutif, a-t-il encore dit. Selon lui, le rapport "confidentiel" de 133 pages mentionné par la VRT et par le journal De Standaard sur son site internet est donc un "document parmi d'autres", d'une "valeur limitée" et "non définitif", a souligné le porte-parole.








    • Les grosses entreprises belges font appel aux jeunes pour prendre des risques et avoir des idées - 30/03/2015

      RTL a organisé un week-end consacré à la création d’entreprises, un week-end comme il y en a eu d’autres, mais celui-ci était consacré au secteur des médias ?

      Bruno Wattenbergh:
      Oui je vous ai déjà parlé de ce concept de startup week-end, né à Seattle il y a quelques années et qui vous propose en 54 heures chrono de vous aider à devenir entrepreneur, même si vous n’avez pas vraiment une idée précise. L’idée est née en 2007 à Seattle aux États-Unis et a depuis lors essaimé dans plus d’une centaine de pays. Rien que ce week-end, 34 week-ends startup étaient organisés sur les 5 continents. Et de plus en plus, ces week-ends sont thématiques, par exemple il y a quelques semaines, dans le secteur de la santé sur la thématique du vieillissement de la population.


      Quels étaient les objectifs de RTL en organisant ce startup week-end sur les médias ?

      Bruno Wattenbergh: Et bien il y en a plusieurs. D’abord, le monde change très vite, les secteurs convergent ou sont déstructurés. Bref, il n’est pas évident d’imaginer ce qui va fonctionner demain, quels sont les produits qui vont avoir du succès, quels sont les modèles d’affaire qui vont permettre de capturer le plus de la valeur. Mais de moins en moins, ces innovations naissent au sein des entreprises. L’entreprise est de plus en plus là pour capturer la valeur au moment présent, pour être une machine qui gère. Pas une machine qui se réinvente. Il est très difficile de demander aux salariés d’à la fois gérer parfaitement aujourd’hui le nez dans le guidon, et dans le même temps de demander aux mêmes salariés de remettre en question ce qu’ils font chaque jour pour inventer demain.


      Mais quelle est la solution alors ?

      Bruno Wattenbergh: Continuer à faire évoluer les solutions existantes, comme le fait RTL en télé et en radio, mais en même temps, chercher ailleurs dans le marché, des entrepreneurs, des chercheurs, des jeunes, qui ont des idées, des projets innovants, qui prennent des risques. La grande entreprise en général n’aime pas les risques. Ce sont les startups qui innovent. RTL a donc créé un médialab avec l’ambition d’ouvrir la RTL House à de jeunes entreprises innovantes, susceptibles de l’inspirer en matière de médias numériques. RTL envisage même de prendre des participations dans certaines d’entre elles. Il était donc logique que RTL co-organise ce week-end startup qui a vu la victoire d’une équipe proposant d’utiliser des médias pour stocker et valoriser des souvenirs.


      Est-ce que cette pratique est isolée sur le marché ?

      Bruno Wattenbergh: Non, pas du tout. UCB, l’entreprise pharmaceutique va prochainement aussi organiser un événement similaire et la Banque ING, ce week-end même, organisait un hackathon au cours duquel la banque a mis au défi des jeunes informaticiens d’identifier les besoins de ses clients actuels et d’y apporter une réponse immédiate grâce à une app pertinente. C’est ce qu’on appelle de l’Open Innovation ou innovation ouverte.








    • Le Roi a été un peu moins généreux l'an dernier - 29/03/2015

      (Belga) Le roi Philippe a donné 16.000 euros de moins à des Belges dans le besoin en 2014 par rapport à l'année précédente, indique dimanche le magazine Royalty de vtm. L'information est confirmée par le Palais.

      Le service "Affaires sociales et requêtes" du Palais a traité l'an dernier moins de demandes d'aide qu'en 2013. L'argent pour ces compatriotes dans le besoin provient de l'asbl Oeuvres de la Reine. La baisse du montant s'explique par la mort de la reine Fabiola. En décembre, le service a voulu remercier toutes les personnes qui ont exprimé leur soutien à l'occasion du décès de la reine Fabiola. En très peu de temps, 10.000 condoléances sont parvenues au Palais, et le service n'a donc pas traité de demandes d'aide ce mois là. Au total, 550 dons ont été octroyés, pour un montant de 113.250 euros. Le service de presse du Palais s'attend à ce que le montant augmente à nouveau en 2015. "Il ne s'agit en fait pas d'une diminution des montants, mais plutôt d'un glissement de l'aide de décembre 2014 vers janvier 2015", selon le Palais. En 2013, 618 dons avaient été octroyés, pour un total de quelque 129.000 euros. (Belga)








    • BNP Paribas Fortis réfute les affirmations du Soir au sujet des titres grecs - 29/03/2015

      (Belga) BNP Paribas Fortis a indiqué dimanche réfuter les affirmations du journal Le Soir selon lesquelles la banque "aurait vendu proactivement à ses clients une part de son propre portefeuille de dettes souveraines grecques ou des titres d'obligations grecques", dit-elle dans un communiqué, regrettant des "allégations erronées".

      En novembre 2009, Standard & Poor's et Moody's avaient respectivement attribué des notations "A-" et "A1" à ces obligations de l'Etat grec. Ces notes indiquent une capacité élevée du débiteur à honorer ses engagements financiers, estime BNP Paribas Fortis, qui ajoute que ces obligations ont été rétrogradées le 16 décembre 2009 à "BBB+" par l'agence de notation S&P. "A cette même date, la banque a immédiatement pris la décision de retirer ces obligations de sa liste des placements secondaires, disponibles à l'achat sur demande des clients. Sur la période, seuls quelques dizaines de clients ont fait le choix de souscrire à cette obligation", rappelle BNP Paribas Fortis. Contrairement à ce que rapporte le Soir, ce ne sont donc pas 15.000 clients qui sont concernés par ce dossier, affirme la banque. (Belga)








    • BNP Paribas Fortis a fourgué des titres grecs à ses clients - 28/03/2015

      Jusqu'à la mi-décembre 2009, malgré la chute de la Bourse d'Athènes, l'entrée de la Grèce en récession et les exhortations de Bruxelles envers Athènes, la banque BNP Paribas Fortis a continué à faire la promotion des obligations d'Etat grecques auprès de ses clients particuliers les plus frileux, de profils défensifs et même conservateurs.


      Il n'y "avait aucune raison de douter de l'exactitude des données ou de la solvabilité de la Grèce à ce moment-là"

      BNP Paribas Fortis se défend, arguant qu'il n'y "avait aucune raison de douter de l'exactitude des données ou de la solvabilité de la Grèce à ce moment-là". Fin novembre, un mail interne a pourtant donné l'alerte à divers cadres de l'entreprise, notamment en Private Banking, mais n'a pas été entendu.


      "Près de 15.000 clients" sont concernés par ces dossiers

      Cinq ans plus tard, pour les victimes, la perte oscille entre 50 à 60% de leur investissement. Lors d'un incident lié à une autre obligation grecque en décembre 2012, les courriers internes de la banque révèlent que "près de 15.000 clients" sont concernés par ces dossiers. Et dans ce nouveau cas, se trouvent aussi des particuliers au profil défensif.








    • L'ajustement budgétaire vire au cauchemar à Bruxelles et en Wallonie - 28/03/2015

      Grosse tuile pour les finances de Bruxelles et de la Wallonie. La révision à la baisse des recettes liées aux additionnels à l'impôt des personnes physiques (IPP) par le Fédéral fait gonfler le trou budgétaire wallon à près de 300 millions. A Bruxelles, on parle d'un manque à gagner de plus de 100 millions au niveau de l'IPP, peut-on lire samedi dans L'Echo.


      Pour la Wallonie ces recettes plongent de 250 millions d'euros

      Le Fédéral a fait état d'une sérieuse détérioration des recettes qu'il gère aux noms des trois Régions. Par recettes, on entend ce qui touche aux additionnels à l'IPP, aux droits de successions. Alors que Bruxelles se retrouve face à un manque à gagner de plus de 100 millions uniquement pour ce qui concerne l'IPP par rapport aux estimations intégrées dans le budget initial, pour la Wallonie ces recettes plongent de 250 millions d'euros.


      La Région wallonne doit trouver près de 300 millions d'euros pour boucler son budget 2015

      Conséquence pour l'ajustement budgétaire wallon: exit le scénario initial des 70 millions à trouver. La nouvelle configuration part sur une baisse des recettes d'au-moins 440 millions, contre 190 millions encore mercredi. Ce trou devrait être partiellement compensé par une baisse des dépenses de 120 millions. Conclusion, la Région wallonne doit trouver près de 300 millions d'euros pour boucler son budget 2015. Pour la Flandre, la baisse des recettes de l'IPP est de 400 millions. Les entités fédérées attendent des clarifications lors d'une réunion avec le fédéral la semaine prochaine sur le pacte de stabilité et la trajectoire budgétaire.


    • Après les "boîtes noires" dans l'horeca, un secrétaire d'Etat veut des "caisses blanches" dans les commerces - 28/03/2015

      Le secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, Bart Tommelein (Open VLD), souhaite étendre le système de "caisses blanches" (caisses enregistreuses certifiées, aussi appelées "boîtes noires") aux commerces. Il voudrait également introduire plus de transparence dans les secteurs de la construction et du transport, rapporte L'Echo samedi.


      Lutter contre le travail au noir

      La mise en place des "caisses blanches" dans l'horeca a provoqué une levée de boucliers. L'objectif de ce système est de lutter contre le travail au noir. Le secteur, qui s'y est fermement opposé, a bénéficié d'une série de réductions d'impôts. Il y a quelques mois, il s'est enfin laissé convaincre, et 20.000 caisses ont entre-temps été enregistrées. "Si les choses se passent bien, nous pourrions étendre ce dispositif à d'autres secteurs", affirme Bart Tommelein. Il songe en particulier aux petits commerces. Mais les secteurs de la construction et du transport pourraient, eux aussi, se voir imposer ce système de caisses blanches. "L'objectif est d'introduire des dispositifs qui enregistrent un maximum de données", précise-t-il.








    • Que faire de ces tonnes de pain jetées chaque jour? Ces Bruxellois les récupèrent de façon surprenante - 27/03/2015

      Sa couleur ambrée rappelle la croûte du pain, et ce n’est pas un hasard… La "Babylone" en contient 30%, de quoi surprendre les papilles. Notre journaliste Sébastien Rosenfeld à recueillir la réaction de clients d’un supermarché lors d’une petite dégustation improvisée: "Ca me rappelle un petit peu la croûte qui est un peu cramée, cette espèce de goût amer qu’on a en bouche", décrit un homme. "Beaucoup d’amertume, c’est ça qui est agréable je trouve", ajoute quelqu’un. "Pain grillé mais avec un petit quelque chose d’autre", explique une femme.


      "Le gaspillage du pain représente 19% du gaspillage alimentaire total"

      La lutte contre le gâchis alimentaire est à l’origine de cet étrange breuvage. Les pains invendus prennent la direction d’une entreprise de réinsertion sociale à Bruxelles. Olivier De Brauwere est le fondateur du Brussels Beer Project. Il est l’un des inventeurs de cette bière unique en son genre. "Le gaspillage du pain représente 19% du gaspillage alimentaire total, il y a des tonnes de pain qui sont jetées chaque jour, donc on a voulu utiliser ce pain pour en faire de la bière".


      "Ça permet d'avoir un job en plus"

      C’est dans l’atelier Groot Eiland que le pain est coupé, puis séché au four à 180 degrés pendant trois heures, pour ne pas le griller. Au final, celui-ci est réduit en une fine farine, une idée simple qui permet aujourd’hui de créer de l’emploi. "Ça permet un job en plus. Il y a une personne qui s’occupe à plein de temps de préparer ce pain", explique Guy Moreaux.


      Une poignée de pain pour deux poignées de malt d’orge

      A 60 kilomètres de là, Antoine Dubois, l’ingénieur brasseur de l’équipe, apporte son pain sous vide dans l’entrepôt d’une brasserie flamande. C’est à cette étape-ci qu’on va mélanger la farine de pain, on va l’intégrer à l’a farine de malt d’orge. Proportionnellement on va utiliser une poignée de pain pour deux poignées de malt d’orge.


      Pourquoi Babylone?

      Pendant près d’un an, l’ancien chercheur à l’UCL a fait de multiples expérimentations. Des houblons spéciaux, qui permettent de créer une amertume très contemporaine, tout en se plongeant dans le passé, à l’époque de Babylone. "Les origines de la bière remontent à la Mésopotamie, et à l’époque, les premières bières étaient brassées à base de pain fermenté. On a vraiment utilisé des techniques très contemporaines, le savoir-faire et la science actuelle pour brasser quelque chose à base de pain, mais on n’est pas du tout une copie de ce qui se faisait à l’époque de Babylone", explique-t-il.

      24.000 bouteilles, soit une tonne de pain recyclé, sont à la vente depuis ce début de semaine. Dans 6 mois, les créateurs du Brussels Beer Project comptent brasser leur création dans leurs propres installations, mais ils savourent déjà leur première réussite: éveiller la curiosité.








    • L'ex-patron de la Sogepa, le puissant bras financier de la Région wallonne, réclame 5 millions d'euros d'indemnités - 27/03/2015

      Le torchon brûle entre la Sogepa et son ancien président, Libert Froidmont. Ce dernier attaque le bras financier de la Région wallonne devant le tribunal de travail de Liège pour réclamer d'importantes indemnités à titre de dommages et intérêts ainsi que pour rupture fautive de contrat. Il réclame 5 millions d'indemnités, rapporte L'Echo vendredi.

