LA UNE DES JOURNAUX.info


   La une, journaux, l'actualité, les nouvelles, les news, gazettes, quotidiens, hebdomadaires, revues, mensuels, parutions, publications...

image

image
image
image



eBook-Tique, boutique en ligne de produits numérique

RADIO - TV : RTL INFO



Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLSante (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24

Warning: MagpieRSS: Failed to fetch http://feeds.feedburner.com/RTLLoisirs (HTTP Response: HTTP/1.0 404 Feed not found error: FeedBurner cannot locate this feed URI. ) in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/RSS/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/annuaireg/www/Divers/UneJournaux/includes/before.php on line 24
Sommaire
  • RTL info : Belgique
  • RTL info : Monde
  • RTL info : Économie
  • RTL info : Sport
  • RTL info : Hi-Tech
  • RTL info : Science
  • RTL info : Loisirs

  • RTL info : Belgique

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • La tendance à la baisse de la diffusion des quotidiens francophones se poursuit - 28/11/2014
      La baisse de la diffusion payante (papier et numérique) de la presse quotidienne francophone s'est poursuivie au troisième trimestre de 2014, sur base annuelle, selon les chiffres du Centre d'Information sur les Médias (CIM) publiés vendredi.
      La diffusion totale mesurable - essentiellement basée sur les chiffres de ventes - des quotidiens francophones a reculé de 6,92% au troisième trimestre, avec 448.696 lecteurs. L'Echo a enregistré la plus forte baisse de la diffusion de son édition imprimée sur cette période (-12,87%), suivi par La Dernière Heure (-9,06%) et Le Soir (-8,61%) et La Libre Belgique (-5,96%). Sudpresse reste en tête, avec 94.827 lecteurs et malgré une chute de 2,92%. L'Avenir de son côté enregistre une baisse de 3,44% au troisième trimestre. Si l'on prend en compte la diffusion payante (papier et numérique) pour le troisième trimestre, c'est Le Soir qui a connu la baisse la plus importante (-7,66%). Viennent ensuite La Dernière Heure (-7,47%), La Libre Belgique (-4.33%), l'Echo (-2,99%) et l'Avenir (-1,99%). La diffusion totale des hebdomadaires et bi-hebdomadaires francophones a connu la même tendance au troisième trimestre, avec un recul de 1,87%, ajoute le CIM. Public et Flair enregistrent la baisse la plus importante, avec respectivement -20,25% et -15,97%, suivis par Point de Vue (-8,39%), Télé Star (-8,09%), Ciné Télé Revue (-7,04%) - qui reste par ailleurs en tête du classement, avec 245.819 lecteurs, ou encore Moustique (-6,90%) et Femmes d'Aujourd'Hui (-5,45%). Paris Match a chuté de 8,17% sur la période. La diffusion de Télépro a de son côté baissé de 3,59%, ainsi que celle du Vif/L'Express (-2,30%) et de Spirou (-5,66%). La baisse est moindre pour le Soir Magazine (-0,65%). Même son de cloche pour la presse mensuelle francophone (-9,09%). Marie Claire Belgique a ainsi chuté de 13,85%. Le recul atteint -16,62% pour Psychologies Magazine, -9,17% pour Gael et -5,78% pour Elle Belgique. (Belga)






    • Prévisions météo: attention, risque de gel ce soir - 28/11/2014
      Aujourd'hui, le temps sera pratiquement sec partout sous un ciel partiellement nuageux, avec assez bien de nuages élevés. En effet, seules quelques gouttes seront possibles localement. Ce matin, on observe par endroits de la brume en Haute Belgique. La journée sera très douce avec des maxima de 9 à 12 degrés en Haute Belgique et de 12 à 14 degrés ailleurs. Le vent sera faible à modéré de secteur est à sud-est. En soirée et la nuit prochaine, le temps restera sec avec de larges éclaircies et quelques champs nuageux. Les températures chuteront vers des minima de 1 à 5 degrés. On n'exclut donc pas la possibilité d'avoir localement quelques faibles gelées au sol. Le vent de secteur sera faible à parfois modéré, généralement de secteur est.



       

      Du soleil samedi

      Samedi matin, il fera frais et des nuages élevés seront encore présents. Durant la journée, nous bénéficierons de belles périodes de soleil. Les maxima seront compris entre 7 et 9 degrés, sous un vent faible à parfois modéré de secteur est.

       

      Une bande nuageuse dimanche

      Dimanche matin, il faudra s'attendre en plaine à des bancs de brume et de brouillard givrant. De larges éclaircies seront ensuite possibles, mais une bande nuageuse pourrait rentrer sur le pays en cours de journée. Le temps devrait rester sec. Les maxima seront compris entre 5 et 7 degrés.

       

      Entre 3 et 5 degrés lundi

      Lundi, nous conserverons un temps sec mais les nuages bas resteront nombreux. Nous perdrons encore quelques degrés avec des maxima oscillant entre 3 et 5 degrés. De mardi à jeudi, nous devrions connaître un temps le plus souvent sec mais gris et frais. Les maxima varieront entre 2 et 6 degrés dans l'intérieur du pays. Toutefois, une faible perturbation pourrait traverser le pays mardi.

      Pendant toute la période, il faudra s'attendre à des températures nocturnes proches ou légèrement inférieures à zéro degré.







    • Météo - Un temps sec mais plus frais - 28/11/2014
      Le temps restera sec sur la majorité du pays vendredi avec des champs nuageux mais aussi des éclaircies. Le vent de secteur est sera modéré à fort à la Côte. Les maxima oscilleront entre 9° en Ardenne et 13° ailleurs. Il fera sec également en soirée et durant la nuit, avec des minima compris entre 0 et 4°.
      La journée de samedi sera ensoleillée. Le vent de secteur est sera faible à modéré et les températures atteindront 6 à 9°. Le soleil sera toujours de la partie dimanche et lundi mais il fera plus frais puisque le thermomètre affichera en moyenne 5 degrés en journée. Un risque de gel n'est pas à exclure durant la nuit et en matinée tout comme la formation de brouillard ou de nuages bas. Le ciel sera ensuite plus nuageux dès mardi. (Belga)






    • Plus que 2 jours pour écrire à Saint-Nicolas et recevoir un cadeau de sa part! - 28/11/2014

      La Saint-Nicolas approche à grand pas. Il est temps pour les enfants d'écrire leur lettre au grand patron des écoliers. Pour envoyer vos voeux ou dessins, vous avez jusqu'au 1er décembre. Il n'est pas nécessaire de coller un timbre sur l'enveloppe. Par contre, n'oubliez pas d'indiquer votre adresse pour que ce dernier puisse vous répondre. Il joindra un petit cadeau à sa lettre. A ce jour, Bpost a déjà reçu plus de 25.000 lettres. L'an dernier, 200.000 enfants avaient participé, selon Bel RTL.

      L'adresse de Saint Nicolas: 1, rue du Paradis à 0612 Ciel. 







    • Moins d'argent pour les écoles en discrimination positive: vague de colère contre Milquet et le PS - 28/11/2014

      Les écoles en encadrement différencié, c'est ce qui a remplacé les écoles dite en discrimination positive (D+). Concrètement, chaque élève francophone a un indice socio-économique qui est déterminé par le quartier où il vit. Chaque école du fondamental (maternelle et primaire) et du secondaire reçoit ainsi un indice moyen en fonction de ses élèves. Les 25% des écoles les plus "pauvres" sont donc classées en encadrement différencié et bénéficient de plusieurs dizaines de millions d'euros de subsides. Ceux-ci sont utilisés par ces écoles comme bon leur semble, à condition qu'ils puissent prouver que cela va dans les sens suivants : renforcer les apprentissages de base, lutter contre l'échec, favoriser la remédiation immédiate et prévenir le décrochage. Dans les faits, cela se traduisant par le financement de sorties culturelles et sportives, l'engagement de logopèdes, la création d'écoles de devoirs, voire même par des travaux de rénovation.

       

      Une catastrophe économique dans les communes défavorisées

      Ce que le gouvernement PS-cdH a décidé, c'est de supprimer les subsides complémentaires accordés à ces écoles, qui représentent entre 7 et 23% des subsides totaux et s'élèvent à 14 millions d'euros. Les subsides de base, eux, sont donc maintenus. Mais pour certaines communes, c'est une catastrophe économique. A Saint-Josse et Frameries par exemple, toutes les écoles sont classées en enseignement différencié !

       

      Les explications de Joelle Milquet... qui n'apporte aucune preuve

      La ministre Milquet prévoir d'utiliser les 14 millions économisés pour l'engagement de 350 professeurs qui seront chargés de faire de la remédiation dans toutes les écoles de la Communauté française. Elle justifie ce changement de budget par le faut que beaucoup d'écoles n'épuisent pas tous leurs subsides. Mais elle n'apporte aucun chiffre pour appuyer cette affirmation. Elle déclare également que certaines écoles préféreraient de l'encadrement plutôt que de l'argent. Mais là encore, elle ne dit pas combien. Ses affirmations sont donc contestées par les syndicats de l'enseignement.

       

      Tout le monde sauf le cdH et le PS (et encore...) est contre Milquet!

      Les pouvoirs organisateurs sont donc contre cette mesure. Les syndicats également. .  Dans l'opposition aussi, c'est le tollé. et , puisqu'elle n'apporte aucune preuve de ce qu'elle avance. qui touchera 5 écoles sur 6 dans sa commune de Saint-Gilles. . Enfin, .

       

       

      Pour la CGSP, Milquet prend aux pauvres pour honorer une promesse de campagne

      La mesure avait été annoncée à la mi-octobre par le gouvernement et avait déjà suscité l'ire de certains pouvoirs organisateurs. Désormais, les syndicats se joignent à la grogne. Pascal Chardome, le président de la CGSP enseignement, s'est confié à Bel RTL ce matin. Pour lui, Joëlle Milquet prend de l'argent aux plus pauvres uniquement pour honorer une de ses promesses de campagne: l'engagement de 750 professeurs de remédiation d'ici la fin de la législature (un chiffre qui ne figure pourtant pas dans l'accord de gouvernement, ndlr). Avec ces 350 postes, elle prend simplement de l'avance.

       

      Pour Ecolo, c'est un scandale antisocial et antihumaniste

      "Cette mesure est sans conteste la plus scandaleuse de ce budget! ", fustige la députée communautaire Ecolo Barbara Trachte. "On dépouille les écoles qui accueillent les élèves les plus défavorisés, sans même savoir où on va trouver les professeurs de remédiation -dans un contexte de pénurie de professeurs- ni où on va les affecter! Je ne comprends pas ce qu'il y a de social et d'humaniste dans cette mesure". "Ces moyens visent à assurer à chaque élève des chances égales d'émancipation sociale dans un environnement pédagogique de qualité. Ils visent à prendre en charge toutes une série de dépenses qui ne sont alors pas reportées sur les familles qui n'en n'ont pas les moyens", souligne Mme Trachte.

       

      Pour le MR, Milquet ne sait pas de quoi elle parle

      "La ministre (Joëlle Milquet) s'attaque donc, au travers du budget 2015, aux écoles les plus en difficulté!. La ministre de l'Enseignement va donc frapper à l'aveugle pour financer 350 engagements supplémentaires qui ne seront visiblement pas forcément destinés à travailler dans les écoles chez qui elle ponctionne, mais qui seront répartis dans toutes les écoles de la Fédération", dénonce le MR. Les réformateurs doutent par ailleurs de l'efficacité de ces 350 engagements qui devront être "saucissonnés" entre les différentes écoles de la Fédération. Pour eux, la mesure frappera "durement" des écoles situées dans des communes "déjà touchées par d'importantes difficultés socio-économiques". "Avec ce projet, la ministre de l'Enseignement fait donc exactement l'inverse de ce qu'il faudrait faire! ", fustige l'opposition MR. Et celle-ci de rappeler qu'elle réclame depuis plusieurs années déjà une évaluation indépendante du financement et des mécanismes de l'enseignement différencié. "A l'heure actuelle, personne ne sait si les montants alloués à cette politique sont suffisants, insuffisants voire efficaces? (Cette évaluation) est désormais devenue une urgence avant que Mme Milquet ne frappe à l'aveugle!", conclut le communiqué.

       

      Même Charles Picqué, pourtant PS, dénonce la mesure qui touchera 5 écoles sur 6 à Saint-Gilles

      Le bourgmestre de Saint-Gilles, Charles Picqué (PS), et l'échevin de la commune en charge de l'enseignement, Alain Hutchinson (PS), ont dit tout le mal qu'ils pensaient de la décision du gouvernement PS-cdH. Dans cette commune centrale de la capitale dont ils ont la charge, plus de 80% des écoles bénéficient de ces subventions. "En d'autres mots, ce sont les pouvoirs organisateurs et les parents, en particulier les plus défavorisés, qui devront suppléer financièrement pour permettre à leur enfant de bénéficier d'un encadrement de qualité et d'activités d'éveil indispensables à leur épanouissement. La commune de Saint-Gilles, en tant que pouvoir organisateur, sera particulièrement touchée par cette suppression dans la mesure où 5 écoles fondamentales sur 6, et son école secondaire, bénéficient actuellement de ce subventionnement", ont-ils souligné. Selon eux, Saint-Gilles bénéficie chaque année d'une subvention d'environ 220.000 euros, qui permet aux écoles de financer des logopèdes, l'achat de matériel pédagogique, des sorties culturelles et sportives, des classes vertes ou encore la prise en charge de frais de photocopies. M. Picqué a dès lors demandé à Joëlle Milquet d'évaluer la pertinence de chaque projet pédagogique financé par le subside en question, avant toute décision. "Quant à la proposition d'user de ces subventions pour créer de l'emploi d'encadrement, non seulement il s'agit de donner d'une main ce que l'on reprend de l'autre et sans aucune garantie que ces nouveaux emplois bénéficieront aux populations scolaires plus défavorisées", a ajouté l'ex-ministre-président bruxellois. Si la ministre persiste, la commune de Saint-Gilles devra faire des sacrifices pour compenser ces 220.000 euros. Mais Charles Picqué et Alain Hutchinson tiennent à rassurer les parents saint-gillois concernés en les assurant que tout sera mis en oeuvre pour qu'ils n'aient pas à souffrir de cette mesure.

       

      Pour les FDF de Schaerbeek, il suffit de voir la carte des écoles touchées (le nord de Bruxelles et le sillon Sambre-et-Meuse) pour constater son caractère antisocial

      Le maïeur FDF de Schaerbeek, Bernard Clarfayt, et son échevin de l'Enseignement communal, Michel De Herde (FDF), ont aussi tiré "la sonnette d'alarme". "Alors que la Fédération Wallonie-Bruxelles est souvent pointée du doigt car son enseignement est l'un des plus inégalitaires et que ses écoles sont en dessous de la moyenne dans les enquêtes PISA, le gouvernement juge approprié de diminuer les moyens financiers consacrés aux écoles accueillant les élèves les plus défavorisés", se sont-ils indignés. A leurs yeux, tous les politiques s'accordent à dire que l'éducation est le meilleur moyen d'assurer l'avenir des enfants. "Mais au regard des choix effectués par la ministre Joëlle Milquet, les priorités semblent être ailleurs".

      Pour les écoles organisées par la commune de Schaerbeek, cette décision représente, d'après eux, une diminution des moyens de l'ordre de 100.000 euros pour l'année scolaire 2014-2015 et de 430.000 euros pour l'année 2015-2016. Les édiles schaerbeekois rappellent que l'idée sous-jacente à la mise en place de subventions pour ce type d'école était de compenser les différences objectives de moyens dépensés par les parents pour l'éducation, en donnant la possibilité à ces enfants d'accéder à des activités culturelles, scientifiques et d'éveil, par l'intermédiaire des écoles. Un bref coup d'oeil sur une carte des communes pénalisées par cette mesure, celles du nord de Bruxelles et du sillon Sambre et Meuse, en révèle le caractère profondément antisocial, "car il est peu probable que les communes concernées auront la capacité de compenser cette coupe budgétaire injuste", ont-ils déploré. Ceux-ci se sont par conséquent associés aux demandes des fédérations de Pouvoirs Organisateurs (CECP et SEGEC) et des syndicats visant à préserver des moyens financiers complémentaires pour les écoles accueillant les enfants des familles pauvres. Ils demandent aux parlementaires de la Fédération d'amender le texte déposé en ce sens par la ministre de l'Education.

       

      Même les chrétiens rappellent le cdH à l'ordre

      Le Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) a invité Joëlle Milquet à retirer la disposition très contestée. Selon le MOC, les 350 enseignants et conseillers engagés ne seront pas forcément affectés aux écoles qui bénéficient de cet encadrement différencié. Or, ce sont ces écoles, sélectionnées sur la base de critères socio-économiques, qui ont le plus besoin de moyens pour lutter contre l'échec scolaire et aider les familles d'élèves, a fait remarquer la coupole des organisations sociales chrétiennes. "La mesure est d'autant plus injuste et incompréhensible qu'elle touchera surtout les élèves de l'enseignement fondamental et principalement de l'enseignement maternel. Certaines écoles, pour leurs classes maternelles, perdront ainsi jusqu'à 25% du montant de leur subvention! C'est d'autant plus inacceptable qu'une lutte efficace contre les inégalités scolaires nécessite précisément que l'on renforce les moyens à destination de l'enseignement fondamental", souligne le MOC. Le Mouvement tient à rappeler les priorités de la nouvelle majorité énoncées dans la Déclaration de politique communautaire, notamment celle de lutter contre l'échec scolaire et d'enrayer la reproduction des inégalités sociales. "La volonté de diminuer les budgets de l'encadrement différencié va totalement à l'encontre de ces objectifs", estime le MOC.

       







    • Eliane Tillieux: "On va éviter les systématismes dans le contrôle des chômeurs" - 28/11/2014
      Avec la sixième réforme de l'Etat, le contrôle des chômeurs se fera au niveau des Régions et plus au fédéral. Aujourd'hui, c'est encore l'Onem qui se charge de ce contrôle. Eliane Tillieux, ministre de l'Emploi et de la Formation en Wallonie (PS), était l'invitée de Bel RTL vendredi matin. Elle voit ce transfert de compétence comme une chance.  Eliane Tillieux, vous devez maintenant, avec le forem mener le contrôle des chômeurs. Vous dites que vous voulez un contrôle plus humain. Ça veut dire quoi ça quand on a 220.000 chômeurs en Wallonie ? Vous savez, les choses ne sont pas simples pour toutes ces personnes qui sont en recherche d'emploi et on sait qu'il manque de l'emploi en Wallonie. Donc on va travailler au niveau du gouvernement avec mon collègue de l'économie Jean-Claude Marcourt, avec l'ensemble du gouvernement, avec le ministre-président, on va remettre sur les rails, un nouveau plan Marshall pour aller de l'avant, tenter de créer de l'activité, de déployer l'économie et pour permettre à ces gens de trouver une activité.  Le mieux, c'est bien sûr un emploi, mais je pense en particulier aux jeunes, aux jeunes qui sortent de l'école ou aux jeunes qui perdent un premier emploi, c'est d'essayer de les réinsérer le plus rapidement possible. Il n'y a rien de pire que l'inactivité sur le long terme.  Sur le contrôle, cela veut dire que vous serez moins sévère qu'avant au niveau fédéral ? Cela veut simplement dire qu'on va éviter les systématismes. Finalement, ce qui est réalisé par l'Onem aujourd'hui au niveau fédéral, ses facilitateurs vont être transférés vers le Forem au niveau wallon. Le Forem exerce déjà une autre mission qui est l'accompagnement des chômeurs. Donc j'espère que nous allons bénéficier finalement, de cette expertise, de cette expérience pour faire en sorte que les contrôles soient mieux ciblés. 







    • Les pompiers de Bruxelles déposent un préavis de grève - 28/11/2014
      Le S.L.F.P. section des Pompiers de Bruxelles enverra vendredi par recommandé un préavis de grève au ministre-président de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort, et à la secrétaire d'Etat Cécile Jodogne, qui devrait prendre cours dès lundi "pour une période indéterminée", indique Eric Labourdette, dirigeant responsable.
      Les pompiers bruxellois dénoncent entre autres les absences de promotion au grade de sous-lieutenant et à celui de majors "malgré la déclaration de vacance" du mois de mars dernier ainsi que l'absence "de règlement de travail malgré les promesses". Les hommes du feu se plaignent aussi "d'un manque de réponse aux questions et courriers des organisations syndicales de la part de l'autorité". "Le service est complètement laissé à l'abandon" et est confronté à "des grandes incertitudes quant à son avenir", martèle Eric Labourdette. "Nous n'avons plus d'officier chef de service, il manque douze sergents (...) et il n'y a plus aucun encadrement opérationnel." Le S.L.F.P. n'a pas encore prévu d'actions, espérant "être reçu par les autorités". (Belga)






    • La police intensifie les contrôles d'alcool dès ce vendredi: "Ils seront effectués partout et tout le temps!" - 28/11/2014
      Cette année, durant les 8 semaines de la campagne BOB, les contrôles de police seront intensifiés sur les routes. La conduite sous influence reste une des causes principales des accidents et des tués, en Belgique. Petit à petit, le message semble faire son effet auprès de la population. Pendant la campagne de l'hiver 2013, près de 97% des conducteurs n'étaient pas sous influence. La police locale et la police fédérale ont convenu de réaliser plus de 250.000 contrôles sur les 2 mois. A toute heure du jour et de la nuit, en semaine ou durant le weekend, sur les routes principales comme sur les petites routes. "Nous avons convenu d'effectuer plus de 250.000 contrôles d'alcool durant les 8 semaines de la campagne BOB. Ces contrôles auront lieu le jour et la nuit et ils seront effectués partout, le risque d'être contrôler sera présent tout le temps", a expliqué Michael Jonniaux, directeur de la police de la route, au micro de Pierre Fagnart pour Bel RTL.






    • Mission Singapour - "Les missions princières sont capitales pour notre entreprise" - 28/11/2014
      "J'ai déjà participé à de nombreuses missions princières. Les missions sont capitales pour notre entreprise et la princesse les mène avec compétence, grâce et humour", a commenté vendredi l'administrateur-délégué de l'entreprise de dragage DEME, Alain Bernard, à l'occasion d'une visite de la princesse sur l'île de Jurong à Singapour. Sans la princesse, les missions ne sont pas moins fructueuses mais sa présence reste un levier, a-t-il expliqué.
      L'utilité des missions princières agite le Landerneau depuis des lustres mais la décision de les diminuer de moitié - il n'y en aura plus que deux par an - sous la pression de la Flandre a relancé le débat. Cette décision a fait l'objet de critiques. La présence de la princesse constitue un atout même pour un acteur mondial comme DEME, commente son patron. "La présence de la princesse peut constituer un levier, certainement dans des pays comme le Qatar ou Singapour", a-t-il indiqué à l'agence BELGA. "L'agence flamande au Commerce extérieur, le FIT (Flanders Investment and Trade), livre un très bon travail avec des missions spécifiques, mais la présence de la princesse constitue un atout supplémentaire dans certains pays", a fait observer Alain Bernard. Cela étant dit, des missions sans la princesse peuvent également être couronnées de succès, a-t-il ajouté, évoquant le récent déplacement à Singapour du Port d'Anvers et du bourgmestre de la ville Bart De Wever. "Cela a également été un succès en ce qui nous concerne car le port d'Anvers a permis que des portes nous soient ouvertes". (Belga)






    • Saut d'index: il met le PS au défi de l'annuler pour les enseignants francophones - 28/11/2014

      Lorsqu'il s'appliquera, le saut d'index concernera l'ensemble des fonctionnaires du pays, toutes entités confondues, et donc aussi les enseignants. Il faut "passer aux actes", indique Christos Doulkeridis dans La Libre alors que le PS conteste le saut d'index au parlement fédéral. L'élu écologiste souligne que l'indexation en Fédération Wallonie-Bruxelles coûtera 41 millions d'euros. Le montant est d'ailleurs inscrit au budget, le gouvernement fédéral et la Chambre n'ayant pas encore approuvé la loi qui organisera le saut d'index.

      Christos Doulkeridis appelle à "créer un rapport de force pour inverser la tendance conservatrice que l'on observe en Belgique et ailleurs en Europe".

       







    • Incroyable succès de la simulation de blackout de Lampiris: la moitié d'une centrale nucléaire épargnée - 28/11/2014

      Le fournisseur d'électricité Lampiris a testé hier soir son système de SMS destiné à alerter les consommateurs sur les risques de pénurie d'électricité, et les inciter à diminuer leur consommation. L'action a eu lieu de 18h00 à environ 19h30. Pour les responsables, les premiers résultats sont significatifs: la courbe de consommation d'électricité a réellement diminué par rapport à la consommation normale, et Lampiris a pu gérer l'envoi de 140.000 SMS qui ont visiblement eu un impact auprès des destinataires.

       

      200 mégawatts

      "Nous avons connu un petit accroc au démarrage côté francophone mais tout est rapidement rentré dans l'ordre. L'écart observé entre la courbe de consommation attendue et la courbe de consommation réelle a atteint 200 mégawatts, ce qui est plus que ce que nous espérions. Après l'envoi des SMS de fin de l'action, les deux courbes se sont à nouveau croisées. Il faudra affiner ces chiffres dans les prochains jours mais à ce stade, l'effet semble significatif", indique Grégoire Van Cutsem, directeur commercial chez Lampiris. 200 mégawatt, cela représente pas moins de la moitié de ce que produit une centrale nucléaire!

       

      Les trucs et astuce pour réduire sa consommation consultés

      Les responsables se réjouissent également de l'intérêt suscité par l'envoi de ces SMS: les pages internet de Lampiris, qui donnent des conseils pour réduire la consommation électrique, étaient consultées en moyenne par 500 personnes durant l'action, contre 30 en temps normal. Et une mobilisation a été observée sur les réseaux sociaux. Lampiris se réjouit d'avoir montré qu'elle pouvait agir, via une action citoyenne, sur la demande d'électricité.