      Libert Froidmont reproche à la Sogepa d'avoir tout fait pour l'empêcher de remplir sa mission de directeur général, chargé de la gestion journalière de la filiale FSIH. Il dit avoir constaté que la gestion de FSIH était, dans les faits, accaparée par le président du comité de direction (Renaud Witmeur). Ses tentatives pour éclaircir la situation auraient été vaines. Et en réponse, les dirigeants auraient tout mis en oeuvre pour le tenir à l'écart: accès aux archives bloqué, interdiction de faire appel à des collaborateurs sans autorisation préalable, etc. Pour lui, cette attitude de la Sogepa est une violation grave et une faute justifiant sa demande de résolution de son contrat. Le dossier a été plaidé le 2 mars. Jugement en avril.








    • Une nouvelle enseigne belge de vêtements en faillite - 26/03/2015

      La chaîne de magasins de vêtements Talking French a été déclarée mercredi en faillite par le tribunal de commerce d'Anvers, rapportent plusieurs médias. L'information a été confirmée par Annemie Moens, l'un des deux curateurs désignés. L'enseigne compte une vingtaine de magasins, fermés depuis mercredi, tandis que les quelque 90 membres du personnel seront licenciés.

      Talking French était surtout présente en Flandre, dans des centres-villes et quelques centres commerciaux. C'est tout le secteur de la mode qui souffre, avec des clients qui dépensent moins et achètent toujours plus en ligne. Selon la curatrice Annemie Moens, la société Talking French a décidé elle-même d'arrêter les frais. Une augmentation de capital avait été réalisée l'année dernière mais les pertes ont continué à s'accumuler.

      Selon le journal De Tijd, le chiffre d'affaires s'élevait à 17,2 millions d'euros en 2013 pour une perte d'1,5 million d'euros. Le propriétaire, Xavier Painblanc, a confié au journal avoir encore injecté fin 2014 1,7 million d'euros dans l'entreprise. L'homme regrette les coûts salariaux élevés en Belgique et la difficulté pour une entreprise en situation délicate de licencier du personnel.

      Les curateurs, qui souhaitent aller vite en raison des frais de location des magasins, vont maintenant se mettre à table avec les créanciers afin de trouver la meilleure solution. Cela peut aller d'une reprise partielle ou totale à la vente du stock des magasins.








    • Le fisc rembourse avec retard à cause... de la réforme de l'État - 26/03/2015

      En raison de la réforme de l'État, la déclaration est un peu plus compliquée. La nouvelle loi de financement octroie davantage d'autonomie aux Régions. C'est pourquoi, dans l'avertissement extrait de rôle, une partie fédérale et une partie régionale seront visibles.


      Il faut d'abord effectuer des tests

      Mais ce n'est pas tout. Les programmes du fisc doivent changer. "Cela demande beaucoup de travail et du temps pour effectuer des tests. C'est pourquoi le processus d'enrôlement commencera plus tard cette année", confirme Francis Adyns, le porte-parole du SPF Finances. Voilà pourquoi de nombreux Belges devront attendre avant de recevoir leur dû.








    • Germanwings, Ryanair: les compagnies low-cost offrent-elles des prix bas au détriment de la sécurité? - 25/03/2015

      Avec une flotte renouvelée tous les quatre ou cinq ans, Ryanair vole avec des avions jeunes et sûrs. Un seul type: le Boeing 737-800 permet de réaliser des économies mais jamais au détriment de la sécurité. "C’est une question de réputation mais aussi de réglementation", explique le porte-parole de l’aéroport de Brussels South Charleroi, Vincent Grassa. "Il faut savoir qu’il y a des règles strictes et des législations au niveau européen et international qui forcent les compagnies à entretenir leur flotte et à avoir une flotte tout le temps sûre pour les passagers."


      Aucune compagnie low-cost ne figure sur liste noire en Europe

      Low-cost n’est pas synonyme de low security.  En Europe, aucune compagnie à bas prix ne figure d’ailleurs sur la liste noire des compagnies. Sur un site spécialisé en sécurité aérienne, Ryanair récolte 5 étoiles sur 7. La compagnie Germanwings fait même mieux avec 6 sur 7. La filiale low-cost de Lufthansa est d’ailleurs réputée pour son sérieux.


      Les stratégies commerciales font la différence sur le prix du billet

      Ce qui fait la différence dans le prix du billet, ce sont les stratégies commerciales. Des créneaux de vols à des heures moins prisées donc moins chers, un service laissé au client, comme les formalités d’embarquement, ou encore un roulement plus rapide des vols. Le choix de l’aéroport joue aussi un rôle.

      "Les low-cost ne partent pas prioritairement et majoritairement d’aéroports primaires mais vont aussi vers les aéroports secondaires", précise Vincent Grassa. "Cela leur permet de payer moins de taxes au niveau de l’atterrissage et du décollage, ce qui leur permet de réduire les coûts aussi au niveau du billet."

      Avant le drame d’hier, un seul accident mortel avait impliqué une compagnie à bas coût en Europe, c’était en 2005 en Grèce.








    • Bonne nouvelle pour la Wallonie: l'entreprise aéronautique Sonaca décroche un contrat de 400 millions - 25/03/2015

      Ce nouveau contrat viendra non seulement stabiliser l'emploi dans le groupe Sonaca, mais les dirigeants n'excluent pas des embauches supplémentaires, notamment pour le bureau d'étude. La production des équipements sera répartie entre la Belgique et les unités brésiliennes de Sonaca (Sobraer, Pesola, Sopeçaero), mais difficile d'évaluer les affectations des différents sites. "Dans un premier temps, il y aura trois à quatre années de travail pour notre bureau d'études et d'industrialisation (soit environ 450 travailleurs, principalement des ingénieurs), puis suivra la production sur une dizaine d'années au moins", indique Bernard Delvaux, CEO de Sonaca. Sonaca a réalisé un chiffre d'affaires de 360 millions d'euros en 2014. Son bénéfice a presque triplé.








    • Fini de faire la file: H&M lance sa boutique en ligne en Belgique - 24/03/2015

      Le géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M) ouvrira un magasin en ligne en Belgique au printemps, a-t-il confirmé dans son rapport sur ses résultats trimestriels.


      Le magasin vend déjà des vêtements en ligne dans neuf pays

      L'entreprise avait annoncé en décembre sa volonté d'ouvrir des boutiques en ligne en Belgique, Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Pologne, Portugal, Roumanie et Slovaquie en 2015. En 2014, H&M avait inauguré quatre grandes boutiques en ligne en France, en Espagne, en Italie et en Chine. La vente en ligne était précédemment déjà disponible dans neuf pays dont les États-Unis et le Royaume-Uni.








    • Le projet liégeois d'Eros Center est abandonné - 23/03/2015

      (Belga) Lundi soir, lors du conseil communal, une question orale a été posée concernant le dossier d'Eros Center à Liège. Celui-ci est désormais abandonné, le bourgmestre Willy Demeyer privilégiant la piste d'une "zone encadrée" pour la prostitution.

      Le conseiller communal Ecolo Guy Krettels a interpellé le bourgmestre à la suite de propos que ce dernier a tenus le 19 mars, lors d'un café politique qui se déroulait à Liège. Willy Demeyer y avait affirmé que le projet d'Eros Center était abandonné, faute d'accord avec le cdH, son partenaire de majorité. Les réticences des humanistes sur le sujet ne sont pas neuves: jamais ils n'ont été chauds à l'idée de construire un bâtiment sécurisé qui regrouperait des salons de prostitution, à la manière de la Villa Tinto à Anvers. Une option envisagée en 2009, lorsque les salons du quartier Cathédrale Nord avaient été fermés. Jusqu'alors, Willy Demeyer répétait qu'il y avait effectivement un manque d'accord politique, mais que le projet n'était pas abandonné. L'Eros Center semble donc désormais bien compromis. Lors du café politique, le bourgmestre a estimé qu'un tel bâtiment, financé par des pouvoirs publics, s'apparenterait à une sorte de proxénétisme associatif. Il privilégie plutôt une "zone encadrée", un terrain surveillé qui serait dédié à la prostitution. L'opposition MR a regretté ce "revirement" et "l'absence de vision pour la gestion du phénomène prostitutionnel". Ajoutant qu'il s'agissait d'un "bel exemple de dossier sacrifié par manque d'entente au sein de la majorité, mais également par manque de réaction". (Belga)








    • L'offre ferroviaire suburbaine dans la zone de Bruxelles lancée en décembre 2015 - 23/03/2015

      (Belga) L'offre ferroviaire suburbaine dans la zone de Bruxelles sera lancée en décembre 2015, avec l'ouverture du tunnel Schuman-Josaphat, de la nouvelle gare de Germoir (Ixelles) et la rénovation de la gare multimodale de Schuman, ont annoncé lundi la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant et le CEO de la SNCB Jo Cornu.

      Le Réseau Express Régional (RER) à la belge n'a rien à voir avec celui de Paris, il s'agit d'une de solution de mobilité intermodale dans un rayon de 30 kilomètres autour de Bruxelles qui combine train, tram, métro, bus et réseau de base, a souligné la ministre. "L'intégration au niveau des billets et de l'information demanderont des efforts des différentes sociétés concernées", insiste Mme Galant. Le nouveau tunnel ferroviaire Schuman-Josaphat sera ouvert le 13 décembre 2015. Il offrira notamment une connexion entre Namur et le ring est ferroviaire, et soulagera la jonction Nord-Midi. La relation entre Charleroi et la gare de Bruxelles-Luxembourg sera prolongée jusqu'à Brussels Airport et Louvain bénéficiera d'une connexion directe avec Bruxelles-Schuman. La nouvelle gare de Germoir, entre Etterbeek et Bruxelles-Luxembourg, sera desservie par les liaisons Grammont-Malines via le sud de la capitale et Louvain-Braine-l'Alleud. La gare multimodale rénovée de Schuman permettra en outre d'améliorer la relation entre le quartier européen et Nivelles, Grammont, Hal ou encore Malines. La réouverture prévue de la gare de Tour & Taxis offrira elle une relation directe entre Bruxelles, Alost et Termonde. Au total, la zone RER compte 141 gares, dont 103 connectées au métro, tram et bus. Pour la SNCB, cette nouvelle offre représentera un coût supplémentaire en termes de personnel et d'énergie, a ajouté Jo Cornu. Les voies utilisées par le réseau suburbain seront également empruntées par les trains "traditionnels", la sous-utilisation de l'important réseau ferroviaire belge sera donc réduite, s'est-il réjoui. (Belga)








    • Anvers accueillera l'édition 2016 des "Tall Ships Races" - 21/03/2015

      (Belga) "The Tall Ships Races", une course qui oppose les plus grands et les plus beaux voiliers au monde, aura à nouveau lieu à Anvers du 7 au 10 juillet 2016. Ce sera la sixième fois que la course y est organisée, ont indiqué les autorités communales qui ont donné samedi le coup d'envoi des préparatifs.

      Après Anvers, les navires rejoindront Lisbonne, Cadix et La Corogne. L'événement attire traditionnellement des centaines de milliers de spectateurs. Cette année, il aura lieu du 2 juillet au 4 août et partira de Belfast, en Irlande du Nord, pour arriver à Aalborg, au Danemark. (Belga)








    • Le fabricant de chocolat Callebaut délocalise en Pologne: 35 postes supprimés - 20/03/2015

      Le producteur de chocolat Barry Callebaut a l'intention de supprimer 35 postes d'employés sur son site de Wieze (Flandre orientale) car il va ouvrir un centre administratif à Lodz en Pologne. Des unités en Espagne, Italie et Grande-Bretagne sont aussi confrontées à des pertes d'emplois dans une moindre mesure. L'intention de licenciement collectif a été annoncée jeudi lors d'un conseil d'entreprise européen et confirmée par la déléguée CSC (Alimentation et services), Hilde Verhelst.








    • Voici où explorent les entrepreneurs belges qui veulent se renforcer - 20/03/2015

      Près de 400 entrepreneurs de Belgique emmenés par la princesse Astrid arpenteront le Qatar et les Emirats arabes unis (EAU) six jours durant dès samedi, pour une nouvelle mission économique conjointe des trois Régions, avec entre autres objectifs lucratifs l'exposition universelle de 2020 à Dubaï et la Coupe du monde de football de 2022 au Qatar.

       

      Renforcer leurs entreprises dans deux économies pétrolières et gazières

      De Doha à Dubaï, en passant par Abou Dhabi, ils chercheront à implanter ou renforcer leurs entreprises dans ces deux économies pétrolières et gazières qui, conscientes des limites de leurs ressources actuellement abondantes, ont entamé une diversification de leurs activités à travers de gigantesques chantiers.    
       

      Le Qatar et les Emirats parient pour eux-mêmes sur la filière environnementale et les "cleantech" (efficacité énergétique de la production), afin de répondre à une demande sans cesse croissante en eau et électricité, ainsi que sur une économie de la connaissance.    

       

      Les produits de luxe et de bouche y sont forts demandés

      Les entreprises pharmaceutiques - telles Mithra qui s'est adjoint pour l'occasion les services de l'ex-agent de joueurs controversé Luciano D'Onofrio - pourraient profiter de l'amélioration des soins des santé et infrastructures médicales, dans ces Etats dont la stabilité politique tranche au Moyen-Orient. 

      Les produits de luxe et de bouche y sont aussi forts demandés, notamment par les expatriés qui représentent plus de 80% de la population.      

       

      Justine Henin promouvra une marque de boisson pétillante

      On relève à ce titre la présence dans la délégation de l'ex-n°1 du tennis mondial Justine Henin, cinq fois victorieuse à Dubaï et à Doha, venue promouvoir une marque de boisson pétillante non alcoolisée et un vin désalcoolisé. 

          
      Plusieurs signatures d'accords commerciaux sont au programme, notamment en matière d'infrastructures, à l'instar du constructeur belge Besix, présent depuis un demi-siècle aux Emirats et chargé pour le Mondial 2022 de rénover le stade international Khalifa, à Doha (Qatar).












    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • EMOUVANT: l'hommage des Diablotins à Junior Malanda, sa maman ne peut retenir ses larmes (vidéo) - 31/03/2015

      Avant le match, les jeunes Diables ont endossé un t-shirt imprimé avec la photographie de leur ancien capitaine, tandis que le coach Johan Walem tenait en mains un cadre avec l'image de Malanda. Sous les applaudissements des supporters, la famille de Malanda a réceptionné ce cadre et des fleurs alors qu'une banderole flottait dans le stade avec la photo de Malanda et le message 'Forever in our hearts' (ndlr: 'à tout jamais dans nos coeurs'). A la 6e minute, le chiffre correspondant au numéro que portait le capitaine des espoirs, a ensuite résonné un long applaudissement dans le stade qu'occupe d'habitude OH Louvain.

      Junior Malanda est décédé le 10 janvier à l'âge de 20 ans dans un accident de la route en Allemagne. Le monde du football, tant belge qu'international, a été choqué par la mort de ce milieu de terrain plein de talent.








    • Eden Hazard dans le Top 5 d'un classement étonnant! - 31/03/2015

      La chaîne de magasins de sport anglaise Sportsdirect a dévoilé son classement des meilleures ventes de maillots pour la Premier League.

      Il apparaît que c'est l'Argentin Angel Di Maria (Manchester United) qui trône largement en tête de ce classement, basé sur le nombre de flocages réalisés dans les magasins de l'enseigne, avec un maillot sur dix portant son nom. Ce qui est étonnant au vu des récentes (mauvaises) prestations de l'ancien joueur du Real Madrid. Arrivent ensuite le Chilien Alexis Sanchez, très bon avec Arsenal et l'Espagnol Diego Costa (Chelsea). Notre Eden Hazard (Chelsea) national est 5e, l'Espagnol David De Gea (Manchester United) le précédant au pied du podium.








    • Israël-Belgique mais aussi d'autres très belles affiches - 31/03/2015

      La Belgique disputera son 5e match de qualification pour l'Euro 2016 ce soir en Israël. Pour rappel, cette rencontre devait initialement se jouer le 9 septembre dernier mais elle avait été reportée en raison de problèmes de sécurité. Il s'agira d'un duel pour la tête puisque la nation qui l'emportera ce soir prendra la première place du groupe B. Il s'agit de l'unique rencontre officielle comptant pour les qualifications de l'Euro 2016 programmée ce mardi soir.

      Des matchs amicaux sont également au programme avec notamment deux affiches alléchantes: l'Italie reçoit l'Angleterre et les Pays-Bas accueillent l'Espagne.

      Voici les autres matchs amicaux prévus ce mardi soir :

      Luxembourg - Turquie

      Suisse - Etats-Unis

      Chine - Tunisie

      Russie - Kazakhstan

      Suède - Iran

      Slovaquie - Tchéquie

      Autriche - Bosnie

      Portugal - Cap Vert

       








    • Diables Rouges: les 3 joueurs israéliens dont il faut se méfier - 31/03/2015

      Même si la Belgique part avec la faveur des pronostics avant son affrontement avec Israël ce soir et que les Diables Rouges restent sur une belle prestation face à Chypre, il ne faut pas sous-estimer la sélection israélienne. Si on connait le talent de Lior Refaelov, l'un des atouts majeurs de Michel Preud'homme au Club de Bruges, il n'est pas le seul joueur dont la Belgique doit se méfier.


      1. Ben Sahar: le plus jeune buteur de l'histoire de son pays

      En 2006, il signe à Chelsea pour 500.000€ après avoir été repéré lors d'un match U16 qu'il disputait sous les couleurs de son pays. Après avoir transité, entre autre, par l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne et la France, il évolue aujourd'hui aux Pays-Bas, à Willem II. A 25 ans, Ben Sahar est également le plus jeune buteur de l'histoire de l'équipe nationale israélienne avec son but inscrit à l'âge de 17 ans, lors des éliminatoires de l'Euro 2008 contre l'Estonie.


      2. Nacho : le leader

      A 27 ans, Bibras Nacho évolue actuellement au CSKA Moscou. Au sein de l'équipe nationale israélienne, il s'impose comme le leader sur le terrain. Très bon milieu défensif, il est surtout capable de relancer proprement le jeu avec précision. Lors du dernier match d'Israël contre le Pays de Galles, c'est de lui que sont venues les rares occasions de son équipe.

       

      3. Zahavi : la star locale

      Eran Zahavi a été élu meilleur joueur du championnat israélien en 2013 et 2014. En Israël, c'est la star du championnat. Milieu offensif qui marque facilement, il détient également le record de but inscrit en championnat israélien (29 buts). Mais Zahavi ne connait pas la même réussite avec la sélection nationale pour laquelle il n'a marqué que 3 buts. Pour le match de ce soir, face à la Belgique, le sélectionneur devra faire un choix entre Zahavi et... Refaelov.

       

      Des Israéliens bien connus des Belges...

      Notons également que de nombreux joueurs israéliens qui affronteront la Belgique ce soir sont passés ou évoluent toujours en Jupiler Pro League. C'est le cas de Maor Buzaglo (ex-Standard), Lior Refaelov (Club de Bruges), Tal Ben Haïm (ex-Standard), Elyaniv Barda (ex-Genk) et Rami Gershon (La Gantoise).

       

       








    • Un jet privé prévu pour Axel Witsel: "Je suis venu pour jouer" - 31/03/2015

      Heureux évènement en vue dans la famille Witsel. Dans les prochaines heures, le Diable Rouge de 26 ans deviendra papa pour la première fois. Maï-Li, son premier enfant, est attendue au plus tard pour... ce mercredi.

      Actuellement avec le groupe des Diables pour le match très important de ce soir en Israël, Axel Witsel reviendra le plus rapidement possible à Liège pour assister à la naissance de sa petite fille. Le principal intéressé a d'ailleurs déclaré qu'il était pleinement concentré sur le match et qu'il était venu en Israël pour jouer. On ne peut s'empêcher de penser que le milieu de terrain du Zenit aura l'esprit tourné vers cet heureux évènement. Toutefois, Sudpresse annonce qu'il ne quittera pas le groupe si sa compagne devait accoucher plus tôt que prévu. Dès la fin du match, un vol spécial lui a été réservé au départ de Tel-Aviv en direction de Liège. Si ses équipiers devront attendre 5h du matin pour pouvoir rentrer au pays, Axel a obtenu l'accord de Marc Wilmots pour rentrer plus tôt. A noter que la naissance de Maï-Li est une première étape pour Axel Witsel et Rafaella Szabo. Les futurs parents ont également prévu de se marier.








    • Le superbe coup franc des 30m de Youri Tielemans avec les Diablotins contre la Moldavie (vidéo) - 31/03/2015

      Notre équipe nationale espoir a remporté le match d'ouverture de sa campagne de qualification pour l'Euro de football 2017 des moins de 21 ans en s'imposant 2-1 (mi-temps: 2-0) face à la Moldavie, lundi à Louvain.

      Les jeunes Diables, qui évoluaient sans le Soulier d'Or Dennis Praet et qui étaient également privés de Leander Dendoncker et de Benito Raman, se sont portés aux commandes de la partie à la 14e minute via Youri Tielemans sur coup-franc. Les Belges se sont ensuite créés plusieurs occasions, le deuxième but tombant finalement avant la mi-temps des pieds de Timothy Castagne. Cinq minutes après le retour des vestiaires, les troupes de Johan Walem concédaient un coup-franc après une faute de leur capitaine Michaël Heylen. Le capitaine adverse Spataru prenait la phase à son compte et trompait Lucas Pirard avec une balle en cloche dans la lucarne gauche du but belge. En fin de rencontre Thomas Foket et les deux remplaçants Andy Kawaya et Obbi Oulare auraient pu accroître le succès belge, mais sans succès. La Belgique figure dans le groupe 1 avec la Tchéquie, le Monténégro, la Moldavie, la Lettonie et Malte. Le premier de chacun des 9 groupes est qualifié pour la phase finale. Les 4 meilleurs deuxièmes se disputent les deux billets restant, la Pologne, organisateur étant directement qualifié pour ce Euro, disputé pour la première avec 12 pays. Les rencontres de qualifications se dérouleront jusqu'au 11 octobre 2016. Les barrages sont prévus les 7 et 15 novembre 2016.








    • Après Roger Federer, Novak Djokovic critique à son tour le tennis mondial - 31/03/2015

      "Le format de la Coupe Davis devrait, je pense, être changé. Son calendrier est très, très mauvais en particulier pour les meilleurs joueurs", a déclaré Djokovic à l'issue de sa victoire au 3e tour du Masters 1000 de Miami face au Belge Steve Darcis (6-0, 7-5).

      "Il y a des matches de Coupe Davis juste après Wimbledon, ou juste après l'Open d'Australie ou l'US Open. Si vous jouez les finales de ces tournois, il faut revenir en Europe et faire abstraction des décalages horaires en l'espace de deux ou trois jours puis passer d'une surface à une autre. Vous soumettez votre corps à un risque de blessures", a-t-il estimé.

      Pour les quarts de finale de la Coupe Davis 2015, juste après Wimbledon, Djokovic devra ainsi s'envoler pour l'Argentine, adversaire de la Serbie du 17 au 19 juillet.

      Selon le vainqueur de l'Open d'Australie 2015, le format actuel n'est pas "non plus attrayant pour les spectateurs et d'un point de vue marketing".

      Une épreuve sur 2 semaines

      "Pourquoi ne pas imaginer une épreuve sur deux semaines tous les ans ou tous les deux ans où il y aurait seize équipes jouant dans quatre groupes et dans quatre endroits différent, puis un Final Four ?", a-t-il proposé.

      "Ce qui est important, c'est d'attirer les meilleurs joueurs du monde, car nous aimons tous représenter notre pays aux jeux Olympiques ou en Coupe Davis, mais cela ne peut pas être quelque chose d'aussi fréquent", a souligné le Serbe, vainqueur de la Coupe Davis en 2010.

      "Djoko" n'est pas le premier joueur à remettre en cause le déroulement de la prestigieuse Coupe Davis: les Suisses Roger Federer et Stan Wawrinka ont décidé de faire l'impasse sur l'épreuve en 2015 alors qu'ils étaient les tenants du titre.


    • Mouscron-Péruwelz: les retards de paiement des joueurs deviendraient fréquents - 30/03/2015

      Le pire n’est peut-être plus très loin de Mouscron-Pérulwez. Car alors que le patron du club, Edward Van Daele continue de se débattre dans un optimisme béat, les révélations s’enchaînent pour l’heure comme des coups de poignard dans l’estomac d’un président connu pour avoir eu les yeux plus grands que le ventre et le ventre plus grand que ses moyens financiers.

       Pour preuve, c’est désormais le paiement des salaires qui pose question au RMP. Plusieurs joueurs nous ont en effet confirmé que les retards de paiement devenaient fréquents et parfois compliqués à gérer familialement parlant.

       Car, n’en déplaise à la légende bling-bling du footballeur endormi entre l’or et l’argent, les salaires ne sont pas élevés à Mouscron-Pérulwez. En dehors des quelques contrats pris en charge par le LOSC, les joueurs du RMP encaissent pour la plupart un salaire de... lire la suite sur Carrementsteph.be








    • Un policier servi par un avocat: le premier but de Gibraltar en qualifs est historique - 30/03/2015

      Gibraltar a enfin marqué un but! Si Lee Casciario a inscrit le premier but de l'histoire du Rocher, la pire défense des qualifications de l'Euro 2016 n'a pas réussi à stopper son hémorragie défensive (un peu plus de 5 buts concédés par rencontre), en encaissant un cinglant 6-1 en Ecosse, dans le groupe D.

      Lee Casciario n'est pas vraiment un joueur professionnel. Il est policier professionnel, à temps plein.

      Servi par Aaron Payas, un avocat, Casciaro a réussi à tromper David Marshall, le gardien écossais, seulement deux minutes après l'ouverture du score.

      Durant 9 minutes, ils ont tenu le partage, un exploit alors que l'équipe avait encaissé 21 buts dans ces qualifications sans parvenir à marquer.

      Gibraltar, membre de l'UEFA (mais pas encore de la FIFA) depuis 2013, dispute depuis septembre sa première campagne de qualifications. 5 défaites en 5 matchs pour l'instant, mais désormais, un but inscrit.








    • Trois joueurs de la sélection grecque blessés dans un grave accident de taxi en Hongrie - 30/03/2015

      Ioannis Fetfatzidis, Vangelis Moras et Panagiotis Tachtsidis, trois joueurs de l'équipe nationale grecque évoluant à Vérone (Italie), ont été victimes d'un grave accident de la route, ce dimanche après leur match de qualification en Hongrie (0-0).

      Ils étaient dans un taxi qui les amenait à l'aéroport de Budapest, lorsque leur véhicule est entré en collision avec une autre voiture. Une personne à bord de cette autre voiture est décédée.

      Les trois joueurs ont été immédiatement hospitalisés, mais devraient pouvoir sortir dès ce lundi. Ils ne sont que légèrement blessés.