       







    • 10.000 bagages définitivement perdus par an à Brussels Airport - 28/11/2014
      A Brussels Airport, 10.000 bagages sont considérés chaque année comme définitivement perdus, rapportent les journaux de Sudpresse vendredi.
      Dix mille bagages perdus, cela semble beaucoup mais, sur 20 millions de passagers, cela fait une moyenne (très) raisonnable de 0.05%. De nombreux bagages sont par ailleurs retrouvés, mais ne portent pas d'étiquettes. "Les valises non identifiées s'entassent chaque année à l'aéroport de Zaventem", explique Yahia Jerroudi, qui travaille au service des bagages perdus chez Swissport, l'un des gros opérateurs bagages actifs à Zaventem. "Elles sont évidemment ouvertes au bout de quelques jours pour tenter d'identifier le propriétaire et lui renvoyer son bien mais, pour des milliers d'entre elles, c'est peine perdue. Nous les gardons alors un certain temps avant de les donner à des associations caritatives", explique-t-elle. Deux raisons essentielles expliquent l'égarement d'un bagage: la connexion loupée et la perte de l'étiquette d'identification. (Belga)






    • On manque toujours de places en crèches à Bruxelles, en Hainaut et à Liège - 28/11/2014
      Selon le rapport annuel 2013 de l'Office de la naissance et de l'enfance (ONE), le taux de couverture de l'accueil des 0-3 ans est en faible hausse en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Mais la situation reste critique à Bruxelles, dans la province de Hainaut et à Liège, rapportent vendredi La Libre Belgique et La Dernière Heure.
      Pour évaluer l'évolution du secteur de la petite enfance, on se réfère au "taux de couverture", c'est-à-dire le rapport entre le nombre total de places et une estimation du nombre d'enfants en âge de fréquenter les milieux d'accueil. L'objectif européen dit "de Barcelone" fixe un taux de couverture de 33%. Celui-ci vise les enfants de 0 à 3 ans. Cela concerne donc autant les places de crèche que les places d'école de 1re accueil et 1re maternelle. Mais si l'on tient uniquement compte du nombre de bambins qui ont l'âge d'être accueillis en crèche (0 à 2,5 ans), le taux de couverture global 2013 en FWB est de 29%. Et la situation est critique dans les subrégions de Bruxelles (23,3%), du Hainaut (25,8%) et de Liège (28,2%). (Belga)






    • L'IBGE débourse 3,6 millions par an pour son palais de verre à Tour & Taxis - 28/11/2014
      Pour s'installer dans son bâtiment passif de verre à Tour & Taxis, l'Institut bruxellois pour la gestion de l'environnement (IBGE) déboursera un loyer annuel de base de 3,6 millions d'euros, contre 1,34 million qu'il paiera en 2014 pour la location de ses immeubles à Woluwe-Saint-Lambert, peut-on lire vendredi dans L'Echo.
      Des critiques fusent à l'encontre de l'opération et des observateurs se demandent si l'IBGE a réalisé une bonne affaire. Mais la direction de l'Institut balaie les reproches. Bruxelles Environnement souligne qu'ils feront une économie de 600.000 euros sur différents postes en s'installant à Tour & Taxis, notamment sur les factures d'eau et d'énergie. L'IBGE devrait aussi épargner environ 60.000 euros par an sur des événements qui étaient organisés à l'extérieur et qu'il fera désormais dans ses murs. Sans oublier des recettes comme la concession horeca/traiteur et la location de l'auditorium et des salles attenantes. (Belga)






    • Le relèvement de l'âge de la pension contrarie Belfius: voici sa parade - 28/11/2014

      La banque a trouvé la parade. Elle a tout récemment proposé à ses 300 collaborateurs âgés de 56 et 57 ans, autrement dit ceux qui auront 58 ans en 2015 ou en 2016, de s'engager d'ores et déjà sur la voie de la prépension. Belfius leur propose de prester à mi-temps dès le 1er janvier 2015, sous forme d'un crédit-temps avec prime compensatoire. À leur 58e anniversaire, ils seront dispensés de toute prestation.
      Les personnes concernées ont jusqu'au 1er décembre pour accepter ou non la formule, ce qui laissera ensuite un mois à la banque pour boucler les dossiers dans les temps.

       







    • Découvrez ce que Brussels Airport fait de vos bagages perdus - 28/11/2014

      Dix mille bagages perdus, cela semble beaucoup mais, sur 20 millions de passagers, cela fait une moyenne (très) raisonnable de 0.05%. De nombreux bagages sont par ailleurs retrouvés, mais ne portent pas d'étiquettes.

       

      Vos vêtements donnés à des oeuvres caritatives

      "Les valises non identifiées s'entassent chaque année à l'aéroport de Zaventem", explique Yahia Jerroudi, qui travaille au service des bagages perdus chez Swissport, l'un des gros opérateurs bagages actifs à Zaventem. "Elles sont évidemment ouvertes au bout de quelques jours pour tenter d'identifier le propriétaire et lui renvoyer son bien mais, pour des milliers d'entre elles, c'est peine perdue. Nous les gardons alors un certain temps avant de les donner à des associations caritatives", explique-t-elle.

      Deux raisons essentielles expliquent l'égarement d'un bagage: la connexion loupée et la perte de l'étiquette d'identification.
       







    • Pas assez de crèches en Wallonie et à Bruxelles: habitez-vous dans les zones noires? - 28/11/2014

      Pour évaluer l'évolution du secteur de la petite enfance, on se réfère au "taux de couverture", c'est-à-dire le rapport entre le nombre total de places et une estimation du nombre d'enfants en âge de fréquenter les milieux d'accueil. L'objectif européen dit "de Barcelone" fixe un taux de couverture de 33%. Celui-ci vise les enfants de 0 à 3 ans. Cela concerne donc autant les places de crèche que les places d'école de 1ère accueil et 1ère maternelle.

       

      Plus c'est peuplé, plus c'est critique

      Mais si l'on tient uniquement compte du nombre de bambins qui ont l'âge d'être accueillis en crèche (0 à 2,5 ans), le taux de couverture global 2013 en FWB est de 29%. Et la situation est critique dans les subrégions de Bruxelles (23,3%), du Hainaut (25,8%) et de Liège (28,2%).

       







    • Coup dur pour Delphine Boël face à Albert II: la justice a rendu son verdict - 28/11/2014

      Le tribunal avait à juger de 3 actions différentes: une action intentée par Jacques Boël contre Delphine, en contestation de paternité. Ensuite, deux actions intentées par Delphine Boël. Une en contestation de paternité contre Jacques Boël et une en reconnaissance de paternité visant Albert II. L'action de Delphine Boël devait se dérouler en deux phases: elle devait d'abord contester la paternité de Jacques Boël, qui était alors le mari de sa mère et dont elle porte le nom ; et puis seulement elle pouvait enclencher la procédure visant Albert II.

       

      Jacques Boël ne peut pas "renier" Delphine

      Mais l'action intentée par Jacques Boël contre Delphine a été jugée non recevable par le tribunal, parce que prescrite.

       

      Delphine Boël face à deux problèmes

      Concernant l'action intentée par Delphine contre Jacques Boël, le tribunal a considéré qu'il y avait une "possession d'état". C'est un terme juridique qui suppose un ensemble d'éléments qui peuvent prouver la paternité. Par exemple: elle porte son nom, elle a été éduquée par Jacques Boël, elle a grandi dans sa maison, en société, ils se comportaient comme père et fille. Selon la loi, quand il y a possession d'état, il ne peut automatiquement pas y avoir de contestation de paternité mais il y a une jurisprudence de la Cour Constitutionnelle qui considère que la possession d'état n'est pas un obstacle absolu à une contestation de paternité. Dans les affaires de filiation, on ne se repose pas sur la jurisprudence, parce que les affaires/les familles ne sont jamais les mêmes.

      Une question préjudicielle demandant si la possession d'état faisait obstacle à la contestation de paternité a donc été posée à la Cour Constitutionnelle. La question demande si cette possession d'état n'est pas contraire à l'article 22 de la Constitution et à l'article 8 de la CEDH (qui garantissent le droit à la vie privée et familiale)

      Deuxième problème pour Delphine Boël: normalement, une contestation de paternité doit être introduite au plus tard à 22 ans ou dans l'année où la fille a appris que son père n'était pas son père. Ce n'est pas le cas ici. Une question préjudicielle portant là-dessus a aussi été posée à la Cour Constitutionnelle.

       

      L'action pour faire reconnaitre la paternité d'Albert II devra attendre

      Etant donné que le tribunal ne s'est pas prononcé sur la contestation de paternité, elle a déclaré un sursis du prononcé sur l'action intentée par Delphine Boël contre Albert II.

      Les questions préjudicielles partent ce vendredi à la Cour Constitutionnelle. La Cour devra se prononcer. Ensuite le dossier reviendra sur la table du tribunal de 1ère instance de Bruxelles.

      Rappel des faits

      Pour rappel, en juin 2013, Delphine Boël avait cité Albert II en justice pour qu'il se soumette à un test ADN. Elle avait aussi cité les enfants royaux Philippe et Astrid, étant donné qu'Albert II était encore protégé par l'immunité royale à l'époque et qu'il aurait donc pu ne pas accepter de se soumettre au test. En septembre 2013, elle avait annulé cette procédure afin d'en réintroduire une similaire, en ne citant plus qu'Albert II, celui-ci n'étant plus protégé par son immunité après avoir abdiqué en juillet 2013. Delphine Boël avait expliqué son action par le fait qu'elle subissait des discriminations en tant que fille présumée du roi Albert II.

       







    • Molenbeek assure un accompagnement des sans papiers du boulevard Léopold II - 27/11/2014
      A la suite d'une interpellation du conseiller communal Nader Rekik sur l'occupation de sans papiers au 184c boulevard Léopold II et des questions que celle-ci a soulevées au conseil communal de jeudi soir, la bourgmestre de Molenbeek-Saint-Jean Françoise Schepmans a fait état de la situation et de la position des autorités communales.
      Le nombre d'occupants varie de 150 à 200 personnes. Le bâtiment occupé est un ancien home, composé d'une trentaine d'appartements d'une chambre. Après plusieurs incitations envoyées au propriétaire, les services communaux s'apprêtaient à taxer ce bâtiment vide depuis décembre 2012. L'arrivé du groupe fin juin a suspendu ces démarches. La bourgmestre estime, qu'à ce stade, aucun élément en termes de sécurité, hygiène ou salubrité publique, ne justifie un arrêté mettant un terme à cette occupation. Divers représentants de la commune se rendent sur place depuis le début. La situation est régulièrement monitorée. Le dernier bilan effectué mardi fait état de locaux en bon état. L'électricité fonctionne, des détecteurs incendie sont présents et un escalier de secours est accessible. Des lances à incendie fournissent aux étages l'eau nécessaire à l'hygiène des occupants. Le groupe a défini un règlement d'ordre intérieur et assure un contrôle à l'entrée jour et nuit. Le dernier rapport médical du CPAS du 28 juillet indique que les maladies contagieuses sont rares et peu dangereuses. Les personnes ont été prises en charge, selon leur situation, soit par le CPAS si elles sont dans les critères de l'Aide médicale urgente (AMU), soit par Fedasil. Le CPAS distribue également des couvertures, assurent des douches pour les femmes et les enfants dans une maison d'accueil et dispense des vaccins antigrippaux. Des médecins visitent la cinquantaine de personnes en grève de la faim depuis le 14 novembre. Un bilan social plus précis de la situation de chaque ménage sera effectué pour considérer les possibilités de relogement temporaire. (Belga)






    • Une quadragénaire liégeoise décédée après une intoxication au CO - 27/11/2014
      Les secours ont été appelés jeudi vers 18 heures pour intervenir avenue Sluysmans à Grivegnée (Liège), a-t-on appris auprès des pompiers de Liège. Une dame avait été retrouvée inconsciente dans sa baignoire.
      La victime, âgée d'une quarantaine d'années, n'a pas été transportée à l'hôpital car elle était déjà décédée à l'arrivée des secours. Selon les premières constatations, un bulex défectueux serait à l'origine de ce décès. La Liégeoise a été victime d'une intoxication au CO. (Belga)










    RTL info : Monde

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Attaques contre le juge Gentil: le parquet fait appel de la relaxe de Guaino - 28/11/2014

      Le parquet fait appel de la relaxe du député UMP Henri Guaino, qui était poursuivi pour ses attaques contre le juge Jean-Michel Gentil après la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

      Au lendemain de la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat pour abus de faiblesse au préjudice de la milliardaire Liliane Bettencourt, M. Guaino avait multiplié les attaques contre le juge Gentil, qu'il avait notamment accusé d'avoir "déshonoré la justice". Nicolas Sarkozy a finalement bénéficié d'un non-lieu.

      Le parquet avait requis une amende "de l'ordre de 3.000 euros" contre le parlementaire des Yvelines, poursuivi pour outrage à magistrat et discrédit jeté sur une décision de justice. Henri Guaino a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Paris.

      Les avocats du juge Gentil ont fait appel dès jeudi, mais sans appel du parquet, le procès en appel aurait été limité au seul volet civil de la procédure.







    • En Chine, les masseurs aveugles sortent de l'ombre - 28/11/2014

      Assis sur un minuscule tabouret dans un salon de coiffure de Pékin, Fu Chiyou pétrit sans les voir les pieds de sa cliente: comme lui, des milliers d'aveugles en Chine sont masseurs, leur destin inspirant le dernier film de Lou Ye.

      Habitué aux sujets sensibles, voire tabous, c'est tout naturellement que ce cinéaste shanghaïen a tourné son regard vers ceux qui ne voient pas.

      Son long métrage, "Blind massage" ("Massage aveugle"), qui sort ce vendredi sur les écrans chinois, est tiré d'un roman de Bi Feiyu, "Les Aveugles", récit de la vie d'une petite communauté de non-voyants dans un cabinet de massages thérapeutiques de Nankin.

      Monsieur Fu pourrait être l'un d'entre eux. Il est né il y a 38 ans sans la vue, dans une famille de paysans du Heilongjiang, la plus septentrionale des provinces chinoises.

      Assez solitaire du fait de son handicap, il raconte avoir passé son enfance et son adolescence entouré de sa famille et de deux amis.

      "Je n'avais rien à faire et mes parents s'inquiétaient pour mon avenir. J'ai pensé à l'école de massage pour les aveugles".

      De 21 à 26 ans, Fu Chiyou s'est donc perfectionné dans la connaissance de la morphologie du corps humain et des points de pression de la médecine traditionnelle chinoise.

      Un savoir-faire qu'il met désormais en ?uvre, de 15H00 à minuit, dans un salon dont le patron le loge et lui verse un salaire d'ouvrier.

      Durant ses moments de repos, il aime se promener dans un parc de Pékin ou chanter en groupe au karaoké.

      "Les aveugles ont l'ouïe, mais aussi le sens du toucher plus développés", dit-il.

      Les malvoyants seraient 17 millions en Chine, selon la presse d?État. Sur ce nombre, plusieurs centaines de milliers travaillent comme masseurs, dans des salons ou des centres de soins.

      - Musique ou massage -

      "Dans les écoles pour aveugles en Chine, l'enseignement du massage est l'un des cours les plus importants. Les gens pensent que c?est un métier facile à exercer pour les aveugles et qui leur permet de vivre", a confié à l'AFP Lou Ye.

      A part le chant, la guitare ou les massages, rares sont les métiers accessibles aux aveugles chinois, confirme Fu Chiyou, vêtu d'une blouse blanche.

      Et peu parviennent à s'installer en couple ou avoir un emploi stable, ajoute-t-il.

      En présentant son livre, Bi Feiyu avait expliqué ne pas pouvoir révéler le monde aux aveugles, mais au contraire donner à voir les aveugles au monde. Lou Ye a marché sur ses pas, sortant de leur obscurité ces oubliés du miracle économique chinois.

      Dans une grande audace technique, le réalisateur a même filmé quelques séquences de manière volontairement brouillée, pour que le spectateur éprouve la difficulté de la cécité.

      Moins que leurs massages, Lou Ye décrit les amours et les peines de sa communauté d'aveugles, dans l'institut de soins Sha Zhongqi de Nankin. Le désespoir n'est jamais loin chez ces reclus, et certaines scènes de mutilations peuvent choquer.

      Entouré d'une réputation sulfureuse, ce réalisateur est habitué aux présentations confidentielles de ses oeuvres dans son propre pays, qui l'a longtemps frappé d'une interdiction de tournage.

      Mais "Blind massage" a raflé le week-end dernier six prix, dont celui du meilleur film, au Festival du Cheval d?or de Taipei, l'équivalent des Oscars pour le cinéma chinois.

      La Berlinale a également distingué plus tôt cette année ce film, lui décernant l'Ours d'argent de la meilleure contribution artistique.

      Du coup, cette semaine la Cinémathèque chinoise était pleine pour l'avant-première, avec les comédiens du film, parmi lesquels plusieurs non professionnels mais vrais aveugles.

      Lou Ye a aussi réalisé "Nuits d'ivresse printanière", l'histoire d'une passion homosexuelle, ou "Une jeunesse chinoise", qui évoquait la répression du Printemps de Pékin en 1989.

      Avec le handicap, Lou Ye a encore choisi un thème difficile, mais pas rédhibitoire. "C'était un sujet tabou, mais plus maintenant il me semble".

      Il a dû toutefois composer avec la censure.

      "Au bout de 4-5 mois de discussions, on a réglé le problème. La version que verront les spectateurs (chinois) est un peu différente de l?originale. Les images les plus sexuelles et violentes ont été retirées. Je peux le comprendre, car la Chine est un marché sans classification destinée aux spectateurs", avance-t-il prudemment.

      Le masseur Fu Chiyou a entendu parler de "Blind Massage" avant même sa sortie.

      "Pour la première fois un film décrit notre vie. Cela fait du bien", glisse-t-il, en appuyant son pouce sur la plante des pieds de sa patiente.







    • Intempéries dans le Var: le corps d'une femme retrouvé à La Londe-Les-Maures - 28/11/2014

      Le corps sans vie d'une femme d'une quarantaine d'années a été retrouvé vendredi dans la commune de La Londe-Les-Maures (Var), frappée jeudi par de violents orages, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

      "Il n'y a aucun éléments qui nous permette formellement de déterminer s'il s'agit de la dame que l'on recherche", a-t-on toutefois nuancé, de même source. Trois personnes sont portées disparues depuis jeudi soir dans cette zone où une femme a déjà péri, selon un bilan préfectoral.













    • Crise ukrainienne: Moscou demande aux Balkans des explications sur la hausse de leurs exportations - 28/11/2014

      Moscou a demandé à des pays des Balkans des explications sur la hausse soudaine de leurs exportations vers la Russie, notamment à la Bosnie dont les livraisons de pommes ont explosé, redoutant un contournement de son embargo frappant des produits agricoles européens dans le contexte de la crise ukrainienne.

      Les exportations de la Bosnie - la cible principale de ces mises en garde - vers la Russie ont triplé en 2014.

      De janvier à septembre 2014, ce pays a exporté sur le marché russe 3.123 tonnes de fruits et de légumes, contre 1.014 tonnes durant la même période en 2013, selon des chiffres fournis par les autorités russes.

      La hausse des exportations a été particulièrement forte pour les pommes et les poires, avec 2.066 tonnes exportées entre janvier et octobre 2014, contre seulement 10 tonnes durant cette même période en 2013.

      "L'essentiel a été exporté en septembre et octobre", soit depuis l'entrée en vigueur de l'embargo russe, a déclaré à l'AFP un responsable bosnien, Ratko Kovacevic.

      Par ailleurs, l'importation par la Bosnie de quelque 7.000 tonnes de pommes de l'UE en septembre et octobre, contre 320 tonnes durant la même période en 2013, en dit aussi beaucoup sur ces affaires.

      Depuis le début de la crise ukrainienne, l'Union européenne et les États-Unis ont introduit à plusieurs reprises des sanctions contre la Russie, qu'ils accusent d'attiser le conflit dans l'est de l'Ukraine.

      La Russie a riposté en décrétant en août un embargo sur les produits alimentaires en provenance des pays qui la sanctionnent.

      Moscou ne cache pas qu'il aimerait voir les pays des Balkans qui souhaitent tous adhérer à l'UE mais n'ont pas adopté des sanctions contre la Russie, ignorer les recommandations de Bruxelles de ne pas profiter de l'embargo pour augmenter leurs exportations sur le marché russe.

      Le président russe Vladimir Poutine a même invité en octobre la Serbie - dont les exportations de produits alimentaires vers la Russie ne représentent que 0,2% des importations russes d'aliments -, à profiter "d'un bon moment (...) pour se faire une place sur le marché russe".

      - Soupçons russes quant aux exportations d'Albanie et de Macédoine -

      Toutefois, Moscou semble déterminé à passer au crible les livraisons en provenance des pays des Balkans, dont l'UE est le principal partenaire commercial.

      Dans la ligne de mire se trouvent aussi la Macédoine et l'Albanie.

      La Russie exige que la Bosnie et ces deux pays - qui ne sont pas visés par l'embargo russe -, lui remettent dans les plus brefs délais des chiffres sur la production agricole en 2014.

      Moscou a renvoyé récemment une vingtaine de tonnes de pommes vers la Macédoine - dont les exportations vers la Russie ont augmenté de 20% en 2014 sur un an -, soupçonnant qu'elles étaient d'origine grecque, pays membre de l'UE.

      Les agriculteurs bosniens, qui ont vu une chance dans l'embargo russe contre l'UE, sont inquiets et redoutent des mesures de rétorsion russes.

      "Dans ces affaires de réexportation, des trafiquants vont vite gagner de l'argent et nous, les producteurs, on va en souffrir", peste Dragoja Dojcinovic, président d'une association de producteurs de fruits.

      L'analyste économique bosnien Igor Gavran pense que les autorités locales doivent agir vite pour rassurer la Russie.

      "Si cette situation de sanctions réciproques entre l'UE et la Russie persiste, l'année prochaine sera une excellente occasion pour nos producteurs", dit-il à l'AFP.

      Soucieux de garder les portes du marché russe ouvertes, les gouvernements albanais et macédonien se sont empressés d'assurer à Moscou que les marchandises exportées provenaient bien de leurs pays.

      "Les autorités russes redoutent un contournement de l'embargo (...) mais les documents que nous avons présentés devraient convaincre Moscou que tout a été fait dans les règles", a dit à l'AFP le ministre albanais de l'Agriculture, Edmond Panariti.

      "Tous les pays suspects des Balkans produisent et exportent tellement peu par rapport aux besoins du marché russe que toute tentative de les utiliser comme intermédiaires sauterait vite aux yeux", explique l'économiste Svetlana Cenic.







    • Plainte contre un prêtre flamand au Brésil - 28/11/2014

      La plainte a été introduite la semaine dernière auprès du conseil brésilien pour la protection des enfants à Caucaia, d'après le site Terra Networks. L'homme tient dans cette ville une maison d'accueil pour enfants des bidonvilles.

      V.D. a été curé en Belgique entre 1966 et 1989, entre autres à Merksem et Deurne. Il aurait aussi abusé d'au moins trois enfants durant cette période. Des plaintes ont été introduites en 2010, mais les faits étaient déjà prescrits.

       







    • Valls au Danemark: un modèle "extrêmement intéressant" contre le chômage - 28/11/2014

      Le Premier ministre Manuel Valls a qualifié vendredi la politique danoise en matière d'emploi d'"expérience extrêmement intéressante", dans un entretien au journal Politiken, en reconnaissant qu'il y a "encore beaucoup à faire" contre le chômage en France qui vient d'atteindre un nouveau record.

      M. Valls, qui a relancé ces dernières semaines le débat sur une possible prochaine réforme de l'assurance-chômage et le marché du travail en France, effectue ce vendredi une visite au Danemark, pays emblème de la "flexisécurité" du marché du travail.

      Alors que le nombre de demandeurs d'emploi en France a atteint en octobre un nouveau record, selon des statistiques publiées jeudi, le Premier ministre français qualifie dans Politiken les pays nordiques, connus pour leurs réformes mêlant Etat-providence et libéralisme économique, de "véritables sources d'inspiration".

      Manuel Valls, qui poursuit au Danemark sa tournée européenne destinée à assurer que la France n'est pas l'homme malade de l'Europe, défend par ailleurs les réformes qu'il mène: plan d'économies publiques de 50 milliards, réforme territoriale, simplification administrative... "Contrairement aux clichés, notre système politique fonctionne", assure-t-il également.

      "Il nous reste néanmoins beaucoup à faire pour lutter inlassablement contre le chômage. La politique danoise constitue dans ce domaine une expérience extrêmement intéressante", déclare-t-il à Politiken.

      Parmi les réformes de leur Etat-providence menées par les sociaux-démocrates au Danemark dans les années 90, alors que le pays nordique se trouvait dans une situation similaire à la France actuellement (chômage de 12%, dette et déficit très lourds, faible croissance), la "flexisécurité" est devenue un cas d'école.

      Ce système mêle faibles indemnités de licenciement et contrôle strict des demandeurs d'emploi avec une indemnisation (environ 90% du salaire, avec des plafonds) et des formations généreuses pour les chômeurs. Le Danemark a affiché en octobre un taux de chômage de 5,0%.

      Manuel Valls renouvelle dans son interview son souhait de "réformer l?Etat-providence, mais aussi de donner à chaque individu les moyens de se construire".

      "Cette capacité à lier étroitement l?autoréalisation personnelle et l?action publique me paraît remarquable dans les pays nordiques. Ils sont une véritable source d?inspiration", dit-il.

      Le Premier ministre rencontre plus tard dans la matinée de vendredi la Première ministre danoise, la social-démocrate Helle-Thorning Schmidt, avec laquelle il a déjà tenu un dîner de travail jeudi soir.









    • France: nouvelle baisse de 0,9% de la consommation en octobre - 28/11/2014

      Les dépenses de consommation des ménages ont de nouveau diminué de 0,9% en octobre après un recul de 0,5% en septembre, a annoncé vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques.

      Ce repli est imputable à la baisse des dépenses en énergie en raison de températures nettement plus élevées que les normales saisonnières alors que les dépenses en produits manufacturés sont quasi stables (+0,1% après -0,5%), a indiqué l'Insee dans un communiqué.

      "Après une légère baisse en septembre (-0,5%), la consommation des ménages en énergie se contracte fortement en octobre (-6,0%) et atteint son plus bas niveau depuis novembre 1997", précise l'Insee. Les dépenses en carburants diminuent également.

      L'Insee a par ailleurs légèrement révisé à la hausse son chiffre de septembre: la consommation lors de ce mois a diminué de 0,5% et non de 0,8% comme annoncé initialement.

      Les dépenses en biens durables sont stables en octobre après une hausse de 0,8% en septembre. Les achats d'automobiles augmentent légèrement (+0,2% après +1,0% en septembre), comme ceux d'équipements du logement (+0,1% après +0,2%).

      Les dépenses en textile, habillement et cuir rebondissent en octobre (+3,4%), après une chute en septembre (-7,7%). Les dépenses en autres biens fabriqués sont stables en octobre, après une baisse de 0,5% en septembre, ce qui, selon l'Insee, résulte principalement des dépenses en quincaillerie-bricolage.

      La consommation de produits alimentaires est quant à elle quasi stable (-0,1% après +0,4% en septembre).







    • La ruée vers l'or provoque une catastrophe écologique dans l'Amazonie péruvienne - 28/11/2014

      Le Pérou, pays hôte dans moins d'une semaine de la Conférence de l'ONU sur le climat, assiste, impuissant, à une catastrophe écologique dans la région amazonienne de Madre de Dios, livrée à une insatiable ruée vers l'or aux conséquences dramatiques.

      Là où il y a quelques années régnait la forêt amazonienne dans son extraordinaire biodiversité, des plaies béantes apparaissent : lacs regorgeant de mercure, terrains ravagés par les pelleteuses, campements de fortune et leur lot de prostitution et de misère.

      Au total, près de 50.000 hectares de forêt amazonienne à la frontière avec le Brésil ont déjà disparu.

      "Ce qui se passe ici, c'est qu'il y a énormément d'or. Et des gens pauvres arrivent de partout pour le trouver", résume Raul Ramos, un mineur qui travaille dans la zone depuis plus de 10 ans.

      Pour le directeur de l'Institut de recherches de la forêt amazonienne péruvienne (IIAP) Ronald Corvera, soigner cette zone de cauchemar écologique prendrait "au moins 40 ans".

      Selon les scientifiques, les forêts d'Amazonie pompent plus de dioxyde de carbone qu'elles n'en rejettent dans l'atmosphère et atténuent le réchauffement climatique.

      C'est sur ce thème crucial pour l'avenir de la planète que la communauté internationale se retrouvera du 1er au 12 décembre à Lima pour la 20e conférence annuelle de l'ONU sur le climat, avant celle de Paris en 2015.