    • Analyse: Ferrari-Vettel, le nouveau cocktail à la mode - 30/03/2015

      Même les deux patrons de l'écurie Mercedes-AMG ont apprécié leur journée: "Ce n'était pas une très bonne journée pour Mercedes, mais c'était une bonne journée pour la F1", a souri Toto Wolff, le Team Principal. "Vettel n'est plus du tout ennuyeux", a plaisanté Niki Lauda, le président non-exécutif mais très influent, en référence aux quatre saisons de domination de Vettel chez Red Bull Racing, de 2010 à 2013.

      Il fallait voir le regard brillant de Lewis Hamilton en direction de Vettel, dimanche sur le podium de Sepang. Il n'y avait pas de jalousie, juste du respect et même un soupçon d'admiration car Hamilton, comme tous les pilotes du monde, a rêvé un jour de gagner dans une Ferrari. Et Vettel l'a fait, dès sa deuxième course en rouge, avec un cheval cabré sur le capot.

      "Ce n'est pas la victoire d'un seul homme, c'est celle de toute l'équipe qui a travaillé impeccablement, à tous les niveaux", a dit Maurizio Arrivabene, au nom prédestiné. Le nouveau patron de la Scuderia, arrivé cet automne, a souligné les mérites de "Seb", qui était "juste incroyable aujourd'hui", et de Kimi Räikkönen, remonté de la dernière à la 4e place.

      Il a aussi parlé de "discipline", n'a pas oublié "tous les hommes et femmes de l'usine à Maranello", puis il a conseillé à tout le monde de "rester réaliste et très concentré", et de "garder les pieds sur terre", car "Mercedes reste un rival formidable". Il a aussi évoqué le message de félicitations de Sergio Marchionne, le pdg du groupe Fiat-Chrysler, "qui nous aide beaucoup et qui est un vrai fan de F1".


      Allison: "1.000 personnes ont travaillé sur cette voiture"

      Et James Allison, le directeur technique anglais, a affirmé dans l'euphorie de la victoire que "1.000 personnes" ont travaillé sur la SF15-T qui a gagné dimanche. Ca donne une petite idée des moyens financiers et humains déployés pour battre Mercedes.

      Ferrari est l'écurie qui reçoit le plus de revenus commerciaux de Formula One Management (FOM), grâce à son statut d'équipe "historique" et un contrat spécifique négocié avec Bernie Ecclestone. C'est une situation souvent critiquée, car jugée inégalitaire, mais quand on voit les retombées de la victoire de Vettel dans la presse et sur les réseaux sociaux, on comprend mieux.

      La Scuderia est un formidable catalyseur et son retour au plus haut niveau sera bien utile à une F1 en perte de vitesse depuis plusieurs mois (accident de Jules Bianchi au Japon, faillites de Caterham et Marussia, disparition des GP d'Inde, de Corée et d'Allemagne, etc.). Car un duel Mercedes-Ferrari en 2015, s'il se confirme, c'est un combat de titans et de l'or en barres pour les promoteurs et les diffuseurs.

      Surtout si Vettel continue à être aussi humble, dans la victoire, que ses prédécesseurs Michael Schumacher et Fernando Alonso pouvaient être orgueilleux, voire même arrogants, pendant leurs saisons en rouge. "Schumi" a tout réussi, raflant cinq titres mondiaux d'affilée (2000-2004). "Nando" a tout raté, n'échouant qu'à trois points de Vettel en 2012, mais il est resté très populaire.

      En tentant de réussir la synthèse ultime, grâce à son intelligence évidente et son goût du travail acharné, Vettel est aussi en train de mettre d'accord ses détracteurs. Le tout en quelques semaines, vêtu d'une mythique combinaison rouge qu'il rêvait de revêtir un jour.

      Quant au Dr Helmut Marko, son ancien directeur de conscience chez Red Bull, l'homme qui l'a détecté très jeune, il est reparti plus riche de Sepang: 400 euros pour 100 euros de mise, suite à un pari gagnant... sur la première victoire de Vettel en rouge. Bien joué.








    • Wilmots lui avait dit de "bien se soigner dans son club": Defour s'est consolé avec Ornella à Marbella (photos) - 30/03/2015

      Steven Defour, blessé, n'a pas pris part aux matchs de qualifications des Diables Rouges contre Chypre et Israël.

      Il a profité de ces quelques jours de repos improvisés pour s'envoler à Marbella avec sa nouvelle compagne, Ornella Montagna. Wilmots avait pourtant déclaré la semaine passée, alors qu'il le retirait de sa liste: "Le mieux qu'il a maintenant à faire est de bien se soigner dans son club"…

      Rarement discret quand il s'agit de vacances et de petite amie, Defour a posté quelques photos de leur séjour dans le sud de l'Espagne, dans le complexe luxueux "Puente Romano Beach Resort".

      Le retour est prévu ce lundi, à une semaine du début des play-offs 1 du Sporting contre Charleroi.

       








    • La Genoa ne veut plus de Lestienne: il retourne au Qatar ! - 30/03/2015

      Maxime Lestienne n'a sans doute pas choisi la bonne option sportive en rejoignant le club qatari d'Al-Arabi.

      L'ancien Brugeois n'a convaincu personne en Seria A, et vu que l'option d'achat s'élève à 20 millions d'euros, la Genoa ne compte plus sur lui (il n'est monté au jeu d'à deux reprises en deux mois).

      Selon Het Laatste Nieuws, il est prévu que Lestienne soit à nouveau prêté à un autre club. Il ne devrait pas jouer avec son club.








    • Yassine El Ghanassy a trouvé un club: il est "heureux d'être ici à Stabaek" - 30/03/2015

      Yassine El Ghanassy, 24 ans, qui était sans club depuis septembre 2014 et la rupture de son contrat à La Gantoise qui l'avait successivement loué à Heerenveen, West Bromwich Albion et Al Ain, s'est engagé pour un an à Stabaek, a annoncé lundi le club de la Tippeligaen, le championnat norvégien, sur son site internet.

      Le Belge d'origine marocaine a convaincu l'ex-sélectionneur américain Bob Bradley, aujourd'ui coach de Stabaek, de ses qualités. "Je suis heureux d'être ici à Stabaek. J'espère que le club pourra faire une bonne saison et que je pourrai l'aider. Je veux apporter un plus à cette équipe", a indiqué El Ghanassy qui compte deux sélections parmi les Diables Rouges.

      "Je suis ici depuis une semaine et j'ai pu voir que Stabaek était une bonne équipe de football. Je remercie le club de me donner cette chance. Je veux aller le plus loin possible avec Stabaek."

      "Il pourrait très vite devenir l'attraction de la Tippeligaen", prédit le directeur sportif de Stabaek Inge Andre Olsen à propos de Yassine El Ghanassy. La compétition débutera le 6 avril. Stabaek a fini 9e la saison dernière.








    • Manchester City en "pole position" pour De Bruyne - 30/03/2015

      Kevin De Bruyne continue de taper dans l'œil des plus grands clubs de la planète foot. Les intérêts du PSG et du Barça sont connus depuis longtemps, mais c'est sans doute Manchester City qui est le meilleur candidat.

      Après le match entre l'Inter et Wolfsburg en Europa League, il y aurait eu un entretien positif quant à l'avenir du joueur en bleu… Selon Het Laatste Nieuws, c'est la deuxième fois que Tixi Begiristain, directeur technique des Citizens, rencontre l'entourage de Kevin De Bruyne.

      Une somme de 60 millions d'euros aurait été évoquée. Manchester fait donc le forcing, et serait "en pole position" si le Diable Rouge décidé de quitter Wolfsburg, club qui a relancé sa carrière la saison dernière.








    • Cyriac veut quitter la Belgique: "Ça ne peut pas durer comme ça" - 30/03/2015

      Remplaçant depuis qu'il est de retour d'une longue blessure, Gohi Bi Zoro Cyriac ne se contente plus de ce rôle de réserviste. Pour lui, "ça ne peut pas durer comme ça". Il envisage très sérieusement de quitter Anderlecht, et même la Belgique, selon le site Football365.fr, qui l'a rencontré.

      "Je suis déçu de cette situation, mais c’est le football. Je ne vais pas pleurer, même si je ne l’ai pas forcément senti venir. Je garde la tête haute. Mentalement, je garde le cap. Je m’entraîne normalement et je reste calme".

      Le joueur confirme que "ça n'est pas une très bonne saison" pour lui. "Je ne joue pas beaucoup, je suis mis à l’écart". Il explique qu'il en a "vaguement" parlé avec Besnik Hasi, l'entraîneur des Mauves, mais qu'il est sans doute trop tard. "Je ne pense pas que la situation puisse changer avec le coach. C’est le moment de partir de la Belgique, de découvrir un autre pays".

      L'Ivoirien annonce qu'il pourrait débarquer en France: "J’aime bien ce championnat, ça m’a toujours tenté. Mais on verra en fonction des offres. Aujourd’hui, il y a des opportunités mais je ne vais pas les dévoiler."








    • Rien n'est trop beau pour nos Diables Rouges: leur palace est à quelques minutes du Mur des Lamentations - 30/03/2015

      Rien n'est trop beau pour nos Diables Rouges… Après un voyage confortable en classe business, ils ont passé leur première nuit en Israël dans un bien bel hôtel, le Waldorf Astoria Jerusalem, qui fait partie du groupe Hilton.

      Style gothique et ottoman, architecture gréco-romaine, magnifique atrium, situation idéale en plein centre-ville… la chambre la moins chère de cet hôtel est à 480€ (voir les photos). 

      Détail amusant: le Mur des Lamentations, un lieu saint du peuple juif, est à quelques centaines de mètres du QG des Diables Rouges. Peut-être une idée de promenade pour Marc Wilmots et ses joueurs, avant d'affronter Israël pour les qualifications de l'Euro 2016, mardi soir.

      Sachez que la presse belge est dans le même hôtel… que la sélection israélienne. Alors que Wilmots interdit cela pour son équipe, ça ne semble pas préoccuper son adversaire !








    • Grand luxe pour les Diables Rouges dans l'avion: cela vaut-il 100.000€ de plus ? - 30/03/2015

      La nouvelle avait fait grand bruit, et avait ajouté une couche à la liste des dépenses jugées somptueuses de l'équipe nationale. 100.000€ supplémentaires pour que les Diables Rouges voyagent en classe business, sur de somptueux sièges pouvant se transformer en lits.

      En effet, comme l'ont montré les photos prises dans l'avion, les joueurs étaient bien installés pour leurs 5 heures de vol en direction d'Israël, où ils disputent mardi soir leur 5e match de qualification pour l'Euro 2016.

      C'est Marc Wilmots lui-même qui avait exigé d'affrêter le même avion qui avait emmené les Diables Rouges au Brésil lors de la Coupe du Monde, en 2014.

      La raison principale du sélectionneur: rendre les joueurs en bon état à leur club, jeudi matin. Ils prennent l'avion à 5 heures (4 heures en Belgique), et atterrissent à 9 heures. Il est vrai qu'il s'agit d'un match en retard (cela aurait du être leur premier), et donc décalé.

      Tous les autres joueurs des sélections européennes ont joué de vendredi à dimanche, et reprennent donc l'entraînement dès lundi. Les Belges rentrent jeudi matin, et dans un état de fatigue avancé…

      Et quand on voit où jouent les Diables actuellement, on comprend que Wilmots fasse de son mieux pour ne pas froisser les coachs de Chelsea, Manchester United et City, etc…








    • Les Diables Rouges bientôt deuxièmes au classement FIFA - 30/03/2015

      Si les Belges gagnent leur match de qualification contre Israël, mardi soir, ils franchiront un nouveau palier dans le classement FIFA, en montant sur le podium.

      Mieux encore: actuellement 4e nation mondiale, la Belgique atteindrait même la 2e place du classement en juin, car la Colombie et l'Argentine vont perdre des points (ces nations ne disputent aucun match important dans les deux mois qui arrivent).

      Relativisons tout de même cet exploit: durant le mois de juin, l'Argentine, la Colombie et le Brésil vont disputer la Copa America, où ils gagneront tous de nombreux points comptant pour ce classement FIFA.

      La Belgique pourrait retomber à la 5e place à l'issue de ce tournoi.








    • Rien ne va plus pour Nadal: "Le problème, c'est ma fébrilité et ma nervosité" - 30/03/2015

      Le N.3 mondial Rafael Nadal a quitté le Masters 1000 de Miami par la petite porte dès le 3e tour dimanche, épilogue d'une tournée américaine largement décevante.

      Nadal va devoir encore patienter pour s'imposer à Miami, un tournoi où il a disputé cinq finales, dont celle de l'édition 2014, sans jamais conquérir le titre.

      L'Espagnol n'a cette fois pas dépassé le stade du 3e tour où il a subi la loi de son compatriote Fernando Verdasco 6-4, 2-6, 6-3.

      "Rafa", soutenu bruyamment par la communauté latina de Miami, a été submergé par un adversaire qu'il avait pourtant battu à treize reprises en 14 rencontres!

      "Il a mieux joué que moi et a mérité la victoire plus que moi", a balayé l'ancien N.1 mondial.

      "Je trouve que mon niveau de tennis n'est pas mal du tout, le problème, c'est ma fébrilité et ma nervosité dans les moments importants", a-t-il regretté.

      "Par exemple quand il y a 5-4 dans le premier set et 30-0, je n'ai pas réussi à conserver mon calme", a expliqué le Majorquin qui, dans les trois premiers rendez-vous importants de l'année (Open d'Australie, Indian Wells et Miami) a pour meilleur résultat deux quarts de finale.

      Nadal, nonuple vainqueur de Roland Garros, attend avec impatience le retour sur terre battue, "une surface où j'ai eu quelques succès et où j'espère être à nouveau prêt à battre les meilleurs", a-t-il espéré.