      Les campements de milliers de mineurs illégaux installés sur la rive des fleuves sont devenus de véritables villages, des zones de non-droit violentes, où fleurissent les maisons closes et où les étrangers et journalistes ne sont pas les bienvenus.

      Dans un des campements, La Pampa, le plus grand et le plus dangereux, des bagarres éclatent en permanence pour de l'or ou des femmes.

      "Il y a plusieurs morts par semaine, parfois les corps restent là abandonnés pendant des jours. Les gens disparaissent aussi, on les tue et on les enterre", confie un mineur illégal sous couvert d'anonymat.

      Impuissantes ou complices, les autorités restent à l'écart du problème.

      La police choisit de ne pas intervenir et se laisse aussi tenter. "Dans une intervention récente, on a mis sur la table 106 kilos d'or pour que la police dégage", ajoute ce mineur.

      - Du mercure dans le sang -

      A Huepete, vieux campement minier devenu ville d'une seule rue en terre, les organisations écologistes et la presse tentent de dénoncer la situation.

      "Contre les orpailleurs illégaux, il n'y a pas de trêve. Les opérations de police se poursuivent", assure pourtant le général en retraite Aldo Soto, un des officiels sur place. Ce qui a permis des destructions de matériel et des arrestations.

      A Madre de Dios, après la fièvre du caoutchouc, du bois précieux, est venue la ruée vers l'or : "Les gens vivent de ce qu'ils arrachent à la nature", relève Eduardo Salhuana, dirigeant de la Fédération des mineurs de Madre de Dios.

      Sans doute avec la Conférence sur le climat, "on va mentir au monde entier parce qu'ici rien n'a changé", déplore-t-il.

      En travaillant nuit et jour, les orpailleurs arrivent à extraire jusqu'à 400 grammes d'or, selon Raul Ramos, qui raconte que "les mineurs gagnent environ 25.000 dollars par kilo".

      Dans cette zone, les réserves d'or sont estimées à près de 500 milliards de dollars, soit 15 fois la dette extérieure du Pérou, selon une étude de l'école de commerce péruvienne ESAN.

      Malgré la pollution, la région conserve son potentiel touristique et reçoit quelque 100.000 visiteurs étrangers, attirés par les réserves amazoniennes comme Tambopata.

      "L'exploitation minière dans les zones forestières de l'Amazonie n'est pas possible, ce n'est pas compatible", affirme Eddy Pena, directeur de la Société péruvienne de droit environnemental de Puerto Maldonado, capitale de la région Madre de Dios.

      Les orpailleurs illégaux, qui utilisent du mercure pour amalgamer les particules, poussières ou paillettes minuscules, en reversent entre 30 et 40 tonnes dans les rivières chaque année, selon le gouvernement péruvien, contaminant l'eau et les poissons.

      Selon une étude de l'Université américaine de Stanford, les populations indigènes présentent un taux de mercure dans le sang jusqu'à cinq fois supérieur à celui admis par l'OMS.

      Le Pérou est le cinquième producteur mondial d'or. Mais selon les autorités, 20% de sa production proviendrait de mines illégales.







    • La Colombie réclame toujours justice, 25 ans après l'avion abattu par Escobar - 28/11/2014

      Vingt-cinq ans après, l'explosion d'un Boeing 727 en Colombie, un attentat commandité par le baron de la drogue Pablo Escobar, reste intacte dans les mémoires. Surtout celles des proches des 107 victimes qui continuent de réclamer justice.

      Le 27 novembre 1989 au matin, un avion commercial de la compagnie colombienne Avianca reliant Bogota à Cali est détruit en plein vol, au-dessus de la localité de Soacha, près de la capitale. Pas de survivant. Perdus dans la végétation apparaissent des corps démembrés, des sièges déchirés et des morceaux de fuselage de l'appareil.

      Signé Pablo Escobar, le défunt "capo" de Medellin, qui livra une guerre à l'Etat colombien pour éviter son extradition aux Etats-Unis avant d'être abattu par la police en 1993, l'attentat n'a pas fini de hanter la mémoire des familles endeuillées et révoltées par l'absence de résultats dans l'enquête.

      "C'est comme si un jour seulement était passé depuis le crime, car il n'y a aucun progrès", confie à l'AFP Gonzalo Rojas, 35 ans, dont le père figurait parmi les passagers.

      Politologue de profession, M. Rojas a créé il y a cinq ans la fondation "Colombie avec Mémoire", qui regroupe les proches des victimes.

      "On ne peut pardonner que lorsqu'on connaît son bourreau", estime-t-il, affirmant que le puissant narcotrafiquant a bénéficié de toute "une structure" pour commettre son crime.

      L'attentat visait un candidat présidentiel, Cesar Gaviria, qui sera ensuite élu à la tête du pays entre 1990 et 1994, pour sa croisade antidrogue. Ce dernier, qui n'est finalement pas monté ce jour-là dans l'avion, était la cible, comme l'a reconnu John Jairo Velasquez Vasquez alias "Popeye", l'ancien bras droit d'Escobar.

      Après 22 ans derrière les barreaux, celui qui dirigeait le réseau de tueurs à gages du cartel de Medellin et a avoué plus de 300 meurtres, a été placé en liberté conditionnelle en août dernier, une décision de la justice qui a choqué la Colombie.

      - Crime contre l'humanité -

      Chef de l'aile militaire du cartel, Carlos Mario Alzate Urquijo, un des cerveaux de l'attentat, n'est lui aussi resté en prison que de 1993 à 2001, après avoir été condamné à 20 ans de réclusion.

      "Les auteurs du crime sont nombreux et nous voulons la vérité pour pouvoir pardonner", insiste M. Rojas. Selon lui, "certains services de sécurité, approchés par le cartel de Medellin, ont certainement été complices" pour piéger l'avion.

      L'attentat a été requalifié en crime contre l'humanité en 2009 par le parquet colombien, devenant imprescriptible.

      A la suite de cette décision, les dossiers impliquant des membres du cartel de Medellin ont été réunis pour relancer l'enquête qui, dans sa nouvelle forme, reste encore "à un stade préliminaire", a précisé à l'AFP une source judiciaire.

      "Le passage du temps a fait beaucoup de dégâts, ces affaires sont passées entre les mains de nombreux procureurs et à présent nous avons un dossier de 450 cahiers de plus de 300 pages chacun", a ajouté cette source.

      Pour le fondateur de "Colombie avec Mémoire", l'imprescriptibilité est à la fois "une bonne chose car l'enquête ne peut être close" et "une mauvaise chose car il n'y a plus de délai". "On nous fait mariner", déplore M. Rojas.

      Au total, quelque 166 personnes ont été enregistrées comme victimes, essentiellement des proches des passagers voire certains passagers eux-même, inscrits à la demande des familles.

      Ce bilan a été établi par l'"Unité des victimes", entité publique créée par une loi de 2011 pour apporter une réparation économique ou psychologique aux victimes de la violence en Colombie, un pays en proie à un conflit interne d'un demi-siècle mêlant des guérillas communistes, des bandes criminelles et des milices paramilitaires d'extrême droite.

      Officiellement dissoutes depuis 2006, ces milices, dont la justice a déjà prouvé les liens avec les narcotrafiquants, sont impliquées dans l'attentat de l'avion.

      La loi colombienne peut offrir, en cas d'homicide, une "indemnisation de 24 millions de pesos" (environ 11.000 dollars), "à répartir entre le conjoint et les enfants", a indiqué à l'AFP Paula Gaviria, directrice de l'"Unité des victimes".







    • Intempéries: deux personnes ensevelies dans l'effondrement de leur maison - 28/11/2014

      Deux personnes ont été ensevelies dans l'effondrement de leur maison après le passage d'une mini tornade sur la commune de Sérignan dans le sud-ouest de l'Hérault, a-t-on appris vendredi auprès des pompiers du département.

      Aucune indication n'était toutefois disponible sur l'état de santé des victimes, qui étaient activement recherchées vendredi matin, a-t-on précisé de même source.







    • L'Opep a maintenu son plafond de production de crainte de perdre sa part de marché - 28/11/2014

      La décision de l'Opep de maintenir jeudi son objectif de production, malgré une offre surabondante, a été motivée par la crainte du cartel de perdre sa part de marché, a indiqué le ministre koweïtien du Pétrole.

      "Aujourd'hui, il y a beaucoup de concurrents, et l'Opep pompe seulement 30% de la production mondiale", a déclaré le ministre, Ali Omair, à la chaîne satellitaire koweïtienne Al-Watan, qui l'interrogeait à Vienne où il a participé à la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

      "Il était inévitable de prendre la bonne décision de ne pas réduire la production, car une réduction peut être compensée par d'autres (producteurs) présents sur le marché", a-t-il ajouté.

      "En conséquence, nous avons décidé que les prix allaient se réajuster en fonction de l'offre et de la demande et que l'Opep était censée préserver sa part de marché pour ne pas perdre ses clients", a encore dit le ministre.

      "L'Opep n'acceptera plus de supporter le fardeau supplémentaire d'une réduction de la production tandis que d'autres se précipitent pour augmenter leur production", a-t-il conclu.

      La décision de l'Opep de maintenir sa production à 30 millions de barils/jour (mbj) a aussitôt entraîné une tempête sur les marchés.

      Le baril de Brent de la mer du Nord échangé à Londres a chuté jusqu'à 71,25 dollars, son plus bas depuis le 7 juillet 2010, perdant 6,5 dollars depuis la clôture de la veille.

      De son côté, le baril de "light sweet crude" (WTI) coté à New York est passé sous la barre symbolique des 70 dollars dans les échanges électroniques, atteignant même 67,75 dollars, un minimum depuis le 25 mai 2010.







    • Manuel Valls attendu au Danemark, pays de la "flexisécurité" - 28/11/2014

      Le Premier ministre français Manuel Valls, qui a relancé ces dernières semaines le débat sur une réforme de l'assurance-chômage en France, est en visite vendredi au Danemark, considéré comme le modèle de la "flexisécurité" du marché du travail.

      Ce déplacement, le septième en Europe de M. Valls en huit mois à Matignon, s'inscrit dans le cadre de sa tournée dans les pays de l'UE (Espagne, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Autriche). Celle-ci vise à convaincre les partenaires européens de la détermination de la France à se réformer, malgré la décision de Paris de reporter de 2015 à 2017 son objectif de réduction à 3% du PIB du déficit public.

      "Comme à chaque fois, l'objectif est d'expliquer ce qui se passe en France, de convaincre nos partenaires des réformes qui sont conduites, d'interroger ses interlocuteurs sur la perception de la France, sur leurs attentes", souligne-t-on à Matignon.

      Même si le Danemark est un bon élève en terme de discipline budgétaire, le terrain ne devrait pas être hostile de ce point de vue: la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt a participé avec les autres dirigeants européens sociaux-démocrates aux réunions organisées par Paris et Rome pour défendre une ligne européenne plus favorable à la relance économique.



      - le 'modèle' social du pays de 'Borgen' -



      M. Valls, après un dîner jeudi soir avec son homologue danoise, la retrouvera vendredi matin au siège du gouvernement et du Parlement à Christiansborg, théâtre de la série télévisée à succès "Borgen". Auparavant, il rencontrera lors d'un petit déjeuner des décideurs danois (patrons, gens de culture, rédacteurs en chef, politiciens...)

      La visite devrait être l'occasion de trouver des sources d'inspiration dans un pays dont le "modèle" social et sociétal ressort dans le peloton de tête de multiples classements internationaux et a souvent été cité en exemple, classe politique française comprise.

      Le Danemark affiche un taux de chômage officiel de 5%, selon les dernières statistiques, alors que la France a atteint mercredi un nouveau record de demandeurs d'emploi (3,46 millions sans activité en métropole) après trois ans et demi de hausse quasi continue.

      "Le Danemark est un pays qui est toujours très innovant sur le plan social, de l'environnement, des transports... Avec une culture du consensus, du dialogue social, une social-démocratie à la danoise. Les discussions devraient être intéressantes pour les réflexions politiques du Premier ministre sur l'évolution des partis sociaux-démocrates en Europe", souligne un de ses conseillers.

      Manuel Valls visitera ainsi à la mi-journée un lycée "tout numérique" -les élèves n'utilisent ni papier ni crayon, mais des tablettes et des ordinateurs- alors que le président François Hollande a annoncé pour janvier une consultation sur le numérique dans l'enseignement en France.

      Devrait aussi être évoquée la "flexisécurité" danoise, ce système mêlant faibles indemnités de licenciement et contrôle strict des demandeurs d'emploi avec une indemnisation (environ 90% du salaire, avec des plafonds) et des formations généreuses pour les chômeurs.

      Et ce même si le "modèle danois", mis en place avec succès dans les années 90 pour contrer le chômage de masse et un Etat-providence lourdement endetté, n'a échappé ces dernières années ni à la crise économique, ni aux tours de vis (la durée maximale d'indemnisation du chômage a ainsi été ramenée de 4 à 2 ans).

      Le Danemark fait lui aussi face à la montée des populismes - avec un score record du Parti du peuple danois aux dernières élections européennes en mars.

      Les deux chefs de gouvernement devraient également évoquer les problèmes de leurs nationaux engagés dans le jihadisme - le Danemark étant comme la France surreprésenté dans les groupes agissant en Syrie et en Irak.







    • Après 50 ans d'absence, la magie de Broadway retrouve la scène cubaine - 28/11/2014

      Cuba accueillera à partir du 24 décembre la comédie musicale américaine de Broadway "Rent", une forme de cadeau de Noël pour le public de l'île communiste privé depuis 50 ans des shows de la célèbre scène new-yorkaise.

      Adapté en espagnol, le spectacle qui a enchanté Broadway de 1996 à 2008 affichera un casting complet d'acteurs, musiciens et techniciens américains réunis par la maison de production Nederlander Worldwide Entertainment (NWE), rapporte l'agence de presse cubaine Prensa Latina.

      NWE, un des plus grands propriétaires de théâtres à Broadway qui a notamment produit "Chicago," "La Cage aux Folles" ou "West Side Story", est parvenu à décrocher l'autorisation des autorités cubaines après "plusieurs années de tentatives" infructueuses, selon le site internet pro-gouvernemental Cubasi.

      D'après la presse cubaine, le ministère le la Culture s'est finalement décidé à accorder son feu vert après avoir été conquis par les trois représentations données en 2011 par les "Ambassadeurs de Broadway" lors du Festival de théâtre de La Havane.

      Déjà à l?initiative de NWE, ce spectacle dirigé par l'acteur et chanteur Rob Evan, étoile de Broadway, avait constitué un premier pas vers le retour des compagnies new-yorkaises sur l'île qu'elles avaient désertée en 1961, deux ans après la révolution castriste.

      NWE explique sur son portail internet que la production de "Rent" sera l'occasion d'"une véritable collaboration et d'un échange culturel entre Broadway et la communauté culturelle cubaine".

      L'équipe sera en effet enrichie de 15 acteurs cubains dirigés par l'américano-cubain Andy Señor, et le spectacle est monté en étroite collaboration avec le Conseil national des arts scéniques de Cuba. Comme à Broadway, la chorégraphie sera signée Marcus Paul James.

      "Nous sommes honorés de servir de passerelle entre la culture cubaine et les artistes de Broadway et d'apporter le meilleur de Broadway au public cubain", s'est réjoui aux Etats-Unis le président de NME Robert Nederlander Jr, qui veut conquérir "de nouveaux marchés émergents à travers le monde".

      "Cette production constituera un pas capital pour la scène cubaine", a ajouté sur le site d'informations Cubasi (pro-gouvernemental) Gisela Gonzalez, présidente du Conseil national des arts scéniques de Cuba.

      - Un contexte plus favorable -

      Cette comédie musicale rock, qui a remporté quatre Tony Awards et un Prix Pulitzer, relate l'histoire d'un groupe de jeunes artistes dans le dénuement tentant de survivre sur fond de sida dans le New York bohème d'Alphabet city (East Village, à Manhattan).

      Le spectacle a été l'un des rares à présenter des homosexuels comme protagonistes principaux sur la scène de Broadway.

      Un thème audacieux pour Cuba, où l'homosexualité a été durement réprimée aux premières années de la Révolution. Ces derniers temps, le climat s'est assoupli sur cette question notamment sous l'impulsion de Mariela Castro, directrice du Centre cubain d'éducation sexuelle (Cenesex) et fille du président Raul Castro.

      La première de "Rent" a été programmée au théâtre Bertold Brecht de la Havane, où les représentations doivent se prolonger jusqu'à mars 2015, selon NWE.

      Depuis quelques jours, comédiens et directeurs artistiques répètent dans le plus grand secret à l'intérieur du théâtre de La Havane, où un photographe de l'AFP a seulement été autorisé à entrer pendant quelques minutes.

      Les Etats-Unis et Cuba n'entretiennent plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961, mais le président Barack Obama a levé une partie des restrictions de voyage des Américains à Cuba pour des motifs culturels, universitaires ou sportifs.

      Ainsi, le groupe américain Kool and the Gang a pu rassembler 250.000 personnes en 2009 sur le célèbre Malecon, l'avenue du bord de mer de La Havane. L'année suivante, le trompettiste de jazz Winston Marsalis avait donné quatre concerts très remarqués avec le pianiste cubain "Chucho" Valdes.

      En juin dernier, le metteur en scène britannique Christopher Renshaw, qui a dirigé plusieurs spectacles à succès à Broadway, s'était rendu à Cuba pour recruter des acteurs locaux et monter une version cubaine du classique de Broadway "Carmen Jones", avant d'effectuer des tournées en Europe et aux Etats-Unis.

      En 2013, la chanteuse américaine Beyoncé et le rappeur Jay-Z ont osé se rendre à Cuba sans la permission des autorités américaines, mais le couple n'avait finalement pas été inquiété par les services du Trésor car, selon Washington, ils n'ont pas violé l'embargo en dépensant des devises sur place.







    • Morts suspectes en Italie: le pays suspend un vaccin contre la grippe - 28/11/2014

      L'Agence italienne de pharmacologie (AIFA) a interdit deux lots du vaccin Fluad après la mort de trois personnes qui venaient d'être vaccinées et alors qu'une quatrième est tombée gravement malade. Les victimes sont deux femmes âgées de 87 et 79 ans et un homme de 69 ans, toutes ces personnes étant mortes entre le 12 et le 19 novembre dans le sud de l'Italie selon la presse italienne. La quatrième personne est un homme âgé de 92 ans, hospitalisé dans un état grave. "Novartis a été averti par l'AIFA de la suspension par mesure de précaution de deux lots de Fluad en Italie suite aux articles sur de graves effets secondaires après vaccination. Mais aucune preuve d'une réaction à cause de ce vaccin n'a été établie", a indiqué le géant pharmaceutique.      

       

      Un appel au ministre de la Santé

      Un examen des deux lots "a confirmé qu'ils étaient en conformité avec toutes les normes de production et de qualité", a ajouté Novartis. L'association italienne des consommateurs Codacons a lancé un appel au ministre de la Santé pour qu'il suspende les campagnes en faveur de la vaccination, mais l'AIFA a insisté sur le fait que les vaccins "étaient un outil précieux et irremplaçable de prévention contre la grippe saisonnière".

       

      Plus de 65 millions de doses

      Les lots suspects ont été produits dans l'usine Novartis de Sienne en Toscane. Selon le groupe le Fluad est utilisé depuis 1997 et depuis cette date plus de 65 millions de doses ont été administré à des personnes dans le monde entier.   







    • Bill Cosby a peu de chances d'être inculpé de viol - 28/11/2014

      Une vingtaine de femmes sont sorties de l'ombre ces dernières semaines accusant le célèbre comédien américain Bill Cosby de viols et agressions sexuelles. Mais plus d'une décennie après, le délai de prescription interdit toute poursuite judiciaire, à part peut-être en Pennsylvanie.

      La star du petit écran de 77 ans, célèbre pour sa série familiale culte "Cosby Show", n'avait pas été inculpée en 2005, après une plainte en nom collectif déposée par 15 femmes, dont 13 avaient gardé l'anonymat. Un accord au civil avait été passé en 2006 avec l'une des plaignantes.

      Une législation différente selon les Etats

      Au total, plus d'une vingtaine d'accusatrices de Bill Cosby, dont neuf sont pour l'heure identifiées, ont fait état de viols ou agressions sexuelles commis, selon le même scénario, depuis les années 70 dans plusieurs Etats, dont New York, le New Jersey, la Pennsylvanie ou la Californie.

      Or les lois diffèrent selon les Etats, sur le niveau de gravité du crime, les preuves requises, le délai de prescription ou les peines encourues.

      Un viol "sous la contrainte" à New York peut être considéré comme une "relation sexuelle illégale" en Californie, pour laquelle la punition est moins sévère.

      Un délai de prescription épuisé presque partout

      Les allégations remonteraient en majorité aux années 70 et 80. Le délai de prescription interdit toute inculpation dans les Etats concernés, sauf en Pennsylvanie, où une victime dispose de 12 ans pour porter plainte.

      Dans cet Etat de la côte Est, Andrea Constand, ex-directrice du club de basket de Temple University, accuse le comédien noir de l'avoir droguée puis violée en 2004. Un an plus tard, elle portait plainte pour viol, qui s'est soldée par un non-lieu.

      Un accord civil sans valeur de preuve

      Au civil, le délai est épuisé partout. Mais fin 2006, Bill Cosby a passé avec Andrea Constand un accord à l'amiable dont les termes n'ont pas été dévoilés. La plaignante avait demandé 150.000 dollars de dommages et intérêts, arguant que les actes présumés du comédien lui avaient fait "souffrir une grave détresse émotionnelle, une humiliation, un préjudice et une perte financière".

      Si l'accord contient des aveux, cela peut jouer contre lui, explique à l'AFP l'avocat Stuart Slotnick. Mais s'agissant d'un "personnage public", il est plus probable que Bill Cosby ait simplement payé pour éviter la publicité. Dans ce cas, "la seule chose" que les procureurs puissent utiliser c'est "le versement d'argent, mais cela n'a pas valeur de preuve".

      Un niveau de preuves "très exigeant"

      Au pénal, quel que soit l'Etat, "le seuil légal pour prouver un viol est très exigeant, il s'agit de le prouver +au-delà d'un doute raisonnable+", indique Me Slotnick.

      C'est pourquoi l'ancien procureur du comté de Montgomery, en Pennsylvanie, avait choisi de ne pas inculper le comédien en 2005. "Je n'ai pas dit qu'il n'a pas commis le crime", a souligné Bruce Castor sur NBC. "J'ai dit qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves recevables et fiables sur lesquelles fonder une conviction au-delà d'un doute raisonnable. C'est le jargon des procureurs pour dire: +je pense qu'il l'a fait, mais il n'y a pas assez pour le poursuivre+".

      Plus de constatations médico-légales

      "Les affaires criminelles ne s'améliorent pas avec l'âge", résume Me Slotnick. Il est difficile sinon impossible de réunir des éléments physiques et des témoignages, 10 ou 20 ans après.

      Même pour le cas le plus récent, il est trop tard pour faire le moindre prélèvement pour prouver le viol ou la présence de drogue dans le sang. "On n'a plus la capacité de faire un prélèvement sanguin ou de tester la présence d'agents toxiques (pour savoir) si elle a été droguée", selon l'ancien procureur.

      "Des années après, en l'absence de preuves physiques ou scientifiques, la seule information que les procureurs peuvent réunir sera le témoignage des femmes", observe l'avocat new-yorkais.

      Mais "cela rend les choses difficiles pour un jury" qui va "automatiquement" se demander: "Pourquoi a-t-elle attendu si longtemps? Et puisqu'on a affaire à une célébrité: Est-ce qu'elle ne cherche pas à tirer profit de cette plainte?".

      C'est le principal argument des avocats de Bill Cosby. L'acteur conserve quant à lui un mutisme complet.

    • Intempéries en France: une mère retrouvée morte à côté de sa voiture, son bébé a disparu - 28/11/2014

      En janvier, lors de précédentes intempéries qui avaient déjà fait un mort dans cette commune située entre Hyères et le Lavandou, "on avait accueilli une trentaine de personnes dans la salle paroissiale où nous avons des chambres", a raconté à l'AFP le père Carlos Hamel, un Chilien installé à La Londe, en France, depuis cinq ans, dans la salle des fêtes où une centaine d'habitants attendaient vers 21H00 de pouvoir rentrer chez eux. "Cette fois-ci on l'a de nouveau proposé mais il semblerait qu'il n'y en ait pas besoin", a-t-il poursuivi. Mais "il semblerait que le coût humain soit plus important cette fois-ci. C'est dur!", a-t-il déclaré. Dans la petite ville située entre Hyères et le Lavandou, des équipes de plongeurs menaient jeudi soir au bord d'un cours d'eau, le Maravenne, des recherches pour retrouver d'éventuels disparus, après des témoignages rapportant notamment qu'une voiture avait été emportée par les eaux, ont constaté des journalistes de l'AFP.

       

      "Un décès et 3 personnes portées disparues"

      Lors d'une visioconférence avec le préfet du Var au centre opérationnel de gestion interministérielle des crises de la sécurité civile à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a évoqué vers 22H00 un bilan "pour l'heure stabilisé" faisant état d'"un décès et trois personnes portées disparues".

       

      Une mère et sa petite fille

      La victime est une femme de 68 ans, qui n'était pas originaire du Var, a précisé la préfecture du Var vers minuit dans la nuit de jeudi à vendredi. Parmi les trois personnes disparues figurent une mère et sa petite fille, a-t-on également précisé. Lors de sa visioconférence avec Bernard Cazeneuve, en se basant sur de premières informations complétées ensuite, le préfet du Var avait laissé entendre que la femme retrouvée morte jeudi soir était justement cette mère.

       

      "La plus grande prudence"

      Réagissant à ce bilan, le Premier ministre Manuel Valls a fait part dans un communiqué jeudi soir de sa "tristesse" et appelé la population à "la plus grande prudence". Dans la salle des fêtes de sa ville, le maire de La Londe François de Canson a quant à lui évoqué seulement deux disparus et 200 foyers d'électricité. "Depuis deux jours, il pleut fortement", a raconté à l'AFP M. de Canson. "Sur le coup de 16h, il y a eu une pluie intense qui nous a rappelé l'épisode tragique du 19 janvier", quand une personne avait alors péri dans des inondations, a-t-il ajouté.

       

      50 enfants retenus

      Dans sa ville, où la pluie était fine en début de nuit, de nombreuses routes étaient redevenues praticables, ont constaté des journalistes de l'AFP. 50 enfants, retenus un temps dans leurs écoles, avaient ainsi pu regagner en début de soirée leurs domiciles. En revanche, à Grimaud, près de Saint-Tropez, quelque 80 enfants devaient passer la nuit dans leurs établissements, avant que leurs parents ne les récupèrent vendredi à partir de 7h, selon la mairie de cette ville.

       

      500 pompiers

      Dans cette zone, à Grimaud et La Londe notamment, ont été requis près de 500 pompiers, une cinquantaine de militaires de la sécurité civile, 150 gendarmes, cinq hélicoptères, a déclaré le ministre de l'Intérieur. Une soixantaine d'hélitreuillages ont été réalisés.

       

      Deux orages "violents et ponctuels"

      Ces événements font suite à deux orages "violents et ponctuels" à La Londe et Grimaud, jeudi après-midi, "une charge d'eau énorme tombant sur ces communes en quelques minutes", selon la préfecture, qui a lancé aux habitants du département un appel à la prudence.