    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Samsung et LG enterrent la hache de guerre - 31/03/2015

      Samsung et LG ont annoncé mardi l'abandon de leurs poursuites réciproques dans une série de contentieux portant sur la propriété industrielle et... le sabotage de lave-linge.

      Les deux groupes sud-coréens s'engagent à ne plus se traîner l'un l'autre devant les tribunaux et à chercher à l'avenir un règlement pacifique à leurs litiges.

      "S'agissant des contentieux légaux courants, nous prendrons les mesures nécessaire pour abandonner les poursuites et demanderons la clémence des autorités", ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

      L'acrimonie entre eux était montée d'un cran l'an dernier lorsque Samsung avait accusé de hauts responsables de LG, dont le président de son département électroménager Jo Seong-Jin, d'avoir volontairement endommagé des lave-linge de sa fabrication dans deux grands magasins d'appareils électroniques de Berlin avant le salon professionnel IFA.

      LG a démenti en partie ces accusations, reconnaissant que ses employés s'étaient rendus dans les magasins en question mais seulement dans le cadre d'une étude de marché et expliquant n'avoir pas eu l'intention de détruire les produires exposés.

      Un haut responsable de LG a toutefois été mis en examen par un procureur dans cette affaire.

      Le géant Samsung produit une vaste gamme de produits électroniques, allant des réfrigérateurs et téléviseurs aux téléphones mobiles.

      Son rival plus petit LG est l'un des leaders mondiaux de l'électroménager.








    • Jay-Z lance une nouvelle version de son service de musique en streaming - 31/03/2015

      Le rappeur américain Jay-Z a lancé lundi une nouvelle version de son service de musique en streaming entièrement payant, Tidal Hifi, pour donner une "nouvelle direction" au secteur musical "d'un point de vue créatif et commercial".

      Jay-Z a racheté cette année pour 56,2 millions de dollars le service de streaming (flux sans téléchargement) musical norvégien Wimp, propriétaire de Tidal Hifi, pour tenter de conquérir le marché américain face à des géants comme Apple.

      Lors d'une conférence de presse à New York, au cours de laquelle le rappeur ne s'est pas exprimé, la chanteuse Alicia Keys a laissé entendre que des artistes pourraient publier certaines de leurs créations en exclusivité ou en avance sur Tidal Hifi.

      "Tidal s'emploie à entretenir une industrie qui promeut la santé et la pérennité de notre art et de notre secteur à travers le monde", a fait valoir la chanteuse.

      "Nous pensons que c'est dans l'intérêt de tous --fans, artistes et le secteur dans son ensemble-- de préserver la valeur de la musique et d'assurer santé et robustesse au secteur pour les années à venir", a-t-elle ajouté.

      A l'occasion de ce lancement de la nouvelle formule, un film promotionnel a été diffusé dans lequel plusieurs artistes critiquent des sociétés de streaming non identifiées, arguant qu'elles les traitent comme de simples marchandises.

      "Ils sont les transmetteurs; nous sommes les artistes. D'une certaine façon, les choses ont changé et nous nous retrouvons en arrière-plan", déplore notamment la chanteuse Madonna.

      La vidéo montre d'autres artistes --qui seront actionnaires de Tidal en vertu de conditions financières non divulguées-- dont la chanteuse et épouse de Jay-Z Beyonce, le rockeur Jack White, Chris Martin de Coldplay, la rappeuse Nicky Minaj et la chanteuse Rihanna.

      La société de Jay-Z avait annoncé "une nouvelle direction pour l'industrie de la musique, d'un point de vue à la fois créatif et commercial".

      De nombreuses stars de la musique ont changé leur photo de profil sur le réseau social Twitter et l'ont remplacée par un fond bleu turquoise, la couleur du service Tidal Hifi.

      Jay-Z a reconnu dans un entretien à la revue spécialisée Billboard que des maisons de disques s'inquiétaient de son projet, mais a expliqué qu'il s'agissait davantage de créer un "magasin de disques" et pas une nouvelle maison de disques.

      Ce service avait été lancé sur le marché américain en novembre et est déjà disponible dans 31 pays.

      A la fin du troisième trimestre 2014, Wimp revendiquait 512.000 utilisateurs payants en Europe du Nord, Allemagne et Pologne.

      Un chiffre très modeste au regard du concurrent Spotify, numéro un de la musique en ligne, qui se targuait à la mi-janvier d'avoir 60 millions d'utilisateurs actifs, dont plus de 15 millions de payants.

      Avec un service payant de 19,99 dollars par mois, Tidal Hifi est deux fois plus cher que Spotify, mais offre une qualité de son supérieure. Contrairement à Spotify, Tidal ne propose pas de service gratuit.

      Jay-Z espère avec ce service rivaliser avec les poids lourds du marché du streaming en pleine croissance aux Etats-Unis, où les revenus du streaming sont presque équivalents à ceux des ventes de CD.

      Le défi est de taille puisqu'aux Etats-Unis, il se heurtera également à la concurrence de Rhapsody, Deezer, et surtout de Beats Music, propriété du géant Apple.

      Le groupe à la pomme avait mis la main sur ce service en rachetant l'an dernier pour 3,2 milliards de dollars Beats Electronics à un autre rappeur, Dr Dre.








    • Google intègre des messageries concurrentes dans l'application mobile de Gmail - 30/03/2015

      Le géant internet Google a annoncé lundi une mise à jour de son application de messagerie mobile Gmail pour les appareils Android, qui permettra désormais de gérer plusieurs comptes depuis un seul programme.

      La nouvelle application agrègera également des services de messagerie concurrents, dont Yahoo! Mail ou Outlook (Microsoft).

      "Quel que soit le nombre d'adresses email que vous avez, les améliorations de l'application Gmail pour Android faciliteront la gestion de tout votre courrier provenant de tous vos comptes (oui, même @yahoo et @outlook) pendant que vous êtes en déplacement", fait valoir Régis Décamps, un ingénieur de Google, sur un site du groupe.

      Tous les messages apparaîtront dans un menu baptisé "toutes les boîtes de réception", à partir duquel il sera possible de lire ou répondre sans avoir à passer d'un compte à l'autre, détaille-t-il.








    • Incontournable, le cloud recèle des coûts cachés pour les entreprises - 30/03/2015

      Présenté comme un eldorado pour les entreprises, le cloud computing ou informatique en nuage, se révèle plus coûteux et plus complexe que prévu, mais à long terme la migration vers ces services dématéralisées de stockage ou de calcul en ligne ne va cesser de croître.

      Longtemps considéré comme un mode de gestion informatique plus flexible et plus simple, le cloud computing s'est soldé par un coût de 1,46 milliard d'euros par an pour les entreprises françaises, selon une étude européenne publiée lundi par Sungard Availability Services.

      Elle précise que les 150 professionnels interrogés déclaraient en moyenne 597.700 euros par an de coûts non planifiés associés au cloud.

      Baptisée "Cloud Hangover", l'étude a été réalisée en février 2015 par le cabinet Vanson pour Sungard Availability Services. 400 interviews de 150 entreprises ont été conduites auprès de décideurs informatiques.

      Sans surprise, "ce sont les premiers entrants dans l'univers du cloud, qui ont essuyé les plâtres, car ils avaient déjà investi dans des infrastructures informatiques, comme des data centers, qu'il fallait rentabiliser", a déclaré à l'AFP Denis Rémy, organisateur du salon Cloud Computer World Expo, qui se tient le 1er et 2 avril au Cnit à Paris. Les start-ups en revanche ont d'emblée migré sur le cloud.

      Au delà des coûts non planifiés, "ce sont surtout les besoins en amont qui n'ont pas été clairement identifiés", relève Denis Rémy. "Les attentes étaient très fortes sur le cloud computing", renchérit Thierry Ghenassia, directeur général et commercial pour la France, la Belgique et le Luxembourg de Sungard Availability Services, un prestataire de services pour la gestion des infrastructures des entreprises.

      Les entreprises françaises attendaient avant tout du stockage en ligne "une maîtrise des dépenses (48%), une sécurité accrue (45%) et un avantage compétitif (41%).

      - Un marché complexe -

      Mais certaines ont déchanté. Si 47% des entreprises françaises ont constaté une réduction des coûts, 43% estiment avoir échoué sur ce point. 53% ont constaté une amélioration de la sécurité, contre 37% qui font le constat inverse. "Une entreprise sur deux a tout de même vu ses dépenses réduites", relativise Denis Rémy.

      Cette délocalisation des structures informatiques, qui permet l'accès via un réseau de télécommunications, à la demande et en libre service, à des ressources partagées configurables a connu quelques ratés.

      "Les entreprises françaises ont ainsi déclaré avoir redéployé en moyenne 45,27% de leurs infrastructures cloud vers des infrastructures physiques, contre une moyenne de 25,45% pour l'ensemble des entreprises interrogées."

      Les raisons? "Une complexité liée à la multiplication des prestataires et des infrastructures. Le marché français du cloud apparait donc plus éclaté et plus complexe à gérer, ce qui pousse de nombreuses entreprises déçues du cloud à vouloir reprendre le contrôle en revenant à des infrastructures physiques", relève l'étude.

      La France apparait comme le pays européen avec le plus de fournisseurs différents: 52% des décideurs informatiques interrogés ont 5 fournisseurs ou plus de cloud (29% en Europe), 32% en ont six ou plus (17% en Europe) et jusqu'à 14% en ont 8 ou plus (8% en Europe).

      "Le cloud est une très bonne solution, tempère Thierry Ghanassia, mais ce n'est qu'un atout dans une palette d'outils que l'on avait déjà". "Cela montre le besoin d'hybridité", en référence à la nécessaire coexistence d'infrastructures traditionnelles avec le stockage en ligne.

      "Tout n'est pas rose", reconnaît Denis Rémy. "Mais nous sommes au milieu du gué et, à long terme, toutes les entreprises vont aller vers une démarche pure cloud." "C'est une lame de fond."








    • L'armée belge veut entraîner ses soldats avec des jeux vidéo - 30/03/2015

      La technologie virtuelle prend de plus en plus de place dans la formation militaire des soldats à travers le globe. C’est le cas de la Norvège, entre autres, qui a adopté le casque de réalité virtuelle Oculus Rift - destiné principalement aux jeux vidéo - dans ses chars blindés.

      Jusqu’à présent, la Belgique affichait un léger retard en la matière. Une donnée sur le point de changer, puisque le Ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) souhaite investir 600.000 euros dans l’acquisition du programme d’entraînement Virtual Battlespace. Ce « jeu » sert déjà à entraîner les soldats britanniques et américains, et a été conçu par Bohemia Interactive, un studio que les amateurs de jeux vidéo connaissent pour la série de gestion militaire ArmA.

      Proposant des options très poussées en matière de simulation, Virtual Battlespace (VBS) en est déjà à sa troisième version et permet aux soldats d’explorer des environnements, d’appliquer certaines procédures et d’en analyser les retombées.

      Si cette simulation permet de créer des situations inédites et peu accessibles pour les soldats belges, il est évident qu’elle ne peut remplacer l’entraînement « sur le terrain ». Vandeput a d’ailleurs précisé qu’il souhaitait continuer à organiser des camps physiques pour nos troupes.

      La seule question qui demeure consiste donc à s’interroger sur l’opportunité d’investir dans un jeu dans pareille situation budgétaire.

      Rendez-vous sur Gameplay pour voir des vidéos de Virtual Battlespace chez les soldats américains et britanniques :
      http://www.gameplay.be/actualite/44877/1/Larme-belge-investit-600.000-euros-dans-la-ralit-virtuelle

      Un peu de Fast & Furious 7 dans un jeu vidéo : http://www.gameplay.be/trailers/44862/1/Fast-Furious-dbarque-dans-Forza-Horizon-2

      Où sont les femmes dans Final Fantasy 15 ? : http://www.gameplay.be/actualite/44866/1/Final-Fantasy-XV-un-jeu-men-only-pour-tre-plus-accessible-








    • Steven Spielberg réalisera Ready Player One, un film sur les jeux vidéo - 30/03/2015

      Grand ponte du cinéma hollywoodien, Steven Spielberg a été désigné par Warner Bros. pour réaliser le film adapté du roman Ready Player One, dont le producteur avait acquis les droits d’adaptation en 2010, avant même la publication du livre.

      Ecrit par Ernest Cline et paru en 2011, Ready Player One dépeint un avenir où les humains s’évadent de la réalité en 2044 par le biais d’OASIS, un monde virtuel et utopique imaginé par feu James Halliday. Avant de mourir, le concepteur du jeu a laissé entendre qu’un « easter egg » (une fonction cachée de diverses natures) est dissimulé dans le jeu et que le joueur qui le trouvera héritera de ses biens, en ce compris du jeu OASIS lui-même.

      Le lecteur suit les aventures de Wade Watts, qui se complait comme la plupart de ses congénères, dans le monde fictif d’OASIS et se lance à la recherche, jusqu’ici infructueuse, de l’easter egg.

      Steven Spielberg est un amateur de jeux vidéo. C’est d’ailleurs de l’une de ses idées originales que s’est inspiré Boom Blox, un jeu de casse-têtes sorti en 2008 sur Wii. Il travaille également sur une série adaptée du jeu vidéo de science-fiction Halo. Si l’adaptation de Ready Player One aboutit, l’on peut s’attendre à ce que le cinéaste traite avec respect l’œuvre originale et signe une adaptation réussie.