       

      Les risques d'inondations

      Vendredi matin, Météo-France a ajouté l'Aude aux départements en vigilance orange, et a maintenu 13 autres départements en alerte orange: les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne et l'Ariège, pour des vents violents, et l'Aveyron, l'Ardèche, le Gard, l'Hérault, la Lozère, le Tarn et les deux départements de Corse, pour les risques d'inondations associées à de fortes précipitations. Le Var pourrait enfin être touché par des inondations.

       

      Des morts dans des accidents provoqués par les intempéries

      La dernière alerte météorologique importante en France remonte à la mi-novembre: cinq personnes circulant en voiture avaient péri dans des accidents provoqués par les intempéries dans le Gard et la Lozère. Au Maroc, ce sont au moins 32 personnes qui sont mortes dans de récentes inondations.?







    • Echecs: à 13 ans, Samuel Sevian devient le plus jeune Grand maître américain - 28/11/2014

      Treize ans, 10 mois et 27 jours: Samuel Sevian est désormais le plus jeune Grand maître aux échecs de l'histoire des Etats-Unis, écrasant de plus d'un an le record précédent lors d'un tournoi le week-end dernier à Saint-Louis (Missouri), selon le site de la Fédération américaine d'échecs.

      Et, cerise sur le gâteau, il a remporté le tournoi en battant ses adversaires lors des quatre parties de son programme.

      "Il a atteint les 2.500 points" du classement international FIDE nécessaires pour décrocher le titre de Grand maître, a expliqué son père Armen Sevian, se disant "très, très heureux" de la performance de son fils. "Il est à 2.512 points", a-t-il précisé.

      Il avait indiqué un peu plus tôt que son fils avait 13 ans, 10 mois et 26 jours lorsqu'il a battu le record, mais la Fédération a retenu jeudi 27 jours. Le record était détenu jusqu'à présent par Ray Robson, qui a battu le record deux semaines avant ses 15 ans.

      "Je me sens vraiment bien, soulagé en quelque sorte", a confié jeudi Samuel à l'AFP. "C'est une de mes meilleures performances en tournoi", en battant notamment trois Grands maîtres en seulement 20 à 25 coups.

      Lors d'un tournoi disputé en août, Samuel était parvenu à se hisser à 14 points seulement de ce seuil crucial et, même s'il lui restait plus d'un an pour atteindre les 2.500 points et s'emparer du record, il confiait en octobre à l'AFP qu'il voulait ce record le plus vite possible pour qu'il soit encore plus difficile à battre.

      Il faut dire qu'il a l'habitude des records: plus jeune Expert américain décroché lors de son premier tournoi, plus jeune Maître américain peu avant ses 10 ans et plus jeune Maître international à 12 ans et 10 mois. Et un palmarès déjà impressionnant mais son véritable objectif, c'est le titre de champion du monde.

      "J'ai besoin de faire progresser mon jeu mais je m'en sens capable", a assuré Samuel, visant désormais les 2.600 points pour être invité aux tournois prestigieux.

      Quant à tenter le championnat du monde, "je ne veux pas encombrer mon esprit avec ça maintenant. (...) Après ma très bonne performance à Saint-Louis, mon niveau de confiance est élevé et ça va (m')aider". "Il est sixième plus jeune Grand maître au niveau international", a souligné Armen Sevian. Le plus jeune est le Russe Sergueï Kariakine, à 12 ans et sept mois.

      Et le gain du tournoi n'a fait qu'ajouter au plaisir de l'adolescent et de sa famille.

      "Il a vraiment surpassé ses adversaires dans trois parties, mais la dernière c'était chacun son tour, ce n'était pas tranché. A la fin, c'était comme un blitz, jusqu'à la dernière seconde. Les joueurs tremblaient", a raconté Armen Sevian.

      Samuel pensait-il au record dans cette dernière partie? "Bien sûr! La pression était énorme", commente-t-il. "J'étais en confiance mais nerveux. (...) Devenir GM (Grand maître) tout d'un coup, j'ai été submergé par les émotions".

      Au programme pour les prochaines semaines: un stage de trois jours à New York avec la fondation Garry Kasparov. La légende des échecs est l'un des entraîneurs réguliers de Samuel et sera présent lors de ce stage.

      La Fondation a salué jeudi dans un communiqué la performance de Samuel qui est "le premier Grand maître international né après l'an 2000", soulignant "avoir l'oeil sur le prodige depuis longtemps".

      Ensuite, après avoir soufflé ses 14 bougies le 26 décembre, il doit participer à un grand tournoi aux Pays-Bas en janvier. "Nous voulons aller davantage en Europe, la concurrence est plus forte la-bas", a relevé Armen Sevian, lui-même ancien joueur de haut niveau.









    • Inflation et demande en berne, le Japon fait grise mine - 28/11/2014

      Après un printemps et un été bien sombres, le Japon a entamé l'automne sous des auspices guère plus radieux: la consommation a encore chuté en octobre et l'inflation est tombée au plus bas depuis un an, accentuant la pression sur les autorités et la Banque du Japon (BoJ).

      Les statistiques dévoilées vendredi par le gouvernement brossent un tableau médiocre de l'économie nippone, à l'approche d'élections anticipées présentées par le Premier ministre Shinzo Abe comme un referendum sur les "abenomics".

      Cible croissante des critiques, ce cocktail de largesses budgétaires, de souplesse monétaire et de promesses de réformes est, selon lui, la seule solution pour relancer une économie chancelante depuis deux décennies.

      Après des débuts prometteurs et des louanges dans le monde entier, les "abenomics" ont accumulé les revers récemment, l'archipel renouant avec la récession au troisième trimestre dans la foulée d'une hausse de la TVA nippone le 1er avril.

      Les Japonais, dont les revenus stagnent désespérément, n'ont toujours pas retrouvé le sourire en octobre. Si les ventes de détail ont progressé de 1,4% sur un an, les ménages ont réduit leurs emplettes (-4%) pour le septième mois consécutif.

      Face à ce déclin de la demande, l'évolution des prix, sur la pente descendante depuis plusieurs mois, a de nouveau marqué le pas (+2,9%, contre +3% en septembre). En excluant l'effet taxe, ils ont affiché une maigre hausse de 0,9%, repassant sous la barre des 1% pour la première fois depuis octobre 2013.

      Ces données très mitigées révèlent l'ampleur de la tâche qui attend la BoJ, a commenté dans une note Marcel Thieliant, de Capital Economics. "L'inflation, prévient-il, devrait continuer à ralentir à court terme, sous l'effet du récent plongeon des prix du brut", qui se sont effondrés cette semaine à des niveaux inédits en plus de quatre ans.

      - La BoJ très loin du compte -

      La banque centrale a déjà montré sa détermination en annonçant fin octobre, contre toute attente, une extension de son programme de rachats d'actifs. Cette décision, adoptée à l'arraché (cinq voix pour, quatre contre), a créé un électrochoc qui a considérablement affaibli le yen et dopé les marchés boursiers, mais elle risque de ne pas suffire, selon les observateurs.

      "Malgré son geste surprise, la BoJ est encore très loin de son objectif ultime d'une inflation à 2%", a ainsi souligné Crédit Agricole.

      "L'économie japonaise se trouve à un moment critique dans son combat contre la déflation", a lui-même reconnu le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, qui pourrait être contraint à un nouvel assouplissement dans les mois à venir.

      Dans la série de chiffres publiés ce jour, les économistes ont toutefois noté "des signes positifs".

      De fait, les entrepreneurs affichent un meilleur moral: en déclin aux deuxième et troisième trimestres, la production industrielle a signé en octobre son deuxième regain d'affilée, bien que très modeste (+0,2%). Les analystes n'en attendaient pas tant, ils avaient même parié sur une baisse de 0,6%.

      Selon un sondage mené par le ministère, les industriels se montrent plutôt sereins, alors que les exportations ont paru se redresser récemment: ils prévoient un nouveau rebond de la production en novembre (+2,3%), avant une timide hausse de 0,4% en décembre.

      Surtout, le chômage est redescendu le mois dernier à 3,5% de la population active, comme en mai et en août, un record de faiblesse depuis décembre 1997, grâce à un recul de la proportion de femmes à la recherche d'un emploi.

      La méthode de comptabilisation officielle tend certes à minimiser les chiffres en excluant les personnes qui travaillent ne serait-ce que quelques heures par mois, mais l'amélioration est réelle ces derniers mois. On comptait en octobre 110 offres d'emploi pour 100 demandes, un ratio inédit depuis plus de deux décennies, s'est félicité le ministère du Travail.

      Reste à savoir si cette embellie durable se traduira par une progression des salaires, clé de la relance de la demande et de la lutte contre la déflation.







    • Japon: le lancement de la sonde Hayabusa-2 vers un astéroïde retransmis en 4K - 28/11/2014

      Le lancement dimanche de la sonde spatiale japonaise Hayabusa-2, qui a rendez-vous en 2018 avec un astéroïde, sera retransmis sur une chaîne spéciale en qualité 4K, quatre fois supérieure à la haute-définition actuelle, a annoncé un consortium de diffuseurs, médias et industriels.

      Cette retransmission se fera en direct (entre 04H20 GMT et 04H40 GMT) sur un canal satellite 4K expérimental depuis la base de Tanegashima dans le sud du Japon.

      Elle vise à tester des technologies ainsi qu'à inciter les téléspectateurs à se doter de téléviseurs compatibles 4K, lesquels sont de plus en plus nombreux dans les boutiques d'électronique du Japon.

      "Désormais, la différence de prix entre un 4K et un modèle haute-définition normal tend à se réduire au point qu'une part croissante des acheteurs franchissent le Rubicon", explique un vendeur d'une grande surface spécialisée de Kawasaki, en banlieue de Tokyo.

      Participent notamment à cette expérimentation le groupe JVC Kenwood, les sociétés Nextep, Japan Cablecast et Japan Digitalserve.

      Le format 4K correspond à une image de 2.160 lignes horizontales comportant chacune 3.840 points, soit environ 8 millions de pixels, quatre fois plus que la haute-définition actuelle.

      La diffusion expérimentale par satellite en format 4K a débuté cet été au Japon, sur un canal dédié alimenté par les différentes chaînes de TV.

      Elle sera étendue à l'échelle commerciale en 2015 via un satellite dit CS. Les téléspectateurs japonais équipés de TV et récepteurs satellite compatibles pourront ainsi voir les JO de Rio de Janeiro en 2016 en 4K.







    • Etats-Unis: Ferguson fête Thanksgiving dans le calme - 28/11/2014

      Ferguson a célébré Thanksgiving dans le calme après les manifestations provoquées par la relaxe d'un policier responsable de la mort d'un jeune Noir, mais la vidéo d'un officier abattant un garçon noir jouant avec un pistolet factice pourrait raviver la colère aux Etats-Unis.

      A New York, sept personnes ont été arrêtées jeudi pour "trouble à l'ordre public", lors de la parade organisée en l'honneur de Thanksgiving, où elles manifestaient contre la décision de relaxe prononcée lundi, selon la police.

      Une vidéo diffusée mercredi montrant des images d'une caméra de surveillance ayant filmé les derniers instants de Tamir Rice, 12 ans, pourrait faire monter à nouveau la tension. Le garçon a été abattu le week-end dernier par des tirs policiers quelques secondes seulement après l'arrivée de deux officiers dans une voiture de police dans un parc de Cleveland, dans l'Ohio (nord).

      Un enregistrement audio diffusé à la télévision américaine indique qu'un homme ayant appelé la police après avoir vu l'enfant agiter son arme avait précisé que celle-ci était probablement "factice". Mais les officiers se rendant sur les lieux n'ont pas été informés de cette précision.

      La branche locale de la puissante association de défense des gens de couleur NAACP a estimé que cette mort "remettait en question le caractère satisfaisant de la sélection, de l'entraînement et de la préparation des officiers de police".

      "Les officiers de police devraient être préparés à faire face à des gens de toutes les origines ethniques, de toutes les cultures et à avoir recours à la force mortelle uniquement en dernier ressort", a-t-elle insisté.

      Cette vidéo est diffusée alors que le calme était revenu à Ferguson, où la relaxe de Darren Wilson, le policier blanc responsable de la mort du jeune Noir Michael Brown dans cette ville du Missouri (centre), a provoqué des vagues de manifestations depuis lundi dans tout le pays.

      Les parents du jeune Tamir Rice ont appelé dans un communiqué "à manifester pacifiquement et de façon responsable".

      "Utilisons ces émotions d'une façon qui puisse contribuer aux efforts positifs et aux solutions susceptibles d'apporter des changements (...) en ce qui concerne la façon dont les forces de l'ordre interagissent avec les citoyens de couleur", ont-ils ajouté.



      - Un 'difficile' Thanksgiving -



      La colère des habitants de Ferguson à la suite de la relaxe du policier avait résonné jusqu'à Londres mercredi, où des milliers de personnes avaient manifesté devant l'ambassade des Etats-Unis en reprenant les slogans: "La vie des Noirs compte" ou "Mains en l'air, ne tirez pas".

      Les parents de Michael Brown étaient quant à eux venus prier à New York avec les familles de deux autres Noirs récemment tués par la police: Eric Garner, un père de famille de 43 ans mort à Staten Island en juillet lors d'une interpellation musclée, et Akai Gurley, un homme de 28 ans tué par accident la semaine dernière dans la cage d'escalier obscure d'une HLM de Brooklyn par un policier débutant.

      Les parents de Michael Brown ont déclaré sur CNN que ce serait "un difficile" Thanksgiving cette année, cette fête traditionnelle familiale étant l'une des plus importantes aux Etats-Unis. Son père a appelé à un autre procès.

      UniSi le calme régnait, la colère restait palpable à Ferguson et des manifestants ont promis de poursuivre leur mouvement jusqu'à ce que justice soit rendue.

      "Je ne sais pas ce qui va se passer, vraiment je ne sais pas. Le temps guérit toutes les blessures mais combien de temps cela va-t-il prendre, ça je l'ignore", indique Alvin Reid, journaliste local, et bénévole au repas organisé à Ferguson pour Thanksgiving.

      Le ressentiment des habitants de Ferguson a été relayé par plusieurs célébrités, dont le magnat du hip-hop Russell Simmons, qui se sont jointes à un appel au boycott du "Black Friday" ("vendredi noir"), journée annuelle de soldes dans les magasins le lendemain de Thanksgiving.

      Mardi soir, des milliers de personnes avaient manifesté dans 170 villes des Etats-Unis pour réclamer justice pour Michael Brown.

      Ces défilés ont été globalement pacifiques mais la police de Los Angeles a arrêté plus de 180 personnes qui avaient notamment bloqué une autoroute. Une dizaine de personnes ont aussi été arrêtées à New York.

      Les manifestions pourraient reprendre après Thanksgiving. Le populaire militant des droits civiques Al Sharpton a appelé à une journée de protestation dans tout le pays samedi.













    RTL info : Économie

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Grèves tournantes - Thalys appelle de nouveau ses passagers à reporter leur voyage - 28/11/2014
      En raison des grèves tournantes qui toucheront à nouveau la Belgique lundi, Thalys appelle ses voyageurs à postposer leur voyage.
      Selon Thalys, le trafic sera fortement perturbé le lundi 1er décembre, ce qui aura également des répercussions sur quelques trains prévus le dimanche soir et le mardi matin. Des informations en temps réel sont disponibles sur le site https://www.thalys.com/be (Belga)






    • Colruyt ouvre son premier magasin "Cru": des produits frais et bio "à l'image d'un marché couvert" - 28/11/2014

      Samedi, Colruyt ouvre son premier magasin "Cru", à Overijse. Le nouveau concept est dédié au "bien-manger et à l'échange entre les collaborateurs". Dans une atmosphère conviviale et décontractée, à l'image d'un marché couvert, Cru proposera une sélection de produits frais, parmi lesquels de la viande, du poisson, des fruits et légumes, du pain fabriqué sur place ou encore des produits laitiers et des fleurs. Les clients y trouveront également de la bière, du vin, du thé ou du café torréfié, à acheter ou à consommer sur place", a annoncé Jean-Pierre Roelands, directeur concepts de magasins chez Colruyt. Chez Cru, les produits seront pour la plupart bios, et prioritairement belges. "Les rayons seront adaptés en fonction des saisons et nous ne proposeront qu'un maximum de 1.000 produits différents."

       

      Une autonomie totale

      Chaque chef de rayon possède une autonomie totale sur le choix des producteurs avec lesquels il travaille: un éleveur de boeufs de Middelkerke, un brasseur de Quenast ou encore un cultivateur de thé de Ternat. Le groupe Colruyt tend à l'exclusivité des produits.

       

      Une tablette numérique

      Seule entorse à la tradition, le client devra se munir d'une tablette numérique pour effectuer ses achats et scannera lui-même ses produits, avant de payer l'addition en l'absence d'une caissière. Cru Overijse est installé dans une ferme rénovée. Une quarantaine de personnes y travaillent.







    • Baisse des prix du carburant dès samedi - 28/11/2014
      Les prix de l'essence et du diesel baisseront dès demain/samedi, indique le SPF Economie.
      Le prix maximum du litre de Super 95 atteindra ainsi 1,479 euro, en recul de 4,1 centimes; le litre de Super 98 s'affichant à 1,544 euro (-4,2 centimes). Quant au diesel, son prix maximum atteindra 1,298 euro le litre, en baisse de 5,1 centimes. Ces prix résultent des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio composants inhérents à leurs compositions sur les marchés internationaux, précisent les autorités. (Belga)






    • SFR-Numericable n'a "pas besoin" de racheter Bouygues Telecom - 28/11/2014

      SFR-Numericable "n'a pas besoin" de racheter Bouygues Telecom, indique Eric Denoyer, directeur général du nouveau géant français des télécoms, dans un entretien au journal Le Figaro paru vendredi.

      "Nous n'en avons pas besoin ! Nous avons un grand projet industriel à mener, et il nous occupe à 100%", a répondu M. Denoyer à une question sur ses éventuelles intentions de poursuivre la consolidation du secteur en rachetant la filiale télécoms du groupe Bouygues.

      Altice, maison mère de Numericable, qui appartient au milliardaire Patrick Drahi, avait manifesté la semaine dernière son intérêt pour Bouygues Telecom, candidat malheureux au rachat de SFR.

      M. Denoyer s'exprimait au lendemain de la finalisation du rachat par le câblo-opérateur Numericable (Altice) du deuxième opérateur français SFR à Vivendi pour 13,36 milliards d'euros, donnant naissance à l'ensemble "Numéricable-SFR" dont il détiendra 60%.

      Avec le rapprochement de SFR et de Numericable, M. Denoyer affirme miser sur un développement dans la fibre et vouloir "nettoyer le portefeuille de marques".

      "Nous voulons rapidement doubler notre couverture dans la fibre pour avoir 12 millions de foyers raccordables en 2017 et 15 millions avant 2020", a-t-il dit au quotidien.

      Dans la téléphonie mobile 4G, "le cap des 50% de la population ayant accès à notre réseau 4G a été franchi jeudi et nous visons 70% d'ici à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

      "SFR sera la marque emblématique du groupe", a souligné l'ancien PDG de Numéricable, estimant que six marques dans le grand public et sept pour les entreprises étaient de "trop".

      Concernant les boutiques, environ 960 dans l'ensemble du groupe, M. Denoyer a prévenu qu'"il y aura(it) quelques dizaines de cas à étudier en raison de la proximité de magasins SFR et Numericable".







    • L'OPEP ne produira pas moins de pétrole: quel sera l'impact sur nous en Belgique? - 28/11/2014

      Ce jeudi, l'OPEP, l'organisation des principaux pays exportateurs de pétrole (Algérie, Angola, Libye, Nigeria, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Irak, Iran, Koweït, Qatar, Equateur et Venezuela) a donc opté pour le statu quo: ils ne baisseront pas la quantité barils qu'ils produisent pour compenser la forte baisse de son prix observée depuis plusieurs mois maintenant. La décision a immédiatement provoqué une chute du prix du pétrole sur les marchés mondiaux. Mais cette décision aura d'autres conséquences à plus long terme comme l'a expliqué ce matin le chroniqueur économique Bruno Wattenbergh sur Bel RTL.

       

      Pourquoi cette réunion de l'OPEP qui s'est tenue hier serait-elle historique ?

      Parce que le prix du pétrole brut a perdu 30% depuis le début de l'été. L'OPEP c'est un cartel, un groupement de pays producteurs qui s'entendent sur le niveau de leur production respective, pour maintenir les prix à la hausse. Et l'OPEP se réunissait hier pour décider s'ils réduisaient une production, figée depuis 3 ans, pour enrayer la dégringolade des cours.

       

      Qu'est-ce qui a été décidé lors de cette réunion ?
      Et bien l'OPEP, a décidé de maintenir son plafond de production d'or noir au niveau actuel, soit 30 millions de barils par jour, soit un tiers de la demande mondial. A la grande fureur du Vénézuela qui a besoin d'un baril à 161 dollars pour que ses comptes soient équilibrés.

       

      Pourquoi est-ce que les prix du pétrole ont tellement baissé depuis le mois de juin ?
      Tout simplement à cause de l'offre abondante, notamment grâce au pétrole de schiste américain, ensuite aussi à cause d'une croissance molle qui réduit la demande. Une offre qui augmente, une demande qui faiblit et le prix d'équilibre baisse, un prix aujourd'hui au plus bas depuis 4 ans.

       

      Quelles ont été les conséquences de cette décision ?

      La décision de maintenir la production actuelle, en dépit d'une offre surabondante, a logiquement fait plonger les cours du pétrole, tous les types de pétroles. Non seulement le pétrole du golf, mais aussi le Brent de la Mer du Nord. Et puis il y a eu des réactions en cascade jugez-plutôt : d'abord, logiquement, les actions des compagnies pétrolières ont chuté, Total ou Shell par exemple, mais aussi les devises des pays producteurs fortement dépendants du pétrole. Le rouble a ainsi battu un record absolu de faiblesse face à l'euro et au dollar. Mais la couronne norvégienne, le dinar algérien ou le peso mexicain ont également trébuché.

       

      Quel pourrait être l'impact pour nous en Belgique et en Europe ?

      Et bien d'abord, c'est une forme de plan de relance pour les entreprises de certains secteurs, dont la compétitivité dépend du prix de l'énergie. Un stimulus estimé à 1.100 milliards de $ pour l'économie mondiale, ou 0,2% de PIB ! C'est donc bon pour le moral de l'industrie ou encore des transports. Ensuite, c'est positif pour les consommateurs. Deux bémols : c'est moins bon pour la planète parce que cela ne décourage pas la consommation et cela pourrait accentuer les pressions désinflationnistes pesant sur l'économie mondiale, particulièrement en zone euro.







    • La Bourse de Paris attendue en léger repli avant l'inflation européenne - 28/11/2014

      La Bourse de Paris devrait démarrer en léger repli vendredi pour une séance essentiellement marquée par la publication de l'inflation en zone euro et une reprise graduelle des échanges à Wall Street après un jour férié.

      Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,28% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance.

      La veille, l'indice parisien a pris 0,30% à 4.382,34 points après avoir subi un problème technique toute la matinée. De son côté, Wall Street est restée fermée pour Thanksgiving et repartira pour une demi-séance vendredi.

      La séance est encore relativement riche en indicateurs notamment en zone euro, avec une première estimation de l'inflation pour le mois de novembre.

      Les chiffres du jour "devraient refléter les faibles chiffres observés plus tôt cette semaine et devraient renforcer les attentes vis-à-vis de la BCE (Banque centrale européenne, ndlr)" qui tient sa réunion mensuelle de politique monétaire jeudi, affirme Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

      "De mauvais indicateurs sont bons pour les actions européennes actuellement puisque les investisseurs espèrent voir la BCE se jeter à l'eau et annoncer un +quantitative easing+" (un assouplissement monétaire se concrétisant par un rachat de dettes souveraines, ndlr), fait remarquer Stan Shamu, un stratégiste de IG.

      Le président de la BCE Mario Draghi "s'est beaucoup exprimé récemment et hier il a redit qu'il n'excluait aucun actif si de nouvelles mesures devaient être prises", rappelle-t-il.

      Les différentes prises de paroles de M. Draghi et d'autres membres de la BCE ont nourri l'espoir des investisseurs de voir l'institution de Francfort aller encore plus loin dans son soutien à l'économie en berne de la zone euro, notamment en élargissant son programme de rachats d'actifs aux emprunts d'Etats.

      C'est à l'aune de ces considérations que les investisseurs vont analyser les indicateurs du jour.

      Outre l'inflation en zone euro est également attendue une première estimation du chômage pour le mois d'octobre.

      En France, fin octobre, 3,46 millions de demandeurs d'emploi sans activité pointaient à Pôle emploi en métropole, nouveau record après trois ans et demi de hausse quasi continue.

      D'autres indicateurs sont au menu dans le pays, dont les dépenses de consommation des ménages avant l'ouverture des marchés et les ventes dans le commerce de détail et les services personnels.

      En Allemagne, les ventes au détail ont progressé de 1,9% en octobre sur un mois, esquissant un rebond après leur net repli de septembre.

      Plusieurs statistiques ont par ailleurs été publiées au Japon: les prix à la consommation, hors ceux des produits périssables, ont augmenté de 2,9% en octobre, enregistrant un nouveau ralentissement (+3% en septembre) et la production industrielle a augmenté de 0,2% en octobre sur un mois, après avoir progressé de 2,7% en septembre.

      VALEURS A SUIVRE

      CLUB MEDITERRANEE a publié une nouvelle perte nette de 9 millions d'euros sur l'exercice 2013-2014, mais il a maintenu sa rentabilité opérationnelle et entend renouer avec "un résultat net positif" en 2015.

      DENTRESSANGLE: trois sociétés du groupe et plusieurs cadres régionaux ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel de Valence pour des faits présumés de "prêt illicite de main d'?uvre" et "délit de marchandage".

      NUMERICABLE (Altice) a bouclé le rachat de SFR, tout en obtenant le même jour le feu vert sans condition de l'Autorité de la concurrence pour le rachat de Virgin Mobile.

      SAINT-GOBAIN a annoncé qu'il procèderait à l'annulation de 6,1 millions d'actions "auto-détenues" vendredi, soit environ 1% de son capital.

      VINCI a remporté trois contrats pour la construction de deux gazoducs et d'un oléoduc en Australie et en Colombie, pour un montant total d'environ 187 millions d'euros.

      LDC a vu son bénéfice net grimper de plus de 50% au premier semestre de son exercice 2014-2015, grâce à la baisse des prix des matières premières, mais ses ventes ont stagné, sur fond de consommation en recul.

      SUEZ ENVIRONNEMENT a remporté un contrat de 900 millions d'euros sur 23 ans pour la construction et l'exploitation d'un centre de valorisation des déchets à Ivry-Paris XIIIe.

      CHIMIE: la chimie française a relevé à 1,9% ses prévisions de croissance pour 2014, soit 0,6% de plus que prévu en début d'année, grâce au rebond de l'industrie automobile européenne et malgré un ralentissement de l'activité perçu depuis l'été.

      Les compagnies aériennes, à l'image d'AIR FRANCE-KLM, pourraient profiter de la décision de l'Opep de maintenir leur plafond de production de pétrole malgré la surabondance de l'offre d'or noir jeudi, ce qui a fait aussitôt plonger les cours du brut à de nouveaux plus bas depuis 2010.











    • Star de Noël, le sapin naturel est aussi un business - 28/11/2014

      "Touchez celui-là... il est dodu, n'est-ce pas?" Sourire aux lèvres, Jean-Christophe Bonoron invite le néophyte à tâter le sapin qui vient d'être saucissonné dans son filet d'emballage pour être vendu à Noël, avec d'autres de ses congénères sur une colline du Haut-Morvan.

      Au milieu de ce nulle part qui ouvre sur un splendide panorama automnal, le bruit du sécateur hydraulique et les sonneries du téléphone portable de M. Bonoron, cultivateur et pépiniériste, rappellent que la coupe du sapin bat son plein.

      Dans ce canton du parc naturel du Morvan, c'est la première production agricole: il ne s'agit pas de se "rater" pendant les quelques semaines de coupe. Près d'un million de résineux sont produits chaque année dans ce coin de Bourgogne, sur quelque 1.500 hectares. Soit le quart de la production hexagonale, derrière la Bretagne et Rhône-Alpes.

      Début décembre, tout sera terminé et il sera temps pour Jean-Christophe Bonoron et sa femme de "monter" au marché de Rungis (Val-de-Marne) pour assurer la vente de leurs sapins, épilogue de semaines à rallonge qui laisseront le couple fourbu pour les fêtes de fin d'année.

      "On fera quand même un sapin mais on aura du mal à veiller le soir du réveillon", rigole le pépiniériste qui s'enorgueillit de produire chaque année entre 25 et 30.000 arbres de Noël de "qualité".

      Car il y a sapin et sapin. Un gouffre existe entre l'arbre décharné au branchage flapi, déniché in extremis sur un parking à 18h30 un 24 décembre, et le conifère haut de gamme qui a "du corps, de la branche". "Mon beau sapin" a aussi un "parfum" qui prend par la main petits et grands pour les faire chanter "quand par l'hiver, bois et guérets sont dépouillés de leurs attraits".

      - Taillé, comme la vigne -

      "Ce qui est beau, c'est le reflet bleuté. Ca veut dire qu'il n'y a pas de carence et qu'il a été bien alimenté", ajoute Vanessa Bonoron, l'épouse. "Comme on taille la vigne, on taille le sapin", complète-t-elle.

      "La forme des arbres, ce n'est pas arrivé par la force du Saint-Esprit", abonde son mari. Compter ainsi 10 ans pour arriver à un "beau sapin" de 2 à 2,5 mètres de haut; 24 ans pour celui de 10 mètres qui trônera à partir de la mi-décembre dans la cour d'honneur de l'Elysée: cadeau en forme de coup de pub de l'Association française du sapin de Noël naturel.

      Présidée par Frédéric Naudet, à la tête de 400 hectares dans le Morvan et premier producteur d'arbres de Noël du pays, celle-ci promeut le sapin "made in France". Avec un certain succès puisqu'en dépit de la crise, le marché du sapin naturel fait mieux que se maintenir.

      Il s'en est vendu 5,6 millions en 2013, dont près de quatre millions cultivés dans l'Hexagone, le reste venant de Belgique ou du Danemark. Mieux, si le nombre global de foyers acheteurs de sapins a "tendanciellement" baissé en 2013 (-2% par rapport à 2012), ce recul n'a concerné que les sapins artificiels (14,5% du marché total), les naturels progressant à l'inverse de 3%.

      "C'est un achat plaisir", résume M. Naudet qui axe aussi sa communication sur les effets positifs de cette production sur l'environnement, face à son "concurrent artificiel".

      Au regard des 20% de ménages français qui ont acheté un sapin de Noël naturel en 2013, cette tradition née au XVIe siècle dans l'Europe protestante promet quelques belles perspectives économiques, d'autant que la vente en ligne décolle. "On a une belle marge de progression face aux taux record de nos voisins allemands et autrichiens", souligne M. Naudet: environ 90% des familles y fêtent Noël autour d'un arbre naturel.

      En 2013, "le roi des forêts" dont on aime tant la verdure a généré un chiffre d'affaires de 141,4 millions d'euros.







    • Club Med, encore dans le rouge en 2014, table sur un bénéfice net en 2015 - 28/11/2014

      Le Club Méditerranée a publié vendredi une nouvelle perte nette de 9 millions d'euros sur l'exercice 2013-2014, mais il a maintenu sa rentabilité opérationnelle et entend renouer avec "un résultat net positif" en 2015.

      La perte nette s'explique par des "facteurs exceptionnels" dont 13 millions d'euros de coûts de fermetures de villages, indique le groupe de tourisme au célèbre trident dans son communiqué d'annonce de résultats.

      Club Med table pour 2015 sur une baisse des coûts de fermetures de villages et sur une diminution des intérêts de la dette et des frais d'OPA. "En conséquence, le résultat net devrait être positif en 2015, hors dégradation supplémentaire de l'environnement", prévoit-il.

      Le groupe, qui fait l'objet d'une interminable bataille d'OPA, a vu son chiffre d'affaires annuel reculer de 1,9% à 1,38 milliard d'euros au cours de l'exercice 2013-2014 clos fin octobre.

      Il a souffert de la crise économique en Europe et des troubles géopolitiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et a réduit ses capacités d'accueil de 2,1% au niveau mondial sur l'exercice.

      Toutefois, la progression de la rentabilité des zones Amériques et Asie a "pratiquement compensé le recul de la zone Europe-Afrique", souligne Club Med.

      Il a vu sa marge d'Ebitda légèrement rehaussée, à 8,6% contre 8,4% un an plus tôt, signe selon son PDG Henri Giscard d'Estaing de la "résistance du business model".

      Le groupe mène depuis une décennie une double stratégie de montée en gamme et d'internationalisation.

      Le Club Méditerranée a "accéléré le recrutement de nouveaux clients en provenance des pays à croissance rapide", a souligné son PDG. Ces clients ont compensé en 2014 la baisse des clientèles française et belge.

      Le nombre total de clients est resté stable en 2014 à 1,23 million.

      La zone Asie, qui inclut plusieurs villages en Chine, a assuré "plus des trois quarts" du résultat opérationnel courant des villages (41 millions d'euros sur 53 millions).

      Le Club Méditerranée annonce avoir signé le 10 novembre un contrat de management pour un 5e village chinois, un village 5 tridents de 170 chambres censé ouvrir au second semestre 2016 dans la station de ski de Beidahu.

      Côté perspectives, les réservations ont plongé de 18,8% en Europe-Afrique au cours des huit dernières semaines à cause du "contexte géopolitique et sanitaire" (dont Ebola). Mais en cumulé pour l'hiver, elles progressent de 2,7% au niveau mondial.













    • SNCM: décision sur la cessation de paiement et le redressement judiciaire - 28/11/2014

      Le tribunal de commerce de Marseille se prononce vendredi sur la cessation de paiement de la compagnie maritime SNCM, prélude à un redressement judiciaire demandé par la compagnie, mais perçu par les syndicats comme la première étape vers la liquidation.

      Si la justice a pris son temps --près d'un mois-- pour répondre à la question, "la SNCM est-elle en cessation de paiement ?", c'est qu'elle est confrontée à un dossier aussi complexe qu'original.

      L'actionnaire majoritaire de la Société nationale Corse Méditerranée, Transdev (66%), a en effet, en pleine conscience, volontairement provoqué le dépôt de bilan de la compagnie en exigeant le remboursement immédiat de créances que la compagnie n'est pas en mesure d'honorer.

      Transdev, mais aussi l'Etat, actionnaire à 25%, considèrent le redressement judiciaire comme la seule solution pour "empêcher la disparition pure et simple" de la SNCM, car cela permettrait selon eux de trouver un repreneur et d'annuler les condamnations européennes à rembourser des aides publiques jugées illégales pour plus de 400 millions d'euros.

      Lors des audiences successives, le procureur de Marseille Brice Robin, avait d'ailleurs remarqué le caractère "inédit" de la manoeuvre des actionnaires, que les salariés qualifient de "faillite organisée".

      Il n'en a pas moins plaidé pour le redressement judiciaire, au vu des difficultés chroniques de la société (200 millions d'euros de déficit cumulé depuis 2001), estimant aussi que cela pourrait conduire des repreneurs éventuels à se manifester.

      Le juge enquêteur, nommé pour étudier la seule question de la cessation de paiement, a également conclu par l'affirmative, considérant qu'il y avait bien cessation de paiement.

      Les salariés, eux, ont de nouveau contesté le fait que les créances brandies par Transdev soient juridiquement exigibles et demandé "la suspension de la procédure", mais sont sans illusion sur la décision du tribunal. "Les pressions sur la justice consulaire sont maximales", a déploré le représentant du personnel CFE-CGC Maurice Perrin.

      "Aller au redressement judiciaire, c'est glisser vers la liquidation", estime --à l'instar des autres syndicats-- Frédéric Alpozzo, représentant de la CGT, le syndicat majoritaire à la SNCM, qui compte 2.000 salariés.

      "C'est toujours un risque", avait d'ailleurs déclaré le président du directoire de la compagnie, Olivier Diehl, à l'issue de la première audience.

      - "Chemin étroit" -

      Les raisons invoquées par Transdev et l'Etat pour le redressement judiciaire, à savoir principalement la possible annulation des quelque 400 millions d'aides que l'Europe demande à la SNCM de rembourser --ce que le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies est allé plaider à Bruxelles mercredi-- paraissent fragiles aux syndicats.

      Ces derniers estiment que le redressement judiciaire n'affranchira nullement l'entreprise des condamnations de Bruxelles, qui pourrait estimer que la SNCM, même reprise et transformée par un repreneur, restera la même entreprise. Et devra donc assumer les condamnations.

      Ils pointent de plus le problème de la délégation de service public (DSP) vers la Corse. Ce contrat qui court jusqu'en 2022, de plus 600 millions d'euros, qui lui a été attribué (ainsi qu'à une autre compagnie, la Méridionale) et constitue une manne essentielle à sa survie, pourrait ne pas être transmissible à un repreneur éventuel.

      Dans une étude juridique réalisée en 2013 commandée par Transdev, dont l'AFP a obtenu une copie, ce risque est d'ailleurs clairement formulé: "La transmission de la DSP pourrait constituer un indice fort de l'existence d'une +continuité économique+", est-il écrit dans le document.

      En clair, soit la "nouvelle SNCM" conserve la DSP, mais reste sous le coup des condamnations de Bruxelles. Soit les condamnations sautent... mais la DSP pourrait devoir faire l'objet d'un nouvel appel d'offre, avec toute l'incertitude que cela comporte.

      Le redressement judiciaire "ouvrira un chemin certes étroit, mais qui peut permettre de conserver le périmètre le plus large possible", commentait M. Diehl à l'issue de l'audience mardi.

      Ces incertitudes juridiques sèment le doute sur les potentiels repreneurs. Ils sont "cinq ou six" intéressés, affirmait la direction il y a quelques semaines. Lors de la dernière réunion en préfecture, elle n'a évoqué qu'une seule marque d'intérêt, ont rapporté les syndicats.

      "Il ne faut pas se voiler la face: il n'y a pas d'offres de reprise possibles tant qu'existe la menace de Bruxelles", estime M. Alpozzo.







    • Les marchés asiatiques en berne après la décision de l'Opep, à l'exception de Tokyo - 28/11/2014

      Les marchés asiatiques étaient généralement en berne vendredi après la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de garder son objectif de production, faisant plonger les titres du secteur de l'énergie.

      A Sydney, l'indice ASX/S&P 200 perdait 1,34% vers 14H00 (03H00 GMT), plombé par le minier BHP Billiton (-3,4%) et les pétroliers Woodside (-5,8%) et Santos (-10%). Au total, les valeurs des producteurs de matières premières dévissaient de 6,76%.

      Séoul se repliait de 0,24%, Hong Kong de 0,39%. Après avoir ouvert à l'équilibre, Shanghai prenait 0,29%, continuant à profiter de la baisse des taux d'intérêt chinois la semaine dernière, tandis que Tokyo gagnait près de 0,6% à la faveur d'un affaiblissement du yen face au dollar.

      Si les Bourses européennes ont pour la plupart terminé dans le vert jeudi après la publication de plusieurs indicateurs relançant les espoirs d'un nouveau soutien de la Banque centrale europénne (BCE), Londres a répercuté l'onde de choc créée par la décision de l'Opep de ne pas abaisser son objectif de production, finissant en légère baisse de 0,09%.

      Réunis jeudi à Vienne, les ministres du cartel ont décidé de maintenir à 30 millions de barils par jour (mbj) leur niveau de production pour les six prochains mois, renonçant à réduire l'offre pour soutenir les cours, en chute de 35% depuis le pic de juin.

      "La baisse marquée aujourd'hui (vendredi) à la fois des cours du pétrole et des actions des valeurs énergétiques pourrait se révéler être due au jour férié de Thanksgiving aux Etats-Unis et aux faibles volumes subséquents, mais il semble probable que la décision de l'Opep favorise la poursuite de la baisse des cours pendant quelques temps encore", a relevé l'analyste Ric Spooner de CMC Markets à Sydney.

      Une baisse du plafond, qui est le principal outil de l'Opep pour réguler l'offre pétrolière mondiale, aurait pu aider à réduire le surplus d'approvisionnement sur le marché pétrolier, actuellement en surcapacité du fait du bond de la production américaine (avec l'extraction du pétrole de schiste, notamment), couplé au ralentissement économique en Europe et en Chine, qui freine la consommation d'or noir.

      - Un baril à 60 dollars -

      Les prix devraient atteindre un niveau plancher dans les semaines à venir et se stabiliser, selon une note de la banque ABN Amro. La chute des cours risque en effet de peser sur la capacité des opérateurs à financer les projets d'exploration et d'extraction, notamment aux Etats-Unis, avec un effet attendu sur le volume d'offre.

      "Les cours devraient baisser encore d'ici la fin de l'année", a abondé Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures à Singapour, situant le WTI autour de 60 dollars et le Brent entre 60 et 70 dollars fin décembre.

      Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier perdait 29 cents, à 68,76 dollars, vers 02H00 GMT, après avoir plongé de près de 5% jeudi, dans un marché ralenti pour cause de Thanksgiving.

      Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédait 27 cents, à 72,31 dollars.

      A rebours de la tendance générale, les titres des compagnies aériennes -- dont le carburant est le premier poste de dépenses -- s'envolaient. A Hong Kong, China East Airlines prenait 8%, Japan Airlines 4% à Tokyo et l'australienne Qantas plus de 5% à Sydney.

      Sur le marché des devises, l'euro continuait de baisser face au dollar dans des volumes d'échange toujours très limités en l'absence des cambistes américains.

      La monnaie unique européenne valait 1,2461 dollars contre 1,2474 dollar la veille, remontant en revanche face au yen à 147,26 yens contre 146,88 yens.

      Le dollar s'appréciait face à la devise japonaise, à 118,14 yens contre 117,74 yens jeudi soir à Londres.







    • Déficit: dernier avertissement de Bruxelles à la France - 28/11/2014

      La Commission européenne va lancer vendredi un dernier avertissement à la France pour qu'elle mette en ?uvre des réformes et réduise son déficit, en brandissant la menace de sanctions au printemps.

      Après d'âpres débats, l'exécutif européen a jugé peu judicieux d'accorder dans l'immédiat plus de temps à la France pour réduire son déficit, ou de changer son objectif pour 2015, indique une source européenne. Bruxelles préfère demander à Paris plus d'efforts et lui laisser quelque mois, jusqu'à fin mars.

      L'Italie, lestée par une dette au-delà de 130% du PIB, va bénéficier du même traitement, ainsi que cinq autres pays de la zone euro (Espagne, Portugal, Belgique, Malte et Autriche), dont les finances publiques ne respectent pas les critères européens.

      L'idée est de temporiser, tout en maintenant la pression, explique-t-on dans les couloirs du Berlaymont, le siège de la Commission européenne. Mais au printemps, tous ces pays, en particulier la France, s'exposent à des sanctions, un scénario encore inédit.

      Le cas français est le plus problématique: Paris prévoit un déficit de 4,3% en 2015 au lieu des 3% promis initialement, et un retour dans les clous seulement en 2017.

      Jusqu'ici, la deuxième économie de la zone euro l'a toujours échappé belle: non seulement elle a déjà obtenu deux délais pour ramener son déficit au niveau autorisé, mais elle a aussi bénéficié en octobre de la clémence de la Commission, qui aurait pu retoquer son projet de budget 2015. L'exécutif européen n'a pas sévi grâce à des mesures annoncées à la dernière minute par Paris.

      Vendredi, elle ne va pas demander de sanctions à l'encontre de la France, ni lui imposer une liste de réformes au forceps, mais elle va clairement durcir le ton. Une manière de refléter les dissensions qui l'agitent, comme l'a montré la sortie au vitriol de Gunther Oettinger la semaine dernière.

      - Faucons contre colombes -

      En charge de l'Economie numérique, le commissaire européen, membre du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel, a appelé à traiter avec "rigueur" une France "déficitaire récidiviste". Une preuve éclatante que la nouvelle Commission est partagée entre faucons, partisans d'une rigueur budgétaire sans souplesse, et colombes, plus enclines à la flexibilité au moment où la croissance de la zone euro est anémique.

      "Il y a eu un débat interne sur d'éventuelles sanctions à l'encontre de la France", confirme une source communautaire. Plusieurs réunions ont eu lieu le week-end dernier pour trancher.

      Les Premiers ministres français et italien ont dû s'engager en fin de semaine dernière sur leurs programmes de réformes, dans des lettres adressées à la Commission européenne. La missive française n'a pas été rendu publique.

      Pour Paris, le but est clairement de fournir un effort structurel (hors effet de la conjoncture) correspondant à 0,5% du PIB en 2015, contre seulement 0,3% actuellement selon la Commission, soit environ 4 milliards d'euros supplémentaires.

      Le rappel à l'ordre de Bruxelles à l'encontre de la France va survenir au lendemain d'un rapport franco-allemand sur la croissance, qui évoque le risque d'un "manque d'audace" face aux réformes. Mais ce rapport pointe également une Allemagne soucieuse de préserver des finances publiques saines à tout prix, malgré les nombreux appels à investir plus.

      Une recommandation que ne devrait pas manquer de faire vendredi la Commission en présentant un rapport sur les déséquilibres macroéconomiques en Europe, qui soulignera de nouveau les énormes excédents commerciaux allemands. Deux jours après avoir annoncé un plan d'investissements de 315 milliards d'euros, sans argent des Etats membres, Bruxelles devrait en profiter pour inviter Berlin à injecter dans le plan Juncker une partie des milliards d'euros d'investissements prévus jusqu'en 2018.







    • Commerce mondial: accord à l'OMC pour mettre en oeuvre les décisions de Bali - 27/11/2014
      Les 160 pays membres de l'OMC (Organisation mondiale du commerce), se sont mis d'accord jeudi à Genève pour mettre en oeuvre les décisions de la conférence ministérielle de Bali de décembre 2013, a annoncé un porte-parole de l'organisation.
      L'accord a été scellé au cours d'une réunion extraordinaire du Conseil général, l'organe décisionnel de l'OMC, qui s'est déroulée jeudi à Genève, après avoir été repoussée de 24 heures. Les pays membres de l'organisation ont adopté deux textes qui leur avaient été présentés lundi, l'un concernant un accord douanier, appelé accord sur la facilitation des échanges, et l'autre sur la gestion des stocks alimentaires. Ces deux textes, qui faisaient partie des acquis de la conférence ministérielle de Bali, avaient été bloqués fin juillet par l'Inde, qui réclamait des amendements et des garanties supplémentaires concernant ses subventions agricoles. Du fait de ce blocage, l'OMC s'est retrouvée dans une grave impasse pendant plusieurs mois. L'annonce du compromis entre les Etats-Unis et l'Inde, le 13 novembre, sur le différend des stocks alimentaires a permis de débloquer la situation. Les Etats-Unis et l'Inde ont résolu leur différend sur les subventions agricoles indiennes en convenant que les programmes de sécurité alimentaire indiens ne seraient pas remis en cause par l'OMC "jusqu'à ce qu'une solution permanente sur le sujet soit trouvée et adoptée", selon un communiqué américain. Le directeur général de l'OMC, le Brésilien Roberto Azevedo, avait déclaré mercredi soir que l'organisation était "tout près de sortir de l'impasse sur la mise en oeuvre du paquet de Bali". "Nous arrivons à la fin d'un très long voyage. Demain, il ne nous restera plus qu'à franchir la dernière étape", avait-il souligné. (Belga)






    • Une Nigeriane devient la première femme à présider l'Opep - 27/11/2014
      La ministre nigeriane des Ressources pétrolières, Diezani Alison-Madueke, est devenue jeudi la première femme nommée à la présidence tournante de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, dont la création remonte à 1960.
      Les pays de l'Opep, réunis ce jeudi à Vienne, ont élu la ministre à la présidence du cartel pour un an à compter du 1er janvier prochain, a indiqué le secrétariat général de l'organisation. Elle est la première femme à assumer ce poste essentiellement honorifique, au sein d'une organisation toujours très largement masculine. Mme Alison-Madueke, née la même année que l'Opep, est en effet actuellement la seule femme parmi les chefs des délégations des 12 pays membres du cartel. L'autre poste clef de l'organisation, celui de secrétaire général, reste occupé par un homme depuis sa création: l'actuel occupant, le Libyen Abdallah El-Badri, en place depuis 2007, et dont le mandat a déjà été prolongé à de multiples reprises, faute d'accord sur un successeur, a été reconduit ce jeudi jusqu'à la fin 2015. La prochaine réunion de l'Opep devrait se tenir à Vienne le 5 juin 2015, a également précisé son secrétariat général. (Belga)






    • Accord historique à l'OMC pour dynamiser le commerce mondial - 27/11/2014

      Après six mois de blocage, les 160 Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce ont donné jeudi leur feu vert au lancement d'un accord douanier historique visant à dynamiser le commerce mondial.

      Cet accord prévoit de simplifier les procédures douanières et pourrait à terme relancer le commerce mondial à hauteur de 1.000 milliards de dollars et créer quelque 21 millions d'emplois, dont 18 millions dans les pays en développement, selon des estimations d'un institut de recherches économiques de Washington, le Peterson Institute.

      "Nous sommes sortis de l'impasse aujourd'hui, qui paralysait notre travail, nous sommes revenus sur les rails", s'est félicité Roberto Azevedo, directeur général de l'OMC, en présentant les résultats d'une réunion du Conseil général, l'organe exécutif de l'organisation.

      L'accord douanier appelé accord sur la facilitation des échanges (TFA), a été conclu en décembre dernier à Bali, lors de la conférence ministérielle de l'OMC.

      Selon le calendrier adopté à l'époque, un protocole lançant la ratification de l'accord devait être adopté à Genève avant la fin juillet 2014.

      A la dernière minute, l'Inde a refusé de donner son accord, bloquant tout le processus. L'OMC fonctionnant sur la base du consensus, un seul Etat peut faire obstacle. L'annonce du compromis entre les Etats-Unis et l'Inde, le 13 novembre, sur le différend des stocks alimentaires, a permis de dénouer la situation.

      L'Inde a finalement obtenu les garanties supplémentaires qu'elle souhaitait concernant ses stocks alimentaires.

      Le travail va reprendre immédiatement sur la mise en ?uvre de l'ensemble des décisions prises à la conférence de Bali, a indiqué M. Azevedo.

      Une nouvelle échéance a été fixée, à juillet 2015, pour établir un programme de travail pour l'ensemble des dossiers du cycle de Doha. A l'origine, ce programme devait être fixé au 31 décembre 2014.



      - 'L'OMC de retour au travail'-



      Dès l'annonce de ces décisions prises à Genève, l'UE, par la voix de la commissaire européenne chargée du commerce international, Cecilia Malmström, s'est félicitée de ces résultats. "L'OMC est de retour au travail", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

      "Les décisions d'aujourd'hui non seulement mettent en ?uvre les accords de Bali, elles confirment le rôle de l'OMC comme centre de la politique commerciale internationale", a ajouté la commissaire européenne.

      Lorsqu'il entrera en vigueur, cet accord "sortira des millions de personnes de la pauvreté", a affirmé Mme Malmström. "Cet accord va simplifier les procédures douanières dans le monde, raccourcir les délais et accroître la transparence. C'est une bonne nouvelle pour le commerce mondial, la croissance économique et le développement", a-t-elle dit.

      Le représentant américain au commerce, Michael Froman, a lui aussi salué l'accord douanier comme "le premier accord multilatéral conclu à l'OMC depuis 20 ans".

      "L'OMC a franchi une étape cruciale en surmontant l'impasse qui prévalait depuis juillet", a-t-il dit. "L'accord sur la facilitation des échanges est un exemple de la manière dont l'abaissement des barrières commerciales peut créer de nouvelles perspectives à la fois pour les pays développés et en développement et c'est particulièrement important pour les petites et moyennes entreprises dans tous les pays", a conclu M. Froman.

      Et d'ajouter, que l'OMC pouvait à présent se consacrer aux négociations des autres questions inscrites à l'agenda du cycle de Doha.

      Concernant la poursuite des négociations des autres points à l'agenda du cycle de Doha, M. Azevêdo a encore indiqué qu'il n'était pas question de renoncer à la règle du consensus en vigueur à l'OMC.

      "La règle du consensus ne va jamais disparaître à l'OMC", a-t-il conclu.









    • Les journaux en crise multiplient les appels aux dons, une solution temporaire - 27/11/2014

      Comme Nice-Matin, Terra Eco, L'Humanité ou Charlie Hebdo, de plus en plus de journaux menacés de faillite recourent aux appels aux dons, une solution qui n'offre qu'un répit temporaire.

      A Nice-Matin, placé en redressement judiciaire après des pertes annuelle de 6 millions, les salariés ont levé cet été 300.000 euros sur la plateforme de financement participatif Ulule. Une goutte d'eau, mais cet appel aux dons a provoqué un élan de sympathie et encouragé les salariés à faire une offre de reprise, acceptée par le tribunal début novembre.

      "Sauvez Terra Eco, nous avons besoin de vous" : l'appel de ce mensuel, au bord de la faillite après dix ans d'existence, lui a rapporté plus de 100.000 euros en trois semaines sur Ulule. Grâce à une campagne d'abonnement et à l'apport d'actionnaires extérieurs, il a pu récolter en tout 450.000 euros. "Cela va nous remettre à flots et nous permettre de nous développer en 2015 pour redevenir rentable", assure son directeur de la rédaction, David Solon.

      "Charlie est en danger", proclame aussi l'hebdomadaire satyrique sur son site. "Pas question pour nous d'augmenter le prix de vente, pourtant il faut qu'on trouve rapidement les moyens de continuer à exister", plaide-t-il. Un appel au secours qui lui a rapporté 28.000 euros en une dizaine de jours, loin toutefois de son objectif d'un million d'euros.

      "On vend 30.000 exemplaires chaque semaine, il en faudrait 35.000 pour être à l'équilibre", explique à l'AFP Charb, directeur de la publication.

      Lourdement déficitaire, L'Humanité espère à nouveau lever 1 million d'euros, comme en 2010-2011. L'Huma a vu ses ventes tomber autour des 40.000 exemplaires. "Il n'y a pas d'équilibre à moins de 60.000 exemplaires par jour", s'inquiète son directeur Patrick Le Hyaric. "Cette année, nous serons vraisemblablement à 2 millions d'euros de déficit".