      Le Talk, le podcast de Gameplay, épisode 3 : http://www.gameplay.be/dossiers/44823/1/Le-Talk-Gameplay-003 

      Project CARS, le jeu de voiture plus vrai que nature : http://www.gameplay.be/trailers/44840/1/Comparaison-entre-Project-CARS-et...-la-ralit








    • Passage à l'heure d'été: votre téléphone portable va-t-il faire le changement d'heure automatiquement? - 28/03/2015

      Dans la nuit de samedi à dimanche, ne l’oubliez pas, on change d’heure. 0 2h du matin, il sera déjà trois heures. Si pour certains appareils comme votre micro-ondes, votre réveil ou encore votre horloge, vous allez devoir changer l’heure vous-même, qu’en est-il de votre téléphone portable ? Si vous utilisez la fonction réveil de votre gsm, va-t-il sonner à l’ancienne heure ou à la nouvelle ?


      Pour les smartphones, tout est ok!

      Pour les smartphones, que vous ayez un iPhone, un Windows Phone ou encore un Android, vous ne devez normalement vous soucier de rien, votre téléphone changera automatiquement l’heure. Pour être sûr, allez faire un tour dans le menu réglages et vérifiez dans la catégorie date et heure que le réglage automatique est bien activé. Pour beaucoup de smartphones, cet onglet est automatiquement activé, mais il arrive que certains ne le soient pas.

      Pour vérifier, si vous avez un iPhone : allez dans "réglages", puis "générale", ensuite "date et heure" et vérifiez si le bouton réglage automatique est bien activé. Vous pouvez aussi en profiter pour vérifier si votre téléphone est bien sur le bon fuseau horaire (celui de Bruxelles).

      Pour vérifier, si vous avez un Samsung : allez dans "paramètres", "plus" en haut à droite, et cliquez sur "date et heure", vérifiez enfin si la case "fuseau horaire automatique" est cochée.

      Pour vérifier si vous avez un Windows Phone : allez dans "paramètres", puis "Date+Heure" et vérifiez ensuite que l’option "réglage automatique" est activée. Profitez-en aussi pour vérifier que vos valeurs sont correctes pour "Fuseau horaire, Heure et Date".

      Pour les gens qui ne sont pas encore passés aux smartphones et qui ont encore un "vieux gsm", il est possible que vous deviez changer l’heure de votre téléphone vous-même.Vous pouvez également aller vérifier dans vos paramètres s'il existe une option réglage automatique dans la catégorie date et heure et s'il elle est activée. En dernier recours, vous pouvez toujours appeler l'ohorloge parlante  au 078/05.1300.








    • HTC One M9: un smartphone ou un bijou ? - 27/03/2015

      Dans la guerre sans merci que se livrent chaque jour les très (trop) nombreux fabricants de smartphone sous Android, il devient de plus en plus difficile de se démarquer.

      Alors que Samsung a opté pour un écran incurvé sur les côtés de son Galaxy S6 Edge qui sort dans quelques jours, un autre grand nom du smartphone est sur le point de mettre en vente un nouvel appareil haut-de-gamme: HTC.

      Le Taïwanais n'a pas pris de risque, en reconduisant pratiquement à l'identique le design des versions précédentes de son célèbre One. Le M9 est donc facilement reconnaissable, avec sa carapace en métal, ses deux grilles de haut-parleurs et ses discrètes lignes blanches. Originalité: il y a deux tons dans le métal: sur notre exemplaire de test, le dos était gris, et les bords dorés. C'est qu'il soigne son apprence, ce nouveau One… HTC promet que ce métal est inrayable, tout comme l'écran.


      htc1
      Quoi de neuf ?

      A part des performances forcément plus musclées, grâce à un processeur Qualcomm Snapdragon 810 et 3 Go de RAM, les principales nouveautés du cru 2015 d'un smartphone toujours aussi haut-de-gamme sont logicielles.

      En effet, la surcouche "Sense" en version 7.0 est très réussie, et apporte son lot de nouveautés sous Android Lollipop (5.0.2), surtout au niveau de la personnalisation de l'interface. Cela passe par des thèmes à télécharger gratuitement, et qui modifient les icônes, les fonds d'écrans, les menus, etc. Ces thèmes eux-mêmes sont personnalisables, par exemple à partir d'un photo personnelle.

      Il y a également ce groupe d'icônes d'applications sur l'écran d'accueil, qui varie en fonction de l'endroit où l'on se trouve (travail, maison et sortie). Les applis les plus utilisées s'affichent automatiquement, après quelques jours d'utilisation. Amusant mais loin d'être indispensable.

      N'oblions pas "BlinkFeed", une petite exclu d'HTC. Il s'agit d'un écran supplémentaire, à l'extrême gauche de votre bureau, qui rassemble tous les contenus qui vous intéressent (articles thématiques à choisir, fil d'actus Facebook et Twitter, etc). Cela peut s'avérer pratique à l'usage, même si le contenu est essentiellement français. Pour les fénéants qui n'ont pas le courage de lancer plusieurs applis pour se tenir au courant de ce qu'il se passe dans le monde ou sur les réseaux sociaux, BlinkFeed pourrait devenir incontournable.


      Quel son!

      Le HTC One M9 parvient à encore améliorer le son produit par les haut-parleurs stéréo, qui sont par ailleurs sur le devant du téléphone. C'est pour cette raison qu'il y a encore de fameux "bords" en haut et en bas, pour accuillir le "BoomSound". On sent même la spatialisation générée timidement par la technologie Dolby intégrée. Au final, si on tient bien le smartphone devant soi, on peut apprécier un vrai son stéréo, d'une qualité rarement atteinte sur un téléphone. Du très bon travail.

      Quant à l'appareil photo, HTC a rangé l'optique supplémentaire qu'il y avait à l'arrière, et a mis un bon capteur de marque Toshiba de 20 MP. Là aussi, la qualité est au rendez-vous, sans bouleverser le genre. Quant à l'appareil photo frontal, il est de 4 MP, et permet de beaux petits selfies, même dans des conditions de lumières plutôt basses.

      htc2


      Conclusion

      Le HTC One dans sa version M9 est un bien bel objet. Son chassis en métal (argent sur le dos, doré sur les côtés) est une prouesse technique qui demande beaucoup de travail pour l'assemblage, même si au final, cela passe assez inaperçu.

      Le design n'a pas vraiment changé, mais la finition est proche de la perfection: solidité, assemblage, rigidité… C'est juste parfait à prendre en main.

      On se pose alors la question: faut-il forcément modifier un style qui a fait ses preuves, même si c'était il y a trois ans ? Dans l'absolu, non. Pensez à Porsche et sa 911, qui peaufine une même silhouette depuis des dizaines d'années.

      Mais dans le cas présent, on parle de smartphone, ces appareils que l'on remplace en moyenne tous les deux ans, et dont le nouveau modèle arrive chaque année…

      Du coup, même si le HTC One M9 n'a aucun défaut apparent, on se demande s'il connaitra le succès promis au Galaxy S6 et à l'iPhone 6, surtout à cause de son prix: 749€ (32 GB de stockage intern). Il s'adresse avant tout aux puristes de HTC. 








    • Etats-Unis: Microsoft veut des congés payés pour les salariés de ses sous-traitants - 27/03/2015

      Le groupe informatique américain Microsoft veut forcer ses sous-traitants aux Etats-Unis à accorder au moins 15 jours de congés payés par an à leurs salariés.

      "Sur l'année à venir, nous allons faire des changements pour garantir qu'une grande variété de sous-traitants qui font des affaires avec Microsoft aux Etats-Unis accordent à leurs salariés qui traitent nos contrats au moins 15 jours de congés payés par an", écrit Brad Smith, responsable des questions juridiques de Microsoft, sur un blog officiel du groupe.

      Il pourra s'agir soit de 10 jours de vacances et 5 jours de maladie rémunérés, soit de 15 jours payés sans restriction d'usage.

      La mesure s'appliquera aux sous-traitants de Microsoft employant au moins 50 personnes aux Etats-Unis et seulement à leurs salariés dans le pays faisant partie de l'entreprise depuis plus de neuf mois et réalisant "une quantité importante de travail pour Microsoft", précise Brad Smith.

      "Nous reconnaissons que cette approche ne touchera pas tous les salariés de tous nos sous-traitants, mais elle s'appliquera à un grand nombre", ajoute-t-il.

      Brad Smith justifie la décision de Microsoft en invoquant "un débat croissant sur les inégalités de revenus et les difficultés pour les travailleurs et leurs familles" au cours de l'année écoulée.

      Les congés payés ne sont pas obligatoires aux Etats-Unis et dépendent des avantages sociaux que les entreprises acceptent individuellement d'octroyer à leurs salariés. Leur absence touche "de manière disproportionnée" les plus bas salaires et les minorités "à un moment où le secteur technologique doit mieux faire pour soutenir la diversité", note le dirigeant de Microsoft.

      Même si certains sous-traitants offrent déjà une série de prestations sociales à leurs salariés, l'imposition des congés payés risque d'augmenter les coûts de certains, voire in fine de Microsoft lui-même, reconnaît-il.

      Le groupe dit donc vouloir s'attaquer au problème en coopération avec ses sous-traitants, parmi lesquels il va organiser une large consultation afin d'évaluer la meilleure manière de procéder, et laisse entendre qu'il espère faire des émules.

      "Nous espérons que notre expérience, et particulièrement les retours que nous recevrons de nos sous-traitants, seront utiles pour d'autres (groupes) envisageant des changements similaires", écrit Brad Smith.

      Le mois dernier, un autre groupe américain, le géant de la distribution Wal-Mart, avait déjà fait un geste choc pour la protection sociale en annonçant qu'il augmentait le salaire minimum pour demi-million de ses employés, une initiative qui, selon les économistes, pourrait également faire boule de neige.








    • On a testé un drone de dernière génération: est-ce facile à piloter? - 27/03/2015

      Il a lancé une mode en 2010: le premier AR.Drone de Parrot (une entreprise française) a été suivi par d'innombrables imitations, tantôt ratées, tantôt réussies. Toujours est-il qu'en 2015, c'est un marché en pleine expansion, qui a largement dépassé le stade du gadget, et qui est même soupçonné d'espionner certaines zones itnerdites…

      Cet appareil, qu'on doit appeler "multirotors", est un hélicoptère avec quatre hélices horizontales, qui se commande à distance via un smartphone ou une tablette. Son originalité a toujours été d'avoir une caméra frontale, qui lui permet de prendre des photos et des vidéos, et d'aider le pilote à contrôler l'appareil.


      Que vaut la dernière version ?

      Alors que les deux premiers modèles étaient relativement encombrants, Parrot, connu à l'origine pour ses dispositifs d'appels main-libre dans les voitures, a fait un effort sur la taille (33x38x3,6 cm, avec la carène pour les vols en intérieur) et le poids (420 grammes).

      Il est plus petit, mais plus performant. C'est surtout sa caméra "Fisheye" de 14 MP qui a fait un sacré bond en avant. Située sur son nez, elle peut filmer en Full HD: 1920 x 1080 pixels. Mais le principal, ce n'est pas la résolution. D'ailleurs, l'image parait un peu floue quand on la regarde de plus près. C'est parce qu'il y a un énorme travail logiciel (et non matériel) au niveau de la stabilisation.

      Car comme vous l'imaginez, en plein vol, ça tremble beaucoup. Pour fournir une image stable, le Bebop filme en très haute résolution mais ne conserve que le centre de l'image, tout en l'inclinant correctement pour compenser la position de l'appareil, qui pique du nez lorsqu'il avance, et l'inverse quand il recule.

      Cette technique permet également  d'orienter virtuellement la caméra: vu qu'il filme un grand cadre mais qu'il n'exploite qu'une partie zoomée de celui-ci, on peut déplacer le zoom et voir autre chose que le centre de la zone.

      Les photos et les vidéos sont stockées sur la mémoire interne de 8 GB. Dès que le vol est fini (la batterie le limite à 12 minutes), vous pourrez, à l'aide d'un câble micro USB, déplacer les fichiers vers un ordinateur.


      Il se tient bien…

      L'autre grosse avancée de Parrot, c'est le maintien du drone. Il fallait être un peu casse-cou pour faire décoller les versions précédentes dans un salon (nous l'avions essayé…). Le Bebop, grâce ses nombreux capteurs (accéléromètres, gyroscopes, ultrasons, caméra verticale), est supposé ne pas bouger d’un poil lorsqu'il est en position statique, à un mètre du sol environ.

      Ça n'est pas tout-à-fait vrai: il bouge un peu, mais il ne s'emballe pas, même dans un salon où il y a une table basse, un divan, un plafond, etc. On peut lâcher la télécommande (son smartphone, donc) et admirer à quel point ce petit engin est capable de rester stable, pendant un peu moins de 12 minutes. Après, la batterie (dès qu'elle atteint 15%...) le force à atterrir délicatement.


      Facile à piloter ?

      Reste une question délicate: est-il plus facile à piloter que ses prédécesseurs ? Pas vraiment, pour être honnête. Ne vous attendez pas à lancer l'application FreeFlight 3 (gratuite), à vous connecter en Wi-Fi au drone puis à le piloter très intuitivement avec un smartphone.

      Ce n'est pas chinois, mais il faut de l'entraînement. Les commandes via l'application se font avec les pouces, mais également en inclinant le smartphone.

      On avait eu quelques accidents avec les premières versions. On n'en a eus un peu moins avec celle-ci, surtout car le Bebop sait se gérer tout seul si vous êtes paumé ou si l'application plante (ça arrive…) et qu'il faut la relancer. Comme expliqué plus haut, si vous ne faites rien, il restera stable, à moins d'être emporté par une bourrasque…


      Conclusion

      Parrot va un pas plus loin dans la performance de son fameux drone, presque 5 ans après un premier modèle qui a lancé une véritable tendance.