      - 'Soins palliatifs' -

      "Il y a une accélération des appels aux dons, qui montre que la crise s'étend désormais à toute la presse", souligne l'économiste des médias Patrick Eveno. "L'appel aux lecteurs est depuis le début du XXe siècle une vieille tradition dans la presse militante d'extrême-droite ou d'extrême gauche".

      L'Humanité a ainsi lancé dès les années 20 des comités de défense du quotidien, puis la fête de l'Huma pour sauver le journal, rappelle-t-il. Cette pratique s'est étendue à Libération dans les années 70, puis à des journaux comme Le Monde ou Témoignage Chrétien qui ont créé un petit actionnariat des lecteurs.

      "Maintenant toute la presse est touchée par la crise : l'appel aux lecteurs est un moyen de trouver un peu de capital relativement facilement, et nous en verrons sans doute d'autres. Mais ce sont des soins palliatifs, qui ne font que reculer les échéances et les sommes en jeu sont très loin des besoins. Cela ne sauvera pas les journaux", conclut-il.

      Depuis quelques années, deux systèmes permettent aux journaux de récolter des dons plus facilement. D'une part, les associations Presse et Pluralisme pour la presse écrite et J'aime l'info pour la presse en ligne. Elles récoltent les dons et offrent aux donateurs les avantages fiscaux du mécénat (déduction de 66%, jusqu'à 20% du revenu imposable). Un système réservé aux medias généralistes.

      "Aujourd'hui, 36 titres, contre 18 en 2013, sont inscrits au dispositif de Presse et Pluralisme", remarque François d'Orcival, son président. "Ces appels aux dons marchent car les lecteurs des publications d'information générale et politique y sont très attachés".

      Une entreprise de presse ne peut en principe bénéficier d'un mécénat. "Mais Presse et Pluralisme agit en faveur de plusieurs journaux, et donc du pluralisme, ce qui la rend éligible" au dispositif, explique Denis Bouchez, directeur général du Syndicat de la presse quotidienne nationale. Bercy a donné son feu vert en 2007.

      Autre système pour récolter des fonds: les plateformes de financement participatif, sans défiscalisation mais pouvant mobiliser les internautes, comme Ulule, que la presse utilise de plus en plus.

      "En principe, ce système est fait pour aider des projets nouveaux, mais nous avons de plus en plus de titres existants", remarque Mathieu Maire du Poset, directeur général adjoint d'Ulule.







    • Allemagne: l'inflation au plus bas depuis près de 5 ans en novembre - 27/11/2014

      L'inflation en Allemagne, première économie européenne, a atteint en novembre son plus bas niveau depuis presque cinq ans, selon un chiffre provisoire qui ravive les craintes de déflation en zone euro et pourrait inciter la BCE à agir encore davantage.

      La hausse des prix en Allemagne a ralenti à 0,6% sur un an en novembre, selon une première estimation jeudi de l'Office fédéral des statistiques Destatis, conforme aux attentes du consensus d'analystes réalisé par l'agence Dow Jones Newswires.

      La dernière fois que l'inflation allemande a été inférieure à 0,6% en glissement annuel remonte à février 2010. D'août à octobre, la hausse des prix en Allemagne a stagné à 0,8%.

      Le pays, comme ses voisins, est aux prises depuis des mois avec une baisse des prix de l'énergie et une hausse très modérée de ceux de l'alimentation.

      En novembre, les prix de l'énergie ont accentué leur repli (-2,5% sur un an après -2,3% en octobre), tandis que ceux des aliments sont restés stables sur un an.

      "Mais même en excluant les prix de l'énergie et de l'alimentation, volatiles, l'inflation a affiché un ralentissement", sans doute dû à une baisse des tarifs des voyagistes durant ce mois, précise Marco Wagner, analyste chez Commerzbank.

      Et pour les mois à venir, "le recul récent des prix de l'énergie - s'il est durable et n'est pas compensé par un affaiblissement des changes - pourrait amener l'inflation en Allemagne encore plus bas", ajoute son confrère Carsten Brzeski d'ING.

      L'évolution des prix en Allemagne a un impact significatif sur l'inflation de l'ensemble de la zone euro, qui demeure très loin de l'objectif "inférieur mais proche de 2%" affiché par la Banque centrale européenne (BCE).

      La première estimation de l'inflation dans la zone euro en novembre, attendue vendredi, pourrait afficher un ralentissement à 0,3% sur un an après 0,4% en octobre, pronostiquaient les analystes de BayernLB.

      Le ralentissement en Allemagne et une nouvelle chute "décevante" des prix à la consommation en Espagne, la cinquième consécutive, devraient avoir pesé sur le chiffre européen.

      L'indice des prix harmonisés à la consommation (IPHC), utilisé comme référence par la BCE, s'établit à 0,5% sur un an en novembre pour l'Allemagne. Et sur un mois, les prix à la consommation ont été stables.

      Au vu des chiffres allemands, "la BCE va rester sous pression pour fournir davantage de soutien pour réduire les risques de déflation", estimait jeudi Jennifer McKeown, analyste chez Capital Economics.

      La banque centrale a déployé depuis le mois de juin un vaste arsenal de mesures, qui incluent des prêts au banques ainsi que des rachats d'actifs, afin de soutenir l'économie et relancer l'inflation.

      Un de ses dirigeants a souligné mercredi que la BCE n'agirait pas plus avant d'avoir pu mesurer les premiers résultats de ces initiatives, ce qui ne sera possible qu'au cours du premier trimestre 2015.







    • Le pétrole chute à de nouveaux plus bas depuis quatre ans - 27/11/2014

      Les cours du pétrole ont chuté jeudi à de nouveaux plus bas depuis 2010 après la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de maintenir son objectif de production à 30 millions de barils par jour malgré la surabondance actuelle sur le marché.

      Vers 14H50 GMT, le Brent et le WTI ont tous deux chuté brutalement, marquant des plus bas depuis fin août 2010, à respectivement 74,36 dollars le baril et 70,87 dollars le baril.







    • Des pistes contre le "manque d'audace" français - 27/11/2014

      La France menacée par un "manque d'audace" doit assouplir son marché du travail, surveiller la hausse des salaires et réduire ses dépenses, tandis que l'Allemagne, qui risque "le contentement excessif", doit investir, accueillir plus d'immigrés et encourager le travail des femmes, selon un rapport franco-allemand présenté jeudi à Paris.

      Les économistes Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein, chargés par les gouvernements français et allemand de donner des pistes de croissance pour les deux pays, demandent aussi un effort européen d'investissement plus significatif dans ce texte très attendu.

      Ils jugent que là où la France est confrontée à des besoins de réformes "urgentes et précises", l'Allemagne doit cesser de "procrastiner" face à de "sérieux défis de long terme".

      MM. Pisani-Ferry et Enderlein jugent que la France doit donner aux entreprises la possibilité d'aménager plus facilement le temps de travail; encourager l'embauche à durée indéterminée en rendant les coûts et délais des licenciements "plus prévisibles"; et enrayer les hausses de salaires déconnectées de l'activité en allongeant à trois ans au lieu d'un an le délai entre négociations salariales, ou en revoyant le calcul du Smic.

      La France devrait aussi "se donner un objectif" de dépenses publiques, en promettant de les ramener à 50% du Produit intérieur brut (PIB) contre 55% en 2013.

      Le rapport n'est pas non plus avare de recommandations pour l'Allemagne où "le succès des réformes passées (...) détourne l'attention des sérieux défis de long terme".

      La "principale faiblesse" de l'Allemagne est sa démographie très ralentie, et pour y remédier "l'immigration doit augmenter", de manière à accueillir 300.000 personnes par an.

      Le rapport préconise aussi d'encourager le travail des femmes, par la fiscalité et par la loi, au lieu de décourager les mères de travailler à temps plein.

      La première économie européenne devrait aussi investir 24 milliards d'euros supplémentaires dans les trois ans qui viennent, selon le rapport. Soit plus du double des 10 milliards d'euros d'investissements promis par Berlin d'ici 2018.

      Enfin MM. Pisani-Ferry et Enderlein vont plus loin que le plan présenté mercredi par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui prévoit de dégager 21 milliards d'euros de fonds européens pour financer au total 315 milliards d'euros de projets.

      Pour les économistes, cette mise de départ est insuffisante et il faudrait que les Etats mettent 30 milliards d'euros de plus sur la table. M. Juncker a d'ailleurs lui-même déjà appelé les capitales européennes à apporter leurs deniers à son initiative.







    • Le taux d'emprunt à 10 ans de la France, au plus bas historique, passe sous les 1% - 27/11/2014

      Le taux d'emprunt à 10 ans de la France a atteint un nouveau plus bas historique, passant sous le seuil des 1,00% jeudi sur le marché obligataire, les investisseurs nourrissant l'espoir de voir la BCE renforcer son programme de soutien à l'économie.

      Vers 14H34 (13H34 GMT), le rendement à 10 ans de la France est tombé à 0,997% après avoir atteint 0,996%, dans un mouvement de recul des taux généralisé sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. La veille, il avait terminé à 1,051%.

      La dette française est considérée comme faisant partie des plus sûres en zone euro, avec notamment le Bund allemand, qui sert de valeur de référence à l'ensemble du marché obligataire.

      Côté allemand, le taux continuait également son mouvement de détente, s'inscrivant à 0,702% après avoir atteint 0,700%. La veille, il avait terminé la séance à 0,735%.

      Le recul des taux, déjà à des niveaux très bas, s'est encore accentué sous l'effet d'un discours prononcé par le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi vendredi.

      "Nous sommes prêts à recalibrer l'ampleur, le rythme et la composition de nos achats (d'actifs) si nécessaire" et ce "sans délai indu", avait alors déclaré M. Draghi lors d'un congrès bancaire à Francfort.

      Des déclarations dans le même sens du vice-président de l'institution monétaire mercredi ont alimenté le mouvement.

      Depuis, les opérateurs nourrissent l'espoir de voir l'institution de Francfort aller encore plus loin dans son soutien à l'économie en zone euro, notamment en rachetant de la dette souveraine sur le marché secondaire.

      La BCE a multiplié les initiatives de soutien à l'économie ces derniers mois mais les indicateurs provenant de la zone euro continuent d'être mitigés.

      En Allemagne, l'inflation a reculé à 0,6% sur un an en novembre, son plus bas niveau depuis cinq ans. En Espagne, les prix à la consommation ont reculé de 0,5% en novembre sur un an, soit leur cinquième mois consécutif de baisse.

      Le rendement à 10 ans de l'Espagne était à 1,886%, après avoir atteint un point bas à 1,916% la veille pour terminer à 1,977% à la clôture.

      Celui de l'Italie évoluait à 2,084% après avoir atteint un nouveau plus bas à 2,080%. La veille, il avait terminé à 2,160%.

      Sur le marché de la dette, les taux évoluent en sens inverse de la demande, c'est-à-dire que plus les dettes sont recherchées, plus leur taux baisse, offrant ainsi aux États des conditions de financement de plus en plus attractives.

      Les investisseurs acceptent pour leur part une rémunération moindre en échange de la sécurité de leur placement.







    • Cardoen vend des voitures neuves via internet - 27/11/2014
      La chaîne Cardoen a lancé la vente de véhicules neufs via internet. Mercredi dernier, une première voiture, une Skoda Fabia, a été vendue via ce nouveau canal, indique jeudi Cardoen.
      Les voitures de Cardoen, vendues via son webshop, sont issues des 25 différentes marques que le groupe a en stock. "Il s'agit d'un show-room virtuel de plus de 1.000 voitures. On y trouve des véhicules neufs et de très jeunes occasions", précise le vendeur. (Belga)










    RTL info : Sport

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Europa League: voici les Belges déjà qualifiés pour les 16es de finale - 28/11/2014
      L'Inter Milan, Naples et Tottenham se sont qualifiés pour les 16e de finale de l'Europa League à l'issue de la 5e et avant-dernière journée de la phase de poules disputée jeudi.
       
      Ces trois clubs ont été imités par Besiktas, le Celtic Glasgow, Feyenoord, Everton, le Dynamo Kiev et Trabzonspor.
       
      Le Napoli n'a pas forcé son talent au Sparta Prague (0-0) mais l'essentiel est fait dans le groupe I pour le 3e de la Serie A. L'Inter, incapable de décoller en championnat (9e), s'est offert un peu de réconfort en venant à bout de Dniepropetrovsk (2-1) dans la poule F malgré une infériorité numérique durant la quasi-totalité de la seconde période après l'exclusion de Ranocchia à la 47e minute.
       
      Pour Tottenham (groupe C), le but de Benjamin Stambouli juste après la pause a fait la différence contre le Partizan Belgrade (1-0).
       
      Le tenant du titre devra en revanche attendre encore un peu dans la poule G. La cuisante défaite du FC Séville à Feyenoord (2-0) a fait les affaires des Néerlandais, qualifiés, et oblige du même coup les Andalous à un dernier effort face à Rijeka dans deux semaines.
       
      La rencontre entre Estoril et le PSV Eindhoven a été interrompue à la mi-temps en raison des intempéries alors que les Portugais menaient 3-2. Elle reprendra vendredi à 16h00 GMT, a indiqué l'UEFA sur son compte Twitter.


      Groupes par groupes:

      Groupe C: Besiktas (TUR), Tottenham (ENG) avec Jan Vertonghen, Nacer Chadli et Moussa Dembélé
       
      Groupe D: Red Bull Salzbourg (AUT) avec Massimo Bruno, Celtic Glasgow (SCO) avec Jason Denayer
       
      Groupe E: Dynamo Moscou (RUS)

      Groupe F: Inter Milan (ITA)

      Groupe G: Feyenoord (NED)
       
      Groupe H: Everton (ENG) avec Romelu Lukaku et Kevin Mirallas
       
      Groupe I: Naples (ITA) avec Dries Mertens
       
      Groupe J: Dynamo Kiev (UKR)
       
      Groupe K: Fiorentina (ITA)
       
      Groupe L: Legia Varsovie (POL), Trabzonspor (TUR)






    • Europa League: voici les clubs déjà qualifiés pour les 16es de finale - 27/11/2014
      L'Inter Milan, Naples et Tottenham se sont qualifiés pour les 16e de finale de l'Europa League à l'issue de la 5e et avant-dernière journée de la phase de poules disputée jeudi.
       
      Ces trois clubs ont été imités par Besiktas, le Celtic Glasgow, Feyenoord, Everton, le Dynamo Kiev et Trabzonspor.
       
      Le Napoli n'a pas forcé son talent au Sparta Prague (0-0) mais l'essentiel est fait dans le groupe I pour le 3e de la Serie A. L'Inter, incapable de décoller en championnat (9e), s'est offert un peu de réconfort en venant à bout de Dniepropetrovsk (2-1) dans la poule F malgré une infériorité numérique durant la quasi-totalité de la seconde période après l'exclusion de Ranocchia à la 47e minute.
       
      Pour Tottenham (groupe C), le but de Benjamin Stambouli juste après la pause a fait la différence contre le Partizan Belgrade (1-0).
       
      Le tenant du titre devra en revanche attendre encore un peu dans la poule G. La cuisante défaite du FC Séville à Feyenoord (2-0) a fait les affaires des Néerlandais, qualifiés, et oblige du même coup les Andalous à un dernier effort face à Rijeka dans deux semaines.
       
      La rencontre entre Estoril et le PSV Eindhoven a été interrompue à la mi-temps en raison des intempéries alors que les Portugais menaient 3-2. Elle reprendra vendredi à 16h00 GMT, a indiqué l'UEFA sur son compte Twitter.


      Groupes par groupes:

      Groupe C: Besiktas (TUR), Tottenham (ENG)
       
      Groupe D: Red Bull Salzbourg (AUT), Celtic Glasgow (SCO)
       
      Groupe E: Dynamo Moscou (RUS),

      Groupe F: Inter Milan (ITA)

      Groupe G: Feyenoord (NED)
       
      Groupe H: Everton (ENG)
       
      Groupe I: Naples (ITA)
       
      Groupe J: Dynamo Kiev (UKR)
       
      Groupe K: Fiorentina (ITA)
       
      Groupe L: Legia Varsovie (POL), Trabzonspor (TUR)






    • Europa League: un match interrompu car le terrain est inondé (vidéo) - 27/11/2014
      La rencontre d'Europa League entre Estoril et le PSV Eindhoven, comptant pour la 5e journée du Groupe E, a été interrompue à la mi-temps (3-2) en raison de fortes intempéries et la seconde période sera reportée à vendredi (16h00 GMT), a indiqué jeudi l'UEFA. "En raison des conditions météorologiques, les responsables de l'UEFA ont décidé d'arrêter la rencontre. Le match sera reporté vendredi à 17h00" locales, a indiqué l'UEFA sur son compte Twitter.


      Ci-dessous, vous pouvez découvrir la vidéo du compte Twitter officiel du PSV Eindhoven ainsi que le tweet de l'UEFA:






    • Europa League: Bruges peut remercier un tout grand Mathew Ryan (vidéo) - 27/11/2014
      Les Blauw en Zwart devront donc patienter jusqu'à la dernière journée pour être certains d'accéder au prochain tour. Ils seront qualifiés le 11 décembre s'ils ne perdent pas à domicile face aux Finlandais par plus de trois buts d'écart. Autant dire que la qualification est en bonne voie.

      Opposés aux coéquipiers de Jean-François Gillet, resté toute la rencontre sur le banc des remplaçants, les Brugeois ont réussi à tenir le Torino en échec. Lors d'une première période mouvementée, seuls les buts a manqué à l'appel. Malgré un premier acte à l'avantage des Italiens, les Brugeois ont réussi à rétablir l'équilibre grâce à des tentatives dangereuses de Vasquez (23e) et de Castillo (28e). En seconde période, ce sont à nouveau les Italiens qui se montrent les plus entreprenants grâce, notamment, à deux occasions coup sur coup de El Kaddouri (57e) et de Martinez (57e) mais un grand Mat Ryan a permis au Club de préserver son domaine. Dans une dernière demi-heure entièrement à l'avantage du Torino, le FC Bruges s'est contenté de subir sans réagir. Grâce à un Ryan héroïque, le FC Bruges s'en est finalement sorti indemne et repart de Turin avec un bon point.






    • Un lob sublime en Europa League (vidéo) - 27/11/2014
      L'ASSE, toujours aussi inefficace, 2e ex-aequo du groupe F avec Qarabag (5 points), peut toujours décrocher la qualification pour les 16es de finale mais ne maîtrise plus son destin même en gagnant sur le terrain des Ukrainiens du FC Dniepro (4e, 4 points), le 11 décembre, lors de l'ultime journée.

      Vüqar Nadirov a ouvert la marque pour Qarabag en lobant le gardien Stéphane Ruffier, un peu avancé, après s'être aidé du bras dans sa prise de balle à la réception d'une passe en profondeur de Maksim Medvedev (15e), l'unique action de l'équipe azérie au cours de cette rencontre. Regardez la vidéo (à droite).






    • Ivan Vukomanovic: "On n'était pas assez concentré" - 27/11/2014
      Une défaite synonyme d'élimination pour les Rouches, 4es et derniers avec 4 points derrière Feyenoord (2-0 contre Séville), 9 points, Séville, 8, et Rijeka 7. "On a été sous pression", a déclaré Ivan Vukomanovic au micro de notre journaliste à l'issue de la rencontre. "On n'était pas bien en place, pas assez concentré. Puis, on a eu cette mauvaise réaction avec ce penalty... Pourtant, on savait bien avant le match comment jouait Rijeka, invaincu à domicile et dominant. En deuxième mi-temps, on a su gérer même avec un homme en moins. On a su se créer des occasions, un but refusé et peut-être un penalty. On a eu envie de montrer nos qualités. Cette réaction m'a bien plue. C'est dommage pour nous, mais on est élminé. Maintenant, il faut bien terminer la campagne contre Feyenoord".






    • Lukaku et Mirallas font le show, De Bruyne à la peine (vidéo) - 27/11/2014
      Après s'être débarrassé de Malanda, Lukaku, lancé en profondeur par Kevin Mirallas, n'a eu aucun mal à tromper le portier des Loups, Diego Benaglio, juste avant la pause (0-1, 43e). Un avantage heureux pour les Toffees lors d'un premier acte dominé par Wolfsburg. Dès l'entame de la seconde période, Kevin De Bruyne a fait tourner la défense d'Everton en décochant trois frappes dangereuses en l'espace de 15 minutes. Malheureusement pour lui, c'est un autre Belge qui réussissait à faire la différence. Après un brillant contrôle, Lukaku a rendu la pareille à Mirallas, bien lancé vers le but. Sans trembler, le Liégeois scellait le score du match (75e, 0-2).






    • Sans gloire, le Standard est éliminé de l'Europa League (vidéo) - 27/11/2014
      Le Standard voulait gagner jeudi à Rijeka afin d'augmenter ses chances de qualification au terme de la 5e et avant-dernière journée du Groupe H de l'Europa League. Mais il est rentré bredouille de Croatie, où il s'est en effet incliné 2-0. Une défaite synonyme d'élimination pour les Rouches, 4es et derniers avec 4 points derrière Feyenoord (2-0 contre Séville), 9 points, Séville, 8, et Rijeka 7.



      Cela a d'emblée chauffé devant Thuram, miraculeusement sauvé par Van Damme qui repoussa in extremis un tir du Brésilien Moises dans la lucarne à même la ligne de but (5e). Le gardien français du Standard fut ensuite battu par un envoi de Kramaric renvoyé par le poteau (21e). Finalement Rijeka dut quand même attendre la 25è pour ouvrir la marque par Moises, de la tête sur un corner du spécialiste Jajalo (ex-Cologne). Kramaric obtint et transforma un penalty pour doubler le score à la 33e (2-0), alors que le dernier défenseur fautif, Arslanagic, était exclu. Vinicius glissa le ballon entre les jambes du gardien Vargic en exploitant un centre au ras du sol de Milec à la 51e, mais en position hors-jeu. Il reprit ensuite de la tête un centre de Mpoku, le ballon étant semble-t-il dévié en corner par la main d'un défenseur (56e). L'arbitre suisse Stéphan Studer ne broncha pas. Deux belles possibilités de réduire le score venaient de s'envoler. La défaite des Rouches aurait encore pu être remise en question par Mpoku à la 79e, mais Vargic écarta son coup franc.






    • Europa League: Lokeren éliminé avec les honneurs (vidéo) - 27/11/2014
      Dans un match où la défaite était interdite, Lokeren s'est imposé 1-0 face au Legia Varsovie, 1er du groupe L, lors de la 5e journée de l'Europa League jeudi soir au Daknam. Une victoire hélas inutile en vue d'une qualification pour le prochain tour car au même moment, Trabzonspor s'est imposé 3-1 face au Metalist Kharkiv et valide ainsi son ticket pour les seizièmes de finale.

      Après son partage 1-1 concédé à domicile face aux Turcs lors de la 4e journée, Lokeren se devait de créer l'exploit contre le Legia Varsovie, premier du groupe L avec quatre victoires en autant de rencontres. Les Waeslandiens ont admirablement bien débuté la rencontre grâce à un but de Hans Vanaken tombé dès la 7e minute de jeu. Bien servi dans le grand rectangle par Junior Dutra, le jeune espoir belge a mystifié le portier adverse, Kuclak, d'une lourde frappe en pleine lucarne. Malgré une première période dominée par les Polonais, Lokeren a su conserver son avantage d'un but. En seconde période, les hommes de Maes sont remontés sur la pelouse avec la ferme intention de réaliser le break. Via Overmeire d'abord, grâce à une frappe non cadrée à la 47e, et via De Pauw ensuite (51e et 60e). Le score ne changera plus malgré 3 occasions consécutives de Persoons, Dessers et Remacle en toute fin de rencontre. Une victoire au goût amer pour Lokeren car les Waeslandiens sont officiellement éliminés de la compétition à la suite de la victoire de Trabzonspor.
    • Lille tenu en échec à Krasnodar, Origi même pas convoqué! (vidéo) - 27/11/2014
      Lille, qui a été tenu en échec (1-1) jeudi sur la pelouse des Russes du FC Krasnodar lors de la cinquième journée de l'Europa League (groupe H), est quasiment éliminé de la compétition. le Diable Rouge Divock Origi n'était même pas sur la feuille de match et ce, pour le laisser tout simplement au repos en vue du prochain match du LOSC contre Bordeaux, dimanche, en Ligue 1. Il faudrait désormais un miracle (défaite de Wolfsburg à domicile jeudi face à Everton, puis une victoire du Losc contre les Allemands lors de la dernière journée) pour que les hommes de l'entraîneur René Girard atteignent les 16e de finale.






    • Thomas Vermaelen va se faire opérer mardi: il sera indisponible 5 mois! - 27/11/2014
      Le défenseur Thomas Vermaelen, transféré d'Arsenal au FC Barcelone cet été alors qu'il était blessé, va devoir être opéré aux ischio-jambiers d'une cuisse et sera indisponible "quatre à cinq mois" supplémentaires, a annoncé jeudi le club catalan, avec lequel le Diable Rouge n'a encore disputé aucun match officiel.  L'intervention se déroulera mardi prochain en Finlande. Elle sera dirigée par le docteur Sakiri Orava, précise le Barça dans un communiqué.


      Aucun match avec le Barça

      Vermaelen a été transféré pour une somme estimée à 15 millions de livres (19 millions d'euros) par la presse. Depuis son arrivée en Catalogne, Vermaelen n'a fait aucune apparition en équipe première, se contentant d'un match amical avec la réserve du club contre la sélection indonésienne des moins de 19 ans (6-0) mi-septembre, un match où il avait au passage marqué un but. Mais ses continuelles rechutes, de sa blessure subie au Mondial au Brésil face à la Russie, ont sans doute convaincu le Barça d'en passer par une opération.






    • Rijeka - Standard: suivez le match en DIRECT VIDEO - 27/11/2014
      Le Standard s'est déplacé sans Jeff Louis en Croatie mercredi matin où le club liégeois doit jouer face à Rijeka pour le compte de la 5e journée de l'Europa League dans le groupe G, jeudi. "Pour raisons administratives, Jeff Louis ne fait pas partie de la délégation. Il est remplacé par Viera", a communiqué le Standard. Selon les journalistes effectuant le voyage en Croatie, c'est un problème de passeport qui est la cause de ce changement. Le visa du joueur haïtien du Standard ne serait pas en ordre.


      Les compos probables:

      NK Rijeka:  Vargic, Tomecak, Samardzic, Leskovic, Vesovic, Jugovic, Jajalo, Cvijanovic, Sharbini, Kramaric, Krstanovic

      Standard: Thuram, Milec, Arslanagic, Ciman, Van Damme, Mpoku, Trebel, De Sart, Mujangi Bia, Vinicius, De Camargo.

      Arbitre: Stéphane Studer






    • L'UEFA ouvre une enquête contre Anderlecht - 27/11/2014
      L'UEFA a ouvert jeudi une procédure disciplinaire à l'encontre de Bâle et d'Anderlecht au lendemain de leurs matches de Ligue des champions.
       
      L'instance disciplinaire reproche au club suisse, battu 1-0 par le Real Madrid (groupe B) "l'envahissement du terrain par des supporteurs".
       
      Anderlecht (2-0 contre Galatasaray dans le groupe D) est dans le collimateur de l'instance disciplinaire pour "organisation insuffisante" et "jets de projectiles".
       
      Les deux cas seront étudiés le 11 décembre.
       
      Par ailleurs, les fédérations de Bulgarie et Croatie ont écopé d'amendes (respectivement 95.000 et 60.000 euros) en raison de l'usage de fumigènes dans les tribunes lors de la confrontation des équipes nationales le 10 octobre à Sofia (0-1) en qualifications à l'Euro-2016.






    • Europa League: voici la compo du Standard - 27/11/2014
      Le Standard s'est déplacé sans Jeff Louis en Croatie mercredi matin où le club liégeois doit jouer face à Rijeka pour le compte de la 5e journée de l'Europa League dans le groupe G, jeudi. "Pour raisons administratives, Jeff Louis ne fait pas partie de la délégation. Il est remplacé par Viera", a communiqué le Standard. Selon les journalistes effectuant le voyage en Croatie, c'est un problème de passeport qui est la cause de ce changement. Le visa du joueur haïtien du Standard ne serait pas en ordre.


      Les compos probables:

      NK Rijeka:  Vargic, Tomecak, Samardzic, Leskovic, Vesovic, Jugovic, Jajalo, Cvijanovic, Sharbini, Kramaric, Krstanovic

      Standard: Thuram, Milec, Arslanagic, Ciman, Van Damme, Mpoku, Trebel, De Sart, Mujangi Bia, Vinicius, De Camargo.

      Arbitre: Stéphane Studer






    • Mons, au bord de la faillite, appelé à disparaître: le club a un mois pour se sauver - 27/11/2014
      Le Président de l'AEC Mons n'en peut plus. En 23 ans Domenico Leone a englouti des fortunes dans le club qu'il renonce à chiffrer pour ne pas s'évanouir. Il y a quelques mois encore, dans un geste qu'il qualifie lui même de pure inconscience, il a sauvé une dernière fois l'Albert en signant un chèque de plus de 400.000 euros. "Mais maintenant c'est fini", a-t-il lui même annoncé en conférence de presse jeudi après-midi au Stade Tondreau. "Mes administrateurs, les employés et les ouvriers du groupe que je dirige ne comprendraient pas et n'admettraient pas à juste titre, que je continue à jouer les mécènes à perte dans un club de football, compte tenu de la conjoncture. Cela rendrait ma position intenable en cas de licenciements ou de fermeture d'une de mes usines, même si ce n'est pas d'actualité. Je ne demande pas mieux de continuer à présider l'AEC Mons, mais plus dans les conditions actuelles. Et à partir de maintenant. Autrement dit il reste un mois pour trouver une solution. Aussi non il y aura aveu de faillite puisqu'aucun salaire de décembre ne pourra être payé...".

      Le manager général Pierre François a résumé la situation. "Le club est sain. Il n'a aucune dette et l'assurance de la Ville de Mons que les travaux pour la démolition et la reconstruction de la Tribune III débuteront dès cet été. Le seul problème mais il est de taille, c'est que malgré tous nos efforts de restrictions budgétaires, les charges sont et seront toujours plus importantes que les recettes en D2. En Jupiler Pro League le budget serait au minimum équilibré. Mais en attendant les 442 personnes du club concernées, dont 277 jeunes, ont été prévenues qu'on n'a plus le temps de patienter jusque là. Le président a besoin tout de suite d'un ou de plusieurs partenaires, voire carrément d'un repreneur. Il est ouvert à toutes les formules crédibles et prêt à partager ou à céder ses pouvoirs. Il l'a d'ailleurs toujours été. Une autre bouée de sauvetage serait le retour d'anciens sponsors qu'on a mis au courant de la situation, et/ou l'arrivée de nouveaux", a conclu Pierre François.  
    • Découvrez les matchs les plus "chers" du monde - 27/11/2014
      Dans les autres championnats, les confrontations les plus "chères" de cette saison ont été Manchester City-Chelsea (578 millions euros), Paris Saint-Germain-Marseille (503 millions euros), Bayern Munich-Borussia Dortmund (272 millions euros) et Inter-Naples (263 millions euros).

      Cette analyse montre l'impact grandissant de l'argent au plus haut niveau du football européen et la difficulté rencontrée par la grande majorité des équipes à se mettre au niveau des plus riches. Cette situation se traduit par une plus grande prédictibilité des résultats.
      Ainsi, les cinq équipes favorites d'après nos prédictions de début de saison occupent la première (Bayern Munich, Chelsea) ou la deuxième place (Paris St-Germain, Barcelone, Rome) de leur championnat respectif.






    • L'état de santé de Pelé empire, il est transféré en soins spécialisés - 27/11/2014
      "Edson Arantes do Nascimento (Pelé) est toujours hospitalisé (depuis lundi), dans un état clinique instable. Pour recevoir de meilleurs soins il a été transféré dans une unité de soins spécialisés", intermédiaire avant les soins intensifs, précise l'hôpital dans un communiqué. "Le patient a été transféré dans une chambre où il sera mieux surveillé mais ce n'est par une unité de soins intensifs, c'est une unité intermédiaire", a expliqué à l'AFP une porte-parole du service de l' hôpital Albert-Einstein. L'agent de la star brésilienne, Jose Fornos, a déclaré jeudi à l'AFP que Pelé était "fatigué" en raison du trop grand nombre de visites qu'il a reçues. "Pelé continue de recevoir ce traitement qui peut durer huit jours. Grâce à Dieu, il est conscient et peut bavarder", a-t-il ajouté.


      Quand sortira-t-il?

      C'est la deuxième fois en l'espace d'une dizaine de jours que le "roi Pelé" est hospitalisé dans cet établissement, après avoir subi une opération pour des calculs rénaux le 13 novembre. Il y était alors resté deux jours. Mercredi, un communiqué de cet hôpital où il est soigné depuis lundi, indiquait que Pelé recevait "une antibiothérapie intraveineuse", et que son état était "stable pour le moment". L'établissement ne s'est pas prononcé sur une éventuelle date de sortie.

      Pelé, auteur d'un record de 1281 buts en 1363 matches, est considéré comme le meilleur joueur de tous les temps.






    • L'état de santé de Pelé empire, il est transféré en soins intensifs - 27/11/2014
      Pelé, 74 ans, était toujours hospitalisé mercredi à Sao Paulo, où il recevait un traitement antibiotique pour soigner une infection urinaire. Ce jeudi, son état de santé s'est empiré. L'hôpital où la légende du football brésilien est soignée l'a transféré en soins intensifs.

      C'est la deuxième fois en l'espace d'une dizaine de jours que le "roi Pelé" est hospitalisé dans cet établissement, après avoir subi une opération pour des calculs rénaux le 13 novembre. Il y était alors resté deux jours. "Le patient Edson Arantes do Nascimento (Pelé) est toujours hospitalisé et reçoit une antibiothérapie intraveineuse, et son état est stable pour le moment", avait indiqué mercredi après-midi dans un communiqué l'hôpital Albert-Einstein de Sao Paulo, où Pelé est soigné depuis lundi soir. L'établissement ne s'est pas prononcé sur une éventuelle date de sortie.

      Pelé, auteur d'un record de 1281 buts en 1363 matches, est considéré comme le meilleur joueur du XXe siècle.






    • Europa League: voici le programme de la soirée - 27/11/2014
      Pour le FC Séville, tenant du titre, Naples, l'Inter Milan ou encore Tottenham et Everton, la 5e journée de l'Europa League doit, sauf accident, permettre de valider jeudi la qualification pour les 16e de finale.
       
      Pour l'heure, seuls la Fiorentina, Salzbourg, le Dinamo Moscou et le Legia Varsovie ont déjà composté leurs billets. Il en reste 20 à délivrer pour ce prochain tour où seront également reversés les huit clubs qui auront fini 3e de chaque groupe en Ligue des champions.
       
      Parmi les cadors en très bonne position pour poursuivre l'aventure en C3 en février prochain (les 16e se dérouleront les 19 et 26), figurent Naples et l'Inter Milan qui n'ont besoin que d'un nul, respectivement chez le Sparta Prague et contre Dniepropetrovsk.
       
      Pour le Torino, 4e et dernier représentant italien, une victoire dans le match au sommet du groupe B contre le FC Bruges peut suffire, si elle est conjuguée à un nul ou une défaite du FC Copenhague à Helsinki.
       
      Chez les Espagnols, un résultat de parité peut combler le FC Séville, mais la méfiance devra être de mise sur le terrain du Feyenoord, son actuel dauphin du groupe G.
       
      Villarreal, de son côté, devra viser la victoire face à Mönchengladbach, même si un nul peut tout aussi bien lui ouvrir la voie, tout comme au Borussia premier du groupe A.
       
      L'autre représentant de la Bundesliga, Wolfsburg est dans une situation analogue où une victoire voire un nul contre Everton, leader du groupe H, peut lui permettre d'atteindre les 16e de finale. Les Toffees, quant à eux, pourraient même en faire autant en dépit d'un revers concédé en Allemagne, si Lille et Krasnodar font match nul.
       
      Pour Tottenham, la voie semble aussi bien tracée. Une victoire à White Hart Lane sur le Partizan, dernier du groupe C, est attendue et serait préférable, mais la qualification pourrait être aussi actée malgré un nul voire une défaite, surtout si le Besiktas valide son billet avec un succès ou un nul chez l'Asteras Tripolis.
       
      Enfin, le Celtic Glasgow peut également envisager disputer les 16e de finale, tout comme le PSV Eindhoven, le Dynamo Kiev et même Guingamp, surprenant "Petit Poucet" français.






    • Europa League: le Standard privé de Jeff Louis - 27/11/2014
      Le Standard s'est déplacé sans Jeff Louis en Croatie mercredi matin où le club liégeois doit jouer face à Rijeka pour le compte de la 5e journée de l'Europa League dans le groupe G, jeudi. "Pour raisons administratives, Jeff Louis ne fait pas partie de la délégation. Il est remplacé par Viera", a communiqué le Standard. Selon les journalistes effectuant le voyage en Croatie, c'est un problème de passeport qui est la cause de ce changement. Le visa du joueur haïtien du Standard ne serait pas en ordre.











    RTL info : Hi-Tech

    Site : http://www.rtlinfo.be

    • Jeu vidéo: vivez la guerre, la vraie, dans "This War of Mine" - 26/11/2014

      " Incarner " n'est pas le bon mot. Dans This War of Mine, le joueur suit et contrôle dans une certaine mesure les (més)aventures d'un groupe de civils en temps de guerre et doit veiller à leur survie.

      Le jeu se déroule en deux temps : on gère en journée la demeure qui sert de refuge à nos rescapés, créant des accessoires indispensables à leur santé, comme une chaudière pour se protéger du froid ou un lit pour ne pas s'esquinter le dos sur le parquet. Sans compter les barricades censées dissuader les pillards nocturnes.

      Quand tombe la nuit, l'un des survivants sort de son abri de fortune pour piller d'autres maisons, magasins ou écoles servant de refuges. C'est là que le joueur se voit confronté aux atrocités de la guerre. Plus question ici d'incarner le soldat Rambo-esque qui tire sur des hordes d'ennemis déshumanisés. Le joueur doit poser le choix moral - ou non - de piller les vivres d'autres quidams, soit leur faire subir ce qu'il prie d'éviter jour après jour. Une considération éthique qui vient perturber notre confort quotidien et nous amène à nous poser une question aussi simple qu'effrayante : " et si ça nous arrivait à nous ? ".

      Une perspective qui suscite l'effroi et aborde les considérations morales de la guerre, que nous avons banalisée malgré nous. En cause, une surmédiatisation du phénomène et une industrie du divertissement où films, jeux et livres l'ont érigé en acte de noblesse.

      Or, la guerre se traduit avant tout par un quotidien funeste et pourtant si absurde qu'il est rafraîchissant de voir un jeu vidéo traiter la question sous une forme humaine, comme l'ont fait les excellents films Outrages de Brian de Palma (1989) ou Full Metal Jacket de Stanley Kubrick (1987) avant lui. Bravo aux développeurs polonais de 11 bit studios pour ce parti pris.

       

      > D'autres liens de Gameplay.be :














    • Avant-goût du futur: le T-shirt connecté pourrait débarquer en 2015 - 26/11/2014
      Ce produit, qui pourrait être mis en vente en 2015 auprès du grand public dans le cadre de grands événements sportifs, est conçu à partir de technologies mises au point par Cityzen Sciences, firme qui fédère autour d'elle plusieurs spécialistes français des tissus techniques.

      Les textiles conçus par Cityzen permettent de mesurer des facteurs physiologiques et physiques sur les sportifs grâce à l'intégration complète de micro-capteurs et fils électriques.

      Rendu sensible et communicant, un tel tissu peut collecter des données comme la fréquence cardiaque et respiratoire, la température corporelle, l'accélération ou la localisation, puis les faire remonter vers un smartphone via une liaison de proximité sans fil Bluetooth.

      "La technologie de Cityzen se distingue de celles qui existent par ailleurs aux Etats-Unis ou même au Japon par le fait que le fil électrique est parfaitement intégré dans le textile, ce qui autorise le lavage", détaille M. Errant.

      Selon lui, "on ne voit pas la différence avec un T-shirt banal, et on ne sent quasiment rien au toucher ni au corps", ce qui différencie ce produit des ceintures ou bracelets dédiés au suivi de la condition physique.

      Les capteurs utilisés sont issus des grandes universités et de centres de recherche. Pour le moment, l'alimentation se fait via un petit boîtier entre les deux omoplates, mais Cityzen travaille sur la récupération énergétique corporelle qui permettrait d'éliminer la batterie.

      Asics apporte de son côté tout son savoir-faire en matière de conception et sa très bonne connaissance du comportement du coureur pour optimiser l'intégration des technologies dans le vêtement.

      La société nippone prévoit en outre de combiner le produit avec un ensemble de services en ligne de conservation et d'analyse des données collectées.






    • Blood Sport : quand les jeux vidéo vous pompent (vraiment) le sang - 25/11/2014

      Taran Chadha et Jamie Umpherson travaillent depuis plusieurs années dans l'industrie du jeu vidéo. Leur dernier concept, Blood Sport, lie la dimension ludique du jeu vidéo à l'oeuvre de bienfaisance. En effet, les compères souhaitent sensibiliser le (grand) public au don du sang.

      Comment ? En créant un dispositif relié à la manette qui prélève votre sang chaque fois que celle-ci vibre. Concrètement, si vous recevez un coup de poing ou de feu durant votre partie, vous perdez quelques gouttes.

      Rassurez-vous, les développeurs ne cherchent pas à vous vider de votre hémoglobine. Blood Sport n'a pas vocation à s'importer dans le foyer des joueurs mais souhaite investir les salons de jeux vidéo ainsi que les cliniques afin de conscientiser la population sur l'importance du don du sang dans un environnement ludique et encadré.

      Hélas, la campagne Kickstarter lancée il y a quelques jours par le duo a été suspendue hier, éprouvant des difficultés à récolter les 250.000 dollars canadiens requis (soit près de 180.000 euros). Nous attendons désormais de voir si Chadha et Umpherson auront l'intention de recourir à un autre moyen pour subventionner leur projet, n'ayant donné aucune explication quant à la suspension de la campagne.

       



       

      > Autres liens :













    • Jeu vidéo: il se crée un "cockpit spatial" pour 3.700 euros - 24/11/2014

      Comme tout autre médial culturel, le jeu vidéo provoque chez ses adeptes un besoin obsessionnel de consommer qu'il n'est pas toujours facile de contrôler.

      Entre l'achat impulsif des derniers gadgets gaming et la volonté psychotique de compléter sa collection de jeux, il y a de quoi dépenser beaucoup de sous, le jeu vidéo étant l'un des médias les plus chers du marché.

      Le joueur allemand Markus Boesen a vu plus loin et a concrétisé son rêve : voler à bord d'un cockpit de fortune, conçu en amont de la sortie du jeu Elite : Dangerous, prévu sur PC pour le 16 décembre prochain.

      Avec une facture s'élevant à 3.700 euros, Boesen s'est offert trois vidéoprojecteurs, une interface tactile, un casque, un joystick, une carte graphique, une chaise de bureau (etc.) pour se retrouver face à trois écrans donnant l'impression de voler dans l'espace.

      Reste à espérer que le jeu qu'il chérit tant soit à la hauteur de ses dépenses...

       

      > D'autres articles de Gameplay.be






       

       







    • Jeu vidéo: il se crée un "cockpit spatial" pour 3.700 euros - 24/11/2014

      Comme tout autre médial culturel, le jeu vidéo provoque chez ses adeptes un besoin obsessionnel de consommer qu'il n'est pas toujours facile de contrôler.

      Entre l'achat impulsif des derniers gadgets gaming et la volonté psychotique de compléter sa collection de jeux, il y a de quoi dépenser beaucoup de sous, le jeu vidéo étant l'un des médias les plus chers du marché.

      Le joueur allemand Markus Boesen a vu plus loin et a concrétisé son rêve : voler à bord d'un cockpit de fortune, conçu en amont de la sortie du jeu Elite : Dangerous, prévu sur PC pour le 16 décembre prochain.

      Avec une facture s'élevant à 3.700 euros, Boesen s'est offert trois vidéoprojecteurs, une interface tactile, un casque, un joystick, une carte graphique, une chaise de bureau (etc.) pour se retrouver face à trois écrans donnant l'impression de voler dans l'espace.

      Reste à espérer que le jeu qu'il chérit tant soit à la hauteur de ses dépenses...

       

      > D'autres articles de Gameplay.be






       

       







    • C'est la journée mondiale du jeu vidéo: quelles sont les tendances de l'année ? - 21/11/2014

      Fin 2013, l'IDATE, le think tank spécialisé dans l'économie multimédia en Europe, publiait un rapport sur les chiffres de l'industrie vidéoludique, estimée à 66 milliards d'euros. Un montant astronomique qui devrait atteindre les 80 milliards d'ici 2016, suite à l'apparition sur le marché des consoles PlayStation 4 et Xbox One. Comprenez par là que le jeu vidéo se porte à merveille, avec une pratique hebdomadaire estimée à 12 heures par joueur, tous supports confondus.

      A propos de support, nous avons constaté deux tendances majeures ces dernières années, à commencer par la résilience du PC, enterré un peu trop vite au début du 21e siècle et qui a fini par (re)devenir la machine de prédilection de certains gamers. Un exploit réalisé grâce aux marchés virtuels proposant de gros jeux à petits prix, amortissant ainsi le coût d'un PC haut de gamme, nécessaire pour faire tourner les sorties récentes mais capable d'en sublimer la qualité graphique.

      La seconde tendance concerne l'invasion des tablettes et des smartphones, qui ont fait de l'ombre aux consoles portables, jusqu'à plonger la PlayStation Vita dans le noir. Nintendo propose quant à lui des jeux suffisamment attrayants pour que la 3DS survive à ce raz-de-marée mobile. Ce dernier s'accompagne d'un effet de mode qui a initié les non-joueurs au jeu vidéo avec des titres dits " casual " (Candy Crush, Flappy Bird, etc.), avant de proposer des jeux plus complexes aux adeptes de la discipline.

      Ces rebondissements rendent toute prédiction de l'avenir de l'industrie délicate. Une chose est certaine : le jeu vidéo a encore de beaux jours devant lui. Reste à savoir sous quelle forme, même si l'une des évolutions les plus probables porte sur l'importation du jeu vidéo dans son salon. La Wii de Nintendo et le détecteur de mouvements Kinect de Microsoft ont pavé la voie à l'Oculus Rift, racheté par Facebook en début d'année, et à d'autres appareils de réalité virtuelle. Rendez-vous dans quelques années pour faire le bilan.

       

      > D'autres articles de Gameplay.be :












    • Voilà ce qui vous attend si vous piratez le jeu vidéo Far Cry 4 - 20/11/2014

      Véritable fléau des éditeurs et autres garants de la propriété intellectuelle, le téléchargement illégal est devenu un phénomène généralisé, voire une seconde nature pour bon nombre d'internautes. Le jeu vidéo étant l'un des médias les plus chers du marché, il n'est pas surprenant qu'il soit aussi l'un des plus touchés.

      Les constructeurs de consoles et compagnies PC sont pourtant parvenus à légèrement renverser la tendance grâce à des boutiques virtuelles proposant des jeux dits " dématérialisés " à prix réduits.

      Pour les irréductibles, trop habitués à s'offrir gracieusement les derniers jeux du moment, certains studios ont ajusté les fonctionnalités de leurs jeux afin, d'une part, de prendre sur le fait les pirates et, d'autre part, s'attirer la sympathie de la foule en agissant avec esprit et ingéniosité. C'est le cas d'Ubisoft, dont le jeu Far Cry 4 subit l'ire de certains joueurs sur les forums, ces derniers se plaignant du champ de vision qu'ils ne peuvent modifier sur la version PC. Or, dans un jeu en vue subjective, il est important de pouvoir jouer avec le champ de vision, compte tenu de la proximité entre le joueur et son écran.

      Alex Hutchinson, directeur créatif de Far Cry 4, a réagi sur Twitter : " Aux joueurs PC ! Si vous vous plaignez de l'absence de réglages du champ de vision sur le web... vous avez piraté le jeu ". Oups !

       

      > Plus d'actu jeu vidéo de Gameplay.be :






       







    • "Chef Watson" : l'application qui cuisine à votre place, avant de résoudre de (vraies) enquêtes criminelles - 20/11/2014

      En panne d'inspiration ? Tout comme les écrivains, les chefs cuisiniers peuvent aussi être victimes du syndrome de la page blanche. C'est là qu'intervient le programme informatique du nom de "Chef Watson" développé par IBM, pour les aider dans la création de recettes originales.


      Un système ultra rapide

      Laurent Boes, expert en informatique cognitive chez IBM nous présente ce logiciel. En apparence, "Chef Watson" est une application comme une autre pour smartphone et tablette, mais ce système a pour particularité de réfléchir bien plus vite qu'un être humain ou qu'une autre application.

      Dans un premier temps, via l'application, l'utilisateur sélectionne quels types d'ingrédients il désire et y compris ceux qu'il ne désire surtout pas inclure. L'application fait appel à la psychologie du goût et  à une analyse poussée des ingrédients. Deuxième étape, le chef sélectionne quel type de plat il souhaite concocter. Par exemple une soupe, un ragoût ou paëlla. Si vous souhaitez un plat typiquement belge, ou une idée de recette pour une occasion spéciale telle que Noël ou Mardi gras, l'application en tient aussi compte. Après avoir sélectionné ces critères, "Chef Watson" vous délivre 100 idées de recettes des plus originales, novatrices qui soient. C'est précisément lors cette dernière étape qu'intervient la technologie cognitive.


      Le chef cuisinier conserve son pouvoir de décision

      Mais pas question pour le logiciel de prendre la place du chef cuisinier. "Le but n'est pas de faire le travail à la place du chef ou de mettre son métier en danger. Le chef a toujours le dernier mot", explique Laurent Boes. L'objectif est avant tout de lui faire gagner du temps, de l'épauler dans la création de recettes inédites. L'innovation de "Chef Watson" est que son algorithme lui permet de faire attention aux caractéristiques chimiques des ingrédients et de l'association de goût entre eux. Pour résumer, elle permet de créer grâce aux datas de nouvelles combinaisons novatrices et savoureuses. Pour le moment, l'application est réservée aux chefs mais est à retrouver bientôt dans nos cuisines !


      Bientôt une aide pour les enquêteurs dans la résolution des crimes

      En effet, "Chef Waston" vise la démocratisation et l'ouverture à d'autres filières. Par exemple, les entrepreneurs locaux sont  les prochains destinataires qu'IBM souhaite sensibiliser. Dans l'optique de simplifier leur quotidien  via la technologie cognitive.

      Une des grandes avancées que constitue cette application est qu'elle commence à être utilisée en médecine. Quelques hôpitaux et instituts sont actuellement en train de l'expérimenter. Elle est d'une aide précieuse notamment dans la réalisation d'un régime alimentaire strict pour les diabétiques ou allergiques. Le logiciel vise à devenir l'assistant d'un médecin. Il pourrait aider à découvrir des traitements plus poussés et d'évaluer l'efficacité de ces traitements.

      Mais la technologie ne se limite pas à la cuisine et à la médecine, nous révèle Laurent Boes. À l'avenir, IBM espère que cette utilisation va se démocratiser aussi auprès des enquêteurs de police. "Grâce à sa rapidité, sa facilité à relier les éléments, faire des connexions et en analysant les données de réseaux sociaux, l'application est en mesure d'aider les enquêteurs dans leur travail".







    • A la recherche des Tweets perdus - 19/11/2014

      "Depuis le tout premier Tweet, écrit il y a un peu plus de huit ans, des centaines de milliards de Tweets ont retranscrit le quotidien mais aussi des événements historiques", a souligné l'entreprise basée à San Francisco sur son blog.

      "Notre but a toujours été de permettre à chacun de naviguer à travers tous les Tweets écrits".

      Grâce à ce moteur de recherches, qui doit être mis en place dans les prochains jours, il sera par exemple possible de retrouver les messages concernant le séisme et le tsunami au Japon en mars 2011, grâce au hashtag #JapanEarthquake, ou ceux envoyés à l'époque du débat sur le #MariagePourTous en France.

      Créée en 2006, Twitter est entrée en bourse en septembre 2013 et revendique 264 millions d'utilisateurs mensuels.







    • Cette imprimante est révolutionnaire et tout le monde devrait l'acheter: voici pourquoi... vous ne le ferez pas - 17/11/2014

      Le petit monde de l'impression sur papier n'est pas forcément le plus remuant et le plus innovant. Et pourtant, depuis des dizaines d'années, la plupart des ménages se doit d'en posséder une. Pour imprimer un billet d'avion ou une recette, pour les devoirs des enfants, pour l'envoi d'un colis, etc...

      Et il est probable que, au regard de votre faible usage ("quelques pages par mois"), vous ayez opté pour une solution bon marché: une imprimante jet d'encre couleur à 50euros environ, que l'on branche quand on en a besoin. Les plus à la pointe d'entre vous, ou ceux qui consomment davantage, ont sans doute opté pour un modèle "laser" équipé du Wi-Fi (environ 100euros), qui permet d'imprimer plus, sans changer de cartouche, et sans devoir relier le câble USB.

      Vous pensez tous faire, plus ou moins, une bonne affaire. Et bien détrompez-vous...

       

      Les consommables, un gouffre financier

      Car, vous l'avez remarqué, quand il s'agit de remplacer ses cartouches, on tire souvent une drôle de tête. "15euros pour un petit bout de plastique rempli d'encre ?", "40euros pour un toner (imprimante laser) qui promet 1.000 pages mais n'en fait que 400?". Bref, on a l'impression de se faire avoir. Et la vérité n'est pas loin.

      Beaucoup de constructeurs ont volontairement baissé le prix des imprimantes (quitte, sans doute, à frôler la perte), sachant qu'ils allaient très bien gagner leur vie sur les consommables, ces précieuses cartouches d'encre. Et comme les gens n'ont pas le choix, et que certains commencent à avoir une conscience écologique qui les empêche de se débarrasser d'un appareil en parfait état de marche, ils passent à la caisse, et hurlent sur les enfants qui impriment une photo.

       

      Des réservoirs et des bidons, tout simplement

      Epson ne se cache pas: le constructeur japonais, dont les imprimantes et les projecteurs représentent le marché principal, vend aussi des modèles à (très) bas prix, se rattrapant sur les cartouches.

      Mais si on évoque ce fabricant, c'est parce qu'il a un sacré lapin dans son chapeau. Son système "EcoTank" pourrait vous faire gagner beaucoup d'argent. Il est pourtant d'une simplicité étonnante.