      En parlant d'image, c'est justement le point fort du Bebop: la stabilisation est tellement pointue que la vidéo est parfaite, même en plein vol ou en pleine manœuvre. Cet appareil est donc avant tout destiné aux amateurs de prises de vue originales (il est également possible de faire des photos de 3800 x 3188 pixels), plus qu'aux enfants désireux d'avoir un hélicoptère téléguidé. Il existe pour eux des modèles moins sophistiqués, moins performants mais surtout moins chers.

      Car le Bebop n'est pas vraiment un jouet: à environ 500€, il est impératif d'apprendre à le piloter. Cela se fait à l'aide d'un smartphone/tablette et d'une application dédiée, ou d'une télécommande spéciale vendue une petite fortune (400€).

      Il est livré avec deux batteries et un chargeur mural assez pratique.








    • Commerce en ligne: Bruxelles ouvre une enquête sur le secteur - 26/03/2015

      La Commission européenne va lancer en mai une enquête sur le secteur du commerce électronique en Europe, estimant qu'il est "grand temps de supprimer les derniers obstacles" et notamment le "blocage géographique" qui empêche d'accéder à des services en ligne en dehors du pays où on y a souscrit.

      Cette enquête sectorielle, dont les premiers résultats sont attendus à la mi-2016, pourrait ensuite déboucher sur des enquêtes spécifiques à des entreprises soupçonnées d'abus de position dominante ou de pratiques commerciales restrictives.

      "Il subsiste au sein de l'UE d'importants obstacles au commerce électronique transfrontalier. Par exemple, des obstacles techniques, tels que le blocage géographique, peuvent empêcher les consommateurs d'accéder à certains sites web à cause de leur lieu de résidence ou des informations de leur carte de crédit", a expliqué la Commission européenne.

      Cause de frustrations à l'heure où l'on circule librement dans l'Union européenne, ces blocages empêchent par exemple de regarder depuis Londres un match de rugby transmis sur le site internet d'une chaîne de télévision française, d'accéder à des sites de musique et de vidéo en ligne ou d'acheter des billets de train pour des voyages traversant plusieurs pays.

      Un Européen sur cinq aimerait accéder à des contenus sur internet provenant d'un autre pays que le sien, a assuré la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager lors d'une conférence à Berlin.

      "Moi, par exemple, je ne comprends pas pourquoi je peux regarder mes chaînes danoises favorites - un service pour lequel j'ai payé - à Copenhague, mais pas quand je suis à Bruxelles", a-t-elle souligné. "Imaginez une touriste française qui achète des chaussures italiennes à Rome. Pourquoi est-elle renvoyée vers un site français quand elle essaie d'acheter la même paire depuis chez elle, sur internet ?".

      Si plus de la moitié des consommateurs de l'Union européenne ont réalisé des achats en ligne en 2014, 15% seulement l'ont fait auprès d'un e-commerçant installé dans un autre Etat membre de l'UE, a souligné la Commission.

      - 340 milliards d'euros de bénéfices -

      "L'enquête sectorielle se concentrera sur les barrières de nature privée, et plus particulièrement d'ordre contractuel, entravant le commerce électronique transfrontalier de contenus numériques et de biens", a précisé la Commission.

      L'exécutif bruxellois, gardien de la concurrence sur le marché européen qui compte 500 millions de consommateurs, a déjà dans le collimateur Google, soupçonné d'abus de position dominante, ou encore le site marchand Amazon.

      "Une grand nombre d'entreprises dans chaque pays de l'UE" va être interrogé, a indiqué Mme Vestager, citant les éditeurs et propriétaires de contenus, les commerçants en ligne et les sites de comparaison de prix ou de vente en ligne.

      Bruxelles a aussi pointé "les barrières linguistiques, les préférences des consommateurs et les différences entre les législations des Etats membres" comme autres freins possibles à la libre concurrence.

      La Commission doit faire le 6 mai prochain des propositions en faveur de la création d'un marché unique du numérique en Europe. Selon Mme Vestager, s'il "fonctionnait bien", un tel marché unique pourrait générer quelque 340 milliards d'euros de produit intérieur brut supplémentaire pour l'UE.

      "Il est grand temps de supprimer les derniers obstacles au commerce électronique, qui est un élément vital pour la réalisation d'un véritable marché unique numérique en Europe", a assuré Mme Vestager, expliquant que l'enquête doit permettre de "comprendre les obstacles (...) et les combattre".

      La Commission entend également faciliter le commerce en ligne pour les PME, en harmonisant les règles et en rendant la livraison de colis moins chère. La modernisation du droit d'auteur est également à l'étude pour "assurer un juste équilibre entre les intérêts des créateurs et ceux des utilisateurs", ainsi qu'une simplification du régime de TVA.

      Parmi ces propositions, la Commission veut aussi encourager les investissements dans les infrastructures, combler le retard de déploiement de la 4G en Europe ou encore mieux protéger les données personnelles.








    • La vidéo Ultra HD commence à émerger en France - 26/03/2015

      Le visionnage de contenus vidéo en Ultra Haute Définition commence à émerger en France à la faveur d'un écosystème qui se met en place progressivement, a souligné le cabinet NPA Conseil dans une étude présentée jeudi par l'opérateur satellite SES.

      Le marché des téléviseurs l'Ultra HD (UHD ou 4K, d'une qualité environ 4 fois supérieure à la HD actuelle) devrait être multiplié par quatre cette année par rapport à 2014, indique NPA se basant sur les projections de GfK qui table sur 800.000 unités vendues en 2015.

      Sur les écrans les plus grands de 56 pouces, l'Ultra HD représente déjà 30% des ventes, souligne le cabinet spécialiste des médias.

      La technologie 4K promet une expérience "immersive" dans l'image, un rendu des couleurs amélioré et une vision des détails plus précise, ainsi que dans une deuxième phase un son encore plus fidèle.

      Alors que de nombreux caméscopes grand public fonctionnent déjà avec ce standard, les fabricants de lecteurs blu-ray devraient finaliser l'adoption de ce nouveau standard cette année et certaines consoles de jeux devraient devenir compatibles avec les contenus 4K cette année.

      Du côté des opérateurs de télécom, les premiers boîtiers TV au standard HEVC ont été produits en 2014 et l'opérateur Free (groupe Iliad) a annoncé que sa nouvelle box serait compatible avec le format d'image numérique 4K, ce qui devrait inciter les concurrents à le suivre.

      Quelque 300 films sont aujourd'hui disponibles en 4K, qu'ils aient été tournés dans ce format ou remasterisés.

      Les nouveaux acteurs de la vidéo à la demande par abonnement (SVOD) sont à la pointe sur ce créneau dont ils veulent faire un format différenciant par rapport aux acteurs traditionnels de la TV (broadcast).

      L'américain Netflix devrait ainsi produire 100 heures de contenus en UHD, dont la série "Marseille", sur les 300 heures totales prévues.

      La concurrence avec la SVOD devrait pousser les chaînes payantes à accélérer pour proposer des contenus 4K, estime NPA Conseil.

      Les acteurs de la télévision sont cependant encore en phase d'expérimentation des nouvelles techniques de production 4K, qui sont particulièrement prometteuses pour le sport.

      Mais les diffuseurs satellites, dont SES, se disent déjà prêts à diffuser ces contenus pour lesquels ils ont ouvert des canaux de tests et des chaînes de démonstration.

      Face à la fibre, la TNT et le câble, ils soulignent leur grande capacité de couverture et la disponibilité en bande passante de leur technologie.








    • Vidéo en direct: Twitter lance Periscope pour contrer Meerkat - 26/03/2015

      Le réseau social Twitter a lancé officiellement jeudi son application de diffusion de vidéos en direct en streaming Periscope, sa réponse à la rivale Meerkat qui connaît un succès fulgurant depuis quelques semaines.

      Periscope, dont l'application a été ouverte au téléchargement jeudi matin dans la boutique en ligne App Store d'Apple, permet comme Meerkat de diffuser des vidéos en direct à un large public à partir d'un smartphone.

      Meerkat, lancée en février, avait connu un succès instantané, séduisant notamment journalistes, hommes politiques et vedettes des réseaux sociaux. Twitter avait toutefois réagi dès mi-mars en rachetant la startup Bounty Labs, créatrice de Periscope qui à l'époque était encore seulement en phase de test et sans date de lancement officiel connu.

      Periscope va permettre de filmer et de partager des vidéos directement sur le réseau social sans passer par d'autres services, comme Dailymotion ou YouTube.

      Les créateurs de Periscope ont souligné dans un blog l'important potentiel de leur application, faisant notamment valoir qu'elle pouvait permettre à n'importe quel utilisateur de smartphone de montrer ce qui se passe dans le monde.

      "Et si on pouvait voir à travers les yeux d'un manifestant en Ukraine? Ou regarder le lever du soleil depuis une montgolfière en Cappadoce? Cela peut sembler fou, mais nous voulions construire la chose la plus proche possible de la téléportation", écrivent-ils.








    • Twitter veut aider l'Indonésie en cas de catastrophe naturelle - 26/03/2015

      Twitter est prêt à aider les autorités en Indonésie à avertir la population en cas de catastrophe naturelle tels des séismes et éruptions volcaniques fréquents dans l'archipel d'Asie du Sud-Est, a annoncé jeudi à Jakarta le patron du site de microblogging.

      Dick Costolo a déclaré à des journalistes qu'au cours d'une rencontre avec le vice-président indonésien, Jusuf Kalla, les deux hommes avaient eu des discussions sur "le gouvernement et Twitter travaillant ensemble dans des situations d'urgence, afin de s'assurer que la population puisse être prévenue immédiatement lors d'événements tels des inondations".

      Le ministre des Technologiques de l'information, Rudiantara, qui n'a qu'un patronyme comme nombre d'Indonésiens, a déclaré de son côté à l'agence de presse Antara qu'il attendait de Twitter la mise en place de systèmes d'informations qui actualisent régulièrement des situations en cas de catastrophe naturelle dans le pays.

      Twitter est très populaire en Indonésie, avec quelque 13,6 millions d'utilisateurs dans l'archipel de 250 millions d'habitants très friands de réseaux sociaux. Le site de microblogging table sur un bond à 32 millions d'utilisateurs d'ici à 2018.

      L'Indonésie est "l'une de nos plus grandes opportunités de croissance", a ajouté M. Costolo.








    • E-commerce: Bruxelles veut en finir avec les "barrières" transfrontalières - 26/03/2015

      La Commission européenne a annoncé jeudi son intention de lancer "prochainement" une enquête sur le secteur du commerce électronique en Europe, estimant qu'il était "grand temps de supprimer les derniers obstacles" et de "combattre" les restrictions transfrontalières imposées par certaines entreprises.

      "Il subsiste au sein de l'UE d'importants obstacles au commerce électronique transfrontalier. Par exemple, des obstacles techniques, tels que le blocage géographique, peuvent empêcher les consommateurs d'accéder à certains sites web à cause de leur lieu de résidence ou des informations de leur carte de crédit", a expliqué la Commission européenne dans un communiqué.

      Si plus de la moitié des consommateurs de l'Union européenne ont réalisé des achats en ligne en 2014, 15% seulement l'ont fait auprès d'un e-commerçant installé dans un autre Etat membre de l'UE, a souligné la Commission.

      "L'enquête sectorielle se concentrera sur les barrières de nature privée, et plus particulièrement d'ordre contractuel, entravant le commerce électronique transfrontalier de contenus numériques et de biens", a-t-elle précisé, disant son "intention de recueillir des informations auprès d'un grand nombre de parties prenantes dans tous les États membres".

      "Quelques éléments donnent (...) à penser que certaines entreprises prendraient des mesures pour restreindre le commerce électronique transfrontalier", a insisté la Commission. Elle a aussi pointé du doigt "les barrières linguistiques, les préférences des consommateurs et les différences entre les législations des Etats membres" comme autre freins possibles à la libre concurrence.

      La Commission doit faire le 6 mai prochain des propositions en faveur de la création d'un marché unique du numérique en Europe et pour supprimer les nombreuses entraves nationales qui subsistent.

      "Il est grand temps de supprimer les derniers obstacles au commerce électronique, qui est un élément vital pour la réalisation d'un véritable marché unique numérique en Europe. L'enquête sectorielle envisagée aidera la Commission à comprendre les obstacles au développement du commerce électronique et à les combattre, dans l'intérêt des entreprises et des citoyens européens", a déclaré la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

      Si "des problèmes de concurrence spécifiques" sont constatés dans cette enquête sectorielle en matière d'abus de position dominante ou de pratique commerciale restrictive, la Commission pourra ouvrir des enquêtes visant des entreprises en particulier.

      La Commission entend faciliter le commerce électronique transfrontalier, notamment pour les PME, en harmonisant les règles et en rendant la livraison de colis moins chère.

      Le vice-président de la Commission, Andrus Ansip, qui s'est toutefois dit "sans illusion", a beaucoup insisté mercredi sur la nécessité de mettre un terme au blocage géographique qui empêche bien souvent les citoyens européens d'utiliser des services en ligne dans d'autres pays que le leur, en présentant les grands axes d'action privilégiés par Bruxelles.








    • Uber s'inquiète pour la sécurité de ses utilisateurs: voici son "code de conduite" - 26/03/2015

      Dans un effort pour rassurer ses utilisateurs, la startup américaine Uber annonce sur son blog officiel la mise en place d'un nouveau "code de conduite" mondial, qui impose à ses chauffeurs de respecter les lois et réglementations locales, ou encore de ne pas consommer d'alcool ou de drogues illégales dans leurs véhicules.

      Uber va aussi créer des "équipes de réponse aux incidents" actives 24 heures sur 24, réparties autour du globe et chargées d'enquêter sur les problèmes de sécurité graves et d'y réagir rapidement.

      Uber indique aussi qu'il va chercher à améliorer les vérifications des antécédents de ses chauffeurs, à collaborer plus étroitement avec les forces de l'ordre si nécessaire, notamment en fournissant des coordonnées GPS en cas d'accusation de crime, et qu'il va mettre en place des procédures pour réexaminer régulièrement la sécurité de ses pratiques.

      "Avec plus d'un million de voyages par jour dans 295 villes et 55 pays, améliorer continuellement la sécurité des voyageurs et des conducteurs est l'élément le plus crucial de ce que nous faisons", commente son responsable des questions de sécurité Phil Cardenas.

      Uber avait déjà annoncé début février l'ajout dans son application d'un "bouton de panique" permettant de donner l'alerte "d'une simple pression en cas d'urgence" en Inde. Une cliente d'Uber avait accusé son chauffeur de viol à New Delhi, où le service américain et son rival indien Ola Cabs ont été interdits.








    • Facebook met le paquet sur Messenger en pariant sur le commerce en ligne - 25/03/2015

      Le groupe Facebook veut muscler son service de messagerie Messenger, qui revendique 600 millions d'utilisateurs, en encourageant son utilisation sur les sites de commerce en ligne et en l'ouvrant aux développeurs extérieurs d'applications.

      Avec 100 millions d'utilisateurs de plus qu'en novembre, Messenger est l'application du groupe qui affiche la plus forte croissance, a relevé mercredi le patron-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, à l'ouverture de sa conférence annuelle pour les développeurs (F8).

      La messagerie a "le potentiel de devenir un moyen de communication très puissant", a-t-il affirmé devant plus de 2.500 participants.

      Facebook a déjà récemment présenté de nouvelles fonctionnalités pour renforcer Messenger avec notamment un service permettant d'envoyer de l'argent à ses proches qui doit démarrer dans les prochains mois aux Etats-Unis.

      Il passe toutefois à la vitesse supérieure avec le lancement mercredi d'une plateforme permettant aux développeurs extérieurs de créer des applications s'intégrant à Messenger.

      Facebook a parallèlement déjà annoncé mercredi plus de 40 nouvelles applications permettant d'intégrer aux conversations sur Messenger des images animées (GIFs), des vidéos, des clips audio...

      - Séduire les commerçants -

      David Marcus, vice-président de Facebook en charge des services de messagerie, a surtout présenté un nouvel outil destiné à séduire les commerçants en ligne en leur promettant des échanges simplifiés avec leurs clients.

      Il permet d'envoyer une confirmation de commande via Messenger plutôt que par courriel comme c'est le cas généralement.

      Cela crée un fil de conversation unique entre le commerçant et son client sur Messenger, où peuvent par la suite s'ajouter des notifications lorsque le colis est envoyé ou pour des informations suivant l'avancée de son expédition.

      Le client peut pour sa part, avec une simple réponse par le même canal, modifier sa commande, contacter le service-après vente si le produit reçu ne donne pas satisfaction...

      "Nous faisons de Messenger un endroit où on peut facilement communiquer avec les entreprises qui nous intéressent, en plus des gens qui nous intéressent", a commenté Mark Zuckerberg.

      "On peut maintenant interagir avec le commerçant directement", et immédiatement il "sait qui je suis, il sait ce que j'ai acheté", a fait valoir M. Marcus.

      Ce n'est pas la première tentative de Facebook pour séduire les commerçants puisque le groupe lui-même teste un bouton "acheter", permettant de faire directement des emplettes à partir d'une page du réseau.

      Les annonces de mercredi confirment parallèlement la volonté de créer, selon les mots de Mark Zuckerberg, "une famille d'applications de classe mondiale" autour du réseau social au 1,39 milliard de membres, incluant aussi une autre messagerie, WhatsApp (700 millions d'utilisateurs), ou le service de partage de photos Instagram (300 millions).

      En donnant davantage d'envergure à Messenger, Facebook lui donne aussi de meilleures chances de rivaliser avec des services concurrents comme Snapchat, dont les messages qui s'autodétruisent séduisent beaucoup les adolescents.

      - Vidéo -

      Mark Zuckerberg a aussi rappelé devant les développeurs que la vidéo devrait être d'ici cinq ans le contenu de prédilection partagé sur Facebook, après le texte aux débuts du service et les photos aujourd'hui.

      En attendant, le groupe a lancé lors de la conférence un nouvel outil permettant d'intégrer facilement sur des sites internet tiers une vidéo publique postée sur le réseau social, et qui semble viser un créneau jusqu'ici plutôt dominé par YouTube, propriété de Google.

      "Les gens peuvent maintenant regarder et interagir avec des vidéos de Facebook depuis n'importe où sur internet", a fait valoir une responsable du groupe, Deborah Liu, précisant que le Huffington Post était l'un des partenaires testant cette nouvelle fonction.

      Facebook a aussi annoncé, entre autres, l'arrivée prochaine de vidéos "sphériques", à 360 degrés, dans son fil d'actualité, mais aussi des outils permettant aux développeurs de mieux analyser comment les gens utilisent leurs applications, ou encore de concevoir des applications en lien avec les objets connectés de plus en plus populaires.








    • La mémoire de votre smartphone se remplit trop vite ? On a testé un disque dur Wi-Fi - 25/03/2015

      Si la plupart des smartphones sous Android ou Windows peuvent étendre facilement leur mémoire en acceptant une carte mémoire de type microSD (jusqu'à 256 GB supplémentaires, sur certains modèles), c'est nettement plus compliqué avec l'iPhone.

      En effet, depuis son lancement en 2007, le smartphone d'Apple est complètement fermé. Pas d'accès à la batterie, et une unique trappe pour insérer la carte SIM. Il n'y a donc jamais eu de port microSD. Si vous voulez une mémoire généreuse sur votre précieux téléphone, il faut sortir les billets à l'achat. Et les gros…

      Si Apple a un peu modifié sa gamme avec l'iPhone 6 (désormais décliné en version 16, 64 et 128 GB), le prix au GB supplémentaire reste très élevé. Il faut compter 100€ par palier, ceux-ci étant de plus ou moins 64 GB.


      119€ pour 500 GB

      Si la quantité d'espace disponible est essentielle pour vous, mais que vous ne souhaitez pas donner (encore) plus d'argent à Apple, il existe une solution alternative, qui se présente sous la forme d'un disque dur externe. Ce n'est pas nouveau, mais ce genre d'appareil est de plus en plus petit, de moins en moins cher et surtout, intègre une batterie pour être utilisé n'importe quand, n'importe où.

      C'est le cas du Seagate Wireless, un disque dur de 500 GB (119€) et d'une autonomie de 6h environ. On accède à son contenu en s'y connectant via Wi-Fi.

      L'idée, c'est d'y stocker, via un ordinateur (et un cable USB classique), tout le contenu que vous ne pouvez pas mettre sur votre smartphone ou votre tablette. 

      Lors de la première utilisation, il faut se connecter au signal Wi-Fi émis par le disque dur, via les paramètres de votre smartphone (comme s'il s'agissait d'un routeur). Ensuite, vous lancez l'application Seagate, où vous direz à votre disque dur comment se connecter à votre routeur pour que vous puissiez continuer à surfer même si vous êtes "relié" au disque.

      Vous parcourez dès lors, très simplement, tout le contenu de votre disque dur externe et mobile, qui vous pourrez emmener partout vu sa taille, son poids et sa batterie intégrée.

      Cela peut s'avérer très pratique pour ceux qui ont une très grande collection musicale, ou ceux qui ont de nombreux films au format numérique. Ceux-ci se lisent ensuite sous la forme d'un "streaming": la vidéo ou la chanson n'est pas téléchargée sur votre téléphone ou votre tablette, elle est "consultée" via l'application.


      Attention aux vidéos avec l'iPhone/iPad

      Attention, cependant, dans le cas de lecture de vidéos sur l'iPhone/iPad: l'application Seagate ne lit que les formats prévus pour iOS (donc principalement le MP4). Si vous avez des vidéos .avi ou .mkv, par exemple, la procédure est plus délicate: il faut choisir une autre application de lecture vidéo (il en existe plusieurs sur l'Appstore, souvent gratuite). Pour accéder à cette option, il faut laisser son doigt appuyé sur la vidéo pour voir apparaître un menu contextuel.

      Avec Android, en revanche, c'est nettement plus simple: lorsque vous lancez un fichier vidéo, on vous demande avec quelle application vous souhaitez le lire. Il suffit de choisir celle qui vous plait, mais il n'y a pas de contrainte particulière de format avec Android, et celle incluse avec votre téléphone suffira.

      Si vous venez de prendre une vidéo très longue avec l'appareil photo de votre smartphone, vous pouvez également la déplacer sur votre Seagate Wireless, pour libérer de l'espace.


      Conclusion

      Le Seagate Wireless est une option pratique pour stocker vos contenus multimédias sur un disque dur externe et portable, et y accéder facilement à l'aide d'un smartphone ou d'une tablette, via une liaison directe en Wi-Fi (il ne faut pas les relier tous les deux au réseau local pour en profiter).

      Pour des fichiers auxquels vous avez besoin d'accéder régulièrement, ça n'est pas très pratique. Mais pour votre collection musicale, vos films ou vos photos, c'est l'idéal, même si l'application Seagate nécessaire n'est pas un modèle de fluidité et d'efficacité.

      Le disque dur est petit et léger, fonctionne sur batterie durant environ 6h et a une capacité de 500 GB. Disponible en plusieurs couleurs, il coûte 119€.

      Certes, ce n'est pas aussi pratique qu'une carte microSD insérée dans le smartphone (comptez actuellement 100€ pour 128 GB): le Wi-Fi et les batteries, on sait ce que c'est...

      Mais quelques appareils ne proposent pas ce port. C'est le cas de tous les modèles d'iPhone et d'iPad, mais également du dernier Samsung Galaxy S6. Pour ceux-là, il n'y a donc pas le choix...








    • Facebook que des journaux publient des articles sur son réseau - 24/03/2015

      Facebook discute avec plusieurs entreprises de médias pour tenter de les convaincre de publier directement leurs contenus sur son réseau, plutôt que des liens renvoyant vers leurs propres sites, écrit mardi le New York Times.

      Des tests pourraient commencer dans les prochains mois, le quotidien faisant lui-même partie des premiers partenaires, avec BuzzFeed et National Geographic, ajoute-t-il en citant des sources proches du dossier.

      Contactés par l'AFP, Facebook, le New York Times et National Geographic n'ont pas répondu dans l'immédiat. Une porte-parole de BuzzFeed n'a pas voulu commenter.

      Le réseau au 1,39 milliard de membres est déjà une source d'informations régulière pour 88% des jeunes Américains âgés de 18 à 34 ans, selon les résultats d'un sondage réalisé en début d'année par l'American Press Institute et de l'Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research.

      Pour l'instant, Facebook ne publie toutefois que des liens qui renvoient du trafic vers les sites des médias.

      Ces derniers conservent ainsi le contrôle d'éventuels revenus liés à la consultation de leurs contenus (que ce soit par de la publicité sur leur site ou un abonnement payant), et peuvent aussi collecter des informations sur leurs lecteurs.

      Héberger directement leurs contenus sur le réseau social leur ferait renoncer à ce contrôle. Pour rendre sa proposition plus intéressante, Facebook discute donc avec les éditeurs de presse d'un possible partage des recettes des publicités qui seraient publiées avec leurs contenus, selon le New York Times.

      La mesure permettrait en outre de simplifier et d'accélérer la consultation des articles, un point particulièrement important pour les internautes se connectant depuis un smartphone, fait-il valoir.








    • Record d'audience pour les sites mobiles et applications d'actualité en janvier - 24/03/2015

      Les sites et applications d'actualité consultés sur un smartphone ou une tablette ont battu des records de fréquentation en janvier, mois des attentats de Paris, selon les chiffres publiés mardi par Médiamétrie.

      Au total, en janvier 2015, 22,4 millions de mobinautes uniques, soit 63,6% des internautes mobiles, ont consulté au moins un site ou une application de la sous-catégorie "actualités".

      "C'est 4,7 millions de visiteurs de plus qu'un mois auparavant (+26,5%) et 7,6 millions supplémentaires par rapport à janvier 2014 (+51,2%)", précise Médiamétrie, selon qui "cette audience, très largement liée aux attentats de Paris (...), constitue un record mensuel pour la sous-catégorie +actualités+".

      Les cinq sites et applications d'info les plus consultés ont vu leur audience jusqu'à doubler.

      Dans ce classement, Le Parisien arrive en tête avec 6,1 millions de mobinautes uniques (hausse de 89% par rapport à décembre 2014), suivi de près par Le Monde, à 6 millions (+73,9%), et Le Figaro, à 5,9 millions (+54,5%). Avec 5,5 millions de mobinautes uniques (+98,3%), 20 Minutes arrive en quatrième position, tandis que France Télévisions est cinquième, à 4,2 millions (+54,3%).

      En janvier 2015, "les mobinautes ont consulté en moyenne 5,5 applications et ont visité 47,2 sites distincts", relève enfin Médiamétrie.

      Les attentats de Paris et la ruée sur Charlie Hebdo en kiosque ont dopé en janvier les ventes du Monde et encore plus de Libération, qui a doublé ses exemplaires vendus au numéro, selon l'OJD.

      De leur côté, les chaînes d'information en continu ont également battu des records d'audience en janvier. BFMTV a atteint la barre des 3% de part d'audience, contre 2% en janvier 2014, tandis que iTELE enregistrait le score inédit de 1,2% (+0,4 point).












    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007