      Au lieu d'avoir des cartouches, il y a des petits réservoirs (qui ressemblent à des cartouches...) alimentés par des conteneurs suspendus à l'imprimante. Et quand ils sont vides, vous les remplissez avec les bidons fournis (un bleu, un rouge, un jaune et un noir). "De quoi tenir au moins deux ans pour un ménage avec une consommation normale", nous a expliqué Dominic Schouterden, un des managers d'Epson Belux, lors d'un point presse en banlieue bruxelloise.

      Pour être concret, vous pourrez imprimer 4.000 pages en noir, 6.500 pages en couleur. Et après deux ans, pour tout remplir, il suffit d'acheter des bidons à 10euros pièce.

      Selon le communiqué de presse d'Epson, cela équivaut à une économie de 65% par rapport aux traditionnelles cartouches.

       

      Il y a un mais...

      En voilà une bonne nouvelle. On va tous pouvoir faire des économies, alors ? Non, hélas, car les deux modèles d'imprimantes présentés (la L355, avec un simple scanner par-dessus, et la L555, avec fax et avaleur supplémentaires) sont très chers. 299euros pour le petit modèle, 399euros pour le grand. "Un investissement rentabilisé très rapidement à partir de 100 pages par mois, et qui est écologique: pas de cartouches à recycler, pas de trajet au magasin, etc", selon Epson.

      Mais ces arguments vont-il suffir pour vous convaincre à passer à la caisse ? Pas sûr... D'autant qu'il faudra les trouver, ces imprimantes. "On va les mettre dans les magasins spécialisés, comme Selexion, pour que les vendeurs puissent prendre la peine d'expliquer la différence de prix".

       

      Des copies-conformes

      Car en effet, ces imprimantes sont des copies-conformes des modèles à bas prix d'Epson. Ce qui ne plaidera pas à leur faveur dans les rayons...

      "Si le client voit une imprimante Epson à 50euros et une à 299euros, dont la seule différence visible est le réservoir d'encre et les bidons, on sait laquelle il va acheter", a directement avoué M. Schouterden. Il a sans doute raison: même si vous savez qu'après quelques centaines de pages, vous êtes gagnant, il est difficile de débourser 300euros pour une "bête" imprimante. A la limite, le modèle avec fax et avaleur a plus de chance de réussir, car il se rapproche d'un "multifonction" haut-de-gamme.

       

      Pas plus cher à fabriquer !

      Epson a été honnête: l'imprimante avec bidon ne coûte pas plus cher à produire que celle avec les cartouches. La technologie est globalement la même, et d'ailleurs, après l'avoir examinée à la rédaction durant quelques jours, le fonctionnement est identique, tout comme la qualité d'image (d'ailleurs relativement moyenne si on regarde de près).

      Au lieu d'avoir un rac de cartouches fermées à usage unique, c'est un rac des cartouches reliées par des petits tuyaux à des réservoirs disposés sur le côté, et que l'on remplit dès qu'ils sont vides.

       

      De l'auto-concurrence

      Mais alors, pourquoi cette imprimante coute-t-elle 6 fois plus cher ? C'est une question de stratégie, tout bêtement. Epson ne peut pas se tirer une balle dans le pied en proposant un produit qui concurrencerait, voire anéantirait immédiatement, les ventes de ses autres propres produits. Du coup, il le vend nettement plus cher.

      Cela vaut pour les petites imprimantes pour particuliers, les moyennes pour les PME et les grosses pour les entreprises, ces dernières ayant d'immenses réservoirs d'encre.

       

      Epson est prêt...

      Mais alors, si les petites cartouches traditionnelles d'Epson rapportent plus, pourquoi mettre au point une technologie qui risque de bouleverser le marché ?

      La première réponse que l'on a pu déduire de la conférence de presse, c'est qu'Epson est prêt au cas où la concurrence propose ce genre de produit. Et c'est lui qui l'a inventé, donc il gardera sans doute un coup d'avance. Mouais, sans doute...

      L'autre réponse, et celle-là est plus une devinette, c'est que HP détient 50% du marché belge, et Canon 25%, tout comme Epson. Ces petits bidons seraient, à notre avis, un sacrément bon moyen de faire voler en éclat un marché qu'il ne domine clairement pas. Et pour cause : Epson a "boudé" la Belgique durant quelques années, quand il a fallu inclure une taxe Reprobel dans chaque imprimante vendue.

      Qui sait si le Japonais ne prépare pas une grosse offensive ? En tout cas, elle serait payante, soutenue par une bonne campagne publicitaire.

      A condition, bien entendu, de proposer des prix plus raisonnables...

       

      Mathieu Tamigniau ()

       







    • Skype bientôt directement via un navigateur internet - 14/11/2014

      "C'est parfait si on préfère utiliser internet plutôt qu'une application", par exemple si "on est en déplacement et qu'on utilise l'ordinateur d'un cybercafé ou d'un hôtel de vacances où on ne peut pas télécharger Skype", fait valoir Microsoft sur un de ses blogs officiels.
       
      Le programme sera proposé au départ à un petit nombre d'utilisateurs existant de Skype, avec une extension graduelle au niveau mondial dans les mois à venir, promet Microsoft.

       

      Skype existe de 2003

      Skype avait été lancé fin août 2003 par deux entrepreneurs scandinaves, le Suédois Niklas Zennstroem et le Danois Janus Friis. La possibilité d'appeler gratuitement même à l'étranger l'avait vite rendu très populaire.
       
      Skype sert aujourd'hui quotidiennement pour plus de 2 milliards de minutes d'appels vocaux et vidéo, selon Microsoft, qui l'avait racheté en 2011 pour 8,5 milliards de dollars.







    • YouTube lance un service payant de musique en streaming - 13/11/2014

      YouTube, la plateforme de vidéo en ligne du géant internet américain Google, a lancé mercredi un service payant de musique en streaming (écoute en direct sans téléchargement préalable) venant s'attaquer à des acteurs établis comme Spotify.

      "YouTube Music Key" permettra à l'auditeur d'échapper aux publicités ou de poursuivre son écoute quand il verrouille l'écran de son smartphone ou utilise une application autre que celle du service de vidéo en ligne, explique YouTube dans un message publié sur son blog officiel.

      Le service est pour l'instant proposé en version test (beta), avec un prix promotionnel annoncé de 7,99 dollars par mois (contre 9,99 dollars au prix normal). Ce tarif inclut aussi l'accès aux plus de 30 millions de titres de Google Play Music.

      YouTube Music Key est proposé dans un premier temps sur invitation "à nos plus grands fans de musique", précise encore YouTube, mais sera par la suite étendu au monde entier, selon Google.







    • Découverte aux USA d'un virus infectant iPhone et iPad - 06/11/2014

      Baptisé WireLurker, le virus montre "des caractéristiques jamais vues dans les menaces repérées précédemment et visant des plateformes Apple", selon les chercheurs de la société de sécurité informatique Palo Alto Networks. Le virus infecte d'abord un ordinateur Mac, fonctionnant avec le système d'exploitation OS X. Il s'installe ensuite sur les tablettes iPad et les téléphones iPhone (utilisant un système d'exploitation différent, iOS) quand ils sont connectés à cet ordinateur avec une prise USB.

       

      "Une menace potentielle pour les entreprises, les gouvernements, et les clients d'Apple dans le monde"

      D'après les chercheurs, cela fonctionne même sur les iPhone qui n'ont pas été débloqués pour pouvoir y installer des logiciels non autorisés, et qui étaient jusqu'ici la principale cible des pirates informatiques. Le virus "est capable de voler une série d'informations dans les appareils mobiles qu'il infecte, et demande régulièrement des mises à jour à partir du serveur des attaquants", selon le rapport des chercheurs, qui jugent que "l'objectif ultime de ses créateurs n'est pas clair". C'est "une menace potentielle pour les entreprises, les gouvernements, et les clients d'Apple dans le monde", avec des centaines de milliers d'appareils potentiellement infectés, préviennent-ils.

       

      Le nouveau virus pourrait déboucher sur un problème de sécurité plus large

      Les chercheurs ont remonté jusqu'à une boutique en ligne chinoise d'applications mobiles qui contenait 467 applications infectées ayant déjà été téléchargées plus de 356.104 fois. D'après un autre spécialiste en cybersécurité, Jonathan Zdziarski, le nouveau virus pourrait potentiellement déboucher sur un problème de sécurité plus large pour les appareils d'Apple. "Le vrai problème, c'est que la conception du mécanisme de connexion d'iOS permet des variantes plus sophistiquées", estime-t-il sur son blog. "WireLurker semble assez amateur, mais quelqu'un de la NSA ou de la GCHQ (agences de renseignements américaines et britanniques, ndlr) ou n'importe quel pirate sophistiqué pourrait facilement réaliser une attaque de ce type beaucoup plus efficace (et dangereuse)", prévient-il.








    • Edito: YouTube va-t-il devenir payant? - 29/10/2014

      Je vous propose ce matin d'examiner les propos de la patronne de YouTube qui évoquait hier ce qu'on appelle la monétisation du modèle d'affaire de son entreprise, indique Bruno Wattenbergh. Alors est-ce que YouTube que nous utilisons tous régulièrement va devenir payant?

      Indirectement YouTube est déjà payant puisque vous êtes contraint de d'abord regarder quelques secondes de publicité avant de pouvoir regarder votre petit film. Ce qu'a expliqué Susan Wojcicki, la patronne de YouTube, c'est que le service de vidéo en ligne de Google, réfléchit à proposer des abonnements payants à ses utilisateurs qui voudraient accéder à ses contenus sans avoir de publicité.

      Ce qui serait alors une sorte d'option, de deuxième business modèle. Si vous voulez, pour les puristes, on va dire que le business modèle ne change pas vraiment, mais qu'on propose au client une deuxième forme de monétisation. La première vous subissez la publicité et pour ceux qui veulent s'en passer de cette publicité et bien il y a un abonnement payant.



      Un modèle qui est déjà appliqué par plusieurs autres plate-forme internet

      C'est le modèle de Spotify par exemple qui a trois systèmes complémentaire de monétisation, le gratuit avec pub, le day-pass ou l'abonnement.



      Mais pourtant au départ, YouTube était gratuit
       
      Spotify aussi était gratuit au départ. La raison est simple, que l'on s'appelle Spotify, YouTube ou Twitter, il faut atteindre une certaine taille avant de pouvoir monétiser son business modèle ou de simplement trouver son business modèle et gagner de l'argent. Google a suivi exactement la même trajectoire pendant ses premières années. L'entreprise est alors dans ce qu'on appelle la phase de cash drain, elle brûle l'argent des investisseurs sans rien gagner, des investisseurs qui parient sur la vitesse de croissance et ont l'espoir de voir un jour l'entreprise devenir un poids-lourd incontournable du web.

      Mais YouTube, a quitté cette phase et est-il rentable aujourd'hui ? Difficile à dire. Selon les chiffres disponibles mais non confirmés officiellement, le chiffre d'affaire de YouTube serait de 3,5 milliards de $, dont 1,5 serait reversé aux YouTubers qui produisent le contenu. Considérant qu'il y a 100 heures de vidéos uploadées sur le site chaque minute, 1 milliard de vidéos vues chaque mois, et qu'on évalue le coût en infrastructures, il n'est pas sûr que YouTube soit vraiment rentable. En tous cas la plate-forme vidéo, achetée par Google en 2006 pour 1,65 milliard $ lui rapporte aujourd'hui une part significative de ses revenus et consolide son business modèle.



      Bruno, pour conclure, le chiffre éco du jour reste dans l'internet avec une autre entreprise Twitter ?

      Le chiffre éco du jour c'est 0 ... Jamais l'entreprise Twitter n'a fait de bénéfice depuis sa création en 2006 ce qui illustre bien nos explications sur YouTube ou Spotify. Le hic c'est que les chiffres sur lesquels les investisseurs ont les yeux braqués, c'est la croissance de son nombre d'utilisateurs et du nombre de consultations. Une croissance qui ralentit et qui provoque dès lors des doutes sur la capacité de Twitter, un jour de parvenir à devenir rentable.








    • Radar app: la nouvelle application pour détecter les tweets suicidaires de ses amis - 29/10/2014

      L'application gratuite lancée par l'organisation Samaritans, spécialisée dans l'aide psychologique, détecte des messages contenant les mots comme "fatigué d'être seul", "je me hais", "déprimé", "besoin d'aide" ou "besoin de parler à quelqu'un". Ceux qui ont souscrit à l'application reçoivent immédiatement un courrier électronique les avertissant de l'existence de ces tweets et leur donnant des informations sur la manière dont ils peuvent apporter leur aide.      

       

      Baptisée Radar app

      L'application baptisée Radar app est destinée aux personnes âgées de 18 à 35 ans, les plus actives sur les réseaux sociaux. "Nous savons que les personnes qui souffrent vont souvent en ligne pour trouver de l'aide", explique Joe Ferns, l'un des responsables de l'association."Nous avons besoin d'instruments comme le Samaritans radar pour encourager les gens à faire attention les uns aux autres en ligne, les aider à chercher et à trouver de l'aide", ajoute-t-il.     







    • Le chinois ZTE débarque en Belgique pour vendre des smartphones pas chers: quel est le secret? - 22/10/2014

      A l'heure actuelle, il n'est pas évident de se faire une place sur le marché très concurrencé des smartphones. Et pourtant, chaque année, on découvre de nouveaux acteurs.

      ZTE est loin d'être un bleu dans le domaine. Cette entreprise chinoise créée en 1985 fournit des smartphones sous "marque blanche" depuis plusieurs années en Europe, notamment en France. Il s'agit de téléphones achetés par des marques (comme des opérateurs, par exemple), qui ne font qu'y coller leur logo avant de le vendre et de se faire une petite marge.

       

      En transition vers le grand public

      Mais depuis quelques temps, l'entreprise spécialisée dans les télécommunications au sens large, qui emploie près de 90.000 employés à travers le monde, a décidé de vendre des téléphones sous sa propre marque, ZTE. En Chine, elle est déjà l'un des principaux vendeurs de smartphone. L'idée est de s'implanter plus en profondeur dans les pays occidentaux, y compris la Belgique.

      "Nous sommes en pleine transition du B2B (du matériel pour les entreprises) au B2C (du business avec les particuliers). Mais nous sommes une nouvelle marque sur le marché belge. On va investir dans le marketing pour être connu, mais ça ne se fait pas en un mois", nous a expliqué Aliaksandra Tsvirko, account manager de ZTE Belgium.

       

      Comment fait-on des smartphones "abordables de qualité" ?

      ZTE veut vendre des smartphones de catégorie "affordable premium", que l'on peut traduire par "abordable financièrement mais de bonne qualité". Un segment de plus en plus concurrencé, ce qui explique l'explosion du nombre de smartphones, des appareils enfin accessibles.

      Le résultat, c'est entre autre le ZTE Blade Vec 4G à 199euros (voir le test un peu plus bas). Mais quel est le secret pour faire du low-cost de qualité, sachant que ZTE achète les écrans, les capteurs photo et les processeurs chez d'autres fournisseurs ? "Comparé aux autres fabricants, nous ne faisons que très peu de marketing. Ce budget est consacré à la recherche et au développement. Une autre raison, c'est notre énorme volume de vente, un facteur clé pour économiser de l'argent".

       

      On a testé le ZTE Blade Vec 4G (199euros)

      Pour se faire une idée précise de la position de ZTE sur le marché des smartphones, nous avons pu essayer l'un des derniers modèles, le Blade Vec 4G.

      Sur le papier, c'est un téléphone à la limite du haut-de-gamme: écran HD de 5 pouces, processeur Quad Core (Snapdragon 400), 1 GB de RAM, 16 GB de mémoire interne (extensible via carte microSD), appareil photo 8 MP et réseau 4G, bien entendu.

      La prise en main est plutôt convaincante et le look est soigné. La finition, les matérieux et la qualité d'assemblage, cependant, sont loin d'un iPhone 6 ou d'un Samsung Galaxy Alpha, par exemple.

      On avait des craintes sur la qualité de l'écran, mais elle s'avère raisonnable, et la sensibilité tactile suffisante. Le toucher est cependant moins "doux": votre doigt glisse avec moins d'aisance que sur les modèles plus chers. Mais à nouveau, ça reste très correct.

       

      Un Android classique

      Quant à la version d'Android (4.4) embarquée, elle est très épurée: ZTE n'a pas rajouté une grosse couche graphique au niveau des menus. C'est du classique, mais ça fonctionne bien. Il y a quelques applications spéciales de ZTE mais elles ne sont pas indispensables.

      L'appareil photo ne fait pas de miracle. A 199euros, c'est plutôt normal, car c'est le genre de composant qui devient vite cher si l'on veut la meilleure qualité. Les couleurs ne sont pas très fidèles, et il y a vite du bruit dans l'image dès qu'il ne fait pas plus assez clair.

       

      Conclusion

      ZTE arrive sur un marché très concurrencé avec un gros argument: "affordable premium". Ses smartphones sont bel et bien "bon marché mais de bonne qualité", ce n'est pas qu'un discours marketing, on a pu le vérifier.

      Mais il n'est pas le seul sur ce secteur: il y a notamment un autre chinois, Huawei, qui vend déjà beaucoup de smartphones en Belgique. ZTE compte investir dans le marketing pour faire connaitre sa marque, mais cela prendra du temps.

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )







    • Le boom des tablettes est terminé: voici pourquoi - 20/10/2014
      Après 4 ans en forte hausse, le marché de la tablette est aujourd'hui est en baisse. Cela se vérifie dans les magasins ont de moins en moins de ces engins sont vendus. Il faut dire que ce marché a des limites évidentes par rapport à celui du smartphone. Ce dernier se renouvelle plus vite et ces GSM de haute qualité peuvent être subsidiés par les opérateurs, via la formule GSM + abonnement. Mathieu Tamigniau, spécialiste en nouvelles technologies à la rédaction de RTL, explique les limites des tablettes numériques. "Il y a eu un effet de curiosité pendant 2,3 ans après la sortie de l'iPad. Toutes les marques ont commencé à sortir des tablettes à des prix très différents. Tout le monde s'est alors dit qu'il fallait en acheter une. Beaucoup de gens ont pris une tablette à un prix très démocratique. Beaucoup de celles-ci ont ensuite pris les poussières chez les gens car ils se se sont rendus vite compte de ses limites. Avec ces appareils à bas prix, on ne peut pas travailler et l'autonomie n'est pas toujours très bonne non plus. Cela explique que les gens se ruent un peu moins maintenant sur les tablettes". Il existe aussi maintenant un nouveau produit qui vient faire de l'ombre aux tablettes: la phablette, un objet à mi-chemin entre le smartphone et la tablette. Ce "GSM amélioré", qui possède un très grand écran (entre 5,5 et 7 pouces), connait un véritable boom en 2014. Selon le cabinet IDC, 175 millions d'unités de ces appareils devraient être vendus en 2014. C'est 209% de plus qu'en 2013. Le marché du PC hybride (une tablette que l'on peut clipser sur un clavier) connait aussi une progression. Les ventes ont augmenté de 2%: 36 millions d'unités ont été vendues.  Autre facteur à ne pas négliger: la crise, qui poussent les consommateurs à faire attention à leurs dépenses.   







    • Record avec 50.000 vols de smartphone chez nous en 2013: comment bloquer le vôtre ? - 15/10/2014

      Le nombre de GSM, et plus précisément de smartphone, ne cesse d'augmenter dans le monde, et la Belgique n'échappe pas à la règle. Les "téléphones intelligents" se vendent comme des petits pains.

      S'ils deviennent de plus en plus abordables (, ça existe), certains smartphones ont une très grande valeur marchande. Le célèbre iPhone coute actuellement entre 699euros et 999euros, et est l'une des cibles préférées des voleurs.

      La police fédérale a enregistré en 2013 49.988 plaintes pour vol de téléphone portable, soit une moyenne record de 137 appareils par jour, selon SudPresse. Jamais auparavant, la police n'avait comptabilisé autant de vols de ce type. En 2012, elle en avait enregistré 46.770, pour 43.922 en 2011 et 40.804 en 2010. 

       

      Base confirme

      Nous avons contacté l'opérateur Base pour savoir si le nombre de demandes de blocage de cartes SIM avait augmenté. "En 2013, il y a eu 4.100 blocages de cartes SIM pour cause de vol. Et pour cette année 2014, on est déjà 4.250", nous a expliqué Sofie Bockaert, porte-parole de Base. 

      "Lorsqu'on nous signale un vol, nous pouvons faire deux choses: bloquer la carte SIM, mais aussi l'appareil via son numéro de série IMEI que nous connaissons. Dès lors, l'appareil est bloqué et inutilisable en Europe", a-t-elle précisé. 

       

      Que faire si on vole votre téléphone ?

      Si vous ne possédez pas de smartphone, mais un "simple" GSM, il ne vous reste qu'à déposer plainte auprès de la police (faite-le toujours, on ne sait jamais), et à bloquer votre carte SIM. Pour ce faire, il faut passer par le service clientèle de votre opérateur (voir les détails pour , et ).

      Si vous avez un smartphone, dans 90% des cas il s'agit d'un iPhone ou d'un appareil tournant sous Android, le système d'exploitation de Google. La technologie a rendu possible des petits miracles...

       

      Comment localiser, bloquer ou effacer le contenu de votre smartphone à distance ?

      Si vous possédez un iPhone (cela fonctionne aussi pour un Mac ou un iPad), il suffit de se rendre sur la page web . Si vous avez activé ce service de synchronisation d'Apple sur votre smartphone auparavant, de même que l'option "Localiser mon iPhone" (dans les réglages iCloud), il vous sera possible, à partir d' sur n'importe quel ordinateur, de voir sur une carte où se trouve votre iPhone, de le faire sonner, d'effacer son contenu ou de le bloquer.

      Théoriquement (mais des pirates parviennent parfois à déjouer la sécurité d'Apple), il devient impossible pour celui qui a volé le téléphone de le réinitialiser pour le revendre. L'appareil est inutilisable et donc invendable.

       

      Sur Android aussi

      Du côté d'Android, acteur majeur du smartphone dans le monde vu que le système d'exploitation de Google est utilisé par la plupart des marques (Samsung, Sony, LG, HTC, Huawei, etc...), les options sont identiques.

      Sur la "Gestionnaire d'appareils Android", vous trouverez également une carte avec la position du smartphone que vous utilisez, pour autant, à nouveau, que vous ayez autorisé cette option lors de la configuration de votre téléphone (ou que vous activiez cette option par après, mais cela dépend de la version d'Android et du fabricant).

      Les options sont identiques: "Faire sonner", "Verrouiller" ou "Effacer".

       

      Mathieu Tamigniau (Twitter: )







    • Amazon, Netflix, Uber, Airbnb, ... : ces Américains qui déstabilisent l'Europe - 13/10/2014

      Pendant que le géant américain Google - le plus emblématique - mène un bras de fer avec les médias allemands, les taxis européens résistent à Uber, Netflix donne des sueurs froides à l'audiovisuel français et les pratiques fiscales d'Amazon entrent dans le viseur de Bruxelles.

      La multiplication des différends "peut être interprétée comme une montée en puissance des acteurs technologiques américains, une prise de conscience de la Commission, ou le fait que la numérisation de la société commence à avoir des effets critiques", souligne auprès de l'AFP Pierre-Jean Benghozi, professeur à Polytechnique, spécialiste de l'économie numérique.

      Si "la culture a servi de laboratoire expérimental dans les transformations numériques", la musique ayant été le premier secteur fortement touché, on commence à voir cet effet "sur le cinéma, la télévision, la presse, le livre et puis avec les taxis et la santé ou l'énergie suivront", note-t-il.

      Ce sont des groupes de médias allemands, rejoints par plusieurs centaines de société européennes du numérique, qui ont été en première ligne au sein de l'Open Internet Project (OIP) pour relancer une plainte devant la Commission accusant Google d'abus de position dominante et notamment de promouvoir ses propres services dans les résultats de son moteur de recherche.

      Cette enquête, ouverte en 2010, s'est étendue à mesure que de nouveaux secteurs -- tourisme, comparateurs de prix, médias -- ajoutaient leurs récriminations.

      L'Américain Peter Thiel, cofondateur de PayPal, reconnaît le "monopole" de Google avec plus de 90% de parts de marché sur les moteurs de recherche. Mais il estime la régulation néfaste et juge que le secteur technologique "est assez dynamique pour faire en sorte que le monopole de Google ne dure pas", dans une interview au Financial Times.

      Selon lui, les Européens sont au final "des fainéants, avec de faibles ambitions" dirigés par des autorités qui étouffent l'innovation.

      "La position de Google, c'est de dire: peut-être qu'à un moment je suis leader sur les moteurs de recherche mais aujourd'hui le sujet, ce sont les applications mobiles et les messageries instantanées sur mobile et là vous ne pouvez pas dire que je suis hégémonique", souligne Matthieu Soule, analyste stratégique pour l'Atelier BNP Paribas, cellule de veille et d'innovation de la banque.

       

      Différend fiscal

      Outre la question de la concurrence, les Européens tentent de répondre en musclant la régulation.

      Le ministère allemand de l'Economie souhaite ainsi réexaminer les règles du secteur des transports et éventuellement les réformer en réponse à Uber, l'application de covoiturage pour smartphone qui fait crier les taxis à la concurrence déloyale.

      La Commission européenne, elle, prépare un règlement très attendu sur les données personnelles, nouvel "or noir" des géants du numérique.

      Le président du CSA Olivier Schrameck, tente à la tête de l'ERGA, le groupe des régulateurs européens de l'audiovisuel, de coordonner la réponse aux nouvelles plateformes de diffusion comme Netflix.

      "En Europe, on sort assez vite de nouvelles mesures défensives (pour protéger) des activités économiques historiques", souligne Matthieu Soule.

      Pourtant, "plus on défend le marché national, plus les nouveaux et anciens acteurs européens auront du mal à conquérir de nouveaux marchés hors de l'Europe. C'est peut-être une erreur", dit-il.

      Mais c'est le différend fiscal qui risque de coûter le plus cher aux géants américains du numérique, dont la nature des activités rend plus facile l'optimisation fiscale.

      Google a reçu en mars une notification de redressement du fisc français, dont l'examen est en cours. Il fait suite à une enquête sur des "prix de transfert" entre la branche française du groupe et sa holding irlandaise et pourrait se monter entre 500 millions et 1 milliard d'euros, selon certaines sources. Bruxelles a aussi ouvert des enquêtes approfondies contre les pratiques fiscales agressives de plusieurs multinationales américaines, notamment Amazon et Apple.

      La pression monte sur ces pratiques alors que certaines recommandations de l'OCDE pour contrer l'optimisation fiscale pourraient être appliquées dès 2015.







    • Nous avons testé un appareil photo spécial selfie: a-t-il du sens ? - 10/10/2014
      Il joue dans la cour des très grands avec des reflex pour professionnels, mais Nikon a besoin de vendre et de toucher une clientèle plus jeune et moins fortunée. D'où l'intérêt de ce dernier appareil photo compact, le S6900, que l'on peut tout-à-fait qualifier de " spécial selfie ".










    RTL info : Science

    Site : http://www.rtlinfo.be





      RTL info : Loisirs

      Site : http://www.rtlinfo.be







        image

        journaux



        pub
        image
        ©Copyright 2007 La-Une-Des-Journaux.info
        Tous droits réservés
        Dernière mise à jour : 09/09/2007